Retour à la page du secteur
Retour à la page d’accueil

Les officiers :

Ce sont des professionnels (ingénieurs, gestionnaires, médecins, infirmiers, etc) détenant une formation universitaire ayant des responsabilités de gérer les activités, les opérations et les ressources d'une unité militaire reliée à leurs compétences (ex : médecin militaire, infirmier militaire, officier d’artillerie, officier d’infanterie, officier du génie électrique et mécanique, officier du génie aérospatial, pilote d'aéronefs, officier de navire, officier du génie de combat, officier de police militaire, etc).

De plus, les officiers ont la responsabilité de commandant une unité militaire selon le grade qu’ils possèdent. Un capitaine par exemple, peut commander un peloton comprend environ une centaine de soldats. Dans les Forces armées, les fonctions militaires sont organisées de façon hiérarchique, c’est-à-dire par les niveaux de grades qui s’obtiennent au mérite et par le degré de spécialisation que tu auras.

Tout d’abord, tu obtiendras le grade d’élève-officier pendant ta formation et ensuite tu seras promu au grade de sous-lieutenant (ou l'équivalent de la Marine : 2e enseigne) pendant ta période formation et ensuite ou celui de lieutenant (ou équivalent de la Marine : 1ere enseigne) lors de ta première affectation.

Quelques exceptions (médecins, dentistes, pharmaciens, physiothérapeutes, travailleurs sociaux, juge-avocats et aumôniers), tu obtiendras le grade de capitaine lors de de ta première affectation. Les médecins spécialistes pour leur part, débutent au grade de major (capitaine de corvette pour la Marine).

 Par la suite, tu auras des possibilités d’être promu à des grades supérieurs tels que major ou capitaine de corvette pour la Marine (commandant d’une unité appelé peloton ou escadrille ou commandant en second d'un navire), lieutenant-colonel (commandant d’une unité appelé bataillon ou escadron) ou même colonel (commandant d’une unité appelé régiment ou escadre).

LA FORMATION :

Tous les futurs(es) officiers(ères) doivent suivre le cours élémentaire des officiers d’une durée de 13 semaines à l’École de leadership et des recrues des Forces canadiennes située à St Jean sur Richelieu. Ce n’est que par la suite que tu pourras entreprendre ta formation dans le groupe professionnel choisi (métier).

Pour devenir officier dans les Forces armées, il y a 3 possibilités :

  1. Soit entreprendre des études préuniversitaires (collégiales) au Collège militaire royal de St-Jean (voir aussi la vidéo promotionnelle du CMR) à St-Jean-sur-Richelieu au Québec (comprenant l'année préparatoire qui est équivalente à la 1re année d'études collégiales dans un cégep), ainsi que la 1re année d'études universitaires (mêmes programmes que ceux offerts au CMR Kingston, soit : arts, sciences ou ingénierie) dès l'obtention de ton D.E.S.

    Consulte également les vidéos suivants réalisés par la Corporation du Fort St-Jean :

    Test d'aptitudes physiques des colleges militaires canadiens
    Programme d'orientation du CMR St-Jean
    La course à obstacles du Programme d'orientation du CMR St-Jean
    Une journée d'entraînement au CMR St-Jean
    La pratique du drill au CMR St-Jean
    Une jounée d'initiation à la vie militaire au CMR St-Jean
    La cérémonie de fin d'année 2017 au CMR St-Jean.

    Ensuite, poursuivre tes études universitaires au CMR du Canada à Kingston en Ontario.

  2. AAprès avoir obtenu un D.E.C. préuniversitaire ou technique d'un cégep ou college privé du Québec; tu entreprends des études universitaires au Collège militaire royal du Canada CMR situé à Kingston en Ontario dans une spécialité de ton choix ayant un lien avec la profession désirée (ex : génie électrique). Ces études sont d’une durée de 4 ans à temps complet menant à un baccalauréat. La formation qu’y est offerte est exigeante, car tu auras plusieurs heures de cours par semaine (30 à 35 hres), tu devras pratiquer divers sports à chacune des années, participer des exercices militaires (parades, cérémonies) et tu devras respecter la discipline militaire sur le Campus. De plus, tous les programmes d’études (peut importe la spécialité choisie) incluent des cours de mathématiques, de langue seconde et des cours de sciences (même si tu étudies en sciences humaines ou en administration.

    Tous tes frais d’études seront payés par les Forces, tu logeras dans une résidence sur le campus tout le long de tes études et tu seras rémunéré tout le long de tes études en tant élève officier Par contre, tu devras respecter un contrat d’engagement d’au moins 5 ans à l’emploi des Forces armées canadiennes après avoir terminé ton baccalauréat.

    Ce programme s’appelle « programme de formation des officiers de la Force régulière ». Pour y être admis, tu dois détenir le D.E.S. et avoir complété au moins 1 année d’études collégiales incluant des cours de sciences (de préférence avoir complété le D.E.C. en sciences de la nature ou sciences-arts-lettres).

  3.  Entreprendre des études universitaires dans une spécialité acceptée par les Forces dans une université canadienne et t’enrôler dans les Forces après avoir terminé tes études. Il est également possible de t’enrôler pendant tes études (seules les années non complétées seront subventionnées).br>Ce programme d’enrôlement s’appelle « programme d’enrôlement direct des officiers ».

Note : Pour certains métiers, aucune formation n’est offerte au CMR. Par contre, les Forces armées subventionnent des études dans un programme approprié au sein d’une autre université canadienne. C’est le cas par exemple, du baccalauréat en sciences infirmières ou nursing pour devenir infirmier militaire, doctorat en médecine pour devenir médecin militaire, baccalauréat en droit pour devenir avocat militaire, etc.

Consulte aussi le site de l'Écoles de langues des Forces canadiennes

PROGRAMMES D’ENRÔLEMENT :

Pour des informations sur la Force de Réserve, clic ici

Il existe plusieurs programmes qui permettent de s’enrôler dans les Forces armées canadiennes. Voici les principaux :

Note 1 : pour plus de détails, consulte la page suivante du Recrutement des Forces canadiennes

Note 2 : pour les programmes d'enrôlement dans les professions de la santé (médecin, dentiste, pharmacien, physiothérapeute, infirmier, travailleur social et officier d'administration des services de santé), consulte la page sur le Groupe des services de santé des Forces canadiennes.

-         Programme d’Enrôlement Direct en Qualité d'Officier EDQO : destiné aux personnes qui détiennent un diplôme de 1er cycle universitaire et qui désirent s’enrôler dans les Forces canadiennes que ce soit au sein de la Force régulière au sein de la Force de réserve.

Il est accessible pour l'enrôlement dans n'importe quelle carrière d'officier, pourvu que tu détiennes une formation appropriée dans la profession choisie.

Certaines professions ne sont accessibles que par ce programme d'enrôlement, soit : avocat, aumônier, officier des affaires publiques, officier de la sélection du personnel, officier du développement de l'instruction, officier des sciences biologiques, physiothérapeute (par contre, tu pourras bénéficier d'une subvention pour des études de maîtrise en physiothérapie). et travailleur social (par contre, tu pourras bénéficier d'une subvention pour des études de maîtrise en service social).

Tu devras également répondre aux exigences d’enrôlement des Forces canadiennes (subir et réussir des tests médicaux, physiques et psychologiques et des entrevues de sélection) et suivre et réussir le cours élémentaire des officiers offerte à l'École de leadership et des recrues des Forces canadiennes à St-Jean-sur-Richelieu.

Pour plus de détails, consulte la page du recrutement des Forces canadiennes (section programmes d'enrôlement).

-         Programme de formation des officiers de la Force régulière PFOR (voir aussi la page du CMR Canada et le vidéo suivant) : Ce programme te permet d’entreprendre des études universitaires en vue d’obtenir un baccalauréat et de faire carrière à temps complet dans Forces canadiennes dans un poste spécialisé en tant qu’officier au sein de la Force régulière.

Tout d'abord, tu devras entreprendre des études préuniversitaires (collégiales) au Collège militaire royal de St-Jean (voir aussi la vidéo promotionnelle du CMR) à St-Jean-sur-Richelieu au Québec (comprenant l'année préparatoire qui est équivalente à la 1re année d'études collégiales dans un cégep), ainsi que la 1re année d'études universitaires (mêmes programmes que ceux offerts au CMR Kingston, soit : arts, sciences ou ingénierie).

Si tu as déjà complété au moins 1 année d'études collégiales dans un cégep ou un collège privé (de préférence en sciences de la nature, sciences-arts-lettres, sciences de l'administration ou baccalauréat international), tu pourras entreprendre tes études directement à la 1re année d'études universitaires au CMR St-Jean ou au CMR Kingston.

Tu devras par la suite, entreprendre tes études universitaires au a target="_blank" href="http://www.rmc.ca/">Collège militaire royal du Canada C.M.R. à Kingston en Ontario (université militaire canadienne) pendant 3 ans dans la spécialité de ton choix (mathématiques, informatique, physique, chimie, génie civil, génie électrique, génie informatique, génie mécanique, génie aérospatial, administration, économie, anglais, études françaises, histoire, science politique ou études militaires et stratégiques). Consulte le vidéo suivant sur la vie au CMR du Canada.

Ou entreprendre tes études universitaires dans l'université civile de ton choix n'importe où au pays pourvu que tu sois admis dans un programme de baccalauréat de ton choix de cette université puisqu'il n'y pas de places réservées aux futurs officiers. Tu suivras la même instruction que ceux inscrits au PFOR.

Tes frais de scolarité et autres frais d'études (uniformes, livres, instruments, frais connexes) seront payés par les Forces, tu seras logé(e) dans une résidence du Collège et tu seras rémunéré(e) pendant toute ta période de formation au titre d’élève officier.

Exceptionnellement, on t’autorisera d’entreprendre tes études dans une université civile (n'importe où au pays) si le programme d’études n’est pas offert par le CMR ou lorsque le nombre de places disponibles au CMR est atteint. Voici quelques exemples de programmes d'études non offerts par le CMR, mais assurant une carrière prometteuse au sein des Forces armées : sciences infirmières (ou nursing), droit, génie physique, génie maritime, études policières ou justice criminelle, microbiologie, etc.

Dans le cas des physiothérapeutes et les travailleurs sociaux, réfère-toi au Programme d'études subventionnées à la maîtrise.
Dans le cas des pharmaciens, ce sont des études au niveau du doctorat en pharmacie dans une université civile qui seront subventionnées.
Dans le cas des pilotes, tu peux bénéficier du PFOR, mais également du PFOEP (voir ci-dessous).
 
Comme exigence, tu devras détenir le D.E.S. ET répondre aux exigences d’embauche des Forces canadiennes (médicales et physiques notamment). Après avoir terminé ta formation, tu recevras ta première affectation dans la profession choisie avec le grade de lieutenant.
Tu devras t’engager à effectuer un service obligatoire pendant au moins 4 ans. Pour les pilotes, la période du service obligatoire est plus longue.

Enfin, tu devras répondre aux exigences d’enrôlement des Forces canadiennes (subir et réussir des tests médicaux, physiques et psychologiques et des entrevues de sélection) et suivre et réussir le Cours élémentaire des officiers offerte à l'École de leadership et des recrues des Forces canadiennes à St-Jean-sur-Richelieu.

Au cours des trimestres d'été de tes années d'études universitaires, il te sera même possible d'occuper un emploi au sein d'une unité de la Réserve dans un métier de militaire du rang en lien avec la carrière d'officier envisagée, si elle est disponible telle que : soldat d'infanterie, soldat d'artillerie, soldat de défense aérienne, soldat du blindé, opérateur des transmissions, technicien en construction, ingénieur de combat, manœuvrier de navire, technicien de coque, technicien en structures d'aéronefs, opérateur en contrôle aérospatial, technicien des mouvements, technicien en approvisionnements, commis au soutien en gestion des ressources, etc.).

Par contre, certains métiers ne sont pas disponibles compte tenu des exigences de formation nécessaire (ex : police militaire, technicien de maintenance d'aéronefs, mécanicien de marine, etc.). Ce travail te permettra d'acquérir de l'expérience sur le terrain lors des exercices militaires du travail militaire.


Ce programme n’est accessible que pour la Force régulière.

Prend note que tu devras t'engager dans les Forces canadiennes pour une période minimale de 5 ans.

Consulte également le vidéo suivant sur les études payées par les Forces canadiennes.

Consulte également le vidéos suivants réalisés par les Forces canadiennes :

l'entrevue avec l’élève-officier Pathinather; étudiant de quatrième année au Collège militaire royal du Canada en 2016
l'entrevue avec l'élève-officier Marie-Claire Pharand; étudiante de quatrième année au Collège militaire royal du Canada en 2016


Pour plus de détails, consulte la
page du recrutement des Forces canadiennes (section programmes d'enrôlement).

-    Programme de formation des officiers - intégration à la réserve PFIR : Ce programme te permet d’entreprendre des études universitaires en vue d’obtenir un baccalauréat et de faire carrière à temps partiel dans Forces canadiennes dans un poste spécialisé en tant qu’officier au sein de la Force de réserve.

Tout comme le PFOR, tu devras entreprendre des études préuniversitaires au Collège militaire royal de St-Jean à St-Jean-sur-Richelieu au Québec (comprenant l'année préparatoire qui est équivalente à la 1re année d'études collégiales dans un cégep), ainsi que la 1re année d'études universitaires (mêmes programmes que ceux offerts au CMR Kingston, soit : arts, sciences ou ingénierie). Tu suivras la même instruction que ceux inscrits au PFOR.

Si tu as déjà complété au moins 1 année d'études collégiales dans un cégep ou un collège privé (de préférence en sciences de la nature, sciences-arts-lettres, sciences de l'administration ou baccalauréat international), tu pourras entreprendre tes études directement la 1re année d'études universitaires au CMR St-Jean ou au CMR Kingston.

Tu devras par la suite, entreprendre tes études universitaires au Collège militaire royal du Canada C.M.R. à Kingston en Ontario (université militaire canadienne) pendant 3 ans dans la spécialité de ton choix
Ou entreprendre tes études universitaires dans l'université civile de ton choix n'importe où au pays pourvu que tu sois admis dans un programme de baccalauréat de ton choix de cette université puisqu'il n'y pas de places réservées aux futurs officiers. Tu suivras la même instruction que ceux inscrits au PFOR.

Tu devras assumer tes frais de scolarité, l'achat de tes manuels et instruments, ainsi que le gite et le couvert. Par contre, lorsque tu auras réussi les cours et effectué le service militaire exigé, tu recevras un remboursement d'un maximum de 2 000 $ par année d'études universitaires complétée, soit jusqu'à concurrence de 8 000 $.

-    Programme de formation des officiers - Éducation permanente PFOEP : destiné notamment aux titulaires d'un D.E.C. technique québécois ou d'un diplôme technique hors-Québec (collège communautaire ou collège technique) et qui ne possèdent pas de diplôme universitaire qui désirent entreprendre des universitaires subventionnées afin de répondre aux exigences d'enrôlement pour devenir officier. Également destiné à ceux et celles ayant entrepris des études universitaires, mais n'ont pas obtenu leur diplôme.

Ce programme accessible de façon exceptionnelle seulement (notamment dans les professions en pénurie), te permettra de t'enrôler en tant qu'officier au sein des Forces armées même si tu ne détiens pas de diplôme universitaire, généralement exigé pour faire carrière dans toutes professions d'officier.

Consulte également le vidéo suivant sur les études payées par les Forces canadiennes.

Pour plus de détails, consulte la page du recrutement des Forces canadiennes (section programmes d'enrôlement).

-   Programme d'études subventionnées pour l'entraînement des pilotes de l'ARC : Le baccalauréat en technologie de l'aviation offert par Seneca College à Peterborough en Ontario est le seul programme technique civil subventionné en pilotage d'aéronefs dont la formation est reconnue permet de devenir pilote au sein des Forces canadiennes.

C'est un programme échelonné sur 4 ans menant à un baccalauréat en technologie de l'aviation combiné à un programme de formation en pilotage.
la 1re année correspond à l'instruction de la qualification militaire + la phase de l'entraînement au vol militaire dans une école de pilotage des Forces;

la 2e année correspond à la formation théorique offerte par le Seneca College;
les 2 dernières années correspondent à la phase 2 de l'entraînement au vol militaire + la formation théorique au Seneca College.

Prend note que tu devras t'engager dans les Forces canadiennes (Force régulière) pour une période minimale de 7 ans.

Consulte également le vidéo suivant sur les études payées par les Forces canadiennes.

Voir aussi le site de la 3e École de pilotage des Forces canadiennes (formation de base pour tous les pilotes)
 et la 2e École de pilotage des Forces canadiennes (formation de base pour les pilotes de chasseurs).
Pour plus de détails, consulte la page du recrutement des Forces canadiennes (section programmes d'enrôlement).

Pour plus de détails sur les normes et les programmes d'enrôlement et les possibilités de carrière, consulte un agent recruteur du centre de recrutement des Forces canadiennes le plus près de chez toi.

LES FEMMES ET LES FORCES CANADIENNES :

Qu'en est-il de la carrière d'une femme militaire du rang dans les Forces canadiennes ?

La proportion de femmes au sein de son armée et les domaines dans lesquels elles peuvent servir font du Canada un chef mondial dans ce domaine. En effet, nos alliés ont en haute estime les Forces armées canadiennes (FAC), qu’ils considèrent à l’avant-garde en matière d’intégration des femmes dans l’armée.

Les femmes peuvent occuper n’importe quel poste au sein des FAC, y compris dans les métiers opérationnels, et peuvent servir partout. Pour tous les métiers des FAC, les possibilités de carrière et le processus de sélection pour l’instruction, la promotion et l’affectation sont les mêmes pour les hommes et les femmes; la sélection est faite en fonction du grade, des qualifications et du mérite.

L’accès à tous les postes militaires a été ouvert aux femmes en 1989, à l’exception du service à bord d’un sous-marin, qui ne leur a été accessible qu’en 2001. L’intégration des femmes dans les unités de combat a permis de doubler, dans les années 1990, le bassin de recrutement. Elle a également offert la possibilité à tous les citoyens canadiens de servir leur pays en fonction de leurs capacités.

En janvier 2018, le pourcentage des femmes officiers qui faisaient partie de la Force régulière et de la Première réserve des FAC s’établissait à 17,9 %, alors que plus de 3 041 femmes étaient engagées dans la Force régulière, et plus de 776, dans la Première réserve dans l'ensemble des Forces canadiennes.

Au sein de l’Armée canadienne, le pourcentage de femmes officiers était de 13,8 % au sein de la Force régulière et 16,3 % au sein de la Première réserve pour une moyenne de 14,6 %.

Actuellement, la section des armes de combat de la Force régulière compte environ 4,1 % de femmes officiers, alors que celle de la Première réserve en compte autour de 6,7 % (incluant les officiers et militaires du rang).

Les groupes professionnels d’officiers liés aux armes de combat (infanterie, artillerie, blindés et génie de combat) qui comptent la plus grande proportion de femmes sont l’artillerie (8,6 %) et le génie de combat (6,6), alors que les blindés en comptaient 3,8 % et l'infanterie 2,9 %.

 Les autres groupes professionnels de militaires du rang comptant le plus de femmes sont :

officier de logistique, officier des transmissions, officier à la sélection du personnel, officier du développement de l'instruction, officier des affaires publiques.

L’Aviation royale canadienne compte le plus haut pourcentage de femmes, à savoir 18,7 % de ses effectifs.

Les groupes professionnels d'officiers comptant le plus de femmes sont :

officier de logistique, officier du génie aérospatial, officier du contrôle aérospatial, officier à la sélection du personnel, officier du développement de l'instruction, officier des affaires publiques.

La Marine royale canadienne compte quant à elle, 18,4 % de ses effectifs sont des femmes.

Les groupes professionnels d'officiers comptant le plus de femmes sont :

officier de logistique, officier de guerre navale, officier à la sélection du personnel, officier du développement de l'instruction, officier des affaires publiques.

Comme dans de nombreuses carrières, les femmes ont maintenant des opportunités aussi grandes que les hommes.

Pour plus de détails, consulte la page suivante des Forces canadiennes et le vidéo suivant

Consulte également le Programme de promotion des carrières militaires auprès des femmes "Les femmes font la force" des Forces canadiennes.

Ainsi que le vidéo suivant sur l'équilibre travail-vie personnelle au sein des Forces canadiennes.

Voici quelques exemples d'entrevues, biographies et autres descriptions de femmes officiers :

Comme par exemple :

et aussi des pionnières telles que :

SALAIRE :

Selon les données 2016 :

Le salaire d’un(e) officier en début de carrière était de :

Pour la Réserve :

Sans expérience militaire antérieure :

-         145,78 $/jour (au grade de lieutenant/enseigne de vaisseau 1re classe) et augmente à 182,10 $/jour (au grade de capitaine/lieutenant de vaisseau) après 5 ans (environ) pour toutes les professions sauf ceux ci-dessous

-    173,10 $/jour au grade de lieutenant et augmente à 194,64 $/jour (au grade de capitaine) après 4 ans (environ) pour les pilotes

-    178,88 $/jour au grade de capitaine et augmente à 273,20 $/jour (au grade de major) après 4 ans (environ) pour les avocats

-    182,10 $/jour au grade de capitaine et augmente à 246,24 $/jour (au grade de major) après 4 ans (environ) pour les pharmaciens(nes

-    314,72 $/jour au grade de capitaine et augmente à 439,90 $/jour après 4 ans (environ) avec le grade de major pour les médecins de famille et les dentistes

-    527,86 $/jour au grade de major et augmente à 623,56 $/jour après 4 ou 5 ans (environ) avec le grade de lieutenant-colonel) pour les médecins spécialistes et les dentistes spécialistes

Pour la Force régulière :

Note : aucune rémunération n’est accordée pendant ton instruction à l’École de leadership et des recrues à St-Jean

Élèves-officiers :

Aux études universitaires dans une université civile ou au CMR Kingston (sauf études médicales et dentaires)

-         1 646 $/mois lors de la 1ère année

-         1 679 $/mois lors de la 2e année

-         1 718 $/mois lors de la 3e année

-         1 750 $/mois lors de la 4e année

Aux études universitaires dans une université civile (études médicales Doctorat en médecine MD ou Doctorat en médecine dentaire DMD)

-         1 646 $/mois lors de la 1ère année

-         1 679 $/mois lors de la 2e année

-         3 748 $/mois lors de la 3e année

-         3 968 $/mois lors de la 4e année

-         4 346 $/mois lors de la 5e année (Doctorat en médecine)

-         5 138 $/mois lors de la 1ere année de résidence en médecine familiale ou l'année de résidence multidisciplinaire en médecine dentaire

-         5 486 $/mois lors de la 2e année de résidence en médecine familiale

En début de carrière

Officiers du service général (sauf professions ci-dessous)

-         4 433 $/mois (au grade de lieutenant/enseigne de vaisseau 1re classe) et augmente à 6 515 $/mois (au grade de capitaine/lieutenant de vaisseau) après 5 ans (bénéficiaires du Programme d'enrôlement direct des officiers PEDO)

-         5 138 $/mois (au grade de lieutenant/enseigne de vaisseau 1re classe) et augmente à 6 515 $/mois (au grade de capitaine/lieutenant de vaisseau) après 5 ans (au grade de lieutenant/enseigne de vaisseau 1re classe) (bénéficiaires du Programme d'études universitaires subventionnées PFOR)

Pilotes :

-         5 138 $/mois lors de la  1ère année (grade de lieutenant) et atteint 6 604 $/mois après 4 ans (avec le grade de capitaine)

Officiers de guerre navale (anciennement appelé "officier des opérations maritimes de surface et sousmarines") :

-         4 433 $/mois lors de la 1ère année avec le grade de 1re enseigne de vaisseau et atteint 6 515 $/mois après 4 ans (avec le grade de lieutenant de vaisseau) pour ceux ayant bénéficié des études universitaires subventionnées par les Forces

-    5 138 $/mois lors de la 1ère année avec le grade de 1re enseigne de vaisseau et atteint 6 515 $/mois après 4 ans (avec le grade de lieutenant de vaisseau) pour ceux ayant bénéficié du programme d'enrôlement direct en qualité d'officier PEDO (titulaires d'un DEC en navigation)

Avocats :

-         6 401 $/mois avec le grade de capitaine/lieutenant de vaisseau (après 4 ans, une promotion au grade de major/capitaine de corvette au salaire de 9 776 $/mois), de plus la rémunération de ces officiers s’effectue au rendement, c’est-à-dire plus tu gagneras des causes et plus ton salaire augmentera.

Pharmaciens et aumôniers :

-         6 515 $/mois avec le grade de capitaine / lieutenant de vaisseau (après 4 ans, une promotion au grade de major/capitaine de corvette au salaire de 8 809 $/mois)

Médecins et dentistes :

-         11 262 $/mois avec le grade de capitaine / lieutenant de vaisseau et possibilité d'atteindre le grade de major ou capitaine de corvette après 5 ans avec un solde de 14 986 $/mois au premier échelon jusqu'à un maximum de 21 118 $/mois au grade de lieutenant-colonel pour les médecins de famille et dentistes généralistes

-    18 889 $/mois avec le grade major / capitaine de corvette et peut atteindre jusqu'à un maximum de 25 343 $/mois au grade de lieutenant-colonel pour les médecins spécialistes et les dentistes spécialistes

LES GRADES

Chaque grade est obtenu après un certain nombre d’années d’expérience, des formations avancées ou de perfectionnement reliées à la profession, le nombre et la durée des missions participées et certains autres facteurs.

Un liste de postes civils d'encadrement équivalents aux grades militaires sont suggérés afin de comparer le niveau de responsabilité de ceux-ci.

Armée canadienne et Aviation royale canadienne :

-         Élève Officier (ou cadet) = officier aux études à l’École de leadership et des recrues ou au Collège militaire royal du Canada CMR ou dans une université civile (si le programme n'est pas offert au CMR).

-         Sous-lieutenant (ou Second lieutenant) = premier grade obtenu pendant la formation de base du métier ou de la profession choisie (3 à 12 mois dans la plupart des cas).

-         Lieutenant =  second grade obtenu en tant qu’officier commissionné qualifié dans un métier ou dans une profession  et formé(e) ensuite à la gestion générale et aux techniques de direction d’équipes.

Au sein de l'Armée canadienne (Force régulière); il ou elle commande un peloton ou une troupe comptant 3 sections totalisant 30 à 36 soldats.

Au sein de la Première réserve de l'Armée canadienne; il ou elle commande un peloton ou une troupe comptant 3 sections totalisant 30 à 36 soldats.

Au sein de l'Aviation royale canadienne (Force régulière ou Réserve); il ou elle commande un détachement comptant 16 à 28 soldats.
Pour les pilotes de chasseurs, il ou elle pilote en entraînement sur le CF-18 Hornet.
Pour les autres pilotes, il ou elle copilote pour la plupart, mais peut aussi être commandant de bord.
Pour les officiers de systèmes de combat aérien (navigateurs), il ou elle occupe le poste de commandant d'équipage.
Pour les officiers du génie aérospatial, il ou elle est officier de maintenance générale des aéronefs d'une escadrille.
Pour les officiers du contrôle aérospatial, il ou elle est chef de quart d'une tour de contrôle.

Ce grade est également accordé pour d'autres fonctions, soit :

premier grade lors de la 1re affectation pour les infirmiers
grade accordé aux médecins résidents en familiale, aux médecins résidents dans une spécialité médicale et aux dentistes résidents pendant leur période de résidence (études subventionnées)
grade accordé aux pharmaciens pendant leur internat clinique en pharmacie (D.Pharm.) (études subventionnées)
grade accordé aux physiothérapeutes et aux travailleurs sociaux pendant leurs études de maîtrise (études subventionnées)
grade accordé aux diplômés(es) du CMR ou d'une université civile déjà enrôlés et qui entreprennent des études supérieures subventionnées.

-         Capitaine (en anglais "Captain") = troisième grade obtenu pour la plupart des officiers commissionnés. C'est un(e) officier expérimenté dans un métier ou une profession et formé(e) ensuite à la gestion générale et aux techniques de direction d’équipes.

Au sein de l'Armée canadienne (Force régulière); il ou elle commande une compagnie (infanterie légère ou mécanisée, transmissions, renseignement, police militaire) ou un escadron (blindés, génie de combat, génie de construction) comprenant 3 pelotons comptant 150 à 250 soldats et sous les ordres du commandant d'un bataillon, batterie ou escadron (major).

Alors qu'au sein de la Première réserve de l'Armée canadienne; il ou elle commande un régiment, un bataillon, un escadron ou une batterie (infanterie, artillerie, blindés ou génie de combat) comptant 50 à 85 soldats réservistes sous les ordres du commandant d'un bataillon, une batterie, un escadron ou exceptionnellement, un régiment (major ou lieutenant-colonel).

Au sein de l'Aviation royale canadienne (Force régulière ou Réserve); il ou elle commande une escadrille opérationnelle (transport, patrouille maritime, hélicoptères tactiques, hélicoptères maritimes, recherche & sauvetage) ou non opérationnelle (mouvements aériens, contrôle aérospatial, maintenance, transmissions ou génie de l'air) comptant 50 à 85 militaires.
Pour les pilotes, il ou elle occupe le poste de commandant de bord dans la plupart des cas.
Pour les officiers de systèmes de combat aérien (navigateurs), il ou elle occupe le poste de commandant d'équipage.
Pour les officiers du contrôle aérospatial, il ou elle est commandant d'une tour de contrôle.


Pour certaines profession, il est le premier grade obtenu lors de la 1ère affectation (médecin de famille, dentiste, pharmacie, physiothérapeute, juge avocat, aumônier).

-         Major = 4e grade d'officier commissionné de l'Armée canadienne ou de l'Aviation royale canadienne détenant plusieurs années d'expérience opérationnelle et pouvant inclure la gestion de projets ou de programmes, les achats/approvisionnements, la gestion des contrats, la gestion du personnel, la gestion des opérations, etc. On peut comparer ses responsabilités à des fonctions civiles telles que : chef de département, gestionnaire de service, directeur(trice) de section ou directeur(trice) de succursale d'une équipe comptant en moyenne 100 à 400 personnes.
 
Au sein de l'Armée canadienne (Force régulière) il ou elle commande une bataillon (infanterie légère ou mécanisée ou de services) ou une batterie (artillerie) un escadron (blindés, génie de combat, transmissions ou génie construction) comprenant 4 à 6 unités (compagnies ou troupes) comptant un total de plus de 400 à 600 (parfois jusqu'à 800) soldats et officiers et sous les ordres du commandant d'un régiment (lieutenant-colonel).

Alors qu'au sein de la Première réserve de l'Armée canadienne; il ou elle commande un régiment, un bataillon, un escadron ou une batterie (infanterie, artillerie, blindés ou génie de combat) comptant 150 à 250 militaires réservistes sous les ordres du commandant d'un groupe-brigade (colonel).

Au sein de l'Aviation royale canadienne (Force régulière ou Réserve); il ou elle commande un petit escadron opérationnel (appui tactique, transport, patrouille maritime, hélicoptères tactiques, hélicoptères maritimes, recherche & sauvetage) ou non opérationnel (mouvements aériens, contrôle aérospatial, maintenance, transmissions, génie de l'air ou entraînement opérationnel) ou occupe la fonction de commandant-adjoint composé de 4 à 6 escadrilles totalisant 200 à 500 militaires (soldats, sous-officiers et officiers) provenant principalement de la Force régulière, mais également de la Réserve aérienne.

Au sein des escadrons opérationnels de la Force régulière  (appui tactique, transport, patrouille maritime, hélicoptères tactiques, hélicoptères maritimes, recherche & sauvetage), il ou elle peut également commander une escadrille comptant 150 à 350 membres. Plusieurs pilotes et navigateurs occupent toujours des fonctions en vol.

D'autres fonctions sont également occupées par des officiers de ce grade telles que :

commandant d'un bataillon ou d'une compagnie de police militaire
commandant d'une unité d'ambulance
commandant d'une compagnie de renseignement
commandant d'une compagnie ou escadrille des opérations spéciales
commandant d'une unité médicale ou d'une unité dentaire
chef d'unité au sein d'un hôpital militaire
JAG d'un groupe-brigade ou d'une escadre
procureur militaire
commandant d'une division au QG d'un groupe-brigade ou d'une escadre
commandant d'une branche au QG d'une division

-         Lieutenant-colonel (dans le jargon militaire, appelé « Colonel » : 5e grade d'officier commissionné de l'Armée canadienne ou de l'Aviation royale canadienne; il ou elle détient une grande expérience opérationnelle et une expérience assez importante et variée dans la gestion de ressources, de politiques et d'opérations. Ce grade peut être comparé à poste de directeur(trice) ou de directeur(trice)-adjoint(e) au sein d'une grande entreprise ou organisation publique.

Au sein de l'Armée canadienne (Force régulière); il ou elle commande un régiment (infanterie, artillerie, blindés ou génie de combat) comprenant 3 à 5 unités (bataillons, escadrons ou batteries) et comptant 800 à 1 500 militaires sous les ordres du commandant d'un groupe-brigade (colonel);

Alors qu'au sein de la Première réserve de l'Armée canadienne; il ou elle commande un régiment (infanterie, artillerie, blindés ou génie de combat)comptant 150 à 250 militaires réservistes sous les ordres du commandant d'un groupe-brigade (colonel).


Au sein de l'Aviation royale canadienne (Force totale comprenant des effectifs de la Force régulière + de la Réserve aérienne); il ou elle commande un escadron opérationnel (appui tactique, transport, patrouille maritime, hélicoptères tactiques, hélicoptères maritimes, recherche & sauvetage) ou non opérationnel (mouvements aériens, contrôle aérospatial, maintenance, transmission, entraînement opérationnel) composé de 4 à 6 escadrilles totalisant 200 à 500 militaires (soldats, sous-officiers et officiers) provenant principalement de la Force régulière, mais également de la Réserve aérienne.

D'autres fonctions sont également sous le commandement d'un officier de ce grade telles que :

commandant d'un régiment des forces spéciales (Armée) ou d'un escadron des opérations spéciales aériennes (aviation)
commandant d'un régiment de police militaire
Commandant d'un escadron de renseignements
commandant d'une unité des services de santé
commandant d'un centre d'instruction au combat de division (Armée)
commandant de certaines écoles ou autres centres de formation
commandant d'unité des opérations interarmées
JAG commandant d'une division
procureur régional militaire
chef d'un département d'un hôpital militaire
fonctions d'état-major au sein du QG d'une division aérienne ou de l'Armée
fonctions d'état-major au sein d'une force opérationnelle interarmées
certaines fonctions d'état-major au QG de l'Armée canadienne, de l'Aviation royale canadienne, du Commandement des opérations interarmées, du Commandement aux opérations spéciales ou au QG de la Défense.

-         Colonel (dans le jargon militaire, appelé « full Colonel ») = 6e grade d'officier commissionné et 1er grade d'officier supérieur de l'Armée canadienne ou de l'Aviation royale canadienne; il ou elle détient une vaste expérience opérationnelle et une grande expérience dans la gestion de ressources, de politiques et d'opérations. Ce grade peut être comparé à poste de directeur(trice) au sein d'une grande entreprise ou organisation publique.

Au sein de l'Armée canadienne, il ou elle est commandant d’un groupe-brigade composé de 6 à 12 bataillons, escadron et régiments de la Force régulière totalisant 2 000 à 5 000 militaires (incluant les sous-officiers et officiers de divers grades) dont : un régiment d'infanterie (3 ou 4 bataillons), un régiment d'artillerie, un régiment des blindés, un régiment du génie combat, un escadron des transmissions et 1 bataillon de services);

OU
commandant d'un groupe-brigade de la Première Réserve de l'Armée composée de 10 à 15 bataillons et régiments (infanterie, artillerie, blindés, génie de combat et transmissions) totalisant 1 500 à 3 000 membres (incluant les sous-officiers et officiers de divers grades);

Au sein de l'Aviation royale canadienne (Force totale comprenant des effectifs de la Force régulière + de la Réserve aérienne); il ou elle est commandant d'une escadre composée de 4 à 12 escadrons + 2 ou 3 escadrilles de la Réserve aérienne totalisant 1 500 à 3 500 militaires et civils (incluant les sous-officiers et officiers de divers grades);

Les officiers de ce grade peuvent également occuper les fonctions telles que :

commandant-adjoint d'une division
commandant d'un centre de développement de l'instruction ou d'une école
commandant d'une base militaire
commandant d'un centre de services de santé
commandant d'un groupe de police militaire
Juge-avocat de l'Armée canadienne ou de l'Aviation canadienne ou du Commandement aux opérations spéciales
Ingénieur militaire en chef-adjoint
directeur d'un service au QG de la Défense
conseiller auprès d'un commandant d'une branche des Forces armées, du Vice-chef d'état-major ou du Chef d'état-major de la Défense
conseiller militaire canadien au sein d'une organisation internationale ou multinationale (ex : NORAD, OTAN, comité militaire de l'ONU, US Army Forces, etc.).

IMPORTANT : ne pas confondre avec le grade de "colonel honoraire" qui est accordé à officier retraité
ou des citoyens canadiens qui se sont distingués ou qui sont des personnalités connues à titre honorifique.
Bien qu'ils fassent partie intégrante de la « famille » des Forces canadiennes, ils servent de mentor au commandant et aux membres d'une unité, aident à établir des liens avec d'autres unités par le biais du réseau des colonels honoraires, favorisent la préservation des coutumes et traditions et gagnent des appuis à l'égard de leur unité en lui servant de représentant public.

-         Général = Officier ayant une grande expérience et qui occupe des fonctions de gestionnaire au sein de l’État-major des Forces canadiennes. On peut distinguer les généraux par leur nombre d’étoiles.

Il ou elle détient une vaste expérience de la haute direction et de la planification stratégique, incluant des aspects internationaux et géopolitiques. Aussi, il ou elle possède une grande expérience d’interface avec le processus décisionnel et l’appareil administratif du gouvernement.

On peut comparer ce grade avec des postes civils de cadres supérieurs tels que directeur général, vice-président ou président au sein d'une entreprise ou d'une organisation.

Dans le jargon militaire, ils sont tous appelés « Général » :

Brigadier général * : Il est responsable en moyenne plus de 7 000 à 15 000 militaires et civils;

Au sein de l'Armée canadienne; il peut être commandant de l'une des 4 divisions (Ouest canadien, Ontario, Québec ou Atlantique) qui regroupe des membres de la Force régulière + de la Première réserve, commandant du Centre de doctrine et d'instruction, chef-adjoint d'état-major (opérations, stratégie, planification) ou Chef de la Réserve et des rangers canadiens.

Au sein de l'Aviation royale canadienne; il peut être commandant-adjoint de la 1ère Division aérienne du Canada qui regroupe des membres des unités opérationnelles de soutien opérationnel de la Force régulière + de la Réserve aérienne, commandant de la 2e division aérienne (regroupant des écoles de pilotage et autres établissements d'instruction et entraînement de l'Aviation), chef-adjoint d'état-major (opérations ou stratégie) ou commandant de la Réserve aérienne.

Au sein des opérations interarmées; il ou elle occupe la fonction de commandant-adjoint des opérations interarmées, chef-adjoint d'état-major (opérations, stratégie ou planification) ou de commandant-adjoint d'une force opérationnelle interarmées.

Au sein du Commandement des opérations spéciales; le Commandant aux opérations spéciales du Canada détient ce grade.

Au QG de la Défense; il y a les directeurs(trices), les adjoints(es) aux chefs-adjoints d'état-major, chef de cabinet du Vice-chef d'état-major, etc.

Des officiers supérieurs de ce grade occupent également d'autres fonctions telle que : Médecin général et Commandant du Service de santé royal canadien, Grand-Prévôt et Commandant de la Police militaire canadienne, Juge-Avocat Général-adjoint, Commandant du Collège des Forces canadiennes, Commandant de la Génération du personnel militaire (commandement de l'instruction et de l'entraînement et du recrutement).


Major Général ** : Il ou elle est responsable en moyenne de plus de 10 000 à 15 000 militaires et civils de la Force régulière et de la Réserve;

Il ou elle occupe généralement la fonction de Commandant-adjoint de l'Armée canadienne OU de  Commandant de la 1ère Division aérienne du Canada ET Ccommandant-adjoint de l'Aviation royale canadienne.

Des officiers supérieurs de ce grade peuvent également occuper d'autres fonctions telle que : Juge-Avocat Général JAG, Chef du renseignement de la Défense, Chef du personnel militaire, Ingénieur militaire en chef, Commandant du Collège militaire royal du Canada CMR, Chef de la Réserve et des cadets, Chef de cabinet du Chef-d'État-major de la Défense, Chef-adjoint d'état-major de la Défense (opérations, stratégie, logistique, communications, finance, etc).

Lieutenant Général *** : Commandant et Chef d’état-major de l’Armée canadienne responsable de plus de 44 000 soldats, officiers, rangers et civils de la Force régulière et de la Réserve partout au Canada et en déploiement à l'étranger;

OU Commandant et Chef d'état-major de l'Aviation royale canadienne responsable de plus de 20 000 officiers, sous-officiers, soldats et civils de la Force régulière et de la Réserve partout au Canada et en déploiement à l'étranger;

OU Commandant des Opérations interarmées du Canada chargé de toutes les opérations militaires domestiques ou outremers du Canada nécessitant des forces des 3 branches (Armée, Aviation et Marine), à l'exception de celles menées par le Commandement aux opérations spéciales et le NORAD.

OU autres fonctions telles que : Vice-chef d'État-major de la Défense, Commandant-adjoint du NORAD (situé à Colorado Springs aux USA) ou Représentant militaire du Canada à l'OTAN;

Général **** : Chef d’état-major de la Défense Nationale du Canada. Il est responsable de près de 88 000 militaires et civils de la Force régulière et de la Réserve des 3 branches des Forces canadiennes (Armée canadienne, Aviation royale canadienne et Marine royale canadienne); en plus des autres commandements et organisations des Forces canadiennes (le Commandement des opérations interarmées, le Commandement du renseignement militaire, le Commandement des opérations spéciales et le Service de santé royal canadien) situés au Canada et déploiement partout dans le monde. Il est aussi principalement représentant des Forces canadiennes auprès de l'OTAN et de l'ONU.

IMPORTANT : ne pas confondre avec le grade de "général commandant honoraire" qui est accordé à un général retraité ou  à de distingués citoyens canadiens à titre honorifique.
Bien qu'ils fassent partie intégrante de la « famille » des Forces canadiennes, ils servent de mentor au commandant et aux membres d'une unité, aident à établir des liens avec d'autres unités par le biais du réseau des colonels honoraires, favorisent la préservation des coutumes et traditions et gagnent des appuis à l'égard de leur unité en lui servant de représentant public.

 Note : il ne faut pas comparer les grades des officiers des Forces armées américaines (U.S. Marines Corps, U.S. Air Force, U.S. Army) avec les nôtres, car ils diffèrent.

Par exemple, il n'y a pas de Corps de marines comme aux USA, la France ou la Grande-Bretagne.

Marine royale canadienne :

-         Aspirant de marine = (ou cadet) = officier aux études à l’École de leadership et des recrues ou au Collège militaire royal du Canada

-         2e enseigne de vaisseau en anglais « 2d ensign » = premier grade obtenu pendant la formation de base du métier ou de la profession choisie (3 à 12 mois dans la plupart des cas).

-         1ère enseigne de vaisseau en anglais « 1st ensign » = second grade obtenu en tant qu’officier commissionné qualifié dans un métier ou dans une profession  et formé(e) ensuite à la gestion générale et aux techniques de direction d’équipes.

Au sein de la Force régulière; il ou elle occupe la fonction de C
hef de quart à bord d’un destroyer ou d'une frégate ou d'un navire de soutien interarmées (département de pont, de combat, de navigation, de mécanique, d'armement ou de logistique) comptant de 15 à 40 marins.

Au sein de la Réserve navale; il ou elle occupe la fonction de Commandant d'un département (pont, combat, mécanique, logistique) à bord d'un navire de défense côtière comptant une dizaine de membres d’équipage ou un patrouilleur extracôtier de l'Arctique comptant de 10 à 15 marins.

-         Lieutenant de vaisseau en anglais « Lieutenant »  : troisième grade obtenu pour la plupart des officiers commissionnés. C'est un(e) officier expérimenté dans un métier ou une profession et formé(e) ensuite à la gestion générale et aux techniques de direction d’équipes.

Au sein de la Force régulière; il ou elle occupe la fonction de Commandant d'un département (pont, combat, mécanique, armement, logistique) à bord d'un destroyer, d'une frégate, d'un navire de soutien interarmées ou d'un patrouilleur d'entraînement.

À bord d'un sous-marin de la classe Victoria; il ou elle occupe le poste de commandant d'un département du navire (combat, ingénierie des systèmes de combat, ingénierie de marine ou exécutif).

Ap
rès quelques années d'expérience, il ou elle pourra occuper le poste de Commandant en second d'un sous-marin.

Au sein de la Réserve navale; il ou elle occupe généralement la fonction de Commandant en second d'un navire de défense côtière comptant de 28 à 37 membres d’équipage ou un patrouilleur extracôtier de l'Arctique comptant 65 membres d'équipage.

Pour certaines profession, il est le premier grade obtenu lors de la 1ère affectation (médecin de famille, dentiste, pharmacie, physiothérapeute, juge avocat, aumônier).

-         Capitaine de corvette en anglais « Lieutenant Commander » = 4e grade d'officier commissionné de l'Armée canadienne ou de l'Aviation royale canadienne détenant plusieurs années d'expérience opérationnelle et pouvant inclure la gestion de projets ou de programmes, les achats/approvisionnements, la gestion des contrats, la gestion du personnel, la gestion des opérations, etc. On peut comparer ses responsabilités à des fonctions civiles telles que : chef de département, gestionnaire de service, directeur(trice) de section ou directeur(trice) de succursale d'une équipe comptant en moyenne 100 à 400 personnes.

Au sein de la Force régulière; il ou elle occupe la fonction de Commandant en second et Commandant du département de navigation à bord d'un destroyer, d'une frégate, d'un sous-marin, d'un navire de soutien interarmées ou d'un patrouilleur d'entraînement.

Au sein de la Réserve navale; il ou elle commande un navire de défense côtière comptant de 28 à 37 membres d’équipage ou un patrouilleur extracôtier de l'Arctique comptant 65 membres d’équipage.

D'autres fonctions sont également occupées par des officiers de ce grade telles que :

commandant d'une compagnie de police militaire
commandant d'une compagnie de renseignement
commandant d'une unité médicale ou d'une unité dentaire
chef d'unité au sein d'un hôpital militaire
JAG d'un groupe d'opérations maritimes
procureur militaire
commandant d'une branche au QG d'une flotte ou d'une force maritime.

-         Capitaine de frégate en anglais « Commander »  : 5e grade d'officier commissionné de la Marine royale canadienne, il ou elle détient une grande expérience opérationnelle et une expérience assez importante et variée dans la gestion de ressources, de politiques et d'opérations. Ce grade peut être comparé à poste de directeur(trice) ou de directeur(trice)-adjoint(e) au sein d'une grande entreprise ou organisation publique.

Au sein de la Force régulière, les fonctions occupées sont :

Commandant d'un destroyer lance-missiles composé de 290 membres d'équipage
OU Commandant d'une frégate de patrouille maritime classe Halifax composée de 225 membres d'équipage
OU Commandant d'un sous-marin à long rayon d'action de la classe Victoria comptant 48 membres d'équipage
OU Commandant d'un navire de soutien interarmées comptant env. 250 membres d'équipage (militaires et parfois, civils)
OU Commandant d'un patrouilleur d'entraînement
OU Commandant d'une unité de soutien opérationnel
OU Commandant-adjoint d'un groupe d'opérations maritimes.

Au sein de la Réserve navale, les fonctions occupées sont :

Commandant d'une division de la Réserve navale composée d'une flotte de 2 à 4 navires de défense côtière totalisant 65 à 170 membres d'équipage.

Des fonctions d'état-major peuvent aussi être occupées au QG d'une flotte, au QG d'une force maritime ou au QG de la Marine royale canadienne.

D'autres fonctions peuvent également être occupées (voir "lieutenant-colonel ci-dessus).

-         Capitaine de vaisseau « Captain » : 6e grade d'officier commissionné de la Marine royale canadienne et 1er grade d'officier supérieur, il ou elle détient une vaste expérience opérationnelle et une grande expérience dans la gestion de ressources, de politiques et d'opérations. Ce grade peut être comparé à poste de directeur(trice) au sein d'une grande entreprise ou organisation publique.

Généralement, il occupe la fonction de commandant d'un groupe d'opérations maritimes regroupant 12 à 14 navires (6 ou 7 frégates, 2 ou 3 destroyers, 2 sous-marins et 2 navires de soutien interarmées) comptant de 2 500 à 3 500 membres d'équipage et personnel de quartier général du groupe.

Mais, des officiers de ce grade peuvent également occuper d'autres fonctions (voir "colonel ci-dessus).

Il est généralement sous les ordres d'un commodore, mais parfois d'un contre-amiral.

IMPORTANT : ne pas confondre avec le grade de "captain honoraire" qui est accordé à officier retraité ou des citoyens canadiens qui se sont distingués ou qui sont des personnalités connues à titre honorifique.
Bien qu'ils fassent partie intégrante de la « famille » des Forces canadiennes, ils servent de mentor au commandant et aux membres d'une unité, aident à établir des liens avec d'autres unités par le biais du réseau des colonels honoraires, favorisent la préservation des coutumes et traditions et gagnent des appuis à l'égard de leur unité en lui servant de représentant public.

-         Amiral « Admiral » = Officier ayant une grande expérience et qui occupe des fonctions de gestionnaire au sein de l’État-major. On peut distinguer les amiraux par leur nombre d’étoiles.

Dans le jargon militaire, ils sont tous appelés « Amiral » :

Commodore (équivalent du grade américain de "rear admiral lower") * : commandant d’une flotte de 18 à 20 navires et sous-marins de la Force régulière + de la Réserve de la Marine royale canadienne et responsable de plus de 3 500 à 5 500 officiers, sous-officiers et matelots (région Atlantique ou région Pacifique);
OU Commandant de la Réserve navale du Canada responsable de plus de 4 600 membres;
Mais, des officiers supérieurs de ce grade peuvent également occuper d'autres fonctions (voir "brigadier général" ci-dessus).

Contre-amiral **
 : Commandant-adjoint de la Marine royale canadienne OU Commandant d'une force maritime (Pacifique ou Atlantique) comptant un personnel de 6 000 à 7 500 membres militaires et civils de la Force régulière et de la Réserve de la Marine royale canadienne;

Mais, des officiers supérieurs de ce grade peuvent également occuper d'autres fonctions telle que : Juge-Avocat Général JAG, Chef du renseignement de la Défense, Chef du personnel militaire, Ingénieur militaire en chef, Commandant du Collège militaire royal du Canada CMR, Chef de la Réserve et des cadets, Chef de cabinet du Chef-d'État-major de la Défense, Chef-adjoint d'état-major de la Défense (opérations, stratégie, logistique, communications, finance, etc).

Vice-amiral *** : Commandant et Chef d'état-major de la Marine royale canadienne responsable de près de 19 000 officiers, sous-officiers, matelots et civils de la Force régulière et de la Réserve partout au Canada et en déploiement à l'étranger;

OU Commandant des Opérations interarmées du Canada chargé de toutes les opérations militaires domestiques ou outremers du Canada nécessitant des forces des 3 branches (Armée, Aviation et Marine), à l'exception de celles menées par le Commandement aux opérations spéciales et le NORAD.

OU autres fonctions telles que : Vice-chef d'État-major de la Défense, Commandant-adjoint du NORAD (situé à Colorado Springs aux USA) ou Représentant militaire du Canada à l'OTAN.


Amiral **** (de façon exceptionnelle, puisque c'est le plus souvent un Général ****),
Chef d’état-major de la Défense Nationale du Canada.  Il est de la Force régulière et de la Réserve des 3 branches des Forces canadiennes (Armée canadienne, Aviation royale canadienne et Marine royale canadienne); en plus des autres commandements et organisations des Forces canadiennes (le Commandement des opérations interarmées, le Commandement du renseignement militaire, le Commandement des opérations spéciales et le Service de santé royal canadien) situés au Canada et déploiement partout dans le monde. Il est aussi principalement représentant des Forces canadiennes auprès de l'OTAN et de l'ONU.

IMPORTANT : ne pas confondre avec le grade de "général commandant honoraire" qui est accordé à un général retraité ou  à de distingués citoyens canadiens à titre honorifique.
Bien qu'ils fassent partie intégrante de la « famille » des Forces canadiennes, ils servent de mentor au commandant et aux membres d'une unité, aident à établir des liens avec d'autres unités par le biais du réseau des colonels honoraires, favorisent la préservation des coutumes et traditions et gagnent des appuis à l'égard de leur unité en lui servant de représentant public.

Note : il ne faut pas comparer les grades des officiers des Forces armées américaines (U.S. Navy, U.S. Marines Corps, U.S. Air Force, U.S. Army) avec les nôtres, car ils diffèrent.

Par exemple, au sein de l'USNavy il existe des postes au sein de porte-avions. Au Canada, on n'a pas de ce type de navires. De plus, aux USA, on y retrouve un corps d'infanterie de marine (US Marine Corps), alors qu'au Canada, il n'y a en pas.

LES PROFESSIONS

Il existe plusieurs métiers et professions passionnantes, dont certains d’entre eux on a un grand besoin de personnel. Consulte les pages chacun des 3 éléments des Forces armées :

Note : pour les équivalents militaires de la profession de ton choix, consulte aussi la page suivante.

               Ø      L'Armée canadienne

               Ø      L'Aviation royale canadienne

               Ø     La Marine royale canadienne

Mais il y a aussi les métiers suivants :

               Ø    Les services de santé

LIENS RECOMMANDÉS :

Pour obtenir une liste d'unités de la réserve au Québec, consulte la page suivante

Pour obtenir une liste d'unités régulière de l'Armée de terre, consulte la page suivante

Pour obtenir une liste d'unités régulière de la Force aérienne, consulte la page suivante

Pour obtenir une liste d'unités régulière de la Marine Canadienne, consulte la page suivante

Pour obtenir une liste d'unités régulière et de réserve des services de santé, consulte la page suivante

 

Retour à la page du secteur
Retour à la page d’accueil