Retour à la page du secteur services sociaux

Retour à la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SECTEUR : SERVICES SOCIAUX ET JURIDIQUES

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNICIEN(NE) EN TRAVAIL SOCIAL

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.E.C.

 

Va voir également la section «  liens recommandés » à la fin de cette page (dont des vidéos de techniciens en travail social qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 

En devenant technicienne ou technicien en travail social; tu interviendras auprès de personnes ou de groupes de personnes présentant des problèmes d’ordre social. Selon le type de milieux où tu travailleras (santé mentale, toxicomanies, scolaire, détention, sociocommunautaire, etc),  tu travailleras avec un ou plusieurs types de clientèles (déficients mentaux, toxicomanes, détenus, adolescents présentant des problèmes d’intégration, enfants, personnes âgées, familles, etc). Tu devras utiliser différentes méthodes, approches et techniques (entrevue individuelle, animation de groupe, activités sociales, etc) pour ainsi intervenir de façon efficace auprès de ces personnes. 

En intervention familiale et de la jeunesse : tu auras à intervenir auprès des enfants et parents d’enfants présentant des problèmes familiaux tels que : adolescents avec problèmes d’adaptation sociale ou en délinquance, familles avec des parents ayant des problèmes d’alcool, de drogue, de violence conjugale ou autres, tout autre problème ou conflit en milieu familial.

 

En intervention en gérontologie : tu auras à intervenir auprès des personnes âgées que ce soit en centre d’hébergement, en foyer d’accueil ou en résidence privée. Tu les aideras à surmonter divers situations difficiles telles que la solitude, la mort de proches, le handicap, la maladie, les conflits avec les membres de leur famille, etc. Tu auras aussi à prendre les moyens nécessaires afin que ces personnes puissent bénéficier de toutes les ressources dont elles auront besoin pour surmonter leurs difficultés.

 

En intervention scolaire : tu interviendras auprès d’enfants mais surtout des adolescents présentant des problèmes d’adaptation ou d’intégration sociale, conflits ou violence familiale ou de délinquance. Tu les aideras à prendre connaissance de leur situation, les aideras à trouver des solutions afin de résoudre leurs problèmes et prendras les moyens nécessaires afin que ces personnes puissent bénéficier de toutes les ressources dont elles auront besoin pour surmonter leurs difficultés.

 

En intervention en santé mentale : Tu effectueras des interventions auprès de personnes souffrant de maladies ou de problèmes en santé mentale en institution afin de les aider à s’intégrer à la société. Tu devras évaluer leur personnalité pour savoir si il serait bénéfique pour eux de les intégrer à la société.

 

En intervention en toxicomanies ou délinquance :  Tu travaillerais auprès de personnes ayant des problèmes de comportement, de délinquance ou d’adaptation sociale (jeunes ou adultes) ou ayant des problèmes de toxicomanies, d’alcoolisme ou de jeux impulsifs ou auprès de victimes d’actes criminels. Tu auras à les aider afin qu’ils prendre connaissance de leurs difficultés et trouver des solutions afin de résoudre leurs problèmes.

 

En intervention auprès des communautés : Tu auras à intervenir auprès d’un groupe de personnes ayant vécu une même situation de crise (accident, décès d’un proche dans des situations particulières comme le suicide, catastrophe, fusillade, prise d’otage, etc). Tu devras diagnostiquer et établir des difficultés communes à tout le groupe et effectuer des interventions appropriées afin d’aider l’ensemble des membres à résoudre leurs problèmes reliées à cette situation de crise.

 

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

-         Aimer travailler avec public et entregent

-         Grande facilité à communiquer et à écouter qui te permettra d’établir un lien avec cette personne

-         Respect, empathie et discrétion pour permettre la personne d’avoir ta confiance

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable des approches d’intervention auprès de cette personne

-         Esprit d’analyse et bon jugement pour comprendre les problèmes rencontrés par cette personne

-         Sens de l’observation et vigilance car tu devras connaître non seulement les faiblesses mais aussi les forces de cette personne pour mieux l’aider à régler son ou ses problèmes

-         Sens de l'initiative et autonomie pour réussir à emmener la personne à faire face à ses problèmes et d’en trouver une solution

-         Grande capacité d’adaptation à tout type de milieux et à tous types de clientèles

-         Imagination et créativité pour développer de nouvelles approches innovatrices et efficaces

-         Sens de l’organisation pour planifier, organiser et animer différentes activités sociales et animation de groupes

-         Facilité pour le travail en équipe car tu devras non seulement travailler avec cette personne mais aussi d’autres collègues (travailleurs sociaux, psychologues, psycho-éducateurs, criminologues, psychiâtres, intervenants sociaux, etc)

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Agent(e) au classement des détenus en centre de détention

-         Agent(e) d’aide socio-économique (sécurité du revenu, Assurance-emploi, Emploi-Québec, CSST, SAAQ, Anciens Combattants)

-         Agent(e) d’immigration (Citoyenneté et Immigration Canada)

-        Agent(e) d’indemnisation (CSST ou SAAQ)

-    Agent(e) d'intégration sociale

-    Agent(e) d'intervention

-    Agent(e) d'intervention en milieu psychiatrique

-        Agent(e) de l’aide sociale de l’indemnisation

-    Agent(e) de liaison avec les organismes communautaires de développement social

-        Agent(e) des services correctionnels du Québec (voir aussi Intervenant en délinquance)

-        Agent(e) des services frontaliers

-        Agent(e) fédéral des services correctionnels

-        Animateur(trice) communautaire

-        Animateur(trice) de groupes sociaux

-        Conseiller(ère) en assistance publique

-        Conseiller(ère) pédagogique dans les CPE

-    Enquêteur(e) en harcèlement psychologique (Commissions des normes du travail)

-        Intervenant social ou intervenante sociale

-        Intervenant(e) à l’intégration à l’emploi

-        Intervenant(e) auprès des personnes âgées

-        Intervenant(e) communautaire

-        Intervenant en délinquance

-        Intervenant(e) en santé mentale

-        Intervenant(e) en toxicomanies

-        Technicien(e) en assistance sociale

-        Technicien(e) en gérontologie

-    Technicien(ne) en recherche psychosociale

-        Travailleur(euse) communautaire 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-        Centre d’hébergement de soins de longue durée pour personnes âgées CHSLD

-        Centres d’accueil et d’hébergement pour personnes handicapées

-        Centres d’accueil et hébergement privés pour personnes âgées

-        Centres d’hébergement et de soins de longue durée en psychiatrie

-    Centres de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles TED

-    Centres réadaptation en dépendances

-        Centres de réhabilitation

-        Centres de services sociaux

-        Centres locaux d’emploi CLE

-        Centres locaux de développement

-        Centres locaux de services communautaires CLSC

-        Centres-jeunesse (centres d’accueil)

-    Cégeps, collèges privés et universités

-        Commissions scolaires

-        Écoles primaires et secondaires privées

-        Entreprises de soins à domicile

-        Établissements de détention (provinciaux, fédéraux)

-        Forces armées canadiennes (voir section professions apparentées)

-     Gouvernement du Canada (Anciens Combattants Canada, Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Commission de la fonction publique du Canada, Santé Canada - unités de santé en milieu autochtone, Service Canada)

-         Gouvernement du Québec (SAAQ, CSST, IVAC, RAMQ, Emploi-Québec, Ministère de l'Éducation, Ministère de la Famille et de l'enfance)

-        Hôpitaux

-        Maisons de transition

-        Maisons des jeunes

-        Organismes communautaires

-    Organismes humanitaires internationaux (Association québécoise des organismes de coopération internationale, Croix-Rouge Canada, Société de partage Sopar, Unicef Canada, Oxfam Québec, Aide internationale pour l'enfance AIPE, L'AMIE aide internationale à l'enfance, etc.)

EXIGENCES DES EMPLOYEURS : 

-        Excellente maîtrise du français parlé (surtout) et écrit

-        Connaissance de l’anglais (bilinguisme demandée dans certains milieux)

-        Grande disponibilité

-        Dynamisme et parfois même du leadership (surtout avec des adolescents)

-        Plusieurs emplois sont à temps partiel de jour, de soir ou de fins de semaine ou temporaire

-       Avoir de l’expérience de travail bénévole ou rémunéré auprès de personnes en difficultés favorise le placement (maison des jeunes, association d’enfants handicapés, organismes communautaires d’intervention ou de loisirs, etc)

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2016 :

Le placement est bon, 62 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ayant obtenu un emploi relié à leurs études dont la majorité, soit 68 % sont à temps complet.

Plusieurs autres répondants(es), soit 33 % ont choisi de poursuivre des études universitaires en travail social (principalement), psychologie, criminologie, ou autres disciplines connexes.

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

388 147 100 151

 

Note 1 : baisse du taux de placement comparable aux dernières années (était de 72 % en 2014; 71 % en 2013 et 73 % en 2012, 77 % en 2011 et 74 % en 2010).

 

Note 2 : baisse du nombre de postes à temps complet par rapport aux années précédentes (était de 80 % en 2014; 82 % en 2012; 81 % en 2011 et 84 % en 2010).

 

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2016 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Dans le secteur privé :

-         14,88 $/heure (40 hres/sem) au sein des petites et moyennes organisations PMO (organismes sans but lucratif OSBL, résidences privées pour aînés, CHSLD privés, centres d'accueils privés pour handipés, entreprises de soins à domicile, etc.)

-     20,31 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que intervenant(e) social dans les collèges préuniversitaires ou techniques privés

-     20,83 $/heure (35 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant que surveillant(e)-éducateur(trice) d'élèves ou intervenant(e) social dans les établissements privés d'enseignement primaire et/ou secondaire

-    21,61 $/heure (35 ou 36,25 ou 37,5 hres/sem selon les milieux) en moyenne en tant que technicien(ne) en gérontologie ou technicien(ne) en travail social ou intervenant(e) social au sein des grands établissements privés d'hébergement pour aînés

Note 1 :  légère baisse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport aux années précédentes (était de 16,05 $ en 2013; 15,73 $ en 2012; 16,23 $ en 2011 et 15,40 $ en 2010).

Note 2 : chez les employeurs syndiqués, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

Dans le secteur public et parapublic :

-         17,54 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'intervention en milieu psychiatrique dans le réseau des services sociaux (centres de réadaptation en dépendances, centres correctionnels communautaires, établissements psychiatriques, etc) + prime de psychiatrie dans les établissements psychiatriques

-         18,04 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en psychométrie dans les commissions scolaires

-         18,30 $/heure (35 hres/sem) en tant que surveillant(e)-éducateur(trice) d'élèves dans les commissions scolaires

-         18,54 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'intégration sociale dans le réseau des services sociaux (centres jeunesse, centres de réadaptation en déficience intellectuelle, établissements psychiatriques, etc)  + prime de psychiatrie dans les établissements psychiatriques

-         19,12 $/heure (35 hres/sem) + prime de psychiatrie en tant qu'agent(e) d'intervention ou agent(e) communautaire-surveillant à l'Institut Philippe-Pinel (délinquants dangereux)

-         18,90 $/heure (35 ou 36,25 ou 38,75 hres/sem) en tant qu'auxiliaire en santé et services sociaux dans le réseau de la santé et des services sociaux

-    19,70 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'intervention dans le réseau des services sociaux (centres de réhabilitation, centres de réadaptation en dépendances ou centres de réadaptation en déficience intellectuelle et TED)

-         19,70 $/heure (35 hres/sem) + prime de psychiatrie dans les établissements psychiatriques en tant qu'agent(e) d'intervention en milieu médico-légal dans le réseau des services sociaux (centres de réadaptation en dépendances, centres correctionnels communautaires, établissements psychiatriques, etc)

-    19,66 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en gérontologie dans le réseau de la santé et des des services sociaux (CHSLD, CLSC)

-     19,70 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'intervention dans le réseau des services sociaux (centres de réhabilitation, centres de réadaptation en dépendances ou centres de réadaptation en déficience intellectuelle et TED)

-         20,00 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d’aide socioéconomique dans la fonction publique québécoise (CSST, SAAQ, CLÉ, etc)

-    20,04 $/heure (36,25 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'intervention auprès de jeunes en difficultés d'adaptation ou de comportement en centre jeunesse

-    20,17 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en travail social au sein des universités

-        20,40 $/heure (35 hres/sem) en tant que travailleur(euse) de quartier ou de secteur dans le réseau des services sociaux (CLSC, centres jeunesse, etc.)

-    20,40 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'investigateur(trice) à la Curatelle publique dans la fonction publique québécoise

-         22,64 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en travail social dans les commissions scolaires et les cégeps

-         22,64 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en assistance sociale ou travailleur(euse) communautaire dans le réseau des services sociaux (CLSC, centres jeunesse, etc)

-         23,89 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en travail social dans les universités

-    24,49 $/heure (33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) de liaison avec les organismes de développement social ou agent(e) de soutien aux services bénévoles ou agent(e) des communications sociales ou technicien(ne) en recherche sociale ou technicien(ne) en développement communautaire ou agent(e) d'intervention communautaire au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-         25,64 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'aide socio-économique à la Ville de Montréal

Note : Dans le secteur public, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Ministère de la Famille et de l’Enfance, Commission de la Fonction Publique du Canada, conventions collectives des employés de plusieurs collèges privés, conventions collectives des employés de soutien de plusieurs universités, conventions collectives des employés de plusieurs grands établissements privés d'hébergement pour aînés et conventions collectives des employés de plusieurs établissements privés d'enseignement d'enseignement primaire et/ou secondaire.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

En 2015, il y avait plus de 28 000 travailleuses et travailleurs des services sociaux et communautaires dans l'ensemble des régions du Québec selon Emploi-Québec.

 

Plus de 66 % d'entre-eux étaient âgés de moins de 45 ans.

 

Près de 75 % des membres de la profession étaient composées de femmes, alors que les hommes ne représentaient que 15 %.

 

Pourtant, la profession pourrait en accueillir davantage compte tenu des besoins en intervention sociale auprès des hommes en difficultés nécessitent souvent les interventions d'un intervenant homme.

 

Plus de 78 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon leur milieu de travail était :

Le salaire annuel moyen d'un(e) travailleur(euse) des services et communautaires dans le secteur privé ayant environ 10 ans d'expérience était de 40 700 $.

 

Le salaire annuel moyen d'un(e) technicien(ne) en assistance sociale ou technicien(ne) en travail social dans le secteur public ayant environ 10 ans d'expérience était de 54 200 $.

 

Sources : Emploi-Québec et Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU DES SERVICES COMMUNAUTAIRES :

Le secteur de l'action communautaire représente environ 14 000 entreprises et organismes regroupés dans une centaine d'associations et de fédérations à l'échelle provinciale, sans compter les regroupements régionaux. Ces entreprises et organismes se répartissent dans une vingtaine de champs d'activités définies par les types de services ou par les types de clientèles desservies.

 

Ces entreprises et organismes ont comme caractéristiques d'être à but non lucratif (OBNL ou OSBL) ou coopératives et gérées démocratiquement.  On retrouve près de 8 000 organismes communautaires dont 4 000 sont des organismes communautaires autonomes qui emploient près de 55 000 personnes, en plus des 100 000 bénévoles qui contribuent au fonctionnement des activités de ces organismes.

 

La plupart de ces organismes sont financées par les donations du public et d'entreprises qui sont sensibles à la cause de l'organisme. Plusieurs reçoivent du financement auprès de grands organismes de financement (ex : Centraide, Armée du salut, Croix-Rouge) qui effectuent de grandes campagnes de financement et redistribuent les fonds auprès des organismes membres en plus de leur fournir du soutien en matière de gestion. Certains organismes reçoivent des subventions gouvernementales pour le développement de projets dans un secteur spécifique privilégié par le Gouvernement en place (ex : développement de l'employabilité).

 

Bien que ce ne soit pas tous les organismes communautaires qui sont reliés aux domaines des services sociaux (il faut exclure les fondations sur les maladies, les organismes de loisirs, les comités de citoyens, les syndicats, etc), on peut regrouper ces organismes en 10 principaux champs d'intervention :

Dans ce secteur, une forte majorité de la main-d'œuvre est féminine qui représente près de 80 % des emplois rémunérés. Actuellement, 60 % de la main-d'œuvre est âgée de 35 ans et plus qui devra être remplacée au cours des prochaines années. Au niveau de la scolarité, les compétences exigées pour occuper un emploi ont bien changé. Elles sont plus précises et plus élevées. Près de 40 % des travailleurs du milieu communautaire détiennent un diplôme collégial, près de 30 % détiennent un diplôme universitaire, 5 % détiennent un diplôme de maîtrise ou de doctorat (notamment des psychologues), alors que 25 % ne détiennent qu'un diplôme d'études secondaires (outre les personnes de plus de 50 ans, les autres travailleurs possèdent une expérience de vie personnelle ou professionnelle qui est à contribution au sein de l'organisme). Près du trois quarts des emplois sont consacrés à l'animation ou à l'intervention auprès des clientèles cibles, alors que le 25 % restant sont consacrés aux postes administratifs, de soutien et de direction de l'organisme.

 

Voici quelques statistiques sur les organismes d'action sociale au Québec :

Sources : Fédération des centres d'action bénévole du Québec, Confédération des organismes de personnes handicapés du Québec, Fédération des organismes communautaires Famille du Québec, Association québécoise des centres communautaires pour aînés, Fédération des centres d'assistance et d'accompagnement aux plaintes du Québec, Association des services de réhabilitation sociale du Québec, Regroupement des maisons de jeunes du Québec, Regroupement des organismes de francisation du Québec, Association québécoise des organismes de coopération internationale, Association québécoise de prévention du suicide, Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec, Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale du Québec, Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec, Association québécoise des centres d'intervention en dépendance, Coalition des organismes communautaires dans la lutte contre le SIDA, Association québécoise Plaidoyer-Victime, Regroupement des services d'intervention de crise du Québec, Association des centres d'écoute téléphonique du Québec, Alliance Ressources Grossesse du Québec, Regroupement des organismes de justice alternative du Québec, Regroupement des organismes spécialisés pour l'emploi des personnes handicapées, Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage scolaire, Regroupement pour l'aide aux itinérants du Québec, Réseau juridique du Québec, Table de concertation des organismes ou services des personnes réfugiées et immigrantes du Québec, Société québécoise du cancer,  Secrétariat à l'adoption internationale du Québec, Service correctionnel du Canada.

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PUBLIC DES SERVICES SOCIAUX :

Suite à la réorganisation du réseau public québécois de la santé en 2015, il regroupe :

En 2016, l'ensemble du réseau public de la santé et des services sociaux emploie près de 226 200 personnes (soit 2 000 de plus qu'en 2013 et 7 000 de plus qu'en 2011) vouées à offrir des soins ou des services sociaux de qualité auprès des 8 millions de québécoises et québécois dans toutes les régions du Québec.

Pour plus de détails, consulte le Portrait du réseau québécois des services sociaux

Source  : Ministère de la Santé et des services sociaux du Québec. 

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PRIVÉ DE LA SANTÉ :

Dans le secteur privé, on y retrouve également de nombreux établissements de santé et d'éducation, soit :

  1. 57 centres hospitaliers de soins de longue durée CHSLD privés conventionnés répartis dans 11 régions du Québec

  2. plus de 735 résidences privées pour aînés autonomes ou semi-autonomes

  3. plus de 170 écoles secondaires ou primaires/secondaires privées

  4. plus de 140 écoles primaires ou préscolaires/primaires privées

  5. une centaine de coopératives de soins et services à domicile dans presque toutes les régions du Québec

  6. 51 coopératives de santé multidisciplinaires réparties dans 10 régions

  7. 32 maisons de soins palliatifs privées

  8. 12 écoles primaires/secondaires spécialisées offrant des services d'adaptation scolaire

  9. 2 centres de réadaptation privés pour adultes (Hôpital Marie-Clarac et Hôpital de réadaptation Villa Medica)

  10. 1 centre de réadaptation privé pour enfants et adolescents (Hôpital Shriniers de Montréal)

Sources : Association des établissements privés conventionnés du Québec, Regroupement des résidences privées pour aînés du Québec, Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec et Fédération des établissements d'enseignement privé du Québec, Fédération des coopératives à domicile et de santé du Québec.

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PUBLIC DE L'ÉDUCATION :

En 2015, Il comprenait 72 commissions scolaires dans l'ensemble des régions du Québec (60 francophones, 9 anglophones et 3 avec statut particulier - autochtones) qui regroupaient :

Au niveau de l'effectif étudiant (selon la langue d'enseignement), elles offraient des services notamment auprès de :

En ce qui a trait de l'effectif scolaire immigrant ou autochtone de première génération de la formation générale des jeunes (préscolaire, primaire et secondaire); la répartition chez la région d'origine et la langue d'enseignement était :

Au niveau de la répartition l'effectif scolaire handicapé ou en difficultés d'apprentissage en formation générale des jeunes (primaire et secondaire combinés), selon le type d'handicap ou de difficulté est :

  1. déficience intellectuelle profonde : plus de 600 élèves (dont 52 % garçons et 48 % filles)

    Plus de 99 % d'entre-eux sont en classe spécialisée.

  2. déficience intellectuelle moyenne à sévère : près de 2 800 élèves (dont 57 % garçons et 43 % filles)

    Parmi ces derniers, 91 % sont en classe spécialisée et 9 % sont intégrés en classe ordinaire avec suivi par un intervenant spécialisé.

  3. déficience motrice légère ou organique : plus de 4 700 élèves (dont 65 % garçons et 35 % filles)

    Parmi ces derniers, 33 % sont en classe spécialisée et 67 % sont intégrés en classe ordinaire.

  4. déficience langagière : plus de 9 000 élèves (dont 70 % garçons et 30 % filles)

    Parmi ces derniers, 69 % sont en classe spécialisée et 31 % sont intégrés en classe ordinaire

  5. déficience motrice grave : plus de 1 300 élèves (dont 58 % garçons et 42 % filles)

    Parmi ces derniers, 72 % sont en classe spécialisée et 38 % sont intégrés en classe ordinaire

  6. déficience visuelle : près de 570 élèves (dont 58 % garçons et 42 % filles)

    Parmi ces derniers, 44 % sont en classe spécialisée et 66 % sont intégrés en classe ordinaire.

  7. déficience auditive : plus de 1 500 élèves (dont 53 % garçons et 47 % filles)

    Parmi ces derniers, 45 % sont en classe spécialisée et 55 % sont intégrés en classe ordinaire (avec présence d'un interprète ou utilisation d'un appareil)

  8. troubles envahissants du développement TED : plus de 12 200 élèves (dont 84 % garçons et 16 % filles)

    Parmi ces derniers, 56 % sont en classe spécialisée et 44 % sont intégrés en classe ordinaire

  9. troubles relevant de la psychopathologie (santé mentale) : près de 3 500 élèves (dont 79 % garçons et 21 % filles)

    Parmi ces derniers, 59 % sont en classe spécialisée et 41 % sont intégrés en classe ordinaire

  10. déficience atypique : plus de 1 700 élèves (dont 78 % garçons et 22 % filles)

    Parmi ces derniers, 34 % sont en classe spécialisée et 66 % sont intégrés en classe ordinaire

  11. troubles graves du comportement (excluant jeunes en centre jeunesse) : plus de 1 200 élèves (dont 86 % garçons et 14 % filles)

    Parmi ces derniers, 64 % sont en classe spécialisée et 36 % sont intégrés en classe ordinaire

  12. autres handicapés reconnus (incluant les multi-handicaps) : plus de 300 élèves (dont 54 % garçons et 46 % filles)

    Parmi ces derniers, 91 % sont en classe spécialisée et 9 % sont intégrés en classe ordinaire

  13. autres difficultés : plus de 6 100 élèves (dont 62 % garçons et 38 % filles)

    Parmi ces derniers, 2 % sont en classe spécialisée et 98 % sont intégrés en classe ordinaire

  14. TOTAL : près de 45 500 jeunes (dont 66 % garçons et 34 % filles)

    Parmi ces derniers, 55 % sont en classe spécialisée et 45 % sont intégrés en classe ordinaire

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PRIVÉ DE L'ÉDUCATION :

En 2015, Il comprenait plus de 340 établissements privés d'enseignement dans l'ensemble des régions du Québec, soit :

  1. 128 écoles primaires régulières (dont : 84 francophones, 17 anglophones et 27 bilingues ou multilingues)

  2. 118 écoles secondaires (dont : 96 francophones, 18 anglophones et 4 bilingues ou multilingues)

  3. 63 écoles primaires/secondaires (dont : 29 francophones, 15 anglophones et 8 bilingues ou multilingues)

  4. 12 écoles spécialisées, soit 10 préscolaire/primaire/secondaire et 2 préscolaire/primaire (dont : 9 francophones, 1 anglophone et 1 bilingue) pour jeunes avec déficience intellectuelle, physique ou sensorielle ou pour jeunes avec difficutés de comportement ou avec difficultés d'apprentissage

  5. 2 centres de formation générale pour adultes (dont : 2 francophones, 0 anglophones et 0 bilingues ou multilingues)

  6. Pour un total de 342 établissements (dont 228 francophones, 51 anglophones et 23 bilingues ou multilingues)

Au niveau de l'effectif étudiant, ils offraient des services auprès de plus de 123 300 étudiantes et étudiants, soit :

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec et Fédération des établissements d'enseignement privé du Québec.

 

PERSPECTIVES D'AVENIR :

 

L'ensemble du réseau communautaire a des besoins importants de main-d'œuvre qualifiée afin de fournir des services de soutien et d'intervention auprès d'une population de plus en plus démunie et vieillissante. Bien que ce soit pas le milieu offrant les meilleures conditions de travail, c'est sûrement le milieu le plus dynamique où tu auras davantage l'impression d'aider les gens et d'offrir des services plus personnalisés, contrairement aux milieux du secteur public.

 

Les milieux d'intervention auprès des personnes âgées a également de nombreux besoins car la proportion de la population âgée augmente de façon importante.

 

Les milieux d'intervention auprès des personnes délinquantes ou victimes d'actes criminels sont également à court de personnel qualifié.

 

Par contre, compte tenu des gels d'embauche et des compressions budgétaires, les perspectives d'emploi dans les réseaux publics de la santé et des services sociaux et de l'éducation risquent d'être plus difficiles.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait du réseau québécois des services sociaux et communautaires

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Voir aussi la section « autres formations »

 

Le Diplôme d’études collégiales en techniques de travail social D.E.C. a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Il comporte des cours d'introduction au travail social, psychologie du développement de l'enfant, psychologie de la personnalité, communication et relation aidante, la personne et son milieu de vie, dynamique sociale et institutions, groupes sociaux et intervention sociale, techniques d'observation et méthodologie d'intervention, besoins et ressources des famille, animation de groupe en travail social, psychologie de l'adolescence et de la personne adulte, relation d'aide et techniques d'entrevue, initiation à la recherche sociale, intervention sociale et problèmes sociaux, intervention sociale à la personne et à la famille 1, intervention sociale auprès des groupes 1, intervention sociale auprès des communautés, projet d'engagement social, dynamique familiale, problèmes sociaux, politiques sociales et interventions sociales, pauvreté, santé et conditions de vie, contextes de violence, enjeux sociaux et citoyenneté, dimensions de la santé mentale, méthodologie du travail en équipe, pratique de l'action communautaire, législations et droits en intervention sociale, défense des droits sociaux individuels et collectifs, planification de l'intervention sociale, anglais appliqué aux techniques humaines et à l'intervention sociale,  intervention sociale auprès des jeunes, intervention sociale auprès des personnes âgées, intervention sociale en contexte interculturel, intervention sociale en santé mentale, intervention sociale à la personne et à la famille 2, intervention sociale et conditions de santé, intervention sociale auprès des groupes 2 intervention sociale en toxicomanies et autres dépendances, , protection de son intégrité, intervention sociale en contexte socio-juridique, interventions sociales en situations de crise, éthique en intervention sociale, projet en intervention communautaire, approches intégrées en intervention sociale, développement et coordination des ressources sociales d'intervention.

 

Enfin, tout au long du programme, tu auras à réaliser différents stages dans un ou des milieu(x) d'intervention de ton choix et à l'endroit de ton choix (dans la région du collège, dans ta région, ailleurs au Québec, au Canada ou même dans le cadre d'un stage à l'étranger). Il comporte tout d'abord, un premier stage de sensibilisation à l'intervention sociale individuelle ou de groupe offert en 2e ou 3e session selon le collège d'une durée de 75 heures à raison d'1 jour/semaine pendant 15 semaines, ensuite tu auras à réaliser un second stage d'implication au milieu d'intervention sociale offert en 4e ou 5e session selon le collège d'une durée de 150 heures à raison de 3 jours/semaine pendant 15 semaines et enfin, un dernier stage d'intervention offert en 6e session d'une durée de 420 à 525 heures à 5 jours/semaine pendant 15 semaines.

 

Note : le nom et le contenu des cours, ainsi que la séquence des cours à chacune des sessions peuvent différer selon les collèges, mais les objectifs du programme restent les mêmes.

 

Il y a également des programmes d’Attestations d’études collégiales A.E.C. offert dans plusieurs collèges et qui a une durée totale de 2 ans à temps complet, mais il est aussi offert à temps partiel. Ils sont destinés à ceux qui détiennent déjà un D.E.C. dans une autre discipline et qui ont complété les cours communs obligatoires (français, anglais, philosophie, éducation physique) et qui désirent obtenir une formation en techniques de travail social (intervention sociale, gérontologie, intervention auprès des jeunes, intervention en santé mentale, éducation spécialisée, animation, etc). Ils sont aussi destinés à ceux qui ont acquis quelques années d’expérience sur le marché du travail et qui désirent effectuer un retour aux études. Dans la plupart des établissements, ce programme est offert de soir.

 

Pour plus de détails, consulte la section « autres formations ».

 

D.E.C.-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de se faire reconnaître des acquis du D.E.C. dans le cadre d'un programme de baccalauréat. Tu peux donc compléter tes études universitaires en 2 ans au lieu de 3 ans.

 

Voici la seule entente actuellement offerte :

 

DEC-BAC en travail social : en 5 ans

(DEC en techniques de travail social + Baccalauréat en travail social)

 

PASSERELLES :

 

Une passerelle permet aux titulaires du DEC en techniques de travail social de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission est faite lors de la demande et aucune préférence ou priorité n'est accordée à l'admission.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

PERFECTIONNEMENT :

 

Il existe des programmes de perfectionnement de courte durée au niveau collégial et universitaire destiné notamment à des techniciens(nes) en service social au moins quelques années d’expérience. Voici quelques exemples :

 

Signification des types programmes :

 

A.E.C. Attestation d’études collégiales : programme collégial de perfectionnement offert généralement à temps partiel et/ou à temps complet (selon les programmes) menant à une attestation

 

Programme court, Microprogramme, Module, Attestation : petit programme d’études universitaires comprenant 9 à 15 crédits conduisant à une attestation offert à temps partiel uniquement

 

Certificat de 1er cycle : programme universitaire de courte durée comprenant de 24 à 30 crédits conduisant à un diplôme de certificat et offert à temps partiel et/ou temps complet.

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

Tu pourras également poursuivre tes études à l'université dans le cadre de l'un des programmes de baccalauréat suivants :

Note : plusieurs de ces programmes sont contingentés

EXIGENCES D’ADMISSION (pour le D.E.C.) :

 

-         Détenir un D.E.S. sans cours préalable exigée

 

AUTRES EXIGENCES PARTICULIÈRES À L’ADMISSION :

-    Ne pas avoir d'antécédents judiciaires (exigence de plusieurs milieux de stage)

-        Se soumettre à une entrevue (exigence de la plupart des collèges)

-        Subir un test ou répondre à un questionnaire (exigence de plusieurs collèges)

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

À l’automne 2017 (au 1er tour) :

 

Ce programme est contingenté dans les colleges suivants :

COLLÈGES

 DEMANDES

 PLACES DISPONIBLES

TAUX D’ADMISSION

EN %

TAUX D’ADMISSION

EN 2017

TAUX D’ADMISSION

en 2016

TAUX D’ADMISSION

en 2015

TAUX D’ADMISSION

en 2014

TAUX D’ADMISSION

en 2013

Vieux-Montréal

304

161

53

60

46

36

38

37

Marie-Victorin

200

118 **

59

50

57

37

45

44

St-Jérôme

170 88 52 52 53 53 47 49

Sainte-Foy

194

96

49

64

48

60

43

59

Trois-Rivières

138

84

61

63

40

43

42

26

Sherbrooke

148

105 ***

71

47

47

52

54

57

Jonquière

132 69 52 49 72 66 61 60

 n-d = donnée non disponible

* moyenne des derniers candidats invités au test et/ou à l’entrevue : 72 à 78 % selon les collèges

** 13 places ont été ajoutées

*** 19 places ont été ajoutées

**** Il y a également contingentement à Lanaudière et St-Jean-sur-Richelieu, mais aucune donnée d'admission disponible

 

Admissions fermées au 2e tour dans les collèges avec programme contingenté

 

Admissions ouvertes au trimestre d'automne seulement dans presque tous les collèges

Admissions également ouvertes au trimestre d'hiver à Abitibi-Témiscamingue (10 places).

 

Aucun contingentement dans les autres collèges :

 

Les candidats(es) admissibles (répondant aux exigences d'admission) sont généralement admis

 

Admissions ouvertes au trimestre d'automne seulement dans la plupart des collèges

Admissions également ouvertes au trimestre d'hiver dans les collèges suivants :

Sources : Cégep Marie-Victorin, Cégep Sainte-Foy, Cégep de Sherbrooke, Cégep de Trois-Rivières, Cégep de St-Jérôme, Cégep de Jonquière, SRACQ et SRASL

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Qu'est-ce que l'alternance travail-études ?

 

Région de Montréal (Montréal-métro, Montérégie, Laurentides, Lanaudière, Laval) :

Région de Québec (Québec, Chaudières-Appalaches, Beauce) :

Ouest et Centre du Québec (Mauricie-Bois-Francs, Estrie, Centre-du-Québec, Outaouais, Abitibi-Témiscamingue) :

Est et Nord du Québec (Saguenay-Lac-St-Jean, Bas-St-Laurent, Gaspésie et es Iles, Côte-Nord) :

Hors-Québec :

 

Diplôme d’études collégiales de l’Ontario en techniques de travail social

 

-         Cité Collégiale, Ottawa (Ontario), également offert le Diplôme d’études collégiales de l’Ontario en techniques de travail social en gérontologie, voir aussi les programmes passerelles offerts conjointement avec l'Université d'Ottawa (Bacc en travail social ou Bacc en sciences sociales)

 

AUTRES FORMATIONS :

Il existe également d'autres formations offertes à temps complet ou à temps partiel dans le cadre de programmes d'AEC. Voici les exigences d'admission :

Note : Consulte la section « formation continue » ou « formation aux adultes » du site du collège désiré 

En éducation spécialisée :

Voir la page d'éducateur spécialisée (dans la section "autres formations")

En services correctionnels :

Pour plus de détails, consulte la page d'agent des services correctionnels

Autres domaines :

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l'avis d'intervenants sociaux sur leur métier ?, alors regarde les vidéos suivants :

Pour une liste d'organismes communautaires, Portrait du réseau québécois des services sociaux et communautaires

 

Pour une liste des CLSC et autres centres de services sociaux du secteur public, consulte le Portrait du réseau québécois de la santé

 

Pour une liste d'établissements d'enseignement, voir le Portrait du réseau de l'éducation

 

Pour une liste d'établissements de santé, consulte le Portrait du réseau de la santé

 

Pour une liste des établissements correctionnels, consulte le site du Ministère de la Sécurité publique du Québec et celui du Service correctionnel du Canada
 

Autres :

 

 

Retour à la page du secteur services sociaux

Retour à la page d'accueil