Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d'accueil

 

 

 

 

SECTEUR : CHIMIE ET BIOLOGIE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

MICROBIOLOGISTE

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.Sc.

MAÎTRISE EN SCIENCES M.Sc.

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Va voir également ma section « liens recommandés » à la fin de la page (dont des vidéos de microbiologistes qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que microbiologiste; tu auras pour tâches d’étudier, d’analyser, de classer et d’identifier la structure et les fonctions de micro-organismes comme les bactéries, les parasites, les microbes, les champignons, etc. Tu pourrais même participer à des travaux de recherches sur le fonctionnement des tissus et cellules humaines, animales ou végétales afin  de résoudre ou dépister des maladies chez ces espèces. Tu auras également d’autres tâches spécifiques au milieu où tu travailleras, consulte les paragraphes ci-dessous pour plus de détails :

 

En microbiologie industrielle ou environnementale : tu effectueras des analyses en laboratoire de substances telles que : eaux industrielles, eaux usées, échantillons du sol, déchets industriels, déchets municipaux, etc afin d’y déceler des traces de bactéries ou parasites qui pourraient causer des problèmes environnementaux. Tu seras également chargé(e) de fournir des conseils environnementaux auprès des autorités publiques ou industrielles.

 

En microbiologie alimentaire ou agricole : tu effectueras des analyses en laboratoire de contaminants alimentaires (pesticides, métaux lourds, etc), d’aliments, de produits agricoles et de substances naturelles afin d’y déceler des microorganismes (notamment les bactéries) qui risquent d’être dangereux à la santé humaine ou animale.

 

En microbiologie médicale ou pharmaceutique : tu effectueras des analyses en laboratoire de médicaments, produits naturels, drogues, produits médicaux, produits dentaires afin d’y déceler des microorganismes qui risquent d’être dangereux pour la santé humaine ou animale.

 

NOTE : si tu désires devenir médecin spécialisé dans le traitement des maladies infectieuses et dans l’analyse des microorganismes pour confirmer une maladie, il faut d’abord entreprendre des études en médecine et ensuite te spécialiser en microbiologie médicale et infectiologie.

Pour plus de détails, consulte la page concernant la profession de médecin.

 

Si tu désires devenir vétérinaire spécialisé dans le traitement des maladies infectieuses et dans les analyses des microorganismes pour confirmer une maladie, il faudra d’abord entreprendre des études en médecine vétérinaire et ensuite te spécialiser en pathologie et microbiologie vétérinaires.

Pour plus de détails, consulte la profession de vétérinaire.

 

En enseignement et recherche universitaires : En tant qu’assistant(e) de recherche en microbiologie ou de chercheur(e) en microbiologie (avec un doctorat); tu effectueras des recherches poussées dans un champ spécifique de la microbiologie afin de résoudre certains problèmes reliés à ton domaine d’expertise, développer de nouvelles techniques d’analyses, mieux comprendre le fonctionnement des microorganismes, mieux connaître un type de microorganisme spécifique, etc. Tu auras également à encadrer et diriger des projets de recherches d’étudiants(es) dans le cadre de leur programme d’études en microbiologie. Tu pourras travailler principalement au sein des universités (n’importe où dans le monde), mais il te sera également possible de travailler au sein de compagnies pharmaceutiques, biomédicales, alimentaires, laboratoires et centres de recherches privés. En tant que professeur(e) d’université en microbiologie, tu enseigneras des matières spécialisées reliées dans ton champs de compétence en biologie auprès d’étudiants(es) qui aspirent devenir microbiologistes.

 

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-         Aptitudes poussées pour les mathématiques, les sciences et la recherche

-        Intérêts pour l'environnement

-         Aptitudes pour entreprendre de longues études supérieures (au niveau de la maîtrise, parfois même au doctorat)

-     Capacité de travailler sous pression  car tu auras à gérer des priorités et respecter des échéanciers

-         Capacité d’analyse et de synthèse pour être en mesure d’analyse et de résoudre divers problèmes scientifiques reliés à la microbiologie

-        Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction car tu devras être à l'affut des nouveaux développements scientifiques ou de nouvelles méthodes d'analyses

-         Très bon sens de l’observation pour observer attentivement les différentes sources de pollution et leurs provenances

-         Souci du détail et minutie car tu auras à étudier de façon précise et détaillée le fonctionnement et le mode de vie des microorganismes

-    Autonomie, débrouillardise et flexibilité car tu seras parfois seul(e) pour exécuter certaines tâches et résoudre certains problèmes en laboratoire

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable de diriger, d’encadrer et de coordonner une équipe de laboratoire des projets

-         Sens de l’organisation pour planifier, organiser et diriger des projets techniques ou de recherches

-         Sens de l’initiative et facilité à communiquer pour participer activement à des projets de recherches

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres microbiologistes, des biochimistes, des chercheurs, des technologues en microbiologie, etc.

-        Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des collègues scientifiques, ainsi que pour rédiger différents rapports techniques et scientifiques

-        Bonne connaissance de la langue langue anglaise afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des collègues scientifiques, pour consulte différents manuels et publications scientifiques souvent dans cette langue, ainsi que pour rédiger différents rapports techniques et scientifiques

PROFESSIONS APPARENTÉES :

EMPLOYEURS POTENTIELS :

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

 

-         Détenir une maîtrise en microbiologie au minimum souvent exigé

-         Connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-    Bonnes connaissances des logiciels spécialisés

-         Polyvalence

-    Certains postes exigent des déplacements fréquents ou occasionnels sur le terrain (ex : bords de cours d'eau, terrains contaminés, etc.) 

ASSOCIATION PROFESSIONNELLE :

Au Québec, l'exercice de la microbiologie n'est pas une profession à exercice exclusif (ex : agronome, chimiste, ingénieur, etc.) ni à titre réservé puisqu'elle n'est pas encadrée par un ordre professionnel ni une loi professionnelle particulière. Donc, aucun permis de pratique n'est nécessaire afin de porter ce titre

Tu pourras devenir volontairement membre de l'Association des microbiologistes du Québec et obtenir le titre professionnel "microbiologiste agréé(e) Mcb.A." qui démontre le professionnalisme, la rigueur, l’éthique et la compétence du microbiologiste auprès des employeurs notamment par un code de déontologie professionnel établi.

Actuellement, la majorité des microbiologistes du Québec sont membres de cette association.

De plus, selon une entente entre l'Association des microbiologistes du Québec et l'Ordre des chimistes du Québec; les membres de cette association peuvent devenir membre de l'Ordre leur permettant d'obtenir un permis de pratique avec restrictions reliées à la profession de microbiologiste, mais avec les mêmes exigences professionnelles.

Par contre, des démarches sont entreprises auprès des instances gouvernementales afin de faire reconnaître officiellement la profession et y instaurer un ordre professionnel afin de mieux encadrer cette profession qui s'occupe notamment de prévenir et d'enrayer les risques épidémiologiques au sein de la population.

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2015 :

 

Au baccalauréat :

 

La MAJORITÉ des répondants(es), soit 72 % ont poursuivi leurs études au niveau de la maîtrise.

 

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, le placement est faible, seulement 42 % d'entre-eux ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la presque totalité, soit 80 % sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

86 10 8 62

 

Note 1 : hausse du nombre de répondants(es) poursuivant des études supérieures par rapport aux années précédentes (était de 66 % en 2013 et 67 % en 2009, exception de 2011 qui était de 78 %). Les études supérieures sont essentielles dans ce domaine.

 

Note 2 : baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 70 % en 2013; 58 % en 2011 et 47 % en 2009).

 

À la maîtrise :

 

Pour la maîtrise en microbiologie :

 

Le placement est bon, 68 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

Plusieurs autres répondants(es), soit 30 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

Pour la maîtrise en environnement :

 

Le placement est bon, 61 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travailont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Seulement quelques répondants(es), soit 10 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

Pour la maîtrise en biologie cellulaire et moléculaire et la maîtrise en génétique :

 

La totalité des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

Pour les autres programmes :

En biochimie :

Le placement est tres bon, 80 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

Plusieurs autres répondants(es), soit 38 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En santé publique :

 

Le placement est bon, 75 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont 90 % sont à temps complet.

Quelques autres, soit 22 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En sciences des aliments :

 

Le placement est bon, 75 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont 90 % sont à temps complet.

Un(e) répondant(e) a poursuivi des études de doctorat.

En sciences de l'eau :

 

Seulement 30 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

En sciences vétérinaires :

Le placement est très bon, 80 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont 90 % sont à temps complet.

Quelques autres, soit 29 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

PROGRAMMES

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES

Microbiologie

27

13

11

8

Biochimie

24

12

11

9

Bio moléc et cell.

4

0

0

4

Environnement

129

75

68

6

Santé communaut

67

39

35

15

Sc de l'eau

6

0

0

2

Sc des aliments

9

6

6

1

Sc vétérinaires

7

4

4

2

Note 1 : légère hausse du taux de placement en microbiologie par rapport aux années précédentes (était de 56 % en 2013; 74 % en 2011 et 52 % en 2009).

Note 2 : nombre de répondants(es) en microbiologie poursuivant des études de doctorat comparable aux années précédentes (était de 31 % en 2013; 27 % en 2011, mais 47 % en 2009).

Note 3 : baisse du taux de placement en environnement par rapport aux années précédentes (était de 77 % en 2013; 73 % en 2011 et 73 % en 2009).

 

Au doctorat :

(données de 2014)

 

En microbiologie :

 

Le placement est EXCELLENT, 100 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Plusieurs autres répondants(es), soit 14 % ont poursuivi leurs études au niveau du stage postdoctoral.

 

PROGRAMMES

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE EN STAGE
POST-DOCT

NOMBRE AUX ÉTUDES

Microbiologie

14

12

12

2

0

Bio moléc et cell.

26

17

17

9

0

Environnement

12

10

9

2

0

Santé communaut

23

19

16

4

0

Sc médicales

88

52

47

21

9

Biochimie

18

12

12

6

2

 

Note 1 : hausse du taux de placement en microbiologie par rapport aux années précédentes (était de 100 % en 2012; 82 % en 2010 et 62 % en 2007).

 

Note 2 : taux de placement en environnement tout aussi excellent que dans les années précédentes (était de 100 % en 2012; 100 % en 2010 et 100 % en 2007).

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec et Université de Sherbrooke (pour le Bacc en biologie moléc et cell)

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

 

Avec un baccalauréat :

 

Consulte la page de technologue en biochimie-biotechnologies et celle de technicien en biologie-microbiologie.

 

Avec une maîtrise ou un doctorat :

 

Dans le secteur privé :

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en microbiologie (était de 18,10 $ en 2013; 21,65 $ en 2011 et 21,85 $ en 2009).

 

Note 2 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en sciences de l'environnement (était de 24,68 $ en 2013; 21,65 $ en 2011 et 21,85 $ en 2009).

 

Note 3 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en sciences des aliments par rapport aux années précédentes (était de 21,65 $ en 2013; 19,55 $ en 2011 et 20,80 $ en 2009).

 

Dans le secteur public et parapublic :

Note : Dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives collectives.

En enseignement collégial et universitaire :

(32,5 heures/sem réparties sur 40 semaines pour le collégial, mais le salaire est calculé sur 52 semaines)

  • 72,07 $/heure en moyenne en tant que chargé(e) de cours dans un collège préuniversitaire privé (avec une maîtrise ou une scolarité de doctorat)

  • 75,17 $/heure en tant que chargé(e) de cours dans un cégep (avec une maîtrise ou une scolarité de doctorat)

  • 90,01 $/heure en moyenne en tant que chargé(e) de cours dans une collège préuniversitaire privé (avec un doctorat)

  • 90,61 $/heure en tant que chargé(e) de cours dans un cégep (avec un doctorat)

  • 861,00 $/semaine en moyenne en tant qu'enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise dans une discipline d'enseignement + une maîtrise ou un diplôme en pédagogie au collégial)

  • 887,63 $/semaine en moyenne en tant qu''enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise + diplôme en pédagogie de l'enseignement collégial ou titulaires d'une maîtrise + scolarité de doctorat)

  • 892,52 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise dans une discipline d'enseignement + une maîtrise ou un diplôme en pédagogie au collégial)

  • 969,98 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans de scolarité : scolarité de doctorat)

  • 1 032,90 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 1 054,23 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 8 311,99 $/trimestre et par cours de 45 heures en moyenne pour un(e) chargé(e) de cours ou part-time faculty dans une université (avec une maîtrise)

  • 8 403,25 $/trimestre et par cours de 45 heures en moyenne pour un(e) chargé(e) de cours ou part-time faculty dans une université (avec un doctorat)

  • 1 070,34 $/semaine en moyenne en tant que chargé(e) d'enseignement, professeur(e) assistant(e), professeur(e) suppléant(e) ou lecturer dans une université

  • 1 336,35 $/semaine en moyenne en tant que professeur(e) adjoint(e), professeur(e) régulier ou assistant professor dans une université

Note : Dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives collectives.

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, Syndicat des professionnels à pratique exclusive de la Ville de Montréal, Syndicat des professionnels municipaux de Montréal, Alliance des professionnels de la Ville de Québec, Alliance du personnel professionnel et administratif de la Ville de Laval, Syndicat professionnel des scientifiques d'Hydro-Québec, Syndicat du personnel technique et professionnel de la SAQ, Syndicat des professionnels du Gouvernement du Québec - section locale INESS, conventions collectives des employés de plusieurs grandes municipalités, conventions collectives des professeurs de plusieurs collèges privés, conventions collectives des professionnels de la plupart universités, conventions collectives des professionnels de recherche de la plupart des universités, conventions collectives des chargés de cours de plusieurs universités, conventions collectives des professeurs de la plupart des universités et Forces canadiennes.

 

PORTRAIT DE LA DISCIPLINE :

 

La microbiologie est forte importante puisque qu'elle permet de prévenir, de diminuer ou d'enrayer les risques et les dangers pour la santé et la sécurité de la population face aux contaminants liés aux microbes, aux levures, aux moisissures, aux bactéries, aux parasites et aux virus.

 

On n'a qu'à penser aux problèmes de moisissures dans plusieurs écoles, notamment dans la région de Montréal, les risques de viande contaminée chez les transformateurs de viandes et volailles, la recrudescence de la maladie de Lyme (bactérie affectant plusieurs organes chez les humains et les animaux) en 2013-2014,  les efflorescences d’algues bleues dans des lacs du Québec, la qualité de l'eau des piscines publiques, etc.

 

La microbiologie est présente dans plusieurs domaines, soit :

 

La microbiologie agroalimentaire :

 

La fabrication d'un grand nombre de produits agroalimentaires s'appuie sur l’utilisation de microorganismes. Ceux-ci interviennent, par exemple, dans l'élaboration et l’affinage d’aliments issus de fermentations lactiques ou éthyliques tels que les produits probiotiques, le fromage, le yogourt, les charcuteries, le pain, la sauce soya et les boissons alcoolisées, pour n'en nommer que quelques-uns. Les microorganismes sont également utilisés pour synthétiser des arômes, des acides aminés, des vitamines, des enzymes, des gélifiants et autres composés servant d'additifs et qui entrent dans la fabrication alimentaire. Les extraits de certains microorganismes riches en protéines et en nutriments servent à augmenter la valeur nutritive de certains aliments. L’utilisation à grande échelle de microorganismes probiotiques pour leurs bienfaits dans l’alimentation humaine et animale

 

Au niveau des produits agricoles, certains microorganismes sont épandus dans les champs pour favoriser la croissance des plantes, pour lutter contre les parasites et les agents phytopathogènes ou bien pour aider à la conservation de l’ensilage.

 

La microbiologie biopharmaceutique :

 

On y exploite les systèmes enzymatiques et moléculaires des microorganismes pour synthétiser de nombreuses substances thérapeutiques. Parmi celles-ci on compte, entre autres, des antibiotiques, des enzymes, des hormones, certains anticoagulants, des acides animés, des anticorps et plusieurs autres molécules d’intérêt médical et diagnostique. Les microorganismes et certains de leurs composants servent également à élaborer les vaccins.

 

La microbiologie clinique et santé publique :

(ne pas conforme avec la microbiologie médicale, une spécialité de la médecine)

 

On y étudie les microorganismes susceptibles d'être pathogènes pour les êtres humains afin d'analyse et d'identifier la virulence, la pathogenèse (relation hôte-pathogène) et l'efficacité des traitements, ainsi qu'à la dynamique des maladies infectieuses.

 

La microbiologie environnementale :

 

On y évalue l’impact que les microorganismes peuvent avoir sur la santé et sur l’environnement que ce soit au niveau de la qualité de l'eau, de l'air ou des sols.

 

La microbiologie industrielle :

 

Plusieurs industries exploitent les propriétés utiles des microorganismes. exploitent les capacités de synthèse et de dégradation des microorganismes pour la production de substances chimiques et pour l’extraction de certains minéraux du sol. Les microorganismes constituent également la principale source d'enzymes commerciales, biotechnologiques et alimentaires. Certains microorganismes ayant la capacité de dégrader des molécules complexes sont utilisés dans les usines d’épuration des eaux usées, dans l'industrie des pâtes et papiers et dans les procédés de décontamination des sols, des eaux et des déchets industriels. L'activité microbienne de biodégradation produit également des sources d’énergie alternative comme le bioéthanol et le méthane.

 

La microbiologie moléculaire :

 

Cette spécialité de la microbiologie est au croisement de la génétique microbienne et de la biochimie. On y cherche à mieux comprendre les rouages moléculaires qui sous-tendent la mécanique cellulaire des microorganismes et leur fonctionnement. Dans le domaine des biotechnologies, la microbiologie moléculaire permet d’identifier des molécules ou des gènes d’origine microbienne ayant un potentiel industriel ou commercial. La microbiologie moléculaire permet également d’étudier les relations hôte-pathogène, afin de mieux comprendre de quelles façons se déroulent une infection et de mettre au point de nouveaux outils thérapeutiques.

 

Par ailleurs, une connaissance approfondie de la physiologie des microorganismes, de leur génétique et de leurs interactions facilite notre compréhension du monde vivant. La simplicité de multiples microorganismes permet l’étude et la compréhension de phénomènes physiologiques similaires aussi retrouvés chez des êtres plus complexes comme l’être humain.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 3 000 microbiologistes dans l'ensemble du Québec en 2015.

Plus de 56 % des microbiologistes étaient des hommes, mais la tendance reste prévoir que le nombre de femmes augmentera considérablement au cours des prochaines années.

Plus de 65 % des membres de la profession étaient âgés de moins de 45 ans.

 

Selon une enquête réalisée par l'Association des microbiogistes du Québec; elle comptait plus de 386 membres qui détenaient le titre profesionnel "microbiologiste agréé(e) Mcb.A".

 

La répartition de ses membres par domaine de pratique était :

BREF PORTRAIT DE QUELQUES SECTEURS INDUSTRIELS :

 

L'industrie québécoise de la transformation alimentaire :

 

Elle est le plus important employeur industriel au Québec, qui est présente dans presque tous les régions de la province et qui est un moteur économique de premier plan dans plusieurs régions et sous-régions (MRC) d'un bout à l'autre du territoire québécois.

 

En 2015, elle a généré des revenus de plus de 22,7 milliards $, soit 25 % de la production canadienne et 15 % du secteur manufacturier québécois.

 

Elle est divisée en 8 principaux secteurs, soit :

On y retrouvait plus de 1 500 entreprises (dont 31 % qui fabriquaient des produits de boulangerie, 10 % de boissons alcoolisées ou non alcoolisées, 8 % des produits laitiers et 7 % d'aliments pour animaux) qui employaient plus de 65 000 travailleuses et travailleurs dans presque toutes les régions du Québec, mais principalement en Montérégie, Montréal, Chaudière-Appalaches, Laval, Centre-du-Québec et Bas-St-Laurent.

 

En industrie agroalimentaire, l'expertise du microbiologiste est primordial afin d'effectuer des analyses microbiologiques de surface d'ingrédients et de produits intermédiaires servant à la transformation des aliments et boissons, ainsi que des produits alimentaires finis afin d'y détecter bactéries et autres micro-organismes nuisibles. Il est aussi chargé d'y effectuer des analyses afin d'y développer des bactéries qui sont sources de probiotiques qui pourront être ajoutés au processus de transformation d'aliments leur permettant d'améliorer leurs bénéfices pour la santé.

 

Selon les données d'Emploi-Québec, ce sont plus de 25 % des microbiologistes qui travailent au sein de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons, ce qui en fait le second plus important employeur de ces professionnels.

 

L'industrie québécoise des services environnementaux :

 

En 2015, son marché était de 1,5 milliards $ qui regroupait plus de 600 entreprises dont les services environnementaux est leur activité principale et qui procuraient de l'emploi pour plus de 33 300 personnes.

 

On retrouve notamment une vingtaine de firmes de consultants et entreprises détenant une centaine de laboratoires privées d'essais et d'analyses laboratoires spécialisés dans le domaine des sciences géoenvironnementales (analyses physico-chimiques, caractérisation environnementale, etc.).

 

Plus de 200 entreprises spécialisées en assainissement et gestion des déchets offrent des services de gestion d'usines de traitement des eaux usées de municipalités et d'industries, de gestion, traitement et destruction des déchets agricoles, domestiques ou industriels, etc.

 

Les microbiologistes en environnement effectuent des analyses  afin de caractériser la composition de contaminants biologiques présents dans les sols, dans les eaux ou dans l'air. Ils effectuent également des analyses en laboratoire afin de contrôler la qualité de l'eau dans les usines de traitement des eaux usées.

 

L'industrie québécoise des biotechnologies :

 

Le Québec, et en particulier la région de Montréal, concentre près de la moitié de toutes les activités de l’industrie biopharmaceutique au Canada.

 

Donc, c'est une industrie en constante évolution puisqu'on prévoit une croissance de 9 % des revenus et des emplois au cours des 10 prochaines années.

 

En 2015, On y retrouvait une quarantaine d'entreprises qui employaient plus de 700 personnes, dont plus de 90 % étaient concentrées dans la région de Montréal.

 

Le microbiologiste en biotechnologies identifie, étudie et analyse des molécules ou des gènes d’origine microbienne ayant un potentiel industriel ou commercial,  ainsi que la culture cellules, les molécules ou les gènes de végétaux ou d’animaux pour la mise au point et le développement de nouveaux médicaments (pour les humains ou pour les animaux), de nouveaux vaccins, de fertilisants biologiques, de produits médicaux, d’aliments présentés de meilleures qualités nutritives, etc.

 

L'industrie pharmaceutique québécoise :

 

Malgré ses nombreuses difficultés au cours des dernières années, Montréal reste l’une des rares métropoles au monde où une entreprise peut procéder toutes les étapes de la mise au point d’un médicament.

 

On y retrouve une quarantaine d'entreprises qui y fabriquent des médicaments d'origine, des médicaments génétiques et des médicaments de santé naturelle plus de 8 500 travailleuses et travailleurs, principalement concentrés dans les régions de Montréal, Laval, Québec et Montérégie.

 

En plus des grandes sociétés pharmaceutiques (américaines, britanniques ou suisses), on y retrouve également quelques entreprises québécoises qui ont su s'intégrer dans ce lucratif marché mondial.

 

Le microbiologiste dans le domaine biopharmaceutique exploite les systèmes enzymatiques et moléculaires des microorganismes pour synthétiser de nombreuses substances thérapeutiques ou pour fabriquer des produits de soins du corps.

 

Selon une enquête de Pharmabio Développement en 2015, plus de 66 % des entreprises interrogées prévoient une croissance de leurs activités au cours des 10 prochaines années. les technologues de laboratoire est l'un des 5 métiers dont les entreprises pharmaceutiques (principalement les entreprises de moyenne taille, soit de moins de 100 employés) auront le plus de difficultés à recruter au cours des prochaines années.

 

Secteur de la recherche biomédicale :

 

Le Québec, principalement la région de Montréal détient la seconde concentration de recherche la plus importante dans le domaine biomédical au Canada derrière Toronto et la 7e en Amérique du Nord.

 

En 2015, on y retrouvait plus de 150 organismes de recherche publics et parapublics qui employaient plus de 12 000 personnes, principalement concentrés dans la région de Montréal, mais également de Québec, Estrie, Laval et Mauricie.

 

Il s'ajoute également plus de 85 entreprises qui employaient plus de 9 000 personnes dont 90 % dans les régions de Montréal et Laval, soit 20 % des emplois en Amérique du Nord dans ce secteur.

 

On y effectue des recherches dans de nombreux domaines de la santé humaines (cancers, maladies infectieuses, maladies neurologiques et mentales, maladies cardiovasculaires et métaboliques, génétique et génomique, etc.).

 

Les microbiologistes-immunogistes non chercheurs analysent et synthétisent des molécules bioactives susceptibles d’avoir une activité pharmacologique ou autre activité médicinale, analysent et synthétisent des peptides ayant des propriétés pharmacologiques, étudient les propriétés de drogues, analysent les propriétés de substances physiochimiques utilisées dans les traitements en radio-oncologie ou les examens en radiologie ou médecine nucléaire, etc.

 

Les chercheurs en microbiologie-immunologie réalisent de nombreux projets de recherche sur des molécules bioactives afin de découvrir de nouvelles applications précliniques et cliniques, sur la résistance des antibiotiques et l'exploitation de nouvelles cibles bactériennes pour le développement de nouveaux agents antibactériens innovateurs, le développement de nouveaux agents anticancéreux par l'étude des interactions biomoléculaires, l'étudie de petites molécules d'intérêt thérapeutique afin de développement de nouveaux antitumoraux pour le traitement de différents cancers, etc.

 

Les chercheurs en virologie réalisent des projets de recherche sur l'expression virale, l'interaction du virus avec son hôte, l'émergence de nouveaux virus et les moyens de lutte afin de développer de nouveaux médicaments antiviraux pour lutter contre les maladies infectieuses telles que le VIH-sida ou la malaria, ainsi que dans le développement de vaccins plus efficaces.

 

Sources : Comité sectoriel de la main-d'œuvre en transformation alimentaire du Québec, EnviroCompétences - Comité sectoriel de la main-d'œuvre en environnement du Québec, Pharmabio - Comité sectoriel de la main-d'œuvre de l'industrie biopharmaceutique du Québec, Montréal In Vivo et Emploi-Québec.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Les préoccupations environnementales sont de plus en plus grandes tant pour les décideurs publics (gouvernements, municipalités) que pour les entreprises industrielles. Donc, de bonnes perspectives sont à prévoir dans le domaine de l'environnement.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de l'environnement

 

Avec les exigences de plus en plus grandes de la part des consommateurs, l'industrie de la transformation alimentaire a des besoins de ces spécialistes afin d'assurer la bonne qualité des produits fabriqués ou transformés.

 

L'industrie pharmaceutique offre de bonnes perspectives dans tous les aspects du controle de la qualité des produits, du développement de médicaments et de la recherche pharmaceutique.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique

 

Pour plus de détais, consulte le Portrait de l'industrie de la transformation alimentaire

 

Le secteur biomédicale offre également de très bonnes perspectives pour ces techniciens(nes) qui sont recherchés(es) dans les domaines de la santé publique et environnementale et en recherche médicale.

 

Pour plus de détails, consulte la page de spécialiste en sciences médicales et le Portrait du réseau de la santé

 

De plus, les développements importantes dans plusieurs secteurs de pointe de la biologie tels que : la génétique de l’environnement, la génétique animale, la génétique végétale, les biotechnologies, la biologie moléculaire et la pharmacologie permettent de prévoir de très bonnes perspectives d’emploi pour les prochaines années.

 

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) microbiologiste dans le secteur privé ayant 10 années d'expérience était de 57 900 $.

 

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) microbiologiste dans le réseau de la santé ayant 10 années d'expérience était de 62 500 $.

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) chercheur(euse) en microbiologiste dans le secteur privé ayant 10 années d'expérience était de 65 000 $.

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) professeur(e) d'université en microbiologie (titre agrégé) dans les universités ayant 10 années d'expérience était de 78 100 $.

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Tu aimerais combiner des études techniques en biochimie-biotechnologies  avec des études universitaires en microbiologie ?

 

Oui, c’est possible dans le cadre de programmes DEC-BAC en microbiologie. Pour plus de détails, consulte la page de technologue en biochimie.

Le Baccalauréat spécialisé en microbiologie B.Sc. offert à l'Université Laval et l'Université de Sherbrooke a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet, mais peut également être suivi à temps partiel.

Il offre une formation de base dans des disciplines spécialisées telles que la bactériologie, la parasitologie, la virologie et l’immunologie pour tous les domaines d'applications : santé humaine, santé animale, sciences végétales, agriculture, environnement, contrôle de la qualité des aliments, hygiène industrielle, etc. Il comporte de nombreux travaux pratiques en laboratoire (biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire, immunologie, virologie, etc.), en plus de la réalisation d'un projet de recherche en microbiologie de niveau baccalauréat préparant aux travaux de recherche en milieu de travail et/ou aux études supérieures (microbiologie, microbiologie appliquée, microbiologie agroalimentaire, microbiologie-immunologie, biologie cellulaire et/ou moléculaire, épidémiologie, parasitologie, virologie-immunologie, etc.

Tu auras des cours obligatoires tels que : microbiologie générale, biochimie générale, laboratoire de biochimie générale, biologie cellulaire, laboratoire de biologie cellulaire, biologie moléculaire, laboratoire de biologie moléculaire, introduction à la chimie organique, introduction à la profession de microbiologiste, communication scientifique pour les sciences de la vie, métabolisme et régularisation, génétique moléculaire 1, génie génétique 1, immunologie générale, laboratoire d'immunologie, isolement et cultures des microorganismes (théorie), laboratoire en isolement et cultures des microorganismes, génétique moléculaire 2, écologie microbienne, éthique en sciences biologiques, virologie générale, laboratoire de virologie générale, molécules et cellules de l'immunité, physiologie microbienne, introduction à la bio-informatique,  laboratoire de physiologie et génétique microbiennes, initiation à la recherche en microbiologie, etc.

à Sherbrooke, un cheminement DEC-BAC en microbiologie en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc) est offert aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies du Cégep de Sherbrooke, Shawinigan, d'Ahuntsic ou Lévis-Lauzon.

Alors que les titulaires du DEC en technologie des analyses biomédicales peuvent se voir exempter jusqu'à 1 session leur permettant de compléter le baccalauréat en 5 sessions.

Elle offre la possibilité de suivre un cheminement intégré baccalauréat-maîtrise en microbiologie permettant de compléter ton baccalauréat et ta maîtrise en un délai plus court que les cheminements standards consécutifs;

Le programme ne comporte pas de concentration, mais comporte les activités obligatoires suivantes : projets en biologie végétale, projets d'intégration en microbiologie, activités de recherche en microbiologie (réalisation d'un projet de recherche approfondi de niveau baccalauréat dans un champ de recherche en microbiologie).

Tu pourras choisir 4 à 8 cours optionnels parmi plus de 25 cours proposés (ex : biotechnologie des cellules eucaryotes, outils bio-informatiques, éléments d'endocrinologie moléculaire, génétique avancée, éléments de protéomique, génétique moléculaire des plantes, les sols vivants, chimie de l'environnement, etc.

De plus, l'Université offre la possibilité de suivre le programme selon la formule en régime coopératif à temps complet permettant d'effectuer 3 stages coopératifs rémunérés en milieu de travail de 4 mois chacun.

Il offre également possibilité de suivre un cheminement intégré baccalauréat-maîtrise en microbiologie permettant de compléter ton baccalauréat et sa maîtrise en un délai plus court que les cheminements standard consécutifs.

Tu auras également possibilité d'effectuer un stage d'1 session dans un laboratoire de recherche étranger (non rémunéré) dans le cadre de l'activité obligatoire "projet de recherche".

Enfin, elle offre la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université Claude Bernard Lyon 1 en France,
l'Università degli studi di udine en Italie,
l'Universidad Autonoma de Nuevo Leon au Mexique,
Rikkyo University au Japon;

à Laval, offre de nombreuses passerelles aux titulaires d'un DEC technique leur permettant d'être exempté de certains cours du baccalauréat. De plus, les titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies du Cégep de Lévis-Lauzon, Shawinigan ou d'Ahuntsic peuvent suivre un cheminement DEC-BAC en microbiologie permettant de compléter le programme en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc.).

Tu auras le choix parmi 4 concentrations proposées, soit : 

Microbiologie alimentaire : s'intéresse aux différents aspects du contrôle de la qualité des aliments, ainsi que de l'hygiène et la salubrité dans les établissements de restauration et l'industrie alimentaire. Tu devras choisir 4  à 6 cours optionnels en lien avec cette concentration parmi 10 cours proposés (ex : éléments de bioprocédés, chimie alimentaire, contaminants alimentaires, aliments et conservation, qualité en industrie alimentaire, laboratoire de microbiologie alimentaire industrielle, projet de recherche en microbiologie alimentaire, etc.

Microbiologie environnementale : s'intéresse aux différents aspects reliés à l'environnement comme l'écotoxicologie, la toxicologie industrielle, la microbiologie alimentaire, les procédés microbiens de contrôle des pollutions de l'air, de l'eau, des sols et le traitement des déchets. Tu devras choisir 4 à 6 cours optionnels en lien avec cette concentration parmi 13 cours proposés (ex : assainissement industriel, éléments de bioprocédés, traitement des eaux usées industrielles, microbiologie et biochimie du sol, science environnementale du sol, gestion intégré des déchets solides municipaux, évaluation environnementale, impacts environnementaux, biotechnologie industrielle et environnementale, projet de recherche en microbiologie environnementale, etc.

Microbiologie médicale et pharmaceutique : s'intéresse principalement au domaine de la santé humaine (allergie, infectiologie, autoimmunité, génétique). Tu devras choisir 4 à 6 cours optionnels en lien avec cette concentration parmi 10 cours proposés (ex : microbiologie - maladies infectieuses, chimie pharmaceutique 1, génétique moléculaire et santé, introduction à la médecine génétique, principes et problèmes en pharmacologie, principes et méthodes de l'épidémiologie appliquée, éléments de physiologie humaine, technologie de l'ADN recombinant, laboratoire d'acides nucléiques, projet de recherche en microbiologie médicale et pharmaceutique, etc.

Microbiologie générale (sans concentration) : couvre l'ensemble des disciplines de la microbiologie ou dans un autre domaine de la microbiologie selon tes intérêts. Tu devras choisir 4 à 6 cours optionnels parmi plus d'une trentaine de cours proposés. Voici quelques exemples en plus des cours mentionnés ci-haut : techniques de cultures cellulaires et moléculaires animales, mycologie générale, animaux d'expérience, santé et sécurité au travail : notions de base, introduction à la gestion de projets, savoir entreprendre : la passion de créer et d'agir, projet de recherche en microbiologie, stage international et interculturel en microbiologie, etc.

Elle offre également la possibilité de réaliser des stages rémunérés en milieu de travail en alternance avec les sessions d'études, soit en réalisant jusqu'à 3 stages rémunérés de 3 mois.

Si tu choisis le profil entrepreneurial; tu devras remplacer 12 crédits optionnels par les cours suivants : savoir entreprendre : la passion de créer et d'agir, introduction à la gestion de projets, portfolio entrepreneurial 1 et portfolio entrepreneurial 2.

Enfin, si tu choisis le profil international; tu devras remplacer 12 crédits optionnels par 12 crédits suivis dans une université partenaire à l'étranger, soit :

l'Université catholique de Louvain en Belgique,
l'Université de Lausanne en Suisse,
l'Université Joseph-Fourier - Grenoble 1 en France,
ou l'Université de Rennes 1 en France.

Le Baccalauréat intégré en microbiologie-immunologie B.Sc. offert à l'Université de Montréal et l'Université McGill a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet, mais peut également être suivi à temps partiel. Il offre une formation de base dans des disciplines spécialisées telles que la bactériologie, la virologie et l’immunologie, principalement axé dans le domaine de la santé ou dans le domaine de l'environnement.

 

Il offre une forte exposition à la pratique du travail en laboratoire et une familiarisation au milieu de la recherche. Il préparer à intégrer le marché du travail ou à poursuivre vers les études supérieures en microbiologie-immunologie, microbiologie appliquée, virologie-immunologie, etc.

Tu auras des cours obligatoires suivants : introduction à la biochimie, biologie moléculaire, biologie cellulaire, introduction à la génétique, introduction aux bioanalyses, microbiologie générale et infectiologie, histologie animale, biostatistiques 1, compléments de biologie cellulaire, immunologie 1, virologie et pathogenèse virale (théorie + labo), bactériologie générale 1 (théorie + labo), immunologie 2 (théorie + labo), diversité fongique (champignons et moisissures) ou levures et organismes levuriformes (théorie + labo), bactériologie générale 2 et diversité microbienne.

à Montréal, au cours de la troisième année, tu devras choisir l'une des 2 orientations suivantes  :

 

Microbiologie et immunologie moléculaires : s'intéresse principalement au domaine de la santé humaine (allergie, infectiologie, autoimmunité, génétique). Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : compléments de biologie moléculaire, compléments de virologie, principes de physiologie humaine, éthique en microbiologie-immunologie et pathogenèse bactérienne.

 

Tu devras également choisir 3 à 6 cours optionnels parmi plus de 30 cours proposés (ex : protocole expérimentale en vaccinologie, fondements de l'immunologie, immunologie moléculaire, introduction à la parasitologie, introduction à l'épidémiologie, génétique des populations, biochimie de la cellule, macromolécules biologiques, régulation de l'expression génétique, signalisation cellulaire, principes de pharmacologie, bases de la bio-informatique appliquée, initiation à la recherche, communication scientifique, stage en milieu de recherche, stage en milieu de travail, etc.

 

Microbiologie environnementale : s'intéresse aux différents aspects reliés à l'environnement comme l'écotoxicologie, la toxicologie industrielle, la microbiologie alimentaire, les procédés microbiens de contrôle des pollutions de l'air, de l'eau, des sols et le traitement des déchets. Tu auras les cours obligatoires suivants : évolution, écologie et environnement, microbiologie de l'environnement et écologie microbienne.

 

Tu devras également choisir 3 à cours optionnels parmi plus de 30 cours proposés (ex : microbiologie environnementale appliquée, microbiologie des aliments 1, compléments de virologie, génomique microbienne, introduction à la parasitologie, biodiversité 1, conservation et aménagement, écotoxicologie, introduction à la chimie de l'environnement, changements environnementaux, études d'impacts, bases de la bio-informatique appliquée, initiation à la recherche, communication scientifique, stage d'animation en biologie, stage en milieu de recherche, stage en milieu de travail, etc.

 

à McGill, il ne comporte pas de concentration, mais tu devras choisir quelques cours optionnels parmi une quinzaine de cours proposés (ex : chimie biophysique, structure et fonction des protéines, neurochimie, immunologie avancée, séminaires sur les processus inflammatoires, pharmacologie générale 1, etc.

De plus, tu devras réaliser un projet de recherche obligatoire en microbiologie-immunologie de niveau baccalauréat dans un des principaux champs de recherche de cette discipline.

L'Université offre également la possibilité de suivre un cheminement baccalauréat-maîtrise intégré en microbiologie-immunologie permettant une formation plus poussée dans la recherche en microbiologie-immunologie.

Enfin, elle offre également la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université catholique de Louvain en Belgique,

l'Université de Strasbourg en France,

l'University of Zurich en Suisse,

l'Università Degli Studi di Salerno en Italie,

l'University College London en UK,

l'University of Birmingham en UK,

l'University of Manchester en UK,

l'University of Melbourne en Australie,

Keio University au Japon,

l'Universidad Nacional Autonoma de Mexico au Mexique,

l'University of the West Indies dans les Caraïbes.

 

Le Baccalauréat spécialisé en biologie moléculaire et cellulaire B.Sc. offert par l'Université de Sherbrooke a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel de 3½ ans en régime coopératif à temps complet (comprenant 3 stages rémunérés en milieu de travail de 4 mois chacun).

 

Programme principalement axé sur la biologie moléculaire et le génie génétique, il est offerte selon une approche selon une approche pédagogique innovatrice appelée l’apprentissage progressif vers l’autonomie (APA) sous forme de projets de laboratoire trimestriels. Il comprend des cours de biologie, de biochimie, de microbiologie, de chimie et de biologie cellulaire et moléculaire. Il prépare au marché du travail, mais également aux études supérieures dans tous les secteurs d'application impliquant les biotechnologies : clinique, biomédical et pharmaceutique, agroalimentaire, industriel et en environnement.

 

Elle offre la possibilité de suivre un cheminement intégré baccalauréat-maîtrise en biologie moléculaire et cellulaire permettant de compléter ton baccalauréat et ta maîtrise en un délai plus court que les cheminements standards consécutifs;

 

Les titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies des cégeps de Shawinigan, Lévis-Lauzon, Ahuntsic ou St-Hyacinthe peuvent bénéficier un cheminement DEC-BAC en biologie moléculaire et cellulaire permettant de compléter le programme en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc.).

 

Il comporte les cours obligatoires suivants : biologie cellulaire, biochimie générale 1, biochimie générale 1 - travaux pratiques, microbiologie générale, microbiologie générale - travaux pratiques, biométrie, introduction à la chimie organique, introduction à la génétique, physiologie animale, méthodes analytiques en biologie, biochimie générale 2, biochimie générale 2 - travaux pratiques, écologie générale, biologie végétale, projets de recherche en biologie végétale, biologie moléculaire, biologie moléculaire - travaux pratiques, immunologie générale, immunologie générale - travaux pratiques, outils bio-informatiques, signalisation cellulaire, techniques de biologie moléculaire, génie génétique 1, virologie générale, biochimie des protéines, biologie moléculaire et cellulaire 1, organismes modèles en génétique moléculaire - travaux pratiques, évolution et adaptations microbiennes, éléments d'endocrinologie moléculaire, biologie moléculaire et cellulaire 2, génétique avancée, biotechnologie des cellules eucaryotes et projet d'intégration en biologie moléculaire.

 

Tu devras également choisir 1 à 4 activités de recherche en biologie moléculaire comprenant une activité de préparation au projet et une activité d'initiation à la recherche (réalisation d'un projet de recherche de niveau baccalauréat).

 

Tu devras également choisir 4 à 9 cours optionnels parmi 20 cours proposés (ex : éléments de protéomique, éléments de génomique, biologie du développement humain et animal, pathogenèse clinique et moléculaire, virologie générale - travaux pratiques, interactions plantes-microorganismes, génétique moléculaire des plantes,  microbiologie alimentaire, microbiologie industrielle et biotechnologie, microbiologie des eaux et milieux extrêmes, les sols vivants, etc.).

Tu auras également possibilité d'effectuer un stage d'1 session dans un laboratoire de recherche étranger (non rémunéré) dans le cadre de l'activité obligatoire "projet de recherche".

Enfin, elle offre la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université Claude Bernard Lyon 1 en France,
l'Università degli studi di udine en Italie,
Rikkyo University au Japon. 

Le Baccalauréat spécialisé en biologie moléculaire et cellulaire B.Sc. offert par l'Université Concordia a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel de 3½ ans en régime coopératif à temps complet (comprenant 3 stages rémunérés en milieu de travail de 4 mois chacun).

 

Il est axé sur la biologie cellulaire, la biologie moléculaire et le génie génétique, Il comprend des cours de biologie, de biochimie, de microbiologie, de chimie et de biologie cellulaire et moléculaire. Il prépare au marché du travail, mais également aux études supérieures dans tous les secteurs d'application impliquant les biotechnologies : clinique, biomédical et pharmaceutique, agroalimentaire, industriel et en environnement.

 

Tu auras les cours obligatoires suivants : chimie analytique pour biologistes, chimie organique 1, formes et fonctions des organismes, biodiversité et écologie, chimie organique 2, génétique générale et moléculaire, biologie cellulaire, physiologie cellulaire, mécanismes de développement, biologie moléculaire, laboratoire de génétique et de biologie cellulaire, biochimie 2, techniques avancées en biologie moléculaire et laboratoire avancé en biochimie.

 

Tu devras également choisir 5 cours optionnels en biologie, chimie ou biochimie parmi une soixantaine de cours proposés (ex : chimie biophysique, chimie des acides nucléiques, chimie bio-organique, modélisation moléculaire des protéines, spectroscopie et structure des composants organiques, biochimie des hormones, neurochimie, microbiologie générale, principes de nutrition, génétique moléculaire des plantes, génétique et conservations des populations, écologie microbienne, génétique avancée, immunologie générale, biologie cellulaire avancée, structure des gènes, neuroscience cellulaire, bio-informatique, etc.).

 

Le Baccalauréat spécialisé en biologie médicale B.Sc. offert par l'U.Q.T.R. a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet seulement. Il propose une formation intégrée tant théorique que pratique dans le vaste domaine des sciences biomédicales couvrant plusieurs disciplines, soit : anatomie, biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, physiologie, immunologie, pharmacologie, microbiologie et hématologie.

 

Il prépare à intégrer le marché du travail pour une carrière dans l'industrie biomédicale ou pharmaceutique ou dans une entreprise de recherche clinique ou à l'enseignement collégial, ainsi qu'aux études supérieures dans l'un des nombreux domaines des sciences médicales fondamentales comme : microbiologie, microbiologie appliquée, microbiologie-immunologie, virologie-immunologie, épidémiologie, anatomie et biologie cellulaires, physiologie ou physiologie-endocrinologie, biochimie, pathologie et biologie cellulaires, médecine ou chirurgie expérimentale, recherche clinique, etc.

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : anatomie descriptive, histologie fonctionnelle : de la cellule aux tissus, physiologie humaine 1, biochimie 1, concepts de chimie appliquée (théorie + labo), biochimie 2, histologie : morphologie des systèmes, physiologie humaine 2, biochimie expérimentale 1 (théorie + labo), microbiologie médicale 1 (théorie + labo), biologie cellulaire, biologie moléculaire médicale (théorie + labo), microbiologie expérimentale (théorie + labo), microbiologie médicale 2 (théorie + labo), aspects fondamentaux de l'immunologie clinique (théorie + labo), laboratoire de technologies de l'ADN recombinant, pharmacologie : principes et pathologies et statistiques en sciences biomédicales.

 

Tu devras choisir 4 à 9 cours optionnels parmi 16 cours proposés (ex : embryologie humaine, génétique et oncologie moléculaires, endocrinologie moléculaire, virologie, épidémiologie et biométrie, microbiologie industrielle, physiologie de la reproduction, neurophysiologie, bio-informatique, etc.).

 

Tu devras également choisir 3 à 5 cours complémentaires en dehors du champs de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er de l'UQTR accessibles comme cours complémentaires (ex : chimie de l'environnement, communication et prise en charge des risques, introduction à la médecine humaine, pourquoi le cancer ?, drogues et criminalité, communication et vulgarisation, communication en anglais, etc.).

 

Enfin, tu pourras également remplacer quelques crédits optionnels et complémentaires par un stage facultatif en biologie médicale (rémunéré ou non rémunéré) d'une durée de 4 mois à temps complet (dernier trimestre) dans un milieu de travail parmi plus de 200 milieux de stages retrouvés principalement au Québec mais aussi dans le reste du Canada, aux États-Unis et en Europe.

 

Le Baccalauréat interdépartemental en immunologie B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais est également offert à temps partiel. Cette discipline est essentielle à notre compréhension de la physiopathologie de nombreuses maladies auto-immunes (telles que : le diabète de type 1, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, la sclérodermie, l'hyperthyroïdie, l'hypothyroïdie, etc. Le programme intègre les connaissances en biochimie, en microbiologie, en physiologie et en immunologie.

 

Tu auras des cours obligatoires suivants : biologie moléculaire, biologie cellulaire et métabolisme, mécanismes moléculaires de la fonction cellulaire, chimie organique 1, physiologie humaine 1, introduction à la microbiologie, chimie organique 2, introduction à l'immunologie, introduction à l'histologie dynamique, immunologie générale, biochimie métabolique, biochimie des macromolécules, immunologie cellulaire, immunologie avancée, ainsi qu'un projet de recherche en immunologie de niveau baccalauréat.

 

Tu devras choisir l'un des 3 cours suivants (biométrie, principes de statistiques 1 ou introduction aux statistiques psychologiques), l'un des 3 cours suivants (immunochimie, processus inflammatoires ou sujets en immunologie appliquée), l'un des 3 blocs suivants de laboratoires : (laboratoire de biochimie 1 + laboratoire de biochimie 2) ou (laboratoire de microbiologie-immunologie 1 + laboratoire de microbiologie-immunologie 2) ou (introduction au laboratoire de physiologie 1 + introduction au laboratoire de physiologie 2 + laboratoire cellulaire et moléculaire).

 

Enfin, tu auras à choisir 5 cours optionnels parmi une quarantaine de cours proposés (ex : biologie moléculaire des oncogènes, bases de la génétique, acides nucléiques, structure et fonctions des protéines, immunochimie, physiologie cardiovasculaire, respiratoire et rénale, physiologie des systèmes sanguin, gastro-intestinal et immunitaire, physiologie cellulaire et moléculaire, neurosciences intégratives, processus inflammatoires, sujets en immunologie appliquée, etc.).

 

Le Baccalauréat avec majeure en microbiologie (B.Sc) offert à McGill a une durée totale de 2 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Il vise ceux et celles désirant acquérir une solide formation en microbiologie, mais tout en la combinant avec discipline connexe (mineure). Tu auras des cours en biologie des micro-organismes, biologie cellulaire et métabolisme, biologie moléculaire, bases en génétique, laboratoire en microbiologie, mécanismes moléculaires et fonctions cellulaires, introduction à la chimie physique pour les sciences biologiques, immunologie générale, physiologie microbienne, virologie fondamentale, laboratoire de microbiologie-immunologie, biochimie métabolique, biochimie des macromolécules, parasitologie générale, pathogenèse bactérienne et mécanismes de défense, pathogenèse virale et mécanismes de défense, ainsi que quelques cours optionnels parmi une liste proposée.

 

ENTENTES DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de terminer la formation technique et ton baccalauréat dans un temps plus court, soit en 5 ans (au lieu de 6 ans) et obtenir les 2 diplômes.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

DEC-BAC en biologie médicale

(DEC en techno de laboratoire - biotechnologies + Bacc en biologie médicale) :

DEC-BAC en biologie moléculaire et cellulaire

(DEC en techno de laboratoire - biotechnologies + Bacc en biologie moléculaire et cellulaire) :

DEC-BAC en microbiologie

 (DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies + Bacc en microbiologie) :

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

 

aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA :

 

aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - chimie analytique 210.AB :

 

aux titulaires du DEC en technologie des analyses biomédicales 140.B0 :

aux titulaires du DEC en technologie des procédés et qualité des aliments 154.A0 :

aux titulaires du DEC en techniques de bioécologie 145.C0 :

aux titulaires du DEC en techniques de santé animale 145.A0 :

aux titulaires d'un autre D.E.C. :

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Les études en microbiologie peuvent aussi servir comme programme préparatoire à des études en sciences de la santé qui sont très contingentés. En effet, plusieurs étudiants et étudiantes entreprennent des études en biologie et ensuite font une demande d’admission soit au doctorat en médecine, doctorat en médecine dentaire, doctorat en médecine vétérinaire, bacc en pharmacie ou bacc en diététique et ainsi améliorer leurs chances d’admission.

 

Après avoir terminé tes études de baccalauréat, tu pourras soit te diriger vers le marché du travail ou poursuivre tes études au niveau des études supérieures dans l’un des programmes suivants :

 

Note : consulte également la page suivante où des organismes de recherches en microbiologie (sciences) et également la page suivante où des organismes de recherches en microbiologie (santé) ont été répertoriés.

 

Si tu désires enseigner les sciences au secondaire (notamment les sciences physiques), il est possible d'entreprendre des études au niveau de la maîtrise en enseignement secondaire avec concentration en sciences et technologie offerte dans les universités suivantes :

 

Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Université Mcgill, UQAM et U.Q.T.R.


Ces programmes permettent d'obtenir le permis d'enseignement délivré par le Ministère de l'Éducation du Québec.

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur de sciences et technologie

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur de sciences et technologie

 

Si tu désires enseigner la biologie au collégial, il est possible d'entreprendre des études au niveau du 2e cycle dans l'un des programmes suivants :

 

maîtrise enseignement collégial offerte à Sherbrooke (aussi offert en ligne),

maîtrise en éducation - concentration en didactique offerte à l'UQAM,

maîtrise en didactique offerte à Montréal,

maîtrise en didactique (concentration en didactique de l'enseignement professionnel et technique) offerte à Laval,

maîtrise en éducation-didactique offerte à U.Q.T.R.,

Diplôme en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
D.E.S.S. en enseigement collégial offert à Laval,
D.E.S.S. en enseignement collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. en éducation et formation des adultes offert à l'UQAM,
Certificat d'études supérieures en enseignement post-secondaire offert à Ottawa,
Microprogramme en formation à l'enseignement post-secondaire à Montréal (voir aussi la page suivante),
Microprogramme en formation initiale en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Microprogramme en insertion professionnelle en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Graduate Certificate in College Teaching offert à Sherbrooke,

Programme court en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à l’UQAM,
Programme en court en intervention éducative - concentration au collégial offert à l'UQAC,

Diplôme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat),

Microprogramme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat)

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur au collégial

 

Si tu désires enseigner la microbiologie à l'université, tu devras compléter un doctorat + une formation post-doctorale au sein d'un centre de recherche en lien avec le champ d'expertise de ton choix. Pour plus de détails, consulte la page de professeur d'université.

 

La Maîtrise en microbiologie M.Sc.. a une durée totale d’1½ an offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel dans certaines universités. Ce programme est offert à Laval et Sherbrooke. Elle vise à fournir des connaissances approfondis en microbiologie, principalement dans les secteurs industriels, environnementaux et en sciences naturelles (végétales ou animales). Elle comporte un séminaire obligatoire en microbiologie, ainsi que quelques cours optionnels parmi une liste proposée.

 

La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance en microbiologie appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de la microbiologie (ex :  génétique végétale, structure et fonction des protéines, microbiologie de l’environnement, biologie moléculaire des plantes, virologie animale, bactériologie, parasitologie, etc).

 

La Maîtrise en microbiologie-immunologie M.Sc. a une durée totale d’1 an offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel dans certaines universités. Ce programme est offert à Montréal, Laval, Mcgill, Ottawa et Sherbrooke (maîtrise en immunologie). Elle vise à fournir des connaissances approfondies en microbiologie, principalement dans les secteurs pharmaceutiques, médicaux et dentaires.

 

Elle comporte un séminaire obligatoire en microbiologie, ainsi que quelques cours optionnels parmi une liste proposée. La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance en microbiologie appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de la microbiologie-immunologie (ex : mécanismes de résistance aux antibiotiques, mécanismes moléculaires de résistance aux drogues, structure et fonction des protéines, microbiologie buccale, bactériologie humaine, immunologie humaine, parasitologie humaine, maladies infectieuses, génétique cellulaire, etc).

 

La Maîtrise en microbiologie agroalimentaire M.Sc. offerte à Laval a une durée totale d'1 an offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Elle vise à former des spécialistes dans les domaines reliés à la microbiologie agroalimentaire (microbiologie agricole, microbiologie des aliments).

 

Elle comporte 1 activité obligatoire (séminaire en microbiologie agroalimentaire II) et quelques cours optionnels. La plus grande partie du programme est toutefois consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance en microbiologie agroalimentaire appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de cette discipline dont par exemple : conservation et transformation des produits végétaux, qualités microbiologiques des viandes, innocuité des aliments (virologie et bactériologie), bactéries lactiques et probiotiques, efficacité des systèmes antimicrobiens, mécanismes cellulaires et moléculaires de résistance des plantes à l'infection microbienne, identification des marqueurs génétiques des végétaux, etc.

 

La Maîtrise en microbiologie appliquée M.Sc. offerte à l’I.N.R.S.-Armand-Frappier a une durée totale d’1½ an offert à temps complet. Elle vise à former des spécialistes dans les différents aspects multidisciplinaires de la biotechnologie, principalement en milieu industriel.

 

Elle comporte des cours microbiologie industrielle, microbiologie industrielle avancée, 2 séminaires de recherche en microbiologie appliquée, ainsi que quelques cours optionnels parmi une liste proposée. La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance en microbiologie appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de la microbiologie appliquée qui sont peu abordés dans les autres universités (microbiologie des denrées alimentaires, biosynthèse des produits naturels, microbiologie de l’environnement, toxicologie environnementale, biotechnologie environnementale, etc).

 

La Maîtrise en virologie et immunologie M.Sc. offerte à l’I.N.R.S.-Armand-Frappier a une durée totale d’1½ an offert à temps complet. Il vise à former des spécialistes sur les différents aspects de la virologie et de l’immunologie chez les humains, les animaux ou les végétaux.

 

Elle comporte en virologie avancée, immunologie avancée, relations hôte-virus, méthodologie de la recherche et 2 séminaires de recherche en virologie-immunologie. La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance en microbiologie appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de la virologie-immunologie (ex : maladies infectieuses chez les humains, rejet des greffes, immunothérapie et cancer, maladies infectieuses chez les animaux, maladies infectieuses chez les végétaux, etc).

 

La Maîtrise en biologie ou médecine cellulaire et/ou moléculaire M.Sc. a une durée totale d’1 an offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel dans certaines universités. Ce programme est offert à Laval (biologie cellulaire et moléculaire), Montréal (biologie moléculaire), Sherbrooke (biologie cellulaire), UQTR (biologie cellulaire et moléculaire), Concordia (biologie - concentration en biologie cellulaire et moléculaire) et Ottawa (médecine cellulaire et moléculaire). Elle vise à fournir des connaissances approfondies sur le fonctionnement et la structure des cellules humaines et les mécanismes de fonctionnement du corps humain du point des moléculaires.

 

Elle comporte des cours tels que : séminaire obligatoire en biologie cellulaire et moléculaire, structure et expression du génome, régulation moléculaire et dynamique structurale, la conduite responsable de la recherche et éthique, ainsi que quelques cours optionnels parmi une liste proposées. La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de la biologie cellulaire et moléculaire tel que :

 

mécanismes cellulaires et moléculaires de l’action de l’insuline, développement des techniques en immunothérapie, culture cellulaire et tissulaire humaines, reconstruction d’organes humains, études des cellules cancéreuses, génétique moléculaire des maladies neurologiques, génétique moléculaire des maladies mentales, biologie moléculaire des maladies neurodégénératives, génétique moléculaire de la maladie infantile, génétique cellulaire de l’embryon humain, etc.

 

La Maîtrise en environnement ou sciences de l’environnement M.Sc. offert à Sherbrooke (maîtrise en environnement M.Env. avec un choix de plusieurs cheminements axé sur la pratique ou axé sur la recherche), à l'UQÀM (sciences de l'environnement avec mémoire), à l'UQTR (sciences de l'environnement avec mémoire), à Concordia (évaluation environnementale, avec stage de 4 mois et rapport de stage) et à Montréal (maîtrise individualisée en environnement et développement avec travail dirigé), a une durée totale d’1 an à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Ce programme multidisciplinaire vise à te fournir les compétences nécessaires à analyser, évaluer, gérer et résoudre des problèmes environnementaux. Tu pourras choisir entre les 2 cheminements offerts :

 

-         Cheminement axé sur la recherche : comporte des cours sur les problématiques environnementaux, méthodologie de la recherche en sc de l’environnement, séminaire de recherche en sciences de l’environnement, ainsi que quelques cours optionnels parmi des listes proposées (provenant de diverses disciplines comme la microbiologie, biologie, la chimie, la géologie, la géographie, le génie, droit, économique, etc). La plus grande partie du programme est consacré à la réalisation d’un projet de recherche appelé « mémoire de maîtrise » sur un champ de recherche spécifique en sciences de l’environnement et principalement relié à la microbiologie (ex : biologie environnementale des sols, biologie environnementale de l’eau, écotoxicologie, toxicologie industrielle, traitement des eaux usées, etc).

 

-         Cheminement axé sur la pratique professionnelle :  comporte des cours sur les problématiques environnementaux, méthodologie de la recherche en sc. de l’environnement, un stage professionnel relié à l’environnement, ainsi que plusieurs cours optionnels parmi des listes proposées (provenant de diverses disciplines comme la biologie, la biologie, la géologie, la géographie, le génie, droit, économique, etc).

 

Il existe également plusieurs autres programmes de maîtrise où il te sera possible de poursuivre tes études :

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante où les programmes en sciences pures y sont décrits, ainsi que la page suivante où les programmes en sciences de la santé y sont décrits

Il existe aussi d'autres programmes de 1er ou de 2e cycle (diplômes) permettant de te perfectionner dans un autre spécifique en lien avec la chimie. Voici quelques exemples :

De plus, les meilleurs étudiants et étudiantes au baccalauréat pourront exceptionnellement entreprendre des études de doctorat en biochimie,  microbiologie-immunologie ou certaines spécialités connexes.

EXIGENCES D'ADMISSION :

STATISTIQUES D’ADMISSION : 

 

À l’automne 2016 :

 

Ce programme est contingenté à Montréal

 

DEMANDES

ADMIS

TAUX

D’ADMISSION

EN %

COTE R

Dernier candidat

Admis

COTE R
en 2015

717

120

17

26,173

26,411

Aucun contingentement dans les autres universités :

Les candidats(es) admissibles (qui répondent aux exigences d'admission) sont généralement admis

Les admissions sont ouvertes au trimestre d’automne seulement à Montréal, à Sherbrooke et à l’UQAM
Les admissions sont ouvertes aux trimestres d’automne et d’hiver dans les autres universités

ENDROITS DE FORMATION :

 

Pour informations concernant l’alternance travail-études

LIENS RECOMMANDÉS :

  

Tu veux un avis de microbiologistes sur leur profession ?, alors va regarder les vidéos suivants :

Consulte également

 

Pour une liste d'entreprises de biotechnologies, consulte le Portrait de l'industrie biotechnologique

 

Pour une liste d'industries chimiques et pétrochimiques, consulte le portrait de l'industrie chimique et pétrochimique

 

Pour une liste d'industries pharmaceutiques et cosméceutiques, consulte le portrait de l'industrie pharmaceutique et cosméceutique

 

Pour une liste d'industries agroalimentaires, consulte le portrait de l'industrie agroalimentaire

 

Pour une liste d'organismes de recherches en biotechnologies (santé), consulte la page suivante

 

Pour une liste d'organismes de recherches en biotechnologies (sciences), consulte la page suivante

 

infos sur les carrières en microbiologie :

organismes de loisir scientifique :

musées de sciences :

 

Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d’accueil