Retour à la page du secteur métallurgie

Retour à la page d'accueil

 

 

galvanisation d'une structure d'automobile
Photo :
Renault

 

SECTEUR : MÉTALLURGIE

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

OPÉRATEUR(TRICE) DE MACHINES

 À TRAITER LES MÉTAUX

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’opératrice ou opérateur de machines à traiter les métaux; tu seras responsable d’opérer des machines et des équipements servant à enduire des couches de produits métalliques pour décaper, masquer, décorer, protéger ou restaurer des pièces métalliques, ce qui leur permet d'augmenter leurs performances techniques. Tu devras assurer la qualité de chaque pièce.

 

Ces produits servent notamment à prévenir et protéger les pièces métalliques contre la rouille et la corrosion et la fatigue pour des véhicules ou des systèmes de tuyauterie par exemple, mais aussi pour décorer divers types d’objets en métal. De plus, tu seras responsable d’assurer l’entretien des différentes machines et équipements que tu utiliseras.

 

Tu auras pour tâches de :

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-      Posséder une très bonne santé (et ne pas avoir d'allergies, d'intolérences respiratoires ou de problèmes de peau)

-      Capacité à travailler dans les endroits chauds et poussiéreux

-      Avoir une bonne vision

-    Bonne perception des couleurs

-      Bonnes habiletés et dextérité manuelles afin d’opérer efficacement les machines

-      Capacité d’analyse afin de pouvoir analyser les problèmes des métaux et définir les enduits les plus appropriés

-      Bons réflexes et bonne coordination oeil-main pour être capable d’agir rapidement lorsque tu effectueras les manoeuvres avec les machines

-      Sens de l’observation pour être capable de déceler les défauts d’application sur les métaux ou des anomalies sur les machines

-      Minutie, précision et souci du détail car tu devras appliquer des enduits avec précision les pièces nécessaires

-    Sens de la qualité totale (zéro erreur, zéro panne, zéro défaut) puisque ce travail exige d'une précision et qualité de travail extrêmement élevée

-      Capacité de concentration car tu auras à effectuer des tâches avec précision sans risquer de faire des erreurs

-      Sens des responsabilités : tu auras à utiliser des produits dangereux

-      Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres ouvriers du domaine de la métallurgie

-      Connaissance de l’anglais car les manuels d’entretien des machines et équipements sont dans cette langue 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-    Argenteur(euse) par pulvérisation

-    Bronzeur(euse) sur plaques

-    Chromeur(euse)

-    Cuivreur(euse) au plaquage des métaux

-       Décapeur(euse)-Peintre industriel

-    Doreur(euse) à la feuille

-    Émailleur(euse)

-    Enduiseur(euse)

-    Étameur(euse)

-       Galvanoplaste de métaux

-       Galvisateur(trice)

-    Inspecteur(trice) en électrodéposition

-       Métalliseur(euse)

-    Nickeleur(euse) sur plaques

-    Opérateur(trice) d'appareil à peinture

-    Opérateur(trice) d'appareil d'électroplastie

-    Opérateur(trice) d'enduiseuse de production

-    Opérateur(trice) d'équipement de métallisation en placage des métaux

-    Opérateur(trice) d'équipement de placage des métaux

-    Opérateur(trice) de chaîne de galvanisation en continu

-    Opérateur(trice) de cuve à tremper

-    Opérateur(trice) de machine à émailler

-    Opérateur(trice) de machine à plaquer

-    Opérateur(trice) de machine à galvanisation électrolytique

-       Opérateur(trice) de machine à revêtement métallique

-    Opérateur(trice) de pulvérisateur à air chaud

-    Opérateur(trice) de pulvérisateur à peinture

-    Opérateur(trice) de pulvérisateur à peinture automatique

-    Opérateur(trice) de tonneau de polissage

-       Opérateur(trice) en placage

-    Opérateur(trice) en traitement de surface

-       Peintre industriel (sur métaux)

-    Plaqueur(euse)-meuleur(euse) de cylindres en traitement des métaux

-    Ponceur(euse)-glaceur(euse)

-    Régleur(euse)-opérateur(trice) de machine à peinture électrostatique

-       Superviseur(e) de production (après expérience)

-    Trempeur(euse)-cuiseur(euse)

-    Trempeur(euse)-émailleur(euse) d'articles en fer blanc

-    Trempeur(euse)-métalliseur(euse) en traitement des métaux

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-       Ateliers de galvanisation et métallisation

-    Chantiers navals

-    Compagnies aériennes

-    Entreprises de maintenance d'aéronefs

-       Fonderies

-       Industries aérospatiales

-    Industries du matériel de transport (autobus, camions, véhicules spéciaux, véhicules récréatifs comme les motoneiges ou VTT, matériel ferroviaire, etc)

-    Manufacturiers de composants pour systèmes de tuyauterie

-       Manufacturiers de produits métalliques

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-    Avoir 18 ans lors de l'embauche

-       Travail dans des milieux à chaleur intense, humides et poussiéreux

-       Subir un examen médical d’embauche

-       Horaires de travail sur quarts (jour/soir/nuit/fin de semaine)

-    Appliquer le concept de qualité totale

-       Facilité d’adaptation changements technologiques

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2017 :

 

Le placement est bon, 67 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 13 % ont poursuivi leurs études au collégial en technologie du génie métallurgique.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES
3 2 2 0

Note 1 : légère baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 58 % en 2015; 71 % en 2013; 83 % en 2012 et 71 % en 2011).

Note 2 : prendre en considération que seulement 38 % des diplômés ont répondu à cette enquête.

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2018 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-    18,35 $/heure (40 hres/sem) au sein des PME

-    20,27 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands manufacturiers de matériel électrique

-    20,65 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands manufacturiers de machines et équipements industriels

-    21,97 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 23,22 $/heure par la suite au sein des grands chantiers navals

-         22,19 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands manufacturiers de matériel de transport terrestre (routier ou ferroviaire)

-    22,75 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands manufacturiers de produits aérospatiaux

-    23,27 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands manufacturiers de produits en fabrication métallique industrielle

-    32,91 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries de première tranformation des métaux (alumineries, aciéries)

Sources : Ministère de l’Éducation, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries du matériel électrique, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de machines et équipements industriels, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries métallurgiques, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries du matériel de transport et conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries aérospatiales.

PORTRAIT DU MÉTIER :

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 4 500 peintres-enduiseurs(euses) industriels, galvaniseurs(euses) et opérateurs(trices) en traitement de surface et finition du métal dans l'ensemble des domaines partout au Québec en 2018.

 

Plus de 89 % étaient des hommes, mais pourrait accueillir davantage de femmes.

 

Plus de 97 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon l'âge était :

La répartition selon le type d'employeur était :

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Plus de 46 % des membres de ce corps de métier prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

 

On prévoit de bonnes possibilités d’emploi pour les prochaines années.

 

Selon les données du Ministère de l’Éducation, le métier d’opérateur(trice) de traitement des métaux est l’un des 25 métiers en formation professionnelle présentant les meilleures perspectives d’avenir.

 

En 2018, le salaire annuel moyen d'un(e) opérateur(trice) en traitement de surface ou d'un(e) peintre-enduiseur(euse) industriel ayant environ 10 années d'expérience au sein d'une PME était de 47 700 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) opérateur(trice) en traitement de surface ou d'un(e) peintre-enduiseur(euse) industriel ayant environ 10 années d'expérience au sein d'un grand manufacturier de produits métalliques était de 47 800 $

 

et le salaire annuel moyen d'un(e) opérateur(trice) en traitement de surface ou d'un(e) peintre-enduiseur(euse) industriel ayant environ 10 années d'expérience au sein d'un grand manufacturier de l'aérospatial était de 48 500 $.

 

Pour plus de détails, consulte le site du Comité sectoriel de la main-d’œuvre en fabrication métallique industrielle qui fait un profil de l’industrie

 

Ainsi que le Portrait de l'industrie de la fabrication métallique industrielle et le Portrait de l'industrie de la première transformation des métaux, ainsi que le

Portrait de l'industrie aérospatiale.

BREF PORTRAIT DE QUELQUES SECTEURS INDUSTRIELS :

L'industrie aérospatiale québécoise :

Elle représente à elle-seule près de 56 % de toute l'industrie aérospatiale canadienne et figure en 6e position au niveau mondial (après l'État de Washington aux USA, la région des Midi-Pyrénées en France, le comté de Hampshire en UK, l'État d'Hessen en Allemagne et la région de Madrid en Espagne).

Ce sont principalement des industries de l'aéronautique pour l'aviation civile que l'on retrouve (systèmes, composantes, pièces et assemblage d'aéronefs), mais également quelques entreprises sont liées à l'industrie spatiale (satellites ou ses composantes ou pièces).

Quelques entreprises québécoises fabriquent des composantes et pièces pour aéronefs civils, mais également pour des aéronefs militaires, mais le marché de la Défense au Québec n'est pas très importante.

Au Québec; on y assemble des avions long courrier, des avions régionaux, des avions d'affaires, des hélicoptères civils, des aubes de moteurs d'aéronefs, des turbines à gaz pour moteurs d'aéronefs, des trains d'atterrisssages pour aéronefs, des simulateurs de vol professionnels pour avions régionaux et avions d'affaires, des ailes et certaines composantes de fuselage d'avions long courrier et régionaux, ainsi que des avions légers.

On y fabrique des composantes de structures pour aéronefs, des panneaux d'ailes en aluminium, des structures légères pour aéronefs, des actionneurs hydrauliques, des systèmes de contrôle du carburant, des systèmes de contrôle et de support pour trains d'atterrissage, des actionneurs électromécaniques pour ailerons, des contrôleurs d'entraînement, des contrôleurs de puissance de température pour moteurs d'aéronefs, des réducteurs et motoréducteurs pour moteurs d'aéronefs, des actuateurs pour la régulation du débit et pression des fluides, des systèmes de réduction d'énergie pour moteurs d'aéronefs, des équipements d'essai et de réparation d'aéronefs, des équipements d'entretien mobile d'aéronefs, des équipements de contrôle de la qualité de l'air dans les cabines, des composantes pour les turbines à gaz de moteurs d'aéronefs, des pièces mécaniques ou hydrauliques de structures d'aéronefs, des pièces pour moteurs d'aéronefs, des pièces pour trains d'atterrissage, pièces d'engrenages, courroies, poulies, chenilles et autres pièces pour aéronefs, des composantes en aluminium pour avions légers, etc.

Dans le domaine de l'électrique, de l'électronique, de l'électromécanique et de l'avionique; on y fabrique des câbles et jeux de câbles pour aéronefs, des câbles et jeux de câbles pour moteurs d'aéronefs, des composantes électriques pour aéronefs, des actionneurs électromécaniques pour ailerons, des contrôleurs d'entraînement, des contrôleurs de puissance de température pour moteurs d'aéronefs, des actuateurs pour la régulation du débit et pression des fluides, des systemes de réduction d'énergie pour moteurs d'aéronefs, des systèmes GPS pour la navigation aérienne, des organisateurs électroniques pour postes de pilotage, des circuits intégrés hybrides pour commandes de vol d'aéronefs, des systèmes avioniques, des composantes électroniques pour simulateurs de vol professionnels, des systèmes visuels d'entraînement de simulation de vol, etc.

En 2016, l'industrie aéronautique québécoise, c'était :

Sources : Ministère de l'Économie, Science et Innovation du Québec et Comité sectoriel de la main-d'œuvre aérospatiale du Québec

L'industrie québécoise de la fabrication métallique industrielle :

Ce industrie comprend les activités principales qui consistent à forger, estamper, former, tourner et assembler des éléments en métaux ferreux (dont l'acier) et non ferreux (principalement l'aluminium, mais également le cuivre,  magnésium, zinc, silicium); pour fabriquer, entre autres, coutellerie et outils à main, produits d’architecture et éléments de charpentes métalliques, chaudières, réservoirs, conteneurs d’expédition, quincaillerie, ressorts et produits en fil métallique, produits tournés, écrous, boulons et vis et tous autres produits en métal.

On réfère ici à tout ce qui entoure la seconde transformation du métal, à savoir tous les procédés d’usinage – fraisage, tournage, sciage, perçage, alésage, coupage, poinçonnage, pliage, ébavurage et meulage –, les procédés de soudage et les procédés de finition de surface – polissage, placage, peinture et traitement thermique - pour fabriquer produits et pièces métalliques servant à diverses industries ou bien à la fabrication de machines.

Avec la présence de 8 alumineries, de 4 aciéries, de 2 affineries de cuivre et autres métaux non ferreux et de plusieurs fonderies de fer et de fonderies de métaux non ferreuxde plusieurs fonderies de fer et de fonderies de métaux non ferreux; le Québec est bien outillé pour approvisionner les manufacturiers de produits métalliques de toutes sortes.

En 2014, cette industrie comptait près de 1 900 entreprises ayant généré un chiffre d'affaires de plus de 18,6 milliards de $ et qui employaient près de 44 600 travailleuses et travailleurs un peu partout dans la province. Ce nombre n'inclut pas des entreprises et les emplois dans l'industrie du matériel de transport (de gros employeurs en métallurgie), ainsi que ceux travaillant dans la construction.

Ces entreprises sont principalement concentrées dans les régions de de l'Île-de-Montréal, de la Montérégie, Chaudière-Appalaches, Québec, Lanaudière, Laurentides et Centre-du-Québec.

Elle comprend 8 sous-secteurs, soit :

L'industrie québécoise du matériel de transport terrestre :

Elle est le plus important secteur de l'industrie de la fabrication mécanique et l'un des plus importants secteurs industriels au Québec.

En 2015, son marché génère des revenus de plus de 11,4 milliards $.

Elle regroupait plus de 680 entreprises qui employaient près de 38 000 travailleuses et travailleurs dans différentes régions du Québec.

Elles étaient principalement concentrées dans les régions suivantes : Laurentides, Estrie, Centre-du-Québec, Montérégie, Chaudière-Appalaches, Bas-St-Laurent, Lanaudière, Île-de-Montréal et Laval.

On peut diviser cette industrie en 6 sous-secteurs, soit :

Sources : Comité sectoriel de la main-d'œuvre en fabrication métallique industrielle, Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec, Pôle d'excellence en matériel de transport terrestre.

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études professionnelles en traitement de surface D.E.P. a une durée totale de 780 heures, c’est-à-dire 7 mois à temps complet seulement. Il comporte des cours  d'introduction au métier, notions d'électricité et d'électrochimie, notions de métallurgie, propriétés des matériaux, notions de métrologie, santé et sécurité au travail, décapage de surfaces, préparation de pièces, réalisation de placages électrolytiques, réalisation de placages anélectriques, anodisation de pièces (traitement de protection), résolution de problèmes en traitement de surfaces, ainsi qu'un stage industriel obligatoire non rémunéré et crédité d'une durée de 4 semaines.

 

PERFECTIONNEMENT et ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Ce programme a pour but de t’intégrer au marché du travail, mais il te sera également possible de poursuivre tes études au collégial dans le cadre du DEC en technologie du génie métallurgique (spécialisation en contrôle des matériaux ou en procédés de transformation) ou dans le cadre AEC en techniques desd procédés nanométallurgiques (traitement de surfaces et métallurgie des poudres) ou dans le cadre de l'AEC en inspection en métallurgie. Par contre, tu devras réussir les cours préalables requis.

 

Pour plus de détails, consulte la page de technologie en génie métallurgique.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et avoir réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 4e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes 

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Ce programme n’est pas contingenté

 

Les candidats(es) répondant aux conditions d'admission sont généralement admis.

 

ENDROIT DE FORMATION :

Demande d’admission via Internet, consulte Admission FP 

-      École des métiers de l’aérospatiale de Montréal, Montréal (C.S. de Montréal)
accès à une usine-école comprenant :  des installations spécialisées (telles que : cabines de sablage, enceintes de nettoyage/dégraissage, cabine de grenaillage/sablage, cabine de métallisation, cabine de peinture liquide, cabine de peinture poudre, cabine de séchage,  etc.); un parc-machines doté d'équipements ultramodernes d’une valeur de plus de 30 millions de dollars (telles que : sableuses, grenailleuses, dérouilleurs, ponceuses, tables aspirantes, tables à meuler, etc.); un centre multimédia, un centre de document spécialisé en aérospatiale, etc;
admissions à temps complet de jour à l'automne
.
programme unique au Québec et unique en français en Amérique du Nord

LIENS RECOMMANDÉS :

Tu veux l'avis de techniciens en revêtements métalliques sur leur métier ?, regarde les vidéos suivants :

Pour une liste d'entrepreneurs en revêtements métalliques, consulte l'Association des entrepreneurs en revêtement métallique du Québec

Pour une liste d'entreprises métallurgiques, consulte le Portrait de l'industrie métallurgique

Pour une liste d'entreprises aérospatiales, consulte le Portrait de l'industrie aérospatiale

Pour une liste de manufacturiers de matériel de transport, consulte le Portrait de l'industrie du matériel de transport

Pour une liste de manufacturiers de produits électroniques, consulte le Portrait de l'industrie de l'électronique

Pour une liste de manufacturiers de machines et équipements industriels, consulte le Portrait de l'industrie de fabrication de machines et équipements industriels

Pour une liste de manufacturiers de produits en plastiques et composites, consulte le Portrait de l'industrie de la plasturgie et des composites

 

 

Retour à la page du secteur métallurgie

Retour à la page d'accueil