Retour à la page d’accueil

Retour au secteur administration

 

 

 

SECTEUR : ADMINISTRATION, SECRÉTARIAT ET INFORMATIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNICIEN(NE) EN ASSURANCES ET SERVICES FINANCIERS

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.E.C.

 

Voir aussi la section "liens recommandés" à la fin de cette page (dont des vidéos de spécialistes en assurances ou services financiers qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que conseillère ou conseiller en services financiers; tu auras pour tâches de conseiller la clientèle sur les divers produits et services relatifs aux services financiers tels que : prêts hypothécaires, prêts personnels, fonds communs de placements, régimes d’épargnes-retraite, etc. Tu les conseilleras sur tous les aspects de la sécurité financière et des finances personnelles. Tu analyseras leurs besoins et objectifs et tu leur proposeras les différents types de placements, prêts et assurances qui répondront le mieux à leurs attentes.

 

En tant qu’agent(e) ou courtier(ère) en assurances de personnes; tu auras pour tâches de conseiller la clientèle sur les divers produits et services en assurances répondant le mieux à leurs besoins et à leurs attentes en matière d'assurances de personnes (assurance-vie, assurance-accident, assurance-hospitalisation, assurance-voyages, assurance-responsabilité, assurance collective, etc.). Tu devras analyser leur situation financière, ainsi qu’analyser le degré de risque que représentera l’assuré(e). Enfin, tu lui vendras un produit d’assurance adaptée à sa situation.

 

En tant qu’agent(e) en assurances multirisques (dommages, entreprises, etc.); tu auras pour tâches d'analyser les besoins du client afin d’assurer la protection de son patrimoine (sa maison, son entreprise, et plus); conseiller le client une protection adéquate en cas de sinistres et enfin, lui vendre un produit d’assurance adaptée à sa situation. Tu travailleras pour un assureur dans un centre d’appels, en succursale ou même parfois sur la route.

 

En tant que courtier(ère) en assurances multirisques (dommages, entreprises, etc.); tu auras pour tâches d'évaluer les produits offerts par les différents assureurs (chaque courtier travaille et négocie avec plusieurs assureurs); conseiller l'assuré selon ses besoins et sa situation et enfin, lui recommander le produit approprié. Tu pourras travailler pour un cabinet de courtage ou travailler à ton propre compte.

 

En tant qu’expert(e) en assurances; tu auras pour tâches d'enquêter sur les circonstances d'un sinistre pour le compte d'un assureur : une poursuite judiciaire, un incendie, un vol, il y a autant de types de sinistre que de sinistrés! en rencontrant les assurés, interrogeant les témoins, communicant avec le service des incendies (dans le cas d'un feu) ou avec le service de police (dans le cas d'un vol),  Tu devras mandater différents professionnels (ingénieurs, comptables, évaluateurs en bâtiment) pour évaluer les pertes et les dommages subis (peuvent varier de quelques centaines de dollars à quelques milliards). Enfin, tu devras négocier les règlements afin d’indemniser le client et rétablir son quotidien. Tu travailleras autant dans un bureau que sur la route chez les sinistrés. Tu pourras travailler pour un assureur de dommages ou être un(e) expert(e) indépendant effectuant des mandats pour plusieurs assureurs.

 

En tant que souscripteur(euse) d'assurance; tu auras pour tâches d'étudier les propositions que les courtiers ou les agents font pour assurer leur client; analyser les risques que comporte chaque dossier d’assuré (les critères qui influencent le risque sont multiples : l’âge, le sexe, l’endroit où il habite, par exemple) et enfin, souscrire les protections qui correspondent aux biens que les assurés ont à couvrir. Tu travailleras au sein d'un assureur multirisques ou d'un assureur de personnes.

 

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-         Aptitudes pour les mathématiques; car tu auras besoin d’une formation assez poussée dans cette discipline

-         Facilité à travailler avec les ordinateurs; car tu seras constamment appelé(e) à travailler avec cet outil essentiel de travail (applications bureautique, bases de données, outils spécialisés en assurances ou services financiers, etc.)

-         Aptitudes pour le service à la clientèle, faciliter à communiquer et pour les relations interpersonnelles; car tu devras établir des contacts avec les clientèles

-    Entregent, sens de l'écoute et empathie; car tu devras établir des liens de confiance avec les clients, parfois dans des circonstances difficiles (maladie, décès, sinistres, etc.)

-         Sens des responsabilités et bon jugement puisque tu devras assurer les décisions que tu prendras

-         Sens de l’organisation, pour bien gérer ton travail afin d'effectuer les meilleurs achats et gérer de facon optimale des ressources matérielles de l'organisation

-         Bonne capacité à la résolution de problèmes car tu devras répondre et trouver des solutions aux demandes des clients, notamment lors de réclamations

-         Esprit d’analyse afin de bien analyser de façon détaillée et établir les besoins des clients en tenant compte de sa situation et des risques

-         Facilité à travailler en équipe car tu devras travailler constamment en collaboration avec des collegues de plusieurs services (souscriptions, réclamations, analyses du risques, service à la clientèle, etc.) et avec différents professionnels et autres intervenants externes (ex : médecins ou psychologues en assurances de personnes; ingénieurs, inspecteurs en bâtiment, enqueteurs aux incendies ou aux vols en assurances de dommages)

-         Esprit d’initiative et Facilité à négocier afin de convaincre les clients d'acheter les produits et services proposés

-         Dynamisme et leadership car tu auras plusieurs défis à relever

-         Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents intervenants pour rédiger des rapports de qualité

-         Bonne connaissance de l’anglais : afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents intervenants pour rédiger des rapports de qualité

PROFESSIONS APPARENTÉES :

 

Dans le domaine des assurances multirisques :

-       Adjoint(e) d’actuariat

-        Agent(e) d’assurances de dommages (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-    Agent(e) d'indemnisation (fiche descriptive informative dans la fonction publique québécoise, voir aussi la page suivante de la CSST)

-       Commis d’assurances

-       Conseiller(ère) en assurances

-       Courtier(ère) en assurances de dommages (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-       Estimateur(trice) de dommages (notamment en assurance-auto)

-       Expert(e) en sinistres (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-    Souscripteur(euse) en assurances de dommages (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-       Tarificateur(trice) de primes

-      Technicien(ne) en assurances

-    Technicien(ne) en évaluation de dommages et responsabilité civile (fiche descriptive informative dans la fonction publique québécoise tel que Transports Québec)

Dans le domaine des assurances services financiers aux particuliers :

-       Adjoint(e) d’actuariat

-       Agent(e) d’aide socio-économique

-    Agent(e) d'accueil des membres (caisses populaires)

-       Agent(e) de crédit

-       Agent(e) de dépôt

-       Agent(e) de prêts hypothécaires

-       Agent(e) de recouvrement

-       Agent(e) des rentes, retraites et assurances (fonction publique québécoise)

-    Agent(e) de soutien aux opérations

-    Agent(e) des services financiers

-       Agent(e) du service à la clientèle en services financiers

-       Agent(e) du service aux membres (caisses populaires)

-       Agent(e) en conseils financiers

-       Agent(e) financier(ère)

-       Caissier(ère) (caisses populaires ou banques)

-       Commis au change de devises étrangères

-       Commis au crédit personnel

-       Commis aux biens immobiliers

-       Commis aux prêts hypothécaires

-       Commis de banque

-       Commis de caisse populaire ou d’économie

-       Commis en finance

-       Conseiller(ère) en finances personnelles

-       Courtier(ère) en hypothèques

-       Courtier(ère) en placements

-       Conseiller(ère) en sécurité financière

-    Conseiller(ère) financier(ère)

-       Courtier(ère) en valeurs mobilières

-    Préposé(e) aux crédits immédiats et conciliation

-    Préposé(e) aux transferts de fonds

-    Représentant(e) de courtier pour un courtier en placements (site de l'Autorité des marchés financiers)

-       Représentant(e) du service à la clientèle en services financiers

-       Représentant(e) en assurance contre la maladie ou les accidents (site de l'Autorité des marchés financiers)

-       Représentant(e) en épargne collective (site de l'Autorité des marchés financiers)

-       Représentant(e) en fonds communs de placements

-       Représentant(e) en placements

-    Représentant(e) en plans et bourses d'études (site de l'Autorité des marchés financiers)

-       Représentant(e) en prêts hypothécaires

-       Représentant(e) en régimes de retraite

-       Représentant(e) en rentes

-       Représentant(e) en services financiers

-       Tarificateur(trice) de primes

-       Technicien(ne) en finance

-       Technicien(ne) en services financiers 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-       Agences de recouvrement

-       Banques

-       Bureaux d’experts en sinistres

-       Bureaux de planificateurs financiers

-       Cabinets de courtiers ou d’agents d’assurances

-       Caisses d’économie

-       Caisses populaires

-       Compagnies d’assurances

-       Concessionnaires automobiles

-       Entreprises de fiducies

-       Firmes de courtiers en valeurs mobilières

-       Gouvernements

-       Sociétés de fonds communs de placements

-       Sociétés de placements

-       Sociétés de prêts

-       À ton propre compte 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-        Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite

-        Connaissance de l’anglais (bilinguisme parfois exigé)

-        Bonne maîtrise de l’informatique

-        Permis de conduire souvent demandé (postes d’agents ou courtiers en assurances)

-        Emploi souvent à temps partiel ou temporaire dans les banques et caisses populaires

AFFILIATION À DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES :

 

Pour les emplois suivants, il faut détenir un permis de pratique et/ou être membre de l’association professionnelle concernée :

 

Agent(e) ou courtier(ère) ou représentant(e) en assurances en assurances de dommages ou expert(e) en sinistres :

 

    -    Chambre des assurances de dommages du Québec CHAD (organisme de contrôle de ces professions)

 

Agent(e) ou courtier(ère) ou représentant(e) en assurances de personnes ou en assurances collectives :

 

        -    Chambre de la sécurité financière (organisme de contrôle de ces professions)

  -    Autorité des marchés financiers (un certificat de compétence de cet organisme est nécessaire)

 

Courtier(ère) ou représentant(e) en valeurs mobilières :

 

  -    Autorité des marchés financiers (un certificat de compétence de cet organisme est nécessaire)

 

Représentant(e) en épargnes, en rentes, en prêts ou en fonds communs de placement : 

 

  -    Autorité des marchés financiers (un certificat de compétence de cet organisme est nécessaire)

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2016 : 

Le placement est très bon, 84 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité, soit 93 % sont à temps complet.

Près du tiers des répondants(es), soit 33 % ont choisi de poursuivre leurs études à l'université en administration (spécialisation en services financiers ou en assurances) notamment en bénéficiant du DEC-BAC.

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
  À LEUR COMPTE

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

49 27 25 4 16

Note 1 : légère baisse taux de placement, bien que toujours tout aussi excellent par rapport aux années précédentes (était de 84 % en 2014, 93 % en 2012 et 67 % en 2011 et 90 % en 2010).

Note 2 : baisse du nombre de répondants(es) poursuivant des études universitaires (était de 43 % en 2014; 51 % en 2012 et 26 % en 2010).

Note 3 : malgré le grand nombre de diplômés(es) poursuivant des études universitaires, de nombreux postes fort bien rémunérés sont offerts aux techniciens(nes) et ne peuvent être comblés faute de candidats(es) disponibles.

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec

SALAIRE :  

Selon les données 2016 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Dans le domaine des assurances :

-    690 $/semaine environ pour les travailleurs(euses) indépendants(es) (agents, courtiers, experts en sinistres)

-        18,83 $ (40 hres/sem) en moyenne en tant que conseiller(ère) en services financiers aux particuliers au sein des grandes institutions bancaires

-         19,46 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de rentes et retraite dans la fonction publique québécoise

-         19,74 $/heure (40 hres/sem) (+ les commissions ou des primes au rendement ou bonis dans certains postes) pour les postes de salariés au sein des PME

-         19,56 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) du service à la clientèle au sein des grandes compagnies d'assurances

-    20,57 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en administration - divulgation financière et assurance automobile ou technicien(ne) en assurance et responsabilité professionnelle à l'Autorité des marchés financiers

-         20,91 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'indemnisation dans la fonction publique québécoise (SAAQ, CNESST)

-         21,49 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que souscripteur(trice) ou tarificateur(trice) ou technicien(ne) en services financiers ou technicien(ne) en assurances au sein des grandes compagnies d'assurances

-         22,55 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en actuariat au sein des grandes compagnies d'assurances

-         22,63 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) d'assurances générales des particuliers junior ou agent(e) d'assurances de personnes junior au sein des grandes compagnies d'assurances

-         23,50 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'expert(e) en sinistres junior au sein des grandes compagnies d'assurances

-         23,50 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) d'assurances des entreprises junior au sein des grandes compagnies d'assurances

-         25,54 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) aux réclamations ou technicien(ne) en vérification des réclamations ou analyste des réclamations ou technicien(ne) en évaluation de dommages au sein des grandes municipalités (moins de 100 000 habitants)

-         25,58 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en évaluation de dommages et responsabilité civile dans la fonction publique québécoise (généralement de l'expérience est nécessaire)

-         26,09 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) aux réclamations ou technicien(ne) en vérification des réclamations ou analyste des réclamations au sein des municipalités de taille moyenne (100 000 habitants et +)

-         26,10 $/heure (35 hres/sem) en technicien(ne) en assurances dans la fonction publique fédérale 

-    26,85 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en assurances ou agent(e) des assurances responsabilité au sein des grandes entreprises publiques de transport urbain

-    27,91 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) des assurances responsabilité ou agent(e) des assurances collectives et rentes à la Société de transport de Montréal STM

-         29,31 $/heure (35 ou 36,25 ou 38 heures/sem) en tant qu'agent(e) des réclamations ou agent(e) aux indemnisations ou agent(e) au recouvrement à Hydro-Québec

-   30,61 $/heure (35 hres/sem) en tant que représentant(e) - risques et réclamations ou représentant(e) - risques et assurances à la Gaz métro

Dans le domaine des services financiers :

-    650 $/semaine environ pour les représentants(es) indépendants(es) en services financiers

-         15,81 $/heure (40 hres/sem) en moyenne pour les postes reliés au service à la clientèle dans les banques (caissiers, agents ou représentants du service à la clientèle, agents de crédit, etc)

-         16,43 $/heure (40 hres/sem) (+ les commissions ou des primes au rendement ou bonis dans certains postes) pour les postes de salariés (ex : agent de soutien aux opérations, agent financier, agent du service à la clientèle, etc.) au sein des PME (cabinets de courtage en valeurs mobilières, cabnets de courtage en prêts hypothécaires, sociétés de prêts, cabinets de conseillers en gestion, etc.)

-         18,41 $/heure (35 hres/sem) en moyenne dans les caisses populaires Desjardins (agent du soutien aux membres, agent des services financiers, etc)

-        18,62 $ (40 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en services financiers aux particuliers au sein des grandes institutions bancaires

-        18,83 $ (40 hres/sem) en moyenne en tant que conseiller(ère) en services financiers aux particuliers au sein des grandes institutions bancaires

-         19,71 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en administration dans la fonction publique québécoise 

-    20,57 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) vérificateur(trice) - fonds mutuels ou agent(e) vérificateur(trice) - indemnisation ou agent(e) d'inscription en valeurs mobilières à l'Autorité des marchés financiers

-    21,63 $/heure (35 hres/sem) en tant technicien(ne) en financement d'entreprises et mesures fiscales à l'Investissements Québec

-         22,45 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en administration - programmes d'aide financière aux étudiants au sein des universités

-         26,10 $/heure (37,5 hres/sem) en technicien(ne) en services financiers dans la fonction publique fédérale

Note 1 :  baisse de la moyenne salariale dans le secteur privé (PME) par rapport à 2014 (était dfe 16,18 $); 2012 (était de 16,98 $) et 2011 (était de 17,50 $), mais comparable à 2010 (qui était 16,73 $/heure) et aux années précédentes.

 

Note 2 : dans le secteur public et para-public et chez plusieurs grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Emploi-Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, Syndicat des employés professionnels et de bureau (section locale 434 Banque Laurentienne), Syndicat UITC (section locale Banque CIBC), Syndicat de la fonction publique du Québec SFPQ - section locale Autorité des marchés financiers et section locale Investissements Québec, Syndicat du personnel administratif, technique et professionnel du transport en commun de Montréal STM, Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau (section locale 2000 - Hydro-Québec), Syndicat des employés professionnels et de bureau (section locale 463 - Gaz métro), conventions collectives des fonctionnaires municipaux (cols blancs) de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des employés de soutien de la plupart des universités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises publiques de transport urbain, conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies d'assurances, Indeed et Glassdor.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION et

PERSPECTIVES D’AVENIR :

Selon la Chambre de l'assurance de dommages du Québec; il y avait 15 281 professionnelles et professionnels de l'assurance de dommages au Québec au 31 décembre 2016 (soit 612 de plus qu'en 2014 et et 692 de plus qu'en 2012).

Majoritairement constituée de femmes, puisqu'elles représentaient 61,3 % des membres.

Bien que la majorité des membres sont âgés entre 35 et 45 ans, près de la moitié sont âgés de plus de 45 ans et prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés. Plus précisément :

  1. 2,4 % étaient âgés de moins de 25 ans

  2. 21 % avaient entre 25 et 34 ans

  3. 27 % avaient entre 35 et 44 ans

  4. 24 % étaient âgés entre 45 et 54

  5. 25 % étaient âgés de 55 ans ou +

La répartition des membres selon leur profession était :

Plus de 55 % des membres de la profession détenaient une A.E.C. en assurances de dommages,

13 % détenaient un D.E.C. en conseil en services financiers et assurances,

11 % avaient un D.E.C. autre qu'en assurance,

9 % étaient titulaires d'un diplôme universitaire,

alors que 12 % avaient une autre formation (que le D.E.S. ou un D.E.P. ou autre).

Selon un sondage Web réalisée par la Coalition de promotion des professions en assurance de dommages en 2017; près de 5 300 postes seront à pourvoir dans l’industrie de l’assurance de dommages, mais ne sera probablement pas tous comblés, compte tenu du manque de candidats(es).

C’est ce que révèle un sondage mené en 2016, soit :

Plus de 68 % des entreprises interrogées considéraient le marché actuellement en manque de ressources.

 

85 % des entreprises de 16 employés et plus prévoyaient embaucher, comparativement à 49 % pour les entreprises de 5 employés et moins et à 67 % pour celles comptant de 6 à 15 employés.

 

Un peu partout au Québec, il y a un manque de candidats(es), voir même une pénurie dans certaines régions.

 

Les régions prévoyant le plus d’embauches sont Montréal (30 %), Chaudières-Appalaches (20 %), Capitale-Nationale (19 %) et Montérégie (16 %).

Selon les compétences et aptitutudes recherchées :

  1. Les entreprises privilégient d'abord l’embauche de candidats possédant une attestation d’études collégiales (AEC) en assurance de dommages, suivi par un diplôme d’études collégiales (DEC) en Conseil en assurances et en services financiers et enfin, les titulaires d'un diplôme universitaire

  2. 87 % des entreprises confirment que l’évolution des technologies a un impact sur les compétences recherchées chez les candidats

  3. Le top 4 des aptitudes recherchées : sens du service à la clientèle, habiletés en vente, capacité d'analyse et facilité à communiquer

Selon le magazine Jobboom, les métiers d'agent d'assurances de dommages et d'expert en sinistres figurent parmi le top 25 des carrières gagnantes en 2015 et 2016.

L'industrie des assurances de personnes et de la planification financière est en pleine expansion à cause du vieillissement de la population, de l'intérêt davantage apportée à la population de penser à leur avenir et à leur sécurité financière et la majorité du personnel du domaine sont âgés de 50 ou plus et prendront leur retraite d'ici quelques années et enfin, l'augmentation des risques associés aux événements naturels (inondations par exemple) font que les entreprises de tous les secteurs de l'assurance ont des besoins  accrus de personnel qualifié.

Les cabinets de courtage en assurances dommages, les cabinets d'experts en sinistres, les cabinets de planificateurs financiers, les cabinets d'actuaires et les compagnies d'assurances éprouvent d'énormes difficultés à recruter du personnel. Que ce soit pour une carrière en assurances de dommages, en assurances de personnes, en planification financière ou actuariat; les portes sont actuellement grandes ouvertes.

On ne retrouve plus de "vendeurs d'assurances". Ce sont maintenant des professionnels en conseils et services auprès de l'assuré sur les produits les mieux adaptés à sa situation et des renseignements sur les risques couverts. Il y a aussi d'autres spécialistes qualifiés du domaine des assurances dont l'une d'entre-elles te passionnera sûrement.

Selon la Chambre de la sécurité financière du Québec; il y avait 32 022 professionnelles et professionnels de l'assurance de personnes au Québec au 31 décembre 2016 (soit 345 de plus qu'en 2013).

 Contraitement aux professionnels de l'assurance de dommages, le sexe des membres dans le domaine de la sécurité financière est plutôt équitable, puisque les hommes représentaient 50,5 %, alors que les femmes représentaient 49,5 %.

Elle regroupe les représentants(es) en épargne collective, les représentants en assurance de personnes, les représentants en assurance collective de personnes, les représentants en plans et bourses d'études et les planificateurs financiers détenant une certification de l'Autorité des marchés financiers du Québec.

Il existe 5 disciplines de pratique, soit : épargne collective, planification financière, assurance individuelle de personnes, assurance collective de personnes ou plans et bourses d'études.

Bien qu'un(e) membre peut pratiquer dans plus d'une discipline, ce sont les domaines de l'épargne collective (51 %), assurance de personnes (30 %) et planification financière (10 %) qui regroupaient la majorité de ces professionnels.

Par contre, ce sont les domaines de l'assurance collective de personnes (60 % des membres de la profession sont âgés de 51 ans ou plus avec un âge moyen de 53 ans) et de l'assurance individuelle de personnes (45 % des membres sont âgés de 51 ans ou plus avec un âge moyen de 47 ans) sont les besoins sont les plus importants.

La répartition des membres selon leur âge était :

Donc, ce sont plus de 31 % des membres qui sont âgés de 51 ans ou + qui prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés. C'est principalement en planification financière et en assurance individuelle de personnes que les membres sont les plus âgés.

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de l'assurance et de la sécurité financière.

BREF PORTRAIT DE L'INDUSTRIE :

L'industrie de l'assurance multirisques (assurance de dommages) au Québec a réalisé un chiffre d'affaires de 9,4 milliards $ en 2016.

Elle comprend toutes les assurances privées autres que les assurances de personnes telles que : assurances de biens (assurance habitation, assurance automobile (dommages matériels), assurance biens précieux, etc); assurances de services (assurance responsabilité civile, assurance responsabilité professionnelle, assurance voyage, assurance juridique, etc); assurances commerciales (assurance d'entreprises, assurance des obligations de guarantie commerciale, assurance immobilière, assurance douanière, assurance en transports, assurance en télécommunication, assurance pour l'industrie pharmaceutique, assurance pour industries, etc.).

Bien que cette industrie est moins importante que l'industrie des assurances de personnes dominée par de grands assureurs, la plupart des entreprises en assurances multirisques sont des PME constituées en vertu d'une loi québécoise (appelées "assureurs québécois") dont plusieurs sont des mutuelles, ainsi que celles constituées en vertu d'une loi fédérale (appelées "assureurs canadiens") dont plusieurs ont leur siège social au Québec.

Elle comptait plus de 27 700 employés(es) dont 15 200 sont certifiés(es) par l'Autorité des marchés financiers.

Ils œuvraient au sein de 855 employeurs, dont 642 cabinets de courtage, 70 cabinets d’expertise en règlement de sinistres, 129 assureurs directs et 14 assureurs à courtiers.

Parmi les 129 assureurs directs :

56 sont constituées en vertu d'une loi fédérale appelées "assureurs canadiens" souscrivent 45 % des primes directes;
54 sont constituées en vertu d'une loi d'un autre pays appelées "assureurs étrangers" souscrivent 45 % des primes directes;
15 sont constituées en vertu d'une loi québécoise appelées "assureurs québécois" souscrivent près de 10 % des primes directes;

4 sont constituées en vertu d'une loi d'une autre province appelées "assureurs canadiens non québécois" souscrivent moins de 1 % des primes directes.

La région de Québec et Chaudière-Appalaches est considérée comme la capitale québécoise de l'assurance puisqu'elle figure au 2e rang au Canada (derrière Toronto) pour le plus grand nombre de sièges sociaux d'assureurs et le nombre d'emploi au sein de cette industrie.

On y retrouve notamment le siège social de 8 des plus importants assureurs multirisques au Québec et on y retrouve près de 40 % des emplois dans le domaine.

La région de Montréal est le 3e centre financier international au pays et au 16e au monde. On y retrouve 5 importants assureurs multirisques dont le plus grand assureur de dommages au Canada (puisque la très vaste majorité de ses activités sont basées à Montréal, bien que son siège social soit situé à Toronto). Ce sont plus de 30 % des emplois de cette industrie qui y sont situés, soit près de 10 % de tous les emplois en finance dans la région.

L'industrie québécoise des assurances de personnes avait une chiffre d'affaires évalué à plus de 14,75 milliards de dollars en 2016.

Elle comprend toutes les assurances santé complémentaires privées (assurance hospitalisation, assurance accident, assurance-maladie, assurance salaire pour maladie prolongée, assurance dentaire, assurance médicaments, etc); rentes (régimes de retraite collectifs comme les régimes de pensions agréés RPA, les régimes de pensions individuels comme rentes viagères et les fonds enregistrés de revenu de retraite, etc); les assurances funéraires; ainsi que les assurances-vie.

En 2016, elles ont percu plus de 7,89 milliards de dollars en primes individuelles et 16,26 milliards de dollars en primes collectives.

Les primes directes souscrites au Québec sont réparties comme suit :

50,8 % en assurance-accident et assurance-maladie;
27,4 % en assurance-vie individuelle;
10,3 % en assurance-vie collective;
6,5 % en rente individuelle;
5,0 % en rente collective.

En 2016, plus de 7,4 millions de québécois étaient assurés par une assurance-vie et/ou une assurance-santé et/ou une rente  individuelle ou collective privée.

En 2016, plus de 2,5 millions de travailleurs(euses) québécois détenaient une assurance invalidité;
3,2 millions de travailleurs(euses)  + 3,8 millions de personnes à charge détenaient une assurance maladie complémentaire;
1,3 millions de travailleurs(euses) + 1,7 millions de personnes à charge détenaient une assurance dentaire.


On y retrouvait 82 assureurs dont 11 mutuelles d'assurance-vie, 3 coopératives d'assurance-vie, ainsi que 68 assureurs privés autorisées au Québec; dont les 14 principaux contrôlaient 90,1 % du marché.

Parmi celles-ci :

22
sont constituées en vertu d'une loi québécoise appelées "assureurs québécois" souscrivent 52 % des primes directes;
34 sont constituées en vertu d'une loi fédérale appelées "assureurs canadiens" souscrivent 46,1 % des primes directes;
22 sont constituées en vertu d'une loi d'un autre pays appelées "assureurs étrangers" souscrivent 1,9 % des primes directes;
4 sont constituées en vertu d'une loi d'une autre province appelées "assureurs canadiens non québécois" souscrivent moins de 1 % des primes directes.


Elles sont principalement concentrées dans les régions de Québec, Montréal et Chaudière-Appalaches, mais également en Montérégie et en Estrie.

De plus, 16 de ces 82 assureurs ont leur siège social au Québec, soit 16 % des assureurs présents au Canada. Ce qui fait le Québec la second province en importance au pays dans cette industrie.

En 2016, elles employaient plus de 30 800 personnes (dont 24 800 occupant des fonctions administratives et 2 500 agents exclusifs), ainsi que plus de 1 600 agents(es) d'assurances de personnes indépendants(es).

La région de Québec et Chaudière-Appalaches est considérée comme la capitale québécoise de l'assurance puisqu'elle figure au 2e rang au Canada (derrière Toronto) pour le plus grand nombre de sièges sociaux d'assureurs et le nombre d'emploi au sein de cette industrie.

On y retrouve notamment le siège social de 4 des plus importants assureurs de personnes au Québec, ainsi que le le siège social des principaux organismes gouvernementaux d'assurances publiques (CNSST, Retraite Québec, RAMQ et SAAQ). Enfin, on y retrouve plus de 60 % des emplois dans le domaine.

La région de Montréal est le 3e centre financier international au pays et au 16e au monde. On y retrouve notamment 3 importants assureurs de personnes ayant leur siège social global ou canadien, ce qui lui permet de regrouper plus de 30 % des emplois dans ce domaine.

Sources : Autorité des marchés financiers, Coalition pour la promotion des carrières en assurances de dommages, Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes, Québec international et Montréal international.

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

  

Voir aussi la section "autres formations"

 

Le Diplôme d’études collégiales en techniques de conseils en assurances et services financiers D.E.C. a une durée totale de 3 ans à temps complet.  Il comporte des cours sur l'organisation de l'industrie de l'assurance et des services financiers, introduction à la comptabilité, marketing des services financiers, introduction à l'informatique appliquée à l'administration, environnement économique, anglais appliqué au domaine des affaires, communication des affaires, statistiques appliquées en gestion, notions de droit en assurance et services financiers, comptabilité 2, promotion et techniques de vente, assurance automobile, assurance habitation, finances personnelles, assurance vie et collective, règlement des sinistres, incidences fiscales, placement des particuliers, français des affaires, service à la clientèle en assurance des particuliers, financement des entreprises, assurance des entreprises 1, assurance responsabilité des entreprises et cautionnement, analyse des états financiers personnels, planification financière et produits de retraite, planification fiscale, assurances et rentes collectives, souscription en assurance, outils de gestion e assurance, assurances des entreprises 2, assurances internationales et diverses, prévention et analyse du risque, ainsi qu'un stage non rémunéré en milieu de travail d'une durée de 5 semaines (cheminement régulier) ou 2 stages rémunérés en milieu de travail d'une durée de 2 à 4 mois chacun pouvant (cheminement en alternance travail-études).

 

NOTE : le nom et le contenu des cours peuvent différer selon les collèges, mais les objectifs de formation du programme restent les mêmes.

 

Il existe aussi un programme de DEC-BAC en services financiers qui combinent les études collégiales et universitaires et ayant une durée totale de 5 ans. Les 2 premières années correspondent au programme de DEC (plus quelques cours en services financiers ou en gestion financière) et les 3 dernières années correspondent au baccalauréat en administration des affaires (spécialisation en finance, en administration des régimes de retraite ou en services financiers). Pour plus de détails, consulte la page d’informations, consulte la section qui suit.

 

DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Il permet d'entreprendre des études collégiales et universitaires en gestion en 5 ans (au lieu de 6) et obtenir 2 diplômes, soit D.E.C. et le Baccalauréat.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Voici les ententes actuellement offertes :

(ces ententes concernent toutes les concentrations du Baccalauréat en administration, incluant la concentration en services financiers et assurances)

 

DEC-BAC en administration - services financiers

(DEC en conseils en services financiers et assurances 410.C0 + Baccalauréat en administration des affaires - concentration en services financiers) :

 

Université Laval

Ententes avec les collèges suivants :

UQAR :
Ententes avec les collèges suivants :

 

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en techniques de comptabilité et de gestion 410.B0 + Baccalauréat en administration des affaires - concentration en services financiers) :

 

Université Laval

Ententes avec les collèges suivants :

 

UQAR

Ententes avec les collèges suivants :

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires du DEC en éducation spécialisée de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans cadre de son programme de baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission est faite lors de la demande et aucune préférence ou priorité n'est accordée à l'admission.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Note 1 : dans certaines universités, il y a des cours préalables exigés même une reconnaissance d'acquis est offerte

 

Note 2 : la reconnaissance des acquis n'est pas automatique et le nombre de crédits accordés peut varier selon la qualité de ton dossier scolaire.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

aux titulaires du DEC en conseils en services financiers et assurances :

aux titulaires du DEC en techniques de comptabilité et de gestion :

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

Il te sera possible de poursuivre tes études à l’université dans le cadre de l'un des programmes suivants :

 

Il existe également des programmes universitaires de courte durée (certificats, microprogrammes et programmes courts) qui te permettront de te perfectionner, en voici quelques exemples :

EXIGENCES D’ADMISSION :

  

-         Détenir un D.E.S. et avoir réussi le TS ou SN 4e (anciennement maths 436) ou son équivalent
 

-         Soit détenir un D.E.S. et avoir réussi le cours TS ou SN 5e (anciennement mathématiques 526 ou 536) ou son équivalent pour ceux qui veulent suivre le programme combiné DEC-BACC ou ceux qui désirent poursuivre les études jusqu’à l’université au Baccalauréat en administration des affaires ou en sciences comptables

 

Note : pour connaître les équivalences de préalables à l’éducation aux adultes, consulte la page suivante

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Ce programme n’est pas contingenté dans tous les collèges

 

Les candidats(es) admissibles (détenant les préalables requis) sont généralement admis 

Admissions ouvertes de jour au trimestre d'automne seulement au 1er tour et au 2e tour dans tous les collèges.

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Infos sur l’alternance travail-études

  

-         Cégep de Lévis-Lauzon offert en alternance travail-études seulement, site du département

 

-         Cégep de Sainte-Foy offert en alternance travail-études seulement, voir aussi le DEC intensif en 21 mois pour titulaires d'autre DEC, possibilité de réaliser un stage hors-Québec (Ontario, Nouvelle-Écosse, Colombie-Britannique ou Alsace en France)

 

-    Cégep de St-Hyacinthe

 

-         Cégep du Vieux-Montréal, site du département

 

-         Cégep Montmorency offert en alternance travail-études seulement, site du département

 

-     Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption

 

-    Cégep d'Alma

 

-    Séminaire de Sherbrooke

 

AUTRES FORMATIONS :

 

Il existe également plusieurs programmes d’A.E.C. d’une durée moindre que le D.E.C . (1 an ou 2 ans). La majorité sont destinés à ceux ayant quitté les études à temps plein et ayant acquis quelques années d’expérience sur le marché du travail. Par contre, il y a quelques uns qui sont accessibles aux finissants(es) du secondaire ou aux étudiants(es) du collégial qui veulent se réorienter. Voici quelques programmes offerts :

 

Note : tu peux consulter les programmes d’AEC offerts par les cégeps en te dirigeant dans la section « formation continue » dans le menu principal du site web du cégep concerné.

 

En assurances de personnes :

En assurances générales (dommages) :

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l'avis de professionnels(les) en assurances ?, alors regarde les vidéos suivants

Pour une liste d'entreprises en services financiers, consulte le portrait de l'Industrie des services financiers et assurances

sites d'informations et d'éducation financière pour le grand public :

autres :