Retour à la page d’accueil

Retour au secteur administration

 

 

 

SECTEUR : ADMINISTRATION, SECRÉTARIAT ET INFORMATIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNICIEN(NE) EN COMMERCE INTERNATIONAL

 

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.E.C. EN GESTION DE COMMERCES

Tu veux l'avis d'une spécialiste en commerce international ?, regarde l'entrevue avec Sidney Miranda agent de commerce international et propriétaire de l'entreprise APEN et réalisée par le Comité sectoriel de la main-d'œuvre de l'industrie du meuble du Québec.

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que technicien ou technicienne en commerce international, tu auras pour tâches de planifier et coordonner les ventes vers l’étranger, planifier et coordonner les achats en provenance de l’étranger, effectuer les paiements appropriés à l’étranger (douanes, taxes, etc), effectuer les procédures de dédouanage en collaboration avec les services douaniers canadiens et étrangers, analyser les marchés et déterminer les prix à l’étranger, etc.

 

Tu auras également à participer au développement des exportations au sein de l’entreprise en élaborant et mettant en œuvre divers programmes d’échanges commerciaux internationaux.

 

En tant que courtière ou courtier en douanes; tu auras pour tâches de prendre en charge pour le compte de ses clients (exportateurs, importateurs, grossistes, entreprises manufacturières, etc.) les formalités de dédouanement des marchandises à leur arrivée au pays ou au départ.

 

Tu t'occuperas, entre autres, d'obtenir et de préparer les documents de dédouanement, de payer les droits et les taxes exigés sur les marchandises et d'acheminer les documents nécessaires aux organismes gouvernementaux concernés.

 

Tu veilleras à bien informer ses clients sur les restrictions touchant l'importation ou l'exportation de marchandises ainsi que sur les tarifs douaniers et les coûts d'assurances afin d'éviter tout litige éventuel dans le règlement des formalités douanières.

 

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-         Intérêts pour le contexte international

-         Aimer travailler avec public, car les contacts avec les gens sont fréquents

 -         Ouverture à d’autres cultures car tu auras à rencontrer des gens ayant des cultures très différentes aux nôtres (ex :les chinois, les japonais, les arabes, les russes, etc)

-         Aimer travailler avec public et entregent car tu seras constamment en contact avec toutes sortes de personnes

-         Esprit d’initiative et autonomie pour être capable d’approcher des gens n’ayant pas nécessairement le même langage, la même culture que nous

-         Esprit d’analyse et bon jugement pour bien comprendre et analyser les problèmes de gestion dans un contexte de mondialisation des marchés

-         Sens des responsabilités car il y en a certaines qui sont importantes à assumer

-         Sens de l’organisation, pour planifier et organiser des stratégies de promotion et de développer des marchés

-         Bonne capacité à la résolution de problèmes car tu devras résoudre des problemes de toutes sortes en lien avec le développement du marché au niveau international tant sur les plans du marketing, des achats, des ressources humaines, des affaires juridiques, etc.

-         Facilité pour le travail en équipe car tu auras à travailler avec la collaboration avec des collègues et représentants externes provenant ou situés partout dans le monde

-         Être prêt à relever des défis car tu auras plusieurs intéressants à relever

-         Grande facilité d’adaptation aux changements : le milieu des marchés internationaux change constamment

-         Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents responsables et employés du département et avec les membres de la direction et pour rédiger des rapports de qualité

-         Bonne connaissance de l’anglais : afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents responsables et employés du département et avec les membres de la direction situés ou provenant de partout dans le monde et pour rédiger des rapports de qualité

-         Capacité à apprendre des langues étrangères car tu seras appelé(e) à communiquer dans différentes langues (notamment l’espagnol, l’allemand ou le portugais, mais aussi les langues asiatiques)

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Agent(e) des exportations

-         Agent(e) des services frontaliers

-         Ajusteur(euse) de comptes de devises étrangères

-         Analyste des marchés étrangers

-         Conseiller(ère) aux ventes à l’exportation

-         Courtier(ère) en douanes agréé(e)

-         Représentant(e) commercial à l’étranger

-         Technicien(ne) en commerce international

-         Technicien(ne) en évaluation de dommages et responsabilité civile

-         Technicien(ne) en import-export

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         Toutes entreprises (PME ou grandes entreprises) faisant du commerce à l’étranger

-         Transitaires internationaux

-         Firmes de courtiers en douanes

-     Gouvernement du Canada : Agence canadienne des services frontaliers du Canada,  Affaires étrangères et Commerce international Canada, Exportation et Développement Canada, Citoyenneté et Immigration Canada

-         Gouvernement du Québec : Ministère des relations internationales, Ministère du Développement, de l'innovation et de l'exportation

-         Gouvernement du Québec

-         Organismes internationaux

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Bilinguisme obligatoire

-         Connaissance d’une 3e langue un atout et souhaitée

-         Grande facilité d’adaptation aux changements

-         Polyvalence

-         Mobilité (dans le cas des représentants)

-         Expérience en vente est un atout (notamment pour les postes de représentants)

AFFILIATIONS À DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES :

 

-         Afin de devenir agent(e) des services frontaliers (douanier-ère), tu devras effectuer les étapes suivantes après l’obtention du Bacc (pour plus détails, consulte la page de l’Agence des services frontaliers du Canada) :

 

1.      Subir un test d’aptitudes des inspecteurs des douanes (épreuve écrite pour vérifier tes aptidudes à occuper ce poste)

2.      Suivre une formation de 14 semaines offerte au Centre de formation des douanes canadiens à Rigaud, Québec

 

-         Afin de devenir courtier(ère) en douanes agréé(e), tu devras effectuer les étapes suivantes après l’obtention du Bacc

 

1.      Subir une enquête de sécurité (vérification si tu possèdes un casier judiciaire)

2.      Suivre des cours de l’Association canadienne des courtiers en douanes

3.      Réussir les examens des douanes et revenu du Canada (Gouv du Canada) afin d’obtenir le permis de courtier(ère) en douanes agréé(e)

 

PLACEMENT :

 

Consulte la page suivante

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2016 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-    15,86 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) des ventes dans les grands hôtels 4 ou 5 étoiles (extérieur de Montréal)

-         16,65 $/heure (40 hres/sem) en commerce international au sein des PME

-         17,48 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'acheteur(euse) aux importations dans les grandes entreprises de commerce au détail (sièges sociaux)

-         18,68 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en administration (développement du commerce international) dans la fonction publique québécoise

-     21,71 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) des ventes dans les grands hôtels 4 ou 5 étoiles (Île de Montréal)

-         26,10 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en administration (développement du commerce international) dans la fonction publique fédérale

-         29,78 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'agent(e) stagaire et augmente à 32,15 $ (après avoir terminé le Programme de développement de base et le stage) en tant qu'agent(e) des services frontaliers 

-    906,00 $/semaine (pour plusieurs postes, la rémunération n'est établie que par un % des commissions, alors que d'autres il y a un salaire de base + commissions) en tant que représentant(e) en commerce international au sein des PME

-    1 032,50 $/semaine (+ commissions + bonis aux ventes) en moyenne en tant que représentant(e) en commerce international (territoire pré-établi) aux des grandes entreprises manufacturières (tous secteurs confondus)

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Emploi Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises de commerce au détail, conventions collectives des employés de plusieurs grands hôtels, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises manufacturières.

 

PERSPECTIVES DE CARRIÈRE :

 

Grâce à la mondialisation des marchés et le libre-échange, il y a une plus grande demande de ces spécialistes.

Les entreprises ont besoin de personnel qualifié afin d'élaborer des stratégies de promotion et de mise en marché et de développer de nouveaux marchés un peu partout dans le monde, ce qui leurs permettront de se démarquer de leurs concurrents.

Ce n'est plus que les multinationales qui ont un marché planétaire, maintenant de nombreuses PME se font connaître dans plusieurs pays en Europe, en Asie, en Amérique latine et meme parfois au Moyen-Orient et en Afrique.

Par contre, les entreprises favorisent davantage les diplômés(es) universitaires en administration pour occuper ces postes.

Les perspectives sont tout de même bonnes pour les diplômés(es) du collégial pour les prochaines années.

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie du commerce de détail

Voir aussi le portrait de d'autres secteurs dans la section "liens recommandés"

PORTRAIT DE L'INDUSTRIE DU COMMERCE DE GROS :

 

Cette industrie comprend les établissements dont l'activité principale consiste à vendre en gros des marchandises généralement sans transformation, et à fournir des services résultant de la vente de marchandises auprès de détaillants.

 

Les grossistes vendent des marchandises à d'autres entreprises et travaillent habituellement à partir d'entrepôts ou de bureaux. Ces entrepôts et bureaux sont caractérisés par le fait que peu de marchandises y sont exposés, voire aucune. En outre, ni l'aménagement ni l'emplacement des locaux ne visent à attirer les passants. Les grossistes habituellement ne font pas de publicité auprès du grand public.

 

On peut les nommer "grossiste", "distributeur", "importateur", "importateur-grossiste", "détaillant-grossiste", manufacturier-grossiste" manufacturier-distributeur" "intermédiaire de commerce" ou "agent ou courtier en gros", ce sont toutes des appellations de commerçant de gros.

 

Ce secteur comprend deux principaux types de grossistes, soit les grossistes-marchands qui vendent des biens pour leur propre compte, et les marchés électroniques de gros et agents et courtiers en gros qui prennent des dispositions pour l'achat et la vente de biens pour le compte de tiers, habituellement moyennant le versement d'une commission ou d'honoraires.

 

Les grossistes-marchands achètent et vendent des marchandises pour leur propre compte; autrement dit, ils s'approprient les marchandises qu'ils vendent. Ils travaillent habituellement à partir d'entrepôts ou de bureaux et ils peuvent expédier les marchandises qu'ils ont en stock, ou les faire expédier directement du fournisseur au client. En plus de vendre des marchandises, ils peuvent assurer ou faire le nécessaire pour que soient assurés des services de logistique, de marketing et de soutien tels que l'emballage et l'étiquetage, la gestion des stocks, l'expédition, le traitement des réclamations au titre de la garantie, la promotion interne ou la promotion co-op et la formation requise relativement au produit.

 

Les grossistes-marchands sont connus sous diverses appellations selon les liens qu'ils entretiennent avec les fournisseurs ou les clients, ou selon la méthode de distribution qu'ils emploient. Ils peuvent se faire appeler, par exemple, marchands en gros, distributeurs en gros, intermédiaires en gros, concessionnaires de rayon, marchands d'import-export, groupes d'acheteurs, coopératives de marchands et grossistes d'une bannière particulière.

 

Les succursales ou bureaux de vente (mais pas les magasins de détail) dont se servent les entreprises de fabrication, de raffinage ou d'exploitation minière pour commercialiser leurs produits et qui sont situés ailleurs qu'à leurs usines ou à leurs mines sont compris dans les différentes catégories de grossistes-marchands.

 

Les marchés électroniques de gros entre entreprises et les agents et courtiers en gros prennent des dispositions pour l'achat ou la vente de biens appartenant à des tiers, généralement moyennant le versement d'une commission ou d'honoraires. Ils s'appellent marchés électroniques de gros entre entreprises, agents et courtiers du commerce de gros, marchands à commission, agents ou courtiers d'importation/exportation, compagnies de ventes aux enchères et représentants de fabricants. Ces établissements mènent leurs activités à partir de bureaux et, généralement, ne sont pas propriétaires des biens qu'il vendent ou n'en font pas la manutention.

 

On peut diviser cette industrie en 9 sous-secteurs de distribution, soit :

En 2016, le Québec a exporté des centaines de marchandises diverses dans de nombreux payés pour une valeur totale de près de 80,4 milliards $, soit plus de 15 % de l'ensemble des exportations canadiennes.

 

On y retrouvait plus de 6 000 grossistes-marchands dans l'ensemble des sous-secteurs partout au Québec dont :

 

44 % employaient moins de 5 personnes, 22 % employaient entre 5 et 9 personnes, 17 % employaient entre 10 et 19 personnes, 12 % avaient entre 20 et 49 employés, 4 % avaient entre 50 et 99 employés, alors que seulement 2 % des entreprises employaient 100 travailleurs ou plus.

 

Elles employaient plus de 142 100 travailleuses et travailleurs (principalement concentrés dans les régions de Montréal 30 %, Montérégie 20 %, Laval 9 %, Laurentides 8 % et Québec 7 %) dont :

 

24 % dans le sous-secteur des machines et matériel, 21 % dans le sous-secteur des articles personnels et ménagers, 16 % dans le sous-secteur des matériaux de construction, 15 % dans le sous-secteur des aliments, boissons et tabac, 12 % dans le sous-secteur des véhicules et pièces de véhicules et 12 % dans l'ensemble des 4 autres sous-secteurs.

 

Parmi les produits les plus exportés, on retrouve :

  1. aéronefs : 7,24 milliards $

  2. aluminium et alliages d'aluminium sous forme brute : 5,33 milliards $

  3.  minerais et concentrés de fer : 2,29 milliards $

  4. pièces pour aéronefs et autres matériels pour aéronefs : 2,11 milliards $

  5. papier (sauf papier journal) : 1,80 milliards $

  6. produits pharmaceutiques et médicinaux : 1,72 milliards $

  7. moteurs et pièces de moteurs d'aéronefs : 1,70 milliards $

  8. porc frais et surgelé : 1,47 milliards $

  9. papier journal : 1,46 milliards $

  10. machines et équipements pour les entreprises de services et le commerce : 1,43 milliards $

  11. cuivre et alliages de cuivre sous forme brute : 1,36 milliards $

  12. circuits électroniques et assemblage de circuits imprimés : 1,33 milliards $

  13. bois d'œuvre de résineux : 1,32 milliards $

  14. l'électricité : 1,27 milliards $

  15. camions, autobus et carrosseries de véhicules lourds : 1,26 milliards $

  16. pâte de bois : 1,19 milliards $

  17. pièces pour machines et équipements industriels : 1,11 milliards $

  18. métaux non ferreux (sauf aluminium) : 981 millions $

  19. appareils électriques, électroniques, médicaux, scientifiques et techniques : 976 millions $

  20. fer, acier et ferroalliages sous forme brute : 921 millions $

  21. produits de confiseries : 760 millions $

  22. pièces pour automobiles et véhicules lourds : 720 millions $

  23. turbines et groupes turbo-alternateurs et autres équipements hydro-électriques : 648 millions $

  24. ameublement de maison : 603 millions $

  25. chocolat (sauf confiseries) : 600 millions $

Les principaux pays importateurs de produits canadiens sont :

Sources : Industrie Canada et Statistiques Canada

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Voir aussi la section « autres formations »

 

Le Diplôme d’études collégiales en gestion de commerces axé sur le commerce international offert au Cégep Garneau a une durée totale de 3 ans à temps complet. Il comporte des cours suivants : activités professionnelles de gestion, applications bureautiques en gestion, initiation à la comptabilité informatisée, droit commercial international, contextes économique national et international, stratégies de marketing, analyse comptable et financière, techniques de commercialisation, statistique appliquée à la gestion, représentation commerciale 1, constitution d'une équipe de vente, gestion budgétaire, communication marketing, hypermédia et bases de données, anglais des affaires 1, représentation commerciale 2, recherche commerciale, gestion des marchandises, anglais des affaires 2, français des affaires, affaires électroniques, représentation commerciale internationale, supervision d'une équipe de vente, marketing international, projet de commercialisation 1, service à la clientèle, management, transactions commerciales internationales, design commercial, projet de commercialisation 2, stage en commerce international (cheminement régulier) ou 2 stages de longue durée rémunérés en commerce international (alternance travail-études).

 

Le Diplôme d’études collégiales en gestion de commerces axé sur le commerce international offert au Collège Ellis a une durée totale de 3 ans à temps complet. Il comporte des cours suivants : introduction à l’organisation de l’entreprise, introduction à l'information de gestion, économie globale, anglais des affaires, comptabilité 1, droit et commerce de détail, économie internationale, transit international 1, marketing international, droit commercial international, transit international 2, français des affaires, marketing informatisée, comptabilité analytique, gestion du système qualité, éthique des affaires, processus de vente, gestion des approvisionnements, représentation commerciale, marchandisage,  comportement organisationnel, courtage 1, formation du personnel, gestion et supervision des ressources humaines appliquées à vente, gestion de sa carrière professionnelle, ainsi que 2 stages de longue durée et rémunérés en entreprise en commerce international (alternance travail-études).

 

DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Il permet d'entreprendre des études collégiales et universitaires en gestion en 5 ans (au lieu de 6 ans) et obtenir 2 diplômes, soit le D.E.C. et le Baccalauréat.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Voici la seule entente actuellement offerte :

 

PASSERELLES :

 

Les programmes passerelles permettent aux titulaires du DEC de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son programme de baccalauréat.

 

Note 1 : dans certaines universités, il y a des cours préalables exigés même une reconnaissance d'acquis est offerte

 

Note 2 : la reconnaissance des acquis n'est pas automatique et le nombre de crédits accordés peut varier selon la qualité de ton dossier scolaire.

 

Voici quelques exemples d'ententes actuellement offertes :

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Ce programme vise l’intégration au marché du travail, mais il aussi possible de poursuivre tes études à l’université dans l’un des programmes universitaires suivants :

EXIGENCES D’ADMISSION :

-         Soit détenir un D.E.S. et avoir réussi le cours mathématiques 436  ou son équivalent

-         Soit détenir un D.E.S. et avoir réussi le cours mathématiques 536 ou son équivalent pour ceux qui veulent poursuivre les études jusqu’à l’université au Baccalauréat en administration des affaires. 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) admissibles (détenant les préalables requis) sont généralement admis

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Infos concernant l’alternance travail-études

-    Cégep Garneau offert en alternance travail-études (optionnelle), voir aussi le DEC-BAC administration-commerce international ou en administration-marketing offert conjointement avec l'Université Laval

-        Collège Ellis, campus de Trois-Rivières et Drummondville, offert en alternance travail-études seulement

AUTRES FORMATIONS :

 

Il existe également plusieurs programmes d’A.E.C. d’une durée moindre que le D.E.C. (1 an ou 2 ans à temps plein). La majorité sont destinés à ceux détenant un D.E.S et ayant quitté les études à temps plein depuis au moins 1 an OU ayant des complété au moins 1 année d’études post-secondaires.  De plus, un niveau intermédiaire en anglais est nécessaire. Voici quelques-uns de ces programmes :  

 

L’Attestation d’études collégiales en Procédures douanières A.E.C. est offert au Cégep André-Laurendeau (section formation pour adultes) a une durée totale de 720 heures, c’est-à-dire 29 semaines à temps plein. Il vise à former des courtiers(ères) en douanes, un secteur présentement en pénurie de main-d’œuvre. Elle comporte des cours d’anglais appliqué aux opérations douanières, introduction aux procédures douanières, mathématiques appliquées aux déclarations douanières, initiation aux applications bureautique en gestion, gestion de dossiers en procédures douanières, mouvements internationaux des marchandises, importation, exportation et contexte des ententes internationales, interprétation des lois et règlements reliés aux procédures douanières, préparation de la demande de la mainlevée, tarification de l’établissement de la valeur en douanes, interaction en situations de travail variées, stage en procédures douanières, etc. Permet d’obtenir la certification de «courtier agréé en douanes» de l’Institut canadien des courtiers en douanes.

Note : si tu désires démarrer ta propre entreprise, consulte la page "te lancer en affaires".

 

Autres programmes :

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Pour une liste de chaînes de magasins, voir le portrait de le
Portrait de l'industrie du commerce au détail

 

Pour une liste de compagnies d'assurances, voir le
Portrait de l'industrie des services financiers et assurances

 

Pour une liste d'entreprises en télécommunications, voir le
Portrait de l'industrie des technologies de l'information

 

Pour une liste d'entreprises du multimédia, voir le portrait de l'industrie du multimédia

 

Pour une liste de distributeurs, grossistes et importateurs, voir les portraits des secteurs suivants:

Pour d'autres listes d'entreprises, voir aussi les portraits des secteurs suivants :

 

Retour au secteur administration
Retour à la page d’accueil