Retour à la page du secteur sciences naturelles

Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d'accueil

 

 

SECTEUR : CHIMIE ET BIOLOGIE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNICIEN(NE) EN BIOLOGIE OU

TECHNICIEN(NE) EN MICROBIOLOGIE

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES  D.E.C.

 

Va voir également la section « liens recommandés » à la fin de cette page (dont des vidéos de techniciens en biologie qui parlent de leur travail).

 

Voir aussi les professions suivantes : technologue en biochimie-biotechnologies, technicien paysagiste, biologiste, microbiologiste, biologiste médical, professeur de sciences au secondaire, architecte paysagiste, agent de développement éco-touristique

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que technicien ou technicienne en biologie; tu auras pour tâches d’effectuer différents travaux d’inventaire écologique, d’échantillonnage, d’analyses sur le terrain, d’analyses en laboratoire de biologie, etc. Ton travail varie selon le type d’employeur et le type de milieu :

 

En industrie biotechnologique : tu auras pour tâches de prélever des échantillons des produits afin de procédés à des essais chimiques, biologiques et microbiologiques, purifier des produits d’intérêt en utilisant les techniques chromatographiques; cultive des microorganismes dans le respect rigoureux des bonnes pratiques de fabrication, conduire des procédés et opérer des équipements servant à la production de la biomasse et des produits d'intérêt comme les bactéries, les levures, les moisissures et autres micro-organismes utilisées pour la fabrication de cosmétiques, parfums, protéines alimentaires, agents de conservation des aliments, médicaments vaccins, produits environnementaux de décontimation des sols, produits de transformation ou de valorisation des déchets. Tes tâches combineront du travail de laboratoire et de production, souvent dans de petites et moyennes entreprises biotechnologiques dans les secteurs des cosmétiques, pharmaceutiques, bioalimentaires et des produits environnementaux.

 

En laboratoire d’analyse : tu devras analyser divers échantillons d’eau et de sol pour détecter le degré de pollution qu’ils possèdent afin de permettre au biologiste ou au microbiologiste d’analyser et interpréter les résultats obtenus afin qu’ils puissent prendre des mesures appropriées pour résoudre les problèmes ou de réaliser des projets d’aménagement faunique. Tu pourrais travailler pour les gouvernements (laboratoires en environnement), les laboratoires privés en environnement, des laboratoires de recherches privés ou au sein des universités.

 

En laboratoire de recherche : tu auras pour tâches d’effectuer divers tests et analyses en laboratoire de cellules, tissus, poils ou plumes d’animaux afin de découvrir leur évolution, leur croissance, leur reproduction et autres informations pour mieux les connaître. Tu pourras aussi analyser des fleurs, des plantes ou des écorces d’arbres pour les mêmes raisons. Les résultats obtenus permettront aux chercheurs(es) en biologie ou en microbiologie de réaliser des projets de recherches qui permettront de développer les connaissances dans ce domaine et résoudre divers problèmes reliés à la faune, à la flore et à l’environnement. Tu travailleras généralement au sein d’universités, mais tu pourrais aussi travailler au sein de gouvernements ou de laboratoires privés de recherches.

 

Il y a aussi plusieurs autres domaines où tu pourrais travailler :

 

-         Dans les collèges et universités afin de préparer le matériel, les échantillons et les instruments pour les travaux pratiques des étudiants en laboratoire de biologie.

-         Dans les laboratoires d’inspection des aliments afin d’effectuer des tests et analyses sur aliments (végétaux ou animaux) afin de t’assurer de la qualité de ces derniers pour la consommation

-         Dans les centres piscicoles ou les pourvoiries afin d’élever et produire des poissons pour la pêche sportive

-         Dans les laboratoires de recherches (universitaires, gouvernementaux, industriels ou privés), soigner et entretenir les animaux utilisés en laboratoire pour des expériences

-         En entreprise d’extermination afin d’effectuer des travaux d’extermination de vermines nuisibles en utilisant différents procédés ou méthodes selon le type de vermines

-         Etc.

 

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-         Aptitudes en sciences

-         Intérêts pour l’environnement

-         Intérêts autant pour le travail en plein air et celui en laboratoire

-        Bonnes habiletés et dextérité manuelles pour manipuler efficacement et délicatement les contenants de produits chimiques

-     Capacité de travailler sous pression dans plusieurs cas, des résultats rapides sont nécessaires afin de ne pas retarder la production ou des travaux sur chantier par exemple

-        Très bon sens de l’observation pour y détecter toute anomalie de procédé ou d'analyse

-         Capacité d’analyse et de synthèse pour analyser et résoudre divers problèmes relatifs aux végétaux ou à l’environnement

-        Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction car tu devras être à l'affut des nouveaux développements scientifiques ou de nouvelles méthodes d'analyses

-        Minutie, précision et bonne méthode de travail car tu auras à manipuler des produits parfois dangereux

-    Autonomie, débrouillardise et flexibilité car tu seras parfois seul(e) pour exécuter certaines tâches et résoudre certains problèmes sur le terrain ou en laboratoire

-        Sens des responsabilités car tu auras la responsabilité des produits utilisés dans le laboratoire et de la qualité des tests et analyses effectués

-        Sens de l’organisation car tu auras à gérer des priorités et respecter des échéanciers, mais également pour entreposer de manière ordonnée les produits selon les niveaux de danger et particularité de ces produits

-         Sens de l’initiative et facilité à communiquer pour être capable de proposer tes idées à un projet sur le terrain

-      Facilité à travailler en équipe car tu auras à travailler avec des biologistes, des ingénieurs forestiers, des techniciens de la faune, des techniciens en foresterie, des techniciens en horticulture, d’autres techniciens en biologie, etc.

-        Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des scientifiques ou parfois des clients et parfois, rédiger certains rapports techniques

-        Bonne connaissance de la langue langue anglaise car la plupart des manuels et publications spécialisés sont dans cette langue

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Agent(e) technique en biologie

-         Agent(e) technique en environnement

-     Animateur(trice) en loisirs scientifiques

-         Animateur(trice) en sciences naturelles

-     Coordonnateur(trice) d'activités de loisirs scientifiques

-         Éducateur(trice) en environnement

-         Responsable des animaux de laboratoire

-         Technicien(ne) de recherches en biologie

-         Technicien(ne) en aquaculture

-         Technicien(ne) en environnement

-         Technicien(ne) en extermination

-    Technicien(ne) en environnement

-        Technicien(ne) en immunologie

-        Technicien(ne) en laboratoire d’inspection des aliments

-        Technicien(ne) en laboratoire de biologie

-        Technicien(ne) en microbiologie

-        Technicien(ne) en sciences océaniques et marines (Institut Maurice-Lamontagne)

-        Technicien(ne) en travaux pratiques d'enseignement

-        Technicien(ne) en virologie

-        Vulgarisateur(trice) en sciences naturelles

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-    Centres éducatifs forestiers

-    Collèges publics et privés

-     Compagnies biomédicales

-     Compagnies forestières

-    Compagnies pharmaceutiques et des cosmétiques

-    Entreprises de recherche en biotechnologies

-    Entreprises de recherche médicale

-    Entreprises de services environnementaux

-    Firmes de consultants en environnement

-    Forces armées canadiennes

-    Hôpitaux

-    Industries agroalimentaires

-    Industries biotechnologiques

-    Laboratoires et centres de recherches privés

-    Laboratoires et centres de recherches publics (ou privés à but non lucratif tels que : l'Institut de recherche en agroenvironnement)

-    Laboratoires médicaux privés

-    Laboratoires privés d'analyses et d'essais

-    Municipalités

-    Universités (consulte la page suivante pour avoir une liste des organismes de reccherche en microbiologie), il y a en de nombreux comme par exemple :
Centre interuniversitaire de recherche en biologie végétale SEVE (Mcgill, Laval, Montréal, Sherbrooke, U.Q.T.R. et UQAT),
Mcgill Sheldon Biotechnology Centre,
Mcgill Nutrition & Food Science Centre,
Centre de recherche sur les biotechnologies marines de l'UQAR,
Insitut Hydro-Québec en environnement, développement et société de l'Université Laval,
Regroupement québécois de recherche sur la fonction, la structure et l'ingénierie des protéines PROTÉO (Mcgill, Montréal, Laval, Sherbrooke, Concordia, UQTR et Ottawa),
Centre de recherche en biologie de la reproduction de l'Université Laval,
Centre de recherche en infectiologie de l'Université Laval,
Centre de recherche en sciences et technologie du lait STELA de l'Université Laval,
Centre interuniversitaire de recherche en environnement TOXEN (UQAM et I.N.R.S.),
Institut Armand-Frappier I.N.R.S.,
Institut de biologie intégrative des systèmes de l'Université Laval,
Institut de recherche en pharmacologie de l'Université de Sherbrooke,
Centre de recherche en biologie de l'ARN de l'Université de Sherbrooke RiboClub,
Groupe de recherche en oncologie et endocrinologie moléculaires de l'UQTR,
Centre de recherche clinique Étienne-Lebel de l'Université de Sherbrooke,
Centre de recherche du CHU de Québec,
Centre de recherche du CHUM,
Centre de recherche du CHU Ste-Justine,
Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'Université de Montréal,
Institut de recherche en santé de Mcgill,
Institut des recherches cliniques de Montréal.

-    Gouvernement du Canada : Carrières en sciences et technologie
Agence canadienne d'inspection des aliments, Office de la propriété intellectuelle du Canada,
Recherche et Développement pour la Défense (dont le RDDC Valcartier), Défense nationale (civils),
Environnement Canada, Ressources naturelles Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Pêches et Océans Canada, Santé Canada
Agence de santé publique du Canada, Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé
Laboratoire national de microbiologie de l'Agence de santé publique du Canada
Centre de recherche et développement en horticulture d'Agriculture Canada à St-Jean-sur-Richelieu
Centre de recherche et développement sur les aliments d'Agriculture Canada à  St-Hyacinthe
Centre de recherche et développement sur les sols et les grandes cultures d'Agriculture Canada à Québec
Centre national canadien d’hygiène et sécurité au travail à Ottawa, Agence canadienne d'évaluation environnementale
Centre St-Laurent d'Environnement Canada à Montréal
Services des laboratoires judiciaires de la G.R.C. à Ottawa
Institut Maurice-Lamontagne (Laboratoire d'expertise en biotechnologie marine) à Mont-Joli
Institut océanographique de Bedford (le plus grand centre de recherches océaniques au Canada) à Darmouth en Nouvelle-Écosse
Conseil national de recherches du Canada CNRC (dont : le Centre canadien de technologies résiduelles, le Phytotron, le Centre des plantes transgéniques, l'établissement d'isolation des anticorps à domaine unique, l'installation de biotraitabilité des matières résiduelles, l'installation de recherche sur l'environnement intérieur, l'installation photobioréacteur, Laboratoire des émissions émanant des matériaux, l'Usine-pilote de biotransformation anaérobie et l'Usine-pilote en fermentation microbienne

-    Gouvernement du Québec : Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légaleCentre d’expertises et d’analyses environnementales,,
Institut national de la santé publique, Laboratoire d'expertises et d'analyses alimentaires, Centre de recherches industrielles du Québec

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Connaissance de l’anglais

-    Bonnes connaissances des logiciels spécialisés

-         Polyvalence

-         Mobilité parfois nécessaire dans des régions forestières

-         Travail parfois saisonnier et horaires variables

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2012 :

 

En techniques de bioécologie :

 

Plus de la moitié des répondants(es), soit 55 % ont choisi de poursuivre leurs études à l'université  en microbiologie, en biologie moléculaire et cellulaire ou en biologie (notamment en bénéficiant des DEC-BAC).

 

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, Le placement est faible, seulement 45 % d'entre-eux ont obtenu un emploi relié dont 88 % sont à temps complet.

 

En techniques du milieu naturel (protection de l'environnement) :

 

Le placement est très bon, 83 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, ont obtenu un emploi relié dont la totalité sont à temps complet.

 

PROGRAMMES NOMBRE DE
RÉPONDANTS
NOMBRE
EN EMPLOI
RELIÉ
NOMBRE À
TEMPS PLEIN
NOMBRE
AUX
ÉTUDES
Tech bioécologie 84 17 15 46
Tech milieu naturel
(protection environnement)
14 10 9 2

 

Note 1 : baisse du taux de placement  en techniques de bioécologie par rapport aux années précédentes (était de 58 % en 2012 et 68 % en 2011).

 

Note 2 : hausse du taux de placement en protection de l'environnement par rapport aux années précédentes (était de 75 % en 2012 et 64 % en 2011).

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2014  :

(données de 2015 dans le secteur public)

     

Le salaire moyen en début de carrière était de :

Dans le secteur privé :

Dans le secteur public et parapublic :

-         15,79 $/heure (35 hres/sem) en tant que guide - technicien(ne) de laboratoire au Parc aquarium du Québec

-         18,00 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'assistant(e) en laboratoire dans le milieu hospitalier

-    18,63 $/heure (32 à 35 hres/sem) en moyenne en tant qu'animateur(trice) en loisirs scientifiques au sein des moyennes municipalités (40 000 à 99 999 habitants)

-    19,20 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en travaux pratiques en laboratoire d'enseignement en biologie au sein des collèges préuniversitaires et techniques privés

-         19,27 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en laboratoire de recherche dans le milieu hospitalier

-         19,39 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en travaux pratiques en laboratoire d'enseignement en biologie au sein des commissions scolaires et des cégeps

-         19,69 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) de laboratoire ou inspecteur(trice) des produits agricoles et des aliments ou technicien(ne) en criminalistique - stagiaire dans la fonction publique québécoise

-         19,69 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en hygiène du travail en milieu hospitalier

-    19,77 $/heure (à temps partiel) en moyenne en tant qu'animateur(trice) en loisirs scientifiques au sein des municipalités de taille moyenne (25 000 habitants et plus)

-    21,06 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'inspecteur(trice) en environnement ou en hygiène publique dans la fonction publique québécoise

-    22,65 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'inspecteur(trice) des aliments dans la fonction publique fédérale

-    22,81 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) animalier(ère) au sein des universités

-    22,85 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en environnement au sein des universités

-    23,09 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en travaux d'enseignement ou de recherche au sein des universités

-    23,14 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) de laboratoire au sein des universités

-    24,06 $/heure (33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant que technicien(ne) de laboratoire ou technicien(ne) en identité judiciaire au sein des grandes municipalités ou de grandes régies intermunicipales de police (100 000 habitants et plus)

-    25,17 $/heure (33 ou 35 hres/sem) en moyenne en tant qu'animateur(trice) en loisirs scientifiques au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-    25,34 $/heure (33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'inspecteur(trice) en environnement ou inspecteur(trice) en hygiène publique au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-         25,41 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'assistant(e) de recherche en biologie ou technicien(ne) en laboratoie de biologie dans la fonction publique fédérale

-    25,57 $/heure (32,5 ou 33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant que technicien(ne) de laboratoire ou technicien(ne) en identité judiciaire au sein des municipalités de taille moyenne ou de régies intermunicipales de police de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants), voir note 4

-         25,59 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que technicien(ne) en laboratoire ou technicien(ne) en criminalistique- stagiaire)dans la fonction publique fédérale

-    26,08 $/heure (33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant que technicien(ne) en environnement au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-    26,70 $/heure (33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'inspecteur(trice) en environnement ou inspecteur(trice) en hygiène publique au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants), voir note 4

-    26,80 $/heure (32,5 ou 33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant que technicien(ne) en environnement ou coordonnateur(trice) en environnement au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants), voir note 4

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé en techniques de bioécologie par rapport aux années précédentes (était de 14,78 $ en 2013, de 14,90 $ en 2012 et 14,83 $ en 2011).

 

Note 2 : baisse importante de la moyenne salariale dans le secteur privé en protection de l'environnement par rapport à 2013 (était de 22,90 $), mais hausse en comparaison avec les années précédentes (était de 18,82 $ en 2012, de 18,35 $ en 2011 et 15,38 $ en 2010).

 

Note 3 : dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec, Syndicat de la fonction publique du Québec - division Parc Aquarium du Québec, conventions collectives des employés de plusieurs écoles secondaires privées, conventions collectives des employés de soutien de plusieurs universités, conventions collectives des employés municipaux de plusieurs moyennes et grandes municipalités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries pharmaceutiques et cosméceutiques et conventions collectives des employés de plusieurs industries alimentaires.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Les préoccupations environnementales sont de plus en plus grandes tant pour les décideurs publics (gouvernements, municipalités) que pour les entreprises industrielles. Donc, de bonnes perspectives sont à prévoir dans le domaine de l'environnement.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de l'environnement

Avec les exigences de plus en plus grandes de la part des consommateurs, l'industrie de la transformation alimentaire a des besoins de ces spécialistes afin d'assurer la bonne qualité des produits fabriqués ou transformés.

Pour plus de détais, consulte le Portrait de l'industrie de la transformation alimentaire

Le secteur biomédicale offre également de très bonnes perspectives pour ces techniciens(nes) qui sont recherchés(es) dans les domaines de la santé publique et environnementale et en recherche médicale.

Pour plus de détails, consulte la page de spécialiste en sciences médicales et le Portrait du réseau de la santé

Par contre, les récentes mises à pied dans les industries pharmaceutiques et cosméceutiques ont fait diminuer les offres d'employeurs et baisser la moyenne salariale

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études collégiales D.E.C. en techniques de bioécologie a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Il comporte des cours d'initiation à la profession, écologie générale, identification des végétaux, initiation aux applications informatiques, survie en milieu naturel, cartographie et géomatique, biologie cellulaire et microbiologie, techniques d'analyse en laboratoire, identification des vertébrés, chimie générale et des solutions, caractérisation des milieux terrestres, biologie animale, caractérisation des sols, identification des invertébrés terrestres, anglais pour les sciences et techniques de la nature, microbiologie en milieu naturel, élevage et culture d'organismes, analyse écosystémique, analyse quantitative du milieu naturel, identification d'invertébrés aquatiques et marins, caractérisation des milieux aquatiques notions d'océanographie, expérimentation et aménagement en milieu naturel, mycologie appliquée (études des champignons), biologie des végétaux, analyse écosystémique 2, initiaiton à la recherche en laboratoire, biotechnologie appliquée au milieu naturel, ainsi qu'un stage non rémunéré en milieu de travail d'une durée de 5 semaines.

 

Le Diplôme d’études collégiales D.E.C. en techniques du milieu naturel avec spécialisation en protection de l'environnement a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Il comporte des cours sur les composantes abiotiques, les écosystèmes, végétal dans son milieu, faune terrestre 1, cartographie générale, séjour en milieu naturel (dès la 1ère session), environnement abiotique, photographie aérienne, profession et législation, plan d'échantillonnage, flore du Québec, faune terrestre2, sécurité en milieu naturel, inventaire abiotique, inventaire de la végétation, inventaire de la faune aquatique, anglais pour sciences et techniques de la nature, développement durable 1, micro-organismes, mesures d'intervention environnementale, développement durable 2, pollution du sol, pollution de l'eau, pollution de l'air, essais biologiques, développement durable 3, soutien technique, gestion et valorisation de la matière résiduelle et décontamination d'un milieu.

Par la suite, tu auras des cours propres à la spécialisation choisie. Dans le cas de l'option protection de l’environnement; tu auras des cours en prévention des atteintes à la santé et la sécurité liées aux interventions environnementales, lois et règlements en environnement, relations entre les interventions sur l’environnement et la réglementation, identification et inventaire des spécimens de la faune terrestre et avienne (oiseaux), identification et inventaire de la faune aquatique, identification et inventaire des végétaux, caractéristiques des micro-organismes et des cellules vivantes, analyse des cartes et photographies aériennes, analyse des échantillons d’eau, d’air et de sols, application d’un programme de suivi aux interventions environnementales, planification et élaboration de plans d’intervention en protection de l’environnement, soutien technique en situation d’urgence environnementale, gestion de projets d’intervention environnementale, ainsi qu'un stage non rémunéré en protection de l'environnement.

 

Le programme de D.E.C.-BAC en biologie a une durée totale de 5 ans offert à temps complet. Ce programme combine la formation en techniques de bioécologie avec le Baccalauréat en biologie. Les 3 premières années correspondent au D.E.C., alors que les 2 dernières années correspondent au Baccalauréat en biologie. Il destiné aux étudiants du D.E.C. ayant obtenu les meilleurs résultats. La structure des cours correspondent au D.E.C., ainsi qu’au 2 premières années du Bacc en biologie (voir le métier de biologiste).

 

L'Attestation d'études collégiales en conduite des procédés biologiques et chimiques en discontinu A.E.C. a une durée totale de 1 785 heures, soit 11 mois à temps complet. Elle vise à former des techniciens travaillant en industries à la culture de microorganismes à grande échelle afin de produire de la biomasse et des produits d'intérêt (bactéries, levures et moisissures) pour les industries bioalimentaires, des cosmétiques et pharmaceutiques. Les tâches combinent du travail de laboratoire et de production, souvent dans de petites et moyennes entreprises. Elle comporte des cours d'introduction au milieu de la production des industries biologiques et chimiques, utilisation de l'informatique en industrie, bonnes pratiques de fabrication, hygiène, salubrité, santé et sécurité au travail, instrumentation et régulation, fonctionnement des équipements thermiques, conduite des équipements mécaniques, réactions chimiques, composés organiques dans les procédés, préparation des mélanges, conduite d'un procédé chimique discontinu, fondements cellulaires des techniques et procédés biologiques, techniques et procédures microbiologiques dans les procédés, conduite d'une fermentation en discontinu, ainsi qu'un stage industriel non rémunéré d'une durée de 3 semaines.

 

Par la suite, tu pourras choisir de te diriger vers le marché du travail ou poursuivre tes études à l’université.

 

ENTENTES DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de terminer la formation technique et ton baccalauréat dans un temps plus court, soit en 5 ans (au lieu de 6 ans) et obtenir les 2 diplômes.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

DEC-BAC en biologie

(DEC en techniques de bioécologie 145.C0 + Bacc en biologie) :

DEC-BAC en agronomie

(DEC en techniques de bioécologie 145.C0 + Bacc en agronomie) :

 

DEC-BAC en écologie

(DEC en techniques de bioécologie 145.C0 + Bacc en écologie) :

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

 

DEC en techniques de bioécologie 145.C0 :

 

DEC en techniques du milieu naturel (spécialisation protection de l'environnement) :

PERFECTIONNEMENT :

 

Il te sera également possible de poursuivre tes études à l’université dans l’un des programmes suvants : Baccalauréat en biologie, Baccalauréat en microbiologie, Baccalauréat en écologie, Baccalauréat en biotechnologie, Baccalauréat en géographie, Baccalauraét en géographie physique, Baccalauréat en plein air et tourisme d’aventure, Baccalauréat en aménagement et environnement forestiers, Baccalauréat en agronomie, Baccalauréat en biologie médicale, Bacc avec majeure en environnement, etc.

 

Il existe aussi des programmes de perfectionnement au niveau collégial (A.E.C.) et au niveau universitaire (certificats) tels que :

 

-         A.E.C. en gestion environnementale offert par le Cégep de Rosemont (formation continue)

-         A.E.C. en techniques d’aménagement récréoforestier offert au Campus Notre-Dame-de-Foy à Québec (formation continue)

-         Certificat en biologie médicale offert à l’U.Q.T.R.

-         Certificat en biotechnologie offert à l’Université Laval

-         Certificat en sciences de l’environnement offert à l’UQÀM, à l’U.Q.T.R., à l’UQAC

-         Certificat en sciences naturelles offert à l’UQAC

 

ÉTUDES UNIVERSITAIRES :

 

Il te sera possible de poursuivre tes études à l'université dans un programme tel que :

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

AEC en conduite des procédés chimiques et biologiques en discontinu :

-    Détenir un D.E.S. ou l'équivalent et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :
mathématiques 436 ou TS 4e ou SN 4e
sciences physiques 436 ou STE 4e ou SE 4e

Tech de bioécologie et DEC-BAC en biologie :

 

-         Détenir le D.E.S. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :
 

TS ou SN 4e (anciennement Mathématiques 436)
Chimie 5e (anciennement Chimie 534)

 

Tech du milieu naturel :

 

-         Détenir le D.E.S. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :
 

CST 4e (anciennement Mathématiques 426)

STE ou SE 4e (anciennement Sciences physiques 436)

 

Note : pour connaître les équivalences des préalables à l’éducation aux adultes, consulte la page suivante

 

AUTRE EXIGENCE À L’ADMISSION :

Tech en bioécologie et DEC-BAC en biologie :

 

-         Répondre à un questionnaire (Sainte-Foy)

 

TACH et Tech du milieu naturel :

 

-         Aucune autre exigence

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ces programmes

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis

 

Par contre, le DEC en techniques du milieu naturel à St-Félicien, l'admission est plus difficile bien qu'il n'est pas de contingentement.

 

Note : l’admission en techniques du milieu naturel à St-Félicien se fait à un tronc commun, mais tu devras spécifier la spécialisation désirée lors de ta demande d’admission

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

AEC en conduite des procédés chimiques et biologiques en discontinu :

-    Cégep de Maisonneuve

Techniques de bioécologie :

-         Cégep de Sainte-Foy, voir également le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l’UQAR et le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l'Université Laval

-         Cégep de St-Laurent, voir également le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l’UQAR, le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l'Université Laval, ainsi que le DEC-BAC en agronomie offert conjointement avec l'Université Laval

-         Cégep de La Pocatière, voir également le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l’UQAR, le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l'Université Laval, ainsi que le DEC-BAC en agronomie offert conjointement avec l'Université Laval, site de Biopterre (centre de développement de bioproduits rattaché au Cégep)

-         Cégep de Sherbrooke, voir aussi le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l'Université de Sherbrooke, le DEC-BAC en écologie offert conjointement avec l'Université de Sherbrooke, le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l'Université Laval et le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l’UQAR

-         Cégep Vanier College, voir également le DEC-BAC en biologie offert conjointement avec l’UQAR, site du département

Tech du milieu naturel :

 

-        Cégep de St-Félicien (techniques du milieu naturel), note : l'Université Laval reconnaîtra jusqu'à 15 crédits au Baccalauréat en biologie aux titulaires de ce DEC, site du département, programme unique au Québec

 

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu désires avoir l’avis de professionnels(les) du métier ?, alors va voir les vidéos suivants :

Pour une liste d'industries chimiques et pétrochimiques, consulte le portrait de l'industrie chimique et pétrochimique

 

Pour une liste d'industries pharmaceutiques et biotechnologiques, consulte le portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique

 

Pour une liste d'industries agroalimentaires, consulte le portrait de l'industrie agroalimentaire

infos sur les carrières en microbiologie :

organismes de loisir scientifique :

musées de sciences :

 

Retour à la page du secteur sciences naturelles

Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d'accueil