Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d'accueil

 

SECTEUR : CHIMIE ET BIOLOGIE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNOLOGUE EN BIOTECHNOLOGIES

TECHNOLOGUE EN BIOCHIMIE

TECHNOLOGUE EN MICROBIOLOGIE

 

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.E.C.

 

Consulte également la section "liens recommandés" (dont des vidéos de technologues en biotechnologies qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

Si tu deviens technicien(ne) ou technologue en laboratoire de biotechnologies; tu auras pour tâches de préparer le matériel et les solutions nécessaires aux analyses, entretenir des tissus ou des cellules en culture (cellules animales, cellules végétales ou même cellules d'insectes), préparer des lames pour des observations microscopiques, effectuer des tests de toxicité ou d'écotoxicité sur des cultures ou même des animaux de laboratoire visant le contrôle de la qualité des produits, faire des fermentations en réacteurs, utiliser des instruments de précision pour faire des analyses spécifiques, compiler et traiter des données, rédiger et transmettre des rapports d'analyse.

 

Tu pourras aussi avoir les tâches de préparer, traiter et analyser des substances biochimiques telles que : les acides nucléiques, les lipides, les protéines et les vitamines (animales, humaines ou végétales) ou des substances biologiques telles que : les micro-organismes (bactéries, parasites, moisissures, virus, levures) cellules animales et végétales, etc. De plus, tu assisteras les professionnels(les) à développer de nouvelles techniques d’analyse de ces produits ou substances.

 

Les tâches peuvent grandement varier selon que la profession s'exerce en recherche, dans un ou l'autre des domaines liés aux biotechnologies, ou encore en contrôle de qualité dans une industrie des domaines suivants: environnemental, santé, cosmétique, agro-alimentaire ou autres.

 

Tu travailleras avec l'étroite collaboration avec un(e) biotechnologiste, un(e) biochimiste, un(e) chimiste, un(e) microbiologiste, d'un(e) microbiologiste-immunologiste, d'un(e) bactériologiste ou d'un(e) virologiste.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-        Bonnes habiletés et dextérité manuelles pour manipuler efficacement et délicatement les contenants de produits chimiques

-     Capacité de travailler sous pression dans plusieurs cas, des résultats rapides sont nécessaires afin de ne pas retarder la production ou des travaux sur chantier par exemple

-        Très bon sens de l’observation pour observer attentivement les réactions chimiques et y détecter toute anomalie de procédé ou d'analyse

-        Capacité d’analyse et de synthèse car tu auras à analyser les effets des réactions chimiques

-        Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction car tu devras être à l'affut des nouveaux développements scientifiques ou de nouvelles méthodes d'analyses

-        Minutie, précision et bonne méthode de travail car tu auras à manipuler des produits dangereux

-    Autonomie, débrouillardise et flexibilité car tu seras parfois seul(e) pour exécuter certaines tâches et résoudre certains problèmes en laboratoire

-        Sens des responsabilités car tu auras la responsabilité des produits utilisés dans le laboratoire et de la qualité des tests et analyses effectués

-        Sens de l’organisation car tu auras à gérer des priorités et respecter des échéanciers, mais également pour entreposer de manière ordonnée les produits selon les niveaux de danger et particularité de ces produits

-       Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres techniciens, des chimistes et parfois des ingénieurs chimistes

-        Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des scientifiques ou parfois des clients et parfois, rédiger certains rapports techniques

-        Bonne connaissance de la langue langue anglaise car la plupart des manuels et publications spécialisés sont dans cette langue

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-        Analyste en biochimie

-    Animateur(trice) en loisirs scientifiques

-        Appariteur(e) en laboratoire (préparateur du matériel dans les labos des collèges et universités)

-        Assistant(e) chimiste

-        Contrôleur(e) en produits pharmaceutiques

-    Coordonnateur(trice) d'activités de loisirs scientifiques

-    Échantillonneur(euse)

-        Représentant(e) technique en équipements pour laboratoires

-        Représentant(e) technique en produits biochimiques

-        Technicien(ne) en bactériologie

-        Technicien(ne) en biochimie

-    Technicien(ne) en criminalistique (biologie judiciaire)

-        Technicien(ne) en contrôle de la qualité des produits biochimiques

-    Technicien(ne) en immunologie

-    Technicien(ne) en identité judiciaire

-        Technicien(ne) en microbiologie

-    Technicien(ne) en mycologie

-    Technicien(ne) en parasitologie

-       Technicien(ne) en recherches

-    Technicien(ne) en travaux d'enseignement

-    Technicien(ne) en virologie

-       Technologiste en procédés de fabrication alimentaire

-       Technologue en biochimie

-       Technologue en procédés de fabrication alimentaire

-    Superviseur(e) de laboratoire (avec de l'expérience)

-    Superviseur(e) du contrôle de la qualité (avec de l'expérience) 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-    Bonnes connaissances des logiciels spécialisés

-         Polyvalence

-    Certains postes exigent des déplacements fréquents ou occasionnels sur le terrain (ex : bords de cours d'eau, terrains contaminés, etc.)

-    Certains postes sont sur quarts de travail (jour/soir/fin de semaine

AFFILIATION À UNE ASSOCIATION PROFESSIONNELLE :

 

Aucun permis de pratique n'est nécessaire afin de pratiquer en tant que technicien(ne) ou technologue en biochimie, en biotechnologies ou en microbiologie.

 

Par contre, il est fortement recommandé de devenir membre de l’Ordre des technologues professionnels du Québec.

 

L’obtention du titre professionnel T.P. te permettra d’accéder à certains postes-clés en entreprise et obtenir une reconnaissance dans la profession.

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2016 : 

Plus de la moitié des répondants(es), soit 54 % ont choisi de poursuivre leurs études à l'université en biochimie, en biologie moléculaire et cellulaire, en microbiologie ou en chimie (notamment en bénéficiant d'un DEC-BAC).

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, Le placement est EXCELLENT,  91 % d'entre-eux ont obtenu un emploi relié dont la totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI à TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

72 30 30 39

 

Note 1 : baisse assez importante du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 58 % en 2014; 67 % en 2012; de 82 % en 2011 et de 80 % en 2010).

 

Note 2 : De plus, on observe un nombre croissant de répondants(es) poursuivant des études universitaires (était de 53 % en 2014; 44 % en 2012 et 41 % en 2010).

 

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2016  :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Secteur privé :

Note : baisse de la moyenne salariale au sein des PME par rapport aux années précédentes (était de 18,95 $ en 2014; 17,05 $ en 2013, 16,58 $ en 2012 et 15,80 $ en 2011).

Secteur public et parapublic :

Note : dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Conseil du trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec, Syndicat du personnel technique et professionnel de la SAQ, conventions collectives des employés de plusieurs moyennes et grandes municipalités, conventions collectives des employés de plusieurs écoles secondaires privées, conventions collectives des employés de soutien de plusieurs universités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries pharmaceutiques et cosméceutiques et conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries agroalimentaires.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon les données de 2015 d'Emploi-Québec :

 

Les femmes étaient majoritaires, puisqu'elles représentaient 55 % des membres de cette profession, alors que les hommes comptaient pour 45 %.

 

Plus de 70 % des technologues étaient âgés de moins de 45 ans.

 

Le revenu annuel moyen pour un(e) technologue en génie mécanique (détenant environ 10 ans d'expérience) était de 49 900 $.

 

La répartition des principaux employeurs était :

BREF PORTRAIT DE QUELQUES SECTEURS INDUSTRIELS :

 

L'industrie québécoise de la transformation alimentaire :

 

Elle est le plus important employeur industriel au Québec, qui est présente dans presque tous les régions de la province et qui est un moteur économique de premier plan dans plusieurs régions et sous-régions (MRC) d'un bout à l'autre du territoire québécois.

 

En 2015, elle a généré des revenus de plus de 22,7 milliards $, soit 25 % de la production canadienne et 15 % du secteur manufacturier québécois.

 

Elle est divisée en 8 principaux secteurs, soit :

On y retrouvait plus de 1 500 entreprises (dont 31 % qui fabriquaient des produits de boulangerie, 10 % de boissons alcoolisées ou non alcoolisées, 8 % des produits laitiers et 7 % d'aliments pour animaux) qui employaient plus de 65 000 travailleuses et travailleurs dans presque toutes les régions du Québec, mais principalement en Montérégie, Montréal, Chaudière-Appalaches, Laval, Centre-du-Québec et Bas-St-Laurent.

 

Par contre, seulement 34 % de ces entreprises employaient 50 personnes ou plus qui sont généralement les employeurs potentiels pour les technologues en laboratoire.

 

Les technologues en laboratoire au sein de cette industrie effectuent des analyses afin de s'assurer de la qualité des produits fabriqués et participent à la mise au point et au développement de nouveaux produits.

 

Selon les données d'Emploi-Québec, ce sont 17 % des technologues en laboratoire de chimie qui travaillaient au sein de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons, donc l'un des plus importants employeurs pour ces spécialistes.

 

L'industrie québécoise des services environnementaux :

 

En 2015, son marché était de 1,5 milliards $ qui regroupait plus de 600 entreprises dont les services environnementaux est leur activité principale et qui procuraient de l'emploi pour plus de 33 300 personnes.

 

On retrouve notamment une vingtaine de firmes de consultants et entreprises détenant une centaine de laboratoires privées d'essais et d'analyses laboratoires spécialisés dans le domaine des sciences géoenvironnementales (analyses physico-chimiques, caractérisation environnementale, etc.).

 

Plus de 200 entreprises spécialisées en assainissement et gestion des déchets offrent des services de gestion d'usines de traitement des eaux usées de municipalités et d'industries, de gestion, traitement et destruction des déchets agricoles, domestiques ou industriels, etc.

 

Les technologues en chimie analytique effectuent des analyses microbiologiques afin de caractériser la composition de contaminants biologiques présents dans les sols, dans les eaux ou dans l'air. Ils effectuent également des analyses en laboratoire afin de contrôler la qualité de l'eau dans les usines de traitement des eaux usées.

 

L'industrie québécoise des biotechnologies :

 

Le Québec, et en particulier la région de Montréal, concentre près de la moitié de toutes les activités de l’industrie biopharmaceutique au Canada.

 

Donc, c'est une industrie en constante évolution puisqu'on prévoit une croissance de 9 % des revenus et des emplois au cours des 10 prochaines années.

 

En 2015, On y retrouvait une quarantaine d'entreprises qui employaient plus de 700 personnes, dont plus de 90 % étaient concentrées dans la région de Montréal.

 

Les technologues en biotechnologies y sont recherches afin d'y effectuer des essais en laboratoire, ainsi que la culture cellules, les molécules ou les gènes de végétaux ou d’animaux pour la mise au point et le développement de nouveaux médicaments (pour les humains ou pour les animaux), de nouveaux vaccins, , de fertilisants biologiques, de produits médicaux, d’aliments présentés de meilleures qualités nutritives, etc.

 

L'industrie pharmaceutique québécoise :

 

Malgré ses nombreuses difficultés au cours des dernières années, Montréal reste l’une des rares métropoles au monde où une entreprise peut procéder toutes les étapes de la mise au point d’un médicament.

 

On y retrouve une quarantaine d'entreprises qui y fabriquent des médicaments d'origine, des médicaments génétiques et des médicaments de santé naturelle plus de 8 500 travailleuses et travailleurs, principalement concentrés dans les régions de Montréal, Laval, Québec et Montérégie.

 

En plus des grandes sociétés pharmaceutiques (américaines, britanniques ou suisses), on y retrouve également quelques entreprises québécoises qui ont su s'intégrer dans ce lucratif marché mondial.

 

Les technologues en laboratoire y effectue des essais afin d'assurer le contrôle de la qualité des médicaments fabriqués et participent à la mise au point et le développement de nouveaux médicaments.

 

Selon une enquête de Pharmabio Développement en 2015, plus de 66 % des entreprises interrogées prévoient une croissance de leurs activités au cours des 10 prochaines années. les technologues de laboratoire est l'un des 5 métiers dont les entreprises pharmaceutiques (principalement les entreprises de moyenne taille, soit de moins de 100 employés) auront le plus de difficultés à recruter au cours des prochaines années.

 

Secteur de la recherche biomédicale :

 

Le Québec, principalement la région de Montréal détient la seconde concentration de recherche la plus importante dans le domaine biomédical au Canada derrière Toronto et la 7e en Amérique du Nord.

 

En 2015, on y retrouvait plus de 150 organismes de recherche publics et parapublics qui employaient plus de 12 000 personnes, principalement concentrés dans la région de Montréal, mais également de Québec, Estrie, Laval et Mauricie.

 

Il s'ajoute également plus de 85 entreprises qui employaient plus de 9 000 personnes dont 90 % dans les régions de Montréal et Laval, soit 20 % des emplois en Amérique du Nord dans ce secteur.

 

On y effectue des recherches dans de nombreux domaines de la santé humaines (cancers, maladies infectieuses, maladies neurologiques et mentales, maladies cardiovasculaires et métaboliques, génétique et génomique, etc.).

 

Il n'y a pas que des chercheurs et des assistants de recherche, les technologues en laboratoire (biotechnologies, microbiologie ou biochimie) sont aussi recherchés afin d'y effectuer des essais et analyses physico-chimiques de substances synthétiques ou naturelles ayant des potentiels pharmacologiques; la culture de tissus et de gênes pour des recherches en génétique; la culture de micro-organismes en vue de développement des médicaments plus efficaces ou mieux comprendre leurs comportements dans le corps humain lors de maladies infectieuses, etc.

 

Sources : Comité sectoriel de la main-d'œuvre en transformation alimentaire du Québec, EnviroCompétences - Comité sectoriel de la main-d'œuvre en environnement du Québec, Pharmabio - Comité sectoriel de la main-d'œuvre de l'industrie biopharmaceutique du Québec, Montréal In Vivo et Emploi-Québec.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Il y a de très bonnes possibilités d’emplois pour les prochaines années dans ce domaine. Par contre, il y a une forte concurrence avec les diplômés(es) du bacc en biochimie et du bacc en microbiologie.

 

Selon les données du Ministère de l’Éducation, le métier de technologue en biochimie (biotechnologies) est l’un des 30 métiers de la formation technique présentant les meilleures perspectives d’avenir.

 

Ces technologues sont tout de même recherchés par les laboratoires spécialisés en environnement, les laboratoires spécialisés en contrôle de la qualité, les industries alimentaires et les entreprises de biotechnologies

 

Selon une enquête de Pharmabio Développement en 2015, plus de 66 % des entreprises interrogées prévoient une croissance de leurs activités au cours des 10 prochaines années. Les technologues de laboratoire est l'un des 5 métiers dont les entreprises pharmaceutiques (principalement les entreprises de moyenne taille, soit de moins de 100 employés) auront le plus de difficultés à recruter au cours des prochaines années.

 

Consulte également les sites suivants où sont donnés des informations concernant les perspectives d’emploi pour les technologues en biotechnologies :

-         Comité sectoriel de la main-d’œuvre de l’industrie pharmaceutique et biotechnologique  : profil de l’industrie, les différents métier, les perspectives d’emploi

-         Comité sectoriel de la main-d’œuvre de l’industrie alimentaire : profil de l’industrie, les différents métier, les perspectives d’emploi

Ainsi que les portraits des secteurs industriels suivants :

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études collégiales en technologie de laboratoire - biotechnologies D.E.C. a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Tu auras les cours suivants : mathématiques pour la chimie et biologie, initiation à la profession, chimie organique, biologie animale, statistique pour la chimie et biologie, optique et électricité de base, introduction à la biochimie, techniques de culture cellulaire 1, optique physique et électronique, physicochimie, biochimie appliquée, techniques de culture cellulaire 2, anglais à usage technique analyse instrumentale 1, biologie moléculaire et génie génétique, microbiologie appliquée, santé, hygiène et sécurité, analyse instrumentale 2, biotechnologies environnementales et écotoxicologie, immunotechniques, biofermentation,  ainsi qu'un stage non rémunéré en laboratoire d'analyse et essais en biochimie ou microbiologie ou en industrie biochimique (cheminement régulier). Plusieurs cégeps offrent ce programme selon la formule alternance travail-études qui permet de réaliser 2 stages rémunérés en entreprise d'une durée de 3 à 4 mois chacun.

 

AUTRES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Il existe également des programmes d'études intensifs en formation continue appelés A.E.C. destinés principalement aux adultes qui travaillent ou ayant travaillé dans un domaine connexe ou désirant réorienter leur carrière dans le domaine.

 

Il est nécessaire de détenir un diplôme d'études secondaires D.E.S. (ou son équivalent) et

avoir interrompu ses études à temps complet depuis au moins 2 sessions consécutives ou une année scolaire OU

avoir complété au moins 2 sessions d'études post-secondaires.

 

Voici les programmes actuellement offerts :

 

ENTENTES DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de terminer la formation technique et ton baccalauréat dans un temps plus court, soit en 5 ans (au lieu de 6 ans) et obtenir les 2 diplômes.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

D.E.C.-BAC en biochimie :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA + Bacc en biochimie)

 

DEC-BAC en biologie médicale :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologie 210.AA + Baccalauréat en biologie médicale)

 

DEC-BAC en biologie moléculaire et cellulaire :

(D.EC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA + Bacc en biologie moléculaire et cellulaire)

 

DEC-BAC en biologie :

(D.EC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA + Baccalauréat en biologie ou sciences biologiques)

 

DEC-BAC en chimie :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologie 210.AA + Baccalauréat en chimie)

 

DEC-BAC en microbiologie :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologie 210.AA + Baccalauréat en microbiologie)

 

DEC-BAC en agronomie :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologie 210.AA + Baccalauréat en agronomie)

DEC-BAC en sciences et technologie des aliments :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologie 210.AA + Baccalauréat en sciences et technologie des aliments)

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

 

Voici quelques exemples de ces ententes :

PERFECTIONNEMENT :

 

Il existe aussi des programmes de perfectionnement au niveau universitaire (certificats) tels que :

 

-    Certificat en analyse chimique offert à l’UQÀM

-        Certificat en biologie médicale offert à l’U.Q.T.R.

-        Certificat en biologie moléculaire offert à l’U.Q.T.R.

-        Certificat en biotechnologie offert à l’Université Laval

-        Certificat en sciences de l’environnement offert à l’UQÀM l’U.Q.T.R., à l’UQAC

-        Certificat en santé et sécurité au travail offert à l’Université de Montréal et l’UQÀM

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Il te sera également possible de poursuivre tes études à l’université dans le cadre du Baccalauréat :

 

-         Baccalauréat en en biochimie

-    Baccalauréat avec double majeure en biologie et chimie

-    Baccalauréat avec double majeure en mathématiques et chimie

-        Bacc avec majeure en environnement

-        Baccalauréat en agronomie

-        Baccalauréat en biologie (ou sciences biologiques)

-        Baccalauréat en biologie médicale

-        Baccalauréat en biologie moléculaire et cellulaire

-    Baccalauréat en biophysique

-        Baccalauréat en chimie

-        Baccalauréat en chimie pharmaceutique

-    Baccalauréat en enseignement des mathématiques au secondaire

-    Baccalauréat en enseignement des sciences et technologie au secondaire

-        Baccalauréat en génie biotechnologique

-        Baccalauréat en génie chimique (à Sherbrooke et UQAC aucun préalable n’est exigé aux détenteurs du DEC en techno de biotechnologie)

-    Baccalauréat en génie pharmaceutique (non offert au Québec)

-       Baccalauréat en microbiologie

-    Baccalauréat en pharmacologie

-        Baccalauréat en sciences biomédicales

-    Baccalauréat en sciences biopharmaceutiques

-    Baccalauréat en sciences des produits naturels

-        Baccalauréat en sciences et technologie des aliments

 

 La plupart des cours préalables exigés dans ces programmes figurent dans la grille des cours du DEC en techniques de laboratoire.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Détenir le D.E.S. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :
 

TS ou SN 5e (anciennement Mathématiques 536)

STE ou SE 4e (anciennement physique 534)
Chimie 5e (anciennement Chimie 534)

 

Note : pour connaître les équivalences des préalables à l’éducation aux adultes, consulte la page suivante

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis

 

ENDROITS DE FORMATION 

 

Qu'est-ce que l’alternance travail-études ?

LIENS RECOMMANDÉS :

Tu désires avoir l’avis de technologues en biochimie ou en microbiologie sur leur métier ?, alors va voir les vidéos suivants :

Pour une liste d'industries chimiques et pétrochimiques, consulte le portrait de l'industrie chimique et pétrochimique

 

Pour une liste d'industries pharmaceutiques et biotechnologiques, consulte le portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique

 

Pour une liste d'industries agroalimentaires, consulte le portrait de l'industrie agroalimentaire

 

infos sur les carrières en biochimie :

organismes de loisir scientifique :

musées et centres d'expositions scientifiques :

 

Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d'accueil