Retour à la page du secteur administration

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

 

SECTEUR : ADMINISTRATION, SECRÉTARIAT ET INFORMATIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

GESTIONNAIRE EN FINANCE OU

GESTIONNAIRE EN OPÉRATIONS BANCAIRES

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.Sc. ou B.A. ou B.A.A.

 

Consulte également la page d’informations sur les
programmes pré-universitaires en sciences de l’administration

 

Voir aussi la section "liens recommandés" à la fin de cette page (dont des vidéos de spécialistes en finance qui parlent de leur travail).

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

En tant qu'analyste en gestion du crédit; tu seras responsable d’évaluer la situation économique des emprunteurs (individus ou entreprises) de manière à déterminer leurs possibilités en matière de crédits ou de prêts ainsi que les probabilités à rembourser les dettes contractées.

 

Tu auras pour tâches de :

En tant qu'analyste en placements; tu seras responsable de fournir des conseils financiers en investissements et en placements aux établissements ou à leurs clients.

 

Tu auras pour tâches de :

En tant qu'analyste financier; tu seras responsable de fournir des conseils financiers ou de financement aux établissements ou à leurs clients.

 

Tu auras pour tâches de :

En tant que gestionnaire en finance; tu auras pour tâches de conseiller les dirigeants d’une entreprise à établir et à choisir le financement le plus appropriée et le plus rentable pour cette dernière. Tu auras notamment à analyser et à évaluer les marchés financiers et boursiers, à établir un portefeuille financier qui sera rentable, établir les fonds de placement, analyser et évaluer les investissements au sein de l’entreprise tant sur le plan local qu’international, analyser les stratégies de financement (emprunts bancaires par exemple), etc. Tu seras responsable de toutes les activités financières de l’entreprise, autant au niveau des revenus (actions, placements, etc) qu’au niveau des dépenses (emprunts, hypothèques, etc).

 

Il existe de nombreux domaines d'expertises en finance, en voici quelques-uns :

 

capital de risque : en tant qu'analyste en capital de risque; ton travail consisteras à examiner les plans d'affaires de nouvelles entreprises pour déterminer des propositions d'investissements pour les dirigeants de la société de capital de risque;

 

courtage en valeurs mobilières : en tant que courtier en valeurs mobilières; tu auras pour tâches de conseiller des clients(es), particuliers ou entreprises sur les meilleurs placements boursiers à effectuer correspondant à leurs besoins, à leurs attentes financières et à leurs revenus. Tu effectueras les placements appropriés pour le compte de tes clients, en achetant et en vendant des actions de diverses sociétés en t’efforçant d’avoir les meilleurs prix des actions. Tu travailleras à Bourse de Montréal, Bourse de Toronto ou autres, pour le compte d’une firme de courtage en valeurs mobilières;

 

évaluation d'entreprises : en tant que conseiller(ère) en évaluation d'entreprises; tu auras pour tâches de mener des études de marché et de l'industrie, une analyse financière détaillée sur les résultats historiques ainsi que sur les projections financières des entreprises ciblées; participer à des discussions et des réunions d'équipe avec les équipes de gestion des organisations ciblées; rechercher et d'analyser des organisations comparables à la société cible et de son industrie afin de déterminer les risques associés à flux monétaires de l'entreprise ciblée; mener des recherches et analyser les performances ainsi que la compilation des données sur les entreprises similaires; effectuer la modélisation financière et rédiger des rapports détaillés d'évaluation;

 

financement des entreprises : en tant que conseiller(ère) en financement des entreprises, tu auras pour tâches de préparer et examiner des budgets, faire le suivi des flux de trésorerie, évaluer la rentabilité de différents secteurs d'activité, effectuer le suivi des investissements, préparer et vérifier des états financiers, etc;

 

gestion de placements : en tant que gestionnaire de portefeuilles (ou gestionnaire de placements); tu devras prendre des décisions concernant l'achat et la vente de valeurs mobilières pour une organisation des services financiers. Tu travailleras en collaboration avec une équipe d'analystes qui effectuent les recherches nécessaires pour déterminer les possibilités d'investissement les plus intéressantes, ainsi qu'avec des courtiers qui effectuent l'achat et la vente;

 

En tant qu'analyste de crédit; tu évalueras le risque de crédit et le rendement de l'investissement relié à l'achat d'obligations spécifiques ou d'autres fonds à revenu fixe;

 

En tant qu'analyste quantitatif; tu devras déterminer des stratégies pour optimiser l'achat et la vente des obligations à revenu fixe eu utilisant des modèles mathématiques;

 

gestion des risques financiers : en tant qu'analyste des risques financiers; ton travail consisteras à analyser l’efficacité des transactions de contreparties; contribuer à l’élaboration de modèles quantitatifs en gestion des transactions de contreparties et d’analyse des risques financiers; optimiser les fichiers de suivi de positions et autres procédés opérationnels; effectuer des transactions de contrepartie sur les marchés financiers; ainsi que contribuer à l’élaboration de politiques en matière de gestion de risques. Généralement, le titre "Financial Risk Manager FRM" ou "Chartered Financial Analyst CFA" sont exigés ou du moins, recommandés;

 

gestion du patrimoine : la gestion de patrimoine est un secteur d'investissement consultatif qui intègre la planification financière, la gestion du portefeuille de placements et un nombre cumulé de services financiers. Les particuliers à revenus élevés, les propriétaires de petites entreprises et les familles qui désirent l'aide d'un spécialiste des services consultatifs financiers font appel à des gestionnaires de patrimoine pour coordonner les services bancaires, la planification successorale, les ressources juridiques, les professionnels de l'impôt et de la gestion des investissements. Généralement, ils détiennent un titre tel que : "analyste financier agréé CFA" ou "Professionnel agréé en gestion stratégique du patrimoine CSWP" ou "Planificateur financier agréé Pl. Fin";

 

marché des valeurs mobilières : en tant que négociateur(trice) en valeurs mobilières; tu effectueras l'analyse des actions, des obligations et d'autres titres pour évaluer les possibilités de négociation boursière. Cette information est communiquée aux investisseurs institutionnels et aux sociétés. Par la suite, tu effectueras la transaction de vente, en exécutant l'ordre de vente au prix le plus avantageux qu'il ou elle peut obtenir;

 

planification financière : en tant que planificatrice ou planificateur financier; tu auras pour tâches d'effectuer une planification financière personnelle de particuliers en fonction de leur situation et de leurs objectifs financiers. Tu devras conseiller les clientes et les clients dans la gestion de prêts, de placements, en gestion des dettes, en assurances de dommages, en sécurité financière (assurance-vie, assurance-maladie, etc) et autres produits financiers afin de mieux planifier leurs finances personnelles dans l'objectif de fonder une famille, de prendre une retraite, de démarrer une entreprise ou pour venir à bout de dettes accumulées.

 

services bancaires commerciaux : en tant qu'associé(e) aux services commerciaux, tu offriras auprès des PME, une variété de solutions bancaires en crédit commercial, par exemple : services de financement (prêts, gestion des risques financiers, financement d'équipement, etc.) dépôts et placements, gestion de trésorerie, services internationaux, etc. Au moyen d'analyses financières, de la gestion du risque et des analyses du secteur; tu travailleras en étroite collaboration avec un éventail de dirigeants de petites et moyennes entreprises, désireux d'atteindre leurs objectifs personnels et leurs objectifs financiers.

 

services bancaires d'investissement : en tant que spécialiste en services bancaires d'investissement; tu offriras des conseils financiers et des services à des entreprises clientes. Tu leur fourniras des conseils sur une variété de sujets comme l'émission ou le rachat des actions ou d'une dette, l'acquisition d'entreprises ou la vente d'une partie de ses actifs.

 

En tant qu’enseignante ou enseignant en techniques de comptabilité et de gestion au collégial; tu seras responsable d’enseigner des notions de base ou des notions intermédiaires dans une discipline d'enseignement en lien avec ton domaine de compétences et d'expérience auprès de jeunes adultes inscrits à un programme de formation technique.

 

Tu leur fourniras les compétences requises pour qu’ils puissent intégrer le marché du travail afin de pratiquer le métier ou la profession que tu leur auras enseigné.

 

Enseigner un métier c'est davantage que de montrer les tâches à faire comme ce le serait pour une formation en milieu de travail. Il y a des notions théoriques à présenter en lien avec la discipline (ex : terminologie technique appliquée au métier, mathématiques appliquées au métier, notions d'informatique et de logiciels spécialisés appliqués au métier, etc.) et organiser différentes activités de formation pratique (projets, discussions en petits groupes, simulations, etc.) afin de préparer adéquatement les étudiants(es) à intégrer le marché du travail avec toutes les compétences requises ou du moins, toutes celles requises pour occuper un premier emploi dans ce métier. Donc, il faut très bien connaître son métier, mais aussi bien savoir comment l'enseigner à des apprentis(es).

 

Tu les notions de base de la matière à enseigner.

 

Tu auras pour tâches de :

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

 

-         Aptitudes pour les mathématiques; car tu auras besoin d’une formation poussée dans cette discipline

-         Facilité à travailler avec les ordinateurs; car tu seras constamment appelé(e) à travailler avec cet outil essentiel de travail (applications bureautique dont principalement Excel, bases de données, outils spécialisés en gestion financière, etc.)

-         Faciliter à communiquer et pour les relations interpersonnelles; car tu devras travailler en étroite collaboration avec d'autres spécialistes financiers, comptables, avocats et autres professionnels dans le milieu bancaire ou avec les gestionnaires des différents autres départements en entreprise

-         Sens des responsabilités et bon jugement puisque tu devras assurer les décisions que tu prendras

-         Sens de l’organisation afin de bien organiser les ressources sous ta responsabilité et de gérer les priorités

-         Bonne capacité à la résolution de problèmes car tu devras résoudre de nombreux problèmes de nature financière au sein d'une organisation

-         Esprit critique, grande capacité d’analyse et souci du détail afin de bien analyser de façon détaillée les problématiques et les situations financière soulevées

-         Autonomie et facilité à travailler en équipe car tu pourras être appelé(e) autant de manière autonome qu'en collaboration avec une équipe de spécialistes financiers et autres spécialistes de la gestion

-         Esprit d’initiative et Facilité à négocier notamment dans les domaines des valeurs mobilières, du marché des capitaux et des investissements

-         Dynamisme et leadership car tu auras plusieurs défis à relever

-         Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents professionnels et intervenants de l'organisation et de l'externe et avec les membres de la direction et pour rédiger des rapports de qualité

-         Bonne connaissance de l’anglais : afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents professionnels et intervenants de l'organisation et de l'externe et avec les membres de la direction et pour rédiger des rapports de qualité

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Agent(e) d’investissements

-         Agent(e) de crédit

-         Agent(e) de gestion financière

-         Agent(e) de recherche et planification socio-économique

-         Agent(e) en conseils financiers

-         Analyste des devises étrangères

-     Analyse en actions et revenu fixe

-         Analyste en gestion des risques financiers

-    Analyste en investissements

-         Analyste financier ou analyste financière

-         Analyste financier(ère) agréé(e) CFA

-    Arbitragiste

-    Associé(e) en services bancaires commerciaux

-    Associé(e) de recherche en équité

-    Associé(e) en banque d'investissement

-    Associé(e) en financement des sociétés

-         Attaché(e) d’administration

-         Commissaire-adjoint au développement économique (Ville de Montréal)

-         Conseiller(ère) financier(ère)

-         Conseiller(ère) en capital de risque

-         Conseiller(ère) en crédit

-    Conseiller(ère) en évaluation d'entreprises

-         Conseiller(ère) en démarrage d’entreprises

-         Conseiller(ère) en fusions et acquisitions

-         Conseiller(ère) en risque de crédit et de liquidité

-         Conseiller(ère) en sécurité financière

-         Consultant(e) en gestion

-         Coordonnateur(trice) des services financiers (avec de l’expérience)

-         Courtier(ère) en placements

-         Courtier(ère) en hypothèques

-         Courtier(ère) en valeurs mobilières (site de l'Autorité des marchés financiers)

-         Directeur(trice) adjoint(e) des finances (avec de l’expérience)

-         Directeur(trice) des finances (avec de l’expérience)

-    Gestionnaire de portefeuille - représentant(e) conseil (site de l'Autorité des marchés financiers)

-    Gestionnaire de portefeuille - représentant(e) conseil-adjoint(e) (site de l'Autorité des marchés financiers)

-         Officier de la logistique

-         Planificateur(trice) financier(ère) agréé(e) (site de l'Institut québécois des planificateurs financiers)

-         Représentant(e) du service à la clientèle en services financiers

-         Représentant(e) en épargne collective (site de l'Autorité des marchés financiers)

-         Représentant(e) en fonds communs de placements

-         Représentant(e) en placements pour entreprises

-         Représentant(e) en prêts hypothécaires

-         Rerprésent(e) en rentes

-         Représentant(e) en services financiers

-         Représentant(e) en valeurs mobilières

-         Spécialiste en financement d’entreprises

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         À ton propre compte (consultant en gestion ou planificateur financier)

-         Toutes PME (détaillants, distributeurs, importateurs, grossistes, manufacturiers, fournisseurs de services)

-         Toutes grandes entreprises (détaillants, distributeurs, importateurs, grossistes, manufacturiers, fournisseurs de services)

-         Agences de recouvrement

-      Bureaux de planificateurs financiers

-         Entreprises de crédit

-         Entreprises de prêt

-      Compagnies d'assurances

-      Firmes de courtage en valeurs mobilières

-         Firmes de consultants en gestion

-         Sociétés de fonds communs de placements

-         Sociétés de placements

-         Sociétés de prêts

-         Institutions financières (banques, caisses populaires, caisses d'économie)

-         Municipalités et M.R.C.

-         Organisations publiques (centres de services scolaires, universités, centres de santé et de services sociaux, etc)

-    Sociétés d'État : Autorité des marchés financiers, Investissements Québec, Hydro-Québec, Loto-Québec, Société immobilière du Québec, Société des alcools du Québec, Gaz métro, Postes Canada, Société immobilière du Canada, Société de transport de Montréal STM

 

-         Gouvernement du Canada : Finances Canada, Conseil du Trésor du Canada (voir aussi la page suivante), Agence du revenu du Canada, Industrie Canada, Anciens Combattants Canada, Société des assurances-dépôts du Canada, Exportation et Développement Canada, Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Affaires étrangères et Commerce international Canada, Défense Nationale Canada (carrières civiles), Travaux publics et services gouvernementaux Canada, Société de financement agricole du Canada, Banque du Canada, Surintendant des institutions financières du Canada

 

-         Gouvernement du Québec : Ministère des Finances et de l'économie du Québec, Conseil du Trésor, Revenu Québec, Autorité des services financiers, Commission administrative des régimes de retraite et d'assurances de la fonction publique québécoise CARRA, SAAQ, RAMQ, Régie des rentes,  Financière agricole du Québec

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite

-         Très bonne connaissance de l’anglais (le bilinguisme est un atout important et souvent exigé surtout par les banques et les cabinets de courtage)

-         Bonne maîtrise de l’informatique (notamment les différents outils en gestion financière dont Excel) 

AFFILIATIONS À DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES :

 

Si tu le désires, il te sera possible de devenir membre de l’une des associations suivantes :

 

Pour plus de détails, consulte la section "portrait des professions".

 

-         Autorité des services financiers du Québec : courtier(ère) ou représentant(e) en valeurs mobilières, représentant(e) en épargnes, en rentes, en prêts ou en fonds communs de placement

 

-         Chartered Financial Analyst Institute : la section de Montréal regroupait plus de 3 200 membres réguliers et plus de 2 000 candidats(es) dans la région en 2020 et la section de Québec regroupait plus de 300 membres au cours de l'année détenant le titre "Analyste financier agréé CFA". Pour plus de détails, consulte la section "perspectives d'avenir".

 

-         Canadian Securties Institute CSI (section du Québec) : décerne les titres professionnels suivants :
"Gestionnaire de placement agréé CIM" (en anglais Chartered Investments Manager),
"Professionnel en fiducies et successions MTT" (en anglais estate & trust professionnal),
"Professionnel agréé en gestion stratégique du patrimoine CSWP" (en anglais Chartered strategic wealth professionnal),
"Gestionnaire de risques financiers FRM" (en anglais Financial Risk Manager).

 

-    Institut canadien du crédit (section du Québec) : regroupe les professionnels(les) du crédit détenant le titre "Credit Certified Professionnal CCP"

 

-    Risk and Insurance Management Society (RIMS) (section du Québec) : pour obtenir le titre "Canadian Risk Manager CRM"

-    Institute of Business & Finance : décerne le titre "Board Certified in Estate Planning BCE"

-    Canadian Institute of Chartered Business Valuators : regroupait plus de 200 membres au Québec en 2020 portant le titre "Chartered Business Valuator CBV" ou "Expert en évaluation d’entreprise EEE" (exige un minimum de 1 500 heures  d'expérience pertinente en évaluation d'entreprises)

-    Association of certified fraud examiners (chapitre de Montréal) : décerne le titre "Certified Fraud Examiner CFE" regroupant plus de 200 membres au Québec (dans le domaine de la finance, ce peut être : en investissements, en valeurs mobilières, en opérations bancaires, etc.).

 

-    Institut québécois des planificateurs financiers du Québec : regroupait 4 717 membres partout au Québec en 2020 portant le titre de "Plnnificateur financier Plan. Fin.".
Pour plus de détails, consulte la section "perspectives d'avenir".

 

-      Ordre des administrateurs agréés du Québec : pour obtenir l'un des titres suivants "Conseiller en Management Certifié CMC" (après 3 ans d’expérience comme consultant) ou "Administrateur Agréé ADM.A.": regroupait plus de 1 100 membres au 31 mars 2020 qui agissent notamment comme consultants(s) en gestion couvrant l'ensemble des domaines de l'administration incluant celui de la finance.

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2019 :

 

Pour le Baccalauréat

(spécialisation en finance) :

 

Le placement est bon, 64 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité, soit 95 % sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 14 % ont choisi de poursuivre leurs études au niveau de la maîtrise.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

355

195

187

50

 

Note 1 : légère hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 62 % en 2017; 62 % en 2015 et 68 % en 2013).

 

Note 2 : légère baisse du nombre de répondants(es) poursuivant des études supérieures (était de 13 % en 2017; 19 % en 2015 et 14 % en 2013).

 

Pour la Maîtrise

(spécialisations : finance, ingénierie financière ou opérations financières M.B.A. ou M.Sc.) :

 

Le placement est EXCELLENT, 99 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

Quelques répondants(es), soit 4 % ont choisi de poursuivre ses études au niveau du doctorat.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

104

99

89

4

Note : hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 85 % en 2017; 84 % en 2015 et 71 % en 2013).

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2020 :

Le salaire moyen en début de carrière était de :

Dans le secteur privé :

-    26,08 $/heure (35 ou 40 hres/sem selon les organisations) en moyenne en tant qu'analyste ou gestionnaire ou coordonnateur(trice) en opérations financières au sein des grandes entreprises de commerce au détail

 

-    26,76 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en opérations financières ou analyste des marchés financiers des  au sein des grandes entreprises de télécommunications

 

-         27,35 $/heure (40 hres/sem) au sein des PME (avec un baccalauréat)

 

-         27,36 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste financier, analyste du service à la clientèle ou analyste de crédit ou analyste aux opérations hypothécaires ou spécialiste des opérations bancaires au sein des grandes institutions bancaires

 

-    27,91 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en opérations financières ou analyste des marchés financiers ou analyste en perception des  au sein des grandes compagnies d'assurances

 

-         29,45 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en veille stratégique au sein des grands cabinets de conseils en gestion ou au sein des grandes entreprises

 

-         30,27 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste de crédit au sein des grandes institutions bancaires

 

-         30,37 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que conseiller(ère) en investissements ou conseiller(ère) en services bancaires privés ou  au sein des grandes institutions bancaires

 

-         30,43 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que conseiller(ère) en gestion financière au sein de grandes entreprises en général (avec une maîtrise)

-         30,93 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste du rendement au sein des grandes institutions bancaires

 

-    32,98 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste financier ou conseiller(ère) en services financiers ou planificateur(trice) financier au sein des grandes compagnies d'assurances

 

-         32,98 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant que planificateur(trice) financier ou conseiller(ère) en avantages sociaux et régimes collectifs au sein des grandes institutions bancaires

 

-         33,44 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste financier au sein des grands cabinets de comptables ou au sein des grandes sociétés de conseillers en gestion

 

-         33,60 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste des risques de crédit au sein des grandes institutions bancaires

 

-         33,94 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste des risques de marchés au sein des grandes institutions bancaires

 

-         34,77 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste des risques opérationnels au sein des grandes institutions bancaires

 

-         35,56 $/heure (37,5 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste de la conformité au sein des grandes institutions bancaires

 

-         36,88 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que gestionnaire de comptes ou gestionnaire de portefeuilles ou conseiller(ère) en financement d'entreprises au sein des grandes institutions bancaires

 

-         38,84 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste financier en investissements détenant le titre "CFA" au sein des grandes institutions financières

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé avec un baccalauréat par rapport aux années précédentes (était de 24,35 $ en 2017; 26,88 $ en 2015 et 23,88 $ en 2013).

Note 2 : légère baisse de la moyenne salariale dans le secteur privé avec une maîtrise par rapport aux années précédentes (était de 32,60 $ en 2013).

Note 3 :  chez plusieurs grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

Dans le secteur public et parapublic :

 

-    23,74 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de recherche et planification socio-économique - analyste de données fiscales ou conseiller(ère) en gestion des renseignements fiscaux ou agent(e) de gestion financière à Revenu Québec

 

-    24,41 $/heure (35 hres/sem) en tant que professionnel(le) en recouvrement fiscal ou professionnel(le) en soutien fiscal à Revenu Québec

 

-    24,61 $/heure (35 hres/sem) en tant que professionnel(le) en planifications fiscales abusives et paradis fiscaux à Revenu Québec

-    24,95 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de gestion financière (planification et gestion des activités relatives aux subventions gouvernementales, au financement de la recherche, etc.) dans le réseau de la santé et des services sociaux

 

-        25,35 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de gestion financière (élaboration des règles budgétaires, planification et suivis budgétaires) dans la fonction publique québécoise

 

-        25,35 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de recherche et planification socioéconomique (analyste financier en produits d'éparque pour le Ministère des Finances, gestion des programmes publics de financement, gestion du financement et des opérations municipales, élaboration de politiques financières, gestion de programmes d’aide financière aux démunis, aux étudiants, aux travailleurs, etc.) dans la fonction publique québécoise

 

-    25,35 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'attaché(e) d'administration - conseiller(ère) aux entreprises (conseils en planification et développement du financement et investissements auprès des entreprises) dans la fonction publique québécoise

 

-        25,35 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'attaché(e) d'administration - conseiller(ère) en finances publiques (conseils en gestion des finances publiques ou gestion des programmes publics de financement ou soutien aux opérations de gestion) dans la fonction publique québécoise

 

-         23,76 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste 1 en financement spécialisé ou analyste 1 en gestion des risques et ingénierie financière ou analyste 1 en services financiers aux entreprises et stratégies clients ou analyste 1 de Ressources Québec ou analyste 1 en administration et finances à Investissements Québec

 

-         24,42 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste 1 en services financiers aux entreprises ou analyste 1 en prêts financiers et investissements ou analyste 1 en administration et finances (maîtrise nécessaire) à Investissements Québec

 

-         24,84 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'agent(e) de gestion financière ou gestionnaire de programmes d’aide financière ou analyste financier dans la fonction publique fédérale

 

-        25,04 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de gestion financière (élaboration des règles budgétaires, planification et suivis budgétaires) dans les centres de services scolaires et les cégeps

 

-        25,04 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'attaché(e) d'administration (élaboration et mise en application de politiques, procédures ou processus administratifs) au sein des centres de services scolaires et des cégeps

 

-    25,04 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en affaires étudiantes (aide financière aux étudiants) dans les cégeps

 

-         25,31 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de recherche et planification socioéconomique (élaboration de politiques et stratégies de financement ou budgétaires) à Loto-Québec et Société des casinos du Québec

 

-        25,76 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de planification, programmation et recherche sociosanitaire (identification et à l'évaluation des ressources et des besoins en matière de prestation de services de sociaux et de santé auprès de la population) dans le réseau de la santé et des services sociaux (maîtrise en administration de la santé recommandée)

 

-         26,45 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste 2 en services financiers aux entreprises ou analyste 2 en prêts financiers et investissements ou analyste 2 en administration et finances (maîtrise nécessaire) à Investissements Québec

 

-         27,04 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste à l'information financière ou analyste en fonds mutuels analyste en procédés administratifs ou analyste en recherche et statistique ou analyste en gestion financière ou analyste en assistance à la clientèle ou chargé(e) d'études en certification et inscription à l'Autorité des marchés financiers

 

-    27,56 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) de gestion financière ou coordonnateur(trice) de l'administration ou coordonnateur(trice) des opérations financières ou attaché(e) d'administration (opérations financières) ou conseiller(ère) en gestion au sein des universités

 

-    27,84 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste financier chez Hydro-Québec

 

-         28,74 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de gestion financière ou attaché(e) d'administration (politiques budgétaires) à Loto-Québec

 

-    28,79 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'administration (gestion des activités techniques et administratives d'un service, d'une école ou d'un centre de formation) dans les centres de services scolaires

 

-    28,93 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) de gestion financière ou agent(e) d'administration au sein des universités

 

-        29,00 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de gestion financière ou analyste budgétaire à la Société des alcools du Québec SAQ

 

-         29,16 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste à la conformité de la distribution ou analyste à l'encadrement des intermédiaires ou analyste aux déclarations d'initiés ou analyste financier à l'encadrement des sociétés ou analyste aux pratiques de la distribution ou analyste en financement des sociétés ou coordonnateur(trice) de l'incription en valeurs mobilières à l'Autorité des marchés financiers

 

-    29,37 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que conseiller(ère) en affaires étudiantes (aide financière aux étudiants) dans les universités

 

-    29,45 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'analyste en finance (et autres postes connexes) dans la fonction publique fédérale

 

-    29,55 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent de recherche et planification (élaboration de politiques ou stratégies financières ou élaboration de programmes de financement) au sein des universités

 

-    32,64 $/heure (37,5 heures/sem) en tant que vérificateur(trice) d’impôts sur le revenu à l'Agence du Revenu du Canada ARC

 

-    32,99 $/heure (33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'agent(e) de gestion financière ou analyste ou conseiller(ère) en imposition et taxation au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

 

-    33,30 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en financement commercial ou conseiller(ère) en investissements à Hydro-Québec

 

-    33,85 $/heure (32,5 33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'agent(e) ou analyste ou attaché(e) ou coordonnateur(trice) en administration au sein des municipalités de taille moyenne (25 000 à 99 999 habitants)

 

-    34,14 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en ressources financières ou conseiller(ère) en gestion - finances dans la fonction publique fédérale

 

-    34,69 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en gestion - (financement publics, subventions gouvernementales, opérations budgétaires ou finances publiques, etc.) dans la fonction publique fédérale

 

-    35,03 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste en gestion financière ou analyste en financement ou analyste en finances ou analyste budgétaire à la Société de transport de Montréal STM

 

-    35,50 $/heure (32,5 33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant que irecteur(trice) de l'administration et des finances au sein des très petites municipalités (moins de 5 000 habitants)

-    37,15 $/heure (33 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les organisations) en moyenne en tant qu'analyste ou gestionnaire ou coordonnateur(trice) des opérations financières ou du financement public au sein des grandes entreprises publiques de transport urbain

 

-    43,77 $/heure (32,5 33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'agent(e) ou analyste ou attaché(e) ou coordonnateur(trice) en administration ou irecteur(trice) de l'administration et des finances au sein des petites municipalités (5 000 à 24 999 habitants)

 

Note : dans le secteur public et parapublic et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Forces canadiennes, Syndicat des spécialistes et professionnel d'Hydro-Québec, Syndicat du personnel administratif, technique et professionnel de la SAQ, Syndicat des professionnels du Gouvernement du Québec (section locale Investissements Québec, section locale Loto-Québec, section locale Société immobilière du Québec, section locale Autorité des marchés financiers, section locale Revenu Québec), Syndicat des professionnels de la Société de transport de Montréal, Syndicat du personnel administratif, technique et professionnel du transport en commun de Montréal, Association des officiers des postes du Canada (Société canadienne des postes), Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau (section locale Hydro-Québec), Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau (section locale Banque Laurentienne), Syndicat des employés de techniques professionnelle et de bureau (sections locales Caisses populaires Desjardins), conventions collectives des employés municipaux de plusieurs grandes municipalités, conventions collectives des employés municipaux de plusieurs municipalités de taille moyenne, conventions collectives des professionnels de la plupart des universités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises publiques de transport urbain, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises de commerce au détail (sièges sociaux), conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises de télécommunications, conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies d'assurances et Guide salariale Robert Half en finance et comptabilité.

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 15 000 analystes, conseillers(ères) et autres professionnels(les) en gestion financière (incluant les analystes en placements, les agents de recherche en valeurs mobilières et les gestionnaires de portefeuille) partout au Québec en 2020;

 

S'ajoutaient, plus de 28 000 autres agents(es) financiers (planificateurs financiers, agents de gestion financière et budgétaire, courtiers et tarificateurs hypothécaires, gestionnaires de comptes, directeurs de solutions de prêts, etc.) dans l'ensemble des régions du Québec en 2020;

 

Ainsi que plus de 17 000 gestionnaires et directeurs(trices) financiers (comptabilité et finance) dont 20 % en opérations financières autres que comptables dans l'ensemble des régions du Qubéec en 2020.

 

Profession constituée avec une légère majorité d'hommes, soit 53 %, alors que les femmes représentaient 47 %.

 

Plus de 95 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon le type d'employeur était :

La répartition selon le type d'employeur était :

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 3 500 courtiers et négociateurs en valeurs et agents en placements (courtier en valeurs mobilieres, arbitragiste, cambiste, courtier de change, courtier en obligations, courtier en placements, négociateur de valeurs mobilierse, négociateur en valeurs et obligations, négociateur d'actions, négocitateur sur le marché monétaire, etc.) partout au Québec en 2020.

 

Profession constituée avec une légère majorité d'hommes, soit 62 %, alors que les femmes représentaient 38 %.

 

Plus de 92 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon le type d'employeur était :

La répartition selon le type d'employeur était :

Selon l'Institut québécois de planification financière IQPF; il y avait 4 717 planificatrices et planificateurs financiers actifs partout au Québec au 31 mars 2020
(soit 19 de plus qu'en 2018; 8 de plus qu'en 2016 et 218 de plus qu'en 2014)
.

 

Parmi ces derniers, on y comptait 341 nouveaux membres.
(soit 101 de plus qu'en 2018; 110 de plus qu'en 2016 et 127 de plus qu'en 2014).

 

L'expert(e) compétent(e) et reconnu(e) dans la planification financière personnelle en ce qui concerne le budget familial, les assurances et la gestion des risques, la fiscalité, les placements, la préparation de la retraite et la prévision au décès exerce un rôle conseil pour une saine gestion des finances personnelles.

 

Bien que le seul le titre de "Pl. Fin." offre une reconnaissance professionnelle très enviable, certains planificateurs(trices) financiers sont des professionnels(les) déja membrs d'un ordre professionnel et qui ont choisi d'ajouter le ce titre à leur titre actuel (CPA ou Adm.A. notamment).

 

Plus de 63 % étaient des hommes, alors que les femmes ne représentaient que 37 % des membres de la profession (étaient 33 % en 2018; 31 % en 2016, mais 44 % en 2014).

 

Mais, avec des cohortes étudiantes en services financiers dans les universités sont composées de plus en plus de femmes, cette proportion risque d'augmenter au cours des prochaines années.

 

Plus de 51 % des membres étaient âgés de 45 ans ou + qui prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

 

La répartition des membres selon leur domaine de pratique et leur type d'employeur était :

Selon la Chartered Financial Analyst Institute CFA - section de Montréal et la Chartered Financial Analyst Institute CFA - section de Québec; il y avait plus de 3 300 membres détenant le titre "CFA" partout au Québec en 2020.
(soit plus de 3 000 dans la section de Montréal incluant l'Ouest du Québec et plus de 300 dans la section de Québec incluant le Centre et l'Est du Québec)
.

 

C'est une hausse de plus de 10 % par rapport à 2018; de 18 % en comparaison à 2016 et de près de 26 % avec 2014.

Ce qui démontre que ce titre professionnel reconnu mondialement est en progression depuis une dizaine d'années.

 

Il faut ajouter plus de 2 200 candidats(es) CFA de niveau 1 (dont plus de 2 000 dans la section de Montréal et plus de 200 dans la section de Québec).

 

Plus de 83 % étaient des hommes et seulement 17 % étaient des femmes, mais cette proportion risque d'augmenter au cours des prochaines années.

 

Près de 30 % des membres de cette association détiennent un M.B.A.

 

La répartition des membres selon l'âge était :

La répartition des membres selon leur milieu de pratique en 2020 était :

Alors que la répartition selon le type d'emploi occupé était :

Selon la Canadian Securities Institute CSI; il y avait plus de 6 721 Certified Investments Manager CIM au Canada (dont 639 nouveaux titulaires) dont près de 1 300 au Québec (dont une centaine de nouveaux titulaires) en 2020.

 

Ces professionnels en gestion de placements reconnus mondialement exercent au sein d'institutions financières telles que : banques, caisses populaires, caisses de retraite, sociétés de placements, sociétés de fonds communs de placement, sociétés de fiducies, sociétés de gestion de patrimoines, sociétés d'investissements, organismes gouvernementaux en services financiers comme Investissement Québec, Autorité des marchés financiers, Banque de développement du Canada BDC et Caisse de dépôt et placement, etc.

 

Ils pratiquent dans les domaines aussi variés que :

Selon la Canadian Institute of Chartered Business Valuators; il y avait plus de 2 086 Experts(es) en évaluuation d'entreprises EEE (en anglais "CBV") au Canada dont 780 au Québec en 2020.

(soit 187 de plus qu'en 2018; 323 de plus qu'en 2016 et 470 de plus qu'en 2014).

 

Profession en majorité masculine, puisqu'ils représentaient plus de 75 % des membres, alors que les femmes ne représentaient que 25 %.

 

La répartition des membres selon l'âge était :

 

6 % avaient moins de 30 ans

31 % avaient entre 30 et 39 ans

33 % avaient entre 40 et 49 ans

20 % avaient entre 50 et 59 ans

et 10 % étaient âgés de 60 ans et plus.

 

Plusieurs experts(es) en évaluation d'entreprise détiennent également le titre "CPA" en étant membres de l'Ordre des CPA du Québec.

 

Plus de 49 % des évaluateurs(trices) d'entreprises exerçaient en cabinet de services professionnels

Plus de 31 % pratiquaient au sein d'entreprises de services financiers

3 % travaillaient dans la fonction publique fédérale ou provinciale

et 17 % étaient dans d'autres milieux.

 

Des évaluations notionnelles sont souvent nécessaires pour établir la valeur d’un élément d’actif ou d’une participation dans une entreprise dans le cadre de la négociation d’une affaire entre des parties ayant un lien de dépendance. Citons par exemple les transactions entre actionnaires ou parties liées, les transactions à des fins de fiscalité ou de restructuration d’entreprise et les questions liées au prix de transfert ou aux litiges matrimoniaux.

 

En finance d’entreprise et transactionnelles; les missions comprennent souvent l’évaluation d’une entreprise ou d’un élément d’actif et les services de vérification diligente et de soutien aux transactions dans le cadre des financements, des fusions et acquisitions, des prises de contrôle par emprunt sur les actifs de l’entreprise, des rachats de l’entreprise par les cadres, des conventions d’achat-vente, des premiers appels publics à l’épargne et de la préparation de rapports et d’analyses.Parmi les spécialistes de la finance, on les retrouve dans les firmes d'évaluation d'entreprises, les firmes de gestion de capitaux, banques d'investissements, les grandes sociétés de comptables, etc.

 

Consulte le vidéo suivant (en anglais) sur le site de l'Institut.

 

Selon l'Ordre des administrateurs agréés du Québec; il y avait 1 326 membres actifs (dont 149 nouveaux membres) au 31 mars 2018 (soit 96 de plus qu'en 2016 et 282 de plus qu'en 2014).

 

Permet aux titulaires d'un B.A.A. ou B.Adm ou B.Comm ou B.Gest. ou d'un M.B.A. d'une université du Québec d'être admis directement, ainsi qu'aux gestionnaires sans diplôme avec preuve d'expérience

Les administrateurs(trices) agréé(es) détiennent une expertise variée dans de nombreux domanies de la gestion, mais principalement dans les domaines tels que : le conseil en management, la gestion du changement, la gestion de projets, la gestion des ressources humaines, la gestion financière, la planification financière, la planification stratégique, le développement organisationnel, la stratégie d'entreprise, la gouvernance d'entreprise, la responsabilité sociale des entreprises, le développement durable, etc.

 

Profession composée majoritairement d'hommes avec 74 % des administrateurs agréés, alors que les femmes ne représentaient que 26 % des membres de la profession. Par contre, la tendance est à la hausse du nombre de femmes puisqu'elles étaient 23 % en 2014 et 21 % en 2012.

Près de 45 % des Adm.A. peuvent fournir des services en anglais dont une majorité sont bilingues.

 

Certains membres détenaient également un titre complémentaire, soit :

  1. 129 détenaient le titre "Conseiller en management accrédité CMC" (soit 10 % des membres)

  2. 65 détenaient le titre de "Planificateur financier Pl. Fin." (soit 5 % des membres)

  3. 18 détenaient le titre de "Candidat CMC" en vue d'obtenir le titre CMC

  4. Il est aussi possible d'un membre de l'Ordre de détenir un autre titre professionnel s'ajoutant à celui d'Adm.A. (ex : CPA, OMA ou autre)

Parmi l'ensemble des membres, 13 % travaillaient à leur compte dans leur propre cabinet conseil dont la moitié au sein d'une société par actions SPA.

 

Bien que près de la moitié des Adm.A. exercaient dans la région de Montréal, soit 44 %, on les retrouvait également dans toutes les régions autres régions du Québec, soit :

  1. 14 % en Montérégie

  2. 12 % dans la région de Québec

  3. 4 % dans les Laurentides

  4. 4 % dans la région de Laval

  5. 3 % en Chaudière-Appalaches

  6. 3 % en Estrie

  7. 3 % dans Lanaudière

  8. 3 % en Outaouais

  9. près de 3 % au Saguenay-Lac-St-Jean

  10. 2 % en Mauricie

  11. 5 % dans les autres régions

PERSPECTIVES D'AVENIR :

Avec les nouveaux marchés à développer, la forte concurrence autant locale qu'internationale, les multiples possibilités de financement tant publiques que privées et la complexité des marchés boursiers, les entreprises ont de plus en plus besoin de spécialistes compétents pouvant gérer leurs investissements et financement.

Le domaine de la finance est variée et offre plusieurs possibilités d'emploi autant dans les PME, les institutions financières, les cabinets de courtage, les organismes publics, etc.

Selon les données provenant des universités, 30 % des étudiants(es) de la spécialisation en finance du baccalauréat qui se destinaient vers le marché du travail, ont obtenu un emploi avant même de terminer leurs études, alors que près de 40 % des diplômés(es) ont obtenu un emploi moins de 3 mois après avoir terminé leurs études. La majorité ont obtenu leur grâce à leur stage.

Par contre, l'entrée sur le marché du travail est plus difficile que dans la plupart des autres disciplines de la gestion, surtout pour les titulaires d'un baccalauréat.

De plus, plusieurs grands employeurs exigent (du moins, préfèrent) les titulaires d'une maîtrise, notamment le M.B.A.

La plupart des universités affichaient un taux de placement élevé dans leur programme de maîtrise en finance et certaines ont reçu plus d'offres d'emploi qu'il y avait de diplômés(es) disponibles.

Plusieurs finissants(es) ont obtenu un emploi au cours de leur stage, qu'il soit rémunéré ou non. Les employeurs sont des PME et des grandes entreprises provenant de tous les secteurs et de toutes les régions du Québec.

Au niveau de la maîtrise en gestion, ce sont près de 100 % des étudiants(es) qui se destinaient vers le marché du travail, , ont obtenu un emploi avant même de terminer leurs études (par contre, certains occupaient déjà un emploi en gestion pendant leurs études), alors que plus de 40 % ont obtenu un emploi moins de 3 mois après avoir terminé leurs études.

Ce qui laisse croire à de très bonnes perspectives pour les prochaines années.

L'ingénierie financière :

Les experts(es) en analyse, prévision et gestion des risques financiers tant sur les plans régionaux, national qu'international (analyste en gestion des risques, arbitragiste, conseiller(ère) en développement, etc.) sont très recherchés par les banques d'investissement, les firmes de consultants en gestion, les firmes de courtage en valeurs mobilières, etc.

La détention du titre "Professionnal Risk Manager PRM" émise par la Professional Risk Managers International Association permet d'obtenir une reconaissance internationale dans le domaine de la finance puisqu'elle hautement considérée dans l'industrie de la finance partout dans le monde.

Les universités offrant une formation dans ce domaine (au niveau de la maîtrise) affichent toutes un taux de placement de 100 %.

La planification financière :

Les planificateurs(trices) financiers sont de plus en plus connus et reconnus du public et le titre de Pl. Fin. de l'Institut québécois de planification financiere IQPF gagne en notoriété.

Malgré une augmentation importante du nombre de nouveaux diplômés dans le domaine, le nombre de personnes ayant besoin d'aide pour planifier leurs finances personnelles est grandissement et ces experts(es) ne suffisent pas à la demande.

Plus de 51 % de ses membres sont âgés de 45 ans ou + qui prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés. C'est principalement en planification financière et en assurance individuelle de personnes que les membres sont les plus âgés.

Les perspectives d'avenir pour les planificateur(trices) financiers dans le domaine des assurances sont excellentes. 

L'analyse financière en investissement :

Selon CFA Montréal; plus de 33 % des membres actuels sont âgés de plus de 45 ans et prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

Ce titre ouvre des portes partout dans le monde et offre la possibilité de faire carrière dans n’importe quel marché, au sein des plus prestigieuses organisations du monde de la finance.

Depuis près de 10 ans, cette organisation a vu le nombre de membres augmenter de plus de 25 % et souvent demandé par les employeurs, notamment les sociétés d'investissement et les banques d'investissement.

Donc, cette profession offre d'excellentes perspectives d'avenir, d'autant plus qu'elle est l'une des plus reconnues dans le domaine de la finance au monde.

La gestion de placements :

Selon CSI Canada; les professionels de la gestion de placements détenant le "Certified Investments Manager CIM" Ces professionnels en gestion de placements reconnus mondialement exercent au sein d'institutions financières telles que : banques, caisses populaires, caisses de retraite, sociétés de placements, sociétés de fonds communs de placement, sociétés de fiducies, sociétés de gestion de patrimoines, sociétés d'investissements, organismes gouvernementaux en services financiers comme Investissement Québec, Autorité des marchés financiers, Banque de développement du Canada BDC et Caisse de dépôt et placement, etc.

Ils sont très recherchés par les institutions financières tant canadiennes, américaines et étrangères et offrent des perspectives d'avenir fort intéressantes.

La rémunération moyenne :

Selon le Guide salarial Robert Half sur les carrières en comptabilité et finance 2020 réalisée par la célebre agence de dotation et de recrutement de personnel Robert Half Canada inc. indiquait que pour le Québec :

La rémunération moyenne selon le titre du poste (avec une moyenne de 10 ans d'expérience) était :

BREF PORTRAIT DE L'INDUSTRIE DE LA FINANCE (excluant les assurances) :

 

Le secteur de la finance se démarque par sa croissance au cours des dernières années, tant du point de vue de son poids économique que desa création d’emplois. Selon les données de l’Enquête sur la population active (EPA) de 2012, c’est un secteur qui représente près de 4,5 % de l’emploi au Canada et4,1 % au Québec. Le secteur québécois des finances représentait 18 % du produit intérieur brut (PIB) du secteur de la finance au Canada.

Cette croissance a permis au secteur de se hisser au troisième rang des industries productrices de services.

 

Elle comprend les grandes banques canadiennes et les banques étrangères présentes au Canada, les compagnies d'assurances, les sociétés de fiducie, les entreprises de crédit, les agences de recouvrement, les sociétés de courtage en valeurs mobilières, les cabinets de courtage en épargne collective, les cabinets de courtage en plans et  bourses d'études, les cabinets et sociétés de comptables, les bureaux de services professionnels en comptabilité et tenue de livres, mais on peut inclure également tous les secteurs dont cette industrie fait fonctionner, comme par exemple les cabinets d'avocats, les entreprises des technologies de l'information, les cabinets de consultants en gestion d'entreprises, etc.

 

Au Québec, on comptait plus de 6 600 entreprises ayant généré des revenus totalisant plus de 5,28 milliards et qui employaient plus de 163 700 travailleuses et travailleurs (excluant les secteurs des assurances et services financiers) dont 21 % occupés par des travailleurs(euses) autonomes en 2015.

On peut diviser les entreprises du secteur de la finance en 2 sous-secteurs (excluant celui des assurances), soit :

On retrouvait notamment :

À elle seule, la région du Grand Montréal regroupe la moitié des entreprises en finance de la province et plus de la moitié de la main-d’oeuvre. Il ne fait pas de doute que Montréal constitue la plaque tournante de l’industrie financière au Québec en raison de son nombre d’entreprises et d’emplois, de laraison de son nombre d’entreprises et d’emplois, de la taille de ses entreprises et de la diversité des activités qui y sont offertes. Son importance en termes d’emploi est comparable aux secteurs de la biopharmaceutique et de l’aéronautique combinés. Avec près de 60 % de l’activité financière québécoise 20 plus grands centres financiers au monde et le troisième en importance au Canada, devancé par Toronto et Vancouver.

 

La région de l'Île de Montréal est classée au 18e rang mondial depuis 2014 selon le Global Financial Centres Index (juste derrière Chicago et Toronto; mais devant des grandes villes comme Shanghai, Dubaï, Munich et Osaka et même ...Paris).

 

En 2015, elle comptait plus de 2 400 entreprises qui employaient plus de 47 100 travailleuses et travailleurs (soit 51 % du Grand Montréal et 29 % de la province). Plus de 400 filiales de sociétés étrangères du domaine de la finance ont installé au bureau dans la région.

 

On y retrouve notamment : plus de 80 cabinets de courtage en valeurs mobilières, une quarantaine de cabinets de consultants en gestion, 36 caisses Desjardins, 26 caisses d'économie, une trentaine de sociétés de fiducie, 33 cabinets d'actuaires,10 cabinets de courtage en fonds mutuels, 7 grandes banques ayant de nombreuses succursales pour particuliers et centres bancaires commerciaux + 4 banques mineures canadiennes et une dizaine de banques étrangères ayant au moins une succursale dans la région, etc.

 

Enfin, les sièges sociaux de la Banque Nationale du Canada et de la Banque Laurentienne du Canada, ainsi que le siège administratif de la Banque de Montréal BMO et plusfieurs de leurs filiales sont situés dans la région.

 

Montérégie : pas surprenant de retrouver plus de 400 entreprises (excluant les succursales bancaires) dans le grand domaine des services financiers employant plus de 35 000 spécialistes de la comptabilité et de la finance (dont plus de 30 000 au sein des PME) dans la seconde région la plus populeuse du Québec. Elles sont principalement concentrées dans l'agglomération de Longueuil, mais également dans l'ensemble des MRC de la région (notamment le Haut-Richelieu, Roussillon, Beauharnois-Salaberry et la Haute-Yamaska).

 

L'industrie financière comptait plus de 760 entreprises qui employaient près de 25 300 travailleuses et travailleurs (soit 27 % du Grand Montréal et 15 % de la province).

 

On retrouve notamment 21 caisses Desjardins, 3 succursales de caisses d'économie, 4 cabinets d'actuaires, quelques sociétés de fiducie, ainsi que de nombreuses succursales des grandes banques canadiennes, etc.

 

Enfin, il ne faut pas négliger la dizaine de milliers de PME qui font fonctionner l'économie de la région et qui emploient des milliers de spécialistes de la finance et de la comptabilité, ainsi que quelques grandes entreprises ayant leur siège social dans la région (telles que : Groupe RONA, Groupe PJC, Olymel, Agropur, Groupe BMR, Groupe Robert Transport, etc.).

 

Laval : la troisième ville en importance au Québec qui regroupait plus de 350 entreprises dans le domaine de la finance (excluant les succursales bancaires) qui emploient plus de 10 400 personnes (soit 11 % du Grand Montréal et 6 % de la province).

 

S'ajoute aussi plus de 8 600 spécialistes de la comptabilité et de la finance au sein de plusieurs milliers de PME de la région, ainsi qu'au sein des quelques grandes entreprises ayant leur siège social  à Laval (dont Groupe CIMA +, Réseau RÉMAX, Restaurants St-Hubert, Sanofi Canada, Valeant Canada).

 

Laurentides et Lanaudière : on y retrouvait plus de 300 entreprises (excluant les succursales bancaires) qui employaient plus de 9 800 personnes (soit 11 % du Grand Montréal et 6 % de la province), majoritairement concentrées à St-Jérôme, mais aussi Blainville et St-Eustache.

 

S'ajoute aussi plus de 11 400 spécialistes de la comptabilité et de la finance au sein de plusieurs milliers de PME de la région.

 

La région de Québec (incluant Chaudière-Appalaches) quant à elle, surnommée la capitale canadienne de l'assurance ou la "Hartford du Nord", puisqu'elle occupe plus de 30 % du marché québécois de l'assurance. Bien que loin derrière la métropole, Québec est le second centre financier en importance au Québec.

 

En 2015, elle comptait plus de 400 entreprises et employaient plus de 36 000 travailleuses et travailleurs (dont plus de 27 600 dans l'agglomération de Québec et plus de 8 400 en Chaudière-Appalaches), ce qui représente 22 % des emplois de l'industrie financière québécoise (excluant les assurances).

 

Outre le domaine des assurances, on y retrouve également une centaine de succursales des 7 grandes banques canadiennes, 31 caisses Desjardins, 6 caisses d'économie Desjardins, plus d'une quarantaine de cabinets de comptables, une trentaine de bureaux de services de tenue de livres comptables, une vingtaine de cabinets de consultants en gestion (finance), des bureaux de sociétés de fiducies, de sociétés de courtage en valeurs mobilières, etc.

 

Les autres régions ne sont pas laissées pour compte, puisqu'on y retrouve des centaines de caisses Desjardins et de centaines de succursales bancaires, des dizaines de bureaux des grandes sociétés de comptables, des cabinets de courtiers en assurances, ainsi que des centaines de cabinets de comptables indépendants répartis dans toutes les régions du Québec.

 

On peut estimer à plus de 2 400 entreprises (en excluant les succursales et bureaux des grandes sociétés) qui employaient plus de 35 000 personnes.

 

Sources : Industrie Canada, Emploi-Québec, Autorité des marchés financiers, Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières, Associacanadienne des courtiers en fonds mutuels, Ministère du Développement économique, de l'innovation et de l'exportation du Québec et Montréal International.

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Le Baccalauréat spécialisé en administration des affaires B.A.A. a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel dans certaines universités. Il débute par un tronc commun au cours des 3 premières sessions où tu devras suivre des cours de mathématiques (probabilités et statistiques) et des cours de base dans les principales disciplines de la gestion : management (introduction au management, comportement organisationnel), économie (économie de l’entreprise, économie internationale), finance (introduction à la gestion financière), comptabilité (comptabilité générale, comptabilité de management), marketing (introduction au marketing), gestion des ressources humaines (introduction à la gestion des ressources humaines), technologies de l'information (technologies de l’information en gestion), gestion des approvisionnements (gestion des opérations et de la production ou opérations et logistique),  etc.

 

À partir de la 4e session, tu suivras des cours propres à la spécialisation en finance tels que :  financement et les investissements de l’entreprise, les placements, analyse financière, planification financière, des cours optionnels en finance (ex : stratégies financières des PME, gestion des risques, finance internationale, gestin de portefeuille, gestion des institutions financières, planification financière des particuliers, etc), ainsi que des cours optionnels dans les autres disciplines de l’administration.

 

Alors que pour la spécialisation intégrée en économie, finance et mathématiques offert par HEC Montréal, tu auras les cours obligatoires suivants : placements, gestion financière, options et contrats à terme, modèles probabilistes et stochastiques de la gestion, mathématiques préparatoires aux études supérieures en gestion, introduction à l'économétrie, microéconomie, macroéconomie. Tu devras également choisir 0 à 2 cours optionnels en économie, finance et/ou mathématiques de gestion parmi 12 cours proposés (ex : applications de la recherche opérationnelle, gestion de portefeuille, gestion des institutions financières, gestion des risques, économie et finance internationales, économie de l'entreprise, etc.).

 

Note : les cours peuvent varier d'une université à une autre, mais toutes offrent des cours de base dans les principales disciplines de la gestion.

 

DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Il permet de se faire reconnaître automatiquement des acquis du D.E.C. dans le cadre d'un programme de baccalauréat. Tu peux donc compléter tes études universitaires en 5 ans au lieu de 6 ans. Le nombre de crédits accordés varient de 24 à 36 selon les universités, pourvu que la cote R soit d'au moins 22,000.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Voici les ententes actuellement offertes :

(ces ententes concernent toutes les concentrations du Baccalauréat en administration, incluant la concentration en finance)

 

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en techniques de comptabilité et de gestion 410.B0 + Baccalauréat spécialisé en administration des affaires - finance) :

 

Université du Québec à Rimouski UQAR

(campus de Lévis ou campus de Rimouski)

Ententes avec les collèges suivants :

Université du Québec à Chicoutimi UQAC

Ententes avec les collèges suivants :

Université Bishop

 

Ententes avec les collèges suivants :

Université du Québec à Montréal UQAM

Ententes avec le collège suivant : 

Université Laval

Ententes avec les cégeps suivants :

Université d’Ottawa

(Baccalauréat en sciences commerciales B.Comm)

 

Entente avec le collège suivant :

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en gestion de commerces 410.D0 + Baccalauréat spécialisé en administration des affaires - finance) :

 

Université du Québec à Rimouski UQAR

(campus de Lévis ou campus de Rimouski)

Ententes avec les collèges suivants :

Université du Québec à Chicoutimi UQAC

Ententes avec les collèges suivants :

Université Bishop

 

Ententes avec les collèges suivants :

Université du Québec à Montréal UQAM

Ententes avec le collège suivant : 

Université Laval

Ententes avec les cégeps suivants :

Université d’Ottawa

(Baccalauréat en sciences commerciales B.Comm)

 

Entente avec le collège suivant :

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en conseils en services financiers et assurances 410.C0 + Baccalauréat spécialisé en administration des affaires - finance ou services financiers) :

 

Université Laval

Ententes avec les collèges suivants :

Université du Québec à Rimouski UQAR :

Ententes avec le collège suivant :

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires du DEC en éducation spécialisée de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans cadre de son programme de baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission est faite lors de la demande et aucune préférence ou priorité n'est accordée à l'admission.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Note 1 : dans certaines universités, il y a des cours préalables exigés même une reconnaissance d'acquis est offerte

 

Note 2 : la reconnaissance des acquis n'est pas automatique et le nombre de crédits accordés peut varier selon la qualité de ton dossier scolaire.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

aux titulaires du DEC en techniques de comptabilité et de gestion :

aux titulaires du DEC en gestion de commerces :

aux titulaires du DEC en conseils en services financiers et assurances :

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Après avoir terminé les études de baccalauréat, tu pourras poursuivre au niveau de la maîtrise dans l’un des programmes suivants :

Maîtrises :
(avec ou sans expérience)

Autres programmes de 2e cycle :

(D.E.S.S. ou Certificat gradué  = programme de 30 crédits et Microprogramme ou Programme court = programme de 15 crédits)

 

Note : certains programmes exigent de l'expérience

EXIGENCES D’ADMISSION :

NOTE : les titulaires d'un D.E.C. technique dans une spécialité de la gestion peuvent se faire reconnaître un certain nombre de crédits au Baccalauréat spécialisé en administration des affaires ou en sciences comptables dans certaines universités dans le cadre d'une passerelle. 

AUTRES EXIGENCES PARTICULIERES D’ADMISSION :

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Consulte la page de gestionnaire en management

 

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d'automne et d'hiver pour tous les autres programmes dans toutes les universités

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Qu'est-ce que l’alternance travail-études (assi connu sous "régime coopératif") ?