Retour à la page du secteur sciences physiques

Retour à la page d’accueil

 

SECTEUR : SCIENCES PHYSIQUES ET MATHÉMATIQUES

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

BIOPHYSICIEN(NE)

PHYSICIEN(NE) MÉDICAL

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.Sc.

MAÎTRISE EN SCIENCES M.Sc.

DOCTORAT PH.D.

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Ainsi que la section "liens recommandés" (dont des vidéos d'étudiants aux études supérieures qui parlent de leur programme d'études et de chercheurs qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En devenant une biophysicienne ou un biophysicien; tu auras pour responsabilités d’étudier et de mieux comprendre les phénomènes biologiques des cellules et molécules humaines et animales en combinant des outils de la biologie et de la physique afin de développer des produits utilisant des molécules biologiques ou des biomembranes artificielles (ex : des vaccins, des médicaments, des organes artificiels, des aliments de conservation, etc).

 

Tu pourras travailler au sein d’équipes multidisciplinaires pour l’industrie biomédicale, pharmaceutique ou biotechnologique ou même au sein de centres de recherches en biophysique d’universités québécoises ou étrangères.

 

Si tu deviens physicienne ou physicien médical en milieu hospitalier; tu seras responsable de planifier des traitements par rayonnements des clients atteints du cancer avec la collaboration du médecin radio-oncologue.

 

Tu auras pour tâches de :

En milieu industriel; tu seras responsable du contrôle de la qualité de l’équipement fabriqué, notamment pour la radio-oncologie ou la méD.E.C.ine nucléaire, en ce qui a trait de l'émission des substances radioactives de ces appareils afin de t'assurer qu'ils répondent aux normes gouvernementales et de l'entreprise et ce, avec la collaboration d'un ingénieur biomédical;

 

En milieu de recherche, tu participeras à des activités de recherche et développement visant l’optimisation ou du développement de nouvelles modalités et techniques de traitement et d’imagerie, au développement de techniques de dosimétrie, d’algorithmes de calcul des doses et de modèles radiobiologiques.

.

 

En tant qu’enseignante ou enseignant en physique au collégial préuniversitaire; tu seras responsable d’enseigner des notions de base ou des notions intermédiaires de cette discipline auprès de jeunes adultes inscrits à un programme préparatoire aux études universitaires.

 

Tu les notions de base de la matière à enseigner.

 

Tu auras pour tâches de :

 

En tant qu' enseignante ou enseignant en imagerie médicale au collégial technique; tu seras responsable d’enseigner des notions de base et les notions intermédiaires en physique auprès d’étudiants(es) inscrits à programme en technologie du génie électrique (technologie de l'électronique industrielle, technologie de l'électronique programmable et robotique, technologie de systèmes ordinés ou technologie du génie physique) ou à un programme en technologie de l'imagerie médicale (technologie de la médecine nucléaire, technologie de la radio-oncologie, technologie de la radiodiagnostic, technologie de l'échographie médicale ou technologie de l'électrophysiologie médicale).

 

Tu auras pour tâches de :

 

En tant que professeur(e) d'université en biophysique ou physique médicale; tu seras responsable d’enseigner auprès d’étudiantes et d’étudiants de niveau universitaire des notions spécialisées en biophysique ou en physique afin de les préparer à poursuivre des études supérieures dans cette discipline ou dans une discipline connexe (physique, biologie, microbiologie, sciences de l'atmosphère, physiothérapie, chiropratique ou sciences biomédicales par exemple).

 

Tu pourras aussi être appelé(e) à enseigner des notions de biochimie auprès d'étudiants(es) de d'autres disciplines (ex : biologie, chimie, microbiologie, pharmacie, médecine, médecine dentaire, agronomie, nutrition, etc.).

 

Tu auras pour tâches de :

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

 

-         Intérêts pour les sciences et la recherche

-         Très bon sens de l’observation pour observer attentivement les différents phénomènes physiques

-         Capacité d’analyse et de synthèse car tu auras à analyser des phénomènes physiques de toutes sortes

-         Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction pour être appelé à trouver des solutions à des problèmes  par l’application de la physique

-         Minutie, précision et bonne méthode de travail car tu auras à effectuer et réaliser des travaux de recherche de façon méthodique

-         Sens des responsabilités car tu auras la responsabilité d’un laboratoire de physique

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres physiciens, techniciens en physique, etc.

-         Facilité à communiquer afin de communiquer de facon claire et efficace tes idées, dans l'élaboration de théories et pour expliquer les résultats de tes recherche auprès d'autres physiciens, mais parfois être en mesure de vulgariser auprès de non-physiciens

-         Très bonne connaissance de la langue francaise écrite afin de rédiger des rapports de recherche ou d'expertise de qualité

-         Bonne connaissance de la langue anglaise car la plupart des manuels et publications spécialisés sont dans cette langue

 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

 

-        Agent(e) d’évaluation scientifique (fonction publique fédérale)

-        Animateur(trice) en loisirs scientifiques

-        Assistant(e) de recherche en biophysique

-        Chercheur(e) en biophysique (avec un doctorat)

-        Chercheur(e) en biologie cellulaire (avec un doctorat)

-        Chercheur(e) en biologie moléculaire (avec un doctorat)

-        Journaliste scientifique

-        Officier des sciences biologiques (Forces armées)

-        Professeur(e) d’université en biophysique ou physique

-        Professeur(e) de physique au collégial

-        Professeur(e) en techniques de biotechnologies au collégial

-    Spécialiste clinique en biologie médicale (réseau de la santé, avec un postdoctorat)

-    Spécialiste en sciences biologiques et physiques sanitaires (directions de la santé publique)

-        Spécialiste en sciences physiques (fonction publique québécoise)

-        Technologue en biophysique

-        Vulgarisateur(trice) scientifique

 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

 

-        Cégeps

 

-        Collèges privés

 

-        Compagnies biomédicales et de recherche médicale ou pharmaceutique

 

-    Forces armées canadiennes

 

-         Gouvernement du Canada : Carrières en sciences et technologie,
Office de la Propriété intellectuelle du Canada, Agence canadienne d'inspection des aliments,
Recherche et Développement pour la Défense (dont le RDDC Valcartier), Défense nationale (civils),
Environnement Canada
, Ressources naturelles Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Pêches et Océans Canada, Santé Canada
Centre national canadien d’hygiène et sécurité au travail à Ottawa
Centre St-Laurent d'Environnement Canada à Montréal

Services des laboratoires judiciaires de la G.R.C. à Ottawa
Institut Maurice-Lamontagne à Mont-Joli dans le Bas-St-Laurent
Institut océanographique de Bedford (le plus grand centre de recherches océaniques au Canada) à Darmouth en Nouvelle-Écosse

Conseil national de recherches du Canada CNRC (dont : le Centre canadien de technologies résiduelles, le laboratoire CARSLab en imagerie multimode, le laboratoire d'essai sur l'environnement intérieur, le laboratoire des émissions émanant des matériaux, le laboratoire de nanomatériaux pour dispositfs médicaux situé à Boucherville, l'établissement d'isolement des anticorps à domaine unique, l'installation de biotraitabilité des matières résiduelles, ainsi que l'usine-pilote de biotransformation anaérobie.

 

-         Gouvernement du Québec : Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légaleCentre d’expertises et d’analyses environnementales,,
Institut national de la santé publique, Centre de recherches industrielles du Québec

 

-        Laboratoires privés de recherche

 

-        Magazines scientifiques (ex : Québec Sciences)

 

-        Organismes de loisirs scientifiques (voir la section "liens recommandés")

 

-        Universités (consulte la page sur les organismes de recherche en sciences et la page « organismes de recherches en santé) dont :

le Groupe sur les affections neuro-musculo-squelettiques,
le Groupe de recherche en oncologie et endocrinologie moléculaires,
le Groupe de recherche en neurosciences de l'UQTR,
le Centre d'imagerie moléculaire de l'Université de Sherbrooke,
le Groupe de physique en biophysique moléculaire de Concordia,
le Centre d'optique, photonique et laser de l'Université Laval COPL (biophotonique),
le
Groupe de recherche en physique médicale de l'Université Laval,
le Groupe de recherche en physique médicale de l'Université de Montréal
le Groupe d'études sur les protéines membranaires de l'Université de Montréal,
l'Institut canadien des innovations en photonique (Université Laval et Gouvernement du Canada),
le Centre de recherche Étienne-Lebel du CHUS,
l'Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'Université de Montréal,
le Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont,
l'Institut de recherches cliniques de Montréal,
l'Institut de recherche en santé de Mcgill,
le Centre de recherche du CHUM,
le Centre de recherche du CHA de Québec (neurosciences),
le Centre de recherche en endocrinologie moléculaire et oncologique et génomique humaine (rattaché au Centre de recherche du CHU de Québec),
le Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation de Montréal,
le Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale de Québec,
le Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal,
le Centre de recherche en neurosciences de Mcgill,
le Centre de recherche en biologie de la reproduction de l'Université Laval,
le Mcgill Medical Research Unit,
le Mcgill University Phytotron,
l'Institut de recherche en biologie végétale de l'Université de Montréal,
le Centre interinstitutionnel de recherche en écotoxicologie,
ainsi que l'Institut des sciences de la mer de Rimouski (UQAR).

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

 

-         Le Doctorat est souvent exigé (parfois des études post-doctorales)

-         Bonne connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-         Bonne maîtrise de l’informatique

-         Polyvalence

 

PLACEMENT :

 

Aucune donnée disponible spécifique pour les programmes en physique médicale, biophotonique et sciences des radiations et imagerie biomédicale

 

Consulte la page de physicien(ne)

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2017 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Avec une maîtrise ou un doctorat

 

En enseignement collégial et universitaire :

(32,5 heures/sem réparties sur 40 semaines pour le collégial, mais le salaire est calculé sur 52 semaines)

  • 887,63 $/semaine en moyenne en tant qu''enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise + diplôme en pédagogie de l'enseignement collégial ou titulaires d'une maîtrise + scolarité de doctorat)

  • 1 001,77 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise + diplôme en pédagogie de l'enseignement collégial ou titulaires d'une maîtrise + scolarité de doctorat)

  • 1 001,77 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans de scolarité : scolarité de doctorat)

  • 1 079,34 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un collège préuniversitaire privé (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 1 088,77 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 1 125,92 $/semaine en moyenne en tant que chargé(e) d'enseignement, professeur(e) assistant(e), professeur(e) suppléant(e) ou lecturer dans une université

  • 1 406,96 $/semaine en moyenne en tant que professeur(e) adjoint(e), professeur(e) régulier ou adjunct professor dans une université

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, conventions collectives des professionnels de recherche de plusieurs universités, conventions collectives des professionnels de la plupart des universités conventions collectives des chargés de cours de la plupart des universités et conventions collectives des professeurs de la plupart des universités.

 

CERTIFICATION PROFESSIONNELLE :

 

Aucun titre professionnel n’est nécessaire pour occuper un poste de biophysicien.

 

Par contre, afin de rehausser la réputation et le niveau de professionnalisme de ces professionnels, l’Association canadienne des physiciens offre une certification professionnelle avec comme désignation « physicien(ne) professionnel(le) » dû à l’accroissement du niveau de complexité de la profession.

 

Tu pourras aussi devenir de l'Association des physiciens et ingénieurs biomédicaux du Québec.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon l'Association des physiciens médicaux du Québec; il y avait 168 physiciens médicaux dont 46 femmes en 2017.

 

La majorité des physiciens médicaux pratiquaient en milieu hospitalier, mais en retrouve également dans les entreprises pharmaceutiques, les fournisseurs de radio-isitopes, des manufacturiers d'appareils d'imagerie médicale, etc.

 

La répartition selon la région était :

 

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie des sciences physiques et le Portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Avec la venue des biotechnologies avec leurs applications dans de nombreux domaines notamment dans les secteurs pharmaceutiques et biomédicales, les compétences multidisciplinaires des biophysiciens sont très recherchés.

 

Selon les données du Ministère de la Santé et des services sociaux du Québec, la profession de physicien(ne) médical est l'une des 15 professions universitaires les plus recherchées dans le réseau québécois de la santé.

 

Les domaines de recherche de pointe ayant les plus fortes expansions dans le domaine de la santé sont principalement la génétique, les maladies neurologiques et les maladies mentales. De nombreux experts(es) en biophotonique sont recherchés afin de développer des outils et des technologies permettant d'aider les chercheurs en santé à découvrir de nouveaux traitements ou de nouvelles molécules dans la formulation de nouveaux médicaments.

 

Par exemple, on y développe de nouvelles techniques de microscopie et de spectrocopie pour l'imagerie de neurones, le développement de nouvelles sondes optoélectriques à base de fibre optique pour des enregistrements dans le cerveau, le développement de lasers femtoseconde et imagerie de haute résolution pour la visualisation de sous-structures cellulaires, la création et évaluation de nouvelles sources lumineuses (couleur spectrale particulière) pour étudier l'horloge biologique chez l'humain, etc.

 

Des chercheurs en biophotonique sont également recherchés pour d'autres applications, par exemple :

 

le développement d'un biocapteur basé sur les puces à ADN pour y détecter des bactéries pour l'industrie agroalimentaire, le développement de biocapteurs à fibres optiques afin de déceler des polluants biologiques dans l'environnement, la mise au point de technologies optiques de pointe comme l'ablation par impulsions laser ultrabrèves pour étudier la structure des bactéries, etc.

 

Dans le domaine de l'imagerie médicale; des chercheurs sont y recherchés afin d'y développer de nouvelles technologies utilisant l'optique, la photonique, la microscopie ou la spectroscopie afin d'optimiser les techniques d'imagerie médicale. Comme par exemple :

 

le développement de nouvelles techniques d'imagerie sécuritaires et non invasives afin de mieux détecter et diagnostiquer des maladies neurovasculaires (tel que l'AVC); le développement d'une technique optique de détection précoce du cancer du sein, le développement de nouvelles techniques d'imagerie afin de mieux diagnostiquer des maladies cardiaques ((perfusion et métabolisme myocardique, fonction ventriculaire), etc.

 

Enfin, des chercheurs en sciences des radiations possèdent des expertises uniques fortement recherchées afin d'amélioer les thérapies par les radiations comme par exemple :

 

l'étude des effets des rayonnements ionisants dans les systèmes biologiques afin d'améliorer l'efficacité thérapeutique des traitements en radio-oncologie; l'évaluation de nouveaux radiotraceurs d'imagerie moléculaire pour la détection du cancer; le développement de radio-isotopes par cyclotron (radiotraceurs) afin de mieux détecter des maladies cardiaques, la douleur, l'inflammation ou l'Alzheimer; etc.

 

En 2017, le salaire annuel moyen d'un(e) physicien(ne) médical ayant 10 années d'expérience au sein d'un établissement hospitalier était de 90 600 $.

 

En 2017, le salaire annuel moyen professeur(e) de carrière en physique dans les universités ayant 10 années d'expérience  titre agrégé) était de 92 700 $.

 

En 2017, le salaire annuel moyen d'un(e) chercheur(e) en physique au sein des PME en haute technologie ou une PME en recherche & développement ou un centre de recherche privé ayant 10 années d'expérience était de 95 300 $.

 

Sources : Emploi Avenir et Développement des ressources humaines Canada

 

PORTRAIT DE L'INDUSTRIE DE L'OPTIQUE-PHOTONIQUE :  

 

Au Canada, environ 400 entreprises œuvraient en optique-photonique en 2015. Elles génèrent un chiffre d’affaires annuel de près de 4,6 milliards de dollars, exportent près de 65 % de leurs productions et créent plus de 25 000 emplois. La croissance de ces entreprises est évaluée à un taux annuel de 10 %.

C’est au Québec que l’industrie de l’optique-photonique est tout particulièrement bien implantée et établie, principalement dans les régions de Québec et de Montréal.

Elle se compose de plus de 130 entreprises, majoritairement des PME qui génèrent des revenus de plus de 800 millions de dollars, exporte près de 85 % de sa production et englobe un bassin de plus de 7 500 employés. Donc, près d’un quart du potentiel économique d’optique-photonique du Canada est Québécois.

Parmi ces emplois, plus de 40 % de travailleurs exercent de près ou de loin leurs activités en recherche et développement.

Nos entreprises québécoises en optique-photonique se démarquent également par leur dynamisme et par la multitude des sous-secteurs de l’optique-photonique dans lesquels elles œuvrent (p.ex. vision et imagerie; instrumentation; capteurs). Cette diversité leur permet d’être très compétitives et de développer des technologies innovantes qui s’adressent à des secteurs d’activité divers et variés tel que l’aérospatial, le médical, le manufacturier, les télécommunications, etc.

La région de Québec est un leader dans la commercialisation des applications issues de la photonique.

En 2015, elle regroupait 52 entreprises et 19 unités de recherche (privés, gouvernementaux et universitaires) ayant généré un chiffre d'affaires de 687 millions $ et employaient plus de 3 100 personnes, en plus de contribuer à plus de 1 200 emplois indirects.

La région de Montréal possède de grandes compétences en recherche et développement dans le domaine des matériaux et des dispositifs.

En 2015, elle comptait environ 70 entreprises en photonique ayant généré des revenus de plus de 360 millions $ et qui employaient près de 3 000 personnes.

Du côté de la recherche universitaire et institutionnelle en photonique, on y retrouvait plus d’une vingtaine de laboratoires, centres et instituts de recherche principalement universitaires, mais également gouvernementaux et privés.

Les principales technologies développées par les entreprises québécoises de la photonique sont :

Les entreprises québécoises mettent au point des produits et des solutions pour presque tous les secteurs de l’industrie, dont les plus importants sont, par ordre d’importance :

  1. le secteur manufacturier et industriel (28 %) :  différentes technologies ont été conçues et développées, maintenant utilisées dans plusieurs industries pour la détection, le contrôle de la qualité, le monitoring, le design et l'imagerie, le développement de capteurs à fibre optique de mesures d'interférences ou de perturbations électromagnétiques pour l'industrie de la microélectronique, des capteurs à fibre optique de mesure des interférences électriques pour l'industrie de la microélectronique ou des télécommunications, des composants pour des lasers industriels haute puissance, des stabilisateurs de lasers à bande étroite, développement d'un détecteur du niveau de remplissage de réservoirs de liquide, de poudre, de granules ou de matériau visqueux, mise au point d'un système de vision automatisé pour l'inspection de pièces automobiles, etc.

  2. les sciences de la vie (25 %) : on y a conçu, développé et vendu des produits utilisés pour le monitoring de température et de pression, l'imagerie médicale et le traitement de la peau ou l'épilation, un système optique pour la vérification des codes à barres 2D et le déclassement des médicaments d'ordonnance pour les pharmacies et hôpitaux, etc. D'autres instruments en voie de développement présentent un fort potentiel notamment pour les plateformes de diagnostic en temps réel et l'imagerie.

  3. les télécommunications (17 %) : des technologies telles que les suivantes ont été développées : un système de gestion du volume des interconnexions dans les centres de données pour les compagnies de télécommunications, des compensateurs de dispersion statiques et accordables pour les réseaux haute vitesse, des modules lasers utilisés comme oscillateur local pour convertir un signal de télécommunication dans une bande de fréquences supérieure ou inférieure, etc.

  4. la défense et la sécurité publique (11 %) : Caméra infrarouge haute résolution, système laser spécialisé, mire thermique ultralégère, système infrarouge actif de contre-mesure, système de vision de nuit longue portée, environnement virtuel 3D, télédétection et télémétrie par laser, mise au point d'un micromiroir innovateur dont la courbure peut être modifiée par attraction électrostatique pour la conception de simulateurs de vols des avions à réaction militaires; voilà quelques exemples de technologies développées dans la région de Québec.

  5. la recherche (11 %) : on y a conçu et développé des lentilles en forme optique, des miroirs en forme optique, des capteurs à fibre optique pour la chimie assistée par micro-ondes, des stabilisateurs de lasers à bande étroite, un bras de captation de fumée et de poussières pour les laboratoires, un auto-échantillonneur avec outil robotique pour laboratoires d'analyses, des générateurs de gaz, etc.

  6. l'énergie (7 %) : des technologies ont été développées pour l'optimisation énergétique des appareils, l'augmentation du rendement des éoliennes et des panneaux solaires, une unité de contrôleur de surface pour la surveillance du pétrole et du gaz de fond, des capteurs à fibre optique pour la surveillance des infrastructures électriques, im extensomètres à fibre optique pour la mesure des déformations des structures d'un barrage ou d'un réservoir par exemple.

  7. l'aérospatiale (moins de 1 %) : des technologies ont été développées telles que des capteurs à fibre optique pour la détection d'atterrissage dur, capteurs à fibre optique pour la surveillance de la température et de la pression hydraulique, capteurs à fibre optique pour la surveillance du niveau du réservoir de carburant et surveillance des systèmes de gestion du carburant, capteurs à fibre optique pour la surveillance de la déformation des composants rotatifs (rotor et lames) pour les avions à hélices et les hélicoptères, capteurs à fibre optique pour la surveillance en temps réel du poids et de sa répartition dans l'avion, mise au point d'un micromiroir innovateur dont la courbure peut être modifiée par attraction électrostatique pour la conception de simulateurs de vols des avions à réaction militaires, mise au point d'une plateforme technologique de pointe de surveillance vidéo et de télémétrie destiné au contrôle de la circulation aérienne (ATC) et aux opérations aéroportuaires, etc.

  8. le transport (moins de 1 %) : des capteurs optiques intégrés aux systèmes intelligents de gestion de la circulation, des capteurs intégrés aux systèmes ADAS (aide à la conduite) comme les systèmes de freinage d’urgence autonome, d’assistance dans les embouteillages ou de stationnement automatisé, des capteurs optiques pour un système de déglaçage automatisé des routes, mise au point d'un système de vision automatisé pour l'inspection de pièces automobiles, etc.

  9. l'environnement (moins de 1 %) : Les marchés de la photonique verte ont provoqué des développements technologiques permettant notamment la détection et le monitoring des gaz et autres polluants, l'analyse chimique sans solvant, l'optimisation énergétique des appareils, l'augmentation du rendement des éoliennes et des panneaux solaires, la mesure du trafic et la gestion des déplacements.

  10. l'agroalimentaire (moins de 1 %) : mise au point d'une nouvelle caméra d'imagerie hyperspectrale pour la détection de contaminants dans les petits fruits et certains légumes, mise au point d'un prototype permettant d’effectuer la classification des grains de canola, mise au point d'un biocapteur de bactéries en transformation des aliments, mise au pont d'une caméra infrarouge aéroportée, compacte et non refroidie permettant d’obtenir une série de données complètes pour l’analyse du sol, des surfaces et de la végétation, développement d'une technologie de cytomètre en flux pour l'analyse de biofluides

Dans le domaine de la recherche, des projets sont réalisées dans les domaines tels que :

L'industrie de l'optique de la photonique recherche principalement des spécialistes hautement qualifié détenant une maîtrise ou un doctorat, que ce soit des physiciens, des biophysiciens, des chimistes, des ingénieurs physiciens, des ingénieurs électriciens, des ingénieurs informaticiens, etc.

Mais, elle recherche également des technologues en génie physique, des technologues en génie physique, des technologues en génie microélectronique, des technologues en électroniques industrielles, des technologues en génie mécanique, etc.

Sources : Optonique, le Pôle d'excellence en optique-photonique du Québec, Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec, Emploi-Québec et Québec International.

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES (1er cycle) :

 

Les études en biophysique ne se terminent généralement pas au niveau du baccalauréat. La majorité des cas, tu devras entreprendre des études de maîtrise voir même de doctorat. Ce qui signifie qu’il faut t’attendre à entreprendre 5 à 8 années d’études universitaires avant de te diriger vers le marché du travail et travailler dans le domaine de la biophysique.

   

Le Baccalauréat spécialisé en physique avec concentration en biophysique ou en physique médicale B.Sc. offert à Mcgill, Montréal, Sherbrooke, Concordia et Laval a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps dans la plupart des universités. Le programme a comme objectif de te fournir une formation spécialisée en physique, mais de façon globale en couvrant les différents domaines et secteurs d’activités de la physique et par la suite, couvre le domaine de la biophysique ou de la physique médicale dans le cadre de cette concentration.

 

Tu auras des cours tels que : calcul différentiel et intégral 1, introduction à la physique, électromagnétisme, calcul différentiel et intégral 2, ondes et vibrations, mécanique classique, algèbre linéaire, introduction à l'astrophysique, relativité, introduction à la programmation scientifique, introduction à la physique numérique, introduction à la physique expérimentale, physique mathématique 1, physique de la chaleur, optique et ondes électromagnétiques, mécanique quantique, physique mathématique 2, physique expérimentale, physique atomique et nucléaire, etc.

 

Ensuite, tu auras des cours de la concentration choisie telle que :

 

Concentration en biophysique ou physique du vivant ou physique médicale : tu auras des cours tels que : physique médicale, biophysique, biologie cellulaire et structurale, biologie moléculaire, physiologie générale, introduction à la biochimie, physique des particules, imagerie médicale, instrumentation en bio-ingénierie, introduction à la biophotonique, introduction à la radiophysique, etc.

 

Ensuite, tu auras à choisir quelques cours optionnels parmi des listes qui te seront proposées couvrant tous les autres domaines de la physique, ainsi que des projets de recherches de baccalauréat, des stages en milieu industriel ou de recherche et des cours provenant de disciplines connexes (ex : mathématiques, chimie, biologie, biochimie, microbiologie, géologie, géographie, etc). Enfin, tu devras également 1 ou 2 cours complémentaires en dehors de ton champs de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er cycle offerts par l'université accessibles comme cours au choix.

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

 

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES (2e et 3e cycles) :

 

Les études de maîtrise et de doctorat sont principalement axés sur la recherche. En effet, tu devras réaliser de longs travaux de recherche dans un domaine spécifique de la physique ou de la spécialité choisie. Cette formation poussée te permettra de développer une expertise dans le champs de spécialisation choisie. Ce sont des études fort exigeantes car elles demandent beaucoup de travail personnel en plus des heures de cours et de laboratoire.

 

Note : Pour plus de détails, consulte la page suivante où les programmes en sciences sont décrits et la page suivante où les programmes en santé sont décrits.

 

Si tu désires enseigner la physique au collégial, il est possible d'entreprendre des études au niveau du 2e cycle dans l'un des programmes suivants :

 

maîtrise enseignement collégial offerte à Sherbrooke (aussi offert en ligne),

maîtrise en éducation - concentration en didactique offerte à l'UQAM,

maîtrise en didactique offerte à Montréal,

maîtmaîtrise en didactique (concentration en didactique des sciences) offerte à Laval,

maîtrise en éducation-didactique offerte à U.Q.T.R.,

D.E.S.S. en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
D.E.S.S. en enseigement collégial offert à Laval,
D.E.S.S. en enseignement collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. en éducation et formation des adultes offert à l'UQAM,
Certificat d'études supérieures en enseignement post-secondaire offert à Ottawa,
Microprogramme en formation à l'enseignement post-secondaire à Montréal (voir aussi la page suivante),
Microprogramme en formation initiale en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Microprogramme en insertion professionnelle en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Graduate Certificate in College Teaching offert à Sherbrooke,

Programme court en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à l’UQAM,
Programme en court en intervention éducative - concentration au collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat),

Microprogramme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat)

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur au collégial

 

Si tu désires enseigner la biologie cellulaire et moléculaire ou la biophysique ou la physique médicale à l'université, tu devras compléter un doctorat + une formation post-doctorale au sein d'un centre de recherche en lien avec le champ d'expertise de ton choix. Pour plus de détails, consulte la page de professeur d'université

 

Consulte également la page sur les organismes de recherche en sciences et la page « organismes de recherches en santé)

 

La Maîtrise en physique médicale avec mémoire M.Sc. offerte à Montréal, Mcgill et Laval a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Elle vise à former des spécialistes de la radioprotection et en technologies pour la radiothérapie et pour l'imagerie médicale en médecine nucléaire.

 

Elle comporte des cours en physique des radiations en radiothérapie et radiologie, laboratoire en physique médicale, radioprotection et curiethérapie, planification de traitement en radiothérapie externe, imagerie médicale, Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances en physique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisie.

 

Voici quelques exemples de projets de recherches : développement de nouvelles techniques de détection de la radiation, développement de nouveaux algorithmes d'optimisation de la dose, concevoir de nouveaux outils de détection de la radiation basée sur la scintillation de matériaux organiques, développement d'outils 4D et méthodes pour prévenir la détérioration d'un plan de traitement de radiothérapie par des mouvements internes, développement d'algorithmes complexes permettant le calcul à haute performance (CHP) sur plateforme graphique, simulations numériques de type Monte Carlo du passage de la radiation dans la matière permettant de calculer des distributions de dose avec une précision qui est bien au-delà des outils disponibles commercialement, développement de nouveaux outils et de techniques novatrices d'analyses morphométriques automatisées d'images médicales pour l'aide au diagnostic et la prédiction de l'état clinique futur dans les maladies neuropsychiatriques, développement de nouvelles techniques d'imagerie optiques en biologie, etc.

 

La Maîtrise en sciences des radiations et imagerie médicale M.Sc. offerte à Sherbrooke a une durée totale d' 1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Tu acquerras des connaissances poussées sur les radiations utilisées en médecine nucléaire et en radio-oncologie et des autres utilisations médicales des radiations, mais la plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d'un projet de recherche appelé "mémoire" dans un domaine spécifique de la radiobiologie comme : instrumentation en imagerie médicale, chimie des radiations, photobiochimie, génétique moléculaire en radiobiologie, etc.

 

Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours :

 

La Maîtrise en biophotonique M.Sc. offerte à Laval (voir aussi la page suivante) a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Tu acquerras des connaissances approfondies dans l'application de l’optique et la photonique à la biologie, et ce, en recherche fondamentale, en diagnostic et en intervention biomédicale.

 

Unique au Canada, ce programme comporte les cours obligatoires suivants : introduction à la biophotonique, séminaire en biophotonique, cadres normatifs en conduite responsable de la recherche et école d'été en biophotonique (séance intensive de recherche et travaux pratiques au Centre de neurophotonique du Centre de recherche Université Laval-Robert-Giffard), ainsi que quelques cours optionnels parmi une liste proposée.

 

Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances interdisciplinaires en biophotonique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisi (ex : optimisation de nanocritaux pour leur utilisation en tant que sondes fluorescentes pour l'imagerie et la spectroscopie en milieu biologique, développement et utilisation des techniques de microscopie et de spectroscopie pour l'imagerie et l'étude des neurones, microscopie par force atomique pour applications biomédicales, développement de nouveaux spectromètres plus performants, etc.

 

La Maîtrise en biotechnologie (appliquée) M.Sc. offerte à Mcgill a une durée de 16 mois consécutifs offert à temps complet seulement. Elle est un programme professionnel qui ne vise pas la préparation à la recherche, mais plutôt vers l'intégration au sein de l'industrie de la biotechnologie.

 

Elle est destinée autant aux titulaires du Baccalauréat en biotechnologie ou génie biotechnologique, qu'aux titulaires d'un baccalauréat dans une discipline connexe (biochimie, biologie, bioinformatique, biophysique, microbiologie, pharmacologie, sciences des aliments, génie alimentaire, génie chimique, génie biomédical, etc).

 

Elle comporte les cours obligatoires suivants : bioinformatique, laboratoire de biotechnologie 1, sujets choisis en biotechnologie, gestion de la biotechnologie, éthique de la biotechnologie, laboratoire de biotechnologie 2, projet de recherche en biotechnologie 1, projet de recherche en biotechnologie 2, projet en biotechnologie 3, projet en biotechnologie 4, ainsi que 3 cours complémentaires choisis par les cours de niveau des études supérieures en biochimie, biologie, microbiologie, génétique, bioinformatique ou autres disciplines connexes.

  

La Maîtrise en bio-informatique M.Sc. offerte à Montréal, Mcgill et Ottawa a une durée totale d'1 an offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Cette discipline intègre la biochimie, la biologie moléculaire, la génomique, la protéomique et la biologie computationnelle et vise à former des spécialistes hautement qualifiés sur les interactions des sciences biologiques et de la santé avec les sciences informatiques.

 

Tu pourras réaliser des travaux de recherches tels que : simulation et analyse 3D des biomolécules, élaboration de bases de données biologiques (ex : banque d’organes, banque d’ADN), développement de logiciels pour les biosciences, apprentissage par la machine et réseaux de neurones, application de méthodes informatiques dans le but de prédire et de comprendre les mécanismes biologiques de reconnaissance moléculaire, etc. 

 

La Maîtrise en génie biomédical M.Sc.A. offerte à Polytechnique (avec projet ou avec stage et projet ou avec mémoire), Mcgill (avec stage et projet ou avec mémoire), ÉTS (maîtrise en génie - concentration en technologies de la santé avec mémoire), ÉTS (maîtrise en génie - concentration en technologies de la santé avec mémoire), Sherbrooke (génie électrique - cheminement interdisciplinaire en imagerie médicale avec stage) et Ottawa (avec mémoire)  a une durée totale d' 1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel.

 

Tu acquerras des connaissances poussées le fonctionnement biomécanique et bioélectrique du corps humain afin d’y effectuer des recherches visant à mieux comprendre les effets et les réactions du corps lors des anomalies du mouvement des activités électriques du cerveau, des articulations, du travail musculaire, etc.

 

Tu pourras réaliser des recherches telles que : étudier les mouvements de l’articulation du genou par la modélisation 3D pour mieux traiter les blessures à cette articulation, étudier les mouvements de la colonne vertébrale par la modélisation 3D pour mieux comprendre les blessures et déformations au dos, études des mouvements du tronc humain par la modélisation 3D pour mieux comprendre et traiter les déformations musculaires ou squelettiques, la simulation par électrocardiogramme sur l’étude des réactions cœur-thorax pour mieux comprendre et traiter les arythmies et les maladies du système nerveux autonome, études  et modélisation 3D de l’écoulement sanguin dans les artères coronaires pour mieux traiter les maladies coronariennes, analyse la dynamique de la transition assis-debout chez personnes âgées afin de développer de nouvelles méthodes de réadaptation, études de la rétrodiffusion du signal sonore du sang qui aidera à développer de nouveaux traitements pour les thromboses, développement d’un pied orthopédique afin de répondre à des besoins spécifiques des personnes amputées, modélisation de la position assise en fauteuil roulant afin de prévenir les blessures musculaires chez les personnes handicapées, de développement de différents types d’orthèses et de prothèses orthopédiques afin d’améliorer l’autonomie des personnes handicapées, amélioration de la précision de l’angiographie par Doppler 3D pour mieux comprendre les chutes de pression artérielle, modélisation biomédicale des blessures des pilotes d’avions en conditions de vol, etc.

 

Pour plus de détails, voir la profession d’Ingénieur(e) biomédical(e).

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

Pour les exigences du baccalauréat en physique, voir la profession de physicien

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ces programmes,

 

sauf biotechnologies où le programme est contingenté, voir la profession de Biotechnologiste

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis.

 

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d’automne et d’hiver dans la plupart des universités et des programmes, sauf biotechnologies dont les admissions sont ouvertes à l’automne seulement.

 

ENDROITS DE FORMATION :

Qu'est-ce que l’alternance travail-études (aussi connu sous "régime coopératif") ?

  • Université Laval (concentration en physique nucléaire et médicale avec projet de recherche de fin d'études facultatif);

    offert en régime régulier à temps complet OU en alternance travail-études selon la formule SIGMA + à temps complet (avec stages rémunérés, permettant de déterminer le nombre de stages que tu voudras réaliser, ainsi que la ou les sessions lors desquelles tu souhaiteras les réaliser et peut se faire au Québec, ailleurs au Canada ou même à l'étranger avec possibilité sur une période d'un an, soit trois sessions consécutives, dans une même entreprise);

    voir aussi la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie du génie physique de se faire reconnaître 3 crédits (cours "physique expériementale 1");


    consulte également le profil distinction offrant la possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique ou à la maîtrise en biophotonqiue permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle pendant ton programme de 1er cycle (en suivant 12 crédits de la maîtrise) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;

    le profil recherche permettant de participer activement à un projet de recherche et rédiger un mémoire de baccalauréat dans un domaine relié à la physique au sein de l'un des groupes de recherche de l'Université Laval;

    et le profil international, permettant d'effectuer un séjour d'études d'une ou deux sessions à l'étranger en France, en Espagne ou en Suède (Universitat autonoma de Barcelona en Espagne, Université de Clermont Auvergne en France ou Linkopings Universitet en Suède);

    Consulte également les détails sur la maîtrise en biophotonique (sans concentration avec mémoire, voir aussi la page suivante, programme unique au Canada), la maîtrise en physique médicale (sans concentration avec mémoire) et le D.E.S.S. en enseignement collégial;

    réputée notamment dans les domaines de :
    biophotonique (développement de nouvelles techniques optiques multimodales à très haute résolution pour explorer la structure et la dynamique des cellules neuronales à l’échelle nanométrique afin de mieux comprendre la pathogenèse des grandes maladies psychiatriques dont : la schizophrénie, la bipolarité et la dépression sévère, etc.; Systèmes biophotoniques utilisant des images haute résolution et diversité, établissement de nouvelles frontières en neurosciences avec les sciences des matériaux et la photonique, développement de lasers pour la biophotonique, approches au laser femtoseconde améliorées pour l'imagerie cellulaire dans des tissus vivants, développement de Matériaux de pointe à partir de cellulose bactérienne pour applications médicales, mise au point de méthodes de spectroscopie Raman cohérente pour le diagnostic in vivo de maladies, développement de nouvelles techniques d'imagerie multimodale de l'activité des neurones et des tissus grâce aux nouvelles techniques d'optique non linéaire, développement de nouvelles techniques de microscopie multimodale pour l'imagerie en temps réel de neurones et le diagnostic de maladies, diffraction optique et imagerie pour applications biophotoniques, composants de fibres optiques spécialisés pour applications biomédicales, mise au point de modèles de transort de la lumière dans les tissus biologiques, nanoparticules luminescentes pour application en imagerie cellulaire, etc.);
    physique médicale (exploration de la dosimétrie cellulaire et sub-cellulaire des nanoparticules radioactives or-palladium en curiethérapie, développement de nouveaux algorithmes d'optimisation de la dose en radiothérapie, développement des algorithmes pouvant détecter et corréler en 3D (référence versus traitement) des structures osseuses, des marqueurs radio-opaques ou des sources radioactives, développement de nouvelles techniques de détection de la radiation et de simulations numériques de type Monte Carlo du passage de la radiation dans la matière, etc.).


    Site du département de physique, de génie physique et d'optique, site du Centre de recherche en optique, photonique et laser COPL (l'un des 5 plus importants centres de recherche dans ce domaine au monde), site du Centre de recherche du CHU de Québec, site du Groupe de recherche en physique médicale.

  • Université de Sherbrooke (sans concentration avec projet facultatif en vulgarisation scientifique);
    classé 3e meilleur programme au Québec et 13e au pays;


    offert en régime régulier à temps complet OU offert en régime coopératif (3 stages rémunérés de 12 à 15 semaines) à temps complet au campus de Sherbrooke;

    possibilité de réaliser un projet de fin d'études ou un projet de vulgarisation scientifique;
    possibilité d'effectuer un stage de recherche dans un groupe de recherche de l'Université de Sherbrooke;
    possibilité de réaliser un stage crédité à l'étranger;
    possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique ou à la maîtrise en sciences des radiations et imagerie médicale permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;


    possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études à l'étranger (Australie, France, Italie, Japon ou UK) dans une université partenaire (telle que : Université Claude Bernard Lyon 1 en France, Université de Nîmes en France, Universita Degli Studi Di Trento en Italie, Universita Degli Studi Di Udine en Italie, University of Leicester en UK, University of Technology Sydney en Australie, Rikkyo University au Japon ou Kansai Gaidai University au Japon); pour plus de détails voir le Bureau des échanges étudiants;

    Consulte également les détails sur la maîtrise en sciences radiations et imagerie médicale (cheminement interdisciplinaire en imagerie médicale avec stage de recherche interfacultaire et mémoire ou cheminement sans spécialisation avec stage de recherche interfacultaire mémoire, programme unique au Canada), la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire, offert en régime régulier ou en régime en partenariat), la maîtrise en enseignement collégial et le le D.E.S.S. en enseignement collégial;

    éputée mondialement notamment dans les domaines de :
    la physique quantique : le traitement des signaux quantiques (telles que l'origine du bruit électronique à très basse température dans des nanostructures métalliques afin de mettre au point de nouveaux circuits micro et nanoélectroniques; les propriétés des matériaux à l'échelle atomique des métaux, des semi-conducteurs, des aimants ou des supraconducteurs) pour la mise au point de nouveaux dispositifs électroniques pour des applications en médecine, micro et nanoélectronique, etc; le développement et l’application de nouvelles méthodes théoriques sur les interactions fortes entre électrons dans les solides qui permettront éventuellement de mettre au point des logiciels qui permettront de prédire les propriétés de matériaux qui ne sont pas encore synthétisés; propriétés électroniques et magnétiques de matériaux avancés ( les propriétés physiques des matériaux et structures artificielles notamment les oxydes (pour des applications en développement de nouveaux nanomatériaux pour applications biomédicales, environnementales et industrielles); spectroscopie optique fentoseconde (développement de techniques de spectroscopies optiques résolues en temps en vue d’applications aux dispositifs optoélectroniques et photoniques); etc;

    les sciences des radiations : l'étude détaillée des phénomènes physiques et chimiques engendrés par l'absorption de la radiation, •optimisation des traitements anticancéreux combinant radiothérapie et chimiothérapie, la modification de la réponse cellulaire en vue de contrôler les effets des radiations, le •rôle des radiations dans l’augmentation du potentiel invasif des cellules cancéreuses, la ◦Détection et suivi de la cardiotoxicité induite par chimiothérapie du cancer, l'magerie des récepteurs d'estrogènes dans le cancer du sein, le développement de nouvelles méthodes de détection pour l'imagerie diagnostique, etc,

    imagerie médicale : mise au point de techniques d’imagerie sécuritaires et non invasives qui permettront de détecter et de mieux diagnostiquer les maladies du cerveau, développement de nouvelles techniques d'électroencéphalographie simultanée (EEG) et imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (FMRI) pour mieux comprendre les maladies neurodégénératives, conception et et synthèse de radiotraceurs pour l'imagerie tomographique d’émission par positons (TEP), développement de nouvelles techniques d'imagerie vasculaire tumorale et cérébrale afin de mieux diagnostiquer les lésions vasculaires d'un AVC ou mieux comprendre les troubles cognitifs vasculares, développement de méthodes de radiosynthèses ultra-rapides permettant d'incorporer efficacement les radio-isotopes, etc.


    Site du département de physique, site du département de médecine nucléaire et de radiobiologie, site du Laboratoire Léon Sanche, site du Laboratoire Benoit Paquette, site du Laboratoire Roger Lecomte, site du Laboratoire Martin Lepage, site du Laboratoire Daniel Houde, site du Laboratoire M'hamed Bentourkia, site du Groupe de recherche en sciences des radiations de l'Université de Sherbrooke, site du Centre d'imagerie moléculaire de l'Université de Sherbrooke, site du Centre de recherche du CHUS.

  • Université de Montréal (orientation en physique des vivant avec ou sans stages facultatifs en industrie, en milieu professionnel ou en milieu de recherche);
    offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;

    ses programmes de physique sont classés au 2e rang au Québec, au 4e rang au Canada, dans le top 10 de la francophonie et dans le top 100 mondial;

    possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique médicale permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;
    possibilité possibilité de réaliser des stages rémunérés en milieu industriel ou en milieu de recherche au cours des trimestres d'été;

    possibilité d'effectuer une ou deux sessions d'études à l'étranger (Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Brésil, Chine, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Suisse ou UK) dans une université partenaire (dont : Université Paul Sabatier Toulouse III en France, Université Pierre et Marie Curie  Paris IV en Frqance, Université de Grenoble Alpes en France,  Université de Paris XI - Paris-Sud en France, Universidad de Cordoba en Espagne, etc.);  pour plus de détails voir le Bureau des relations internationales (voir aussi la page de la Faculté des arts et des sciences);

    Consulte également les détails sur la maîtrise en physique (option : biophysique et physiologie moléculaire, physique médicale, plasma - conjointement avec l'Université Paul Sabatier Toulouse III en France avec mémoire et stage facultatif en recherche), la maîtrise en bio-informatique (sans concentration avec stage de 4 mois en milieu professionnel ou sans concentration avec mémoire, programme unique en français en Amérique du Nord et unique au Québec) et la maîtrise en génie biomédical (concentrations offertes : biophotonique et nanotechnologie biomédicale, biomécanique, ectrophysiologie, génie tissulaire et biomatériaux, instrumentation et imagerie biomédicale ou musculo-squelettique avec mémoire seul ou avec stage et mémoire, offert conjointement avec l'École Polytechnique);

    réputée mondialement notamment dans les domaines de :
    biophysique : biologie numérique et structurale (les matériaux complexes, les protéines, ainsi que sur l’énergie et les ressources naturelles qui permettront de mettre au point de nouvelles méthodes de lutte contre la pollution atmosphérique notamment); nanotechnologie (assemblage de circuits et capteurs électroniques ultraminiaturisés permettant de sonder les molécules biologiques (ADN, protéines) à l’échelle de la molécule individuelle); protéines membranaires (les mécanismes moléculaires sous-jacents à la fonction des canaux ioniques et des toxines formant des pores (afin de mieux comprendre le fonctionnement de neurones, de cellules musculaires, cardiaques, pulmonaires et rénales tant que chez les humains que chez les animaux vertébrés); etc;


    physique médicale : l'évaluation de la fonction pulmonaire et son application en radio-oncologie; 'la caractérisation de tissus par tomodensitométrie bi-énergie; la dosmétrie non-standard (IMRT, petits champs, IRM-linac); la simulation de la réponse dosimétrique de détecteurs; l'imagerie quantitative en tomodensitométrie; le développement de techniques de suivi en temps réel de tumeurs mobiles; utilisation de méthodes Monte Carlo pour l'optimisation des techniques en imagerie médicale notamment pour la caractérisation des tissus mous; le développement de l'imagerie ultrasonore quantitative pour des fins diagnostiques et de suivis thérapeutiques; etc.

    Site du département de physique, site de l’Institut de génie biomédical, site du Groupe de recherche en physique médicale du CHUM, site du Laboratoire de mécanobiologie pédiatrique, site du Groupe de recherche sur les déformations musculo-squelettiques, site du Centre de recherche en sciences et technologies biomédicales, site du Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, site du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.

  • Université Mcgill (avec concentration en biophysique);
    offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel;


    ses programmes de physique sont classés au 1er rang au Québec, au 3e rang au Canada, au 21e rang en Amérique du Nord (ex-acquo avec Boston University, John-Hopkins University, NY University et Penn State University) et au 51e rang mondial selon le réputé classement QS Ranking 2018 (ex-acquo avec les universités suivantes : Fudan University, Technische Universitat Berlin, University of Sydney et University of Hong Kong ET  devant des universités telles que : Duke University, KU Leuven, King's College London, Nanjing University, Waseda University ou University of New South Wales, etc.);

    possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique médicale permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;
    possibilité de réaliser jusqu'à 2 stages rémunérés NON crédités en entreprise (pouvant atteindre jusqu'à 16 mois aux cours des trimestres d'automne, d'hiver ou de printemps), pour plus de détails, voir la page suivante;


    Consulte aussi le Baccalauréat avec double majeure en physique et physiologie;

    possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) dans une université à l'étranger (choix d'une centaine d'universités dans une trentaine de pays dont certaines parmi plus prestigieuses au monde dans cette discipline telles que :  University of Tokyo au Japon classée au 9e rang, École polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse classée au 14e rang, Kyoto University au Japon classée au 16e rang, Ludwig Maximilians University en Allemagne classée aussi au 16e rang, Technical University of Munich en Allemagne classée au 19e rang, University of California at Santa Barbara aux USA classée au 22e rang, Tsingha University en Chine classée au 24e rang, National University of Singapore  à Singapore classée au 25e rang, University of Manchester en UK, Leiden University aux Pays-Bas, University of Melbourne en Australie, Australian National University en Australie, Universidad de Los Andes en Colombie, Universidad de Chile au Chili, Universidad Nacional Autonoma de Mexico au Mexique, etc.); pour plus de détails consulte le Bureau des échanges étudiants;

    Consulte également les détails sur la maîtrise en physique (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en physique médicale (sans concentration avec mémoire), la maîtrise en génie des matériaux (avec mémoire), la maîtrise en génie biomédical (sans concentration avec mémoire ou avec projet), la maîtrise en mathématiques (concentration concentration en mathématiques appliquées avec mémoire ou avec essai) et  la maîtrise en enseignement et apprentissage (profil en enseignement des sciences et technologie avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation);

    réputée mondialement notamment dans les domaines de :

    physique médicale : physique des rayonnements et dosimétrie en radio-oncologie, amélioration de la précision des méthodes dosimétrie, développement de nouvelles techniques de dosimétrie, modélisation des résultats de traitement (afin de mieux comprendre la réponse aux traitements de chimio-radiothérapie chez les clients atteints de cancer), chambres d'ionisation et autres détecteurs, modélisation de la dose de rayonnement délivrée aux niveaux nanoscopique et microscopique (afin de mieux les risques de domamges physiques et chimiques des rayonnements ionisants), mise au point et développement de nouveaux systèmes d'administration et sources de rayonnement pour les traitements de curiethérapie, développement de nouvelles techniques d'IRM in vivo pour l'imagerie médicale, etc.


    Site du département de physique, site de l'Unité de physique médicale, site du Laboratoire de recherche en biomécanique musculo-squelettique, site de l'Institut de recherche du CUSM.

  • Université d’Ottawa, Ontario  (option en physique biologique, offert en français ET en anglais);

    offert en régime régulier à temps complet ou en régime coopératif  à temps complet (comprenant 2 stages rémunérés en entreprise de 3 ou 4 mois chacun);

    possibilité d'un passage intégré à la maîtrise en physique permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle
    ;

    possibilité d'effectuer une ou deux sessions d'études à l'étranger (Allemagne, France, Italie, Suisse, UK, Japon, etc.) dans une université partenaire (telle que : Université catholique de Louvain en Belgique, Universitat Wien en Autriche, Université Denis Diderot Paris 7 en France, Université Aix-Marseille en France, Universidad de Granada en Espagne, Universidade de Porto au Portugal, Lancaster Universiteit Utrecht aux Pays-Bas, Université de Genève en Suisse, Université de Berne en Suisse, University en UK, Royal Holloway University of London en UK, University of Glasgow en UK, University of Liverpool en UK, University of Manchester en UK, Pontifica Universidad catolica de Chile au Chili, Universidad Federal de Santa Catarina au Brésil, Universidade Federal do Rio Grande do Sul au Brésil, Universidad de Los Andes en Colombie, Universidad Nacional autonoma de Mexico au Mexique, Tohoku University au Japon, National University of Singapore à Singapore, Nanyang University of New South Wales en Australie,, etc.); pour plus de détails consulte le Bureau international
    ;

    consulte également les détails sur la maîtrise en physique (spécialisation en science, société et politique publique ou sans concentration avec mémoire), a maîtrise en génie biomédical (profil recherche sans concentration avec mémoire), la maîtrise en génie biomédical (profil recherche - spécialisation en bio-informatique avec mémoire) et la maîtrise en génie biomédical (profil professionnel - concentration en génie clinique avec stage et projet);

    Site du département de physique, site de l'Institut Otawa-Carleton de génie biomédica, site du Centre de recherche en photonique, site de l'Institut de recherche sur le cerveau, site du Centre de recherche du CHEO, site de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa.

  • Université d’Ottawa, Ontario  (options offertes : photonique, physique biologique ou sans option, offert en français ET en anglais);

    offert en régime régulier à temps complet ou en régime coopératif  à temps complet (comprenant 2 stages rémunérés en entreprise de 3 ou 4 mois chacun);

    consulte possibilité d'effectuer une ou deux sessions d'études à l'étranger (Allemagne, France, Italie, Suisse, UK, Japon, etc.) dans une université partenaire (telle que : Université catholique de Louvain en Belgique, Universitat Wien en Autriche, Université Denis Diderot Paris 7 en France, Université Aix-Marseille en France, Universidad de Granada en Espagne, Universidade de Porto au Portugal, Lancaster Universiteit Utrecht aux Pays-Bas, Université de Genève en Suisse, Université de Berne en Suisse, University en UK, Royal Holloway University of London en UK, University of Glasgow en UK, University of Liverpool en UK, University of Manchester en UK, Pontifica Universidad catolica de Chile au Chili, Universidad Federal de Santa Catarina au Brésil, Universidade Federal do Rio Grande do Sul au Brésil, Universidad de Los Andes en Colombie, Universidad Nacional autonoma de Mexico au Mexique, Tohoku University au Japon, National University of Singapore à Singapore, Nanyang University of New South Wales en Australie,, etc.); pour plus de détails consulte le Bureau international;

    consulte également les détails sur la maîtrise en physique (spécialisation en science, société et politique publique ou sans concentration avec mémoire), a maîtrise en génie biomédical (profil recherche sans concentration avec mémoire), la maîtrise en génie biomédical (profil recherche - spécialisation en bio-informatique avec mémoire) et la maîtrise en génie biomédical (profil professionnel - concentration en génie clinique avec stage et projet);

    réputée mondialement notamment dans les domaines de :
    physique biologique : biophysique cellulaire (le développement de nouveaux capteurs conçus pour la détection de matériau biologique incluant les biomolécules (protéines, ADN, etc.), les virus, les bactéries et d’autres types de cellules,caractérisation de l'interface minéral-protéine dans l'inflammation, la mécanobiologie de la matrice extracellulaire dans le cancer); biophysique moléculaire (le développementde de nouvelles techniques expérimentales à l'aide d'outils à l'échelle nanométrique pour manipuler des moléculaires individuelles, l’élaboration et l’optimisation de nouvelles méthodes d’analyse des macromolécules biologiques, telles que l’ADN et les protéines); la neurophotonique (les études théoriques et computationnelles du système nerveux afin de mieux comprendre l'auto-organisation des neurones); etc;


    Site du département de physique, site de l'Institut Otawa-Carleton de génie biomédica, site du Centre de recherche en photonique, site de l'Institut de recherche sur le cerveau, site du Centre de recherche du CHEO, site de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa.

 

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu désires avoir l’avis d'étudiants(es) et diplômés(es) en biophysique ou en physique médicale ?, alors va regarder les vidéos suivants :

  • l'entrevue avec Benoit Aubé; B.ing. génie physique, étudiant à la maîtrise en biophotonique à l'Université Laval et stagiaire au Centre de neurophotonique à l'Institut universitaire de santé mentale de Québec qui explique ses recherches sur la sclérose en plaques et réalisée par le Centre de démonstration en sciences physiques, un organisme de promotion des sciences et technologies;

  • l'entrevue avec Caroline Descoteaux, étudiante au doctorat en biophysique et biologie cellulaires de l'UQTR et réalisée par l'UQTR;

  • l'entrevue avec Mélanie Beaulieu Bergeron, étudiante au doctorat en cytogénétique de l'Université de Montréal et réalisée par la Faculté de médecine de l'Université de Montréal;

  • l'entrevue écrite avec Yannick Hervieux, physicien médical au CHUM et réalisée par le CHUM;

  • l'entrevue avec Dany Thériault, chef physicien médical au CISSS Chaudière-Appalaches - Hôtel-Dieu de Lévis et réalisée par le CISS;

  • les entrevues avec Jean-François Carrier et Renée Larouche, physiciens médicaux au CHUM et réalisées par l'Université de Montréal;

  • les entrevues avec Julie Henrichon, Martin Lebeau, Tahar Maalouf, Dre Geneviève Coulombe et Robert Doucet; la première est ancienne patiente, le second est technologue en radio-oncologie, le troisième est dosimétriste, la quatrième est médecin radio-oncologue et le cinquième est physicien médical au CHUM et réalisées par le CHUM;

  • l'entrevue avec Joannie Desroches; B.ing (génie physique), M.Sc. (physique médicale), candidate au doctorat en génie biomédical à l'École Polytechnique au sein du Centre de recherche du CHUM et réalisée par le CHUM;

  • l'entrevue avec Antoine Adamantidis; PhD. sciences biomédicales, professeur adjoint en psychiatrie à l'Université Mcgill, chercheur au Centre de neurophotonique, chercheur en optogénétique et titulaire de la Chaire canadienne de recherche, circuits neuronaux et optogénétique au Centre de recherche de l'Institut Douglas (au moment de l'entrevue, maintenant, professeur titulaire en neurologie et directeur du centre de neurologie expérimentale à l'Université de Berne en Suisse) et réalisée par le Centre de neurophotonique;

  • une entrevue avec Gaéan Mayer, chercheur en biologie cellulaire et responsable du Laboratoire de recherche Mayer à l'Institut de cardiologie de Montréal;

  • l'entrevue avec Marc Beauregard, Ph.D. biophysique, professeur de biochimie à l'UQTR et chercheur en biotechnologie des protéines et enzymologie industrielle au Centre de recherche sur les matériaux cellulosiques et réalisée par l'UQTR;

  • l'entrevue avec Denis Boudreau; Ph.D. chimie, professeur titulaire en chimie analytique à l'Université Laval, chercheur au Centre de neurophotonique et chercheur en spectroscopie et biomatériaux au Centre d'optique, photonique et laser COPL et réalisée par le Centre de neurophotonique;

  • les entrevues avec André Longtin et Leonard Maler; le premier est Ph.D. physique et professeur titulaire de physique à l'Université d'Ottawa, chercheur et le second est Ph.D. en sciences du cerveau et professeur titulaire en biologie cellulaire et moléculaire à l'Université d'Ottawa, chercheurs au Centre for neural dynamics et au University of Ottawa Brain and Mind Research Institute qui explique leurs recherches sur le code neuronal qui sous-tend l'opération du cerveau et réalisées par le Conseil national de recherches en sciences naturelles et génie du Canada (en anglais);

  • les entrevues avec Luc Beaulieu et Dr Éric Vigneault; le premier est Ph.D. physique et stage postdoctoral en sciences nucléaires, professeur titulaire de physique à l'Université Laval, directeur du Centre de recherhe sur le cancer de l'Université Laval, chercheur au Centre de recherche du CHU de Québec et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en technologies médicales pour la curithérapie et responsable de la recherche au service de physique médical au CHU de Québec et le second est M.D., M.Sc. médecine expérimentale, radio-oncologue au CHU de Québec, professeur de clinique en radio-oncologue à l'Université Laval, chercheur au Centre de recherche sur le cancer rattaché au Centre de recherche du CHU de Québec et réalisées par la Société canadienne du cancer;

  • l'entrevue avec Dr Éric Turcotte; M.D., médecin spécialiste en médecine nucléaire (aussi appelé "nucléiste") au CHUS, Chef clinique du Centre d’Imagerie Moléculaire de Sherbrooke au Centre de recherche du CHUS et professeur agrégé en médecine nucléaire à l'Université de Sherbrooke et réalisée par la Fondation du CHUS;

  • la vidéo promotionnelle de la profession d'"officier des sciences biologiques" (chercheur) réalisée par les Forces canadiennes.

 

Pour une liste d'entreprises et d'autres liens, consulte le Portrait de l'industrie des sciences physiques

 

et le Portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique.

 

 

 

 

Retour à la page du secteur sciences physiques et mathématiques

Retour à la page d’accueil