Retour à la page du secteur sciences physiques et mathématiques

Retour à la page d’accueil

SECTEUR : SCIENCES PHYSIQUES ET MATHÉMATIQUES

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

PHYSICIEN(NE) ou

ASTRONOME  ou

ASTROPHYSICIEN(NE) ou

PROFESSEUR(E) DE PHYSIQUE

AU COLLÉGIAL OU À L’UNIVERSITÉ

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.Sc.

MAÎTRISE EN SCIENCES M.Sc.

DOCTORAT PH.D.

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Les professions de météorologue et d'océanographe sont maintenant décrites à la page suivante

 

Voir aussi la profession de biophysicien décrite à la page suivante

 

Ainsi que la section "liens recommandés" à la fin de cette page (dont des vidéos de physiciens qui parlent de travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

Si tu deviens physicien(ne); tu seras responsable de planifier, concevoir et réaliser des travaux de recherche dans un domaine spécifique de la physique afin de mieux comprendre et de résoudre des problèmes physiques (tels que : les constituants les plus petits de la matière, la structure et au comportement des noyaux des atomes dans le domaine nucléaire, la structure des atomes notamment en spectroscopie laser pour des applications environnementales, les propriétés des phases solide, liquide et intermédiaires pour des applications en microélectronique, la physique des plasmas pour des applications industrielles en thermodynamique des structures, les phénomènes physiques qui se déroulent dans des systèmes vivants, le comportement physique de notre espace vital terrestre ou la composition des planètes à l'évolution de l'Univers dans son ensemble, etc.); effectuer des essais et expérimentation en laboratoire; analyser et interpréter les données et les résultats obtenus et rédiger des rapports de recherche, etc.

 

Certains physiciens(nes) fournissent des conseils techniques sur l’application de physique à des domaines spécifiques (médicaux, industriels, télécommunications, aérospatiale ou autres). D’autres enseignent les notions de physique auprès d'étudiants universitaires en physique ou d'une autre spécialité scientifique.

 

Il y a de nombreux domaines qu'un(e) physicien(ne) peut s'intéresser comme :

En fait, très peu de sphères de l'activité humaine échappent au physicien.  De par sa formation, le physicien peut analyser un problème et proposer une ou plusieurs solutions.  Le physicien est une personne polyvalente qui peut s'adapter à diverses situations.

 

Que peut changer un(e) physicien(ne) dans la vie de tous les jours de Monsieur et Madame Tout le monde ?

Si tu deviens astronome; u seras responsable de préparer et planifier des séances d’observations spatiales, analyser et interpréter les données obtenus, rédiger des rapports d’observations, présenter et soumettre tes résultats auprès de collègues astronomes, etc. Certains astronomes ont aussi pour tâches d’animer des activités éducatives en astronomie auprès du public (observatoire du Mont-Mégantic, Planétarium, etc). D’autres, enseignement les notions de base en astronomie à des étudiantes et étudiants du collégial, alors que d’autres enseignement l’astronomie auprès d’étudiants universitaires en physique.

 

Si tu deviens physicienne ou physicien médical; tu appliqueras les principes de la physique à la médecine. En milieu hospitalier, tu seras responsable de planifier les traitements en radiothérapie pour les patients atteints d'un cancer en effectuant le calcul précis des rayonnements produits par les sources de rayonnements utilisées en thérapie du cancer avec la collaboration du médecin radio-oncologue qui aura établit le plan de traitement nécessaire; effectuer le calcul précis des rayonnements émis par les appareils de médecine nucléaire (ex : les scanners) lors des examens et traitements par médecine nucléaire en collaboration avec le médecin nucléiste; tu seras responsable du contrôle de la qualité de l’équipement, la conception des installations de radiothérapie et de médecine nucléaire, l’utilisation sécuritaire des rayonnements et des matériels radioactifs ainsi que la conformité réglementaire telle qu’établie par les agences gouvernementales avec la collaboration de l'ingénieur biomédical;

 

En milieu industriel; tu seras responsable du contrôle de la qualité de l’équipement fabriqué, notamment pour la radio-oncologie ou la médecine nucléaire, en ce qui a trait de l'émission des substances radioactives de ces appareils afin de t'assurer qu'ils répondent aux normes gouvernementales et de l'entreprise et ce, avec la collaboration d'un ingénieur biomédical;

 

En milieu de recherche, tu participeras à des activités de recherche et développement visant l’optimisation ou du développement de nouvelles modalités et techniques de traitement et d’imagerie, au développement de techniques de dosimétrie, d’algorithmes de calcul des doses et de modèles radiobiologiques.

 

Si tu deviens enseignante ou enseignant en physique au collégial, tu auras pour tâches d’enseigner des notions de base ou des notions intermédiaires de la physique auprès de jeunes adultes inscrits à programme préparatoire aux études universitaires ou des notions de physique appliquée à la discipline dans le cadre de certains programmes techniques (ex : technologie de l'électronique, technologie du génie mécanique, technologie de la radiologie, technologie de médecine nucléaire, technologie du génie chimique, etc).

 

Tout d’abord, avant de faire connaître ta matière aux étudiants(es) tu devras planifier le contenu de tes cours, planifier et organiser des activités pédagogiques selon le programme établi par le Ministère de l’Éducation. Ensuite, tu animeras et présenteras ta matière en classe selon le plan que tu auras établi. Tu auras à planifier, organiser, élaborer et à corriger des travaux et des examens qu’auront effectués tes étudiantes et étudiants pendant les heures libres que tu auras entre les heures de cours et également le soir ou les fins de semaine; participer à des réunions pédagogiques avec d’autres enseignants et intervenants du milieu collégial afin de discuter des divers problèmes dans l’enseignement de ta matière et pour préparer les étudiantes et étudiants à subir l’examen de fin programme.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-         Intérêts pour les sciences et la recherche

-         Très bon sens de l’observation pour observer attentivement les différents phénomènes physiques

-         Capacité d’analyse et de synthèse car tu auras à analyser des phénomènes physiques de toutes sortes

-         Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction pour être appelé à trouver des solutions à des problèmes  par l’application de la physique

-         Minutie, précision et bonne méthode de travail car tu auras à effectuer et réaliser des travaux de recherche de façon méthodique

-         Sens des responsabilités car tu auras la responsabilité d’un laboratoire de physique

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres physiciens, techniciens en physique, etc.

-         Facilité à communiquer afin de communiquer de facon claire et efficace tes idées, dans l'élaboration de théories et pour expliquer les résultats de tes recherche auprès d'autres physiciens, mais parfois être en mesure de vulgariser auprès de non-physiciens

-         Très bonne connaissance de la langue francaise écrite afin de rédiger des rapports de recherche ou d'expertise de qualité

-         Bonne connaissance de la langue anglaise car la plupart des manuels et publications spécialisés sont dans cette langue

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-        Agent(e) d’évaluation scientifique (fonction publique fédérale)

-        Animateur(trice) en loisirs scientifiques

-    Chercheur(e) en astronomie ou astrohysique (avec un doctorat)

-    Chercheur(e) en biophysique (avec un doctorat)

-    Chercheur(e) en océanographie (avec un doctorat)

-    Chercheur(e) en physique  (avec un doctorat)

-    Chercheur(e) en sciences des radiations (avec un doctorat)

-    Communicateur(trice) scientifique

-    Coordonnateur(trice) de programmes et activités en loisirs scientifiques

-    Journaliste scientifique (voir aussi la page de l'Association des journalistes scientifiques de France)

-    Officier de guerre navale (Forces armées)

-    Officier des systèmes de combat aérien (Forces armées)

-    Officier des systèmes de combat naval (Forces armées)

-    Officier du contrôle aérospatial (Forces armées)

-        Officier du génie de combat (Forces armées)

-    Physicien(ne) atmosphériste

-    Physicien(ne) informaticien(ne)

-    Physicien(ne) mathématicien(ne)

-    Physicien(ne) médical (milieu hospitalier)

-    Physicien(ne) nucléaire

-        Professeur(e) d’université en physique

-        Professeur(e) de physique au collégial (maîtrise nécessaire)

-    Professeur(e) de physique au secondaire

-    Professeur(e) en technologue du génie physique au collégial (maîtrise nécessaire)

-    Rédacteur(trice) scientifique

-        Scientifique de la défense (poste civil) avec un doctorat

-        Spécialiste des sciences physiques (Environnement Canada)

-    Spécialiste en optique

-    Spécialiste en photonique

-        Spécialiste en sciences physiques - physicien(ne) (fonction publique québécoise)

-       Technicien(ne) de recherches en physique

-    Technicien(ne) en criminalistique (balistique)

-       Technicien(ne) en électro-optique

-       Technicien(ne) en fibre optique

-       Technicien(ne) en laboratoire de physique

-    Technicien(ne) en microscopie électronique

-       Technicien(ne) en océanographie

-       Technicien(ne) en photonique

-       Technicien(ne) en technologie laser

-    Technicien(ne) en travaux pratiques d'enseignement en physique

-    Technicien(ne) en travaux pratiques de recherche en physique

-       Technologue en génie énergétique

-       Technologue en génie nucléaire

-       Technologue en génie physique

-    Technologue en nanomatériaux

-       Technologue en physique

-       Vulgarisateur(trice) scientifique

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-        Cégeps

-        Collèges privés

-        Compagnies de télécommunications

-        Entreprises spécialisées en travaux sous-marins (avec une maîtrise en océanographie)

-        Industries aérospatiales

-        Industries biomédicales et pharmaceutiques

-        Laboratoires privés de recherche

-      Magazines scientifiques (ex : Agence Science Presse, Québec Sciences, Les Débrouillards)

-        Organismes de loisirs scientifiques

-        Musées scientifiques (ex : Planétarium, Cosmodôme, Biodôme, Centre des sciences de Montréal, Musée des sciences et technologies du Canada)

-        Forces armées canadiennes

-    Garde Côtière Canadienne

-    Hydro-Québec (voir aussi l'Institut de recherche d'Hydro-Québec)

-    Sociétés de génie conseil

-       Gouvernement du Canada : Carrières en sciences et technologie, Services des laboratoires judiciaires de la G.R.C. (service balistique)
Recherche et Développement pour la Défense (dont RDDC Valcartier à Québec), Environnement Canada, Ressources naturelles Canada,
Institut Maurice-Lamontagne à Mont-Joli, Service Canadien des glaces,
Service météorologique du Canada, Division des relevés hydrologiques du Canada,
Centre canadien de télédétection, Centre national canadien d’hygiène et sécurité au travail,  Laboratoire canadien de recherche sur les explosifs de Ressources naturelles Canada, Centre St-Laurent d'Environnement Canada à Montréal, Conseil national de recherches du Canada CNRC (dont : le Centre canadien des faisceaux de neutrons, le Centre canadien de fabrication de dispositifs photoniques, le Laboratoire d'imagerie Multimode CARSLab, l'installation de partenariat industriel de Montréal, le Centre des entreprises de technologies océaniques, les installations d'essais en souffleries, l'installation des technologies photoniques infrarouges et optiques en médecine, etc;
 

-        Gouvernement du Québec : Ministère des Ressources naturelles, Ministère de l’Environnement, Régie de l'Énergie, Centre de recherches industrielles du Québec, Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec

 

-        Universités (consulte la page suivante pour avoir une liste des organismes de reccherche en physique), dont notamment :

Bishop's Stellar Astrophysics Relativity Cluster,
Concordia Centre for nanosciences research,
Centre d'optique, photonique et laser de l'Université Laval COPL,
Centre de recherche en astrophysique du Québec (rattaché à l'Observatoire astronomique du Mont-Mégantic des universités de Montréal et de Laval)
Centre d'études des matériaux optiques et photoniques de l'Université de Sherbrooke CEMOPUS,
Centre d'imagerie moléculaire de l'Université de Sherbrooke
Centre de recherche sur les matériaux quantiques (Sherbrooke),
Groupe d'acoustique de l'Université de Sherbrooke,
Groupe d'études des protéines membranaires (Montréal),
Groupe de physique en biophysique moléculaire de Concordia,
Groupe de recherche en physique atomique et nucléaire (Laval),

Groupe de recherche en physique des ions lourds (Laval),
Groupe de recherche en physique médicale de l'Université de Montréal,
Groupe de recherche en physique médicale de l'Université Laval
Groupe de recherche en physique et technologies des couches minces (Montréal et Polytechnique),
Groupe de recherche sur l'énergie renouvelable et l'impact du climat nordique (UQAC),
Groupe Polyphotonique (École Polytechnique),
Institut de recherche sur l'hydrogène de l'UQTR,
Institut transdisciplinaire d'informatique quantique (Mcgill, Montréal, Sherbrooke et Polytechnique),
Mcgill Centre for High Energy Physics/astrophysics,
Mcgill Institute for advanced materials,
Mcgill Medical Research Unit,
Mcgill Nanotools Microfab Laboratory,
Regroupement stratégique en science et application des plasmas Plasma Québec (Montréal, Mcgill, Sherbrooke et École Polytechnique),
Regroupement stratégique sur les matériaux de pointe (Mcgill, Montréal, Sherbrooke et École Polytechnique).

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-        Bonne connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-        Bonne maîtrise de l’informatique

-        Polyvalence

-        La maîtrise est le minimum exigé

-        Le doctorat est souvent exigé (et une formation postdoctorale dans plusieurs occasions) 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2015 :

 

Baccalauréat :

 

La presque totalité des répondants(es), soit 80 % ont poursuivi leurs études à la maîtrise en physique ou dans une discipline connexe (physique médicale, biophotonique, biophysique, océanographie, sciences des radiations et imagerie biomédicale, etc.), parfois même directement au doctorat.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

66 4 4 53

Note : les études supérieures sont essentielles dans ce domaine avec un taux de répondants(es) poursuivant des études supérieures comparable aux années précédentes (était de 88 % en 2013; 88 % en 2011 et 78 % en 2009).

Maîtrise :

 

Près du deux-tiers des répondants(es), soit 57 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat

 

Alors que parmi les répondants(es) qui sont dirigés vers le marché du travail, le placement est EXCELLENT, 92 % d'entre-eux ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

28 11 10 16

 

Note 1 : hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 79 % en 2013; 44 % en 2011; 88 % en 2009 et 82 % en 2007).

 

Note 2 : hausse du nombre de répondants(es) poursuivant leurs études au niveau du doctorat par rapport à 2011 (était de 51 %), mais baisse en comparaison avec les années précédentes (était de 65 % en 2013; 78 % en 2009 et 82 % en 2007).

 

Doctorat :

(données de 2014)

 

Le placement est bon, 68 % des répondants(es) se sont dirigés vers le marché du travail et ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Quelques répondants(es), soit 12 % ont choisi de poursuivre leurs études dans le cadre d'un stage postdoctoral.

 

Enfin, quelques autres répondants(es), soit 12 % ont choisi de compléter leurs études en pousuivant dans un autre programme de doctorat.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 EN STAGE POST-DOC

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

25 13 13 3 3

 

Note : taux de placement comparable aux années précédentes (était de 65 % en 2012; 69 % en 2010 et 58 % en 2007).

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Avec une maîtrise ou un doctorat (ou une scolarité de doctorat) :  

Dans le secteur privé :

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport aux années précédentes pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en physique (était de 24,73 $ en 2013; 21,45 $ en 2011 et 26,08 $ en 2009).

Note 2 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en sciences de l'eau par rapport aux années précédentes (était de 23,58 $ en 2013; 23,43 $ en 2011 et 22,13 $ en 2009).

Note 3 : moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en océanographie comparable aux années précédentes (était de 23,58 $ en 2013; 20,85 $ en 2011 et 20,98 $ en 2009).

Dans le secteur public et parapublic :

En enseignement collégial et universitaire :

(32,5 heures/sem réparties sur 40 semaines pour le collégial, mais le salaire est calculé sur 52 semaines)

  • 72,07 $/heure en moyenne en tant que chargé(e) de cours dans un collège préuniversitaire privé (avec une maîtrise ou une scolarité de doctorat)

  • 75,17 $/heure en tant que chargé(e) de cours dans un cégep (avec une maîtrise ou une scolarité de doctorat)

  • 90,01 $/heure en moyenne en tant que chargé(e) de cours dans une collège préuniversitaire privé (avec un doctorat)

  • 90,61 $/heure en tant que chargé(e) de cours dans un cégep (avec un doctorat)

  • 861,00 $/semaine en moyenne en tant qu'enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise dans une discipline d'enseignement + une maîtrise ou un diplôme en pédagogie au collégial)

  • 887,63 $/semaine en moyenne en tant qu''enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise + diplôme en pédagogie de l'enseignement collégial ou titulaires d'une maîtrise + scolarité de doctorat)

  • 892,52 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise dans une discipline d'enseignement + une maîtrise ou un diplôme en pédagogie au collégial)

  • 969,98 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans de scolarité : scolarité de doctorat)

  • 1 032,90 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 1 054,23 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 8 311,99 $/trimestre et par cours de 45 heures en moyenne pour un(e) chargé(e) de cours ou part-time faculty dans une université (avec une maîtrise)

  • 8 403,25 $/trimestre et par cours de 45 heures en moyenne pour un(e) chargé(e) de cours ou part-time faculty dans une université (avec un doctorat)

  • 1 070,34 $/semaine en moyenne en tant que chargé(e) d'enseignement, professeur(e) assistant(e), professeur(e) suppléant(e) ou lecturer dans une université

  • 1 336,35 $/semaine en moyenne en tant que professeur(e) adjoint(e), professeur(e) régulier ou assistant professor dans une université

Note : Dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives collectives.

 

Sources : Ministère de l'Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, Forces canadiennes, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec, Syndicat professionnel des scientifiques d'Hydro-Québec, Syndicat des employés de réseau d'Hydro-Québec, Syndicat des spécialistes et professionnels d'Hydro-Québec, Syndicat des professionnels municipaux de Montréal, Alliance des professionnels de la Ville de Québec, onventions collectives des fonctionnaires municipaux de la plupart des moyennes municipalités de taille moyenne, conventions collectives des professionnels de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des professionnels de plusieurs collèges privés, conventions collectives des professeurs de plusieurs collèges privés, conventions collectives des employés de soutien de la plupart des universités, conventions collectives des professionnels de recherche de plusieurs universités, conventions collectives des professionnels de la plupart des universités conventions collectives des chargés de cours de la plupart des universités et conventions collectives des professeurs de la plupart des universités.

 

CERTIFICATION PROFESSIONNELLE :

 

Aucun titre professionnel n’est nécessaire pour occuper un poste de physicien(ne).

 

Par contre, afin de rehausser la réputation et le niveau de professionnalisme de ces professionnels, l’Association canadienne des physiciens offre une certification professionnelle comme désignation « physicien(ne) professionnel(le) » dû à l’accroissement du niveau de complexité de la profession.

 

PORTRAIT DE LA DISCIPLINE :

 

La physique étant une discipline vaste et varié, il existe plusieurs domaines d'études, voici quelques les principaux :

 

astrophysique : se penche sur ce qui se produit (ou s'est produit) au-delà de notre atmosphère...de la composition des planètes à l'évolution de l'Univers dans son ensemble. La mise au point de télescopes nouveaux en fait une science en plein essor.

 

biophysique (aussi appelée "physique biologique") : à l'interface de la physique et de la biologie, elle se penche sur les phénomènes physiques qui se déroulent dans des systèmes vivants.

 

Comment se forment les membranes ?, comment se déplacent les êtres unicellulaires ?, comment telle molécule peut-elle pénétrer la paroi cellulaire ?

 

Au niveau théorique, ses applications sont orientées vers le transport membranaire dans le corps humain ou animal, la biomécanique des muscles, l'écoulement des liquides dans le corps, la structure des biopolymères (matériaux produits par les êtres vivants), etc.

 

Au niveau expérimental, ses applications sur orientées vers la résonance magnétique nucléaire, l'imagerie par résonance magnétique IRM, l'électrophysiologie, la spectroscopie de masse, la résonance plasmon de surface (pour le développement de détecteurs biologiques du système immunitaire), la microcalorimétrie (mesure des changements de chaleur au cours d'une réaction), la biophotonique,

 

mais aussi dans l'industrie biomédicale pour l'élaboration de biomatériaux (matériau conçu pour interagir avec les systèmes biologiques comme les lentilles de contact, les implants, les appareils d'orthodontie, les prothèses pour les articulations, les orthèses, la peau artificielle, les cathéters, les stimulateurs cardiaques, les valves cardiaques, les cœurs et autres organes artificiels, etc.).

 

C'est une discipline en forte expansion offrant de nombreuses perspectives d'avenir.

 

optique :  traite de la lumière, de son comportement et de ses propriétés, du rayonnement électromagnétique à la vision en passant par les systèmes utilisant ou émettant de la lumière.

 

On y retrouve de nombreuses applications dans les domaines de l'astronomie, de la photographie, de l'ingénierie, de la médecine, , l'inspection industrielle notamment pour l'aérospatiale et la microélectronique, la sécurité publique, le militaire, les télécommunications, etc.

 

D'excellentes perspectives sont à prévoir pour les années à venir.

 

photonique et lasers : est la branche de la physique concernant l'étude et la fabrication de composants permettant la génération, la transmission, le traitement (modulation, amplification) ou la conversion de signaux optiques.

 

Ses applications variées dont certaines sont en émergence sont orientées vers le développement de nouveaux systèmes d'immersion en réalité virtuelle, les télécommunications, le développement de nouvelles technologies de découpe en industrie plus performants, mais surtout plus sécuritaires pour les travailleurs, le développement de robots collaboratifs (pour reproduire les gestes de celui qui les commande mais en les réalisant avec plus de force et en laissant le travailleur dans un espace protégé de tout risque), le développement de nouvelles technologies permettant de remplacer les connexions électriques par des connexions optiques qui augmentera l'économie d'énergie, l’émergence de l’opto-génétique qui est la création et l’implantation de gènes photosensibles permettant le contrôle d’actions sur des organismes par stimulation lumineuse, etc.

 

D'excellentes perspectives sont à prévoir pour les années à venir.

 

physique atomique (ne pas confondre avec la physique nucléaire) : étudie de façon théorique et expérimentale les atomes en tant que systèmes isolés qui comprennent les électrons et le noyau atomique. Elle se concentre essentiellement sur l'arrangement des électrons autour du noyau et sur la façon dont celui-ci est modifié.

Ses applications servent principalement pour la physique des plasmas et fait appel énormément aux connaissances des mathématiques et utilisent beaucoup les outils informatiques.

 

Par exemple : en médecine (techniques de stérilisation d'objets médicaux et en optimisation des techniques en imagerie médicale), en environnement (développement de nouveaux matériaux pour la dépollution des cours d'eau), microélectronique (conception de nouveaux circuits), industrie du verre (développement de nouveaux matériaux en verre plus résistants); etc.

 

physique de l'atmosphère et la géophysique : s'intéresse au comportement physique de notre espace vital terrestre et aux moyens techniques nécessaires à cette étude (les satellites et la télédétection, par exemple). Elle fait appel beaucoup aux connaissances mathématiques.

 

Ses applications sont orientées vers la météorologie, la climatologie, l'océanographie, la géomatique, les sciences spatiales, etc.

 

physique de la matière condensée :se penche sur les propriétés des phases solide, liquide et intermédiaires (cristaux liquides). En particulier, l'étude des semi-conducteurs a donné naissance au transistor et à la microélectronique. On y étudie aussi le magnétisme, la supraconductivité, les solides désordonnés, etc.

 

On y travaille souvent aux très basses températures (cryogénie). Paradoxalement, on y fait appel à des théories aussi sophistiquées qu'en physique des particules élémentaires.

 

Ses applications permettront de mieux comprendre la supraconductivité et les propriétés des basses et de hautes températures (gaz, liquides, solides), les propriétés électroniques des matériaux, les phénomènes électroniques, les phénomènes de vieillissement, etc.

 

Enfin, c'est le domaine de la physique qui compte le plus de membres (entre un tiers et la moitié de tous les physiciens).

 

physique des matériaux : s'intéresse à la relation entre les propriétés, la morphologie structurale et la mise en œuvre des matériaux qui constituent les objets qui nous entourent (métaux, polymères, semi-conducteurs, céramiques, composites, etc.).

 

Ses applications sont nombreuses :

 

les polymères : bouteilles d'eau en polytéréphtalate d'éthylène (PET), CD en polycarbonate (PC), vêtements en polyéthylène (PE), Rilsan, Gore-tex, bouteilles de lait, canalisations en polyéthylène haute densité (PEHD), pièces mécaniques en polyamide, mousses d'isolation en polyuréthane (PUR), sacs biodégradables en acide polylactique (PLA), etc.;

 

les matériaux de la micro-électronique : la conception des diodes, transistors, diodes lasers, photodétecteurs, etc.;

 

les céramiques et les verres : vitres, disques de frein en carbone-céramique, outils de machine-outil en carbure de tungstène, pot catalytique en zircone, etc.;

 

les composites : coques de bateaux, pales d'hélicoptères, aubes de turbine, casques de moto, skis, surfs, planches à voile, arbres de transmission, etc.;

 

les métaux et alliages : mobilier urbain en acier galvanisé, tôles en acier, filtres, électrodes de batterie, coupe-flammes en mousse métallique, etc.

 

physique des particules élémentaires : s'intéresse aux constituants les plus petits de la matière et cherche non seulement à connaître ces constituants mais aussi à comprendre leurs interactions.

 

Quelles sont les particules élémentaires, les constituants fondamentaux de toute la matière ? Comment ces entités interagissent-elles ? Pourquoi la Nature est-elle ainsi faite ? c'est ce que les physiciens(nes) de ce domaine cherchent à répondre.

 

Les applications envisagées sont innombrables, impossibles à prévoir comme tel, mais pourraient mener aux prochaines générations de semi-conducteurs, le développement de nouvelles technologies pour les dispositifs d'imagerie médicale, le développement de systèmes de détection originaux

 

Il est le second domaine de physique qui compte le plus de physiciens(nes).

 

C'est un domaine offrant de très bonnes perspectives pour l'avenir.

physique des plasmas : s'intéresse à cet état de la matière dans lequel une grande partie des atomes sont ionisés. C'est le domaine des très hautes températures.

Ses applications sont orientées vers la fusion nucléaire, la physique de dépôt et de gravure (notamment pour la gravure de microprocesseurs et autres composants), la physique pour implantation ionique (notamment utilisé en microélectronique et dans la fabrication de biomatériaux), les disjoncteurs à haute tension, ainsi que d'autres applications en télécommunications, en microélectronique et en photonique, le traitement des déchets, etc.

 

C'est un domaine en forte expansion offrant d'excellentes perspectives d'avenir.

 

physique médicale (aussi appelée "radiophysique" ou "radiobiologie") : regroupe les applications de la physique en médecine s'intéresse aux aspects techniques et scientifiques relatifs à la production et l'utilisation des rayonnements ionisants ou non (rayons X, radioactivité) dans les systèmes d'imagerie médicale, des appareils de médecine nucléaire et les appareils de radiothérapie.

 

Plus spécifiquement, ses applications sont :

 

radio-oncologie : métrologie des radiations ionisantes, planification des traitements (calcul de la dose délivrée dans les tissus selon les prescriptions du radiothérapeute) et le contrôle de la qualité et de la sécurité des appareils;

 

imagerie médicale : le développement de nouvelles techniques, le traitement de l'image, l'évaluation de sa qualité et l'optimisation des protocoles d'acquisition en trouvant des compromis entre la dose délivrée au patient et la qualité de l'image;

 

médecine nucléaire : le développement de nouvelles technologies en imagerie ultrasonore sont développées pour étudier la structure cellulaire des tumeurs et leur rigidité, le développement de nouveaux radiotraceurs permettant d’effectuer de l’imagerie moléculaire en santé cardiovasculaire, en neurologie et en cancers, développement et la validation d’algorithmes de traitement d’images en imagerie de résonance magnétique,  technologies d’imagerie optique sont développées afin d’évaluer la santé cérébrale notamment pour la maladie d'Alzheimer et les troubles du sommeil, etc.

 

physique nucléaire : s'intéresse à la structure et au comportement des noyaux des atomes. Elle est à l'origine de l'industrie nucléaire, mais concentre ses efforts sur les connaissances fondamentales.

 

Ses applications sont nombreuses :

 

médecine :  l'utilisation de sources radioactives et de l'interaction de ces sources avec les tissus humains. Cette interaction est exploitée à des fins de diagnostic (imagerie par résonance magnétique IRM par exemple) ou de traitement des cancers (radiothérapie);

 

contrôle non destructif : même principe que la radiologie utilisée en médecine mais les sources de rayonnement sont plus intenses et ont un spectre plus « dur » du fait des épaisseurs et de la nature de la matière (acier...) à traverser. Notamment utilisée par l'industrie de la microélectronique, de l'aérospatiale, minière, chimique et pétrochimique, centrales électriques thermiques, raffineries de pétrole, usines de pâtes et papiers, etc;

 

production d'énergie contrôlée : principalement utilisée pour la production d'électricité, mais également pour permettre de mouvoir un véhicule, particulièrement dans le domaine maritime (porte-avions, sous-marins à propulsion nucléaire) et de l'aérospatiale;

 

 

archéologie et géologie : pour faire la datation absolue au cours du temps de la proportion de radio-isotopes dans certains corps et la mesure de l'âge de la Terre.

Sources : Université de Sherbrooke, Association canadienne des physiciens et Wikipedia

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 800 physiciennes et physiciens au Québec.

 

Plus de 84 % étaient des hommes.

 

Plus de 62 % des membres de la profession étaient âgés de moins de 45 ans.

Selon le rapport annuel 2015-2016 de l'Ordre des ingénieurs du Québec et l'enquête sur la rémunération des ingénieurs 2015 réalisée par le Réseau des ingénieurs du Québec; la répartition selon le type d'employeurs était :

Selon une enquête réalisée par l'Association canadienne des physiciens auprès de 945 diplômés(es) en physique travaillant dans le domaine de la physique, la répartition des domaines de pratique était la suivante :

Pour plus de détails, consulte également le Portrait de l'industrie des sciences et technologies physiques.

 

PORTRAIT DE L'INDUSTRIE DE L'OPTIQUE-PHOTONIQUE :  

 

Au Canada, environ 400 entreprises œuvraient en optique-photonique en 2015. Elles génèrent un chiffre d’affaires annuel de près de 4,6 milliards de dollars, exportent près de 65 % de leurs productions et créent plus de 25 000 emplois. La croissance de ces entreprises est évaluée à un taux annuel de 10 %.

C’est au Québec que l’industrie de l’optique-photonique est tout particulièrement bien implantée et établie, principalement dans les régions de Québec et de Montréal.

Elle se compose de plus de 130 entreprises, majoritairement des PME qui génèrent des revenus de plus de 800 millions de dollars, exporte près de 85 % de sa production et englobe un bassin de plus de 7 500 employés. Donc, près d’un quart du potentiel économique d’optique-photonique du Canada est Québécois.

Parmi ces emplois, plus de 40 % de travailleurs exercent de près ou de loin leurs activités en recherche et développement.

Nos entreprises québécoises en optique-photonique se démarquent également par leur dynamisme et par la multitude des sous-secteurs de l’optique-photonique dans lesquels elles œuvrent (p.ex. vision et imagerie; instrumentation; capteurs). Cette diversité leur permet d’être très compétitives et de développer des technologies innovantes qui s’adressent à des secteurs d’activité divers et variés tel que l’aérospatial, le médical, le manufacturier, les télécommunications, etc.

La région de Québec est un leader dans la commercialisation des applications issues de la photonique.

En 2015, elle regroupait 52 entreprises et 19 unités de recherche (privés, gouvernementaux et universitaires) ayant généré un chiffre d'affaires de 687 millions $ et employaient plus de 3 100 personnes, en plus de contribuer à plus de 1 200 emplois indirects.

La région de Montréal possède de grandes compétences en recherche et développement dans le domaine des matériaux et des dispositifs.

En 2015, elle comptait environ 70 entreprises en photonique ayant généré des revenus de plus de 360 millions $ et qui employaient près de 3 000 personnes.

Du côté de la recherche universitaire et institutionnelle en photonique, on y retrouvait plus d’une vingtaine de laboratoires, centres et instituts de recherche principalement universitaires, mais également gouvernementaux et privés.

Les principales technologies développées par les entreprises québécoises de la photonique sont :

Les entreprises québécoises mettent au point des produits et des solutions pour presque tous les secteurs de l’industrie, dont les plus importants sont, par ordre d’importance :

  1. le secteur manufacturier et industriel (28 %) :  différentes technologies ont été conçues et développées, maintenant utilisées dans plusieurs industries pour la détection, le contrôle de la qualité, le monitoring, le design et l'imagerie, le développement de capteurs à fibre optique de mesures d'interférences ou de perturbations électromagnétiques pour l'industrie de la microélectronique, des capteurs à fibre optique de mesure des interférences électriques pour l'industrie de la microélectronique ou des télécommunications, des composants pour des lasers industriels haute puissance, des stabilisateurs de lasers à bande étroite, développement d'un détecteur du niveau de remplissage de réservoirs de liquide, de poudre, de granules ou de matériau visqueux, mise au point d'un système de vision automatisé pour l'inspection de pièces automobiles, etc.

  2. les sciences de la vie (25 %) : on y a conçu, développé et vendu des produits utilisés pour le monitoring de température et de pression, l'imagerie médicale et le traitement de la peau ou l'épilation, un système optique pour la vérification des codes à barres 2D et le déclassement des médicaments d'ordonnance pour les pharmacies et hôpitaux, etc. D'autres instruments en voie de développement présentent un fort potentiel notamment pour les plateformes de diagnostic en temps réel et l'imagerie.

  3. les télécommunications (17 %) : des technologies telles que les suivantes ont été développées : un système de gestion du volume des interconnexions dans les centres de données pour les compagnies de télécommunications, des compensateurs de dispersion statiques et accordables pour les réseaux haute vitesse, des modules lasers utilisés comme oscillateur local pour convertir un signal de télécommunication dans une bande de fréquences supérieure ou inférieure, etc.

  4. la défense et la sécurité publique (11 %) : Caméra infrarouge haute résolution, système laser spécialisé, mire thermique ultralégère, système infrarouge actif de contre-mesure, système de vision de nuit longue portée, environnement virtuel 3D, télédétection et télémétrie par laser, mise au point d'un micromiroir innovateur dont la courbure peut être modifiée par attraction électrostatique pour la conception de simulateurs de vols des avions à réaction militaires; voilà quelques exemples de technologies développées dans la région de Québec.

  5. la recherche (11 %) : on y a conçu et développé des lentilles en forme optique, des miroirs en forme optique, des capteurs à fibre optique pour la chimie assistée par micro-ondes, des stabilisateurs de lasers à bande étroite, un bras de captation de fumée et de poussières pour les laboratoires, un auto-échantillonneur avec outil robotique pour laboratoires d'analyses, des générateurs de gaz, etc.

  6. l'énergie (7 %) : des technologies ont été développées pour l'optimisation énergétique des appareils, l'augmentation du rendement des éoliennes et des panneaux solaires, une unité de contrôleur de surface pour la surveillance du pétrole et du gaz de fond, des capteurs à fibre optique pour la surveillance des infrastructures électriques, im extensomètres à fibre optique pour la mesure des déformations des structures d'un barrage ou d'un réservoir par exemple.

  7. l'aérospatiale (moins de 1 %) : des technologies ont été développées telles que des capteurs à fibre optique pour la détection d'atterrissage dur, capteurs à fibre optique pour la surveillance de la température et de la pression hydraulique, capteurs à fibre optique pour la surveillance du niveau du réservoir de carburant et surveillance des systèmes de gestion du carburant, capteurs à fibre optique pour la surveillance de la déformation des composants rotatifs (rotor et lames) pour les avions à hélices et les hélicoptères, capteurs à fibre optique pour la surveillance en temps réel du poids et de sa répartition dans l'avion, mise au point d'un micromiroir innovateur dont la courbure peut être modifiée par attraction électrostatique pour la conception de simulateurs de vols des avions à réaction militaires, mise au point d'une plateforme technologique de pointe de surveillance vidéo et de télémétrie destiné au contrôle de la circulation aérienne (ATC) et aux opérations aéroportuaires, etc.

  8. le transport (moins de 1 %) : des capteurs optiques intégrés aux systèmes intelligents de gestion de la circulation, des capteurs intégrés aux systèmes ADAS (aide à la conduite) comme les systèmes de freinage d’urgence autonome, d’assistance dans les embouteillages ou de stationnement automatisé, des capteurs optiques pour un système de déglaçage automatisé des routes, mise au point d'un système de vision automatisé pour l'inspection de pièces automobiles, etc.

  9. l'environnement (moins de 1 %) : Les marchés de la photonique verte ont provoqué des développements technologiques permettant notamment la détection et le monitoring des gaz et autres polluants, l'analyse chimique sans solvant, l'optimisation énergétique des appareils, l'augmentation du rendement des éoliennes et des panneaux solaires, la mesure du trafic et la gestion des déplacements.

  10. l'agroalimentaire (moins de 1 %) : mise au point d'une nouvelle caméra d'imagerie hyperspectrale pour la détection de contaminants dans les petits fruits et certains légumes, mise au point d'un prototype permettant d’effectuer la classification des grains de canola, mise au point d'un biocapteur de bactéries en transformation des aliments, mise au pont d'une caméra infrarouge aéroportée, compacte et non refroidie permettant d’obtenir une série de données complètes pour l’analyse du sol, des surfaces et de la végétation, développement d'une technologie de cytomètre en flux pour l'analyse de biofluides

Dans le domaine de la recherche, des projets sont réalisées dans les domaines tels que :

L'industrie de l'optique de la photonique recherche principalement des spécialistes hautement qualifié détenant une maîtrise ou un doctorat, que ce soit des physiciens, des biophysiciens, des chimistes, des ingénieurs physiciens, des ingénieurs électriciens, des ingénieurs informaticiens, etc.

Mais, elle recherche également des technologues en génie physique, des technologues en génie physique, des technologues en génie microélectronique, des technologues en électroniques industrielles, des technologues en génie mécanique, etc.

Sources : Optonique, le Pôle d'excellence en optique-photonique du Québec, Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec, Emploi-Québec et Québec International.

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Avec les gels d'embauche et les coupures budgétaires dans les réseaux de l'enseignement collégial et universitaire, les perspectives d'emploi risquent d'être plus difficiles, alors qu'ils sont parmi les plus importants employeurs des physiciens(nes).

 

Avec la venue de nouvelles technologies; les secteurs des télécommunications, de l’optique, de la photonique, de la nanotechnologie, des lasers et de la physique médicale sont présentement en plein expansion et les perspectives d'emploi seront davantage orientées vers ces secteurs industirels.

 

Le salaire annuel moyen d'un(e) physicien(ne) était de 84 000 $.

 

Donc, il y a de très bonnes possibilités d’emplois pour les prochaines années avec l’obtention d’une maîtrise ou d’un doctorat en physique.

 

PASSERELLES :

 

Une passerelle permet aux titulaires du DEC en techniques d'éducation à l'enfance de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES (1er cycle) :

 

Les études en physique ne finissent généralement pas au niveau du baccalauréat. La majorité des cas, tu devras entreprendre des études de maîtrise voir même de doctorat. Ce qui signifie qu’il faut t’attendre à entreprendre 5 à 8 années d’études universitaires avant de te diriger vers le marché du travail et travailler dans le domaine de la physique ou dans un secteur connexe (météorologie, océanographie, enseignement, etc.), bien que plusieurs emplois soient également disponibles aux titulaires que d'un baccalauréat.

 

Le Baccalauréat spécialisé en biophysique B.Sc. offert à l'UQTR a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais il est également offert à temps partiel.

 

Passionné(e) par la physique, mais tout particulièrement sur ses applications au domaine de la santé humaine ou animale et sur tous les organismes biologiques et l'environnement ?

 

Ce programme permet d’obtenir une formation interdisciplinaire couvrant la biologie, la chimie, la biochimie et la physique. Il permet d’obtenir des emplois polyvalents dans les domaines biomédicaux, des biotechnologies industrielles et de l’environnement.

 

Parmi les programmes (encore rares) de baccalauréat en biophysique existant de par le monde, celui de Trois-Rivières (unique au Québec et unique en français en Amérique du Nord) se distingue par la possibilité donnée à l'étudiant d'intégrer très rapidement les différentes connaissances et d'adopter un point de vue « biophysique ». Tout comme ses collègues chimistes ou physiciens, l'étudiant se trouve ainsi confronté plus rapidement aux beautés et aux défis de sa discipline;

 

Il comporte de nombreux travaux pratiques en laboratoire et la possibilité d'effectuer un stage optionnel (rémunéré ou non rémunéré) en milieu industriel ou dans un milieu de recherche (universitaire, gouvernemental ou privé) au Québec mais aussi dans le reste du Canada, aux États-Unis et en Europe.

 

Il prépare principalement à poursuivre vers des études supérieures notamment en biologie cellulaire et moléculaire, en sciences des radiations et imagerie médicale, en physique médicale, en génie biomédical, en sciences de l'énergie et des matériaux, en sciences de l'environnement, en sciences de l'eau, en sciences de la terre, en biogéosciences de l'environnement, etc.

 

Tu devras suivre les cours suivants : mathématiques appliquées, optique, biochimie 1, introduction à la chimie analytique, introduction à la biophysique, mathématiques appliquées 2, introduction à la physique moderne, biochimie 2, biochimie expérimentale 1 (théorie + labo), chimie analytique instrumentale (théorie + labo), biologie cellulaire, biologie moléculaire, analyse instrumentale quantitative, électricité et magnétisme, méthodes d'études des macromolécules biologiques, enzymologie, bioingénierie cellulaire (théorie + labo), physiologie moléculaire ou physiologie animale comparée, mécanique quantique 1, laboratoire en études des macromolécules biologiques, thermodynamique physique ou thermodynamique chimique, physique statistique, physique expérimentale 1 ou physique expérimentale 2, interactions biomoléculaires, ainsi que la réalisation d'un projet de recherche en biophysique de niveau baccalauréat OU un stage en biophysique d'une durée de 3 à 4 mois à temps complet (rémunéré ou non rémunéré) en milieu industriel ou en milieu de recherche.

 

Enfin, tu devras choisir 5 cours complémentaires choisir 3 à 5 cours complémentaires en dehors du champs de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er de l'UQTR accessibles comme cours complémentaires (ex : chimie de l'environnement, éléments d'écologie, instrumentation et mesure, communication et vulgarisation, introduction à la médecine humaine, neurophysiologie, bioéthique et éthique de l'environnement, programmation Web, histoire des sciences, etc.).

 

Le Baccalauréat bidisciplinaire en physique et chimie B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Ce programme combine la formation en physique avec une formation en chimie.

 

Passionné(e) de physique, mais aussi passionné(e) de chimie ?

 

La résolution de certains problèmes ou phénomènes chimiques nécessite une solide formation autant en physique qu'en chimie, comme par exemple en chimie moléculaire afin de déterminer les propriétés physiques des matériaux, la chimie des surfaces et l'électrochimie des membranes, la cinétique chimique, la thermodynamique chimique, les propriétés en chimie des particules, etc.;

 

Il peut préparer à une carrière dans les secteurs de la haute technologie, notamment en recherche et développement de nouveaux matériaux, dans les laboratoires des industries métallurgiques, pétrolières, de la transformation des plastiques, hydro-électriques, etc.;

 

Il peut préparer également à poursuivre des études supérieures notamment en physique, en chimie ou en sciences de l'énergie et des matériaux;

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : calcul avancé, algèbre linéaire appliquée, introduction à la chimie physique 1, introduction au laboratoire de chimie physique 1, procédés des signaux, méthodes expérimentales en physique 1, variables complexes, équations différentielles ordinaires, introduction à la chimie physique 2,  introduction au laboratoire de chimie physique 2, mécanique classique 1, méthodes expérimentales en physique 2, introduction à la chimie organique 1, chimie inorganique 1, physique quantique 1, informatique pour l'ingénierie, structure et propriétés moléculaires 2, thermodynamique statistique, électricité et magnétisme, physique quantique 2, laboratoire de chimie physique 2, mécanique quantique avancée, ondes électromagnétiques, physique de l'état solide et mécanique statistique ou mécanique statistique avancée;

 

Tu auras également 3 cours optionnels à choisir parmi 10 cours proposés (ex : chimie des matériaux inorganiques, cinétique chimique, optique, mécanique classique 2, laboratoire de physique moderne, projet de recherche en chimie physique, etc.).

 

Le Baccalauréat bidisciplinaire en physique et informatique B.Sc. offert à Montréal ou le Baccalauréat avec double majeure en physique et science informatique B.Sc. offert à McGill ont une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement.

 

Passionné(e) par la physique ?

 

Mais aussi, passionné(e) par l'informatique ?

 

Ces programmes combinent la formation en physique avec une formation en informatique tout au long des 3 années. Tu obtiendras une formation spécialisée en calcul et programmation scientifique appliquée à la physique.

 

La résolution de problèmes ou la compréhension de phénomènes en physique sont parfois complexes et nécessite l'aide d'outils informatiques sophistiqués par exemple en imagerie médicale, en dynamique des fluides, en sciences de l'atmosphère, etc.;

 

Il peut préparer à une carrière dans les secteurs de la haute technologie, en programmation scientifique, en gestion de projets scientifiques, en prévisions environnementales et financières, en optimisation de réseaux, etc.;

 

Il peut préparer également à poursuivre des études supérieures en physique, physique médicale, informatique, commerce électronique, mathématiques et informatique appliquées, génie biomédical, sciences de l'atmosphère, etc.;

 

Tu auras les cours obligatoires suivants : calcul 1, introduction aux disciplines de la physique, électromagnétisme, ondes et vibration, programmation 1, structures discrètes en informatique, mécanique classique 1, relativité 1, introduction à la physique expérimentale, calcul 2, algèbre linéaire, programmation 2, introduction aux systèmes informatiques, physique thermique et statistique, outils théoriques de la physique, optique et ondes électromagnétiques, mécanique quantique 1, probabilités et statistique, modèles de recherche opérationnelle, structure de données, introduction à l'informatique théorique et introduction à l'algorithmique.

 

Tu auras également à choisir 5 cours optionnels parmi des listes qui te seront proposées en fonction de tes intérêts, en fonction du domaine spécifique dont tu voudras te spécialiser, ainsi que le champ de recherche choisi si tu poursuis tes études au niveau de la maîtrise;

 

Voici quelques exemples de cours optionnels en physique : physique médicale, biophysique, modélisation numérique en physique, hydrodynamique, électromagnétisme avancé, physique de la matière condensée, astronomie et astrophysique, mécanique quantique 2, physique des plasmas, etc.;

 

Voici quelques exemples de cours optionnels en informatique : concepts des langages de programmation, bases de données, simulation et systèmes, informatique théorique, modèles stochastiques, introduction aux algorithmiques numériques, technologie de l'Internet, etc.;

 

Le Baccalauréat bidisciplinaire en physique et mathématiques B.Sc. offert à Montréal et Ottawa

ou le Baccalauréat avec double majeure en physique et mathématiques B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet (4 ans à Ottawa). Ce programme combine la formation en physique avec une formation en mathématiques. Tu obtiendras une formation spécialisée en calcul et programmation scientifique appliquée à la physique.

 

Passionné(e) autant par la physique et par les mathématiques ?

 

La résolution de problèmes ou de théories ou la compréhension de phénomènes naturels en physique sont parfois complexes et nécessite la connaissance approfondie d'outils et de modèles mathématiques notamment dans les domaines tels que la thermodynamique, la mécanique statistique, la relativité, la mécanique quantique, l'astrophysique, la géométrie ou la topologie;

 

Il peut préparer à une carrière principalement dans les secteurs de la haute technologie afin d'y occuper des fonctions en recherche, en gestion et l’optimisation de réseaux, en programmation scientifique, etc.;

 

Il peut préparer également à poursuivre des études supérieures en physique, en mathématiques, en actuariat, en statistique, en finance mathématique et computationnelle, etc.;

 

Tu auras les cours obligatoires suivants : calcul 1, analyse 1, algèbre linéaire, introduction aux disciplines de la physique, électromagnétisme, calcul 2, analyse 2, probabilités, ondes et vibrations, introduction à la physique numérique, mécanique classique 1, relativité 1, équations différentielles, variables complexes, mécanique quantique 1, physique thermique et statistique, optique et ondes et électromagnétisme, géométrie différentielle, analyse appliquée, mécanique quantique 2, introduction à la physique expérimentale, algèbre 1 ou équations différentielles et l'un des 3 cours suivants (mécanique classique 2, compléments de mécanique statistique  ou électromagnétisme avancé).

 

Tu auras également à choisir 6 cours optionnels en physique et mathématiques (ex : mathématiques assistées par ordinateur, mathématiques et technologie, analyse numérique 1, physique médicale, biophysique, physique des plasmas, modélisation numérique en physique, relativité 2, optique quantique, hydrodynamique, etc.)

 

Le Baccalauréat avec double majeure en physique et géophysique B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Ce programme combine la formation en physique avec une formation en géographie physique.

 

Passionné(e) par la physique ?

 

Mais, aussi très intéressé(e) par le fonctionnement et la structure de notre planète ?

 

La résolution de problèmes ou la compréhension de phénomènes en sciences de l'atmosphère et en sciences de la terre sont souvent complexes et nécessite une solide formation en physique comme le cycle de l'eau des mouvements océaniques, la stabilité thermique de l'air, la pression atmosphérique, les séismes, les mécanismes d'action des volcans, les forces des ouragans et des cyclones, les prévisions météorologiques, etc.;

 

Après avoir complété des études supérieures en océanographie, biogéosciences de l'environnement, sciences de l'atmosphère, sciences de la terre, sciences de l'eau, géophysique, physique (astronomie ou astrophysique) ou en sciences spatiales, il prépare à une carrière dans les domaines aménagement du territoire, les centres de surveillance des séismes et catastrophes naturelles ou des services de surveillance des glaces et des océans des gouvernements, etc. et enfin, les industries minières pourraient également avoir besoin de ton expertise;

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : calcul 3, algèbre linéaire, géologie structurale 1, introduction à la minéralogie, méthodes expérimentales en physique 1, calcul avancé, dynamique des systèmes simples, transfert de chaleur, méthodes expérimentales en physique 2, sorties sur le terrain en géologie (au printemps), équations différentielles ordinaires, physique terrestre élémentaire, structure de la Terre et séismes, introduction aux équations différentielles partielles, électricité et magnétisme avancé, laboratoires de mesures en physique générale, géodynamique et géomagnétisme, physique thermique et statistique, ondes électromagnétiques avancées, physique des fluides, physique quantique avancée et sujets spéciaux en mécanique classique.

 

Le Baccalauréat avec double majeure en physique et physiologie B.Sc. offert à Mcgill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Ce programme combine la formation en physique avec une formation en physiologie humaine.

 

Passionné(e) par la physique ?

 

Mais asssi, passionné(e) par le fonctionnement et la structure du corps humain ?

 

La résolution de problèmes en biomécanique du mouvement, la compréhension du fonctionnement électro physiologique du cerveau, le fonctionnement électrique du système cardiovasculaire, la compréhension des phénomènes de la sensation du chaud et du froid par la peau et autres, les répercussions physiologiques des chocs électriques, les mécanismes d'action des radiations nucléaires dans le corps et autres phénomènes physiques du corps humain nécessitent de solides connaissances en physique;

 

Il peut préparer notamment à une carrière en industrie biomédicale dans la recherche et développement de technologies d'imagerie médicale, d'organes artificiels (valves cardiaques, stimulateurs cardiaques, etc.), dans l'industrie pharmaceutique (notamment en élaboration de vaccins), en milieu hospitalier (mesure de la dose en traitements par radiations, en développement de nouvelles techniques d'imagerie, etc.), en recherche médicale (études des troubles musculo-squeletttique par exemple);

 

Par contre, la plupart de ces emplois nécessitent la poursuivre vers des études supérieures en physique médicale, en sciences des radiations et imagerie médicale, en physiologie ou en génie biomédical;

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : calcul 3, introduction au laboratoire de physiologie 1, méthodes expérimentales 1, dynamique des systèmes simples, transfert de chaleur, introduction au laboratoire de physiologie 2, méthodes expérimentales 2, algèbre linéaire, physiologie humaine 1, dynamique non linéaire et chaos, chaînes, synapses et hormones, physiologie respiratoire, rénale et cardiovasculaire, physiologie des systèmes sanguin, gastro-intestinal et immunitaire, neurosciences intégratives, électronique générale, laboratoire de mesures en physique générale, calcul avancé, équations différentielles,  analyse des signaux et systèmes biomédicaux, physiologie expérimentale, physique thermique et statistique, méthodes mathématiques en biologie, bases de la physique appliquées à la physiologie, électricité et magnétisme avancé et physique quantique avancée.

Le Double Baccalauréat spécialisé en physique et informatique B.Sc./B.Sc. offert à l'U.Q.T.R. une durée totale de 4 ans offert en régime coopératif à temps complet seulement (comprenant 2 stages rémunérés en entreprise de 3 mois chacun au cours des trimestres d'été de la 3e et de la 4e année).

Passionné(e) par la physique ?

Mais aussi, passionné(e) par l'informatique ?

Unique au Québec, ce concept permet non seulement de combiner ces 2 disciplines, mais également d'obtenir 2 diplômes et 2 grades, contrairement à un baccalauréat bidisciplinaire ou un baccalauréat avec double majeure.

La résolution de problèmes ou la compréhension de phénomènes en physique sont parfois complexes et nécessite l'aide d'outils informatiques sophistiqués par exemple en imagerie médicale, en dynamique des fluides, en sciences de l'atmosphère, etc.;

 

Il peut préparer à une carrière dans les secteurs de la haute technologie, en programmation scientifique, en gestion de projets scientifiques, en prévisions environnementales et financières, en optimisation de réseaux, etc.;

 

Il peut préparer également à poursuivre des études supérieures en physique, physique médicale, informatique, commerce électronique, mathématiques et informatique appliquées, génie biomédical, sciences de l'atmosphère, etc.;

 

Tu auras les cours obligatoires suivants : mathématiques appliquées 1, mathématiques appliquées 2, mécanique classique 1, optique, thermodynamique, mathématiques appliquées 3, électricité et magnétisme, physique expérimentale 1, introduction à la physique moderne, probabilités et statistique, physique mathématique 1, physique expérimentale 2, mécanique quantique 1, architecture des ordinateurs, introduction à la programmation objet, physique statistique, électromagnétisme, électronique linéaire 1, structure de données et algorithmes, mécanique quantique 2, physique expérimentale 3, analyse et modélisation en informatique, systèmes d'exploitation 1, concepts avancés en objet, mécanique classique 2, introduction aux interfaces utilisateur, analyse d'algorithmes, conception de logiciels, réseaux d'ordinateurs 1, mécanique des fluides, science, technologie et société, aspects juridiques de l'informatique, génie logiciel, réseaux d'ordinateurs 2, physique de l'état solide, bases de données 2,  élaboration et gestion de projets scientifiques et environnements et développement de composantes logicielles;

 

Tu auras également à choisir 2 cours optionnels en informatique parmi 10 cours proposés (ex : intelligence artificielle, programmation en temps réel, commerce électronique, programmation scientifique en C, traitement d'image, etc.).

 

Le Baccalauréat spécialisé en physique B.Sc. offert à McGill, Montréal, Laval, Sherbrooke, Concordia, U.Q.T.R., Bishop et Ottawa une durée totale de 3 ans offert à temps complet (sauf à Ottawa où il a une durée de 4 ans, si études collégiales non suivies), mais également offert à temps partiel dans la plupart universités.

 

Passionné(e) la physique purement et simplement ?

 

les propriétés physiques des matériaux, la structure de l'espace, les phénomènes physiques de l'électricité, les propriétés physiques de la lumière, les phénomènes électromagnétiques, la dynamique de l'écoulement des fluides (liquides et gaz) sont parmi les nombreux domaines d'études de la physique.

 

Tu auras des cours obligatoires tels que :  calcul 1, algèbre linéaire, introduction aux disciplines de la physique, électromagnétisme, ondes et vibrations, mécanique classique 1, relativité 1, calcul 2, introduction à la physique expérimentale, introduction à l'astrophysique, introduction à la physique moderne, introduction à la programmation scientifique, physique mathématique 1, techniques avancées en solution de problèmes physiques, optique et ondes électromagnétiques, électricité et magnétisme, laboratoire d'optique, mécanique classique 2, mécanique quantique 1, physique de la chaleur, physique atomique et nucléaire, physique statistique, physique expérimentale 2, mécanique classique 2, laboratoire de physique expérimentale, électronique, méthodes numériques et simulations, mécanique des fluides, mécanique quantique 2, physique de l'état solide, physique expérimentale 3, problèmes de physique contemporaine, etc.;

 

Si tu choisis une concentration de spécialisation, tu devras suivre des cours obligatoires et optionnels spécifiques à cette concentration plus quelques cours optionnels dans les autres domaines de la physique;

 

Si tu choisis un cheminement sans concentration, tu devras choisir des cours optionnels en physique, mais aussi en mathématiques et en informatique parmi des listes proposées (ex : mathématiques assistées par ordinateur, mathématiques et technologie, équations différentielles, modèles de recherche opérationnelle, programmation Java et applications, physique des plasmas, physique de la matière condensée, physique médicale, biophysique, structure atomique et nucléaire, physique nucléaire, fibre optique, bases de la photonique, lasers et applications, imagerie médicale, instrumentation astronomique, sciences de l'espace, physique numérique, physique des particules, évolution des concepts en physique, etc.);

 

Dans plusieurs universités, tu devras réaliser un projet de recherche en physique (niveau baccalauréat) dans l'un des principaux champs de recherche de cette discipline selon tes intérêts (et s'il y a lieu, en lien avec la concentration choisie et/ou avec un stage).

 

Enfin, tu auras quelques cours optionnels à choisir parmi des listes proposées de cours en biochimie, chimie, microbiologie, biologie et sciences médicales.

 

Certaines universités proposent une concentration de spécialisation (Laval, Sherbrooke, Bishop, Ottawa), voir la section "particularités" ci-dessous pour plus de détails.

 

Note : le nom et le contenu des cours et le cheminement type par session peuvent varier d'université à une autre, mais tous préparent adéquatement à entreprendre des études supérieures en physique ou dans une discipline connexe ou à intégrer le marché du travail.

 

Chaque université propose des particularités, soit :

 

L'UQTR :

 

Les titulaires d'un DEC technique (ex : technologie physique, technologie de la maintenance industrielle, technologie du génie mécanique, technologie de l'électronique industrielle, technologie de la construction aéronautique, etc.), peuvent se faire reconnaître quelques crédits après étude de leur dossier;

 

La taille restreinte de ses groupes-cours permet une formation quasi personnalisée;

 

Tu pourras effectuer un stage optionnel de 15 semaines à temps complet (rémunéré ou non rémunéré) dans le milieu de travail de ton choix (au Québec, ailleurs Canada ou ailleurs dans le monde), que ce soit en milieu industriel ou en milieu de recherche (au Québec, ailleurs au Canada ou ailleurs dans le monde);

 

ou réaliser un projet appliqué de fin d'études en physique dans le domaine de ton choix (qui peut être fait en collaboration avec une entreprise ou une organisation)

 

ou réaliser un projet de recherche en physique (de niveau baccalauréat) dans le domaine de recherche de ton choix (notamment dans l'un des domaines d'expertises de l'UQTR : biophysique, sciences de l'énergie dont principalement l'hydrogène, sciences des matériaux, etc.);

 

Il prépare à poursuivre tes études au niveau de la maîtrise en physique ou dans une discipline connexe dont les suivants offerts par l'U.Q.T.R. :

 

la maîtrise en biophysique et biologie cellulaire, la maîtrise en sciences de l'énergie et des matériaux, ainsi que le doctorat en sciences de l'énergie et des matériaux;

 

Parmi ses principaux laboratoires de recherche, on retrouve :

 

Institut de recherche sur l'hydrogène et le Laboratoire des technologies de l'énergie de l'Institut de recherche d'Hydro-Québec;

 

Enfin, elle a conclu une entente avec quelques universitaires partenaires de l'étranger permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études.

 

L'Université Bishop :

 

La taille restreinte de ses groupes-cours permet une formation quasi personnalisée;

 

Plus de 80 % de ses diplômés(es) du honours ont poursuivi leurs études supérieures en physique, souvent directement au doctorat. Plusieurs d'entre-eux ont obtenu leur diplôme gradué d'une prestigieuse université (américaine, britannique, allemande ou suisse notamment);

 

Aucune concentration de spécialisation n'est offerte, mais un choix de plusieurs cours optionnels est proposé;

 

Un baccalauréat avec majeure est également offert permettant de compléter le programme avec une mineure dans une autre discipline scientifique (ex : chimie, biologie, biochimie, mathématiques, science informatique ou géographie environnementale);

 

Enfin, elle a conclu des ententes avec plusieurs universités partenaires permettant d'effectuer 1 session d'études à l'étranger, dont :

 

Albert-Ludwigs-Universität Freiburg en Allemagne,

Ludwig-Maximilians-Universität München en Allemagne (son programme de physique est classé 1er en Allemagne et 13e au monde en 2018 selon QS Ranking),

l'École Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse (son programme de physique est classé 2e meilleur au pays et 16e au monde en 2018 selon  selon QS World),

l'Universität Freiburg en Suisse,

l'Université de Genève en Suisse (son programme de physique figure au 3e rang au pays et parmi les meilleurs en Europe),

 

L'Université Concordia :

 

Elle offre 3 types de programmes de physique :

 

B.Sc. spécialisation en physique (sans concentration) :  s'intéresse aux différents domaines de la physique et destiné à ceux qui se destinent au marché du travail

 

B.Sc. honours en physique (sans concentration) : s'intéresse aux différents domaines de la biologie comprenant un projet de recherche obligatoire en physique et destiné à ceux qui désirent poursuivre des études supérieures;

 

B.Sc. majeure en physique : permet d'obtenir une solide formation dans les différents domaines de la physique, mais en combinant avec une mineure dans une discipline connexe (chimie, géographie environnementale, mathématiques et statistique ou études multidisciplinaires en sciences);

 

Ces programmes ne comportement pas de concentration, mais un grand choix de cours optionnels parmi des listes proposées;

 

Elle offre également la possibilité de suivre le programme selon la formule en régime coopératif à temps complet permettant d'effectuer 3 stages rémunérés en milieu industriel ou en laboratoire de recherche d'une durée de 3 à 4 mois chacun;

 

Parmi ses principaux laboratoires de recherche, on retrouve :

le Centre de recherche en nanosciences de Concordia,

le Centre de microscopie de Concordia,

le Laboratoire des communications satellites et sans fil de Concordia,

Le Laboratoire en reconnaissance des formes et intelligence artificielle.

 

Elle a conclu une entente avec plusieurs universités étrangères, permettant d'y effectuer une session d'études, dont :

 

Fachhochschule Furtwangen en Allemagne,

l'University of Vienna en Autriche,

l'University of Copenhagen au Danemark,

l'University of Groningen aux Pays-Bas,

Göteborg University en Suède,

Lund University en Suède,

l'Université de Genève en Suisse  (son programme de physique figure au 3e rang au pays et parmi les meilleurs en Europe),

Keele University en UK,

l'University of New South Wales en Australie,

National University of Singapore à Singapore  (son programme de physique figure au 2e rang en Asie et au 18e rang au monde en 2018 selon QS Ranking),

l'Universidade de Caxias do Sul au Brésil,

San Francisco State University aux USA,

California State University of Los Angeles aux USA,

California State University at Long Beach aux USA,

l'University of South Florida aux USA.

 

L'Université Laval :

 

L'un des plus importants programmes de physique au Canada, l'Université est dotée de nombreux laboratoires d'enseignement (informatique scientifique, physique médicale, physique numérique, astrophysique, optique et photonique, technologies lasers, observatoire astronomique du Mont-Mégantic, etc.);

 

Elle possède une expertise reconnue dans domaines suivants : biophotonique, optique et photonique, lasers, holographie, astrophysique, physique atomique et des surfaces, physique médicale, physique subatomique et en cosmologie;

 

Une passerelle est offerte aux titulaires du D.E.C. en technologie permettant de se faire reconnaître 3 crédits (cours "physique expérimentale 1" dans le cadre de son baccalauréat;

 

Elle offre la formule de stages Sigma+ de la Faculté des sciences et de génie consistant en des stages rémunérés de 12 semaines ou plus. C'est toi qui détermine le nombre de stages que tu veux effectuer, ainsi que la ou les sessions pendant lesquelles tu les réaliseras, selon les conditions prévues dans le programme;

 

Son programme comporte un choix de 4 cheminements, soit :

astrophysique, optique, physique médicale et nucléaire, physique théorique, ainsi qu'un cheminement sans concentration;

 

Elle offre la formule de stages Sigma+ de la Faculté des sciences et de génie consistant en des stages rémunérés de 12 semaines ou plus. Cette formule d’alternance travail-études fait partie des plus avantageuses et des plus flexibles au Québec : c'est toi qui détermineras le nombre de stages que tu voudras effectuer, ainsi que la ou les sessions pendant lesquelles tu les réaliseras, selon les conditions prévues dans le programme;

 

Son profil international offre la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II en France ou

l'Universitat Autònoma de Barcelona en Espagne;

 

Il prépare à accéder aux études supérieures dont notamment dans l'un des programmes suivants offerts par Laval :

 

la maîtrise en biophotonique (unique au Canada), la maîtrise en physique - spécialisation en physique médicale ou la maîtrise en physique;

 

Parmi ses principales unités de recherche en physique, on retrouve :

 

le Centre de recherche en astrophysique du Québec (Montréal, Mcgill et Laval) dans les installations de l'observatoire astronomique du Mont-Mégantic en Estrie, le Centre de recherche en optique, photonique et laser de l'Université Laval, le Groupe de recherche en physique médicale et le Groupe de recherche en physique des ions lourds.

 

L'Université de Sherbrooke :

 

Classé parmi les meilleurs baccalauréats en physique au Canada, elle est reconnue pour son expertise dans les domaines tels que :

la science des radiations et la radiobiologie, la photonique, les nanosciences et nanotechnologies et la supraconductivité théorique ou expérimentale;

 

En fait, elle figure dans le top 25 mondial pour ses recherches en physique quantique selon US News;

 

Elle dotée de nombreux laboratoires et équipements à la fine pointe de la technologie (cryogénie, nouveaux matériaux avec fours de traitement thermique, microscopie, spectroscopie, physique numérique, physique médicale, radiobiologie, informatique scientifique, salles propres, atelier de mécanique, atelier d'électronique, etc.), dont certains équipements datent que de quelques années;

 

Elle offre une passerelle DEC-BAC en physique (en régime régulier ou en régime coopératif) permettant de compléter le programme en 2½ ans (3 ans pour le DEC + 2½ ans pour le Bacc) est offert aux titulaires du DEC en technologie physique (reconnaissance jusqu'à 9 crédits ou jusqu'à 11 crédits pour la concentration en en nanosciences et nanotechnologies), alors que les titulaires du DEC en techniques de génie mécanique de marine se voient reconnaître jusqu'à 3 crédits;

 

Offre également la possibilité de suivre le programme selon la formule en régime coopératif à temps complet permettant d'effectuer 3 stages rémunérés en industrie d'une durée de 4 mois chacun;

 

Elle propose un choix de 3 concentrations de spécialisation, soit :

calcul scientifique, physique médicale, nanosciences/nanotechnologies ou un cheminement général sans concentration;

Tu auras également la possibilité d'effectuer un stage d'1 session dans un laboratoire de recherche étranger (non rémunéré) dans le cadre de l'activité obligatoire "projet de recherche";

Son programme permet d'accéder aux études supérieures, notamment dans l'un des programmes suivants offerts à Sherbrooke :

la maîtrise en sciences des radiations et imagerie biomédicale (unique en français en Amérique du Nord et unique au Canada), ainsi que la maîtrise en physique (notamment dans l'un de ses principaux domaines d'expertise : photonique, nanosciences et nanotechnologies ou supraconductivité théorique ou expérimentale);

Parmi ses principaux laboratoires de recherche, on retrouve :

le Centre de recherche Plasma-Québec (I.N.R.S., Montréal, Mcgill et Sherbrooke), le Regroupement québécois sur les matériaux de pointe (Mcgill, Montréal, Sherbrooke et Polytechnique), le Groupe de recherche en sciences des radiations de l'Université de Sherbrooke, ainsi que le Centre d'imagerie moléculaire de l'Univrsité de Sherbrooke;

Enfin, son profil international offre la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université Claude Bernard Lyon 1 en France,
l'Università degli studi di udine en Italie,
Kansai Gaidai University au Japon,

Rikkyo University au Japon,
l'Universidad Autonoma de Nuevo Leon au Mexique.

L'Université de Montréal :

 

L'un des plus importants programmes de physique au Canada, l'Université est dotée de nombreux laboratoires pour l'enseignement (informatique scientifique, chimie physique, astrophysique, physique médicale, physique numérique, Tandetron, atelier d'usinage, observatoire astronomique, etc.) et un important corps professoral couvrant presque tous les domaines d'expertise en physique;

 

Elle propose un choix de  orientations de spécialisation dès la 2e année, soit :

astronomie et astrophysique, physique des matériaux, physique du vivant, physique subatomique, ainsi qu'une orientation générale sans concentration;

 

Toutes les orientations comprenant un choix de stage optionnel en industrie (rémunérés ou non rémunéré) et/ou stages optionnels de recherche, ainsi qu'un projet de fin d'études obligatoire en physique en lien avec la concentration de spécialisation choisie, s'il y a lieu;

 

Elle offre également un baccalauréat avec majeure en physique permettant de combiner avec une mineure dans une autre discipline (ex : chimie, biologie, mathématiques ou informatique), ainsi que 2 baccalauréats bidisciplinaires (physique et mathématique, physique et informatique);

 

Son programme permet d'accéder aux études supérieures, dont notamment l'un des programmes suivants offerts par l'UdeM :

la maîtrise en physique (options offertes : biophysique et physiologie moléculaires, physique médicale ou sans option avec mémoire ou avec travail dirigé) et la maîtrise en génie biomédical (options offertes : biomécanique, électrophysiologie, instrumentation et imagerie biomédicale, génie tissulaire et biomatériaux, musculo-squelettique ou biophotonique et nanotechonologie avec mémoire; biomécanique, instrumentation et imagerie biomédicale ou biophotonique et nanotechnologies avec travail dirigé);

 

Parmi ses principales unités de recherche en physique, on retrouve :

 

le Centre de recherche en astrophysique du Québec (Montréal, Mcgill et Laval) dans les installations de l'observatoire astronomique du Mont-Mégantic en Estrie, le Centre de recherche Plasma-Québec (I.N.R.S., Montréal, Mcgill et Sherbrooke), le Regroupement québécois sur les matériaux de pointe (Mcgill, Montréal, Sherbrooke et Polytechnique), le Groupe d'études des protéines membranaires, le Groupe de recherche en physique et technologie des couches minces de Montréal-Polytechnique

 

Elle a conclu une entente avec plusieurs universités étrangères dont certaines sont parmi les plus prestigieuses au monde, permettant d'y effectuer 1 ou session(s) d'études, dont :

 

Ludwig-Maximilians-Universität München en Allemagne (son programme de physique est classé 1er en Allemagne, 12e meilleur au monde en 2013 selon Times et 13e selon QS World, notamment reconnue en optique et photonique),

Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg en Allemagne  (son programme de physique est classé 3e en Allemagne et 27e meilleur au monde en 2013 selon Times et 27e selon QS World, notamment reconnue en biophysique, en optique et photonique, ainsi qu'en nanosciences/nanotechnologies),

Universität zu Köln (University of Cologne) en Allemagne (notamment reconnue en biophysique et en physique médicale),

l'Université catholique de Louvain en Belgique (notamment reconnue en biophysique et en physique médicale),

l'Univesity of Chyprus sur l'Île de Chypre (notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

l'Universidad Autónoma de Madrid en Espagne (son programme de physique est classé 1er au pays et 43e meilleur au monde en 2013 selon Times, notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

l'Universidad de Córdoba en Espagne (classée meilleure université au pays et 2e meilleur programme de physique en 2013 selon Times, notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

l'Universidad Complutense de Madrid en Espagne (notamment reconnue en astronomie et astrophysique, ainsi qu'en biophysique),

l'Universitat de Barcelona en Espagne,

l'École normale supérieure de Paris en France (son programme de physique est classé 1er en France, 37e meilleur au monde en 2013 selon Times et 46e selon QS World),

l'École Polytechnique de Paris en France (son programme de physique est classé 2e au pays et 47e meilleur au monde en 2013 selon Times, notamment réputée en nanosciences/nanotechnologies),

l'Université de Aix-Marseille en France (notamment réputée en astronomie et astrophysique),

l'Université Paris VII - Denis Diderot en France (notamment réputée en astronomie et astrophysique)

l'Université de Paris XI - Paris-Sud en France (notamment reconnue en optique et photonique, en biophysique, en physique médicale, ainis qu'en nanosciences/nanotechnologies),

l'Université de Strasbourg en France (notamment réputée en astronomie et astrophysique),

l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines en France (notamment reconnue en optique et photonique),

l'Université Nice-Sophia Antipolis en France (notamment réputée en astronomie et astrophysique),

l'Université Grenoble I - Joseph Fourier en France (notamment réputée en astronomie et astrophysique, physique thermique, en physique mathématique, ainsi qu'en nanosciences/nanotechnologies),

Politecnico Di Milano en Italie,

l'Università di Bologna en Italie (classée meilleure université du pays),

l'Università degli Studi di Pavia en Italie,

Maastricht University aux Pays-Bas,

Lund University en Suède (son programme de physique est classé 47e meilleur au monde en 2013 selon Times, notamment reconnue en physique des particules et en physique subatomique),

Stockholms universitet en Suède (notamment reconnue en biophysique),

l'École Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse (son programme de physique est classé 9e meilleur au monde en 2013 selon l'US News et 14e au monde selon QS World),

l'Université de Genève en Suisse (son programme de physique figure parmi les meilleurs en Europe, principalement réputée en astronomie et astrophysique),

l'University of Kent en UK,

l'University of Leeds en UK (notamment reconnue en astronomie et astrophysique et en biophysique),

Nagoya University au Japon (son programme de physique est classé 37e meilleur au monde en 2013 selon QS World),

Soka University au Japon,

Sophia University au Japon,

Waseda University au Japon,

Seoul National University en Corée du Sud  (son programme de physique est classé 38e meilleur au monde en 2013 selon QS World),

National University of Singapore à Singapore (son programme de physique est classé 29e meilleur au monde en 2013 selon le Times et 32e selon QS World),

l'University of Sydney en Australie (notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

l'Universidad Nacional de Córdoba en Argentine (notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

l'Universidade de São Paulo au Brésil (classée meilleure université en Amérique latine),

l'Universidad de Chile au Chili (classée 4e meilleure université en Amérique latine, notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

Collège militaire royal du Canada en Ontario au Canada (accessible aux civils, notamment reconnue en sciences spatiales),

l'University of British Columbia UBC au Canada (son programme de physique est classé premier au Canada, 25e au monde en 2013 selon l'US News et 39e au monde ex-acquo avec Edinburgh en UK selon le QS World, notamment réputée en astronomie et astrophysique),

l'University of Victoria en BC au Canada (notamment réputée en astronomie et astrophysique).

 

L'Université Mcgill :

 

Quant à elle, offre probablement le meilleur programme de physique au Québec et l'un des meilleurs au pays,

rien de surprenant pour la 3e meilleure université au Canada, 34e meilleure université au monde selon le Times Highler Education

ainsi que 3e meilleur programme de physique au Canada et 46e meilleur au monde selon l'US News et parmi les 100 meilleurs au monde selon QS World;

 

Elle offre un cheminement général sans concentration, mais avec grand un choix parmi plusieurs cours optionnels;

 

Elle offre également la possibilité de suivre un cheminement intégré baccalauréat-maîtrise en physique permettant de compléter ton baccalauréat et ta maîtrise en un délai plus court que les cheminements standards.

 

Elle offre également 4 baccalauréats avec double majeure (physique et géophysique, physique et sciences de l'atmosphère, physique et science informatique et physique et physiologie), ainsi que 2 baccalauréats bidisciplinaires (physique et mathématiques, physique et chimie);

 

Elle a conclu une entente avec plusieurs universités étrangères (dont certaines sont parmi les plus prestigieuses au monde), permettant d'y effectuer 1 ou session(s) d'études, dont :

 

Albert-Ludwigs Universität Freiburg en Allemagne (notamment reconnue en optique et photonique),

Freie Universität Berlin en Allemagne (notamment reconnue en optique et photonique),

l'Université de Strasbourg en France (notamment réputée en astronomie et astrophysique),

l'École Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse (son programme de physique est classé 9e meilleur au monde en 2013 selon l'US News et 14e au monde selon QS World),

l'University of Zurich en Suisse,

l'Università Degli Studi di Salerno en Italie,

l'University of Copenhagen au Danemark,

l'University of Amsterdam aux Pays-Bas,

l'University of Groningen aux Pays-Bas,

Lund University en Suède (son programme de physique est classé 47e meilleur au monde en 2013 selon Times, notamment reconnue en physique des particules et en physique subatomique),

l'University College London en UK (son programme de physique est classé 5e en UK et 25e meilleur au monde en 2013 selon QS World),,

l'University of Birmingham en UK,

l'University of Bristol en UK,

l'University of Edinburgh en UK (son programme de physique est classé 5e en UK et 19e meilleur au monde en 2013 selon l'US News et 39e selon QS World, notamment réputée en astronomie et astrophysique, en physique des particules, en physique subatomique et en biophysique),

l'University of Glasgow en UK (notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

l'University of Manchester en UK  (son programme de physique est classé 36e meilleur au monde en 2013 selon QS World, notamment reconnue en astronomie et astrophysique, en physique des particules, ainsi qu'en biophysique),

l'University of Melbourne en Australie (son programme de physique est classé 20e meilleur au monde en 2013 selon l'US News et QS World),

l'Australian National University en Australie (son programme de physique est classé 49e meilleur au monde en 2013 selon QS World),

Keio University au Japon,

Kyoto University au Japon (son programme de physique est classé second en Asie et 19e meilleur au monde en 2013 selon QS World),

Osaka University au Japon,

Sophia University au Japon,

National University of Singapore à Singapore (son programme de physique est classé 29e meilleur au monde en 2013 selon le Times et 32e selon QS World),

l'University of British Columbia UBC au Canada (son programme de physique est classé premier au Canada, 25e au monde en 2013 selon l'US News et 39e au monde ex-acquo avec Edinburgh en UK selon le QS World, notamment réputée en astronomie et astrophysique),

l'University of Virginia aux USA (notamment reconnue en astronomie et astrophysique),

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES (2e et 3e cycles) :

 

Les études de maîtrise et de doctorat sont principalement axées sur la recherche. En effet, tu devras réaliser de longs travaux de recherche dans un domaine spécifique de la physique ou de la spécialité choisie. Cette formation poussée te permettra de développer une expertise dans les champs de spécialisation choisie. Ce sont des études fort exigeantes car elles demandent beaucoup de travail personnel en plus des heures de cours et de laboratoire.

 

Note : Pour plus de détails, consulte la page sur les études supérieures en sciences où les programmes sont décrits.

 

Consulte également la page suivante où des programmes non offerts au Québec sont offerts par des universités ailleurs au Canada (astronomie, analyse spatiale ou toxicologie par exemple).

 

Consulte la page suivante si tu es intéressé par la maîtrise en sciences et technologies spatiales ou par la maîtrise en sciences judiciaires (secteurs de la biophysique judiciaire ou de la balistique par exemples) offerts aux U.S.A. seulement.

 

Enfin, consulte aussi la page suivante où des organismes de recherches en physique au Québec ont été répertoriés.

 

Si tu désires enseigner les sciences au secondaire (notamment les sciences physiques), il est possible d'entreprendre des études au niveau de la maîtrise en enseignement secondaire avec concentration en sciences et technologie offerte dans les universités suivantes :

 

Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Université Mcgill, UQAM et U.Q.T.R.


Ces programmes permettent d'obtenir le permis d'enseignement délivré par le Ministère de l'Éducation du Québec.

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur de sciences et technologie

 

Si tu désires enseigner la physique au collégial, il est possible d'entreprendre des études au niveau du 2e cycle dans l'un des programmes suivants :

 

maîtrise enseignement collégial offerte à Sherbrooke (aussi offert en ligne),

maîtrise en éducation - concentration en didactique offerte à l'UQAM,

maîtrise en didactique offerte à Montréal,

maîtmaîtrise en didactique (concentration en didactique des sciences) offerte à Laval,

maîtrise en éducation-didactique offerte à U.Q.T.R.,

D.E.S.S. en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
D.E.S.S. en enseigement collégial offert à Laval,
D.E.S.S. en enseignement collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. en éducation et formation des adultes offert à l'UQAM,
Certificat d'études supérieures en enseignement post-secondaire offert à Ottawa,
Microprogramme en formation à l'enseignement post-secondaire à Montréal (voir aussi la page suivante),
Microprogramme en formation initiale en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Microprogramme en insertion professionnelle en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Graduate Certificate in College Teaching offert à Sherbrooke,

Programme court en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à l’UQAM,
Programme en court en intervention éducative - concentration au collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat),

Microprogramme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat)

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur au collégial

 

Si tu désires enseigner la physique à l'université, tu devras compléter un doctorat + une formation post-doctorale au sein d'un centre de recherche en lien avec le champ d'expertise de ton choix. Pour plus de détails, consulte la page de professeur d'université.

 

La Maîtrise en physique avec mémoire M.Sc. a une durée totale d’1 an offert à temps complet, mais peut également être suivid à temps partiel. Dans la plupart des universités, aucun cours théorique ou de laboratoire n’est obligatoire au programme (sauf parfois un séminaire de recherche). Tu auras à choisir quelques cours optionnels ayant un lien avec ton projet de recherche, mais la majorité du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche en physique dans un domaine spécifique.

 

Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances en physique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisie. Voici quelques exemples de champs de recherche que tu pourras choisir : physique nucléaire et expérimentale, physique théorique, physique atomique et moléculaire, physique des surfaces, électromagnétisme, matériaux, physique de l’état solide, mécanique des fluides, optique et laser, astrophysique, physique de l’espace, physique médicale et biophysique, astronomie (Mcgill seulement), microélectronique (Sherbrooke seulement), physique de l’environnement (UQÀM seulement), etc.

 

Endroits de formation : Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, Sherbrooke, U.Q.T.R, Bishop et Ottawa

 

La Maîtrise en physique orientation générale sans mémoire M.Sc. offerte à Montréal a une durée totale de 2 ans offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Elle surtout destinée aux physiciens(nes) désirant se spécialiser dans un secteur spécifique de la discipline comme l'optique et la photonique, la physique des particules, la physique des couches minces, physique informatique, physique numérique et mathématique, physique des matériaux et nanosciences, physique des plasmas, etc.

 

Elle prépare notamment à des carrières telles que : journaliste scientifique, vulgarisateur(trice) ou coordonnateur(trice) d'activités de loisirs scientifiques, professeur(e) de physique au collégial, programmeur(euse)-analyste ou concepteur(trice) d'applications scientifiques, mathématicien(ne) de recherche au sein d'un centre de recherche en physique, etc.

 

Elle comporte plusieurs cours optionnels choisis selon tes intérêts professionnels, ainsi qu'une partie importante du programme est consacrée à la rédaction d'un travail dirigé sur un problématique ou sujet d'intérêt en physique OU à la réalisation d'un stage en milieu professionnel.

 

La Maîtrise en physique médicale avec mémoire M.Sc. offerte à Montréal, Mcgill et Laval a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Elle vise à former des spécialistes de la radioprotection et en technologies pour la radiothérapie et pour l'imagerie médicale en médecine nucléaire.

 

Elle comporte des cours en physique des radiations en radiothérapie et radiologie, laboratoire en physique médicale, radioprotection et curiethérapie, planification de traitement en radiothérapie externe, imagerie médicale, Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances en physique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisie.

 

Voici quelques exemples de projets de recherches : développement de nouvelles techniques de détection de la radiation, développement de nouveaux algorithmes d'optimisation de la dose, concevoir de nouveaux outils de détection de la radiation basée sur la scintillation de matériaux organiques, développement d'outils 4D et méthodes pour prévenir la détérioration d'un plan de traitement de radiothérapie par des mouvements internes, développement d'algorithmes complexes permettant le calcul à haute performance (CHP) sur plateforme graphique, simulations numériques de type Monte Carlo du passage de la radiation dans la matière permettant de calculer des distributions de dose avec une précision qui est bien au-delà des outils disponibles commercialement, développement de nouveaux outils et de techniques novatrices d'analyses morphométriques automatisées d'images médicales pour l'aide au diagnostic et la prédiction de l'état clinique futur dans les maladies neuropsychiatriques, développement de nouvelles techniques d'imagerie optiques en biologie, etc.

 

La Maîtrise en biophotonique (M.Sc.) offerte à Laval (voir aussi la page suivante) a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Tu acquerras des connaissances approfondies dans l'application de l’optique et la photonique à la biologie, et ce, en recherche fondamentale, en diagnostic et en intervention biomédicale.

 

Elle comporte des cours d'introduction à la biophotonique, séminaire de recherche en biophotonique, l'école d'été en biophotonique, conduite responsable de la recherche : cadres normatifs, ainsi que quelques cours optionnels en lien avec ton projet de recherche. La plus grande partie du programme est toutefois consacré au projet de recherche.

 

Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances interdisciplinaires en biophotonique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisi (ex : optimisation de nanocritaux pour leur utilisation en tant que sondes fluorescentes pour l'imagerie et la spectroscopie en milieu biologique, développement et utilisation des techniques de microscopie et de spectroscopie pour l'imagerie et l'étude des neurones, microscopie par force atomique pour applications biomédicales, développement de nouveaux spectromètres plus performants, etc.

 

La Maîtrise en sciences de l’atmosphère (ou sciences de l’atmosphère et des océans) M.Sc. offerte à Mcgill et UQÀM a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Elle a pour objectif d’approfondir tes connaissances dans les sciences de l’atmosphère, c’est-à-dire la météorologie, la climatologie et l’hydrologie. Cette formation te permettra de devenir météorologue. Elle comporte des cours en physique de l’atmosphère, couche limite-micrométéorologie, convection et précipitation, laboratoires de travaux pratiques, séminaires de recherche, etc. Tu devras choisir parmi 2 concentrations, soit hydrométéorologie où tu auras des cours en hydrométéorologie et modèles hydrologiques; soit en physique de l’atmosphère où tu auras des cours dynamique de l’atmosphère et synoptique (étude des vents). Ensuite, tu auras à choisir 2 cours optionnels ayant un lien avec ton champ de spécialisation parmi une liste qui te sera proposée. La plus grande partie du programme est toutefois consacrée à la réalisation d’un projet de recherche appelé "mémoire" dans un domaine spécifique de spécialisation en sciences atmosphères.

 

Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances en physique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisi. Voici quelques exemples de champs de recherche que tu pourras choisir : dynamique de l’atmosphère, météorologie synoptique (vents), climatologie physique, couche limite planétaire, prévisions météorologiques, météorologie de l’environnement, modélisation numérique, météorologie maritime, télédétection, etc.

 

La Maîtrise en sciences de l’énergie et des matériaux M.Sc. offerte à l'U.Q.T.R. conjointement avec l'I.N.R.S. a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel.

 

Elle vise à fournir des connaissances générales sur les divers domaines touchant les sciences de l'énergie et des matériaux tels que : matériaux, aux nanotechnologies, à l’ingénierie des composants, à la photonique ultrarapide et aux technologies énergétiques (piles à combustible).

 

Elle comporte les cours suivants : séminaire de maîtrise, sciences des matériaux ou énergies et systèmes énergétiques (UQTR) OU l'un des 3 cours suivants : physique des plasmas, énergie ou structure et propriétés des matériaux (INRS), ainsi que 3 cours optionnels parmi une liste proposée de plus de 20 cours (ex : piles à combustible et électrolyseurs, méthodes de simulation numérique en sciences des matériaux, état solide, gaz et solides, synthèse et caractérisation des matériaux, sciences et technologies des polymères, laser et techniques optiques, électrochimie : méthodologie et applications, phénomènes de transfert de chaleur et de masse, énergie de fusion, plasmas froids, etc.

 

La plus grande partie du programme est toutefois consacrée à la réalisation d’un projet de recherche appelé "mémoire" dans un domaine spécifique de spécialisation en sciences de l'énergie et des matériaux. Voici quelques exemples de projets de recherche :

 

profils réels de la consommation et de la production d’énergie selon les différentes conditions climatiques; développement d’algorithmes optimaux de partage de puissance afin d'optimiser le rendement de chaque source; optimisation de sources hybrides batteries – supercondensateurs - piles à combustible; développement de méthodes et techniques d'utilisation de l'hydrogène peut ensuite servir de combustible pour le chauffage, la production d’électricité (via une génératrice ou une pile à combustible) pour les applications stationnaires ou pour le transport; modélisation de la demande et de l'offre dans le secteur électrique, production et stockage de l’énergie non polluante; interrelations structure-propriétés des matériaux nanostructurés; caractérisation et propriétés des nanotubes de carbone; interaction plasma-paroi dans les réacteurs à fusion magnétique; développement de nouveaux outils numériques basés sur les codes cinétiques pour la fusion magnétique; etc.

 

La Maîtrise en sciences des radiations et imagerie médicale M.Sc. offerte à Sherbrooke a une durée totale d' 1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Tu acquerras des connaissances poussées sur les radiations utilisées en médecine nucléaire et en radio-oncologie et des autres utilisations médicales des radiations, mais la plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d'un projet de recherche appelé "mémoire" dans un domaine spécifique de la radiobiologie comme : instrumentation en imagerie médicale, chimie des radiations, photobiochimie, génétique moléculaire en radiobiologie, etc.

 

Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours : développement de bioréacteurs pour le diagnostic et le suivi thérapeutique, développement de nouveaux instruments pour l'imagerie médicale non invasive, développement d'outils d'imagerie en électroencéphalographie EEG, tomodensitométrie TDM, imagerie par résonnage magnétique IRM, tomographie par émission de positrons TEP, etc.

 

La Maîtrise en génie physique M.Sc.A. ou M.ing. offerte à Polytechnique a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel (profil avec mémoire) ou d'une durée totale de 2 ans offerte à temps complet seulement (avec projet ou avec stage et projet).

 

En choisissant la voie « professionnelle », tu pourras perfectionner tes connaissances et développer une expertise dans ton domaine par la réalisation d’un projet d’envergure de nature virtuelle ou un projet d'intervention en entreprise en lien avec la spécialisation choisie du génie physique. Dans d'autres cas, tu seras plutôt appelé à rédiger un essai sur une problématique, une nouveauté technologique ou un autre sujet d'intérêt en génie physique. Certains profils t'offrent la possibilité de réaliser un stage en milieu industriel de niveau avancée en génie électrique afin d'appliquer les connaissances acquises au cours de ce programme.

 

Le profil recherche comporte quelques cours optionnels en lien avec ton projet de recherche, mais la plus grande partie du programme au projet de recherche. Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances en génie physique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisie (ex : optique moderne et spectroscopie, physique des solides, biophtonique, nanoingénierie des couches minces, etc).

 

La Maîtrise en génie énergétique M.Sc.A. ou M.ing. offerte à Polytechnique a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel (profil avec mémoire) ou d'une durée totale de 2 ans offerte à temps complet seulement (avec projet ou avec stage et projet). ce programme te permettra d'approfondir tes connaissances scientifiques et technologiques en génie en te permettant d'acquérir des connaissances poussées dans le domaine des technologies énergétiques (énergie hydroélectrique, énergies renouvelables, énergie nucléaire, énergie pour bâtiments, réseaux énergétiques, etc.).

En choisissant la voie « professionnelle », elle vise à former des ingénieurs(es) en énergétique en te spécialisant dans l'un des principaux domaines de la spécialité. Elle comporte quelques cours optionnels en lien avec la spécialisation choisie, ainsi que la réalisation d'un projet d'envergure virtuel ou réel en partenariat avec le milieu et/ou la réalisation d'un stage industriel rémunéré ou non rémunéré au sein d'une entreprise ou d'une organisation du domaine énergétique (Hydro-Québec, Gaz métro, producteur privé d'électricité, manufacturier d'appareils ou équipements énergétiques, etc.).

Si tu choisis la voie axée sur la  « recherche »,, tu seras préparé(e) à poursuivre des études au niveau du doctorat afin de réaliser des travaux de recherche dans l’un des champs de recherche de cette discipline comme :

les aspects multidisciplinaires de l’énergie,  l’efficacité énergétique dans les bâtiments, les effets sur l’environnement des sources d’énergie,  les technologies du gaz naturel, technologies de l'éolien, technologies de l'énergie solaire, technologies de la géothermie, technologies hydroélectriques, , techniques nucléaires sans vocation énergétique, études théoriques et expérimentales des écoulements diphasiques, la physique des réacteurs nucléaires, la sûreté des centrales nucléaires, etc.

 

Autres programmes :

 

Voici quelques exemples d'autres maîtrises (et aussi baccalauréats) possibles :

-    Baccalauréat en enseignement des sciences et technologies au secondaire, voir la page de professeur en sciences

-    Baccalauréat en enseignement professionnel (au DEP en protection et exploitation des territoires fauniques) et technique (au DEC en techniques de bioécologie ou au DEC. en TACH ou au DEC en techniques du milieu naturel) ou au DEC en paysage et commercialisation en horticulture ornementale), voir la page de professeur(e) en enseignement professionnel et technique

-    Analyse spatiale : programme non offert au Québec, voir la page sur les études supérieures hors-Québec

-    Astronomie : programme non offert au Québec, voir la page sur les études supérieures hors-Québec

-    Design de systèmes virtuels : programme non offert au Québec, voir la page sur les études supérieures hors-Québec

-    Génie aérospatial (avec mémoire) à l'École Polytechnique et à l'École de technologie supérieure ÉTS

-    Génie - concentration énergies renouvelables et efficacité énergétique offert à l'École de technologie supérieure ÉTS

-    Génie - concentration en gestion de l'innovation offert à l'École de technologie supérieure ÉTS

-    Génie - concentration en réseaux de télécommunications offert à l'École de technologie supérieure ÉTS

-    Génie biomédical (surtout destiné aux titulaires du bacc en biophysique, du bacc en physique avec concentration en biophysique ou physique médicale ou du bacc bidisciplinaire en physique et physiologie) offert à l'Université de Montréal (conjointement avec l'École Polytechnique), Université Mcgill et École de technologie supérieure

-    Génie de la production automatisée (avec mémoire ou avec projet)) offert à l'École de technologie supérieure ÉTS

-    Génie des matériaux offert à Polytechnique (avec mémoire ou avec projet), Mcgill (avec mémoire) et Laval (avec mémoire)

-    Génie électrique offert à Polytechnique (concentrations :automation et systèmes, électronique, micro-électronique ou télécommunications avec mémoire), Mcgill (avec projet ou avec mémoire), Concordia (avec projet), Concordia (avec mémoire), Laval (avec essai), Laval (avec mémoire), Sherbrooke ( sans concentration en régime régulier avec mémoire ou ou cheminement interdisciplinaire en imagerie médicale avec stage interfacultaire et essai), U.Q.T.R (avec mémoire), École de technologie supérieure ÉTS (avec mémoire), École de technologie supérieure ÉTS (avec projet ou avec projet et stage), UQAM (avec mémoire), Ottawa (sans concentration avec  u avec projet ou avec cours seulement en régime régulier ou en régime coopératif M.ing.) et Ottawa (sans concentration ou spécialisation en science, société et politique publique avec mémoire en régime régulier seulement)

-    Génie informatique (surtout destiné aux titulaires du bacc bidisciplinaire en physique et informatique) offerte à Polytechnique (concentrations offertes : architectures informatiques, génie logiciel, ingénierie et analytique de données, intelligence artificielle en divertissement numérique interactif, multimmédia, réseautique, sécurité et fiabilité informatique, systèmes embarqués et temps réel ou systèmes intelligents, avec mémoire,) et Mcgill (maîtrise en génie électrique et génie informatique avec mémoire)

-   Informatique (surtout destiné aux titulaires du bacc bidisciplinaire ou double bacc en physique et informatique) offerte à Concordia (sans concentration avec projet ou avec mémoire en régime régulier ou en régime coopératif), UQAM (concentration en génie logiciel avec mémoire, voir aussi la page suivante), Sherbrooke (cheminements informatique, bio-informatique ou imagerie et médias numériques avec mémoire ou avec essai, en régime régulier ou en régime en partenariat avec stages rémunérés), Montréal (sans concentration avec stage ou avec mémoire), Mcgill (avec stage ou avec projet ou avec mémoire), Laval (sans concentration avec stage), Laval (sans concentration avec mémoire), UQAC (sans concentration avec mémoire), UQAC (sans concentration avec stage ou avec essai ou avec projet d'intervention), UQAC (concentration en jeux vidéo avec stage ou avec essai ou avec projet d'intervention), Bishop (sans concentration avec mémoire) et Ottawa (sans concentration avec essai ou avec mémoire)

-    Ingénierie des systèmes qualité (surtout destiné aux titulaires du bacc bidisciplinaire ou double bacc en physique et informatique) offert à Concordia (avec projet ou avec mémoire)

-    Mathématiques appliquées offert à l'École Polytechnique (mathématiques appliquées avec mémoire),

-    Mathématiques et informatique appliquées (surtout destiné aux titulaires du bacc bidisciplinaire en physique et mathématiques) à l'U.Q.T.R. (avec mémoire)

-    Mathématiques (surtout destiné aux titulaires du bacc bidisciplinaire en physique et mathématiques) à Montréal (option mathématiques appliquées ou mathématiques industrielles avec mémoire ou avec stage), Mcgill (M.Sc. sans concentration avec mémoire), Concordia (options : physique mathématique, probabilités et statistique, mathématiques pures et appliquées ou systèmes dynamiques avec mémoire ou avec projet), Laval (concentration en mathématiques appliquées avec mémoire), Laval (concentration en mathématiques appliquées avec essai), Sherbrooke (cheminement général avec mémoire avec mémoire), UQAM (concentration en informatique mathématique avec mémoire), U.Q.T.R. (mathématiques et informatique appliquées avec mémoire) et Ottawa (sans concentration avec mémoire)

-    Océanographie offert à l'UQAR (avec mémoire)

-    Physiologie ou médecine moléculaire (avec mémoire) (surtout destiné aux titulaires du bacc en biophysique, du bacc en physique avec concentration en biophysique ou physique médicale ou du bacc bidisciplinaire en physique et physiologie) offert à Mcgill, Montréal, Laval et Sherbrooke

-    Ressources naturelles offert à Mcgill (concentration micrométéorologie, avec mémoire)

-    Sciences de l'eau offert à l'I.N.R.S.-Eau-Terre-Environnement

-    Sciences de la criminalistique : études non offertes au Canada, consulte la page sur les études supérieures aux USA

-    Sciences de la sécurité aérienne : études non offertes au Canada, consulte la page sur les études supérieures aux USA

-    Sciences des systèmes offert à Ottawa

-    Sciences et ingénierie computationnelles : programme non offert au Québec, voir la page sur les études supérieures hors-Québec

-    Sciences géographiques offert à à Sherbrooke (cheminements : géomatique, environnements géographiques ou télédétection), Mcgill, Laval, Montréal, UQAM, UQAR et Ottawa

-    Sciences géomatiques offert à l'Université Laval

-    Télécommunications offerte à l'I.N.R.S. (concentrations : multimédia, réseaux et logiciels de télécommunications ou communications personnelles avec projet ou stage ou sans concentration avec mémoire)

-    Toxicologie : programme non offert au Québec, voir la page sur les études supérieures hors-Québec

Après avoir terminé tes études de maîtrise, tu pourras choisir soit te diriger vers le marché du travail OU entreprendre des études de doctorat en physique, biophysique, océanographie, météorologie, astronomie ou autres spécialités connexes afin de pouvoir enseigner la physique à l’université ou devenir chercheur(e) en physique.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

Note : pour les exigences d’admissions des universités d’Ottawa, Moncton, Dalhousie et C.M.R., vérifie auprès de l’université choisie.

 

Note 2 : sauf mention contraire, ces exigences concernant le baccalauréat en physique

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ces programmes

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis.

 

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d’automne et d’hiver dans la plupart des universités sauf pour les formules en alternance travail-études et le Bacc en physique et informatique offert à Montréal

ENDROITS DE FORMATION :

Qu'est-ce que l’alternance travail-études (aussi connu sous "régime coopératif") ?

  • Université Bishop (Baccalauréat spécialisé ou avec majeure sans concentration);
    offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;


    enseignement beaucoup plus personnalisé que dans les grandes universités;
    classes de
    très petites tailles, soit environ 10 étudiants;
    nombreuses activités en laboratoire d'enseignement (laboratoires d'informatique avec les plus récents logiciels spécialisés en physique, Laboratoire d'expérimentations en physique, Centre d'aide technique en physique, Bibliothèque de Bishop, supercalculateur Beowulf de 96 nœuds, Observatoire astronomique de l'Université Bishop, seule université au Canada ayant les équipements permettant de créer des hologrammes à trois couleurs);
    possibilité de réaliser un projet de fin d'études et/ou un projet de vulgarisation scientifique dans le domaine de recherche de ton choix;
    plus de 80 % des étudiants obtiennent un emploi d'été comme assistant de recherche;
    plusieurs possibilités d'obtention d'une bourse d'études pour poursuivre vers des études supérieures;

    possibilité de réaliser un stage optionnel crédité, rémunéré ou NON rémunéré dans le domaine de la physique pouvant aller jusqu'à 15 semaines en milieu industriel, professionnel ou de recherche;


    possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études créditées (jusqu'à 30 crédits) dans une université à l'étranger (choix parmi quelques centaines d'universités dans 30 pays dont près de 200 aux USA telles que : Monash University en Australie, Université catholique de Louvain en Belgique, Ludwig-Maximilians University en Allemagne, Albert-Ludwigs Fribourg University en Allemagne, Universidad de Alicante en Espagne, Université de Genève en Suisse, Université de Lausanne en Suisse, Waseda University au Japon, Yonsei University en Corée du Sud, etc.); pour plus de détails,  voir la page suivante;

    onsulte également les détails sur la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire), site de l'Observatoire astronomique de l'Université Bishop, site du Groupe de recherche sur les changements climatiques et environnementaux multi-échelles;

    réputée notamment dans les domaines de la séparation de gaz, mesure d'hydrogène, stockage d'hydrogène, mécanismes de transfert de masse et de chaleur dans ces matériaux de stockage, la compréhension et la caractérisation des interactions métal-hydrogène, la synthèse de nouveaux hydrures métalliques de faibles coûts et ayant des propriétés de stockage adaptées aux conditions industrielles, la diffusion de l’hydrogène et l’’impact de l’hydrogène sur les propriétés chimiques et physiques de revêtements métalliques, le développement de nanomatériaux pour les piles à combustible de type PEM, nanostructures de carbone, piles à combustible, etc
    .

  • Université du Québec à Trois-Rivières U.Q.T.R. (sans concentration avec ou sans stage);
    offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;

    consulte également le Double Baccalauréat en physique et informatique (comprend 2 stages obligatoires rémunérés en informatique en entreprise au cours des trimestres d'été);

    enseignement beaucoup plus personnalisé que dans les grandes universités;
    possibilité de réaliser un projet de fin d'études + un stage de recherche crédité non rémunéré dans un laboratoire de recherche de l'UQTR;
    utilisation systématique de l'ordinateur et d'un langage symbolique, exclusif dans les programmes de physique du Québec;
    offert en régime régulier;
    possibilité de réaliser un stage optionnel crédité, rémunéré ou NON rémunéré dans le domaine de la physique pouvant aller jusqu'à 15 semaines en milieu industriel, professionnel ou de recherche;


    possibilité d'effectuer une session d'études a l'étranger (Allemagne, France, Espagne, Suisse, Costa Rica, Brésil ou Chine) dans une université partenaire (telle que : Université Pierre et Marie Curie en France, Institut national des sciences appliquées de Toulouse en France, Université de Limoges en France, Helmut-Schmidt-Universität en Allemagne, Universidad de Lleida en Espagne, Université de Lausanne en Suisse, Université de Savoie Mont-Blanc en Suisse, Universidad Federal de San Carlos au Brésil, Instituto de Tecnologico de Costa Rica au Costa Rica, Jianghan University en Chine, Wuhan University of Technology en Chine, etc.); pour plus de détails, pour plus de détails consulte le Bureau de l'international et du recrutement;

    Consulte également la description de la maîtrise en sciences de l'énergie et des matériaux (sans concentration, mais orienté vers l'hydrogène avec mémoire), la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en mathématiques et informatique appliquées (profil recherche sans concentration avec mémoire), la maîtrise en enseignement secondaire (cheminement en enseignement des sciences et technologie avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation, voir aussi la page suivante) et le D.E.S.S. en mathématiques et informatique appliquées;

    réputée notamment dans les domaines de la séparation de gaz, mesure d'hydrogène, stockage d'hydrogène, mécanismes de transfert de masse et de chaleur dans ces matériaux de stockage, la compréhension et la caractérisation des interactions métal-hydrogène, la synthèse de nouveaux hydrures métalliques de faibles coûts et ayant des propriétés de stockage adaptées aux conditions industrielles, la diffusion de l’hydrogène et l’’impact de l’hydrogène sur les propriétés chimiques et physiques de revêtements métalliques, le développement de nanomatériaux pour les piles à combustible de type PEM, nanostructures de carbone, piles à combustible, etc;

    Site du département de chimie, biochimie et de physique, site de l'Institut de recherche sur l'hydrogène, site du Laboratoire de recherche en mathématiques et informatique appliquées.et le profil international, permettant d'effectuer un séjour d'études d'une ou deux sessions à l'étranger en France, en Espagne ou en Suède (Universitat autonoma de Barcelona en Espagne, Université de Clermont Auvergne en France ou Linkopings Universitet en Suède).
     

  • Université Concordia (option biophysique ou option physique pure/computationnelle);

    voir aussi le Baccalauréat avec majeure en physique;

    offert en régime régulier à temps complet ou en régime coopératif (voir aussi la page suivante) à temps complet (permettant de réaliser 3 stages rémunérés en entreprise de 3 ou 4 mois chacun);

    possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) à l'étranger (dans une université partenaire (choix de 134 universités dans 32 pays telle que : Université des sciences appliquées de Furtwangen en Allemagne, Universitat Wien en Autriche, University of Copenhagen au Danemark, University of Groningen aux Pays-Bas, Göteborg University en Suède, Lund University en Suède, Université de Genève en Suisse, Keele University en UK, University of New South Wales en Australie, National University of Singapore à Singapore, Universidade de Caxias do Sul au Brésil, San Francisco State University aux USA, alifornia State University of Los Angeles aux USA, California State University at Long Beach aux USA ou University of South Florida aux USA) ou de réaliser un stage international non rémunéré en entreprise à l'étranger; pour plus de détails consulte la page suivante;

    consulte également les détails sur la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire, offert en régime régulier seulement) et la maîtrise en mathématiques et statistiques (avec mémoire ou avec essai);
    réputée en physique de la matière condensée,  en physique quantique, en nanosciences, en biophysique expérimentale, biophysique photonique, résonance paramagnétique électronique (ESR en anglais), en enseignement de la physique au secondaire et au collégial, etc;


    Site du département de physique, site de l'Institut transdisciplinaire d'information quantique, site du Centre de recherche en nanosciences, site du Groupe de recherche Calvin Kalman sur l'enseignement de la physique, site du Groupe de recherche Zazubovits en biophysique photonique,  site du Groupe de recherche Laszio Kalman en biophysique expérimentale, site du Groupe de recherche Champagne sur la physique des matériaux 2D, site du Groupe de recherche Misra en résonance paramagnétique électronique.

  • Université Laval (concentrations offertes : astrophysique, optique, physique nucléaire et médicale, physique théorique ou sans concentration  avec projet de recherche de fin d'études facultatif);

    voir aussi le Baccalauréat spécialisé en génie physique (concentrations offertes : aéronautique et aérospatiale, électricité et électronique de puissance, environnement, génie biomédical et biophotonique, génie des matériaux, photonique ou signaux et communications);

    offert en régime régulier à temps complet OU en alternance travail-études selon la formule SIGMA + à temps complet (avec stages rémunérés, permettant de déterminer le nombre de stages que tu voudras réaliser, ainsi que la ou les sessions lors desquelles tu souhaiteras les réaliser et peut se faire au Québec, ailleurs au Canada ou même à l'étranger avec possibilité sur une période d'un an, soit trois sessions consécutives, dans une même entreprise);

    voir aussi la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie du génie physique de se faire reconnaître 3 crédits (cours "physique expériementale 1");


    consulte également le profil distinction offrant la possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle pendant ton programme de 1er cycle (en suivant 12 crédits de la maîtrise) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;

    le profil recherche permettant de participer activement à un projet de recherche et rédiger un mémoire de baccalauréat dans un domaine relié à la physique au sein de l'un des groupes de recherche de l'Université Laval;

    et le profil international, permettant d'effectuer un séjour d'études d'une ou deux sessions à l'étranger en France, en Espagne ou en Suède (Universitat autonoma de Barcelona en Espagne, Université de Clermont Auvergne en France ou Linkopings Universitet en Suède);

    Consulte également les détails sur la maîtrise en biophotonique (sans concentration avec mémoire, voir aussi la page suivante, programme unique au Canada), la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en physique médicale (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en génie des matériaux et de la métallurgie (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en mathématiques (concentration en mathématiques appliquées avec mémoire ou concentration en mathématiques pures avec mémoire), le Baccalauréat en enseignement au secondaire des sciences et technologie (formation intensive en 2 ans avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation) et le D.E.S.S. en enseignement collégial;

    réputée notamment dans les domaines de :
    biophotonique (développement de nouvelles techniques optiques multimodales à très haute résolution pour explorer la structure et la dynamique des cellules neuronales à l’échelle nanométrique afin de mieux comprendre la pathogenèse des grandes maladies psychiatriques dont : la schizophrénie, la bipolarité et la dépression sévère, etc.; Systèmes biophotoniques utilisant des images haute résolution et diversité, établissement de nouvelles frontières en neurosciences avec les sciences des matériaux et la photonique, développement de lasers pour la biophotonique, approches au laser femtoseconde améliorées pour l'imagerie cellulaire dans des tissus vivants, développement de Matériaux de pointe à partir de cellulose bactérienne pour applications médicales, mise au point de méthodes de spectroscopie Raman cohérente pour le diagnostic in vivo de maladies, développement de nouvelles techniques d'imagerie multimodale de l'activité des neurones et des tissus grâce aux nouvelles techniques d'optique non linéaire, développement de nouvelles techniques de microscopie multimodale pour l'imagerie en temps réel de neurones et le diagnostic de maladies, diffraction optique et imagerie pour applications biophotoniques, composants de fibres optiques spécialisés pour applications biomédicales, mise au point de modèles de transort de la lumière dans les tissus biologiques, nanoparticules luminescentes pour application en imagerie cellulaire, etc.);
    optique, photonique et laser (développement de nouvelles applications en photonique, développement du potentiel des impulsions ultrabrèves et ultra-intenses en optique intégrée, en biophotonique et dans les sciences de l'environnement, analyse spectroscopique d'aérosols fluorescents à l'aide d'une chambre compacte, dynamique des lasers à fibre à impulsions brèves, lasers à composantes non linéaires, génération et guidage d'infrarouge lointain, développement de lasers à fibre à base de réseaux de Bragg, lasers à fibre à gain Raman, etc.);
    physique médicale (exploration de la dosimétrie cellulaire et sub-cellulaire des nanoparticules radioactives or-palladium en curiethérapie, développement de nouveaux algorithmes d'optimisation de la dose en radiothérapie, développement des algorithmes pouvant détecter et corréler en 3D (référence versus traitement) des structures osseuses, des marqueurs radio-opaques ou des sources radioactives, développement de nouvelles techniques de détection de la radiation et de simulations numériques de type Monte Carlo du passage de la radiation dans la matière, etc.);
    physique nucléaire (la compréhension de la dynamique des collisions entre ions lourds aux énergies entre 25 et 95 MeV par nucléon pour le développement d'appareillage médical, les mécanismes de formation et de désintégration des noyaux chauds produits lors des réactions pour le développement de nouveaux appareils en radiothérapie, ,le développement de détecteurs et de systèmes de détection spécialisés de radiations pour le milieu médical ou industriel, etc.);


    Site du département de physique, de génie physique et d'optique, site du Centre de recherche en optique, photonique et laser COPL (l'un des 5 plus importants centres de recherche dans ce domaine au monde), site du Centre de recherche en astrophysique du Québec, site du Regroupement québécois sur les matériaux de pointe, site du Groupe de recherche en physique médicale, site du Groupe de recherche en physique des ions lourds, site du Groupe de recherche en astrophysique de l'Université Laval, site du Groupe de physique théorique, site du Laboratoire de physique nucléaire expérimentale et médicale, site de l'Observatoire astronomique du Mont-Mégantic.
     

  • Université de Sherbrooke (sans concentration avec projet facultatif en vulgarisation scientifique);
    classé 3e meilleur programme au Québec et 13e au pays;


    offert en régime régulier à temps complet OU offert en régime coopératif (3 stages rémunérés de 12 à 15 semaines) à temps complet au campus de Sherbrooke;

    possibilité de réaliser un projet de fin d'études ou un projet de vulgarisation scientifique;
    possibilité d'effectuer un stage de recherche dans un groupe de recherche de l'Université de Sherbrooke;
    possibilité de réaliser un stage crédité à l'étranger;
    possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique ou à la maîtrise en sciences des radiations et imagerie médicale permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;


    possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études à l'étranger (Australie, France, Italie, Japon ou UK) dans une université partenaire (telle que : Université Claude Bernard Lyon 1 en France, Université de Nîmes en France, Universita Degli Studi Di Trento en Italie, Universita Degli Studi Di Udine en Italie, University of Leicester en UK, University of Technology Sydney en Australie, Rikkyo University au Japon ou Kansai Gaidai University au Japon); pour plus de détails voir le Bureau des échanges étudiants;

    éputée mondialement notamment dans les domaines de :
    la physique quantique : le traitement des signaux quantiques (telles que l'origine du bruit électronique à très basse température dans des nanostructures métalliques afin de mettre au point de nouveaux circuits micro et nanoélectroniques; les propriétés des matériaux à l'échelle atomique des métaux, des semi-conducteurs, des aimants ou des supraconducteurs) pour la mise au point de nouveaux dispositifs électroniques pour des applications en médecine, micro et nanoélectronique, etc; le développement et l’application de nouvelles méthodes théoriques sur les interactions fortes entre électrons dans les solides qui permettront éventuellement de mettre au point des logiciels qui permettront de prédire les propriétés de matériaux qui ne sont pas encore synthétisés; propriétés électroniques et magnétiques de matériaux avancés ( les propriétés physiques des matériaux et structures artificielles notamment les oxydes (pour des applications en développement de nouveaux nanomatériaux pour applications biomédicales, environnementales et industrielles); spectroscopie optique fentoseconde (développement de techniques de spectroscopies optiques résolues en temps en vue d’applications aux dispositifs optoélectroniques et photoniques); etc;

    les sciences des radiations : l'étude détaillée des phénomènes physiques et chimiques engendrés par l'absorption de la radiation, •optimisation des traitements anticancéreux combinant radiothérapie et chimiothérapie, la modification de la réponse cellulaire en vue de contrôler les effets des radiations, le •rôle des radiations dans l’augmentation du potentiel invasif des cellules cancéreuses, la ◦Détection et suivi de la cardiotoxicité induite par chimiothérapie du cancer, l'magerie des récepteurs d'estrogènes dans le cancer du sein, le développement de nouvelles méthodes de détection pour l'imagerie diagnostique, etc,

    imagerie médicale : mise au point de techniques d’imagerie sécuritaires et non invasives qui permettront de détecter et de mieux diagnostiquer les maladies du cerveau, développement de nouvelles techniques d'électroencéphalographie simultanée (EEG) et imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (FMRI) pour mieux comprendre les maladies neurodégénératives, conception et et synthèse de radiotraceurs pour l'imagerie tomographique d’émission par positons (TEP), développement de nouvelles techniques d'imagerie vasculaire tumorale et cérébrale afin de mieux diagnostiquer les lésions vasculaires d'un AVC ou mieux comprendre les troubles cognitifs vasculares, développement de méthodes de radiosynthèses ultra-rapides permettant d'incorporer efficacement les radio-isotopes, etc.


    Consulte également les détails sur la maîtrise en sciences radiations et imagerie médicale (cheminement interdisciplinaire en imagerie médicale avec stage de recherche interfacultaire et mémoire ou cheminement sans spécialisation avec stage de recherche interfacultaire mémoire, programme unique au Canada), la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire, offert en régime régulier ou en régime en partenariat), la maîtrise en mathématiques (cheminement général avec mémoire ou cheminement en statistique avec mémoire ou cheminement en imagerie et médias numériques avec mémoire ou cheminement accéléré pour bacheliers en enseignement des mathématiques au secondaire), la maîtrise en enseignement secondaire (cheminement en enseignement des sciences et technologie avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation, voir aussi la page suivante), la maîtrise en enseignement collégial et le le D.E.S.S. en enseignement collégial;

    Site du département de physique, site de l'Institut transdisciplinaire d'information quantique, site de l'Institut quantique de l'Université de Sherbrooke, site du Centre de recherche sur les matériaux quantiques, site du Regroupement québécois sur les matériaux de pointe, site de l'Équipe de recherche en physique de l'information quantique, site du Groupe de recherche Taillefer sur les propriétés de transport des matériaux quantiques, site du Laboratoire de recherche sur les dispositifs quantiques, site du Laboratoire de spectroscopie fentoseconde, site de la Chaire d'excellence en recherche du Canada sur le traitement des signaux quantiques, site de l'Observatoire astronomique du Mont-Mégantic, site du Groupe de recherche en sciences des radiations de l'Université de Sherbrooke, site du Centre d'imagerie moléculaire de l'Université de Sherbrooke,  site du Centre de recherche du CHUS.

  • Université de Montréal (orientations offertes : astronomie et astrophysique, physique des matériaux, physique des vivants, physique subatomique ou générale avec ou sans stages facultatifs en industrie, en milieu professionnel ou en milieu de recherche);
    offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;


    ses programmes de physique sont classés au 2e rang au Québec, au 4e rang au Canada, dans le top 10 de la francophonie et dans le top 100 mondial;

    possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;
    possibilité possibilité de réaliser des stages rémunérés en milieu industriel ou en milieu de recherche au cours des trimestres d'été;

    consulte aussi le Baccalauréat bidisciplinaire en mathématiques et physique offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;
    et le Baccalauréat avec majeure en physique (avec un grand choix de mineures : mathématiques, informatique, chimie, ou sciences biologiques, géographie, philosophie, sciences de la communication ou sociologie), offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;


    possibilité d'effectuer une ou deux sessions d'études à l'étranger (Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Chine, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Suisse ou UK) dans une université partenaire (dont : Université Paul Sabatier Toulouse III en France, Université Pierre et Marie Curie  Paris IV en Frqance, Université de Grenoble Alpes en France,  Université de Paris XI - Paris-Sud en France, Universidad de Cordoba en Espagne, etc.);  pour plus de détails voir le Bureau des relations internationales (voir aussi la page de la Faculté des arts et des sciences);

    Consulte également les détails sur la maîtrise en physique (options offertes : biophysique et physiologie moléculaire, physique médicale, plasma - conjointement avec l'Université Paul Sabatier Toulouse III en France ou option générale avec mémoire et stage facultatif en recherche), la maîtrise en mathématiques (orientation mathématiques appliquées avec mémoire ou avec stage ou orientation en mathématiques industrielles avec mémoire ou avec stage), la maîtrise en génie physique offerte par l'École Polytechnique (profil recherche M.Sc.A. avec mémoire),  la maîtrise en génie énergétique offerte par l'École Polytechnique (spécialisations : systèmes et réseaux énergétiques intelligents ou énergies renouvelables, profil recherche M.Sc.A. avec mémoire, programme unique au Canada), la maîtrise en génie des matériaux offerte par l'École Polytechnique (profil recherche M.Sc.A. avec mémoire), la maîtrise en génie biomédical (concentrations offertes : biophotonique et nanotechnologie biomédicale, biomécanique, ectrophysiologie, génie tissulaire et biomatériaux, instrumentation et imagerie biomédicale ou musculo-squelettique avec mémoire seul ou avec stage et mémoire, offert conjointement avec l'École Polytechnique), la maîtrise en mathématiques appliquées offerte par l'École Polytechnique (avec mémoire) et  la maîtrise en enseignement secondaire (profil en enseignement des sciences et technologie avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation, voir aussi la page suivante);

    réputée mondialement notamment dans les domaines de :
    biophysique : biologie numérique et structurale (les matériaux complexes, les protéines, ainsi que sur l’énergie et les ressources naturelles qui permettront de mettre au point de nouvelles méthodes de lutte contre la pollution atmosphérique notamment); nanotechnologie (assemblage de circuits et capteurs électroniques ultraminiaturisés permettant de sonder les molécules biologiques (ADN, protéines) à l’échelle de la molécule individuelle); protéines membranaires (les mécanismes moléculaires sous-jacents à la fonction des canaux ioniques et des toxines formant des pores (afin de mieux comprendre le fonctionnement de neurones, de cellules musculaires, cardiaques, pulmonaires et rénales tant que chez les humains que chez les animaux vertébrés); etc;
    physique des plasmas :la création et la réalisation de nouvelles sources de plasmas entretenus par des champs électromagnétiques (pour des applications médicales pour la stérilisation d'objets médicaux, applications environnementales pour la conception de dispositifs de destruction des gaz à effet de serre et en microélectronique pour la conception de nouveaux circuits); la dynamique de croissance d'oxydes métalliques dans des plasmas magnétrons (pour la mise au point de nouveaux circuits micro et nanoélectroniques); le dépôt de revêtements nanostructurés multifonctionnels sur le bois (pour le développement de nouveaux matériaux écologiques à base de bois et ses dérivés); le dépôt de couches antibuées et autonettoyantes sur le verre (pour le développement de nouveaux matériaux en verre plus performants et résistants); la modélisation des plasmas froids et leur caractérisation (pour des applications en bionanomatériaux notamment des tissus synthétiques ou de nanomatériaux pour la dépollution des cours d'eau); etc;
    physique médicale : l'évaluation de la fonction pulmonaire et son application en radio-oncologie; 'la caractérisation de tissus par tomodensitométrie bi-énergie; la dosmétrie non-standard (IMRT, petits champs, IRM-linac); la simulation de la réponse dosimétrique de détecteurs; l'imagerie quantitative en tomodensitométrie; le développement de techniques de suivi en temps réel de tumeurs mobiles; utilisation de méthodes Monte Carlo pour l'optimisation des techniques en imagerie médicale notamment pour la caractérisation des tissus mous; le développement de l'imagerie ultrasonore quantitative pour des fins diagnostiques et de suivis thérapeutiques; etc;
    physique des particules : la théorie quantique des champs (y compris gravitation, tunnellisation, systèmes de spin, solitons, géométrie non commutative); théorie quantique des champs et applications en physique des particules, en cosmologie, en physique de la matière condensée, etc; topologie des champs; physique des neutrino; la physique du modèle standard des particules élémentaires et au-delà, dans le cadre de l’expérience ATLAS à hautes énergies; la détection et l’identification des particules chargées (électrons, positons, protons, anti-protons, pions, kaons, particules alpha et ions plus lourds etc…), des particules neutres (photons, neutrons, pions et kaons neutres,…); etc;
    astrophysique : le développement de l’instrumentation astronomique d’avant-garde pour divers observatoires, au sol et dans l’espace; la recherche et la caractérisation des naines brunes, des exoplanètes et des étoiles jeunes de faible masse; la formation des étoiles et des systèmes planétaires; les paramètres structuraux d’une étoile pulsante, sa stratification interne et son âge, caractérisation de la signature spectrale de la Terre et comparaison avec la signature spectrale d'exoplanètes); cosmologie (Cinematique et distribution de masse des galaxies, Évolution stellaire avec diffusion et forces radiatives, jusqu'aux phases avancées de la vie des étoiles d'au plus quelques masses solaires (naines brunes et instrumentation IR, formation et evolution des galaxies - Amas globulaires; populations stellaires dans les galaxies du Groupe Local; détection et caractérisation de planètes extrasolaires; étoiles de faible masse jeunes dans le voisinage du Soleil; etc; etc;


    Site du département de physique, site de Plasma Québec, site du Centre de recherche en astrophysique du Québec, site du Regroupement québécois sur les matériaux de pointe, site de l'Observatoire astronomique du Mont-Mégantic, site de l'Institut de recherche sur les exoplanètes, site du Groupe de physique des particules, site du Groupe de recherche en physique et technologies des couches minces, du Centre de recherche en sciences et technologies biomédicales, site du Groupe de recherche en physique médicale du CHUM, site du Laboratoire de mécanobiologie pédiatrique, site du Groupe de recherche sur les déformations musculo-squelettiques, site du Centre de recherche en sciences et technologies biomédicales, site du Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, site du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.

  • Université Mcgill (sans concentration ou avec concentration en biophysique ou concentration en entrepreneurship);
    offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;


    ses programmes de physique sont classés au 1er rang au Québec, au 3e rang au Canada, au 21e rang en Amérique du Nord (ex-acquo avec Boston University, John-Hopkins University, NY University et Penn State University) et au 51e rang mondial selon le réputé classement QS Ranking 2018 (ex-acquo avec les universités suivantes : Fudan University, Technische Universitat Berlin, University of Sydney et University of Hong Kong ET  devant des universités telles que : Duke University, KU Leuven, King's College London, Nanjing University, Waseda University ou University of New South Wales, etc.);

    possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;
    possibilité de réaliser jusqu'à 2 stages rémunérés NON crédités en entreprise (pouvant atteindre jusqu'à 16 mois aux cours des trimestres d'automne, d'hiver ou de printemps), pour plus de détails, voir la page suivante;


    Consulte aussi le Baccalauréat bidisciplinaire en mathématiques et physique,
    le Baccalauréat bidisciplinaire en physique et science informatique,
    le Baccalauréat bidisciplinaire en physique et chimie,
    le Baccalauréat avec double majeure en physique et géophysique,
    le Baccalauréat avec double majeure en physique et sciences de l'atmosphère et des océans,
    le Baccalauréat avec double majeure en physique et science informatique,
    le Baccalauréat avec double majeure en physique et physiologie,
    et le Baccalauréat avec majeure en physique;


    possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) dans une université à l'étranger (choix d'une centaine d'universités dans une trentaine de pays dont certaines parmi plus prestigieuses au monde dans cette discipline telles que :  University of Tokyo au Japon classée au 9e rang, École polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse classée au 14e rang, Kyoto University au Japon classée au 16e rang, Ludwig Maximilians University en Allemagne classée aussi au 16e rang, Technical University of Munich en Allemagne classée au 19e rang, University of California at Santa Barbara aux USA classée au 22e rang, Tsingha University en Chine classée au 24e rang, National University of Singapore  à Singapore classée au 25e rang, University of Manchester en UK, Leiden University aux Pays-Bas, University of Melbourne en Australie, Australian National University en Australie, Universidad de Los Andes en Colombie, Universidad de Chile au Chili, Universidad Nacional Autonoma de Mexico au Mexique, etc.); pour plus de détails consulte le Bureau des échanges étudiants;

    Consulte également les détails sur la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en physique médicale (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en génie des matériaux (avec mémoire), la maîtrise en génie biomédical (sans concentration avec mémoire ou avec projet), la maîtrise en mathématiques (concentration concentration en mathématiques appliquées avec mémoire ou avec essai) et  la maîtrise en enseignement et apprentissage (profil en enseignement des sciences et technologie avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation);

    réputée mondialement notamment dans les domaines de :
    astrobophysique : astronomie à rayons X, astrophysique des hautes énergies, astrophysique nucléaire, atmosphères, champs électromagnétiques stellaires, formtion de planète, cosmologie d'observation et instrumentation, cosmologie expérimentale, cosmologie théorique et d'observation, étoles à neutrons, formation et évolution des galaxies, planètes extrasolaires, radioastronomie, etc;
    physique de la matière condensée (expérimentale) : diffraction des rayons X, microscopie à sonde à balayage, multicouches métalliques, nanoscience et nanotechnologie, nano-thermoélectriques entièrement électriques et refroidissement à l'état solide, optique quantique, optomécanique, phénomènes Ultra-Rapides Basse Consommation dans la matière condensée, matière quantique sur une puce, photonique à ondes Tétra Herz, sciences de l'information quantique, etc;
    physique de la matière condensée (théorique) : dynamique quantique, magnétisme nucléaire à l'échelle nanométrique, traitement de l'information quantique, structures hors-équilibre, supraconductivité non conventionnelle, protocoles optimaux quantiques, théorie de la nanoélectronique, transformations de l'état solide, etc;
    physique des matériaux : électronique quantique, matériaux magnétiques avancés, microscopie électronique ultra-rapide, nanoélectronique, microscopie à sonde à balayage, nanoélectromécanique, nanoscience basse température, optique quantique, optomécanique, physique des dispositifs nanoélectroniques, phénomènes de non-équilibre des matériaux, la théorie du transport électronique quantique, la modélisation en nanoélectronique, la physique des matériaux en nanotechnologie, le comportement des polymères dans des environnements de taille nanométrique, verres métalliques, etc;
    physique médicale : physique des rayonnements et dosimétrie en radio-oncologie, amélioration de la précision des méthodes dosimétrie, développement de nouvelles techniques de dosimétrie, modélisation des résultats de traitement (afin de mieux comprendre la réponse aux traitements de chimio-radiothérapie chez les patients atteints de cancer), chambres d'ionisation et autres détecteurs, modélisation de la dose de rayonnement délivrée aux niveaux nanoscopique et microscopique (afin de mieux les risques de domamges physiques et chimiques des rayonnements ionisants), mise au point et développement de nouveaux systèmes d'administration et sources de rayonnement pour les traitements de curiethérapie, développement de nouvelles techniques d'IRM in vivo pour l'imagerie médicale, etc;
    physique des hautes températures : l’apprentissage de la nature des neutrinos en étudiant les désintégrations bêta radioactives, développement de nouvelles techniques de détection au calorimètre pour le collisionneur linéaire international (ILC), les propriétés des interactions des particules et des forces fondamentales, collisionneurs de matières à haute énergie et d'antimatière et de matières, etc;


    Site du département de physique, site de l'Unité de physique médicale, site de Plasma Québec, site du Centre de recherche en astrophysique du Québec, site du Regroupement québécois sur les matériaux de pointe, site de l'Institut transdisciplinaire d'information quantique, site du Mcgill Space Institute, site de l'Institut Mcgill pour les matériaux avancés, site du Centre de recherche en énergie haute température, site du Centre pour la physique des matériaux, site du Laboratoire de recherche en biomécanique musculo-squelettique, site de l'Institut de recherche du CUSM.
     

  • Université d’Ottawa, Ontario  (options offertes : photonique, physique biologique ou sans option, offert en français ET en anglais);

    offert en régime régulier à temps complet ou en régime coopératif  à temps complet (comprenant 2 stages rémunérés en entreprise de 3 ou 4 mois chacun);

    consulte possibilité d'effectuer une ou deux sessions d'études à l'étranger (Allemagne, France, Italie, Suisse, UK, Japon, etc.) dans une université partenaire (telle que : Université catholique de Louvain en Belgique, Universitat Wien en Autriche, Université Denis Diderot Paris 7 en France, Université Aix-Marseille en France, Universidad de Granada en Espagne, Universidade de Porto au Portugal, Lancaster Universiteit Utrecht aux Pays-Bas, Université de Genève en Suisse, Université de Berne en Suisse, University en UK, Royal Holloway University of London en UK, University of Glasgow en UK, University of Liverpool en UK, University of Manchester en UK, Pontifica Universidad catolica de Chile au Chili, Universidad Federal de Santa Catarina au Brésil, Universidade Federal do Rio Grande do Sul au Brésil, Universidad de Los Andes en Colombie, Universidad Nacional autonoma de Mexico au Mexique, Tohoku University au Japon, National University of Singapore à Singapore, Nanyang University of New South Wales en Australie,, etc.); pour plus de détails consulte le Bureau international;

    Consulte également les détails sur :
    le Baccalauréat spécialisé en physique-mathématiques (offert en régime régulier ou en régime coopératif, en français et en anglais);
    le Baccalauréat spécialisé bidisiplinaire en physique et génie électrique B.Sc./B.Sc.A. (offert en régime régulier ou en régime coopératif, en français et en anglais);
    et le Baccalauréat avec majeure en physique (avec un grand choix de mineures : mathématiques, biologie, chimie, informatique, géographie, communication, sociologie, philolosophie, etc., offert en régime régulier ou en régime coopératif, en français et en anglais);


    Consulte également les détails sur la maîtrise en physique (spécialisation en science, société et politique publique ou sans concentration avec mémoire), la maîtrise en génie biomédical (profil recherche sans concentration avec mémoire), et la maîtrise en mathématiques (concentration concentration en mathématiques appliquées avec mémoire ou avec essai);

    réputée mondialement notamment dans les domaines de :
    physique biologique : biophysique cellulaire (le développement de nouveaux capteurs conçus pour la détection de matériau biologique incluant les biomolécules (protéines, ADN, etc.), les virus, les bactéries et d’autres types de cellules,caractérisation de l'interface minéral-protéine dans l'inflammation, la mécanobiologie de la matrice extracellulaire dans le cancer); biophysique moléculaire (le développementde de nouvelles techniques expérimentales à l'aide d'outils à l'échelle nanométrique pour manipuler des moléculaires individuelles, l’élaboration et l’optimisation de nouvelles méthodes d’analyse des macromolécules biologiques, telles que l’ADN et les protéines); la neurophotonique (les études théoriques et computationnelles du système nerveux afin de mieux comprendre l'auto-organisation des neurones); etc;
    physique de la matière condensée : diffraction des rayons X, microscopie à sonde à balayage, multicouches métalliques, nanoscience et nanotechnologie, nano-thermoélectriques entièrement électriques et refroidissement à l'état solide, optique quantique, optomécanique, phénomènes Ultra-Rapides Basse Consommation dans la matière condensée, matière quantique sur une puce, photonique à ondes Tétra Herz, sciences de l'information quantique, etc;
    physique des matériaux avancés et quantiques : matériaux quantiques (la compréhension générale des interactions quantiques à l'état solide afin de cartographier la dynamique ultra-rapide d'une vaste gamme d'interactions microscopiques dans les matériaux, les phénomènes physiques résultant de la faible dimensionnalité, de la présence de surfaces et d'interfaces et de la proximité entre différents états de la matière); matière molle (étude expérimentale et théorique de la dynamique et du vieillissement de matériaux mous vitreux, propriétés physique des matières sous tension); nouveaux alliages (la conception, la découverte et la caractérisation de nouveaux alliages tels que : quasicrystaux, verres métalliques, systèmes de fermions lourds, aimants géométriquement frustrées et les propriétés électroniques et magnétiques des quasicristaux); photovoltaïques caractérisation et déploiement de cellules solaires multi-jonctions, théories de transport d'électrons et modélisation de dispositifs photovoltaïques à haut rendement); physique géochimique de l'environnement (structure et évolution des sédiments lacustres, dynamique des écoulements magmatiques,la modélisation théorique et à l'analyse numérique des processus géochimiques afin de mieux comprendre les cycles biogéochimiques dans les sédiments); physique des hautes pression (propriétés physiques de la matière soumise à des conditions extrêmes de pression et de température, l’étude expérimentale des transitions de phase solide-solide induites par la pression, l’élaboration de nouvelles méthodes d’analyse de la matière soumise aux conditions extrêmes); sciences des microstructures (propriétés optiques et électroniques des points quantiques semiconducteurs, croissance et propriétés optiques des nanostructures semiconductrices, propriétés optiques et électroniques des points quantiques semiconducteurs, traitement de l'information et calcul quantique); etc;
    optique, photonique et lasers : la microscopie cohérente par diffusion Raman anti-Stokes (CARS) pour des applications en imagerie médicale (imagerie cellulaire non invasive, imagerie in vivo dans les tissus, imagerie des liaisons moléculaires dans les cellules, etc.); développement de femtosecondes à haute puissance (principalement pour des applications médicales spécifiques en dentisterie, ophtalmologie, neurochirurgie et oto-chirurgie); mise au point et développement d'un biocapteur optique intégré pour la détection sans étiquette de biomolécules à l'aide de fibres à cristaux photoniques à noyau creux (notamment pour des applications environnementales et médicales); développement de nouvelles technologies optiques et photoniques pour les réseaux de télécommunications mobiles; la génération, la distribution, le contrôle et le traitement de signaux hyperfréquences basés sur la photonique (telles que la radio sur fibre, les radars, la mise à distance d'antenne et la formation de faisceaux en réseau phasés à large bande) pour des applications en télécommunications; la modélisation du rendement énergétique annuel des systèmes photovoltaïques, modélisation de l'éclairement énergétique par l'énergie solaire à partir d'informations limitées, modélisation des spectres à partir de mesures d'éclairement énergétique par énergie solaire; l'alimentation photonique pour systèmes photovoltaïques : opto-coupleurs de puissance sur fibre; étude du rfendement ultra élevé des systèmes photovoltaïques : cellules solaires multi-jonctions; etc;


    Site du département de physique, site du Centre de recherche en photonique, site du Centre de recherche sur les matériaux avancés, site de l'Institut de recherche sur le cerveau, site du Centre for neural dynamics.

  • Université de Moncton, Nouveau-Brunswick (sans concentration avec projet de fin d'études facultatif et sans stage);

    voir aussi le Baccalauréat avec majeure en physique;

    offert en régime régulier à temps complet ou en régime coopératif  à temps complet (comprenant 3 stages rémunérés en entreprise de 3 ou 4 mois chacun)
    ;

    possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) dans une université partenaire à l'étranger (parmi un choix d'une soixantaine d'universités dans 23 pays dont 34 en France telles que : Université de Savoie Mont-Blanc en Suisse, Université de Lille 1 en France, Université de Poitiers en France, Universidad de Leon en Espagne, Universidad de Vigo en Espagne, Universidade Estaduel de Londrina au Brésil, Universidad Tecnica Federico Santa Maria au Chili, Universidad de Costa Rica au Costa Rica, Hubei University en Chine,  etc.), pour plus de détails consulte le Service de mobilité internationale
    ;

    Consulte également les détails sur la maîtrise en physique (avec mémoire) et la maîtrise en mathématiques. (profil recherche avec mémoire). Site du département de physique et d'astronomie.
    réputée mondialement notamment dans les domaines de
    optique et photonique : propriétés optiques des structures minces, propriétés quantiques de la lumière, cristaux photoniques, filtres optiques,  l'étude de matériaux photoniques à l'échelle nanométrique et mise au point de techniques de diagnostic tout-optiques pour des applications biomédicales et en microélectronique, optique quantique, optique non linéaire, etc;
    astrophysique : astrophysique stellaire, calcul de modèles des atmosphères stellaires, reconstruction de structure du champ magnétique dans étoiles, simulation de spectres stellaires, spectrométrie et photométries des étoiles variables, etc.

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l'avis de physiciens(nes) et autres diplômés(es) en physique sur leur profession ?, alors regarde les vidéos suivants :

  • un vidéo sur le Centre de reccherche en optique, photonique et laser réalisée par l'Université Laval;

  • une vidéo présentant la tour d'étirement de fibre optique du Centre d'optique photonique et laser de l'Université Laval et réalisée par le Regroupement des étudiants en optique de Laval;

  • une entrevue écrite avec Patrick Pomerleau; étudiant au baccalauréat en physique (au moment de l'entrevue) et maintenant, M.Sc. physique, co-propriétaire de N.E.S.T. Immersion, une entreprise de Sherbrooke qui conçoit des environnements immersifs pour les planétariums et les dômes numériques et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • une entrevue écrite avec Gabriel Parent; finissant au baccalauréat en physique (au moment de l'entrevue), maintenant, M.Sc. sciences des radiations et imagerie médicale, physicien médical au CISSS du Bas-St-Laurent et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • les entrevues avec Guillaume Allain, Deven Patel et Mireille Ouellet; étudiants à la maîtrise en physique à l'Université Laval nous explique leur projet de conception d'un système d'imagerie haut-contraste et réalisées par l'Université Laval;

  • l'entrevue écrite avec Jonathan Belletête; étudiant à la maîtrise en physique à l'Université de Montréal et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue écrite avec Nicolas Gauthier; étudiant à la maîtrise en physique à l'Université de Montréal et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Maxime Boudreau, étudiant à la maitrise en physique au Groupe de recherche sur les couches minces et photonique de l'Université de Moncton et réalisée par l'Université de Moncton;

  • un extrait de la présentation de Volatiana Razafindramanana; étudiante au Doctorat en sciences de l'énergie et des matériaux à l'UQTR nous présente son projet de recherche sur le stockage de l'hydrogène et réalisée par l'ACFAS;

  • les entrevues avec Madison Rilling; Antoine Michel et Guillaume Allain; la première est étudiante au doctorat en physique, le second est étudiant à la maîtrise en architecture et le troisième est étudiant à la maîtrise en physique à l'Université Laval qui nous expliquent leur projet la La terrasse optique, un projet de vulgarisation qui fait le pont entre les principes de physique et le design urbain et réalisées par le Fonds de recherche du Québec;

  • l'entrevue écrite avec Jessica Nasica; étudiante au doctorat en physique (biophysique de protéines impliquées dans les maladies neurodégénératives) à l'Université de Montréal et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Yves Gingras, Ph.D. sociologie, sociologue des sciences et professeur de sociologie à l'UQAM qui explique le travail et les différences entre journaliste scientifique et communicateur scientifique (vulgarisateur) et réalisée par l'Agence Science-Presse;

  • l'entrevue avec Jean-Sébastien Giroux, B.Sc. physique-mathématique, programmeur en physique chez Ubisoft et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Marie-Ève Ducharme, B.Sc. physique, présidente-directrice générale de Nüvü Caméras, une entreprise de développement de caméras ultra-sensibles et de haute performance et réalisée par Sciences Plus;

  • l'entrevue avec Miguel Tremblay, B.Sc. physique-mathématique, coordonnateur national des données commerciales pour le Service météorologique d'Environnement Canada et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec lieutenant Jean Vachon; officier d'infanterie, commandant du peloton 7 de la compagnie C du 2e bataillon du Royal 22e Régiment R22R à la base militaire de Valcartier et réalisée par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec capitaine Jean-François Lamarche et capitaine Éric Audet; le premier est officier d'infanterie au Royal 22e Régiment R22R, mais affecté en tant qu'instructeur à l'École d'infanterie des Forces canadiennes à la base militaire de Gagetown au N-B et le second est officier d'infanterie, commandant de compagnie au sein du 2e bataillon du Royal 22e Régiment R22R à la base militaire de Valcartier et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec major David Ferris et lieutenant Tyler Riches; le premier est officier d'infanterie, commandant en second du 2e bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry Regiment à la base militaire de Shilo au Manitoba et le second est officier d'infanterie et commandant de peloton au 2e bataillion du même régiment et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec capitaine Kathryne Fontaine et capitaine Patrick Lanouette; officiers d'artillerie et commandants de compagnie au sein du 5e Régiment d'artillerie légère du Canada à la base militaire de Valcartier au Québec et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec capitaine Ryan Telfer et lieutenant Brandon McCool; le premier officier d'artillerie et commandant de compagnie au 2e Régiment du Royal Canadian Horse Artillery à la base militaire de Petawawa en Ontario et le second est officier d'artillerie et commandant de peloton au sein du 1er Régiment du Royal Canadian Horse Artillery à la base militaire de Shilo au Manitoba et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec capitaine Blaise St-Amour et lieutenant Olivier Bélanger-Nzakimuena; le premier est officier des blindés, commandant de compagnie au sein de l'escadron de chars C au sein du 12e Régiment des blindés du Canada à la base militaire de Gagetown au N-B et le second est officier des blindés, commandant de compagnie au sein du 12e Régiment des blindés du Canada à la base militaire de Valcartier au Québec et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec capitaine Andrew McCuish et capitaine Varun Vahal; le premier est officier des blindés, commandant de compagnie au sein de l'escadron de reconnaissance D du Royal Canadian Dragoons à la base militaire de Gagetown au N-B et le second est officier des blindés, chef de troupes de chars au sein d'un escadron du Lord Strathcona’s Horse Royal Canadians à la base militaire d'Edmonton en Alberta et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec lieutenant Olivier Matlais et lieutenant Dave Gosselin; le premier est officier de contrôle aérospatial au 12e escadron de radar de la 3e Escadre de Bagotville au Québec et le second est officier du contrôle aérospatial au 21e escadron de contrôle et d'alerte de la 22e Escadre North Bay en Ontario et du Secteur de la défense aérienne du Canada (NORAD) à la base militaire de North Bay en Ontario et réalisées par les Forces canadiennes;

  • l'entrevue avec capitaine Joe Jorgensen; officier du contrôle aérospatial au sein du 42e escadron de radar de la 4e Escadre Cold Lake en Alberta de l'Aviation royale canadienne et réalisée par les Forces canadiennes (en anglais, sous-titré en français);

  • les entrevues avec capitaine Kristen Elliot et capitaine Josh Riley; officiers du contrôle aérospatial au sein du 42e escadron de radar de la 4e Escadre Cold Lake en Alberta de l'Aviation royale canadienne et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec capitaine Marilyne Lafortune et lieutenant Cyrille Chênevert; la première est officier du génie électrique et des communications (anciennement appelé "officier du génie des communications et de l'électronique") au sein de l'escadron des commmuications 3e Escadre Trenton en Ontario de l'Aviation royale canadienne et le second est officier du génie électrique et des communications au Régiment des transmissions interarmées des Forces canadiennes à Kingston et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec capitaine Rob Snow et lieutenant Kevin Doubrough; le premier est officier du génie électrique et des communications (anciennement appelé "officier du génie des communications et de l'électronique") au sein de l'escadron des communications du Groupe de soutien au QG de la 1re Division aérienne du Canada de l'Aviation royale canadienne et de la région canadienne du NORAD à la base militaire de Winnipeg au Manitoba et le second est officier du génie électrique et des communications au sein de l'escadron des commmuications 3e Escadre Trenton en Ontario de l'Aviation royale canadienne et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec capitaine Simon Rocheleau et capitaine Ian Perreault; officiers des systèmes de combat aérien au 423e escadron d'hélicoptères maritimes de la 12e Escadre Shearwater (N-É) pour l'un et au 405e escadron de patrouille maritime de la 14e Escadre Greenwood (N-É) et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec capitaine Tyler Thorbergson et capitaine Ben Lawson; officier des systèmes de combat aérien au 405e escadron de patrouille maritime de la 14e Escadre Greenwood (N-É) et le second est officier des systèmes de combat aérien au QG de l'Aviation royale canadienne à Ottawa en Ontario et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec lieutenant de vaisseau Marie-Hélène Bélisle et capitaine de corvette Éric McCallum; la première est officier du génie des systèmes de combat maritime à bord de la frégate NCSM Charlottetown et le second est officier du génie des systèmes de combat maritime à bord du sous-marin Comerbrook et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec lieutenant de vaisseau Pierre-Luc Dessureault-Beaulieu et enseigne 1re classe Jean-François Lebeau, officiers des opérations maritimes (maintenant appelé "officier de guerre navale") à bord de la frégate NCSM Ville de Québec dans la Marine royale canadienne et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec lieutenant de vaisseau Jeffrey Anderson et lieutenant de vaisseau Michelle Muir, le premier est officier des opérations maritimes (maintenant appelé "officier de guerre navale") à bord de la frégate NCSM Vancouver et la seconde est officier des opérations maritimes à bord de la frégate NCSM Montréal dans la Marine royale canadienne et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • l'entrevue avec Dany Thériault, chef physicien médical au CISSS Chaudière-Appalaches - Hôtel-Dieu de Lévis et réalisée par le CISS;

  • l'entrevue écrite avec Yannick Hervieux, M.Sc. physique médicale, physicien médical au CHUM et réalisée par le CHUM;

  • les entrevues avec Jean-François Carrier et Renée Larouche, physiciens médicaux au CHUM et réalisées par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Nathalie Martimbeau, M.Sc. physique, conceptrice des programmes éducatifs au Planétarium Rio Tinto Alcan de Montréal et réalisée par Sciences Plus;

  • l'entrevue avec Loîc Quesnel, M.Sc. physique, animateur scientifique au Planétarium Rio Tinto Alcan de Montréal et réalisée par l'organisme Espace pour la vie de la Ville de Montréal;

  • l'entrevue avec Laura-Isabelle Dion-Bertrand, M.Sc., scientifique d'application pour l'entreprise Photon etc., une entreprise de développement de solutions d'imagerie scientifique pour diverses applications et réalisée par Sciences Plus;

  • l'entrevue avec Gilbert Desjardins, M.Sc. physique, expert en balistique au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec présentée par le journaliste Hugo Bourgoin de l'émission TVA Nouvelles et réalisées, produites et diffusées par le Groupe TVA;

  • l'entrevue avec Olivier Boudreault, M.Sc. physique des plasmas, physicien pour Excelitas Technologies Canada, un fournisseur de systèmes optoélectroniques et électroniques de pointe et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue écrite avec Stéphane Durand, M.Sc. physique, enseignant en physique au Cégep Édouard-Montpetit et réalisée par le Journal La Presse;

  • l'entrevue avec Rachel Faust, M.Sc. physique, enseignante en physique au Collège Marianopolis à Montréal et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Martin Bernier, M.Sc. physique, professionnel de recherche au moment de l'entrevue (maintenant Ph.D. physique et professeur adjoint) en physique et chercheur au Centre d'optique, photonique et laser de l'Université Laval et président-fondateur de MMBC spécialisée dans le développement de systèmes de pesage embarqués et réalisée par l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Marie-Ève Naud, M.Sc. physique, étudiante au doctorat en physique au moment de l'entrevue (maintenant Ph.D. physique), Coordonnatrice scientifique au rayonnement et à l'éducation de l'Institut de recherche sur les exoplanètes iREx à l'Université de Montréal et réalisée par Québec Science;

  • l'entrevue écrite avec Maxime Boissonneault; M.Sc. physique (au moment de l'entrevue) et maintenant, Ph.D. physique quantique (en 2011), directeur du soutien aux usagers au Centre de recherche Calcul Québec à Montréal et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • l'entrevue écrite avec Hugo Touchette; B.Sc. physique (Sherbrooke), M.Sc.A. génie mécanique (M.I.T.) et Ph.D. physique (Mcgill); assistant professor à Stellenbosch University en Afrique du Sud et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • l'entrevue écrite avec Claude Barbeau, Ph.D. physique, chercheure pour Forensic Technology Wai à Montréal et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue écrite avec Sébastien Blais-Ouellette, Ph.D. physique, président et fondateur de Photon inc., une entreprise spécialisée dans le développement d’instruments optique et photonique de pointe à Montréal et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Christian-Yves Côté, Ph.D.  en sciences de l'énergie et des matériaux, président de Axis Photonique de Varennes en Montérégie et réalisée par l'INRS;

  • les entrevues avec Jean-François Carrier et Renée Larouche, le premier est Ph.D. physique médicale et la seconde est M.Sc. physique médicale, physiciens médicaux au CHUM et réalisées par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue écrite avec Stéphane Durand, Ph.D. physique, enseignant en physique au Cégep Édouard-Montpetit et réalisée par le Journal La Presse;

  • l'entrevue avec Luc Tremblay; Ph.D. physique, enseignant en physique au Collège Mérici à Québec et réalisée par le Collège Mérici;

  • l'entrevue avec Jacques Bédard, Ph.D. physique, scientifique de recherche de la Défense au RDDC (Centre de recherche pour la Défense) Valcartier et réalisée par les Forces canadiennes;

  • l'entrevue avec Guillaume Dumont, B.ing génie physique et Ph.D physique, chercheur à l'Institut national d'optique INO à Québec qui présente deux projets : une plateforme de surveillance vidéo, positionnement et suivi 3D, et le projet Virtuo qui est un système de reconstruction 3D et de rendu de synthèse appliqués à la conférence vidéo et réalisée par Québec numérique;

  • l'entrevue avec Normand Amyot, B.ing et M.Sc.A. génie physique et Ph.D. physique, chercheur à l'Institut de recherhe d'Hydro-Québec IREQ à Varennes en Montérégie et réalisé par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Yves Poissant, D.Sc. physique, chercheur en technologies photovoltaïques au Groupe Intégration des énergies renouvelables et des ressources distribuées au Centre de recherche CANMET Énergie de Ressources naturelles Canada à Varennes en Montérégie et réalisée par Ressources naturelles Canada;

  • l'entrevue avec Julie Hlavacek-Larrondo; Ph.D. physique, professeure adjointe en physique et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en astrophysique observationnelle des trous noirs et chercheure au sein du Groupe de recherche en astrophysique de haute énergie et extra-galactique à l'Université de Montréal et réalisée par l'Université de Montréal;

  • l'entrevue avec Jacques Goyette, Ph.D. physique, professeur de physique à l'UQTR et chercheur à l'Institut de recherche sur l'hydrogène et réalisée par l'UQTR;

  • l'entrevue avec Delphine Bouilly; Ph.D.physique, professeure adjointe en physique à l'Université de Montréal et chercheuse principale à l'Institut de recherche en immunologie et cancérologie de Montréal et réalisée par l'Institut de recherche en santé du Canada;

  • l'entrevue avec Christian Moreau, Ph.D. physique appliquée à la métallurgie, professeur titulaire de génie mécanique et directeur de recherche de l'Institut de conception et d'innovation aérospatiales de l'Université Concordia et réalisée par l'Université Concordia;

  • l'entrevue avec David Sénéchal, Ph.D. physique, professeur de physique et chercheur à l'Université de Sherbrooke et réalisée par l'Université de Sherbrooke;