Retour à page du secteur chimie et biotechnologies

Retour à la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

SECTEUR : CHIMIE ET BIOTECHNOLOGIES

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

INGÉNIEUR(E) BIOTECHNOLOGISTE

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.ing

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Voir aussi la section "liens recommandés" (dont des vidéos d'ingénieurs chimistes qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’ingénieur(e) biotechnologiste; une profession toute récente et dernière des spécialités à figurer parmi les disciplines du génie. Tu seras responsable de planifier, coordonner et gérer les opérations de transformation ou de fabrication de produits bio-industriels au sein d’une industrie biotechnologique, par exemple la transformation des aliments avec organismes vivants modifiés (gènes ou cellules); la fabrication de produits médicaux (tels les vaccins à l’aide de bactéries ou virus modifiés, la fabrication de fertilisants agricoles à l’aide de cellules ou de gènes animaux ou végétaux modifiés); la fabrication de décontaminants biologiques pour sols contaminés, la fabrication de biocarburants à l’aide de substances naturelles (bioéthanol, biométhane, huile végétale, bois de paille, charbon de bois, algues marines, etc.).

 

Après quelques années d’expérience, tu pourrais même occuper un poste de directeur(trice)-adjoint(e) ou de directeur(trice) de la production. Tu seras responsable de gérer toutes les opérations, les services et le personnel de l’usine affecté à la transformation ou fabrication des produits, au contrôle de la qualité et à l’entretien des équipements. Tu devras bien encadrer ton personnel et leur donner tout le soutien nécessaire afin d’optimiser la production au sein de l’entreprise.

 

Tu auras pour tâches de :

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-         Intérêts et aptitudes pour les sciences, les mathématiques et la recherche

-         Capacité d’analyse et de synthèse et sens logique pour analyser les différents problèmes afin de développer des nouveaux produits ou procédés chimiques

-        Très bon sens de l’observation pour observer attentivement les procédés en cours de production et y détecter toute anomalie ou problème

-         Bonne méthode de travail et gestion du temps car tu auras à planifier efficacement et de façon optimale les activités de production

-        Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction car tu devras être à l'affut des nouveaux développements scientifiques ou de nouvelles méthodes et nouveaux procédés de production

-    Autonomie, débrouillardise et flexibilité car tu seras parfois seul(e) pour exécuter certaines tâches et résoudre différents problèmes

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable de l’ensemble des opérations de la production

-        Sens de l’organisation car tu auras à gérer des priorités et respecter des échéanciers

-         Sens de l’initiative car tu devras prendre des décisions seul(e) lorsqu’il y a des problèmes

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres ingénieurs, des techniciens, des ouvriers, etc.

-    Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle avec les membres d'une équipe de production ou les membres de direction ou une équipe de recherche et développement, ainsi que pour rédiger des rapports techniques

-     Bonne connaissance de la langue langue anglaise  afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle avec les membres d'une équipe de production ou les membres de direction ou une équipe de recherche et développement (surtout dans le cas d'entreprises ayant des employés partout dans le monde), pour rédiger des rapports techniques et de plus, la plupart des manuels et publications spécialisés sont dans cette langue 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-    Adjoint(e) en recherche et développement

-    Assistant(e) aux procédés

-         Chercheur(e) en génie biotechnologique (avec un doctorat)

-    Chargé(e) de projets

-    Chargé(e) de recherche et développement

-         Consultant(e) en biotechnologies

-    Coordonnateur(trice) de production

-    Scientifique en technologies d'analyse des procédés

-    Spécialiste en validation (industrie pharmaceutique ou cosméceutique)

-    Superviseur(e) de production

EMPLOYEURS POTENTIELS : 

-         Centres et laboratoires de recherches privés

-         Firmes d’ingénieurs consultants en biotechnologies

-         Industries agroalimentaires

-         Industries biomédicales

-    Industries de la plasturgie, du caoutchouc et des composites

-    Industries de première transformation des métaux

-         Industries pharmaceutiques

-         Universités (consulte la page suivante pour avoir une liste des organismes de reccherche génie biotechnologique) 

PERMIS DE PRATIQUE :

 

Au Québec, Pour pratiquer la profession d’ingénieur, tu dois obligatoirement devenir membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Cette profession est régie par une loi et un code de déontologie qui ne permet qu’aux détenteurs de ce titre de pratiquer dans le domaine.

 

Après avoir complété tes études universitaires en génie, tu devras réaliser un stage professionnel rémunéré de 3 ans en milieu de travail appelé "juniorat" en tant qu’ingénieur(e) junior (aussi appelé "ingénieur-e junior-e") sous la supervision d’un(e) ingénieur(e) senior(e) expérimenté(e). Par la suite, tu auras à subir un examen et sa réussite te permettra d’obtenir le permis d’ingénieur(e). Le stage et l’examen sont sous la responsabilité de l’Ordre des ingénieurs.

 

Par contre, des crédits d'expérience peuvent être accordés pour un stage d'au moins 4 mois rémunéré ou non rémunéré, un parrainage de 8 mois (notamment dans le cadre des stages coopératifs), ainsi que des études supérieures dans un programme de D.E.S.S. ou de maîtrise en génie (jusqu'à 24 mois). Les crédits d'expérience ne peuvent excéder l'équivalent de 24 mois d'expérience.

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Très bonne connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-    Excellente maîtrise de la langue francaise parlée et écrite

-    Bonne connaissance des logiciels spécialisés

-         Polyvalence

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 30 avril 2018 :

                      

Le placement est EXCELLENT, 100 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié à leurs études, dont la totalité sont à temps complet.

Le principal type d'emploi occupé était : ingénieur de procédés

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

10 10 10 0

Note 1 : hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 83 % en 2016; 67 % en 201; 73 % en 2014; 77 % en 2013 et 90 % en 2012).

Note 2 : baisse du nombre de répondants(es) poursuivant des études supérieures (était de 17 % en 2016; 33 % en 2015; 20 % en 2014 et 27 % en 2012).

Source : Université de Sherbrooke

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2017 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de

-    25,95 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 36,29 $/heure en tant qu'ingénieur(e) au sein des PME

-    28,32 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 42,97 $/heure en tant qu'ingénieur(e) au sein des grandes industries alimentaires

-    29,53 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 48,73 $/heure en tant qu'ingénieur(e) au sein des grandes industries pharmaceutiques et cosméceutiques

-    36,85 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 41,25 $/heure en tant qu'ingénieur(e) au sein des grandes industries papetières

-   39,91 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 44,65 $/heure en tant qu'ingénieur(e) au sein des grandes industries de première transformation des métaux

Note : hausse de la moyenne salariale aux années précédentes au sein des PME (était de 23,80 $ en 2015 et 23,08 $ en 2013).

 

Sources : Université de Sherbrooke et Réseau des ingénieurs du Québec

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon l'Ordre des ingénieurs du Québec; il y avait plus de 45 288 ingénieurs(es) actifs toutes spécialités confondues partout au Québec au 31 mars 2018 (soit 1 485 de plus qu'en 2016, 3 336 de plus qu'en 2014 et 2 310 de plus qu'en 2012);

 

Ainsi que 13 291 ingénieurs(es) juniors actifs (dont 2 729 nouveaux membres diplomés d'universités du Québec) au 31 mars 2018 (soit 785 de plus qu'en 2016; 94 de plus qu'en 2014 et 904 de plus qu'en 2012).

Fait intéressant, la profession a également accueillie plus de 600 nouveaux ingénieurs(es) diplômés(es) en ingénierie d'universités étrangères.

 

Plus de 85 % des membres de cett profession étaient des hommes, mais pourrait accueillir davantage de femmes.

Par contre, la tendance est une hausse de la féminisation de la profession, puisqu'elles représentaient 13 % en 2012; 14 % en 2014; 14 % en 2015; alors qu'en 2018, plus de 15 % des ingénieurs étaient des femmes.

Une hausse du nombre de femmes dans les cohortes étudiantes des universités québécoises laissent prévoir que près du quart des ingénieurs seront des femems au cours des prochaines années.

 

Plus de 53 % des ingénieurs étaient âgés de moins de 45 ans (dont 12 % avaient moins de 30 ans).

 

Selon Emploi-Québec; il y avait près de 300 ingénieurs(es) biotechnologistes en emploi au Québec en 2016.

 

Plus de 70 % étaient des hommes, alors que les femmes ne représentaient que 30 % des membres de cette profession.

 

Plus de 60 % étaient âgés entre 25 et 44 ans, 23 % avaient entre 45 et 54 ans, 14 % étaient agés de 55 ans et plus et seulement 3 % de moins de 24 ans.

 

Plus de 94 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon leur milieu de pratique était :

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Tout nouveau domaine d’études au pays, mais très en demande par plusieurs entreprises du secteur des biotechnologies.

 

On prévoit d’excellentes perspectives à court et à long terme pour les ingénieurs biotechnologistes.

 

Les domaines des biocarburants et des produits biomédicaux sont notamment en expansion.

 

Selon les enquêtes sur la rémunération des ingénieurs réalisées par le Réseau Génium 360 du Québec (anciennement le Réseau des ingénieurs du Québec) en 2016 et 2018 :

Le salaire annuel moyen d'un(e) ingénieur(e) biotechnologiste détenant 10 années d'expérience au sein d'une PME était de 85 300 $.

Le salaire annuel moyen d'un(e) ingénieur(e) biotechnologiste qui détenait 10 ans d'expérience au sein d'une grande entreprise pharmaceutique était de 93 700 $.

Le salaire annuel moyen d'un(e) ingénieur(e) biotechnologiste détenant 10 années d'expérience au sein d'une grande entreprise papetière était de 97 000 $.

 

Pour plus de détails, consulte le département du génie chimique et biotechnologique de l’Université de Sherbrooke

 

Ainsi que le Portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique

BREF PORTRAIT DE QUELQUES SECTEURS INDUSTRIELS :

 

L'industrie québécoise des biotechnologies :

 

Le Québec, et en particulier la région de Montréal, concentre près de la moitié de toutes les activités de l’industrie biopharmaceutique au Canada.

 

Donc, c'est une industrie en constante évolution puisqu'on prévoit une croissance de 9 % des revenus et des emplois au cours des 10 prochaines années.

 

En 2015, On y retrouvait une quarantaine d'entreprises qui employaient plus de 700 personnes, dont plus de 90 % étaient concentrées dans la région de Montréal.

 

L'ingénieur biotechnologiste en industrie des biotechnologies utilisent des molécules ou des gènes d’origine microbienne ayant un potentiel industriel dans le processus de fabrication ou de transformation de produits bioindustriels comme les biocarburants, de décontaminants biologiques pour les sols contaminés, de fertilisants biologiques, etc.

 

L'industrie québécoise de la transformation alimentaire :

 

Elle est le plus important employeur industriel au Québec, qui est présente dans presque tous les régions de la province et qui est un moteur économique de premier plan dans plusieurs régions et sous-régions (MRC) d'un bout à l'autre du territoire québécois.

 

En 2015, elle a généré des revenus de plus de 22,7 milliards $, soit 25 % de la production canadienne et 15 % du secteur manufacturier québécois.

 

On y retrouvait plus de 1 500 entreprises (dont 31 % qui fabriquaient des produits de boulangerie, 10 % de boissons alcoolisées ou non alcoolisées, 8 % des produits laitiers et 7 % d'aliments pour animaux) qui employaient plus de 65 000 travailleuses et travailleurs dans presque toutes les régions du Québec, mais principalement en Montérégie, Montréal, Chaudière-Appalaches, Laval, Centre-du-Québec et Bas-St-Laurent.

 

Par contre, seulement 34 % de ces entreprises employaient 50 personnes ou plus qui sont généralement les employeurs potentiels pour les technologues en laboratoire.

 

L'industrie pharmaceutique et cosméceutique québécoise :

 

Malgré ses nombreuses difficultés au cours des dernières années, Montréal reste l’une des rares métropoles au monde où une entreprise peut procéder toutes les étapes de la mise au point d’un médicament.

 

On y retrouve une quarantaine d'entreprises qui y fabriquent des médicaments d'origine, des médicaments génétiques et des médicaments de santé naturelle plus de 8 500 travailleuses et travailleurs, principalement concentrés dans les régions de Montréal, Laval, Québec et Montérégie.

 

En plus des grandes sociétés pharmaceutiques (américaines, britanniques ou suisses), on y retrouve également quelques entreprises québécoises qui ont su s'intégrer dans ce lucratif marché mondial.

 

L'ingénieur biotechnologiste en industrie des biotechnologies utilisent des molécules ou des gènes d’origine microbienne ayant un potentiel industriel dans le processus de fabrication de nouveaux médicaments ou de nouveaux vaccins ou de produits de soins personnels avec des ingrédients de source naturelle.

 

Selon une enquête de Pharmabio Développement en 2015, plus de 66 % des entreprises interrogées prévoient une croissance de leurs activités au cours des 10 prochaines années. les technologues de laboratoire est l'un des 5 métiers dont les entreprises pharmaceutiques (principalement les entreprises de moyenne taille, soit de moins de 100 employés) auront le plus de difficultés à recruter au cours des prochaines années.

 

L'industrie québécoise des services environnementaux :

 

En 2015, son marché était de 1,5 milliards $ qui regroupait plus de 600 entreprises dont les services environnementaux est leur activité principale et qui procuraient de l'emploi pour plus de 33 300 personnes.

 

On retrouve notamment une vingtaine de firmes de consultants et entreprises détenant une centaine de laboratoires privées d'essais et d'analyses laboratoires spécialisés dans le domaine des sciences géoenvironnementales (analyses physico-chimiques, caractérisation environnementale, etc.).

 

Plus de 200 entreprises spécialisées en assainissement et gestion des déchets offrent des services de gestion d'usines de traitement des eaux usées de municipalités et d'industries, de gestion, traitement et destruction des déchets agricoles, domestiques ou industriels, etc.

 

Les technologues en chimie analytique effectuent des analyses microbiologiques afin de caractériser la composition de contaminants biologiques présents dans les sols, dans les eaux ou dans l'air. Ils effectuent également des analyses en laboratoire afin de contrôler la qualité de l'eau dans les usines de traitement des eaux usées.

 

Sources : Comité sectoriel de la main-d'œuvre en transformation alimentaire du Québec, EnviroCompétences - Comité sectoriel de la main-d'œuvre en environnement du Québec, Pharmabio - Comité sectoriel de la main-d'œuvre de l'industrie biopharmaceutique du Québec, Montréal In Vivo et Emploi-Québec.

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie biotechnologique B.ing. a une durée totale de 4 ½ ans offert en régime coopératif à temps complet ou régime régulier à temps complet. Il couvre plusieurs disciplines scientifiques et du génie, soit : mathématiques, biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire, microbiologie, immunologie, chimie, physique, informatique et génie chimique.

 

Au cours des 3 premières sessions, tu acquerras des connaissances dans les disciplines fondamentales nécessaires au génie tels que : mathématiques 1 : calcul différentiel et intégral + algèbre vectorielle, biochimie générale, microbiologie générale, biologie des organismes eucaryotes,  techniques de biologie - travaux pratiques, mathématiques 2 : équations différentielles, biologie moléculaire - travaux pratiques, introduction à la chimie organique (théorie + labo), physiologie des procaryotes, énergétique chimique, phénomènes d'échanges 1, santé, sécurité et gestion du risque en ingénierie et informatique pour ingénieurs;

 

Au cours de la 2e année et de la 3e année, tu approfondiras les connaissances fondamentales et tu acquerras les connaissances sur les principes et concepts de base sur les différentes technologies utilisés en industrie technologique et les différents procédés biotechnologiques. Tu auras les cours obligatoires suivants : physiologie microbienne : travaux pratiques, matériaux et biomatériaux en biotechnologies, phénomènes d'échanges 2, thermodynamique chimique pour ingénieurs introduction au génie des procédés, systèmes réactionnels et bioréacteurs, normes BPF-BPL en industrie biotechnologie (bonnes pratiques de fabrication, bonnes pratiques de laboratoire), sécurité et biosécurité, opérations de séparation et de purification (théorie + labo), opérations unitaires 1 (théorie sur les écoulements et le transfert de chaleur), laboratoire d'opérations unitaires, immunotechnologies (théorie) et immunotechnologies - travaux pratiques;

 

Enfin, au cours de la 4e année, tu acquerras les connaissances sur les différents types de procédés de fabrication biotechnologique, la planification, le contrôle et la gestion des opérations de production et la gestion des services de contrôle de la qualité, tu réaliseras des projets de développement en industrie et tu acquerras une formation complémentaire en lien avec la profession d'ingénieur. Tu auras les cours obligatoires suivants : communication graphique en génie chimique (théorie + labo), microbiologie industrielle et biotechnologie, projet d'intégration 1 (réalisation d'un projet en opérations unitaires), instrumentation industrielle (théorie + labo), régulation des procédés biotechnologiques (théorie + labo), simulation de procédés biotechnologiques (théorie + labo), design de procédés biotechnologiques 1 (théorie + labo), projet d'intégration 2 (réalisation d'un projet en opérations unitaires), génie environnemental (théorie + labo), développement durable, génie biomoléculaire (théorie + labo en manipulation génétique des organismes vivants), design des procédés biotechnologiques 2 (théorie + labo), analyse économique en ingénierie, communication scientifique pour ingénieurs, éthique de l'ingénieur et société, droit et ingénierie, ainsi que projet d'intégration 3 (réalisation d'un projet de conception d'un procédé biotechnologique);

 

Tu devras également choisir 2 à 3 cours optionnels parmi 22 cours proposés (ex : gestion des procédés pharmaceutiques, génie des pâtes et papiers, ingénierie des polymères, électrotechonologies, traitement de la pollution de l'air, traitement des eaux usées industrielles, gestion des matières résiduelles, traitement biologique des eaux usées, caractérisation des milieux contaminés, conception des stations de production d'eau potable, opérations intégrées en génie biotechnologiue, etc.);

 

Ainsi que 0 à 1 cours au choix en dehors du champ de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er cycle offerts par l'université accessibles comme cours au choix;

 

Si tu as choisis le profil coopératif; tu devras réaliser 5 stages industriels rémunérés d'une durée de 3 à 4 mois consécutifs à temps complet chacun au sein d'entreprise de biotechnologie au Québec, ailleurs au Canada ou ailleurs dans le monde.

Le premier est offert au trimestre d'été  de la 1re année, le second est offert au trimestre d'hiver de la 2e année, le troisième est offert au trimestre d'automne de la 3e année, le quatrième est offert au trimestre d'été de la 3e année et enfin, le cinquième et dernier stage est offert au trimestre d'hiver de la 4e année.

Pour connaitre quelques exemples d'entreprises de biotechnologies, consulte le Portrait de l'industrie technologique;

Si tu as choisis le profil international; tu devras remplacer les cours optionnels et les choix au choix par 12 crédits de cours effectués dans une université étrangere partenaire, soit :
la réputée École de biologie industrielle É.B.I. (reconnue par l'industrie pharmaceutique et cosméceutique partout en Europe et dans le monde), située à Cergy dans la région de Cergy-Pontoise sur l'Île-de-France en France OU
l'Université technologique de Compiègne (l'une des meilleures écoles d'ingénieurs en France) située à Compiegne dans la région de la Picardie en France;

Si tu as choisis le Baccalauréat-maîtrise intégré en génie biotechnologique-génie chimique B.ing-M.Sc.A.; tu suivras le baccalauréat selon un régime régulier ou un régime coopératif et la 8e session correspondra à la 1re session de la maîtrise en génie chimique.

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

ÉTUDES SUPÉRIEURES :  

Bien qu’on prévoit que la majorité des diplômés(es) se dirigent vers le marché du travail après avoir terminé leurs études de baccalauréat, il te sera également possible de poursuivre tes études au niveau de la maîtrise dans l’un des programmes suivants :

Pour plus de détails, consulte la page sur les études supérieures en génie.

Pour plus de détails, consulte la page des études supérieures en génie et la page des études supérieures sciences de la santé où les programmes sont décrits. 

Enfin, il existe aux U.S.A. un programme de maîtrise en génie pharmaceutique qui pourrait t’intéresser. Pour plus de détails, consulte la page des études supérieures aux U.S.A.

Note : consulte également la page suivante où des organismes de recherches en ont été répertoriés.

 

Ainsi que d'autres programmes de 2e cycle, soit :

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Ce programme est contingenté

 

À l’automne 2020 :

 

DEMANDES

PLACES DISPONIBLES

TAUX D’ADMISSION

EN %

COTE R

Dernier candidat admis

COTE R

en 2019

COTE R

en 2018

COTE R

en 2017

167

45

27

26,700

23,400

22,800

23.000

 

Admissions ouvertes au trimestre d'automne seulement

ENDROIT DE FORMATION :

u'est-ce que le régime coopératif (aussi appelé "alternance travail-études")

LIENS RECOMMANDÉS :  

Tu veux l'avis d'ingénieurs(es) biotechnologistes sur leur profession ?, alors consulte les vidéos suivants :

vidéos d'infos sur les bioproduits industriels et les procédés réalisés par Innofibre  :

(Centre collégial de transfert de technologie et d'innovation des produits cellulosiques (fibres et pâtes de bois du Cégep de Trois-Rivières)

Pour une liste d'entreprises biotechnologiques, consulte le portrait de l'industrie biotechnologique

Pour une liste d'industries chimiques et pétrochimiques, consulte le portrait de l'industrie chimique et pétrochimique

Pour une liste d'industries pharmaceutiques et biotechnologiques, consulte le portrait de l'industrie pharmaceutique et cosméceutiques

 

Pour une liste d'industries agroalimentaires, consulte le portrait de l'industrie agroalimentaire

 

infos sur les applications de la biotechnologie

infos sur les carrières en biotechnologies et l'industrie biotechnologique :

organismes de loisir scientifique :

musées de sciences :

Retour à page du secteur chimie et biotechnologies

Retour à la page d'accueil