Retour à page du secteur santé

Retour à la page d’accueil

 

 

 

SECTEUR : SANTÉ

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

SPÉCIALISTE EN AFFAIRES CLINIQUES

SPÉCIALISTE EN RECHERCHE MÉDICALE

CHERCHEUR(E) EN SCIENCES MÉDICALES

PROFESSEUR(E) AU COLLÉGIAL EN TECHNIQUES DE LA SANTÉ

PROFESSEUR(E) D’UNIVERSITÉ EN SCIENCES DE LA SANTÉ

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ (B.Sc)

MAITRISE (M.Sc)

DOCTORAT (Ph.D)

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Note : les programmes d’études décris dans cette page ne permettent pas de devenir médecin, dentiste ou pharmacien, mais plutôt vers la recherche médicale.

 

Afin d’obtenir des renseignements concernant des programmes universitaires préparatoires à des programmes tels que le M.D., le DMD, la pharmacie, etc consulte la page suivante.

 

Consulte aussi la section "liens recommandés" (dont des vidéos de spécialistes en recherche médicale qui parlent de leur travail).

  

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que conseillère ou conseiller en génétique; tu seras responsable de coordonner les démarches diagnostiques, analyser la condition génétique du client et formule un plan d'action à partir de l'histoire génétique que tu auras établi. Tu présenteras au client et à sa famille les risques possibles; tu les accompagneras dans leur prise de décision en présentant et en expliquant les options envisagées. Tu travailleras notamment avec la collaboration des médecins généticiens et autres professionnels de la santé.

 

En tant que spécialiste clinique en biologie médicale; tu seras responsable de planifier, organiser, coordonner et contrôler les activités cliniques dans des laboratoires de biologie médicale tels que microbiologie, hématologie et biologie moléculaire.

 

Tu évalueras les besoins des médecins en analyses spécialisées, tu détermineras les méthodes analytiques, les réactifs et l’instrumentation, tu conseilleras les médecins dans l’interprétation des résultats et tu réviseras les processus d’analyse. Tu élaboreras, surveilleras et maintiendras à jour les programmes de contrôle de qualité et enfin, tu agiras comme personne-ressource pour l’enseignement auprès des étudiants universitaires et des technologistes médicaux et tu participeras à la réalisation et à la gestion de projets de recherche clinique en biologie médicale.

 

En tant que spécialiste en activités cliniques; tu seras responsable de participer à l'évaluation et à l'analyse des besoins cliniques des usagers d'un établissement de santé, à l'élaboration des normes et standards de pratique professionnelle et à la recherche de solutions appropriées, dans le but d'aider l'établissement à améliorer la qualité des actes professionnels de nature clinique.

 

En tant que spécialiste en sciences biologiques ou physiques sanitaires; tu seras responsable d'effectue des travaux d'analyses de nature spécialisée en laboratoire (microbiologie, biochimie, chimie, physique) afin de collaborer à l'établissement de diagnostics, à la détermination de traitement, au choix et à l'utilisation de méthodes, de techniques et de l'instrumentation.

 

En tant que biochimiste clinicien(ne); tu seras responsable de collaborer avec les médecins biochimistes à l'interprétation des résultats et à l'utilisation rationnelle des tests spécialisés de laboratoire (médicaments, hormones,  marqueurs du cancer, protéines spécialisés immunologie, lipides, métabolisme, biologie moléculaire, etc.) selon  différentes techniques spécifiques à la biochimie clinique (techniques spectrophotométriques, techniques immunologiques, techniques chromatographiques, techniques électrophorétiques et techniques de biologie moléculaire), déterminer les règles d'utilisation des examens biochimiques, sélectionner les méthodes analytiques, élaborer des procédures de prélèvement, de conservation et de transport des échantillons biologiques, contrôle de la qualité des tests de laboratoire),  participer à la formation continue du personnel technique et infirmier, superviser et gérer un laboratoire de biochimie, ainsi que de participer à des activités de recherche clinique ou fondamentale en lien avec la vocation de recherche de l'établissement.

 

En tant que physicienne ou physicien médical; en appliquant les principes de la physique à la médecine. En milieu hospitalier, tu seras responsable de planifier les traitements en radiothérapie pour les patients atteints d'un cancer en effectuant le calcul précis des rayonnements produits par les sources de rayonnements utilisées en thérapie du cancer avec la collaboration du médecin radio-oncologue qui aura établit le plan de traitement nécessaire; effectuer le calcul précis des rayonnements émis par les appareils de médecine nucléaire (ex : les scanners) lors des examens et traitements par médecine nucléaire en collaboration avec le médecin nucléiste; tu seras responsable du contrôle de la qualité de l’équipement, la conception des installations de radiothérapie et de médecine nucléaire, l’utilisation sécuritaire des rayonnements et des matériels radioactifs ainsi que la conformité réglementaire telle qu’établie par les agences gouvernementales avec la collaboration de l'ingénieur biomédical;

 

En tant que chercheure ou chercheur en sciences médicales; tu seras responsable de réaliser des recherches poussées dans un domaine spécifique des sciences médicales afin de développer un nouveau médicament, un nouveau traitement à une maladie, une nouvelle technique de diagnostic d’une maladie ou d’un problème de santé, les causes d’une maladie ou tous autres recherches nécessaires afin d’aider les médecins et les autres spécialistes de la santé à améliorer la santé et le bien-être des gens.

 

Tu devras tout d’abord déterminer les besoins et déceler les problèmes et lacunes dans ce domaine, effectuer des recherches dans les publications et autres documentations spécialisées afin de connaître les découvertes et récents développement dans ce domaine. Ensuite, tu devras planifier et élaborer un plan de recherche; effectuer divers essais et tests en laboratoire en y observer les réactions et les effets; analyser et interpréter les résultats obtenus afin de trouver de nouvelles méthodes de recherches afin de résoudre les problèmes qui se sont produits; effectuer plusieurs autres tests, essais et analyses afin de parvenir à des résultats intéressants; présenter les résultats obtenus de tes recherches auprès des autres scientifiques et des médecins et tenter de faire approuver tes recherches préliminaires; effectuer des tests sur des patients-cibles qui participent aux recherches (si tes résultats ont été approuvées) en respectant les procédures et les protocoles de recherches et enfin, présenter et publier tes recherches auprès de la communauté médicale et scientifique.

 

Généralement, avant qu’un médicament soit mis sur le marché ou qu’un traitement soit autorisé à être appliqué sur des patients, cela peut prendre un certain nombre d’années. Alors, le travail d’une chercheuse ou d’un chercheur nécessite de la persévérance.

 

Il existe un grand nombre de spécialités en recherche médicale. Il y a par exemple : les sciences neurologiques, la virologie, la microbiologie, la génétique, la biologie cellulaire, la biologie moléculaire, la physiologie, la pharmacologie, l’épidémiologie, les maladies infectieuses, la santé communautaire, etc. Pour plus de détails, consulte les sections « programmes d’études » et « études supérieures ».

 

En tant qu’enseignante ou enseignant en formation technique, tu auras pour tâches d’enseigner des notions de base ou des notions intermédiaires de ta spécialité de la santé selon ton domaine de compétences auprès de jeunes adultes dans le cadre d'un programme collégial de la formation dans une technique de la santé. Tu leur fourniras les compétences requises pour qu’ils puissent intégrer le marché du travail afin de pratiquer la profession que tu leur enseigneras.

 

Tout d’abord, avant de faire connaître ta matière aux étudiants(es) tu devras planifier le contenu de tes cours, planifier et organiser des activités pédagogiques selon le programme établi par le Ministère de l’Éducation. Ensuite, tu animeras et présenteras ta matière en classe selon le plan que tu auras établi. Tu auras à planifier, organiser, élaborer et à corriger des travaux et des examens qu’auront effectués tes étudiantes et étudiants pendant les heures libres que tu auras entre les heures de cours et également le soir ou les fins de semaine; participer à des réunions pédagogiques avec d’autres enseignants et intervenants du milieu de l’enseignement professionnel ou technique afin de discuter des divers problèmes dans l’enseignement de ta matière et pour préparer les étudiantes et étudiants à subir l’examen de fin programme dans la matière concernée, s’il y a lieu.

 

Tu seras également appelé(e) à soutenir des étudiantes et des étudiantes dans la présentation de projets pédagogiques, concours (ex : olympiades de la formation professionnelle et technique), stages ou autres activités ayant un lien avec la matière que tu enseigneras.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

 

-         Aptitudes et intérêts pour les sciences (physiques, chimiques, mais surtout biologiques)

-         Intérêts pour la recherche : aimer chercher et comprendre les causes d’une maladie, d’une anomalie, etc.

-         Capacité d’analyse et de synthèse pour être capable d’analyser un problème pour ensuite chercher des solutions

-         Curiosité scientifique : pour être appelé(e) à chercher des solutions à différents problèmes reliés à la santé

-         Rigueur scientifique et bonne méthode de travail : pour être capable d’appliquer et développer des méthodes de recherche efficace

-         Souci du détail et sens de l’observation : pour être capable de déceler des détails précis lors des expérimentations et recherche

-         Sens de l’organisation : pour planifier et organiser efficacement des projets et programmes de recherches

-         Facilité à travailler en équipe : car tu auras à travailler en étroite collaboration avec d’autres chercheurs dans ta spécialité et de d’autres spécialités connexes, des assistants de recherche, des consultants (médecins spécialistes ou autres), des techniciens de recherche, etc.

-         Sens de l’initiative pour pouvoir t’impliquer activement dans les projets de recherches avec la collaboration de tes collègues

-         Faciliter à communiquer et aptitudes à enseigner car plusieurs chercheurs sont aussi des professeurs  qui enseignent leur discipline à l’université

-         Très bonne maîtrise de la langue anglaise car la majorité des publications scientifiques et des conférences de chercheurs sont dans cette langue

-         Être prêt à entreprendre de longues études supérieures (au niveau de la maîtrise, souvent au doctorat et parfois, au postdoctorat)

 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-        Attaché(e) de recherche en sciences médicales

-        Assistant(e) de recherche en sciences médicales

-        Chercheur(e) en médecine ou sciences de la santé

-        Consultant(e) de recherche en santé

-        Professeur(e) en techniques de la santé au collégial

-        Professeur(e) d’université en sciences de la santé

-    Officier des sciences biologiques (Forces armées)

-    Professionel(le) de recherche en sciences médicales

-    Scientifique de recherche en sciences de la santé (fonction publique fédérale)

-    Spécialiste en sciences biologiques et physiques sanitaires (fonction publique québécoise)

 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

 

-        Compagnies pharmaceutiques et biomédicales (pour une liste consulte le Portrait de l'industrie pharmaceutique)

-    Entreprises de recherche médicale ou pharmaceutique

-         Laboratoires médicaux privés

-    Forces armées canadiennes, voir aussi le site du Service de santé des Forces canadiennes

-        Gouvernement du Canada : Santé Canada, Agence de santé publique du Canada, Défense nationale (civils), Centre national canadien d’hygiène et sécurité au travail, Institut de médecine environnementale de la Défense (R & D Toronto)

-    Gouvernement du Québec : Institut national de la santé publique, Ministère de la Santé et des services sociaux, Régie de l’assurance-maladie du Québec RAMQ, Institut national d'excellence et santé et services sociaux, Direction régionale de la santé publique de Montréal, Direction régionale de la santé publique de Québec, Direction de la santé publique de la Montérégie

-        Universités : consulte la page « organismes de recherches en santé », dont notamment :

Institut de recherche en santé de Mcgill,
Centre de recherche du CHUM,
Centre de recherche du CHU de Québec,
Centre de recherche Étienne-Lebel du CHUS,
Centre de recherche du CHU Sainte-Justine,
Institut de recherche Lady Davis du Jewish General Hospital,
Centre de recherche Hôpital Maisonneuve-Rosemont,

Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur,
Institut des recherches cliniques de Montréal,
Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal,
Centre de recherche de l'hôpital Charles-Le Moyne de l'Université de Sherbrooke,
Centre de recherche Fernand-Séguin de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal,
Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas - Mcgill,
Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec,
Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal,
Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal,
Centre de recherche sur le vieillissement de l'Université de Sherbrooke,
Centre d'innovation Génome Québec - Université Mcgill,
Centre de recherche de l'institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec,
Centre de recherche de l'Hôtel-Dieu de Lévis,

Mcgill Centre for research in neurosciences,
Groupe de recherche sur le système nerveux central de l'Université de Montréal,
Centre de recherche INRS-Armand-Frappier.

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

 

-         Le Doctorat est souvent exigé (parfois même des études post-doctorales)

-         Polyvalence

-         Avoir acquis de l’expérience en recherche ou en enseignement pendant tes études universitaires (auxiliaire d’enseignement ou de recherche)

-         Les postes peuvent provenir de partout au Canada et aux USA (parfois même ailleurs dans le monde)

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2013 :

 

Pour les Baccalauréats en sciences médicales :

(comprend notamment les Bacc sciences biomédicales, physiologie et pharmacologie)

 

Plus de 73 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau de la maîtrise (ou parfois directement au doctorat) dans l'une des disciplines reliées aux sciences médicales cliniques ou expérimentales ou sciences médicales fondamentales;

 

Alors d'autres ont poursuivi vers des études dans une spécialité de la santé (ex : doctorat en médecine, doctorat en médecine dentaire, doctorat en pharmacie, doctorat en médecine podiatrique, doctorat en chiropratique).

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

159 3 2 116

 

Pour les maîtrises :

 

En médecine et chirurgie expérimentales
(comprenant sciences biomédicales, sciences cliniques, sciences de la réadaptation, médecine expérimentale, chirurgie expérimentale, sciences psychiatriques, sciences expérimentale de la santé) :

 

Plus de 54 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat,

 

Alors que 54 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

En santé communautaire et épidémiologie
(comprenant santé communautaire, épidémiologie, santé environnementale et santé au travail, biostatistique) :

 

Le placement est bon, 75 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont 90 % sont à temps complet.

 

Quelques autres, soit 22 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En sciences médicales fondamentales et appliquées
(comprenant physiologie, anatomie, pharmacologie, sciences des radiations, biologie moléculaire et/ou cellulaire, sciences neurologiques, etc) :

 

Plus de 46 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat;

 

Alors que seulement 60 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

PROGRAMMES

NOMBRE DE RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES

Médecine
et chirurgie expérim

28

7

6

15

Santé communautaire et épidémiologie

67

39

35

15

Sciences fondamentales de la la santé

99

32

27

46

Note 1 : baisse du nombre de répondants(es) en médecine et chirurgie expérimentales sur le marché du travail au niveau de la maîtrise par rapport aux années précédentes (était de 59 % en 2013; 64 % en 2011 et 68 % en 2009).
 Stabilité du nombre de répondants(es) poursuivant des études au doctorat (était de 55 % en 2011 et 46 % en 2009).

 

Note 2 : baisse du taux de placement en santé publique par rapport à 2013 (qui était de 82 %), mais comparable aux années précédentes (était de 73 % en 2011 et 77 % en 2009).
nombre de répondants(es) poursuivant des études au doctorat comparable aux années précécentes (était de 17 % en 2011 et 18 % en 2009).

 

Note 3 : baisse du taux de placement en sciences fondamentales et appliquées de la santé par rapport aux années précédentes (était de 55 % en 2013; 76 % en 2011 et 82 % en 2009).
 Nombre de répondants(es) poursuivant des études au doctorat comparable aux années précédentes (était de 40 % en 2011 et 43 % en 2009).

 

Pour les doctorats :

(données de 2014)

 

En médecine et chirurgie expérimentales
(comprenant sciences biomédicales, sciences cliniques, sciences de la réadaptation, médecine expérimentale, chirurgie expérimentale, sciences psychiatriques, sciences expérimentale de la santé) :

 

Plus de 57 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau dans le cadre d'un stage post-doctoral,

 

Alors que 83 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont 100 % sont à temps complet.

 

Quelques répondants(es) ont poursuvi leurs études dans un autre programme de doctorat.

 

En santé communautaire et épidémiologie
(comprenant santé communautaire, épidémiologie, santé environnementale et santé au travail, biostatistique) :

 

Le placement est EXCELLENT, 100 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont la presque totalité sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 21 % ont poursuivi leurs études au niveau du stage postdoctoral.

 

En sciences médicales fondamentales et appliquées
(comprenant physiologie, anatomie, pharmacologie, sciences des radiations, biologie moléculaire et/ou cellulaire, sciences neurologiques, etc) :

 

Plus de 51 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études dans le cadre d'un stage post-doctoral;

 

Alors que quelques répondants(es), soit 9 % ont poursuivi dans un autre doctorat.

 

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité, soit 90 % sont à temps complet, le placement est bon, 64 % d'entre-eux ont obtenu un emploi  relié dont la presque totalité sont à temps complet.

 

PROGRAMMES

NOMBRE DE RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES

NOMBRE EN STAGE POST-DOC

Médecine
et chirurgie expérim

28

10

9

0

16

Santé communautaire et épidémiologie

24

19

17

0

5

Sciences fondamentales et appl de la santé

91

24

21

8

46

 

Note 1 : légère hausse du taux de placement en médecine et chirurgie expérimentales par rapport aux années précédentes (était de 79 % en 2012; 69 % en 2010 et 80 % en 2007).

hausse du nombre de répondants(es) poursuivant au stage postdoctoral (était de 55 % en 2012; 53 % en 2010 et 24 % en 2007).

 

Note 2 : taux de placement en santé communautaire et épidémiologie comparable aux années précédentes (était de 100 % en 2012; 89 % en 2010 et 89 % en 2007).

 

Note 3 : hausse du taux de placement en sciences fondamentales et appliquées de la santé par rapport aux années précédentes (était de 90 % en 2012 et 78 % en 2010).

Hausse du nombre de répondants(es) poursuivant des études postdoctales (était de 24 % en 2012; 30 % en 2010 et 39 % en 2007).

 

Sources : Ministère de l'Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Dans le réseau de la santé :

 

-        Attaché(e) de recherche en sciences médicales

-        Assistant(e) de recherche en sciences médicales

-         22,09 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de planification, de programmation et de recherche en santé ou épidémiologiste ou hygiéniste du travail dans le réseau hospitalier (avec une maîtrise)

-         22,43 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'hygiéniste du travail dans le réseau de la santé

-         22,68 $/heure (35 hres/sem) en tant que spécialiste en affaires cliniques dans un hôpital (avec une maîtrise)

-     22,87 $/heure (35 hres/sem) en tant que bactériologiste, ingénieur(e) biomédical(e), agent(e) de santé publique, conseiller(ère) en promotion de la santé, agent(e) de planification et programmation des services de santé, spécialiste en sciences biologiques sanitaires ou spécialiste en sciences physiques sanitaires dans un hôpital (avec une maîtrise)

-         23,19 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en génétique dans un hôpital  (avec une maîtrise)

-         24,11 $/heure (35 hres/sem) en tant que biochimiste dans un hôpital (avec une maîtrise)

-         25,59 $/heure (35 hres/sem) en tant que bactériologiste, ingénieur(e) biomédical(e), agent(e) de santé publique, conseiller(ère) en promotion de la santé agent(e) de planification et programmation des services de santé, spécialiste en sciences biologiques sanitaires, spécialiste en sciences physiques sanitaires ou conseiller(ère) en génétique dans un hôpital (avec un doctorat)

-         25,96 $/heure (35 hres/sem) en tant que biochimiste dans un hôpital (avec un doctorat)

-         29,63 $/heure (35 hres/sem) en tant que spécialiste clinique en biologie médicale dans un hôpital (doctorat exigé)

-         34,82 $/heure (35 hres/sem) en tant que physicien(ne) médical dans un hôpital (maîtrise acceptée, mais de préférence un doctorat)

-         38,92 $/heure (35 hres/sem) en tant que biochimiste clinicien(ne) dans un hôpital (doctorat en biochimie + spécialisation en biochimie clinique nécessaire)

 

Dans le réseau universitaire :

 

-        24,83 $/heure (35 hres/sem) en tant que professionnel(le) de recherche ou attaché(e) de recherche ou assistant(e) de recherche (avec une maîtrise)

-       26,36 $/heure (35 hres/sem) en tant que professionnel(le) de recherche ou attaché(e) de recherche ou assistant(e) de recherche (avec une scolarité de doctorat)

-       1 070,00 $/semaine en moyenne (chargés d'enseignement, professeurs assistants, professeurs suppléants, lecturers)

-    1 336,00 $/semaine (49 à 53 heures/semaine) en moyenne (professeurs adjoints, chercheurs adjoints, professeurs réguliers, assistants professors)

 

Dans la fonction publique :

 

-         23,59 $/heure (35 hres/sem) en tant que spécialiste en sciences physiques ou sciences biologiques dans la fonction publique québécoise avec une maîtrise

-         25,52 $/heure (35 hres/sem) en tant que spécialiste en sciences physiques ou sciences biologiques dans la fonction publique québécoise avec un doctorat

-         27,26 $/heure (35 hres/sem) en tant que spécialiste en sciences biologiques ou physiques dans la fonction publique fédérale (Santé Canada, Conseil national de recherches Canada en gestion des programmes de soutien à la recherche) avec une maîtrise

-        33,85 $/heure (35 hres/sem) en tant que spécialiste en sciences biologiques ou physiques dans la fonction publique fédérale (Santé Canada, Conseil national de recherches Canada en gestion des programmes de soutien à la recherche) avec une maîtrise

-         1 269,42 $/semaine (37,5 hres/sem) en tant que scientifique de recherche dans la fonction publique fédérale (Santé Canada, Instituts de recherche en santé du Canada) avec une maîtrise

-         1 320,73 $/semaine en tant que scientifique de la Défense (Institut de médecine environnementale de la Défense à Ottawa) avec une maîtrise

-         1 604,25/semaine en tant que scientifique de recherche dans la fonction publique fédérale (Santé Canada, Instituts de recherche en santé du Canada) avec un doctorat

-         1 675,56 $/semaine en tant que scientifique de la Défense (Institut de médecine environnementale de la Défense à Ottawa) avec un doctorat

 

Dans les autres milieux :

 

-    24,32 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste scientifique à l'Institut national de la santé publique (avec une maîtrise)

-    24,50 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'agent(e) de recherche ou assistant(e) de recherche dans le secteur privé (avec une maîtrise)

-    27,21 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste scientifique à l'Institut national de la santé publique (avec un doctorat

-    40,06 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) scientifique ou coordonnateur(trice) de travaux scientifiques en pharmacoéconomie au sein de l'INESS (avec un doctorat)

-    1 000 $ à 1 400 $/semaine en tant que chercheur(e) dans le secteur privé (selon les domaines et les entreprises)

-         4 433 $/mois en tant qu’officier des sciences biologiques (pendant le préceptorat de 12 à 24 mois, selon la formation, l'expérience et les compétences) et ensuite augmente à 6 515 $/mois (grade de capitaine/lieutenant de vaisseau) au sein des Forces canadiennes (Force régulière) pour titulaires d'une maîtrise

-         6 515 $/mois en tant qu’officier des sciences biologiques (grade de capitaine/lieutenant de vaisseau) au sein des Forces canadiennes (Force régulière) pour titulaires d'un doctorat

 

Note : le salaire peut varier selon l’expérience acquise dans le domaine pendant tes études, les domaines d’études et le grade obtenu (maîtrise ou doctorat). De plus, si tu es médecin en plus d’être chercheur, la rémunération risque d’être plus élevée.

 

Sources : Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, Ministère de l'Enseignement supérieur du Québec, Développement des Ressources humaines Canada, syndicats des professionnels de recherche de plusieurs universités, syndicats des professeurs de plusieurs universités et Forces canadiennes

 

PERSPECTIVES D'AVENIR :

 

Des perspectives très intéressantes sont offertes au cours des prochaines années aux chercheurs dans la plupart des disciplines médicales.

 

Les découvertes récentes au niveau de l'ADN permettent de développer de nouvelles applications et appeler plus loin dans les recherches en génétique.

 

Les nombreux questionnement sur le fonctionnement du cerveau donne de nombreuses avenues de recherche en sciences neurologiques, notamment sur des maladies comme l'Alzheimer, la dystrophie musculaire ou l'épilepsie.

 

Les maladies cardiovasculaires étant la principale cause de mortalité tous sexes confondus et tous âges confondus nécessitent l'augmentation des recherches sur ces maladies.

 

Chaque année, on découvre un nouveau cancer, mais on découvre aussi de nouveaux traitements plus efficaces contre des cancers déjà existants. Le combat n'est pas encore terminé....

 

Les maladies mentales toujours aussi taboues, on en découvre de nouvelles d'années en années, alors que davantage sont atteintes de celles déjà connues. On ne connaît pas très bien encore la cause de ces maladies, des recherches plus poussées dans l'avenir pourra le faire, du moins je l'espère.

 

Les fabricants de matériel médical et les manufacturiers d'appareils et instruments médicaux désirent s'assurer que leurs produits répondent concrètement aux besoins de leurs clients, les établissements de santé dont leur budget est de plus en plus limités. Pour ce faire, ils font appel à des chercheurs en sciences médicales qui se spécialisent dans le développement d'applications technologiques de découvertes scientifiques.

 

Ces domaines de recherches ne sont quelques exemples de perspectives plus qu'intéressantes.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique et le

Portrait du réseau de la santé

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES : 

 

Le Baccalauréat spécialisé en biologie médicale B.Sc. offert par l'U.Q.T.R. a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet seulement. Il propose une formation intégrée tant théorique que pratique dans le vaste domaine des sciences biomédicales couvrant plusieurs disciplines, soit : anatomie, biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, physiologie, immunologie, pharmacologie, microbiologie et hématologie.

 

Il prépare à intégrer le marché du travail pour une carrière dans l'industrie biomédicale ou pharmaceutique ou dans une entreprise de recherche clinique ou à l'enseignement collégial, ainsi qu'aux études supérieures.


Ce programme te prépare à entreprendre des études de maîtrise dans la plupart des domaines des sciences médicales, mais principalement en biologie cellulaire et/ou moléculaire, microbiologie appliquée, microbiologie et/ou immunologie, bio-informatique, épidémiologie, biochimie, physiologie intégrative, pharmacologie, sciences expérimentales de la santé, sciences dentaires - volet microbiologie buccale et virologie-immunologie.

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : biologie cellulaire : organisation et fonctions des cellules, biochimie 1, microbiologie expérimentale, microbiologie et maladies infectieuses, physiologie humaine 1, biochimie expérimentale 1, métabolisme des nutriments énergétiques, histologie médicale, physiologie humaine 2, statistiques en sciences biomédicales, anatomo-pathologie, intégration des concepts appliqués à la biologie cellulaire, biologie moléculaire médicale, principes d'infectiologie bactérienne, initiation à la recherche en sciences biomédicales, stage d'observation (½ journée/sem dans un laboratoire de recherche universitaire au cours du trimestre d'automne de la deuxième année), génétique moléculaire, pharmacologie : principes et pathologies, laboratoire de technologies de l'ADN recombinant, aspects fondamentaux de l'immunologie clinique, ainsi qu'un cours d'anglais intermédiaire ou avancé (selon un test) ou un cours d'une autre langue ou un cours optionnel.

 

Tu devras choisir 3 à 6 cours optionnels parmi une quinzaine de cours proposés permettent d'orienter tes études vers différents profils, soit :

 

Microbiologie : bioinformatique / protéomique et génomique, microbiologie industrielle, virologie;

 

Neurosciences : embryologie humaine, endocrinologie moléculaire, fonctions nerveuses supérieures, neurobiologie et plasticité cérébrale, et neurophysiologie 1;

 

Oncologie et endocrinologie moléculaires : bioinformatique / protéomique et génomique, endocrinologie moléculaire, génétique et oncologie moléculaires, physiologie de la reproduction et/ou pharmacologie moléculaire : principes et concepts de nouveaux médicaments;

 

Secteur pharmaceutique : recherche : bioinformatique / protéomique et génomique, chimie organique, pharmacologie moléculaire : principes et concepts de nouveaux médicaments;

 

Secteur pharmaceutique : affaires : management des organisations, analyse économique de l'entreprise et des marchés, développement du leadership, comportement organisationnel : l'individu, introduction au marketing et pharmacologie moléculaire : principes et concepts de nouveaux médicaments;

 

Tu devras également choisir 3 à 5 cours complémentaires en dehors du champs de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er de l'UQTR accessibles comme cours complémentaires (ex : chimie de l'environnement, communication et prise en charge des risques, introduction à la médecine humaine, pourquoi le cancer ?, drogues et criminalité, communication et vulgarisation, communication en anglais, etc.).

 

Enfin, tu pourras également remplacer quelques crédits optionnels et complémentaires par un stage facultatif en biologie médicale (rémunéré ou non rémunéré) d'une durée de 4 mois à temps complet (dernier trimestre) dans un laboratoire de recherche universitaire, gouvernemental ou en entreprise parmi plus de 200 milieux de stages retrouvés principalement au Québec mais aussi dans le reste du Canada, aux États-Unis et en Europe.

 

Voici quelques exemples de laboratoires de recherche les plus populaires :

 

Groupe de recherche en endocrinologie et oncologie moléculaires de l'UQTR, Groupe de recherche en signalisation cellulaire de l'UQTR, Centre de recherche Biomed de l'UQAM, Centre de recherche PharmaQAM de l'UQAM, Réseau québécois de recherche en reproduction, Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHUS, Institut de pharmacologie de Sherbrooke, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Institut de recheches cliniques de Montréal, Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'Université de Montréal, Centre de recherche en infectiologie de l'Université Laval, Centre de recherche du CHU de Québec, Institut de recherche du CUSM, etc.

 

l'UQTR est réputée notamment dans les domaines suivants :

affections neuromusculosquelettiques : maux de dos, désordres du rachis, lombalgie, ostéoporose; la palpation et l'ajustement chiropratique; les tests orthopédiques selon les données probantes; affections au pied; orthèses plantaires; pied diabétique; contrôle neuomusculaire du tronc; neurophysiologie de la manipulation vertébrale; la réadaptation musculo-squelettique en chiropratique; la prévention et la réadaptation des troubles musculo-squelettiques au travail; prévention et la réadaptation des blessures musculo-squelettiques sportives; la chiropratique légale; etc;

maladies cardiovasculaires : habitudes de vie; obésité et risques cardiovasculaires; hypertension artérielle, prévention des maladies cardiovasculaires, vascularisation du triangle fémoral; débit cardiaque; infarctus du myocarde; consommation d'oxygène; les soins des plaies chroniques (plaies artérielles); la modification des habitudes de vie sur la dysfonction diastolique ventriculaire gauche; la maladie vasculaire artérielle périphérique (MVAP); activité physique et prévention des maladies cardiovasculaires; etc;

périnatalité et santé de la femme : les fondements physiologiques de la douleur pendant le travail et l'accouchement et développement de nouvelles approches afin de soulager naturellement la douleur; la santé sexuelle postnatale des couples lors d'un suivi avec sage-femme; maladies infectieuses et santé périnatale; lien mère-enfant prématuré; lien père-enfant prématuré; soins du développement chez l'enfant né prématurément et né à terme malade; épidémiologie et santé publique en périnatalité; etc;


santé mentale :
les troubles alimentaires; le trouble dépressif majeur et les troubles anxieux dans un contexte de suivi et de prise en charge en première ligne; les troubles obsessionnels-compulsifs; les soins de première en ligne en santé mentale en région; stress et violence en contexte de soins; la maltraitance chez les aînés; la maltraitance chez les enfants et les adolescents; les effets de la maltraitance sur le développement cognitif; la prévention de la violence familiale et de la maltraitance; la prévention du suicide chez les personnes âgées; la prévention en santé mentale; etc;

troubles neurologiques : commotions cérébrales, traumatisme craniocérébral léger, blessures de la moelle épinière, plasticité cérébrale, systèmes sensoriels, connexions neuronales, douleur lors de troubles de locomotion; impact des expériences traumatisantes sur le fonctionnement cognitif et le cerveau (agressions sexuelles, stress opérationnel, accidents de la route, etc.); etc;

anatomie clinique et fonctionnelle : biomécanique articulaire de la région lombaire, neuroanatomie fonctionnelle chez l'aveugle saines habitudes de vie, anatomie du cortex visuel; éducation à la santé, le vieillissement normal et pathologique du mouvement et de la posture; les neuropathologies des fonctions motrices; etc.;

biologie cellulaire et moléculaire : biologie moléculaire, endocrinologie moléculaire, chimie bio-organique, ingénierie des protéines, signalisation cellulaire, gynéco-oncologie moléculaire, neuropharmacologie moléculaire; etc.

   

Le Baccalauréat spécialisé en biologie moléculaire et cellulaire B.Sc. offert par l'Université de Sherbrooke a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel de 3½ ans en régime coopératif à temps complet (comprenant 3 stages rémunérés en milieu de travail de 4 mois chacun).

 

Programme principalement axé sur la biologie moléculaire et le génie génétique, il est offerte selon une approche selon une approche pédagogique innovatrice appelée l’apprentissage progressif vers l’autonomie (APA) sous forme de projets de laboratoire trimestriels. Il comprend des cours de biologie, de biochimie, de microbiologie, de chimie et de biologie cellulaire et moléculaire. Il prépare au marché du travail, mais également aux études supérieures dans tous les secteurs d'application impliquant les biotechnologies : clinique, biomédical et pharmaceutique, agroalimentaire, industriel et en environnement.

 

Ce programme prépare les étudiants qui désirent entreprendre des études supérieures notamment en biochimie, biologie cellulaire et/ou moléculaire, biotechnologies, microbiologie-immunologie, microbiologie appliquée, immunologie, sciences pharmaceutiques, sciences expérimentales de la santé, pharmacologie, sciences dentaires - volet microbiologie buccale ou virologie-immunologie, etc.

 

Il offre également possibilité de suivre un cheminement intégré baccalauréat-maîtrise en biologie cellulaire permettant de compléter ton baccalauréat et sa maîtrise en un délai plus court que les cheminements standard consécutifs.

 

Les titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies des cégeps de Shawinigan, Lévis-Lauzon, Ahuntsic ou St-Hyacinthe peuvent bénéficier un cheminement DEC-BAC en biologie moléculaire et cellulaire permettant de compléter le programme en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc.).

 

Il comporte les cours obligatoires suivants : biologie cellulaire, biochimie générale 1, biochimie générale 1 - travaux pratiques, microbiologie générale, microbiologie générale - travaux pratiques, biométrie, introduction à la chimie organique, introduction à la génétique, physiologie animale, méthodes analytiques en biologie, biochimie générale 2, biochimie générale 2 - travaux pratiques, écologie générale, biologie végétale, projets de recherche en biologie végétale, biologie moléculaire, biologie moléculaire - travaux pratiques, immunologie générale, immunologie générale - travaux pratiques, outils bioinformatiques, signalisation cellulaire, techniques de biologie moléculaire, génie génétique 1, virologie générale, biochimie des protéines, biologie moléculaire et cellulaire 1, organismes modèles en génétique moléculaire - travaux pratiques, évolution et adaptations microbiennes, éléments d'endocrinologie moléculaire, biologie moléculaire et cellulaire 2, génétique avancée, biotechnologie des cellules eucaryotes et projet d'intégration en biologie moléculaire.

 

Tu devras choisir 4 à 9 cours optionnels parmi 20 cours proposés (ex : éléments de protéomique, éléments de génomique, biologie du développement humain et animal, pathogenèse clinique et moléculaire, virologie générale - travaux pratiques, etc.).

 

Enfin, tu devras également choisir 1 à 4 activités de recherche en biologie moléculaire comprenant une activité de préparation au projet et une activité d'initiation à la recherche (réalisation d'un projet de recherche de niveau baccalauréat).

 

Il sera possible de réaliser ce projet avec la collaboration d'un chercheur au sein d'un laboratoire de recherche universitaire tel que :

 

Centre de recherche du CHUS, Institut de pharmacologie de Sherbrooke, Centre de recherche de l'Hôpital Charles Lemoyne, Centre de recherche sur le vieillissement du CIUSS de l'Estrie, Réseau canadien de l'arthrite, Centre d'études et de valorisation de la diversité microbienne, Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'Univrsité de Montréal, Centre de recherche en infectiologie de l'Université Laval, Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Centre de recherche du CHU de Québec, Institut de recherche du CUSM, Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal, etc.

 

l'Université de Sherbrooke est réputée notamment dans les domaines suivants :

 

cancer :   cancers gastro-intestinaux (foie, colon, estomac, pancréas), cancer colectoral, les cancers gynécologiques (notamment le cancer du sein et le cancer des ovaires), cancers rénaux (principalement le cancer de la prostate, mais aussi le cancer de la vessie et le cancer du rein), cancer du poumon, cancers ORL, lymphome, myélome, mélanome, activité physique et cancer, génétique du cancer, régulation de l'expression des gènes, biologie de l'ARN, tumeurs cérébrales; etc;

 

imagerie médicale : développement d'un modèle d'imagerie par ultrasons de haute résolution la thrombolyse par ultrasons (sono-thrombolyse) en accident vasculaire cérébral aigu (AVC), la corrélation entre le taux d'émission de radio-activité d'un échantillon prélevé par une biopsie transthoracique et son caractère histopathologiquement diagnostique lors d'examens en médecine nucléaire, les avantages de l'IRM 3.0 Teslas chez l'épilepsie du lobe temporal chez l'enfant, arthroscopie, développement de nouvelles techniques d'imagerie cardiovasculaire, etc;

 

inflammation et douleur :  les migraines; gestion de la douleur chronique, évaluation neurophysiologique de la douleur, neurophysiologie du développement, de la persistance et de la réponse aux traitements de la douleur, adaptations du système nerveux (notamment en réaction à la douleur), rôle de l'inflammation dans le vieillissement, rôle des lipides dans l'inflammation du diabète, relation entre l’inflammation et le développement de maladies chroniques chez les personnes vieillissantes, relation entre les changements de la qualité de vie et l'inflammation en réponse à l’entraînement chez les personnes âgées, développement d'outils de prédiction précoce de la polyarthrite inflammatoire, etc;

 

maladies cardiovasculaires et respiratoires : asthme chez les adultes, syndrome coronarien aigu, insuffinance cardiaque, hypertension artérielle, hypertrophie cardiaque, cardiomyopathies, développement de nouvelles techniques d'imagerie cardiovasculaire, etc;

 

santé de la mère et de l'enfant : respiration néonatale et l'apnée du prématuré (réputation mondiale), syndrome du X fragile (retard mental), diabète de type 1, obésité infantile, promotion de la vaccination chez les enfants, l'asthme chez les enfants et adolescents, soins palliatifs pédiatriques, les saines habitudes de vie chez les femmes obèses infertiles, les interventions anténatales pouvant avoir un effet sur la réduction de la prématurité spontanée et sur la diminution des conséquences néonatales, la vestibulodynie provoquée chez la femme, l'éducation auprès des femmes enceintes (éducation en pré-éclampsie, effets à long terme de la pré-éclampsie, effet d'une grossesse compliquée d'HTA sur les prochaines grossesse, etc), physiologie respiratoire nénatale, arthrite pédiatrique, inflammation pédiatrique, entérocolite nécrosanté, infections materno-foetales, souffrance cérébrale périnatale,etc;

 

santé mentale et toxicomanie : toxicomanie et problèmes concomitants de santé mentale chez les jeunes, abus des substances intoxicantes, addictions et comportements à risque, épidémiologie de toxicomanie, stress post-traumatique, troubles de l'anxiété, santé mentale au travail, santé mentale chez les personnes âgées, soins de première ligne en santé mentale, physiopathologie des maladies mentales (notamment la schizophrénie et le trouble bipolaire), etc;

 

soins aux personnes âgées et vieillissement : la capacité fonctionnelle et la mobilité chez les femmes et les hommes âgés, mathérosclérose et vieillissement, syndrome de la fragilité, rôle de l'inflammation dans le vieillissement, métabolisme énergétique au cours du vieillissement, masse musculaire et vieillissement (sarcopénie), hypertension et vieillissement;  impact de la prescription d'exercices sur les résultats métaboliques chez les personnes âgées, qualité de vie et vieillissement, les dysfonctions cognitives liées à l’âge, troubles du sommeil et de la cognition dans le vieillissement normal et pathologique,  relation entre l’inflammation et le développement de maladies chroniques chez les personnes vieillissantes, relation entre les changements de la qualité de vie et l'inflammation en réponse à l’entraînement chez les personnes âgées, stress oxydatif au cours du vieillissement, les principaux facteurs de risque de la maladie d'Alzheimer, l'épidémiologie et vieillissement, soins de fin de vie dans les maladies chroniques, besoins et services de réadaptation des personnes âgées ayant subi un AVC; etc;

 

troubles métaboliques : l'obésité, le diabète de type 2, les maladies métaboliques héréditaires, rôle des lipides dans l'inflammation du diabète, hypertension et vieillissement; Impact de l'obésité, de la masse grasse et de la masse maigre sur le syndrome métabolique, la résistance à l'insuline, diabète de type 2 et hypertension artérielle, diabète de type 2 et stress oxydatif, fabrication d’un pancréas endocrine bioartificiel par génie tissulaire, etc;

 

troubles musculo-squelettiques : la biomécanique et la mécanobiologie des tissus conjonctifs mous (tendons, ligaments et fascia) afin d'améliorer la prévention et la guérison des lésions affectant les tissus conjonctifs; le rôle de l’impédance mécanique de la main pour contrôler les outils afin de mieux comprendre les troubles musculo-squelettiques; prévention des troubles musculo-squelettiques liés au travail;

 

réadaptation et santé au travail :  santé mentale au travail, prévention et réadaptation de l'incapacité au travail, la gestion de la douleur chronique, prévention des troubles musculo-squelettiques liés au travail; les soins de première en réadaptation, la rééducation périéale, la réadaptation cardiorespiratoire, la capacité fonctionnelle et la mobilité chez les femmes et les hommes âgés, les pratiques de pointe en réadaptation psychiatrique, la réadaptation auprès d’individus présentant un accident vasculaire cérébral, etc;

 

santé des populations et autres domaines : les infections du C. difficile, l'épidémiologie et vieillissement, soins de fin de vie dans les maladies chroniques;besoins et services de réadaptation des personnes âgées ayant subi un AVC, évaluation des services de santé pour les personnes âgées, glaucome à angle fermé, rôle du larynx dans la respiration et la déglutition, arthroscopie, tendinites, hémiarthroplasties, colopathie fonctionnelle, pathologies coliques et anorectales, etc.

 

Le Baccalauréat spécialisé en pharmacologie B.Sc. offert à Sherbrooke a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Il comporte des cours en cytophysiologie, biochimie générale, laboratoire de biochimie générale, génétique générale, immunologie générale, introduction à la chimie organique, physiologie humaine, introduction à la pharmacologie, principes de pharmacologie, laboratoire de microbiologie en pharmacologie, laboratoire de chimie organique, génie génétique, conformité analytique et réglementaire, pharmacologie générale, antibiotiques et antiviraux, pharmacologie cardiovasculaire, pharmacologie du système nerveux, abus et dépendances des médicaments, pharmaco épidémiologie, radio-isotopes (radiations) en pharmacologie, toxicologie et pharmacovigilance, immunologie moléculaire, pharmacologie expérimentale, laboratoire de pharmacologie avancé, techniques spécialisées en pharmacologie, protocole en pharmacologie clinique, etc. Il comporte également des cours optionnels parmi des listes qui te seront proposées : pharmacologie en cancérologie, pharmacothérapie appliquée, endocrinologie moléculaire, laboratoire de biologie cellulaire, séparation et purification en biotechnologie, etc. Ce programme pourra te préparer à entreprendre des études de maîtrise en pharmacologie ou chimie médicinale, mais également en biochimie, physiologie, biologie cellulaire et moléculaire, etc.

 

Ce programme prépare les étudiants qui désirent entreprendre des études supérieures en sciences médicales notamment en pharmacologie, biochimie, microbiologie-immunologie, microbiologie appliquée, sciences pharmaceutiques, etc.

 

l'Université de Sherbrooke est réputée mondialement dans les domaines tels que :

 

métabolisme osseux et nouvelles voies thérapeutiques et diagnostiques des maladies ostéo-articulaires, amélioration de la chimiothérapie dans le cancer du cerveau, mécaniques d'action et nouvelles voies thérapeutiques en contrôle de la douleur, les sérines protéases et leurs rôles dans l’influenza, l’arthrite et l’hémochromatose, mmmunologie et pharmacologie des infections virales respiratoires, signalisation et transport des récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) impliqués dans la douleur et dans les maladies rhumatismales, etc, l'optimisation de moléculaires afin de développement des agents thérapeutiques pour les maladies cardiovasculaires, la douleur et les maladies infectieuses, le ciblage pharmacologie d'enzymes pour développer des agents thérapeutiques comme le cancer, les infections virales et bactériennes et les maladies cardiovasculaires, etc;

 

Le Baccalauréat spécialisé en neurosciences B.Sc. offert à Montréal a une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement. Ce programme interdisciplinaire est destiné aux personnes intéressé à comprendre le fonctionnement des fonctions nerveuses du corps humain.

 

Il prépare notamment à entreprendre des études supérieures dans cette discipline : sciences neurologiques à Montréal, neurosciences à McGill, neurobiologie à Laval, neurosciences à Ottawa, sciences psychiatriques à McGill, recherche en sciences de la santé - concentration en santé mentale à Sherbrooke, sciences biomédicales - volet neurosciences à l'UQTR, sciences de la vision à Montréal, maîtrise de recherche en psychologie à Montréal, etc.

 

Tu acquerras des connaissances en biologie, biochimie, physiologie, psychologie, mais également quelques connaissances en biophysique, bioinformatique et immunologie.

 

Tu auras à suivre les cours obligatoires suivants : introduction à la biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire, bases psychologiques des neurosciences, neurosciences cellulaire et moléculaire 1, communication scientifique, travaux pratiques de biochimie, génétique générale, neuroanatomie comparée, neuroscience intégrative 1, principes de pharmacologie, éthique et recherche en santé, biostatistiques 1, neuroscience intégrative 2, méthodes expérimentales en neurosciences, biopathologie générale, développement du système nerveux, travaux pratiques de biologie moléculaire, neurosciences cellulaire et moléculaire 2, travaux pratiques en neurosciences, méthodes quantitatives en neurosciences, physiologie générale, principes d'expérimentation animale et analyse de la communication scientifique.

 

Dans le cadre de l'orientation générale; tu devra 2 à 6 cours optionnels parmi des listes proposées :

 

au moins 1 cours en neurosciences cellulaire et moléculaire parmi : neurobiologie de la mémoire, développement neuronal : données récentes, neurobiologie du vieillissement ou bases neuronales des fonctions cérébrales;

 

au moins 1 cours en neurosciences des systèmes et neurosciences cognitives parmi : perception, action et neurocomputation, neuroscience cognitive ou neuropsychologie humaine;

 

au plus 2 cours parmi les suivants : neurobiologie des maladies mentales, neurobiologie des maladies neurologiques, neurosciences, cognition et santé mentale, neurophysiologie cellulaire, neurophysiologie fonctionnelle, aspects moléculaires des neuropathologies, neurosciences des systèmes, psychopharmacologie : introduction ou neuropharmacologie;

 

Enfin, tu devras soit réaliser un projet de recherche de niveau baccalauréat qui consiste en un travail sur une problématique spécifique en neurosciences permettant l'intégration des savoirs acquis en cours de formation OU réaliser un stage de recherche dans un laboratoire de recherche d'une durée de 4 mois en milieu hospitalier ou universitaire (ex : Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, Groupe de recherche sur le système nerveux central, Laboratoire universitaire de recherche sur le cerveau, la musique et le son BRAMS, Groupe de recherche sur le système nerveux autonome).

 

l'Université de Monréal est réputée notamment dans les domaines suivants :

 

l'épilepsie : le développement de nouveaux moyens de contrôle, de diagnostique et de traitement de la maladie; l'imagerie cérébrale de l'épilepsie; la chirurgie de l'épilepsie, ); les interrelation entre le sommeil et l’épilepsie; les épilepsies liées au sommeil; la génétique des épilepsies;

 

les maladies neurodégénérarives : la dystrophie musculaire; la sclérose en plaques; la maladie d'Alzheimer; la paralysie cérébrale; la maladie de Parkinson; la maladie de Huntington; l'ataxie; la dystonie; le tremblement; le syndrome de Gilles de la Tourette; les dyskinésies; la sclérose latérale amyotrophique; la génétique des maladies neurodégénératives; désordres neurologiques et performance sensorimotrice (maladie de parkinson, accident vasculaire cérébral, neuropathie périphérique); etc;

 

les maladies neurodéveloppementales : l'autisme chez les enfants et adolescents; le syndrome d’Asperger chez les enfants et adolescents; les les autres troubles envahissants du développemement (autisme atypique, syndrome de Rett, TDAH, troubles intégratifs à l'enfance, etc.);

 

les troubles du sommeil :  la physiologie du sommeil normal et pathologique; les conséquences des changements du cycle éveil-sommeil au cours du vieillissement : apprentissage, cognition, équilibre postural, le développement de méthodes diagnostiques et de traitements des troubles du sommeil tels que : le syndrome d’impatiences musculaires, le somnambulisme, la narcolepsie); les effets de l’exposition à la lumière sur les rythmes circadiens, le sommeil et la vigilance; rythmes circadiens et cycle éveil-sommeil dans différentes conditions médicales (traumatismes crâniens, MPOC); les interrelation entre le sommeil et l’épilepsie; les épilepsies liées au sommeil; les aspects développementaux du sommeil; la neurophysiologie clinique sur la douleur ainsi que sur les troubles du sommeil tel le bruxisme, les apnées et les mouvements périodiques des membres; les associations entre les troubles du sommeil et les maladies neurodégénératives; régulation génétique et moléculaire de l’activité cérébrale normale pendant le sommeil; psychophysiologie et traitement de patients atteints de cauchemars et de syndrome de stress post-traumatique; développement du sommeil et des rythmes biologiques; l'étude longitudinale du sommeil chez l'enfant;  etc;

 

neuro-anatomie et neurophysiologie : les facteurs contribuant à l’appréciation de la forme et de la texture; les mécanismes du cortex cérébral impliqués dans la discrimination tactile; les mécanismes cérébraux pour la médiation de l'interaction avec le monde,; la réorganisation du cortex moteur et prémoteur à la suite d’une lésion (ex : AVC); la contribution du cortex pariétal postérieur et des noyaux gris centraux au contrôle de la locomotion sous guidage visuel; les mécanismes nerveux de la respiration; les mécanismes multiples qui contrôlent le fonctionnement ds neurones qui produisent et distribuent la dopamine dans le cerveau; les mécanismes physiologiques et pharmacologiques de la récupération fonctionnelle de la marche après lésions de la moelle épinière; l'apprentissage de tâches motrices et changement de comportement en fonction du contexte sensoriel; les ontributions sensorielles à l’estimation du mouvement dans l’espace; le rôle des interactions neurone-glie dans la genèse d’une activité motrice rythmique; la dysfonction synaptique dans les maladies du cerveau (autisme, déficience intellectuelle et l’épilepsie); les conséquences des changements du cycle éveil-sommeil au cours du vieillissement (apprentissage, cognition, équilibre postural); le développement de méthodes diagnostiques et de traitemens des troubles du sommeil (tels que : syndrome d’impatiences musculaires, le somnambulisme, la narcolepsie); la physiologie du sommeil normal et pathologique; : les facteurs contribuant à l’appréciation de la forme et de la texture; les mécanismes du cortex cérébral impliqués dans la discrimination tactile; les mécanismes cérébraux pour la médiation de l'interaction avec le monde,; la réorganisation du cortex moteur et prémoteur à la suite d’une lésion (ex : AVC); la contribution du cortex pariétal postérieur et des noyaux gris centraux au contrôle de la locomotion sous guidage visuel; les mécanismes nerveux de la respiration; les mécanismes multiples qui contrôlent le fonctionnement ds neurones qui produisent et distribuent la dopamine dans le cerveau; les mécanismes physiologiques et pharmacologiques de la récupération fonctionnelle de la marche après lésions de la moelle épinière; l'apprentissage de tâches motrices et changement de comportement en fonction du contexte sensoriel; les ontributions sensorielles à l’estimation du mouvement dans l’espace; le rôle des interactions neurone-glie dans la genèse d’une activité motrice rythmique; la dysfonction synaptique dans les maladies du cerveau (autisme, déficience intellectuelle et l’épilepsie); les conséquences des changements du cycle éveil-sommeil au cours du vieillissement (apprentissage, cognition, équilibre postural); le développement de méthodes diagnostiques et de traitemens des troubles du sommeil (tels que : syndrome d’impatiences musculaires, le somnambulisme, la narcolepsie); la physiologie du sommeil normal et pathologique; l'évaluation des effets de l’activité physique et sportive sur le développement neuropsychologique, neurophysiologique et neuroanatomique du cerveau; etc.

 

Le Baccalauréat spécialisé en neurosciences B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 2 ans offert à temps complet seulement. Ce programme interdisciplinaire est destiné aux personnes intéressé à comprendre le fonctionnement des fonctions nerveuses du corps humain. Il prépare notamment à entreprendre des études supérieures dans cette discipline : neurosciences à McGill, neurobiologie à Laval, sciences neurologiques à Montréal, médecine expérimentale - recherche en neurologie à Laval ou neurosciences à Ottawa. Tu acquerras des connaissances en biologie, biochimie, physiologie, psychologie, mais également quelques connaissances en biophysique, bioinformatique et immunologie.

 

Tu auras à suivre les cours obligatoires suivants : calcul 3 ou modèles mathématiques en biologie, biologie moléculaire, introduction à la chimie organique, circuits du cerveau humain, introduction aux neurosciences 1, mécanismes moléculaires des fonctions cellulaires ou biologie cellulaire et métabolisme, biochimie métabolique, canaux / synapses et hormones, cognition humaine et cerveau, introduction aux neurosciences 2, biométrie ou statistiques pour les sciences de la vie, fondements de la programmation pour les sciences de la vie, neuroscience comportementale, neuroéthique, séminaire de neurosciences, ainsi que la réalisation d'un projet de recherche en neurosciences de niveau baccalauréat;

 

Tu devras également choisir 7 cours optionnels parmi une liste d'une cinquantaine de cours proposés (ex : biologie moléculaire du gène, cellule et laboratoire moléculaire, évolution du cerveau et comportement, neurobiologie cellulaire, neuroscience intégrative, cognition, gènes et comportements, hormones et comportements, psychologie de la douleur, actions des drogues, neurobiologie de la mémoire et de l'apprentissage, données récentes en neuroéthologie, approches génétiques en neurobiologie des systèmes, processus inflammatoires, neurophysiologie avancée, chronobiologie, sciences cognitives, neurochimie, psychoneuroendocrinologie, neurobiologie des maladies mentales, données récentes dans la perception visuelle, neuropharmacologie, etc.).

 

Enfin, tu devras choisir 5 cours complémentaires en dehors de cette discipline parmi des listes proposées (ex : introduction à la biophysique, introduction à la neuroscience comportementale, psychologie de la perception, cognition et mémoire, philosophie des sciences, philosophie de la médecine et des sciences de la vie, éthique biomédicale, rédaction scientifique, communication scientifique, outils informatiques pour les sciences de la vie, anthropologie de la santé, évolution humaine, anthropologie médicale, la médecine et la santé dans la société moderne, sociologie de la santé et du bien-être, économie de la santé, etc.).

 

l'Université Mcgill est réputée notamment dans les domaines suivants :

 

l'épilepsie : l'épilepsie réfractaire; l'épilepsie du lobe temporal; les mécanismes de génération des décharges épileptiques lrégions du cerveau qui présentent une activité anormale lors d’une décharge mieux déceler des régions épileptogènes et mieux comprendre la génétique de l'épilepsie; les facteurs génétiques de l’épilepsie et des syndromes épileptiques; la neuroimagerie de l'épilepsie par imagerie par résonnance magnétique IRM; la neuroimagerie de l'épilepsie par électroencéphalographie EEG; la neuroimagerie de l'épilepsie par tomographie par émissions de positions TEP ou PET scan; la neuronavigation assistée par imagerie médicale pour la chirurgie de l'épilepsie; la physiologie du cerveau pendant les phases d’éveil et de sommeil par électroencéphalographie; les nouveaux marqueurs électrophysiologiques de la zone épileptogène, indépendants des crises, afin de permettre de mieux diagnostiquer l’épilepsie; la mise au point de nouvelles techniques de chirurgie de l'épilepsie; l’évaluation de la propagation de l’activité épileptique; etc;

 

les maladies neurodégénératives : la maladie d'Alzheimer; la maladie de Parkinson et les troubles du mouvement associés; la sclérose latérale amyotrophique (SLA); la paraplégie spastique héréditaire (HSP); les polyneuropathies; les ataxies; l’inflammation microgliale chronique; la névralgie du trijumeau; le neurosida; le tremblement essentiel; la génétique des maladies neurodégénératives; le développement de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale ( l'imagerie par résonance magnétique (IRM) et la radio-neurochimie / tomographie par émission de positons TEP, etc.); etc;

 

les maladies neurodéveloppementales : le trouble du spectre de l'autisme; les autres troubles envahissants du développement (syndrome d'Asperger, syndrome de Rett, les troubles déintégratifs de l'enfance, etc.); troubles psychotiques (principalement la schizophrénie, mais également : le trouble schizo-affectif, le trouble délirant, la pschose toxique, trouble de la personnalité, autres troubles psychotiques);les mécanismes cellulaires et moléculaires de l'apprentissage et de la mémoire; la génétique des maladies neurodéveloppementales; le développement de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale des maladies neurodéveloppementales; etc;

 

les maladies neuro-immunologiques : la sclérose en plaques; le syndrome post-polio; la neuromyélite optique (NMO); la myélite transverse (MT); l’encéphalomyélite aiguë disséminée (EMAD); les mécanismes cellulaires et moléculaires de la neuro-inflammation; etc;

 

les maladies neurologiques rares : la génétique moléculaire des maladies mitochondriales, en particulier celles qui affectent la fonction de la chaîne respiratoire (telles que :le syndrome de Kearns-Sayre KSS, le syndrome de Leigh, le syndrome de déplétion de l’ADN, mitochondrial, l’encéphalomyopathie mitochondriale, le syndrome MELAS, le syndrome MERFF, l’encéphalopathie myo-neuro-gastro-intestinale, le syndrome NARP, etc.); etc;

 

les neurosciences cognitives : les mécanismes de la dysfonction cognitive chez des patients atteints de troubles du mouvement (tels que : la maladie de Parkinson et le tremblement essentiel); les effets défavorables d’une lésion cérébrale focale ou d’un dysfonctionnement neurochimique dans les troubles de la cognition; changements régionaux dans le débit sanguin cérébral durant l’exécution de diverses tâches langagières afin d' étudier la représentation neuronale du langage; les mécanismes neuronaux sous-jacents à la mémoire de travail; le traitement des informations auditives chez l’humain ( la perception de la hauteur de sons, d’imagerie auditive, de l’oreille absolue, de la perception de l’espace auditif, et du rôle du circuit mésolimbique de récompense dans la médiation du plaisir musical); etc;

 

les tumeurs cérébrales : le glioblastomeles; les tumeurs de la base du crâne; les mécanismes moléculaires fondamentaux qui régulent le développement du cancer dans le cerveau; le développement et les propriétés des cellules souches du cancer du cerveau; l’évaluation de thérapies ciblées pour des tumeurs malignes au cerveau; le développement de nouvelles techniques de neuroimagerie pour diagnostiquer le cancer du cerveau; etc.

 

Le Baccalauréat spécialisé en sciences biomédicales B.Sc. offert à Laval a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Il couvre l’ensemble des disciplines des sciences fondamentales (biologie, anatomie, physiologie, pathologie, microbiologie, etc).

Il prépare à poursuivre des études supérieures dans une discipline des sciences médicales (ex : neurosciences, sciences biomédicales, biologie cellulaire et moléculaire, microbiologie-immunologie, santé publique, épidémiologie, sciences pharmaceutiques, etc.).

 

Il comporte des cours obligatoires sur le corps humain 1, biochimie structurale, laboratoire de biochimie générale, le corps humain, biochimie et métabolisme, introduction à la génétique moléculaire, méthodes statistiques en sciences biomédicales, chimie médicinale et pharmacologie : théorie et pratique, maladies infectieuses et immunité, endocrinologie et reproduction, neurosciences et santé mentale, santé cardiovasculaire et obésité, oncologie cellulaire et moléculaire, éthique et sciences biologiques - volet biomédical, anglais intermédiaire 2 (ou un cours d'anglais de niveau supérieur ou si le niveau anglais avancé 2 a été atteint selon un test, tu pourras choisir un cours d'une autre langue moderne), 1 cours de communication scientifique parmi les suivants (communication scientifique, communication pour scientifiques, recherche/analyse et dissertation ou communication orale et public), génétique, développement et cancer, génie tissulaire et biomatériaux, médecine moléculaire, microbiologie et relation hôte-pathogène, reproduction et santé périnatale, neurosciences, santé cardiovasculaire et respiratoire et santé mentale;

 

Tu devras également effectuer un stage d'été en sciences biomédicales ( séjour rémunéré d'au moins douze semaines dans un laboratoire de recherche ou en entreprise et a lieu au cours de la session d'été de la 2e année) si tu choisis le cheminement régulier;

 

De plus, tu auras à choisir 1 cours optionnel (cheminement régulier seulement) parmi les suivants : génétique, évolution et diversité, neurosciences et langage, génétique moléculaire et santé, virologie ou animaux d'expérience);

 

Ainsi que 2 cours complémentaires (ou 1 cours complémentaire et 1 cours de langue anglaise ou de langue moderne) parmi une liste proposée (ex : anthropologie de la médecine, économie de la santé, souffrance, littérature et humanisme, abus des drogues et alcoolisme, philosophie de la connaissance, Du Tao-Tö King à Rimbaud : Médecine et littérature universelle, etc.);

 

OU suivre les cours suivants : savoir entreprendre : la passion de créer et d'agir, portfolio entrepreneurial 1 et portfolio entrepreneurial 2 au cours de la session d'été de la 2e année si tu choisis le profil entrepreneurial;

 

Enfin, peut importe le cheminement choisi, tu devras qui consiste en la réalisation d'un projet de recherche en sciences biomédicales et d'un stage non rémunéré de 15 semaines dans un laboratoire de recherche en milieu hospitalier ou universitaire ou en entreprise dans le domaine des sciences biomédicales de ton choix (voici quelques exemples de laboratoires participants : Centre de recherche du CHU de Québec, Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Québec, Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation et intégration sociale de Québec, Centre de recherche en neurosciences CERVO, Centre de recherche sur les soins et les services de première ligne en santé et services sociaux de l'Université Laval, Centre de recherche en infectiologie de l'Université Laval, Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels, Institut de biologie intégrative des systèmes, Institut sur le vieillissement et la participation sociale des aînées, etc.)

 

l'Université Laval est réputée notamment dans les domaines suivants :

 

cancer : les cancers gynécologiques (cancer du sein héréditaire et familial, ovaire, col de l'utérus, 'endomètre); les cancers de l’œil (mélanome uvéal); les cancers urologiques (prostate, rein, testicule et vessie); le cancer du poumon; les cancers ORL (sinus, cordes vocales, gorge, etc.); les soins palliatifs (amélioration des soins palliatifs chez les patients atteints de cancer avancé en fin de vie, l'accessibilité aux soins palliatifs en régions rurales et éloignées, la mise en place de pratiques soignantes en soins palliatifs; les soins palliatifs pour les personnes atteintes de cancer et leurs proches, la gestion de stress des soignants qui accompagnent les personnes atteintes de cancer); autres : l'immunothérapie du cancer de la vessie et de la prostate; développement de nouvelles approches en curiethérapie (dont la curiethérapie guidée par imagerie); développemement de nouvelles approches en chimiothérapie; la radiothérapie guidée par imagerie; développement de nouveaux tests génétiques de prédiction du cancer du sein; les facteurs qui influencent la survenue et l'évolution des cancers, particulièrement les facteurs nutritionnels isolément ou en interaction avec les facteurs génétiques; l'élaboration et l'évaluation d'interventions visant à augmenter la qualité de vie des personnes atteintes de cancer en phase de survie; la prévention des effets indésirables des traitements pour le cancer; l'insomnie et dépression associées au cancer; la thérapie cognitivo-comportementale chez les personnes atteintes de cancer; interactions entre les facteurs physiologiques et psychologiques du cancer; la cachexie chez les patients avec maladies chroniques avancée; la gestion de la douleur et des symptômes, sur les déficits cognitifs, sur le délirium, ainsi que sur l'anorexie et la cachexie qui sont reliées au cancer; le délirium associée au cancer et les complications psychiatriques du cancer; le développement et l'impact de la douleur liée au traitement du cancer à travers la durée de vie et à travers la trajectoire du cancer;  épigénétique du cancer; épidémiologie clinique du cancer; la gestion de la détresse dans la trajectoire du cancer; la phase de survie au cancer : le plan de soins de suivi individualisé; etc;

 

endocrinologie, immunologie, inflammation et néphrologie : endocrinologie : les facteurs de risques génétiques et leur impact afin d’améliorer les méthodes d’évaluation du risque de cancer du sein; les facteurs de risque hormonaux et environnementaux, impliqués dans les cancers du sein, de l’ovaire et de la prostate;n l'utilisation de la génomique pour le développement d’interventions nutritionnelles personnalisées pour la prévention et la gestion du diabète de type 2; le rôle des acides gras, en particulier les acides gras oméga-3 et trans sur le stress oxydatif dans différentes maladies; l’effet neuroprotecteur des stéroïdes sexuels; etc;

 

inflammation : l’identification des signaux endogènes de danger associés aux tissus endommagés qui orchestrent la réponse neuroinflammatoire suite à une lésion de la moelle épinière ou des nerfs périphériques, de même que dans la sclérose en plaques; l'identification et la détermination de la fonction de gènes impliqués dans différentes maladies inflammatoires incluant l’obésité et le cancer; l’influence des facteurs environnementaux dans la progression des maladies inflammatoires chroniques; etc;

 

immunologie : l'identification, le clonage et la caractérisation de gènes d’intérêt qui pourront être utilisés comme cibles thérapeutiques pour les maladies coronariennes, l’obésité, et le cancer; la réponse immunitaire dans la maladie de Parkinson et d’Huntington; les mécanismes immunitaires impliqués dans la sclérose en plaques; l'identifier de nouveaux biomarqueurs génétiques dans la sclérose en plaques et de la maladie d’Alzheimer; la validation de nouveaux biomarqueurs immunitaires et concepts chez des personnes à risque de développer de maladies du cerveau; la pathogenèse des virus herpétiques et respiratoires tels que le virus de l’influenza pour le développement de nouveaux agents antiviraux; le mécanisme d’action des cytokines et des glucocorticoïdes (substances solubles du système immunitaire) sur les cellules immunitaires et endothéliales du cerveau, de la moelle épinière et de la rétine; etc;

 

néphrologie : le rôle de la dysfonction endothéliale de l’hypertension artérielle et des dommages vasculaires et rénaux dans le cas d’insuffisance rénale chronique; le rôle des globules blancs lors du rejet d’un organe, principalement lors de greffe de rein afin de développer de nouvelles thérapies qui feront diminuer les effets secondaires des médicaments antirejet; etc

 

maladies cardiovasculaires et respiratoires : maladies cardiovasculaires : l'infarctus du myocarde; l'angine; l'insuffisance cardiaque; l'hypertrophie cardiaque; l'hypertension artérielle; la maladie artérielle périphérique; les fibrillations ventriculaires idiopathiques (dont le syndrome de Brugada et l'ablation primaire de la fibrillation auriculaire); la maladie coronarienne athérosclérotique (MCA); le syndrome coronarien aigu SCA; l'accident cérébrovasculaire ACV; les arythmies cardiaques; les maladies chroniques cardiovasculaires; les maladies valvulaires cardiaques (sténose valvulaire, sténose tricuspidienne, sténose pulmonaire, sténose mitrale, sténose aortique, prolapsus valvulaire, régurgitaton tricuspidienne, régurgitaton pulmonaire, régurgitaton aortique, valvuvopathie congénitale); les cardiopathies congénitales (cardiomyopathie hypertrophique, cardiopathie cyanotique, insuffisance cardiaque, sténose aortique, coartation aortique, atrésie tricuspide, etc);  l'imagerie cardiovasculaire (l'électrophysiologie cardiaque; l'imagerie par résonnance magnétique IRM, la tomographie axiale, etc.); la réadaptation cardiovasculaire; la cardiologie interventionnelle; les mécanismes de calcification de la valve aortique; l'imagerie de l'athérosclérose et son dépistage avant qu’elle n’évolue vers l’infarctus du myocarde; les facteurs génétiques et les mécanismes moléculaires menant au développement de différentes maladies cardiovasculaires incluant le rétrécissement valvulaire aortique et la bicuspidie valvulaire aortique; la circulation coronarienne; la physiologie cardiaque; la physiologie vasculaire; la génétique des maladies cardiovasculaires;  la prévention des maladies cardiovasculaires par l’activité physique régulière; etc

 

maladies pulmonaires : les facteurs génétiques et les mécanismes moléculaires menant au développement de différentes maladies respiratoires incluant le cancer du poumon, la MPOC et l’asthme; le cancer du poumon; les maladies vasculaires pulmonaires (l'hypertension pulmonaire et l'embolie pulmonaire); la maladie pulmonaire obstructive chronique MPOC; l'asthme; l'apnée du sommeil et les autres troubles respiratoires du sommeil; l'assistance respiratoire; les maladies pulmonaires environnementales et professionnelles (asthme professionnel, légionellose, pneunopathie d'hypersensibilité, fièvre par inhalatation, la maladie des silos, la silocose, etc.); et la régulation de la respiration au cours de la vie; l'épidémiologie environnementale chez les travailleurs souffrant de troubles respiratoires; la réadaptation respiratoire; la génétique des maladies pulmonaires; la physiologie respiratoire; etc

 

maladies infectieuses : les maladies infectieuses pédiatriques (l’épidémiologie des infections à bactéries à Gram-positif chez les nouveau-nés prématurés, l’évaluation de la sécurité et de l’efficacité de nouveaux agents thérapeutiques dans la prévention des complications de la bronchiolite à Virus respiratoire syncytial VRS); VIH/SIDA; les infections transmises sexuellement ITS; les infections des voies respiratoires (Influenza, pneumonie, MPV, RSV); les infections acquises en milieu hospitalier (SARM, ERV, septicémie); les infections intestinales (C. difficile, Salmonellose); les autres maladies virales (Hépatite C, CMV, HSV); les maladies parasitaires (Leishmaniose, paludisme; les maladies fongiques (Candidose); découverte et développement de nouveaux vaccins (hépathite C, fièvre typhoïde, leishmaniose, influenza, paludisme); développement de nouveaux tests diagnostiques rapides à base d’ADN (pour des infections respiratoires, des infections néonatales et des infections acquises en milieu hospitalier); développement de nouvelles méthodes de contrôle des co-infections et de l’inflammation; développement de nouvelles cibles microbiennes et agents antimicrobiens; la prévention des infections nosocomiales et risques infectieux en milieu de soins; épidémiologie et contrôle des maladies infectieuses évitables par la vaccination; etc

 

maladies métaboliques : microbiome (l’étude du microbiome intestinal et de son influence sur l’inflammation liée à l’obésité, sur l’apparition du diabète de type 2 et sur les maladies cardiométaboliques); le risque métabolique (l'obésité abdominale et les facteurs de risque de diabète et de maladies cardiovasculaires et la prévention des risques cardiométaboliques par l'activité physique); l'obésité (la régulation du bilan énergétique, les liens entre stress et obésité, les facteurs de risque d'obésité, les liens entre activité physique et obésité, l'obésité morbide, la chirurgie baryatrique, la prévention de l'obésité, etc.); les facteurs qui influencent le bilan énergétique des individus, notamment les liens entre l'activité physique et l'alimentation; le diabète (les facteurs et les mécanismes impliqués dans le développement du diabète de type 2; les mécanismes de la résistance à l’insuline et des maladies cardiovasculaires (notamment dans le diabète de type 2, la sténose hépatique et autres troubles métaboliques, les mécanismes cellulaires qui régulent le récepteur de l’insuline afin de développer de nouvelles cibles thérapeutiques du diabète de type 2, les interactions entre la nutrition, l’activité physique et le diabète); etc

 

médecine regénérative : la reconstruction de tissus cutanés pour le traitement des grands brûlés; la reconstruction de tissus adipeux afin de reconstruire les tissus endommagés ou perdus suite à des accidents, des brûlures profondes, ou des résections de tumeurs de toutes tailles, telles que les mastectomies après un cancer du sein; la construction de tissus de la vessie par génie tissulaire à partir de cellules de patients afin de traiter des infections urinaires, des lésions vaginales et le cancer de la vessie; la reconstruction de tissus provenant des patients pour le traitement des ulcères veineux, des patients sévèrement brûlés et des déficiences en cellules souches du limbe de la cornée; la reproduction in vitro de celles de la peau afin de mieux comprendre les maladies fibrotiques de la peau (cicatrices hypertrophiques, sclérodermie, etc.) pour déterminer de nouveaux traitements afin de diminuer la fibrose; la production d’un tube nerveux constitué par les propres cellules du patient pour régénérer un nerf périphérique paralysée d'un membre afin de permettre une récupération motrice et sensitive du membre; la reproduction in vitro de cellules humaines psoriasiques afin de développer de nouvelles stratégies de traitement de maladies cutanées dont le psoriasis; la reproduction in vitro de cellules de la rétine de l'oeil afin de mieux comprendre les maladies de la rétine (dont la dégénérescence maculaire liée à l'âge DMLA et la rétinopathie diabétique); le développement de cellules souches humaines pour modéliser les maladies neurodégénératives, neuromusculaires, psychiatriques, cribler des drogues, et développer des thérapies cellulaires; etc;

 

neurosciences et santé mentale : les maladies neurodégénératives : les mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans les maladies neurodégénératives (la maladie d’Alzheimer, les démences frontotemporales, la maladie de Parkinson, la maladie d'Huntington, l’épilepsie, la sclérose latérale amyotrophique et les glioblastomes multiformes); l'identification précoce des biomarqueurs par imagerie cérébrale de la maladie d'Alzheimer (mais également à d’autres maladies telles que les psychoses et le trouble bipolaire, la dépression, et l’aphasie); les conséquences d’un dérèglement neuroendocrinien et des hormones sexuelles sur la fonction neuronale dans certaines maladies neurodégénératives, dont la maladie de Parkinson; les mécanismes moléculaires impliqués dans la régulation des gênes du système immunitaire dans le système nerveux central impliqués dans les maladies telles que la sclérose en plaques et de la maladie d’Alzheimer; le développement et la validation de tests pour détecter ou diagnostiquer les troubles du langage et de la cognition associés aux maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer, l’aphasie primaire progressive et les autres formes de démence afin de développer de nouvelles approches thérapeutiques utilisant les nouvelles technologies; etc; le rôle de cellules du cerveau (appelées microglies) dans le déclic cognitif impliqués dans le stress chronique, dépression majeure, schizophrénie, vieillissement, et maladies neurodégénératives, incluant l’Alzheimer); la combinaison d'outils de la thérapie génique avec ceux de l’immunologie dans le but de développer de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement de maladies dégénératives dévastatrices comme la sclérose latérale amyotrophique; le processus de formation des nouveaux neurones dans le cerveau afin de découvrir de nouvelles approches de traitement des maladies neurodégératives et neurodéveloppementales; etc;

 

les maladies neurodéveloppementales et psychiatriques : l'identification de biomarqueurs de risque des grands troubles psychiatriques chez les enfants vulnérables (tels que la schizophrénie, les troubles bipolaires et la dépression sévère récurrente), et ce bien avant l’apparition des premiers symptômes cliniques afin de développer des stratégies d’interventions précoces à visée préventive; la génétique psychiatrique et neurodéveloppemente de l’enfant caractérisant les trajectoires infantiles de risque en vue de la prévention de maladies (telles que la schizophrénie, la maladie bipolaire et la dépression majeure); le rôle de cellules du cerveau (appelées microglies) dans le déclic cognitif impliqués dans le stress chronique, dépression majeure, schizophrénie, vieillissement, et maladies neurodégénératives, incluant l’Alzheimer; les effets d’approches de stimulation magnétique et électrique transcrânienne pour traiter des conditions (telles que : l’alcoolisme, le tabagisme, la schizophrénie; la schizophrénie et les psychoses en début d’évolution, ainsi que les désordres qui sont souvent associés à ces troubles pschychotiques, incluant les troubles anxieux et les troubles d’utilisation de substances afin de développer de nouvelles approches de traitement et de nouvelles stratégies d'intervention adaptées aux patients; le rôle des neurones d’une région du cerveau nommée ganglion de la base située sous le cortex cérébral dans le contrôle du comportement psychomoteur, et ce tant dans des conditions normales que maladies (telles que la maladie de Parkinson et la chorée de Huntington); la sclérose latérale amyotrophique (les mécanismes de développement de la maladie sa progression, le développement de nouvelles cibles d'intervention permettant de freiner sa progression et le développement et le test de nouvelles approches de traitement); le processus de formation des nouveaux neurones dans le cerveau afin de découvrir de nouvelles approches de traitement des maladies neurodégératives et neurodéveloppementales; les mécanismes sous-tendant le développement de la maladie de l’X Fragile (une maladie héréditaire qui cause un retard mental important dont l'autisme); etc;

 

les maladies neuromusculaires : le développement de thérapies (telles que la transplantation de cellules souches, la neurostimulation et la neuromodulation, les nouvelles approches chirurgicales et le développement de nouveaux tests génétiques) pour les ataxies héréditaires, les dystrophies musculaires (dystrophie de Duchenne, myopathie héréditaire à corps d’inclusion, maladie de Steinert), les atteintes neuromusculaires (sclérose latérale amyotrophique, dystonie), les neuropathies, les anévrismes, les traumatismes cranio-cérébraux et les douleurs lombalgiques ou neuropathiques); etc;

 

les traumatismes cérébraux et douleur : la mise au point et le développement d'approches thérapeutiques en neurostimulation pour moduler l’activité cérébrale et améliorer les fonctions après lésion ou traumatisme cérébral ou en douleur chronique; le rôle de l’inflammation dans le processus de réparation des tissus nerveux et musculaires à la suite d’une blessure ou d’un accident vasculaire cérébral; l’identification des circuits neuronaux impliqués dans les comportements sensorimoteurs après lésion ou un traumatisme; la douleur chronique (associée à des troubles chroniques comme le cancer, l'arthrite ou la diabète); la douleur chronique associée à des traumatismes (ex : hernie discale, ligament déchiré, traumatisme crânio-cérébral, etc.); la douleur chronique associée à des syndromes douloureux primaires (ex. : douleur neuropathique, fibromyalgie, céphalée chronique); la structure des canaux sodiums dans le cerveau et le coeur impliqués dans plusieurs désordres (dont les syndromes de douleur chronique héréditaire, des formes d’épilepsie et des cas d’arythmie cardiaque); le syndrome du stress post-traumatique et l’anxiété); etc

 

les troubles du sommeil : la chronobiologie et la photobiologie (les effets de la lumière sur le cerveau, et l’utilisation de la lumière pour améliorer la santé des travailleurs de nuit et pour aider au diagnostic de maladies psychiatriques); les mécanismes sous-tendant l’insomnie afin de développer de nouvelles approches thérapeutiques; les liens entre l’insomnie et plusieurs autres désordres (tels que les traumatismes crâniens, l’anxiété, le stress, le cancer, les problèmes d’attention et la dépression); les mécanismes menant à la consolidation de la mémoire pendant le sommeil et les bases physiologiques des états de conscience; etc;

 

l'épilepsie : les effets des dommages directs au cerveau et du processus qui mène au développement de l'épilepsie) afin de développer de nouvelles cibles d'intervention permettant de prjvenir l'épilepsie; etc; la structure des canaux sodiums dans le cerveau et le coeur impliqués dans plusieurs désordres (dont les syndromes de douleur chronique héréditaire, des formes d’épilepsie et des cas d’arythmie cardiaque); etc;

 

neurophysiologie : l'identification précoce des biomarqueurs par imagerie cérébrale de la maladie d'Alzheimer (mais également à d’autres telles que les psychoses et le trouble bipolaire, la dépression, et l’aphasie); les mécanismes cellulaires essentiels à la mémoire, à l’apprentissage et à la navigation spatiale; les mécanismes moléculaires qui contrôlent les connexions entre les neurones et le développement des circuits neuronaux permettant l’apprentissage et la mémoire; les mécanismes des systèmes neuronaux impliqués dans les mouvements et la sensation sont coordonnés pour mener à la perception sensorielle (ex : mouvements des yeux et de la tête, l’audition à des mouvements de tête, le toucher à des mouvements des membres, et l’olfaction à des mouvement du nez); les mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans les maladies neurodégénératives (la maladie d’Alzheimer, les démences frontotemporales, la maladie de Parkinson, la maladie d'Huntington, l’épilepsie, la sclérose latérale amyotrophique et les glioblastomes multiformes); l'identification précoce des biomarqueurs par imagerie cérébrale de la maladie d'Alzheimer (mais également à d’autres maladies telles que les psychoses et le trouble bipolaire, la dépression, et l’aphasie); etc;

 

réadaptation et santé au travail :  fonctions motrices et sensorielles : les effets de la douleur sur l'apprentissage moteur; les interactions entre la douleur et l’apprentissage moteur; les facteurs explicatifs et prédictifs des déficiences neuro-musculo-squelettiques; l'évaluation et analyse 3D du système musculo-squelettique (marche, posture, tâches fonctionnelles); l'évaluation et suivi de personnes à la suite d’une chirurgie du membre inférieur; les mécanismes sensorimoteurs impliqués dans le contrôle et l’apprentissage du mouvement chez des gens en santé ou vivant avec une limitation fonctionnelle; la caractérisation des déficits sensorimoteurs observés à la suite d’une atteinte musculosquelettique; le contrôle locomoteur chez les populations saines et ayant une lésion cérébrale acquise (e.x. traumatisme cranio-cérébrale; accident vasculaire cérébral); la modélisation neuromécanique du mouvement humain; les mécanismes neurophysiologiques liés au développement du contrôle moteur; la capacité d'apprentissage et de rééducation suite à des lésions du système nerveux central (lésions médullaires et AVC); l'implication de la mémoire procédurale dans les troubles de la parole présents chez la population atteinte de la maladie de Parkinson; etc;

 

fonctions cognitives et comportementales : les stratégies perceptivo-motrices lors de la conduite automobile; les effets du vieillissement sur la performance en conduite automobile; les effets d'approches par stimulation magnétique et électrique transcrânienne (par IRM, électroencéphalographie et entrainement cognitif) pour traiter des conditions comme l’alcoolisme, le tabagisme, la schizophrénie, le syndrome du stress post-traumatique et l’anxiété; les troubles développementaux du langage oral et écrit chez les enfants d’âge scolaire; etc;

 

santé au travail : les comportements que les travailleurs peuvent adopter pour préserver leur propre santé au travail; l'ergonomie et la prévention des troubles musculosquelettiques au travail; la prévention des lésions professionnelles; la prévention de la santé mentale au travail; etc;

 

reproduction, infertilité et santé de la mère : reproduction et infertilité : les mécanismes moléculaires qui contrôlent la fonction reproductive humaine afin de développer de nouvelles thérapies pour la fertilité; les dysfonctions du système reproducteur afin de mieux comprendre, diagnostiquer, traiter et prévenir les troubles d'infertilité; le mécanisme d’action des stéroïdes sur le développement fœtal afin de prévenir les cas de prématuré; le traitement des femmes souffrant d’infertilité par l’amélioration de la prise en charge chirurgicale de l’endométriose et sur une meilleure connaissance des facteurs influençant son impact sur la fonction reproductive;  les mécanismes impliqués dans les interactions entre les gamètes lors de la fécondation afin de mieux comprendre les causes de cas d’infertilité inexpliquée chez les hommes; etc;

 

grossesse à risque : l’hypertension de grossesse et la prééclampsie; la prédiction et la prévention de la prééclampsie et du retard de croissance intra-utérin; l’évaluation de la cicatrice utérine chez des femmes qui ont subi une césarienne et qui veulent tenter un accouchement vaginal sécuritaire lors d’une nouvelle grossesse; le développement de marqueurs biologiques en vue du dépistage et du diagnostic d’anomalies fœtales et de maladies associées à la grossesse, telles la prééclampsie et le diabète gestationnel; la croissance et la vascularisation placentaire chez les femmes à risque de prééclampsie et de restriction de croissance chez le fœtus; les facteurs de risque de grossesse avec prématuré; la validation d’une méthode permettant de mieux classifier les différentes causes de naissance prématurée et d’en évaluer l’incidence sur la santé du nouveau‑né; les impacts des habitudes de vie maternelles (exercice, sommeil, allaitement) sur la croissance et le développement de l’enfant; les risques de maladie cardiovasculaire à long terme chez des femmes ayant souffert d'une prééclampsie lors de leur première grossesse; l'identification de nouveaux facteurs impliqués dans le déterminisme du sexe du foetus; etc;

 

santé de la mère : les cancers gynécologiques (cancer du sein héréditaire et familial, ovaire, col de l'utérus, 'endomètre); la prise en charge et le traitement des femmes atteintes de troubles menstruels; la prise en charge chirurgicale de l’endométriose; les liens entre l’environnement et la santé intergénérationnelle; etc;

 

santé de la vision et santé de l'audition et de l'odorat : santé de l'oeil : les cancers de l’œil (mélanome uvéal); les maladies de la rétine (l'insuffisance lacrymale, la kératite épithéliale, la kératite herpétique et la kératite sèche); le glaucome (glaucome aigu, glaucome congénital, glaucome chronique, les facteurs de risque comme le diabète sucré, l'athérosclérose, l'hypertension aérielle et le tabagisme); la génétique des maladies de l'oeil;  les mécanismes de plasticité et de dégénérescence neuronale dans des maladies telles que le glaucome et la rétinopathie diabétique, ainsi qu’au cours du vieillissement normal et pathologique du système visuel; les mécanismes moléculaires de certaines protéines du cycle visuel menant à la dégénérescence et à la cécité; l’interaction membranaire de protéines retrouvées dans l’œil afin de mieux comprendre leurs rôles physiologiques et pathologiques (notamment les maladies de la rétine telles que la DLMA); les mécanismes de dégénérescence neuronale dans des maladies telles que le glaucome et la rétinopathie diabétique; l’implication des rayons UV et de la lumière bleue dans les différentes maladies oculaires (dégénérescence maculaire liée à l’âge DMLA, dystrophie endothéliale cornéenne de Fuchs, etc.); l'évaluation de nouvelles technologies dans le suivi et le dépistage du glaucome; la chronobiologie et la photobiologie (les effets de la lumière par la rétine sur le cerveau, et l’utilisation de la lumière pour améliorer la santé des travailleurs de nuit et pour aider au diagnostic de maladies psychiatriques dont les troubles de l'humeur et les troubles du sommeil); etc;

 

santé de l'oreille et des sinus : les pathologies de la perception auditive (telles que : les acouphènes, l'hyperacousie, la presbyacousie, l'agnosie auditive, l'amusie, l'anacousie, les traumatismes sonores, etc.); les cancers (sinus, cordes vocales, gorge, etc.); les rhinites (allergique chronique, allergique professionnelle, aigüe non allergique, atrophique, vasomotrice); les sinusites (aigûe, chronique); les maladies de la gorge (laryngites, l'épiglottite, polypes des cordes vocales, etc.); les malformations du nez et des sinus (déviation de la cloison, polypes nasaux, perforations de la cloisons, etc.); les malformations crâniofaciales congénitales (atrésie du conduit auditif externe, malformations du pavillon "microtie", oreilles bas-situées, fossettes d'oreille, anomalies congénitales du cou, craniosynostose, fente labiale, fente palatine, macrocéphalie, etc.); le développement de nouveaux implants cochléaires; etc;

 

santé et développement de l'enfant : néonatologie (la validation d’une méthode permettant de mieux classifier les différentes causes de naissance prématurée et d’en évaluer l’incidence sur la santé du nouveau‑né); les cancers pédiatriques (les tumeurs cérébrales dont le gliome cérébrale,  la leucémie, le lymphome, le neuroblastome, les tumeurs réfractaires chez les enfants); les  les maladies respiratoires infantiles (dont l'apnée du nouveau-né, la fibrose kystique, le croup, la bronchiolite, la pneumonie, l'asthme, le syndrome de détresse respiratoire aiguë SDRA, les désordres pulmonaires d'origine neurologique telles que : les troubles respiratoires du prématuré, l’apnée du sommeil et les attaques de panique et d’anxiété);

 

les maladies cardiaques pédiatriques (notamment les cardiopathologies congénitales telles que : les arythmies, la myocardie aigu du nourrisson, hypertension artérielle pulmonaire, etc.);

 

les maladies métaboliques pédiatriques (les effets cliniques des oméga-3 sur la morbidité néonatale des nouveau-nés extrêmement prématurés (moins de 28 semaines de gestation, les mécanismes cellulaires qui régulent le récepteur de l’insuline afin de développer de nouvelles cibles thérapeutiques du diabète de type 2);

 

les maladies chroniques chez les enfants et adolescents (surtout le Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité TDAH); l’usage de substances psychoactives chez les jeunes, particulièrement le cannabis;

 

les maladies infectieuses pédiatriques (l’épidémiologie des infections à bactéries à Gram-positif chez les nouveau-nés prématurés, l’évaluation de la sécurité et de l’efficacité de nouveaux agents thérapeutiques dans la prévention des complications de la bronchiolite à Virus respiratoire syncytial VRS, la bronchiolite virale, etc.);

 

les maladies génétiques pédiatriques (notamment l'anémie de Fanconi, le syndrome de Cornelia de Lange et l'aneuploïdie); les soins intensifs pédiatriques;  etc;

 

soins aux personnes âgées et vieillissement : santé de la personne âgée : le syndrome de fragilité; la problématique des traumatismes mineurs des personnes âgées se présentant à l’urgence; les symptômes dépressifs spécifiques comme marqueurs d’évolution vers la démence; les aspects neuropsychiatriques des troubles cognitifs légers; le lien entre fragilité et cognition chez les personnes âgées; la prise en charge des troubles cognitifs chez la personne âgée; le diagnostic précoce et aux traitements des maladies neurodégénératives, principalement la maladie d’Alzheimer; les nouvelles thérapies contre la maladie d’Alzheimer et d’autres démences; les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence; développement de nouvelles méthodes de diagnostic précoce du délirium; les soins ambulatoires et d'hôpital de jour destinés aux personnes âgées; l’usage approprié de médicaments chez les aînés, la polymédication et la déprescription; les habitudes de vie et la participation sociale des aînés; l’intégration des soins et des services aux personnes âgées; es effets du vieillissement sur la performance en conduite automobile; les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires et de leurs réponses à l'exercice; la consommation de médicaments chez les personnes âgées; la dépendance aux psychotropes chez les personnes âgées; les déterminants à long terme de la mobilité et de l'état de santé chez l'aîné; le développement d’outils de cheminements cliniques pour le suivi des aînés à risque ou en perte d’autonomie; les trajectoires de soins et le suivi de patients souffrant de maladies chroniques; les soins palliatifs pour les personnes atteintes de cancer et leurs proches; l'évaluation des pratiques cliniques en soins de longue durée; les meilleures pratiques d’accompagnement et de soins de fin de vie aux personnes souffrant de démence en phase avancée de la maladie; etc;

physiologie du vieillissement : les liens entre les facteurs de risque cardiovasculaire, l’hypertension masquée, maladies cardiovasculaires et les fonctions cognitives; les mécanismes sensorimoteurs impliqués dans le contrôle et l’apprentissage du mouvement chez des gens en santé ou vivant avec une limitation fonctionnelle; l'identification des causes de la douleur musculosquelettique et de ses conséquences (notamment chez les personnes âgées);

 

santé des populations, soins de première ligne et autres domaines : médecine familiale et soins de première ligne : les soins de première ligne centrés sur le patient; la médecine familiale personnalisée; les soins et services de proximité; les soins et les services de première ligne en santé mentale; le développement d'approches alternatives et complémentaires en soins de première ligne en pédiatrie; la pratique fondée sur les données probantes; la consommation de médicaments chez les personnes âgées; l'évaluation des pratiques cliniques en soins de longue durée; les soins palliatifs chez les personnes en lourde perte d'autonomie; les meilleures pratiques d’accompagnement et de soins de fin de vie aux personnes souffrant de démence en phase avancée de la maladie; la prévention et prise en charge précoce des troubles mentaux courants dans les services de première ligne; la collaboration interprofessionnelle dans les services de santé et sociaux de première ligne; plaies chroniques; l'impact des interventions de soins de santé primaire; la prévention des maladies cardiovasculaires en soins de première ligne; prévention et promotion de la santé; etc;

 

soins intensifs, urgence et traumatologie : la médecine hyperbare; la médecine de plongée; les soins critiques et médecine d'urgence; les traumatismes craniocérébraux; la prise en charge partagée en salle d'urgence ou de traumatologie; les réalités et les défis rencontrés par les urgences situées en milieu rural; évaluation des processus de décisions et de prédictions cliniques à l'urgence; le dépistage d'infarctus aigu en milieu préhospitalier; l’analgésie par opioïdes en milieu préhospitalier; l'épidémiologie des traumatismes, etc;

 

santé des populations : les liens entre l’environnement et la santé intergénérationnelle; les interactions entre la nutrition, l’activité physique et l’obésité; l'épidémiologie et contrôle des maladies infectieuses évitables par la vaccination; les effets de l’environnement sur la santé respiratoire; la prévention de l'hypertension pulmonaire; les liens entre la maladie pulmonaire obstructive chronique MPOC et la santé environnementale; l'épidémiologie du VIH et du sida; l'épidémiologie des atteintes cognitives et de la démence; épidémiologie nutritionnelle et maladies chroniques (obésité, diabète de type II, dyslipidémies, hypertension), l'épidémiologie des traumatismes, l'épidémiologie de la maladie d'Alzheimer et des démences, l'épidémiologie de certaines maladies à composante environnementale : cancers et troubles de la reproduction; la prévention des infections nosocomiales et risques infectieux en milieu de soins; l'épidémiologie environnementale chez les travailleurs souffrant de troubles respiratoires; les facteurs de risque pour les maladies cardiovasculaires; l'épidémiologie des déficiences et des incapacités musculosquelettiques; l'épidémiologie de la douleur; l'épidémiologie des composantes familiales et génétiques de maladies psychiatriques, le développement d'outils de prévention des troubles anxieux; la prévention des maladies cardiovasculaires par l’activité physique régulière; etc.

 

Le Baccalauréat spécialisé en sciences biomédicales B.Sc. offert à Montréal a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Il couvre l’ensemble des disciplines des sciences fondamentales (biologie, anatomie, physiologie, pathologie, microbiologie, etc) que l’on retrouve dans à peu près tous les programmes en sciences de la santé.

 

Ce programme te donnera accès à la plupart des programmes de maîtrise de recherche en santé (ex : sciences biomédicales, sciences cliniques, sciences neurologiques, génétique, sciences de la réadaptation, sciences dentaires, sciences psychiatriques, médecine expérimentale, santé communautaire, épidémiologie, microbiologie-immunologie, physiologie, pathologie et biologie cellulaire, sciences expérimentales de la santé, virologie-immunologie, etc.).

 

Il comporte des cours obligatoires en biologie cellulaire, biologie moléculaire, génétique, introduction à la biochimie, laboratoire de biochimie, microbiologie générale, immunologie générale, travaux pratiques de biochimie, travaux pratiques de biologie moléculaire, toxicologie en environnement, biopathologie générale, principes de pharmacologie, structure et physiologie du système nerveux, structure et physiologie des systèmes cardiovasculaire, respiratoire et rénal, structure et physiologie du système digestif et principes de nutrition, structure et physiologie du système reproducteur féminin et masculin, méthodes statistiques en sciences biomédicales, notions fondamentales de bioéthique, principes de l'expérimentale animale, introduction à la communication scientifique, analyse de la communication scientifique, etc.

 

De plus, tu auras à choisir plusieurs cours optionnels parmi des listes qui te seront proposées selon tes intérêts et le choix d’études prochaines que tu feras : introduction à l’épidémiologie, organisation de la santé communautaire, notions de santé et sécurité au travail, toxicologie et médicaments, etc (si tu te diriges en santé communautaire, protéines, acides nucléiques et génétique, physiologie moléculaire, biochimie clinique, etc (recommandés si tu te diriges en biochimie); bactériologie générale, virologie générale, immunologie générale, etc (si tu te diriges en microbiologie-immunologie); biologie de la reproduction, hématologie, embryologie humaine, etc (si tu te diriges en biologie cellulaire ou en physiologie); médicaments et vieillissement, toxicologie et médicaments, méthodes de découvertes de médicaments, etc (si tu te diriges en pharmacologie), neurophysiologie, neuropsychologie, fonctions spécialisées du système nerveux, etc (si tu te diriges en sciences neurologiques); etc.

 

Tu pourras choisir l'une des orientations suivantes :

 

orientation sciences biomédicales avec cheminement régulier : cette orientation prépare à des études au M.D., DMD, Pharm.., O.D., D.C., D.P.M., D.M.V., maîtrise en orthophonie, maîtrise en audiologie, mais aussi niveau de la maîtrise en santé publique, etc.

 

Elle prépare également à accéder au marché du travail permettant d'obtenir des postes tels que : technologue de laboratoire médical, biologie médical, assistant de recherche, spécialiste en affaires cliniques, etc.

 

Tu devras choisir 3 à 5 optionnels parmi une liste d'une soixantaine de cours proposés dans les différentes disciplines des sciences médicales en médecine expérimentale ou en sciences biomédicales (biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire, microbiologie-immunologie, physiologie, pharmacologie, biostatistiques, santé publique, etc.).

 

Enfin, tu devras réaliser l'un des 2 stages suivants :

 

a) stage de recherche en sciences biomédicales : réalisation d'un projet en sciences biomédicales lié à la santé humaine + un stage de recherche de 4 mois en milieu universitaire, hospitalier ou en centre de recherche. Prépare à des études au M.D., DMD, Pharm.., maîtrise en orthophonie, maîtrise en audiologie, etc.

 

b) stage de recherche en sciences biomédicales : réalisation d'un projet en sciences biomédicales lié à la santé humaine + un stage de recherche de 2 mois en milieu universitaire, hospitalier ou en centre de recherche.

 

orientation sciences biomédicales avec cheminement honor : cette orientation prépare principalement à entreprendre des études supérieures dans cadre de programmes tels que : maîtrise en sciences biomédicales, maîtrise en sciences cliniques, maîtrise en sciences de la réadaptation, maîtrise en santé publique, etc.

 

Tu devras choisir 3 à 5 optionnels parmi une liste d'une soixantaine  de cours proposés dans les différentes disciplines des sciences médicales afin de poursuivre vers des études supérieures en médecine expérimentale ou en sciences biomédicales (biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire, microbiologie-immunologie, physiologie, pharmacologie, biostatistiques, santé publique, etc.).

 

Enfin, tu devras réaliser un stage honor de recherche en sciences biomédicales : réalisation d'un projet en sciences biomédicales lié à la santé humaine + un stage de recherche de 4 mois en milieu universitaire, hospitalier ou en centre de recherche  (ex : Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Institut de recherche du CUSM, Institut de recherches cliniques de Montréal, Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation de Montréal, Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal, etc.).

 

orientation en perfusion extracorporelle : cette orientation prépare à entreprendre une carrière en tant que perfusionniste clinique. Pour plus de détails, consulte la page de la profession de perfusionniste.

 

orientation en neurosciences : cette orientation prépare à entreprendre des études au niveau du doctorat en médecine ou du doctorat en chiropratique, mais également à entreprendre des études supérieures au niveau de la maîtrise en neurosciences, sciences psychiatriques, sciences biomédicales - option sciences psychiatriques, médecine expérimentale - option sciences psychiatriques ou psychologie expérimentale.

 

Tu devras choisir 2 à 4 cours optionnels parmi une liste de près d'une vingtaine de cours proposés (ex : méthodes expérimentales en neurosciences, neurobiologie de la mémoire, neurobiologie des maladies mentales, développement neural : données récentes, développement du système nerveux, bases neuronales des fonctions cérébrales, neuroscience cognitive, neurosciences/cognition et santé mentale, chronobiologie et sommeil, psychopharmacologie : introduction, neuropharmacologie, travaux pratiques en neurosciences, etc.).

 

Enfin, tu devras un projet de recherche et un stage de recherche en neurosciences de 4 mois dans centre de recherche hospitalier ou universitaire approuvé par le responsable de l'orientation (ex : Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Institut de recherche du CUSM, Institut de recherches cliniques de Montréal, Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Groupe recherche sur le système nerveux central, Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, Centre de recherche NeuroQAM, etc.).

 

orientation en pharmacologie : cette orientation prépare à entreprendre des études supérieures au niveau de la maîtrise en pharmacologie, en sciences pharmaceutiques ou sciences cliniques - concentration en pharmacologie et toxicologie, mais peut aussi préparer à entreprendre des études au niveau du doctorat en pharmacie.

 

Tu devras choisir 2 à 4 cours optionnels parmi une liste d'une douzaine de cours proposés (ex : pharmacodynamie des médicaments, méthodes de découverte des médicaments, introduction à la pharmacologie cardiovasculaire, pharmacogénétique, neuropharmacologie, pharmacologie de la douleur, immunopharmacologie, pharmacologie des plantes médicinales : introduction, travaux pratiques en pharmacologie, etc.).

 

Enfin, tu devras un projet de recherche et un stage de recherche en pharmacologie de 4 mois dans centre de recherche hospitalier ou universitaire approuvé par le responsable de l'orientation (ex : Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Institut de recherche du CUSM, Institut de recherches cliniques de Montréal, Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, etc.).

 

orientation en physiologie intégrée : cette orientation prépare à entreprendre des études supérieures au niveau de la maîtrise en physiologie, physiologie intégrative, sciences de la réadaptation, sciences biomédicales - option musculo-squelettique ou option sciences du vieillissement, sciences cliniques - option réadaptation ou concentration en physiologie cardiovasculaire et obésité, etc.

 

Tu devras choisir 2 à 4 cours optionnels parmi une liste d'une quinzaine de cours proposés (ex :embryologie et biologie du développement, approche computationnelle de la physiologie, physiologie intégrée, physiologie moléculaire et structurale, hématologie, chronobiologie et sommeil, méthodes en physiologie moléculaire et cellulaire, mécanismes régulateurs en physiologie, physiologie cardiovasculaire, etc.).

 

Enfin, tu devras un projet de recherche et un stage de recherche en physiologie de 4 mois dans centre de recherche hospitalier ou universitaire approuvé par le responsable de l'orientation (ex : Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Institut de recherche du CUSM, Institut de recherches cliniques de Montréal, Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Centre de recherche Biomed de l'UQAM, etc.).

 

orientation en pathologie et biologie cellulaire : cette orientation prépare à entreprendre des études au niveau du doctorat en optométrie, mais également vers des études supérieures au niveau de la maîtrise en pathologie, en biologie cellulaire et/ou moléculaire, médecine moléculaire, physiologie intégrative, microbiologie-immunologie, sciences biomédicales - option conseil génétique, sciences cliniques - concentration en génétique, etc.

 

Tu devras choisir 2 à 4 cours optionnels parmi une liste d'une dizaine de cours proposés (ex : biochimie de la cellule, régulation de l'expression génétique, développement du système nerveux, embryologie et biologie du développement, bases moléculaires des maladies humaines, bases neuronales des fonctions cérébrales, l'ARN dans la biochimie fonctionnelle, génomique humaine fonctionnelle, etc.).

 

Enfin, tu devras réaliser un projet de recherche et un stage de recherche en pathologie et biologie cellulaire de 4 mois dans centre de recherche hospitalier ou universitaire approuvé par le responsable de l'orientation (ex : Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Institut de recherche du CUSM, Institut de recherches cliniques de Montréal, Centre de recherche de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, etc.).

 

orientation en sciences de la vision : cette orientation prépare notamment à entreprendre des études supérieures au niveau de la maîtrise en sciences de la vision ou de la maîtrise en sciences biomédicales (recherche) avec options en sciences du vieillissement ou recherche clinique ou de la maîtrise en neurosciences.

 

Tu devras choisir 2 à 4 cours optionnels parmi une liste d'une douzaine de cours proposés (ex : anatomie oculaire, biologie cellulaire de l'œil, optique géométrique, neurophysiologie de la vision, l'optique et l'œil, psychophysiologie de la vision, vision binoculaire, mouvements oculaires, etc.).

 

Enfin, tu devras un projet de recherche et un stage de recherche en sciences de la vision de 4 mois dans centre de recherche hospitalier ou universitaire approuvé par le responsable de l'orientation (ex : Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation de Montréal - site Institut Nazareth-et-Louis-Braille, etc.).

 

orientation en sciences de l'audition : cette orientation prépare à entreprendre des études au niveau de la maîtrise professionnelle en audiologie en vue de la pratique en tant qu'audiologiste ou de la maîtrise professionnelle en orthophonie en vue de la pratique en tant qu'orthophoniste, mais également au niveau de la maîtrise en sciences biomédicales (recherche) avec options en audiologie ou orthophonie.

 

Tu auras les cours obligatoires suivants : sciences de l'audition et de la parole, phonétique clinique, développement de l'enfant, maturité et vieillesse, ainsi qu'un stage honor en sciences de l'audition (réalisation d'un projet de recherche en sciences de l'audition dans un milieu approuvé).

 

Tu devras choisir 4 à 5 cours parmi 7 cours proposés (neurobiologie de la mémoire, développement du système nerveux, bases moléculaires des maladies humaines, bases neuronales des fonctions cérébrales, neuroscience cognitive, neuropsychologie humaine ou neuropsychologie sensorielle).

 

Enfin, tu pourras choisir 0 à 1 cours d'approfondissement parmi 12 cours proposés (ex : neurophysiologie fonctionnelle, physiologie moléculaire et structurale, neurophysiologie cellulaire, concepts de base en biostatistiques, etc.).

 

Enfin, tu devras réaliser un projet de recherche et un stage de recherche en sciences de l'audition de 4 mois dans centre de recherche hospitalier ou universitaire approuvé par le responsable de l'orientation (ex : Centre de recherche du CHUM, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation de Montréal - site Institut Raymond-Dewar, Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, Laboratoire BRAMS, etc.).

 

l'Université de Monréal est réputée notamment dans les domaines suivants :

 

cancer : cancers gynécologiques (cancer du sein, cancer de l'ovaire, cancer du col de l'utérus, cancer de l'endomètre); cancers gastro-intestinaux (prostate, côlon, foie, estomac, pancréas, colorectoral, vessie); les cancers du sang (leucémies, myélodysplasies, lymphomes, neuroblastome et myélome multiple); les tumeurs oculaires (mélanomes oculaires, cancer de la rétine, cancer de la paupière, cancer de l'orbite oculaire, cancer du muscle de l'oeil, cancer du nerf optique); les cancers respiratoires (poumon, bronches, voies respiratoires); les cancers ORL (langue, gorge, nez et sinus, cordes vocales, glandes salivaies, fosses nasales, peau du visage et du cou); cancers urologiques (cancer du rein, cancer de la prostate, cancer du testicule); autres types de cancer : cancer de la peau, cancer des os); autres domaines en cancérologie : carcinome hépatocellulaire; mylénome; sarcome; chimiothérapie; curiethérapie; immunothérapie et; immunologie du cancer; radiothérapie; développement de nouvelles thérapies anti-cancéreuses; antigènes tumoraux; oncologie moléculaire; génétique du cancer; recherche translationnelle en oncologie; soins palliatifs en oncologie; épigénétique du cancer; etc;

 

développement de l'enfant et maladies infantiles : pathologies foeto-maternelles : la physiologie et la pathophysiologie du système cardio-circulatoire foetal et néonatal; les mécanismes pathologiques du système neurologique périnatal qui peuvent affecter le développement du cervelet chez les enfants nés prématurément; le dépistage périnatal de l’hypothyroïdie congénitale et sur la prise en charge et le devenir des enfants qui en sont atteints; les facteurs maternels pouvant être impliqués dans la restriction de croissance intra-utérine (RCIU) et l'hypertension gestationnelle; les mécanismes sous-tendant l'origine développementale de pathologies apparaissant à l’âge adulte, dont l’hypertension artérielle; l’influence de l’environnement fœtal sur le développement de maladies apparaissant à l’âge adulte (hypertension, diabète, obésité);
 la santé néonatale : la trajectoire neurologique des nouveau-nés à risque de lésions cérébrales; les mécanismes impliqués dans la pathogénèse, particulièrement de désordres neurodéveloppementaux (y compris la leucomalacie et l’hémorrhagie périventriculaire) ainsi que la rétinopathie du prématuré; le développement de stratégies de monitoring cérébral continu chez les nouveau-nés à risque d'atteinte neurologique; les facteurs de risque et de résilience qui influencent la santé et le neurodéveloppement des individus nés prématurément du berceau à l’âge adulte; le développement à long terme des enfants nés très prématurément; etc;

 

cerveau et développement de l'enfant : les maladies neurodéveloppementales (maladies neurodéveloppementales de l’enfant (épilepsie, autisme, retard mental, le trouble de déficit de l'attention/hyperactivité TDAH, troubles auditifs centraux, troubles neuropsychiatriques d'origine génétique tels que le X fragile); les maladies neuromusculaires pédiatriques (notamment l’amyotrophie spinale et la dystrophie musculaire de Duchenne); la nature les dysfonctions neurophysiologiques et neurochimiques associées causés par une commotion cérébrale durant le développement; évaluation et prise en charge des enfants présentant des difficultés motrices (hypotonie, faiblesse musculaire, retard de développement, trouble de l’équilibre et de la coordination); la génétique des maladies neurologiques (facteurs génétiques et environnementaux dans le développement du comportement humain, fFacteurs génétiques et environnementaux dans le développement des problèmes de comportement,la génétique des désordres du neuro-développement); les mécanismes d’apprentissage de l’enfant sain et de l’enfant qui souffre de troubles développementaux d’origines diverses; les mécanismes cérébraux et des voies fonctionnelles de la perception visuelle; le dépistage non invasif combiné de la trisomie 21 au premier trimestre; etc;

 

maladies immunologiques et cancers : leucémies de l'enfant; neurofibromatose; greffe de moelle osseuse; hépatites virales chez les patients sans système immunitaire; déficits immunitaires primitifs; le développement de nouvelles thérapies pour traiter les enfants atteints de cancers réfractaires à la chimiothérapie; la gestion de la douleur chez les enfants et adolescents; les soins palliatifs pédiatriques; la Mise au point de nouvelles immunothérapies; développement de nouvelles approches immunothérapeutiques pour soigner les infections virales chroniques et le cancer; etc;
autres domaines : les maladies inflammatoires de l'intestin chez l'enfant; maladies de la peau (eczéma atopique, psoriasis, vitiligo, génodermatoses, infections, etc.); etc;

 

santé métabolique et cardiovasculaire : le diabète type 2 et obésité à l'âge pédiatrique; le diabète pédiatrique de type 1; le diabète secondaire à la fibrose kystique et à d'autres maladies chroniques; l'obésité infantile; les maladies inflammatoires de l'intestin chez l'enfant; maladies de la peau (eczéma atopique, psoriasis, vitiligo, génodermatoses, infections, etc.);les maladies gastro-intestinales congénitales (atrésie de l’œsophage, entéropathie postocclusive, maladie de Hirschsprung, pseudo-obstruction intestinale) ou acquises (maladies fonctionnelles gastrointestinales); les maladies métaboliques du foie; les maladies lysosomales (maladies métaboliques génétiques); les maladies endocriniennes génétiques (telles que l'hypothyroïdie congénitale); les cardiopathies congénitales chez l'enfant; etc;
troubles musculo-squelettiques : scoliose idiopathique de l'adolescent; arthrose et arthrite pédiatrique; l'ostéoporose secondaire pédiatrique; troubles musculo-squelettiques héréditaires pédiatriques; etc.

 

imagerie et ingénierie : imagerie médicale : développement de nouvelles techniques d'imagerie afin d’évaluer la santé cérébrale du nouveau-né; développement de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale de maladies neurologiques (notamment la maladie d'Alzheimer et les troubles du sommeil); le développement de nouvelles techniques d'imagerie cardiovasculaire (la tomographie à rayons X pour caractériser la graisse épicardique, l'imagerie ultra-sonore ultrarapide pour les vortex sanguins et l'élastrographie ultrasonore pour les maladies vasculaires); Imagerie de la plaque d’athérosclérose carotidienne et coronarienne; Imagerie des anévrismes périphériques et cérébraux; Imagerie des tumeurs cancéreuses et technologies curatives; imagerie des muscles par résonance magnétique et ultrasons; étude de l'activité musculaire du tronc chez des personnes scoliotiques;le développement de l’imagerie ultrasonore des thrombones veineuses; imagerie rayons X à faibles doses sont mises au point pour le diagnostic de pathologies osseuses et du cartilage; les stratégies d`investigation d’hépatopathies chroniques; l’impact de la radiothérapie sur la sénescence cellulaire et les dommages à l’ADN; le développement de nouveaux radiotraceurs permettant d’effectuer de l’imagerie moléculaire en santé cardiovasculaire, en neurologie et en cancers; etc;

 

biomécanique et modélisation : biomécanique cardiovasculaire; modélisation 3D des chirurgies du rachis et de la cage thoracique dans la scoliose idiopathique de l’adolescence; modélisation de la dynamique cardiaque; modélisation 3D du rachis chez les enfants et les adolescents atteints de spondylolisthésis; modélisation 3D des déformations de la colonne vertébrale chez les enfants et les adolescents; modélisation 3D de la propagation électrique dans les cellules cardiaques; modélisation 3D du contrôle de la posture et de la locomotion en position debout et assise chez les enfants, les adolescents, les adultes et les personnes atteintes de différents états de santé (déficit moteur cérébral, obésité, amputation, scoliose idiopathique, accident vasculaire cérébral, maladies de Parkinson et de Huntington, diabète, arthroplasties du genou et de la hanche, etc.); modélisation et simulation musculosquelettique pour la conception d’orthèses et la prévention de l'ergonomie au travail; modélisation neuromusculaire et conception d’orthèses et de prothèses; etc;

 

biomatériaux et génie tissulaire : développement de biomatériaux en régénération cornéenne; conception de nouveaux biomatériaux endovasculaires; la conception de nouvelles prothèses valvulaires sans sutures; développement d’un nouveau marqueur de la microcirculation pulmonaire; le design 3D d’orthèses du rachis pour la scoliose idiopathique de l’adolescence; génie tissulaire cardiaque; etc;

 

immunopathologie et maladies infectieuses : VIH et sida, la physiologie des cellules immunitaires; Hématologie maligne; l'aspergillose invasive (maladie infectieuse); les infections fungiques chez les greffés de cellules souches et les patients aux soins intensifs; maladies thromboemboliques veineuses l'épidémiologie des infections par la bactérie C. difficile; la greffe de cellules souches hématopoïétiques pour les cancers du sang; etc;

 

maladies cardiovasculaires : les maladies cardiaques : athérosclérose; arythmies cardiaques (dont les arythmies auriculaires); fibrillation auriculaire; fibrose cardiaque; hypertension artérielle; hypertrophie cardiaque; infarctus du myocarde; insuffisance mitrale;  cardiomyopathies (cardiomyopathie diabétique, cardiomyopathie familiale, cardiomyopathie hypertrophique, cardiomyopathie congénitale, etc.); maladies valvulaires cardiaques; tachycardie ventriculaire; valvulopathies aortiques; conditions cardiaques héréditaires; facteurs de risque génomiques de l’insuffisance cardiaque; angioplastie coronarienne, génétique cardiovasculaire; cartographie cardiaque; étabolisme cardiaque; neurophysiologie cardiaque; physiologie valvulaire; variabilité de la fréquence cardiaque; angiographie coinventionnelle; échocardiographie; électrophysiologie cardiaque; électrophysiocardiovasculaire; imagerie cardiovasculaire; regénération cardiaque; remodelage ventriculaire; stimulation cardiaque et débrillation; thérapie transcathéter; transplantation cardiaque; chirurgie cardiaque (chirurgie coronarienne cœur battant Chirurgie minimalement invasive, robotique chirurgicale, chirurgie des arythmies, chirurgie mitrale); génie tissulaire cardiaque; nouvelles prothèses valvulaires sans sutures;  nouvelles technologies en cardiologie d'intervention; valves sans suture;

 

les maladies vasculaires : la neurophysiologie vasculaire; les anévrismes de l'aorte; les aortopathies héréditaires; l'ischémie-reperfusion; la sténose aortique; la syncope vasovagale;les thromboses; la prévention et gestion des maladies des vaisseaux sanguins; la chirurgie vasculaire (l’optimisation de la maturation des accès vasculaires pour hémodyalise, l’utilisation de l’imagerie 3D et fusion d’image pour les procédures endovasculaire, les soins en phase aigüe pour les sténoses carotidiennes symptomatiques); le maintien de la santé vasculaire chez les femmes; autres : cardiologie interventionnelle; cardiologie préventive; régulation du système cardio-vasculaire à l'exercice et à l’entraînement;activité physique pour diverses populations (diabétiques, coronariennes...); habitudes de vie et maladies cardiovasculaires; etc;

 

maladies métaboliques, rénales et osseuses :  les maladies métaboliques (le diabète de type 2, le diabète de type 1, l'hypertension artérielle; l'obésité; l'hypercholestérolémie familiale, la triglycémie; les effets du stress sur la pression artérielle; etc.); l'impact de l’entraînement sur la grossesse normale et pathologique; l'activité physique, grossesse et santé métabolique de la progéniture; etc;

 

les maladies osseuses et articulatoires (l’ostéoporose fracturaires, les mécanismes de la douleur reliées aux déficiences musculo-squelettiques, l’évaluation clinique des nouvelles techniques chirurgicales d’implantation des prothèses de la hanche, le développement de nouvelles techniques minimalement invasives de chirurgies de remplacement articulaire, etc.); etc;

 

les maladies rénales (glomérulopathie; l'insuffisance rénale aiguë IRA, néphropathie diabétique, les maladies rénales héréditaires, les maladies rénales chroniques dont la fibrose, dialyse et hémodyalise; greffe rénale, l'épidémiologie et facteurs de risque des complications infectieuses chez les patients souffrant d’insuffisance rénale terminale, les effets secondaires rénaux tels que l’insuffisance rénale aiguë suite à l’utilisation de médicaments tels que les anti-inflammatoires non stéroidiens, la génétique des maladies rénales, etc.); etc;

 

maladies respiratoires : asthme chez l’adulte; asthme professionnel; l'apnée du sommeil; l'inflammation bronchique; l'hypertension pulmonaire; hyperréactivité bronchique; les effets du stress sur la pression artérielle; syndrome d'hyperventilation; trouble panique et asthme; circulation pulmonaire; neuro-immunologie de l’asthme; pharmaco-épidémiologie de l’asthme; prévention et gestion des maladies des vaisseaux sanguins; chirurgie thoracique (Sarcome de la paroi thoracique, Greffe de myoblastes autologues dans le traitement de la dystrophie oculopharyngée, facteurs prédictifs de la dysfonction primaire du greffon en transplantation, etc.); transplantation pulmonaire; etc;

 

réadaptation et santé au travail : la réadaptation pédiatrique : la réadaptation des enfants et aux adolescents ayant une atteinte du système musculosquelettique; la réadaptation des enfants et adolescents enfants et aux adolescents ayant subi une lésion au cerveau (traumatisme craniocérébral, accident vasculaire cérébral, tumeur, méningite, etc.); la réadaptation des enfants et adolescentsayant subi une lésion à la moelle épinière (blessure médullaire) ou des blessures orthopédiques graves (BOG) suite à un accident ou une maladie grave; la réadaptation des enfants et aux adolescents présentant un retard ou un trouble de cérébrale) ou médullaire d'origine multiple; les mécanismes de contrôle du mouvement; la réadaptation des personnes ayant subi une blessure traumatique du système nerveux central;

 

la réadaptation chez le adultes : réadaptation auprès des personnes ayant subi un déficit moteur cérébral (tel qu'un traumatisme craniocérébral ou un accident cérébrovasculaire ACV); les pratiques de réadaptation auprès de personnes souffrant de troubles cognitifs en soins aigus; le développement de nouvelles cibles thérapeutiques pour des pathologies reliées à la vision; développement de nouvelles approches en réadaptation des personnes avec blessures musculosquelettiques et à la tête; les soins optimaux en réadaptation pour les personnes atteintes de douleur chronique musculosquelettique;le développement de nouvelles stratégies et approches thérapeutiques innovatrices telles que la Stimulation Magnétique Transcranienne répétitive (SMTr); la réadaptation des adultes et des personnes aînées ayant une déficience auditive;etc; etc;

 

santé au travail : santé mentale au travail (dépression, tendances suicidaires, stress post-traumatique, etc.); évaluation de l'exposition des travailleurs et estimation du risque sur la santé publique; évaluation des expositions professionnelles aux contaminants physiques; la prévention des troubles musculo-squelettiques en milieu de travail; l'asthme professionnel; les troubles respiratoires d'origine professionnelle; prévention de l'incapacité au travail; etc;

 

reproduction,  fertilité et santé de la mère :  reproduction et fertilité : l'mpact de l’inflammation in utero sur le développement fœtal; les aspects fondamentaux du développement embryonnaire préimplantatoire sur certaines maladies et désordres au cours de la vie; les dérèglements initiés sur l’épigénome du jeune embryon et ses implications dans les troubles développementaux prénataux ou suivant la naissance; les mécanismes biochimiques et physiologiques impliqués dans la fécondation; les mécanismes de production d'ovules et d'embryons afin de mieux comprendre les problèmes d'infertilité chez la femme; etc;

 

grossesse à risque : les facteurs de risque (nutritionnels, environnementaux et génétiques) pendant la grossesse sur les résultats maternels et infantiles; évaluation du dépistage échographique et sérique; l’identification de stratégies efficaces visant à modifier les facteurs de risques de la grossesse; les mécanismes biologiques sous-jacents à la vitamine D pendant la grossesse et les résultats périnatals; l'évaluation des soins périnataux par le biais d’essais contrôlés randomisés; les complications de la grossesse (naissance avant terme, prééclampsie, retard de croissance); l'impact des pathologies maternelles sur la croissance fœtale (dont l'hypertension gestationnelle, l'asthme et les thrombophilies); les changements hémodynamiques et cardio-circulatoires qui surviennent lors de la grossesse normale et hypertensive menant à des risques de retard de développement chez l'enfant; les risques de grossesse multiple et de malformations congénitales majeures associés à l’utilisation des méthodes de procréation assistées; les risques chimiques et physiques de même que certaines habitudes personnelles telles que les habitudes alimentaires sur la grossesse; l'influence de l’activité physique sur l’insulino-résistance, la secrétion d'insuline et le diabète; le mécanisme cellulaire d’amélioration de la sensibilité à l’insuline induite par l’activité physique; l'activité physique, grossesse et santé métabolique de la progéniture; etc;

 

santé mentale : la santé mentale chez les enfants et les adolescents : développement et psychopathologie chez l’enfant; l'autisme chez les enfants et adolescents; le syndrome d’Asperger chez les enfants et adolescents; les les autres troubles envahissants du développemement (autisme atypique, syndrome de Rett, TDAH, troubles intégratifs à l'enfance, etc.); les troubles de l'humeur et les conduites suicidaires chez l’enfant et l’adolescent; les troubles mentaux intériorisés chez les enfants et les adolescents; les facteurs de risque et de protection des conduites suicidaires chez les enfants et adolescents; problèmes de comportement chez les enfants d’âge préscolaire; les facteurs associés aux troubles mentaux chez les enfants et les adolescents;  relation d’attachement parent-enfant; les facteurs de risque de l’alcoolisme et de l’hypertension chez les enfants et adolescents souffrant de troubles de santé mentale; troubles de la conduite alimentaire et à la santé physique et mentale des adolescents; effets et impacts à long terme des troubles du sommeil chez l'enfant; la prédiction et prévention des problèmes de comportement chez les enfants et les adolescents; les troubles d’anxiété et dépression majeure chez les enfants et adolescents; liens entre le fonctionnement des circuits neuronaux de la peur (amygdale, cortex préfrontal ventromédian) et des récompenses (amygdale, striatum, cortex orbitofrontal); la santé mentale et la sexualité à l’adolescence; les troubles du comportement alimentaire (anorexie-boulimie, étude de suivi, évaluation de programme);les troubles du comportement et les comportements d’addiction, et les phénomènes de comorbidité en lien avec ces problèmes;les premières années du développement des troubles extériorisés et autres troubles de l'autorégulation du point de vue du développement cognitif chez les enfants et adolescents victimes d'actes criminels; les abus et agressions sexuelles envers les enfants et les adolescents; etc;

 

troubles mentaux associés à des comportements violents : l'impulsivité et les comportements violents (dont l’Impulsivité et rage au volant); les facteurs de risque du suicide et des décès lors des accidents de la route; les mesures de contrôle des patients agressifs; le développer des outils de détection du risque d’agressivité; les biomarqueurs de la violence et ses corrélations neuroanatomiques; la psychiatrie légale;  etc;

 

les troubles mentaux chez les adultes : la schizophrénie; la dépression chez les adultes; le stress et troubles d’anxiété; les troubles obsessionnels compulsifs TOC et tics; l'état de stress post-traumatique ESPT (développement d’outils de diagnostic, facteurs de risque, développement d’approches d’intervention et de traitement, évaluation des interventions); la réadaptation psychiatrique (développement de nouvelles approches et évaluation de programmes); les associations entre troubles du sommeil et maladies psychiatriques; les troubles bipolaires; thérapie cognitivo-comportementale; symptômes psychologiques et comportementaux de la démence; neuropsychiatrie des maladies neurologiques (dystrophie musculaire, sclérose en plaques, paralysie cérébrale, maladie d'Alzheimer, démence, etc.); les performances cognitives (comportementaux et neuropsychiatriques chez les personnes âgées et les patients atteints de maladies neurodégénératives (maladies de Parkinson et d’Alzheimer); santé mentale au travail (dépression, tendances suicidaires, stress post-traumatique, etc.); épidémiologie psychiatrique; psychiatrie humanitaire; etc;

 

sciences de la vision et ORL : troubles visuels : les tumeurs oculaires (mélanomes oculaires, cancer de la paupière, cancer de l'orbite oculaire, cancer du muscle de l'oeil, cancer du nerf optique); maladies neurovasculaires oculaires ( la rétinopathie diabétique et du prématuré, la dégénérescence maculaire DMLA, la dégénération des micro-vaisseaux); les dégénérescences rétiniennes (dont la réninopathie diabétique); les maladies de la rétine (la kératite herpétique et la kératite sèche); le glaucome (glaucome aigu, glaucome congénital, glaucome chronique, les facteurs de risque comme le diabète sucré, l'athérosclérose, l'hypertension aérielle et le tabagisme); les maladies neuro-vasculaires oculaires; les problèmes de vision chez l’extrème prémature (dont la réninopathie du prématuré); le vieillissement normal et pathologique de la vision;la physiologie oculaire; neuroprotection des neurones rétiniennes; la génétique du développement de la rétine; le développement de nouvelles cibles thérapeutiques pour des pathologies reliées à la vision;  thérapie cellulaire des maladies de l’œil; les nouveaux biomatériaux en régénération cornéenne; chirurgie de la cataracte; chirurgie de la rétine; facteurs de risque pour les maladies de l'œil;

 

troubles ORL :  les changements dans le système auditif central chez les personnes âgées;les maladies respiratoires de la sphère ORL (notamment la rhinite professionnelle); maladies des sinus (rhinosinusite chronique, rhinites, maladie du noeud sinusal, polypes nasaux, carcicome épidermoîde des sinus, aspergillome, infections bactériennes du nez, etc.);  les cancers ORL (langue, gorge, nez et sinus, cordes vocales, glandes salivaies, fosses nasales, peau du visage et du cou);; etc;

 

soins aux personnes âgées et vieillissement : neurophysiologie du vieillissement : les liens entre vieillissement, langage et cerveau; les liens entre vieillissement, langage et cerveau, le langage et la mémoire sémantique dans le vieillissement normal et pathologique (tel que chez les patients atteints de démences atypiques); changements cognitifs et aux troubles de communication ou de langage associés au vieillissement normal et pathologique; la quantification des symptômes moteurs dans les maladies avec troubles du mouvement, comme la maladie Parkinson; les changements dans le système auditif central chez les personnes âgées; les performances cognitives (comportementaux et neuropsychiatriques chez les personnes âgées et les patients atteints de maladies neurodégénératives (maladies de Parkinson et d’Alzheimer); manifestations cognitives dans les troubles légers cognition (MCI) et dans la démence; l'impact des lésions à l'hémisphère droit sur les habiletés de communication (traitement sémantique des mots, discours et pragmatique); le vieillissement et performance sensorimotrice; la réadaptation des adultes et des personnes aînées ayant une déficience auditive; les changements cognitifs associés au vieillissement normal et aux facteurs qui les modulent (réserve cognitive, charge amyloïde, fardeau vasculaire); les modifications cérébrales liées au vieillissement normal et pathologique en lien avec la cognition; etc;

 

santé des personnes âgées : les soins aux personnes âgées en soins de première ligne; la souffrance des personnes touchées par la maladie grave en relation avec les services de santé; les facteurs pouvant moduler les pertes cognitives chez les personnes âgées (niveau de scolarité, style de vie, santé physique, etc.). la prévention et le traitement du vieillissement du système urinaire féminin (principalement l'incontinence urinaire); l’impact de la condition physique sur la vitalité cognitive des personnes âgées; l’expérience et les comportements des personnes âgées vivant avec la maladie d’Alzheimer ou une affection connexe; les liens entre dépression et démence chez les personnes âgées; le traitement de l’anxiété chez la personne âgée;le vieillissement normal et pathologique de la vision; la nutrition clinique appliquée aux populations adultes à risque nutritionnel et plus particulièrement, les personnes âgées hospitalisées et résidents des centres d'hébergement; pratiques professionnelles innovantes en réadaptation gériatrique; les approches d'intervention en soins de première ligne auprès de personnes soufrant de problèmes de santé mentale; la stigmatisation (dont les stéréotypes, préjugés et discrimination) associée aux conditions de santé liée au vieillissement; les soins palliatifs de fin de vie auprès des personnes âgées; la promotion de la santé des aînés;

 

soins intensifs, urgence et traumatologie : les coagulopathies et les maladies thromboemboliques aux urgences; l’hypothermie thérapeutique et le contrôle de la température; l’oxygénation cérébrale; les blessés médullaires; les traumatismes carnio–cérébraux (TCC); la prise en charge des patients suite à des traumatismes vertébraux et de la moelle épinière; la traumatologie du membre supérieur; l’insuffisance rénale aiguë et la prise en charge des patients polytraumatisés et blessés médullaires; les soins intensifs neurologiques; les facteurs de risque du délirium aux soins intensifs : DETIC Open or Close; les donneurs d'organes; les développements diagnostiques et thérapeutiques aux soins intensifs; le développement de règles de décisions basées sur les signes et symptômes cliniques en salle d'urgence; la gestion de la douleur aiguë à l’urgence; le développement d'approches d'intervention auprès des personnes âgées qui consultent les urgences pour des traumatismes mineurs; etc;

 

santé des populations, soins de première ligne et autres domaines : épidémiologie : épidémiologie du cancer, épidémiologie des maladies cardiovasculaire; épidémiologie des maladies neurologiques, épidémiologie des maladies psychiatriques, épidémiologie de la santé périnatale, épidémiologie de santé maternelle et infantileépidémiologie des maladies de l'oeil, épidémiologie clinique des maladies infectieuses, etc.);

 

soins de première ligne et médecine familiale : les soins aux personnes âgées en soins de première ligne; la prise en charge de clientèles vulnérables en soins de première ligne (comme les utilisateurs de drogues intraveineuses); la prévention et le traitement de l’infection par le VIH et par le virus de l’hépatite C en soins de première ligne; les problématiques chroniques de soins de première ligne (telles que : la discussion des médicaments, l'asthme et la santé mentale en consultation); la promotion de la santé des individus et des familles; les approches d'intervention en soins de première ligne auprès de personnes soufrant de problèmes de santé mentale; le partenariat médecin-patient en médecine familiale; l’impact de la communication sur l’observance thérapeutique; le soutien des capacités d’autogestion chez les personnes aux prises avec un problème chronique de santé; l'influence des facteurs comportementaux sur les maladies chroniques et influence des maladies chroniques sur les facteurs comportementaux, l'efficacité des interventions comportementale (ex. activité physique, soutien motivationel) sur l’évolution des maladies chroniques,  les soins palliatifs de fin de vie; etc.

 

Le Baccalauréat spécialisé en physiologie B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement.

 

Ce programme prépare les étudiants qui désirent entreprendre des études supérieures en sciences médicales, notamment en physiologie, anatomie et biologie cellulaire, pathologie et biologie cellulaire, microbiologie-immunologie, biologie cellulaire et/moléculaire, médecine moléculaire, génétique, neurosciences, sciences cliniques ou biomédicales, sciences psychiatriques, sciences expérimentales de la santé, virologie-immunologie, etc.

 

Il comporte les cours obligatoires en physiologie humaine 1, introduction au laboratoire de physiologie 1, chimie organique 1, biologie moléculaire, bases de la génétique, physiologie humaine 2, introduction au laboratoire de physiologie 2, chimie organique 2, biologie cellulaire et métabolisme ou mécanismes moléculaires des fonctions cellulaires, fondements de la chimie physique ou chimie physique pour les sciences biologiques, biochimie des macromolécules, introduction à la l'histologie dynamique, biochimie métabolique, laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire, canaux/synapse et hormones, physiologie respiratoire / rénale et cardiovasculaire, physiologie des systèmes gastro-intestinal, immunitaire et hématologique, neuroscience intégrative, méthodologie de la recherche en physiologie, tutorat en physiologie, physiologie expérimentale, biométrie ou modèles mathématiques en biologie, fondements de la programmation ou introduction à la science informatique, statistiques pour les méthodes expérimentales en sciences, ainsi que séminaire en physiologie.

 

Tu devras choisir 2 à 3 cours optionnels parmi une trentaine de cours proposés (ex : neurophysiologie avancée, physiologie rénale avancée, physiologie de l'exercice, physiologie cardiovasculaire appliquée avancée, physiologie respiratoire appliquée avancée, endocrinologie avancée 1, physiologie du sang 1, physiologie du sang 2, cellules souches, biologie moléculaire des gènes, chronobiologie, physiologie moléculaire des os, immunologie cellulaire, immunologie avancée, processus inflammatoire, cerveau et mémoire, bases neuronales du comportement, évolution du cerveau et du comportement, neurobiologie des maladies mentales, génétique humaine appliquée, ingénierie cellulaire et tissulaire, séminaire de neurobiologie développementale, données récentes en neurosciences des systèmes, etc.).

 

Tu devras également choisir 3 à 5 cours complémentaires parmi des listes proposées (ex : introduction à la biophysique, introduction à la neuroscience comportementale, psychologie de la perception, cognition et mémoire, philosophie des sciences, philosophie de la médecine et des sciences de la vie, éthique biomédicale, rédaction scientifique, communication scientifique, outils informatiques pour les sciences de la vie, anthropologie de la santé, évolution humaine, anthropologie médicale, la médecine et la santé dans la société moderne, sociologie de la santé et du bien-être, économie de la santé, etc.).

 

Si tu choisis le cheminement  Baccalauréat-Maîtrise destiné aux étudiants de premier cycle qui s'intéressent à la recherche et ont l'intention de poursuivre une maîtrise après l'obtention de leur baccalauréat. Il permet de mener d'abord un court-projet de recherche d'été en sciences biomédicales avant de commencer leur dernière année du bacalauréat dans le laboratoire tu envisageras de poursuivre de futures études de maîtrise.

 

Enfin, au cours de la dernière année scolaire, tu réaliseras un projet de recherche Honours avec ton futur superviseur de recherche au niveau de la maîtrise.

 

La sélection dans ce cheminement signifie une acceptation anticipée dans le programme de MSc, et tu commencera ta maîtrise en été immédiatement après leur dernière fin d'études de premier cycle. La continuation directement dans le M.Sc. reste conditionnelle à la maintenance d'une moyenne cumulative suffisante pendant l'année finale au baccalauréat.

 

Voici quelques exemples de laboratoires de recherche : Institut de recherche du CUSM, Institut Lady Davis pour la recherche médicale, Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, Laboratoire international sur le cerveau, la musique et le son BRAMS, Institut des recherches cliniques de Montréal, Centre de recherche et d'études sur le vieillissement de Mcgill, Centre de recherche sur le tissu et la parodonte, Centre d'innovation Génome Québec de l'Université Mcgill, Centre Mcgill de recherche translationnelle sur le cancer, Centre Mcgill de recherche translationnelle sur la fibrose kystique, etc.

 

l'Université Mcgill est réputée notamment dans les domaines suivants :

 

cancer :  cancer du pancréas; cancer colorectal; cancers gynécologiques (principalement le cancer du sein et le cancer de l'ovaire); cancers ORL (dont notamment le cancer de la gorge); cancer du côlon; cancer de la prostate; cancer du rein; cancer du poumon; carcinomes à cellules rénales;  tumeurs cérébrales; l'oncologie moléculaire (notamment du lymphome diffus et du cancer de la vessie); la prévention et la génétique du cancer (appelé "l'oncogénétique"); etc;

 

génie tissulaire et biomatériaux : les méthodes d'identification du système neuromusculaire périphérique dans le contrôle de la posture et du mouvement pour diverses applications (contrôle de la locomotion humaine, la surveillance respiratoire assistée, la prédiction de l'apnée dans la salle de réveil pédiatrique ou aide à la décision automatisée pour la surveillance électronique du fœtus); le développement d'hydrogels et éponges biocompatibles 3D et 2D pour la thérapie moléculaire et le génie tissulaire; évaluation non invasive et en temps réel de la croissance des cellules pour mieux comprendre la réaction du corps aux biomatériaux (implants, organes naturels ou artificiels, etc.); le développement de nouveaux microréseaux d’anticorps évolutifs pour des applications telles que la manipulation et l'étude des cellules, des tissus et des biomolécules; la conception et le développement d'un pancréas artificiel (notamment pour des applications pour les personnes souffrant du diabète de type 1 et de maladies pancréatiques), le développement de cellules artificielles et de substituts du sang pour des applications notamment d'insuffisance rénale chronique, d'intoxication médicamenteuse ou d'insuffisance hépatique; etc;

 

imagerie médicale : mise au point de nouvelles techniques d'IRM pour générer des images IRM quantitatives à haute résolution du cerveau in vivo afin de mieux comprendre les maladies neurologiques et les troubles psychiatriques; développement d'une nouvelle méthodologie d'IRM, associée à la modélisation biophysique, pour améliorer la compréhension actuelle de l'anatomie et de la physiologie du cerveau et les maladies neurologiques;modélisation tridimensionnelle de structures naturelles complexe de l'oreille moyenne afin de mieux dépister et diagnostiquer les troubles auditifs, notamment chez les nourrissons et développer de meilleures de traitement des troubles de l'oreille moyenne; le développement d'algorithmes de traitement d'images de vision par ordinateur pour l'analyse d'images médicales axées sur l'enregistrement et la segmentation pour des applications en neurochirurgie guidée par l'image (notamment pour des maladies telles que la sclérose en plaques, l'épilepsie, la schizophrénie et les maladies dégénératives telles que la démence d'Alzheimer); etc;

 

maladies infectieuses : les maladies infectieuses tropicales (principalement la tuberculose, mais égalerment, la lèpre, le paludisme, la leshmaniose et le virus du Nil occidental); les maladies virales chroniques (principalement le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), mais également, l’hépatite C, l’hépatite B ou le papillomavirus); les maladies parasitaires (l'ascardiose, l'amibiase, la gale, la giardiase, la maladie du sommeil, le paludisme, etc.); etc;

 

maladies cardiovasculaires et respiratoires : les maladies vasculaires (telles que l’hypercholestérolémie, de l’athérosclérose et du trauma vasculaire, occlusions vasculaires, désordres valvulaires aortiques, sténoses, cardiopathie ischémique); maladies cardiaques (infarctus myocardique, insuffisances cardiaques, arythmies et désordres valvulaires cardiaques, cardiomyopathies congénitales, trauma cardiaque. etc); les maladies respiratoires (telles que l'asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), l'apnée du sommeil, cancer du poumon, etc);etc;

 

maladies métaboliques : diabète, arthrite rhumatooide, allergies alimentaires; infertilité masculine; maladies hémovasculaires (dont l’hypertension artérielle, la thromboembolie veineuse, etc.); troubles musculo-squelettiques (ostéoporose); etc;

 

médecine moléculaire et regénérative :mise au point de thérapies géniques pour le traitement de certaines maladies rétiniennes dégénératives; mise au point de thérapies géniques pour le traitement de maladies immunitaires génétiques (dont la maladie de Menière, la maladie de Lyme, la sclérodermie, la neuromyotonie, etc.); culture et greffe de cellules souches pour traiter les maladies du sang ( les leucémies, les syndromes myélodysplasiques, les lymphomes et les myélomes multiples chez les adultes); la culture et la greffe de cellules souches spermatogéniques auprès des hommes nfertilité, le cancer ou des spermatozoïdes défectueux qui peuvent transmettre leurs altérations à la progéniture; développement de nouvelles molécules thérapeutiques pour contre des maladies inflammatoires ou des infections résistantes; etc;

 

réadaptation et santé au travail :  les difficultés du langage dans les troubles de développement ou les troubles acquis du langage; l'interaction entre les mécanismes de contrôle des voies respiratoires, posturaux et locomoteurs chez les individus en santé et les patients ayant subi un AVC; les troubles du sommeil après un traumatisme crânien léger; l'effet de l'assistance ventilatoire non invasive sur la capacité d'exercice maximale et l'endurance physique chez les personnes atteintes de MPOC; le contrôle neuromusculaire et réadaptation de la main (les déficiences dans la force de préhension (poigne)); le contrôle sensorimoteur et réadaptation; les troubles musculosquelettiques au travail; la fatigue au travail et l'épuisement professionnel; la santé mentale au travail; etc;

 

santé de l’enfant et développement humain :  maladies héréditaires rares chez les enfants (leucodystrophies, déficience congénitales des reins, syndrome VDEGS, l'hypoplasie rénale, malformations cérébrales congénitales dont syndrome de Joubert, innées de métabolisme de la vitamine B12, etc.); maladies neurologiques infantiles (Lésions cérébrales traumatiques, TDAH, paralysie cérébrale maladie d'Aran-Duchenne, accidents vasculaires cérébraux, troubles du comportement dont l’autisme, retards de développement); développement embryonnaire; génétique du développement; génétique du diabète infantile; génétique des tumeurs au cerveau infantiles; génétique des maladies respiratoires infantiles; etc;

 

santé mentale : troubles psychotiques (principalement la schizophrénie, mais également : le trouble schizo-affectif, le trouble délirant, la pschose toxique, trouble de la personnalité, autres troubles psychotiques); troubles bipolaires; troubles anxieux (notamment les phobies, mais également le trouble obsessionnel compulsif TOC et le stress post-traumatique SPT); troubles des comportements alimentaires ( l'anorexie mentale, la boulimie, le pica, le mérycisme, l'hyperphagie, la sitiomanie, la carpophobie et l'orthorexie), la prévention de la dépression et du suicide chez les enfants et les adolescents; la prévention de la dépression et du suicide chez les adultes; la psychiatrie gériatrique (notamment associée à la démence ou à la maladie d'Alzheimer); la pschiatrie sociale (facteurs personnels, sociaux et environnementaux comme obstacles au rétablissement de personnes atteintes de maladies mentales graves et la stigmatisation en réadaptation psychiatrique, la santé mentale des hommes); épidémiologie psychiatrique etc;

 

soins aux personnes âgées et vieillissement : soins de première ligne pour les personnes âgées; les soins d’urgence pour les personnes âgées; les troubles cognitifs (maladie d’Alzheimer démence, maladie de Parkinson); etc;

 

santé des populations, soins de première ligne et autres domaines : développement de nouvelles approches en médecine familiale, l'épidémiologie clinique; l'épidémiologie du cancer; les soins de première ligne pour les personnes âgées; etc.

 

Le Baccalauréat bidisciplinaire en mathématiques et physiologie B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Comme le nom le dit, ce programme combine une formation en mathématiques avec une formation en physiologie. Tu auras des cours en mathématiques tels que : calcul 3, algèbre linéaire, vecteurs, matrices et géométrie, équations différentielles ordinaires, probabilités, statistique, analyse numérique, calcul avancé, équations différentielles partielles, etc. Tu auras aussi des cours en biologie et physiologie tels que : biologie moléculaire, modèles mathématiques en biologie, introduction au laboratoire de physiologie, physiologie intermédiaire, neurosciences intégratives, principes de physique pour la physiologie, physiologie expérimentale, etc.

Ce programme prépare les étudiants qui désirent entreprendre des études supérieures notamment en biologie cellulaire et/ou moléculaire, biotechnologies, génétique, microbiologie-immunologie, microbiologie appliquée, immunologie, physique médicale, sciences des radiations et imagerie médicale, virologie-immunologie, etc.

 

Voici quelques exemples de domaines de recherche en lien avec ce programme :

 

la modélisation biomécanique du système cardiovasculaire; la modélisation biomécanique du du système musculo-squelettique; la modélisation mathématique des phénomènes bioélectriques dans le tissu cardiaque et nerveux; le traitement statistique de données cliniques et expérimentales; la modélisation des mécanismes de contrôle du mouvement; la modélisation biomécanique de la colonne vertébrale et de la cage thoracique; la modélisation et simulation numérique modifications cardiaques induisant des problèmes de rythme du cœur; etc.

 

Le Baccalauréat avec double majeure en physique et physiologie B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Ce programme combine la formation en physique avec une formation en physiologie humaine.

 

La résolution de problèmes en biomécanique du mouvement, la compréhension du fonctionnement électro physiologique du cerveau, le fonctionnement électrique du système cardiovasculaire, la compréhension des phénomènes de la sensation du chaud et du froid par la peau et autres, les répercussions physiologiques des chocs électriques, les mécanismes d'action des radiations nucléaires dans le corps et autres phénomènes physiques du corps humain nécessitent de solides connaissances en physique;

 

Il peut préparer notamment à une carrière en industrie biomédicale dans la recherche et développement de technologies d'imagerie médicale, d'organes artificiels (valves cardiaques, stimulateurs cardiaques, etc), dans l'industrie pharmaceutique (notamment en élaboration de vaccins), en milieu hospitalier (mesure de la dose en traitements par radiations, en développement de nouvelles techniques d'imagerie, etc), en recherche médicale (études des troubles musculo-squeletttique par exemple);

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : calcul 3, introduction au laboratoire de physiologie 1, méthodes expérimentales 1, dynamique des systèmes simples, transfert de chaleur, introduction au laboratoire de physiologie 2, méthodes expérimentales 2, algèbre linéaire, physiologie humaine 1, dynamique non linéaire et chaos, chaînes, synapses et hormones, physiologie respiratoire, rénale et cardiovasculaire, physiologie des systèmes sanguin, gastro-intestinal et immunitaire, neurosciences intégratives, électronique générale, laboratoire de mesures en physique générale, calcul avancé, équations différentielles,  analyse des signaux et systèmes biomédicaux, physiologie expérimentale, physique thermique et statistique, méthodes mathématiques en biologie, bases de la physique appliquées à la physiologie, électricité et magnétisme avancé et physique quantique avancée.

 

Ce programme prépare les étudiants qui désirent entreprendre des études supérieures notamment en physique médicale, en sciences des radiations et imagerie médicale, en physiologie ou en génie biomédical, etc.

 

Voici quelques exemples de domaines de recherche en lien avec ce programme :

 

imagerie médicale : la mise au point de nouvelles techniques d'IRM pour générer des images IRM quantitatives à haute résolution du cerveau in vivo afin de mieux comprendre les maladies neurologiques et les troubles psychiatriques; développement d'une nouvelle méthodologie d'IRM, associée à la modélisation biophysique, pour améliorer la compréhension actuelle de l'anatomie et de la physiologie du cerveau et les maladies neurologiques;modélisation tridimensionnelle de structures naturelles complexe de l'oreille moyenne afin de mieux dépister et diagnostiquer les troubles auditifs, notamment chez les nourrissons et développer de meilleures de traitement des troubles de l'oreille moyenne; le développement d'algorithmes de traitement d'images de vision par ordinateur pour l'analyse d'images médicales axées sur l'enregistrement et la segmentation pour des applications en neurochirurgie guidée par l'image (notamment pour des maladies telles que la sclérose en plaques, l'épilepsie, la schizophrénie et les maladies dégénératives telles que la démence d'Alzheimer);le développement de nouvelles méthodes d'imagerie par résonance magnétique pour la planification du traitement par radio-oncologie; etc;

 

physique médicale : les effets cancérogènes induits par les neutrons; la mise au point et le développement de nouvelles techniques de dosimétrie spécifique au patient; cinématique et activité musculaire du dos; étude de l’activité électromyographique (EMG) du biceps brachial en vue de faciliter le contrôle de prothèses myoélectriques du membre supérieur; les mécanismes électrophysiologiques et nerveux des troubles du rythme cardiaque; etc.

 

Le Baccalauréat spécialisé en sciences biomédicales B.Sc. offert à Ottawa a une durée totale de 4 ans offert à temps complet seulement (en français). Par contre, les détenteurs d’un DEC peuvent être exemptés de certains de la 1ère année. C’est un programme visant à préparer les étudiants(es) à entreprendre des études universitaires dans une spécialité de la santé (médecine, pharmacie, médecine dentaire, chiropratique, podiatrie, ergothérapie, physiothérapie, etc) ou entreprendre des études supérieures en sciences médicales (ex : génétique moléculaire, médecine cellulaire et moléculaire, médecine expérimentale, santé communautaire, épidémiologie, pharmacologie, etc). Tu auras les cours suivants : anatomie humaine et physiologie 1, anatomie humaine et physiologie 2, introduction à la biologie des organismes, introduction à la biologie cellulaire, principes de chimie, chimie organique 1, déterminants de la santé, introduction à la psychologie expérimentale, calcul différentiel et intégral pour les sciences de la vie 1, calcul différentiel et intégral pour les sciences de la vie 2, introduction à la psychologie appliquée ou psychologie du développement de la naissance à la mort, introduction à la biochimie, métabolisme intermédiaire général, biologie cellulaire et laboratoire de biologie cellulaire ou biologie moléculaire et laboratoire de biologie moléculaire, génétique, chimie organique 2, introduction à la biostatistique et bioéthique. Ensuite, tu auras à choisir l'un des cheminements suivants :

 

sans cheminement : tu devras choisir plusieurs cours optionnels en sciences pures, en sciences sociales et en sciences de la santé parmi les différentes disciplines offertes par l'université (biologie, microbiologie, biochimie, chimie, sciences biopharmaceutiques, sciences de la nutrition, sciences de l'activité physique, psychologie, etc) ou compléter le programme par une mineure (telle que : biochimie, biologie, chimie, sciences de la vie, sciences sociales de la santé, statistique ou psychologie).

Ce cheminement est notamment approprié pour ceux qui désirent poursuivre des études supérieures en sciences interdisciplinaires de la santé, santé communautaire, épidémiologie, médecine cellulaire et moléculaire, nutrition, sciences de l'activité physique, etc

 

cheminement en chimie médicinale : notamment approprié sur tu envisages des études au Doctorat en pharmacie, en sciences pharmaceutiques, en pharmacologie, en biochimie, en chimie médicinale, etc. Tu auras également les cours suivants : laboratoire de chimie organique 2, chimie physique pour les sciences de la vie, introduction à la structure et aux liaisons, chimie analytique, chimie organique intermédiaire, applications de la spectroscopie en chimie, laboratoire de chimie organique, chimie bioanalytique moderne ou laboratoire de chimie médicinale et synthèse organique, quelques cours optionnels en chimie médicale parmi une liste proposée, des cours optionnels dans d'autres disciplines connexes (biochimie, biologie, chimie, microbiologie, statistique, etc), ainsi que la réalisation d'un projet de recherche de baccalauréat en lien avec la chimie médicinale.

Ce cheminement est notamment approprié pour ceux qui désirent poursuivre des études supérieures en biochimie, chimie - spécialisation pharmaceutique, pharmacologie, sciences pharmaceutiques, microbiologie - concentration pharmaceutique, microbiologie-immunologie, microbiologie appliquée, médecine cellulaire et moléculaire, etc

 

cheminement médecine cellulaire et moléculaire : notamment approprié si tu envisages des études en biochimie, microbiologie, biologie cellulaire et/ou moléculaire, physiologie, etc. Tu auras également les cours suivants : physiologie des mammifères, introduction à la pharmacologie, un cours optionnel en biostatistique ou bioinformatique parmi une liste proposée, des cours optionnels dans d'autres disciplines connexes (biochimie, biologie, chimie, microbiologie, statistique, etc), ainsi que la réalisation d'un projet de recherche de baccalauréat en lien avec la médecine cellulaire et moléculaire.

Ce cheminement est notamment approprié pour ceux qui désirent poursuivre des études supérieures en médecine cellulaire et moléculaire, biochimie, microbiologie-immunologie, microbiologie - concentration médicale, microbiologie appliquée, immunologie, pathologie et biologie cellulaire, génétique, virologie-immunologie, etc.

 

cheminement en neurosciences : notamment approprié si tu envisages des études en neurosciences, en sciences psychiatriques, en médecine expérimentale, en psychologie (notamment la neuropsychologie ou psychologie clinique), etc. Tu auras également les cours suivants : physiologie des mammifères, principes de neurobiologie, introduction à l'électrophysiologie, séminaire en sciences biomédicales,  un cours optionnel en biostatistique ou bioinformatique parmi une liste proposée, des cours optionnels dans d'autres disciplines connexes (biochimie, biologie, chimie, microbiologie, statistique, psychologie, criminologie, etc), ainsi que la réalisation d'un projet de recherche de baccalauréat en lien avec les neurosciences.

Ce cheminement est notamment approprié pour ceux qui désirent poursuivre des études supérieures en neurosciences, sciences psychiatriques, médecine expérimentale, sciences expérimentales de la santé, sciences biomédicales (domaine de la psychiatrie ou de la neurologie), etc.

 

cheminement sciences bioanalytiques : notamment approprié sur tu envisages des études en pharmacologie, en biochimie, en chimie, en biophysique, en sciences des radiations (radiobiologie), en épidémiologie, etc. Tu auras également les cours suivants : laboratoire de chimie organique 2, chimie physique pour les sciences de la vie, introduction à la structure et aux liaisons, chimie analytique, chimie organique intermédiaire, applications de la spectroscopie en chimie, 3 des 4 cours suivants (chimie bioanalytique moderne, principes d'analyse instrumentale, introduction à la pharmacologie, séminaire en sciences biomédicales), des cours optionnels dans d'autres disciplines connexes (biochimie, biologie, chimie, microbiologie, statistique, etc), ainsi que la réalisation d'un projet de recherche de baccalauréat en lien avec les sciences bioanalytiques.

 

Ce cheminement est notamment approprié pour ceux qui désirent poursuivre des études supérieures en biochimie, microbiologie - concentration médicale, microbiologie-immunologie, microbiologie appliquée, biologie cellulaire et/ou moléculaire, épidémiologie, biostatistiques, etc.

 

l'Université d'Ottawa est réputée notamment dans les domaines suivants :

 

biosciences de la santé intégrative : la diversité et la dynamique des dysfonctions mitochondriales dans le contexte de cardiopathies, de myopathies et de maladies mitochondriales héréditaires; le développement précoce du placenta; l'angiogénèse foeto-placentale en cours de grossesse normale ou pathologique; etc

 

cancer : l'épidémiologie clinique du cancer; le cancer de l’œil; le cancer du cerveau; le cancer des ovaires; le cancer du rein; les cancers gastro-intestinaux (dont le cancer de l'estomac, le cancer de l'intestin, le cancer du pancréas et le cancer du côlon); l'adaptation et le développement d'approches et de thérapies en médecine complémentaire dans la prévention, le traitement et la gestion de douleur chez les personnes atteintes d'un cancer par la médecine fondée sur les données probantes (telles que : la nutrition clinique et la supplémentation, l’exercice, la médecine par les plantes, des conseils axés sur le mode de vie et l’acupuncture); le développement de nouvelles thérapies pour traiter le cancer (notamment la thérapie virale pour traiter le cancer du poumon et les cancers gastro-intestinaux et la transplantation de cellules souches pour différents types de cancer); le développement de nouveaux types de radiothérapie (comme la tomothérapie hélicoïdale); etc;

 

développement de l'enfant et maladies infantiles : les maladies neuromusculaires infantiles (dont la dystrophie myotonique et la dystrophie musculaire de Duchenne); les maladies pulmonaires chroniques infantiles (dont l'asthme pédiatrique, la dysplasie broncho-pulmonaire chez les prématurés et la maladie vasculaire pulmonaire chronique chez le nouveau-né); les troubles gastro-intestinaux chroniques infantiles (dont la maladie intestinale inflammatoire et la maladie de Crohn); mise au point et développement de nouvelles approches de diagnostique et de traitement des commotions cérébrales et des traumatismes crâniens chez les enfants et les adolescents; la réadaptation des enfants et adolescents après une commotion cérébrale; les maladies rénales chroniques chez les enfants et adolescents (dont l'insuffisance rénale aigue, l'insuffisance rénale chez le nouveau-né, la greffe rénale, les maladies rénales congénitales, etc.); lales troubles osseux chez les enfants et adolescents (dont l'ostéoporose chez les enfants atteints de maladies chroniques graves comme la leucémie, les troubles rhumatismaux, le syndrome néphrotique, la dystrophie musculaire de Duchenne ou la maladie intestinale inflammatoire); le développement de nouvelles thérapies pour traiter le cancer (notamment la thérapie virale pour traiter le cancer du poumon et les cancers gastro-intestinaux); les soins critiques chez les enfants et adolescents (dont le choc pédiatrique); l'épilepsie infantile et la génétique des épilepsies (dont les formes épileptiques rares et monogéniques dont l'épilepsie syndronique et l'épilepsie néonatale); la génétique des maladies infantiles afin de développer de nouveaux tests diagnostiques prénataux (dont l'expression génétique de maladies rares telles que : la dystonie de Myoclonus, etc.); développement de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale de l'épilepsie pédiatrique; etc;

 

imagerie et ingénierie : développement de nouvelles méthodes novatrices d’imagerie destinées aux patients souffrant de troubles cardiaques (telles que l’arythmie, la crise cardiaque et l’insuffisance cardiaque); développement de nouvelles méthodes novatrices d’imagerie destinées aux patients souffrant de maladies rénales (telles que : les maladies glomérulaires ou le cancer du rein); développement de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale afin de mieux comprendre les mécanismes des troubles neurologiques et des troubles psychiatriques; développement de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale de l'épilepsie pédiatrique; etc;

 

maladies cardiovasculaires : l’athérosclérose, les arythmies cardiaques, la fibrillation auriculaire, l'insuffisance cardiaque, les syndromes coronariens aigus; l'inflammation vasculaire, la cardiologie interventionnelle; la cardiologie translationnelle, les mécanismes de l'insuffisance cardiaque droite; la génétique cardiovasculaire; les mécanismes génétiques et moléculaires conduisant à l’insuffisance cardiaque; les facteurs comportementaux dans la prévention de la maladie cardiovasculaire et la réadaptation ultérieure; la prévention de la maladie cardiovasculaire et la promotion de la santé; •les facteurs de risque de la maladie cardiovasculaire; les facteurs comportementaux dans la prévention de la maladie cardiovasculaire et la réadaptation ultérieure; développement de nouvelles méthodes novatrices d’imagerie destinées aux patients souffrant de troubles comme l’arythmie, la crise cardiaque et l’insuffisance cardiaque; etc;

 

maladies métaboliques : diabète, arthrite rhumatooide, allergies alimentaires; infertilité masculine; maladies hémovasculaires (dont l’hypertension artérielle, la thromboembolie veineuse, etc.); troubles musculo-squelettiques (ostéoporose); etc;

 

maladies rénales : le dépistage précoce des maladies rénales; la dialyse péritonéale; les causes de l’hypertension chez les personnes atteintes d’une maladie rénale; les effets du diabète sur la fonction rénale; les effets de l'hypertension sur les vaisseaux sanguins causant l'insuffisance rénale; l'insuffisance rénale; les atteintes glomérulaires; la glomérulonéphrite; la glomérulosclérose segmentaire focale; etc;

 

médecine regénérative : génétique moléculaire et génomique des cellules souches des muscles squelettiques afin de mettre au point de nouveaux médicaments pour traiter les maladies neuromusculaires (telles que la dystrophie musculaire, la maladie de Duchenne ou la maladie de Boulogne); la mise au point de cellules souches de vaisseaux sanguins afin de développer de nouveaux médicaments pour traiter le rétablissement des vaisseaux sanguins après une greffe; reprogrammation de cellules de tissu conjonctif chez des patients atteints de progeria, une maladie génétique qui entraîne un vieillissement accéléré; les mécanismes moléculaires des cellules souches hématopoïétiques afin de mettre au point de nouveaux traitements des maladies du sang (telles qaue : la leucémie lymphoblastique aiguë, les anémies héréditaires, polyglobulie, hémoglobinopathie, hyperplaquettose, thrombopénie, etc.); etc; 

 

neurosciences : l'apnée du sommeil; le syndrome de Rett; le syndrome Guillain-Barré; l'hydrocéphalie fœtal; la neuropathologie des maladies neuromusculaires (dont la neurofibromatose de type 1); les maladies neuromusculaires d'origine immunologie (dont la myasthénie); les maladies héréditaires mendéliennes (mucoviscidose, myopathie de Duchenne, phénylcétonurie, dystrophie myotonique, atrophie musculaire spinale, etc); les capacités de regénération du cerveau des personnes ayant subi un AVC; la capacité d'autoprotection et d'autoréparation du cerveau chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson; la physopathologie de la maladie de Parkinson afin d'explorer les éléments environnementaux pouvant faire déclencher la maladie; l' utilisation de la rétroaction en temps réel des signaux cérébraux pour aider les personnes souffrant de troubles du mouvement (par exemple, maladie de Parkinson, dystonie focale, tremblements essentiels); les mécanismes qui maintiennent / modifient l'intégrité des muscles et du système nerveux; le rôle des hormones stéroïdes dans le développement, selon le sexe, des zones du cerveau qui interviennent dans le comportement reproductif de l’adulte; les mécanismes neuronaux et biochimiques liés aux fonctions mentales d'ordre supérieur, telles que la conscience et le soi, chez les personnes en bonne santé et les personnes atteintes de maladies mentales telles que la dépression et la schizophrénie; la dynamique neuronale impliquée dans le traitement sensoriel permettant au cerveau d'acquérir et de traiter les informations pour former des mémoires et produire un comportement; la morphologie, la neurophysiologie et le développement des systèmes sensoriels chez les humains (au niveau de la rétine, de la chimioréception de l'oxygène, etc); la caractérisation des neurones impliqués dans le contrôle moteur et des circuits leur participation à des tâches motrices telles que la locomotion (par exemple, marcher, nager) et la fonction manuelle; les mécanismes moléculaires sous-jacents impliqués dans l'apprentissag

 

réadaptation : les déficiences sensorielles liées à l’âge et réadaptation; le rôle de l'exercice dans le traitement des handicaps neurologiques, en particulier chez les personnes atteintes de sclérose en plaques; les soins par la famille auprès des personnes atteintes de démence, de maladie d'Alzheimer ou en réadaptation après un AVC;la réadaptation auprès d’individus présentant un accident vasculaire cérébral; l’efficacité des façons d’envisager les modèles non conventionnels de réadaptation cardiaque; le développement de nouvelles approches et méthodes en réadaptation chez les personnes âgées victimes d'un AVC ou d'un traumatisme, d'un trouble cognitif ou d'une maladie chronique; etc;

 

reproduction, fertilité et santé de la mère :  les maladies inflammatoires de l'intestin chez les femmes enceintes; les effets de la nutrition, du comportement alimentaire et de l'activité physique sur l'équilibre énergétique chez la femme enceinte; la prévention précoce de l’obésité et la promotion de la santé sur le long terme par l'activité physique et les saines habitudes de vie; la gestion de la prise de poids durant la grossesse et des maladies chroniques; le développement d'outils et l'évaluation de leur efficacité visant à limiter la prise de poids excessive pendant la grossesse; les changements possibles de la biologie du placenta causés par l’activité physique; les effets de différentes périodes de changements hormonaux chez la femme (ménarche, ménopause, post-ménopause et grossesse); l'épidémiologie clinique périnatale; etc;

 

santé mentale : les effets biochimiques et cliniques de divers antidépresseurs et de nouvelles molécules en développement chez les personnes souffrant de troubles de l'humeur (dépression, dysthymie, troubles bipolaires, etc.); les mécanismes cérébraux sous-jacents aux émotions et à notre sens de soi; la santé mentale médico-légale (l'efficacité de la thérapie de comportement émotionnel rationnelle de groupe chez les adultes souffrant de colère dysfonctionnelle, les dynamiques familiales et les abus sexuels, l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle chez les pédophiles, etc.); la détection et la quantification de l'activité oscillatoire EEG associée à une tâche au repos et à l'état de repos afin d'identifier des biomarqueurs neurophysiologiques de la déficience cognitive dans la schizophrénie et la dépression; les effets cannabinoïdes et les endocannabinoïdes modulent la récompense, la mémoire et l’humeur; les facteurs de risque et de protection pour les troubles de l'alimentation et du poids chez les adolescents; les liens entre l'esprit et les mécanismes du cerveau par l'imagerie cérébrale chez de personnes atteintes de schizophrénie, de dépression ou de troubles bipolaires; les effets des antidépresseurs sur les substances chimiques du cerveau afin de développer de nouveaux outils de diagnostique et des médicaments pour traiter les troubles mentaux; développement de nouvelles techniques d'imagerie cérébrale afin de mieux comprendre les mécanismes des troubles neurologiques et des troubles psychiatriques; la santé mentale en milieu de travail; la santé mentale des militaires; la santé mentale chez le personnel de la sécurité publique; la santé mentale chez le personnel hospitalier et préhospitalier; etc;

 

soins aux personnes âgées et vieillissement : le dépistage précoce d’un changement cognitif ou physique chez les aînés en santé; l'expression génétique des personnes atteintes d'arthrose ou d'ostéo-arthrite; la pertinence des médicaments dans les soins primaires, en particulier sur la prescription potentiellement inappropriée chez les personnes âgées; les problèmes de toxicomanie et de politique en matière de drogue qui touchent les personnes âgées; la prévention des maladies chroniques chez les personnes vieillissantes; la prévention des chutes et des facteurs de risque de chute chez les adultes atteints d'une maladie chronique et chez les personnes vieillissantes; la santé mentale des personnes âgées; la mesure des caractéristiques distinctives de la santé physique et cognitive stable de conducteurs âgés; le développement de nouvelles approches et méthodes en réadaptation chez les personnes âgées victimes d'un AVC ou d'un traumatisme, d'un trouble cognitif ou d'une maladie chronique; le diagnostic du délire et défis de la classification en soins palliatifs : délire sous-chromal, délire-démence comorbide et sous-types psychomoteurs; les soins palliatifs de fin de vie chez les personnes âgées; etc;

 

santé des populations, soins de première ligne et autres domaines :  l’épidémiologie, l’étiologie et la prévention des cancers liés à l’environnement et aux hormones; l'identification et caractérisation des dangers pour la santé liés à l’environnement et au milieu de travail; la perception du risque environnemental sur la fertilité; l'épidémiologie et l'éthique des technologies de reproduction assistée; la promotion de la santé sexuelle; la santé prénatale; etc.

 

Le Baccalauréat avec majeure en anatomie et biologie cellulaires B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 2 ans offert à temps complet seulement. Ce programme interdisciplinaire est destiné aux personnes intéressé à comprendre le fonctionnement des différents appareils et systèmes du corps humain. Il prépare notamment à entreprendre des études universitaires en médecine, en chiropratique, en médecine dentaire, en médecine pédiatrique, en sciences infirmières, en physiothérapie, en ergothérapie, etc.

 

Il prépare notamment à entreprendre des études supérieures dans des disciplines telles que : anatomie, physiologie, sciences de la réadaptation, biologie cellulaire et/ou moléculaire, médecine expérimentale, pathologie et biologie cellulaires, etc. Il comporte des cours tels que : mécanismes moléculaires de la fonction cellulaire, anatomie humaine systémique, introduction à l'histologie dynamique, introduction à la biologie cellulaire et moléculaire, biologie moléculaire, bases de la génétique, introduction à la chimie organique 1, physiologie humaine 1, physiologie humaine 2, principes de statistiques ou introduction à la statistique pour la psychologie ou biométrie, laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire, immunologie, introduction à la chimie organique 2, projet de recherche de baccalauréat, ainsi qu'un choix de cours optionnels parmi des listes proposées.

 

Ce programme prépare les étudiants qui désirent entreprendre des études supérieures notamment en anatomie et biologie cellulaires, physiologie, neurosciences, biologie cellulaire et/ou moléculaire, biotechnologies, génétique, microbiologie-immunologie, microbiologie appliquée, immunologie, médecine expérimentale, sciences chirurgicales, sciences psychiatriques, sciences expérimentales de la santé, etc.

 

Le Baccalauréat avec majeure en neurosciences B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 2 ans offert à temps complet seulement. Ce programme interdisciplinaire est destiné aux personnes intéressé à comprendre le fonctionnement des fonctions nerveuses du corps humain. Tu acquerras des connaissances en biologie, biochimie, physiologie, psychologie, mais également quelques connaissances en biophysique, bioinformatique et immunologie. Tu auras à suivre les cours obligatoires suivants : biologie moléculaire, introduction à la chimie organique, introduction aux neurosciences, neuroéthique, le cerveau et la cognition humaine, introduction à l'informatique, modèles mathématiques pour la biologie, statistiques pour le design expérimental ou biométrie, laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire ou laboratoire en neurobiologie, séminaire en neurosciences (niveau baccalauréat), ainsi qu'un choix de cours optionnels parmi des listes proposées en biologie cellulaire et moléculaire, en neurophysiologie, comportement et psychologie cognitive, etc.

 

Ce programme prépare les étudiants qui désirent entreprendre des études supérieures notamment en sciences neurologiques ou neurosciences, médecine expérimentale, sciences expérimentales de la santé, sciences biomédicales, biologie cellulaire et/ou moléculaire, génétique, etc.

 

Doctorat de 1er cycle en pharmacie Pharm.D. a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Il prépare à entreprendre une carrière comme pharmacien, mais peut aussi préparer à entreprendre des études supérieures en sciences pharmaceutiques ou en pharmacologie ou autre discipline en lien avec la pharmacie afin de devenir chercheur(e).

 

En combinant les études en pharmacie avec une maîtrise (ex : sciences pharmaceutiques ou pharmacologie), tu te prépareras très bien à une carrière de pharmacien(ne)-chercheur(e).

 

Pour plus de détails, consulte la page de la profession de pharmacien.

 

Le Doctorat de 1er cycle en médecine dentaire D.M.D. offert à McGill, Montréal et Laval a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Il prépare à entreprendre une carrière comme dentiste, mais peut aussi préparer à entreprendre des études supérieures en sciences dentaires ou autre discipline en lien avec la médecine dentaire afin de devenir chercheur(e)

 

Avec notamment la possibilité de combiner les études D.M.D. avec une maîtrise dans une discipline reliée aux sciences dentaires (ex : biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, microbiologie-immunologie, physiologie, etc.), prépare très bien à une carrière de dentiste-chercheur(e).

 

Pour plus de détails, consulte la page de la profession de dentiste.

 

Le Doctorat de 1er cycle en médecine M.D. offert à McGill, Montréal, Laval, Sherbrooke et Ottawa a une durée totale de 5 ans offert à temps complet. Il prépare à entreprendre une carrière comme médecin, mais peut aussi préparer à entreprendre des études supérieures en sciences médicales afin de devenir chercheur(e).

 

Avec notamment la possibilité de combiner les études M.D. avec une maîtrise dans une discipline reliée aux sciences dentaires (ex : biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, microbiologie-immunologie, physiologie, etc.), prépare très bien à une carrière de médecin-chercheur(e).

 

Pour plus de détails, consulte la page de la profession de médecin.

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Voir la section suivante située après les endroits de formation.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

Pour les exigences du Baccalauréat en biochimie, voir la description de la profession de biochimiste

 

Pour les exigences du Baccalauréat en biologie cellulaire et moléculaire, voir la description de la profession de biotechnologiste

 

Pour les exigences du Baccalauréat en bioinformatique, voir la description de la profession de bioinformaticien

 

Pour les exigences du Baccalauréat en biophysique, voir la description de la profession de biophysicien

 

Pour les exigences du Baccalauréat en chimie pharmaceutique, voir la description de la profession de biochimiste ou pharmacologue

 

Pour les exigences du Baccalauréat en microbiologie, voir la description de la profession de microbiologiste

 

Pour les exigences du Baccalauréat en pharmacologue, voir la description de la profession de pharmacologue

 

Pour les exigences du Baccalauréat en sciences nutritionnelles, voir la description de la profession de nutritionniste

 

Pour les exigences du Doctorat en pharmacie, voir la description de la profession de pharmacien

 

Pour les exigences du Doctorat en médecine dentaire, voir la description de la profession de dentiste

 

Pour les exigences du Doctorat en médecine, voir la description de la profession de médecin

 

Pour tous les autres programmes de 1er cycle (sauf à Ottawa) :

 

Pour le Baccalauréat en sciences de la santé offert à Ottawa

 

-         Soit détenir le D.E.S. incluant les cours suivants ou leurs équivalents :

TS ou SN 5e (mathématiques 536)

Physique 5e (physique 584)

Chimie 5e (chimie 584)

Biologie 5e (biologie 584)

 

-         Soit avoir complété les cours collégiaux ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents :

un cours de langue maternelle

00UK (biologie 101)

2 cours parmi : 00UL (chimie 101), 00XV (chimie 202), 00UR (physique 101), 00US (physique 201), 00UN (maths 103), 00UQ (maths 105)

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

À l’automne 2018 :

 

Les programmes suivants sont contingentés

UNIVERSITÉS

DEMANDES

PLACES DISPONIBLES

TAUX D’ADMISSION

EN %

COTE R

Dernier candidat admis

COTE R

en 2017

COTE R

en 2016

COTE R

en 2015

COTE R

en 2014

COTE R

en 2013

Montréal

(sciences biomédicales)

997

195 *

20

30,000

29,803

28,626

28,675

29,528

29,459

Montréal

(neurosciences)

649

79 **

12

33,003

30,948

30,000

29,483

28,977

N-D

Montréal

(sciences biopharmaceutiques)

479

101 ***

21

27,000

27,547

28,015

28,004

28,266

28,000

Laval

(sciences bioméd)

307

50

16

31,062

31,062

31,053

32,000

31,653

32,044

Sherbrooke

(pharmacologie)

241

75

31

22,600

22,600

22,600

21,800

25,000

25,000

Sherbrooke

(biologie cell & mol)

89

41

46

N-D

N-D

N-D

N-D

N-D

N-D

Ottawa

(sc biomédicales)

N-D

100

N-D

72 %

72 %

72 %

72 %

N-D

N-D

* 25 places ont été ajoutées

** 4 places ont été ajoutées

*** 21 places ont été ajoutées

N-D = donnée non disponible

 

Aucun contingentement dans les autres programmes :

Les candidats(es) admissibles (répondant aux exigences d'admission) sont généralement admis

 

Aucune donnée possible sur les admissions pour les autres programmes NON contingentés, mais les cotes R en 2015 étaient de :

 

Sources : Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Université Laval, Association des conseillers en orientation du collégial

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Pour le Baccalauréat en biochimie :

 

Voir la page de la profession de biochimiste

 

Pour le Baccalauréat en microbiologie, en immunologie ou microbiologie-immunologie :

 

Voir la page de la profession de microbiologiste

 

Pour le Baccalauréat en bioinformatique :

 

Voir la page de la profession de bioinformaticien

 

Pour le Baccalauréat en biophysique :

 

Voir la page de la profession de biophysicien

 

Pour le Baccalauréat en chimie pharmaceutique :

Voir la page de la profession de biochimiste ou pharmacologue

 

Pour le Baccalauréat en pharmacologie :

 

Voir la page de la profession de microbiologiste

 

Pour le Baccalauréat en sciences nutritionnelles :

 

Voir la page de la profession de nutritionniste

 

Pour le Doctorat en pharmacie :

 

Voir la page de la profession de pharmacien

 

our le Doctorat en médecine dentaire :

 

Voir la page de la profession de dentiste

 

our le Doctorat en médecine :

 

Voir la page de la profession de médecin