Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page d’accueil

 

 

 

SECTEUR : BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

MÉCANICIEN(NE) DE MACHINES FIXES

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

Consulte également la section "liens recommandés" (dont des vidéos de mécaniciens de machines fixes qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

Si tu deviens un mécanicien ou une mécanicienne de machines fixes; tu seras responsable d’assurer le bon fonctionnement des installations de chauffage, d’électricité, de réfrigération, de ventilation, de climatisation, d’alimentation en oxygène et de protection-incendie de la centrale thermique d’un bâtiment (usine, hôpital, immeuble à bureau, centre commercial, collège, aéroport, etc). Le bon fonctionnement de l’ensemble d’un immeuble dépendra de toi (l’électricité, le chauffage, la ventilation, les gicleurs automatiques, les ascenseurs, etc) sont tous contrôlés par les machines fixes situés au sous-sol de l’édifice.

 

En début de carrière, tu obtiendras la classe 4 et avec l’expérience tu pourras atteindre jusqu’à la classe 1 (responsable des installations).

 

Tu auras pour tâches de :

En tant qu'opératrice ou opérateur d'une centrale d'énergie; tu seras responsable d'opérer et de surveiller les équipements dans des centres de commande électrique afin de contrôler la distribution d'énergie électrique dans les réseaux de transport.

 

Tu travailleras dans des centrales électriques des services publics d'électricité (Hydro-Québec ou producteurs privés); des usines de fabrication (notamment les alumineries, les papetières et autres industries ayant leur propre centrale d'énergie); des centres hospitaliers; des universités; les compagnies minerais, les Forces armées; etc.

 

Tu auras pour tâches de :

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

-          Très bonne santé

-         Ne pas souffrir d'allergies

-          Bonne vision et bonne ouïe

-        Capacité de travailler dans endroits chauds, humides, bruyants, poussiéreux et étroits

-         Très bonne condition physique (surtout en endurance) car tu auras plusieurs déplacements à effectuer lors des inspections et de longues de travail

-         Bonnes habiletés et bonne dextérité manuelles pour réparer adéquatement diverses machines

-         Minutie, précision et souci du travail bien fait pour réparer de façon efficace des pièces délicates

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable de la sécurité du personnel et des équipements dans la salle des machines

-         Capacité de  logique et d’analyse pour résoudre divers problèmes de fonctionnement des machines

-         Autonomie et débrouillardise pour être en mesure de résoudre seul divers problèmes dans la salle des machines

-         Bon jugement et sens de l’initiative pour pouvoir réagir rapidement et efficacement lors de situations d’urgence

-         Capacité de travailler sous pression et bonne résistance au stress car on te demandera de régler des problèmes rapidement et être prêt à intervenir dans toutes situations d’urgence

-         Capacité de travailler seul ou en équipe car tu auras à travailler seul(e) lors de réparations de machines, mais à travailler en étroite collaboration avec des collègues (mécaniciens, techniciens, ingénieurs, agents de sécurité, pompiers, etc) lors de situations d’urgence ou problèmes majeurs 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-       Conducteur(trice) de chaudière

-       Conducteur(trice) d’installations de réfrigération

-       Conducteur(trice) d’installations de traitement chimique

-    Conducteur(trice) électrogène mobile

-    Mécanicien(ne) d'entretien (établissements de santé et de services sociaux)

-    Mécanicien(ne) de centrale thermique

-    Mécanicien(ne) de machines fixes d'hôpital

-    Mécanicien(ne) de systèmes de chauffage

-    Opérateur(trice) d'une usine d'incinération à récupération d'énergie

-    Opérateur(trice) de centrale de réfrigération

-    Opérateur(trice) de centrale de réseaux électriques

-    Opérateur(trice) de centrale thermique

-    Opérateur(trice) de centrale thermique à la vapeur

-    Opérateur(trice) de chaudière

-    Opérateur(trice) de chaufferie

-    Opérateur(trice) de machines auxiliaires

-    Opérateur(trice) de systèmes d'immeubles

-    Ouvrier(ère) à l'équipement de chauffage et de ventilation

-       Technicien(ne) de groupes électrogènes (Forces armées) formation offerte par les Forces

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-        Entreprises de gestion immobilières (publiques et privées)

-       Hôpitaux

-    Aéroports

-    Compagnies minières

-    Industries alimentaires

-       Industries biomédicales et pharmaceutiques

-       Industries chimiques

-    Industries de fabrication de matériel de transport (dont l'industrie aérospatiale)

-    Industries papetières

-       Industries pétrochimiques (caoutchouc, plastiques, peinture, etc)

-       Industries pétrolières

-      Certains autres types d’industries

-      Entreprises de construction

-   Municipalités

-   Scieries

-      Forces armées Canadiennes (voir section professions apparentées)

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

En mécanique de machines fixes de la catégorie "production d'énergie", il existe 4 classes, soit :

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

-    Détenir la certificat de qualification de mécanicien de machines fixes est obligatoire si tu veux travailler dans un édifice public (hôpitaux, collège, université, édifice gouvernemental) ou sur un chantier  de construction ou tout autre immeuble (édifice à bureaux, centre commercial ou usine) pour plus de détails, consulte le site d'Emploi-Québec (note : la passation de l'examen de qualifification n'est pas nécessaire pour les titulaires du DEP, puisqu'il est inclus dans la formation)

-    Aucune certification n'est obligatoire pour travailler dans une mine, une usine de bouletage  ou une usine de concentration de minerais

-         Travail par quarts jour/soir/nuit

-         Longues heures de travail sous pression et stress

-         Travail saisonnier sur les chantiers de construction

-      Être prêt à travailler dans des endroits chauds, humides, bruyants, poussiéreux et étroits ou même avec de possibles émanations de pétrole ou produits chimiques

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Polyvalence

-         Facilité d’adaptation aux changements technologiques

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2015 :

 

Le placement est très bon, 85 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Quelques répondants(es) ont décidé de poursuivre leurs études au collégial en procédés chimiques, maintenance industrielle ou mécanique du bâtiment.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI à TEMPS COMPLET

NOMBRE EMPLOI AUX ÉTUDES
68 55 55 3

 

Note : hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 85 % en 2013; 77 % en 2012 et 77 % en 2011).

 

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Secteur privé :

-    19,96 $/hre (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries de transformation alimentaire

-    20,03 $/hre (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries de production ou transformation textile

-    22,58 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grandes entreprises de l'imprimerie

-    23,06 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries de transformation des produits forestiers

-    23,14 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grandes industries de la plasturgie, du caoutchouc et des composites

-         23,21 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands manufacturiers de matériel de transport

-    23,26 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 27,60 $/heure en tant que compagnon au sein des grandes industries aérospatiales

-    23,70 $/hre (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries de fabrication métallique industrielle

-         24,30 $/hre (40 hres/sem) dans les PME (notamment en industrie)

-    22,29 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grands hôtels 4 ou 5 étoiles (extérieur de l'Île de Montréal)

-    24,54 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands fabricants de produits en minéraux industriels (béton, asphalte, granite, marbre, etc.)

-    24,98 $/hre (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries de fabrication d'aliments ou boissons

-    25,46 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grandes industries pharmaceutiques et cosméceutiques

-         26,40 $/hre (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries chimiques et pétrochimiques

-    26,86 $/hre (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes industries papetières

-    27,29 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grands hôtels 4 ou 5 étoiles (extérieur de l'Île de Montréal)

-    28,33 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grandes industries chimiques et pétrochimiques

-    29,14 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) mécanicien(ne) de machines fixes et augmente à 36,43 $/heure en tant que compagnon au sein des grandes industries pétrolières

-        29,76 $/hre (40 à 50 hres/sem) en tant que conducteur de chaudière à vapeur dans le secteur de la construction commerciale, institutionnelle ou industrielle

-    30,66 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 32,11 $/heure par la suite au sein des grandes industries de transformation métallurgiques (alumineries, aciéries, affineries, fonderies, etc.)

-         31,01 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes compagnies minières

-         31,21 $/hre (40 à 50 hres/sem) dans le secteur de la construction de génie civil (conducteur de chaudière à vapeur)

-         35,90 $/hre (40 à 50 hres/sem) dans le secteur de la construction de génie civil - infrastructures de pipeline (conducteur de chaudière à vapeur)

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport aux années précédentes.

 

Note 2 : chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies selon les conventions collectives.

 

Secteur public et parapublic :

-    20,21 $/hre (38,75 hres/sem) à la Société des casinos du Québec

-    22,52 $/hre (40 hres/sem)  à la Société québécoise des infrastructures (anciennement la Société immobilière du Québec)

-    23,12 $/hre (38,75 hres/sem) dans les commissions scolaires classe 3

-    23,36 $/hre (38,75 hres/sem) dans le réseau de la santé et des services sociaux (hôpitaux) classe 2

-    23,71 $/hre (38,75 ou 40 hres/sem) en moyenne dans la classe 2 ou classe B au sein des universités

-    24,11 $/hre (38,75 hres/sem) dans la fonction publique québécoise (classe IV)

-    25,45 $/heure (40 hres/sem) dans la classe 3 à Aéroports de Montréal

-       25,48 $/heure (35 hres/sem) en tant que mécanicien(ne) de machines fixes au Centre des congrès de Québec

-    26,84 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que mécanicien(ne) de machines fixes - classe 2 au sein des municipalités de moyenne dimension (40 000 à 99 999 habitants)

-    26,96 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que mécanicien(ne) de machines fixes - classe 2 au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-    27,71 $/hre (37,5 hres/sem) dans la fonction publique fédérale

-    28,40 $/heure (37,5 hres/sem) au Port de Québec

-         28,46 $/hre (40 hres/sem) dans la classe C à la Société de transport de Montréal STM

-    33,71 $/heure (37 hres/sem) à Hydro-Québec (classe B-4V)

-        34,56 $/hre (36,25 ou 40 hres/sem) en tant en tant que technicien(ne) de chaufferie à Gaz Métro

-    35,50 $/heure (37,5 hres/sem) au Port de Montréal

-    2 948 $/mois (grade de soldat) en début de carrière en tant que technicien(ne) de groupes électrogènes et augmente à 4 952,00 $/mois après 3 ans avec le grade de caporal) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-    94,86 $/jour avec le grade de soldat (et augmente à 138,38 $/jour après 3 ans avec le grade de caporal) au sein des Forces canadiennes (Réserve)

Note : dans le secteur public et parapublic, les augmentations sont établies selon les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec, Commission de la construction du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, Syndicat national des employés du Port de Montréal, SCFP - section locale 3149 Port de Québec, Syndicat des employés des Aéroports de Montréal, Syndicat des employés d'entretien de la Société de transport de Montréal, Syndicat des employés de métiers d'Hydro-Québec, Syndicat des employés d'entretien de la Société de transport de Montréal STM, Syndicat des employés de la Société des casinos du Québec, Syndicat des employés de la Société immobilière du Québec, conventions collectives des cols bleus de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des cols bleus de plusieurs moyennes municipalités, conventions collectives des employés de soutien de plusieurs universités, conventions collectives des employés de plusieurs grands hôtels, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises de l'imprimerie, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des produits forestiers, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries alimentaires, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries du textile, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de matériel de transport, conventions collectives des employés de plusieurs grands fabricants de produits en minéraux industriels, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de la plasturgie, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de fabrication métallique industrielle, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries aérospatiales, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries papetières, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries pharmaceutiques et cosméceutiques, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries chimiques et pétrochimiques, conventions collectives des employés de certaines grandes industries pétrolières, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des méataux et conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies minières.

 

PORTRAIT DU MÉTIER :

 

En 2015, il y avait plus de 5 000 mécaniciennes et mécaniciens de machines fixes dans l'ensemble du Québec.

 

Plus de 95 % étaient des hommes.

 

La répartition selon l'âge était :

Donc, plus de 60 % des mécaniciens de machines fixes prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

 

La répartition selon le type d'employeur était :

Le revenu annuel moyen pour un(e) mécanicien(ne) de machines fixes (détenant environ 10 ans d'expérience) était de 68 600 $.

 

Source : Emploi-Québec

 

BREF PORTRAIT DE QUELQUES SECTEURS INDUSTRIELS  :

 

L'industrie minière québécoise : :

 

Le Québec est l’un des 10 territoires miniers les plus explorés au monde. Depuis le début des années 90, la moitié des mines ont commencé à être exploitées ce qui a permis au Québec de connaître une des plus grandes croissance de son industrie minière de toute son histoire. De plus, un grand nombre de géologues actuellement en emploi sont âgés et devront prendre leur retraite dans les prochaines années. Pour toutes ces raisons, les perspectives de découvertes nouvelles et par le fait même des emplois pour des spécialistes des mines sont excellentes pour les 10 prochaines années. Maintenant, les exploitations minières du Québec représentent plus de 60 % de tous les minerais exploités au Canada.

 

En 2015, l'ensemble de l'industrie minière a généré des revenus de 5,8 milliards, regroupait une cinquantaine d'entreprises et employait plus de 45 600 personnes.

 

En ce qui concerne le secteur de l'exploitation et du traitement des minerais, on y retrouvait 21 compagnies d'exploitation minière qui employaient plus de 13 600 travailleuses et travailleurs.

 

Près de 30 % de la main-d’œuvre de l’industrie minière devrait prendre sa retraite au cours des cinq prochaines années. Cet important besoin de main-d’œuvre pose aussi le défi d’intégrer rapidement un grand nombre de travailleurs aux particularités de l’emploi dans le secteur minier.

 

Les technologues en laboratoire de chimie sont recherchés par ces entreprises afin d'effectuer des essais et des analyses chimiques afin de caractériser les différents minerais au sein d'un laboratoire d'une usine de traitement des minerais.

 

D'autres sont appelés à effectuer des analyses physico-chimiques afin de détecter et caractériser les contaminants chimiques potentiels dans les sols et les eaux souterraines des sites miniers en vue de leur décontamination.

 

Selon une étude du Comité sectoriel de la main-d'œuvre des mines, plus de 160 technologues en chimie seront nécessaires afin de combler les besoins de cette industrie au cours des 10 prochaines années.

 

L'industrie canadienne de la construction navale et maritime :

 

Elle s'appuie une longue et riche histoire, qui va des goélettes à voile les plus célèbres du 19e siècle, aux brise-glaces modernes de renommée internationale et aux différents navires de guerre de la Marine royale canadienne d'hier et d'aujourd'hui. Le Canada conçoit et construit une gamme diversifiée de navires desservant de vastes rivages au caractère unique et un réseau de collectivités côtières.

 

Les chantiers navals canadiens sont des chefs de fi le mondiaux de la construction dernier cri de bateaux de pêche, de remorqueurs, de petits traversiers, de yachts de plaisance et de catamarans. Combinant les techniques anciennes et les plus récentes tendances et technologies, l’industrie canadienne a su développer un solide créneau d'excellence.

 

En 2013, cette industrie avait un marché de près de 1,1 milliards de dollars (dont près de 440 millions $ pour le secteur de la construction d'embarcations de plaisance) au Canada dont la majorité des produits sont exportés partout dans le monde.

 

Elle comprenait 300 entreprises (dont 160 en construction et réparation navale et 140 en fabrication d'embarcations nautiques motorisées) qui emploient un peu plus de 11 600 travailleuses et travailleurs (dont 6 800 en construction navale et 4 800 en fabrication d'embarcations nautiques motorisées).

Par ces dernières, il y avait :

Au Québec, on y comptait près de 80 entreprises qui employaient plus de 2 600 travailleuses et travailleurs, principalement concentrées dans les régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-St-Laurent, de la Gaspésie, de Charlevoix, du Centre-du-Québec, mais également dans les régions de Québec (réparation navale), Montréal (réparation navale) et Laval (embarcations non motorisées).

 

En 2015, l'industrie navale québécoise comprenait 6 chantiers de construction et de réparation navale (Davie à Lévis en Chaudière-Appalaches, Verreault à Les Méchins dans le Bas-St-Laurent, Océan l'Île-Aux-Coudres dans Charlevoix, Forillon à Gaspé en Gaspésie, Méridien Maritime à Matane dans le Bas-St-Laurent et Conception navale FMP à Newport en Gaspésie).

 

Ils ont une expertise reconnue principalement dans la construction de navires de pêche, de remorqueurs, de bateaux-pilotes et de petits traversiers. Mais, les chantiers navals québécois ont aussi construits des brise-glace, navires de défense côtière, des navires de recherche & sauvetage de la Garde Côtière, des frégates de patrouille maritime, des traversiers moyens, des yachts, des navires de recherche scientifique, des dragues, des barges, des quais flottants, des plateformes de forage, etc.

 

Égaleament, on y comptait également une trentaine de manufacturiers de systèmes, composantes, pièces et accessoires pour navires.

 

En 2015, elle employait plus de 1 600 travailleuses et travailleurs au sein des chantiers de construction et réparation navale, s'ajoutait 3 petits chantiers de réparation navale qui employaient une centaine de personnes et enfin, plus de 350 travailleuses et travailleurs au sein des fournisseurs.

 

Pour ce qui est de l'industrie de la fabrication nautique;  on y retrouvait 1 manufacturier d'embarcations nautiques motorisées (bateaux de pêche, bateaux pontés et pontons) qui employait plus de 240 travailleuses et travailleurs (Bateaux Princecraft à Princeville dans le Centre-du-Québec);

 

plus une dizaine de manufacturiers d'embarcations nautiques non motorisées (canots, chaloupes, kayaks, etc.) qui employaient un peu plus de 400 personnes.

 

Enfin, on y comptait une quarantaine de manufacturiers de pièces et accessoires pour embarcations nautiques motorisées ou non motorisées qui employaient plus de 700 travailleuses et travailleurs.

 

L'industrie québécoise de la production d'électricité :

 

Le Canada est le plus important producteur d'électricité en Amérique, le 2e au monde après la France, mais le 1er producteur mondial d'hydroélectricité, ainsi que le 2e producteur mondial de gaz naturel après la Russie. Donc, l'industrie canadienne de l'électricité est bien placée pour fournir des expertises dans ce domaine.

 

Cette industrie regroupe l'ensemble des intervenants en électricité : la production (production de l'énergie électrique à l'aide de différents moyens comme les barrages hydroélectriques, les centrales hydroélectriques,  le nucléaire, l'hydroélectricité combinée au nucléaire, le pétrole, le gaz naturel, le charbon, la géothermie, capteur solaire, biomasse ou éolienne), le transport (exploitation et gestion de réseaux de transport de l'électricité des installations de production jusqu'aux installations de centralisation de la distribution), ainsi que la distribution (gestion des installations et réseaux de distribution de l'électricité jusque chez les clients résidentiels, commerciaux, institutionnels ou industriels).

 

Les principales sources d'énergie utilisées au Québec sont

Au Québec, on retrouve seulement 6 principaux distributeurs privés indépendants, mais le principal distributeur est évidemment Hydro-Québec. Les clientèles desservies peuvent être des industries, des entreprises commerciales, les entreprises de services (hôtels, restaurants, centres commerciaux, édifices à bureaux, etc), des institutions (écoles, hôpitaux, arénas, musées, édifices municipaux ou gouvernementaux, etc), les immeubles à logement et à condos et le secteur résidentiel.

 

Certaines entreprises privés ont des ententes avec de petites ou moyennes municipalités, alors que d'autres ont leur propre entreprise de juridiction municipale ou provinciale. D'autres distributeurs fournissent spécifiquement le secteur industriel et/ou commercial d'une région en particulier.

 

ll ne faut pas oublier que cette importante industrie développe de nombreux projets afin d'augmenter et d'optimiser la production d'électricité, développe de nouvelles façons de produire de l'énergie et doivent répondre à des normes environnementales plus sévères, ainsi que de faire face à des désastres naturels de plus en plus fréquents. Donc, les producteurs ont besoin de l'expertise d'ingénieurs de technologues détenant une bonne expertise dans ce domaine.

 

Sources : Comité sectoriel de la main-d'oeuvre de l'industrie miniere du Québec, Hydro-Québec, Ministère des Ressources naturelles du Québec, Industrie Canada, Comité sectoriel de la main-d'œuvre de l'industrie maritime et National Marine Manufacturers Association of Canada.

 

PERSPECTIVES D'AVENIR :

 

Plus de 60 % des mécaniciens de machines fixes prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

 

La majorité des emplois se retrouveront dans les secteurs industriels tels que : les industries métallurgiques, pétrochimiques, alimentaires et les compagnies minières.

 

Enfin, le secteur de la construction commerciale, institutionnelle et industrielle est également un milieu d'emploi favorable.

 

Plusieurs diplômés(es) obtiennent un emploi avant même de terminer leurs études et travaillent souvent chez l'entreprise où ils ont réalisé leur stage.

 

Donc, les perspectives d'avenir pour les mécaniciens de machines fixes sont très bonnes.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de la construction et du bâtiment

 

Consulte également la page d'informations suivante de Jobbom qui décrit les perspectives d'avenir pour ce métier.

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Note : ce programme a été révisé et une nouvelle version sera offerte dès l'automne 2019.

 

Le Diplôme d’études professionnelles en mécanique de machines fixes D.E.P. a une durée totale de 1 800 heures, c’est-à-dire de 2 ans (18-20 mois) offert à temps complet seulement.

 

Il comporte des cours d’initiation à la profession, de santé et sécurité au travail, fonctionnement d'une chaudière de basse capacité, analyse et traitement de l'eau d'une installation de chauffage de réfrigération, contrôle d'une installation de chauffage, conduite des opération d'une installation de réfrigération de basse capacité, techniques d'entretien mécanique, ajustement des composants de circuits de régulation pneumatique, travaux simples de soudage et d'oxycoupage, techniques d'entretien et de réparation d'accessoires de circuits fluidiques, contrôle d'une installation de réfrigération, entretien et réparation d'une installation de chauffage, vérification du fonctionnement d'un réseau d'air ou de gaz comprimé, vérification du réseau électrique d'un bâtiment, entretien de l'équipement d'urgence, vérification du fonctionnement d'un circuit de commande électrique ou électronique, surveillance et entretien d'une installation de ventilation et climatisation, entretien et réparation d'une installation de réfrigération, processus de prise de précision, vérification du fonctionnement d'un système de protection-incendie, lecture et interprétation des plans d'un bâtiment, automates et logiciels d'automation, ainsi que gestion de l'énergie d'un bâtiment.

 

Plusieurs centres de formation proposent la formule en alternance travail-études permettant de réaliser un stage rémunéré ou NON rémunéré en entreprise d'une durée de 9 semaines consécutives à temps complet (généralement au cours du trimestre d'été);

OU 2 stages rémunérés ou NON rémunérés dont le premier est de 4 semaines après la 1re année et le second est de 5 semaines au cours de la 2e année (selon les centres).

 

Pour plus de détails sur ce programme, regarde les vidéos suivants :

PERFECTIONNEMENT ET ÉTUDES COLLÉGIALES :

 

Il te sera possible de suivre de la formation continue en mécanique de machines de fixes afin d'obtenir des classes plus spécialisées.

 

Il y a également le programme suivant :

L’Attestation de spécialisation professionnelle en réparation d’installations au gaz naturel A.S.P. a une durée totale de 600 heures 20 semaines) offert à temps complet seulement.

Elle permet d'obtenir les compétences nécessaires afin d'entretenir et réparer les appareils commerciaux, institutionnels et industriels fonctionnant au gaz naturel tels que : les aérothermes, les chaudières à eau chaude, les chaudières à vapeur, les fournaises de chauffage de construction, les systèmes centraux à air chaud, les récupérateurs de chaleur pour cheminées, les bruleurs industriels, les chauffe-eau à contact direct, les séchoirs à bois à feu direct, les générateurs de ventilation tempérée, les roues thermiques, etc.

Elle est également destinée aux personnes désirant travailler comme monteuse ou monteur d’installations au gaz naturel au sein d’une entreprise spécialisé en installation et en entretien d’appareils au gaz naturel.

Elle comporte des cours en réparation d’appareils de type atmosphérique, notions d'électricité relatives aux systèmes de distribution de chaleur, notions d'électricité et d'électronique relatives aux dispositifs d'allumage, réparation d'appareils dotés d'un dispositif de surveillance de flamme, conduite préventive, réglage de système de combustion commercial, résolution de problème sur tout type d'appareil, etc.

Si tu le désires, tu pourras également poursuivre tes études au niveau collégial en :

Il existe également des formations afin de devenir technicien(ne) en gaz naturel (formation professionnelle ou collégiale).

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante.

 

Si tu préfères le secteur de l'industrie pétrolière, une formation en technologie du génie pétrolier est offerte en Alberta.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et avoir réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 4e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

AUTRE EXIGENCE D'ADMISSION :

-    Subir une entrevue écrite obligatoire (CFP de Québec)

-    Subir un test écrit d'aptitudes (CFP des Patriotes)

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme.

 

Les candidats(es) admissibles répondant aux exigences d'admission sont généralement admis.

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Qu'est-ce que l’alternance travail-études ?

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

Pour le D.E.P. en mécanique de machines fixes :

 

-    ACCESS Adult Education & Career Centre, offert dans les locaux du CFP des Patriotes de Sainte-Julie (C.S. Riverside, région de la Montérégie), formation offerte en anglais exclusive au Québec, offert en alternance travail-étrudes (1 stage rémunéré de 9 semaines), offert en partenariat avec le CFP des Patriotes, admissions de jour à l'automne et à l'hiver

-    Centre de formation professionnelle de Jonquière, Saguenay (C.S. de la Jonquière, région du Saguenay-Lac-St-Jean), offert conjointement avec le CFP de Québec, admissions de jour à l'hiver

 

-         Centre de formation professionnelle de Lachine (Pavillon Dalbé-Viau), Montréal - arrondissement Lachine (C.S. Marguerite-Bourgoys, région de l'Île-de-Montréal) offert en alternance travail-étrudes (1 stage rémunéré ou NON rémunéré de 9 semaines), admissions de jour à l'automne

 

-    Centre de formation professionnelle de Québec, Québec (C.S. de la Capitale, région de Québec) offert en alternance travail-étrudes (1 stage rémunéré ou NON rémunéré de 9 semaines), admissions de jour à l'automne

 

-     Centre de formation professionnelle des Patriotes, Ste-Julie (C.S. des Patriotes, région de la Montérégie), offert en formation intensive sur 14 mois, admissions de jour à l'automne et à l'hiver

 

-    Centre Frère-Moffet, Ville-Marie (C.S. du Lac-Témiscamingue, région de l'Abitibi-Témiscamingue), offert en alternance travail-étrudes (stage rémunéré de 9 semaines), offert en partenariat avec l'École de mécanique de machines fixes de la Riveraine de Nicolet dans le Centre-du-Québec, admissions de jour à l'automne

 

-    École de mécanique de machines fixes de la Riveraine, campus de St-Léonard-d'Aston (C.S. de la Riveraine, région du Centre-du-Québec), offert en  alternance travail-étrudes (1 stage rémunéré de 9 semaines), admissions de jour à l'automne

Pour l’A.S.P. en réparation d’installations au gaz naturel :

-         École de technologie gazière, Boucherville (établissement relevant de Gaz métro), admissions de jour à l'automne et à l'hiver

-    Centre de formation professionnelle Daniel-Johnson, Montréal (C.S. de la Pointe-de-l'Île), offert en partenariat avec l'École de technologie gazière, admissions de jour à l'automne

-    Centre de formation professionnelle Samuel-de-Champlain, Québec (C.S. des Premières-Seigneuries), offert en partenariat avec l'École de technologie gazière, admissions de jour à l'hiver

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l'avis de mécaniciens(nes) de machines fixes sur leur métier ?, regarde les vidéos suivants :

liens divers :

 

-    MMF Québec : le site des mécaniciens de machines fixes du Québec

 

-    Comité sectoriel de la main-d'œuvre de la chimie, pétrochimie et raffinage : clip vidéo sur ce métier

 

-    Jobbom : page d'infos sur les perspectives d'avenir pour ce métier

 

-    Règlement sur les mécaniciens de machines fixes : détails plus précises sur les termes, les classes, les certifications, etc.

 

 

 


Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page d’accueil