Retour à la page du secteur transport

Retour à la page d'accueil

 

SECTEUR : TRANSPORTS

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

OFFICIER MÉCANICIEN(NE) DE MARINE

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.E.C.

 

Va voir aussi ma section « liens recommandés » au bas de la page (dont des vidéos de mécaniciens de marine qui parlent de leur travail).

Note : pour devenir mécanicien(ne) de navires de petit tonnage (d'au plus 150 tonneaux de jauge brute), consulte la page de mécanicien(ne) de moteurs marins.

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 

 

En tant qu’officier(ère) mécanicien(ne) de marine; tu seras responsable d’assurer l’entretien et le bon état de fonctionnement des différents systèmes mécaniques, moteurs marins, diesels ou industriels et machines auxiliaires à bord d’un navire.

 

Tout dépendant de la classe, tu auras pour tâches de :

Selon la classe que tu possèderas, tu seras affecté(e) à des tâches spécifiques et plus tu monteras de grade, plus tu auras de responsabilités à assumer.

 

-         La 4e classe : c’est le premier brevet des officiers mécaniciens et officières mécaniciennes de marine. Cette classe exige d’avoir effectué 6 mois de travail en mer et avoir réussi les examens appropriés de Transports Canada. Tu seras responsable pendant ton quart de travail de faire l’entretien des divers systèmes et d’assister les mécaniciens(nes) des brevets supérieurs à effectuer les réparations dans la salle des machines. Si tu étudies au D.E.C. en mécanique marine, tu obtiendras ce grade pendant tes études et tu occuperas ce poste pendant les stages.

 

-         La 3e classe : c’est le deuxième brevet qui exige au moins 12 mois d’expérience en mer et avoir réussi les examens appropriés de Transports Canada. Tu seras chargé(e) pendant ton quart de travail de faire les réparations les plus importantes des systèmes de la salle des machines et d’effectuer l’entretien et la réparation des moteurs et des systèmes de propulsion du navire. Pour les diplômés(es) du D.E.C. en mécanique marine, tu pourras te présenter à la fin de tes études aux examens afin d’obtenir cette classe du brevet.

 

-         La 2e classe : c’est le troisième brevet qui exige d’avoir obtenu tous les brevets précédents, avoir acquis quelques années d’expérience et avoir réussi les examens de cette classe de Transports Canada. Tu seras responsable de superviser une équipe de mécaniciens(nes) de la salle des machines pendant ton quart de travail. Tu devras t’assurer du bon fonctionnement des systèmes tout le long de ton quart et remplacer le chef-mécanicien(ne) au besoin.

 

-         La 1ère classe : c’est le quatrième et dernier brevet donnant accès au poste de chef-mécanicien ou de chef-mécanicien de navire. Tu seras responsable des opérations de maintenance et du bon fonctionnement de l’ensemble de la machinerie et des systèmes du navire, de l’inspection et des réparations de la coque et de la coordination des mesures d’urgences dans la salle des machines. Tu relèveras directement du commandant du navire.

 

Tu détiendras les compétences pour assurer les opérations et la maintenance à bord de tous types de navires marchands, militaires et spécialisés qu'ils parcourent que les eaux intérieures d'un pays ou les eaux internationales tels que :

En tant que technicien(ne) en mécanique marine (chantier naval), tu seras responsable d’inspecter et de réparer des différents systèmes et machines des navires sur un chantier naval. Tu pourras aussi effectuer différents essais techniques sur ces systèmes, effectuer le montage et le démontage, ainsi que concevoir et fabriquer des composants de rechange des moteurs ou autres systèmes du navire. En construction navale, tu auras comme tâches d’effectuer l’installation des machines, moteurs, systèmes de propulsion et autres systèmes mécaniques du navire. Tout comme l’officier(ère) à bord du navire, tes responsabilités varieront selon la classe que tu possèderas.

 

En effet, la classe 4 te permettra d’assister le personnel affecté aux réparations, au montage et au démontage des systèmes et de fabriquer certaines pièces de composants. La classe 3, te permettra de faire des réparations majeures sur les systèmes, de réparer les moteurs et systèmes de propulsion, fabriquer et concevoir des composants, ainsi que monter et démonter des systèmes. La classe 2, te permettra de superviser le personnel mécanicien affecté au navire, d’inspecter l’état des machines et de faire les essais techniques requis. Enfin, la 1ère classe te permettra de faire l’inspection générale de l’ensemble de la machinerie et des systèmes du navire, de coordonner tout les opérations de mécanique sur un chantier naval et de participer aux projets de modification et de construction des navires.

 

De plus, les détenteurs(trices) de la 1ère classe peuvent aussi obtenir un poste d’expert(e) maritime où tu donneras des conseils et recommandations dans le domaine maritime. Tu pourras travailler pour le Ministère Fédéral des transports ou pour des compagnies de classification et d’assurances. Tu pourrais aussi obtenir un poste d’enquêteur(e) aux accidents pour le Bureau fédéral des enquêtes sur les Transports afin d’enquêter sur les causes et circonstances d’accidents de bateaux (plaisanciers, bateaux de pêche, etc) ou de navires de la Marine marchande.

 

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

-         Aimer voyager c’est évident….tu voyageras partout dans le monde

-         Aptitudes en sciences (mathématiques, physique) et pour la mécanique

-      Aimer voyager et travailler dans un contexte international : bien que la majorité des navires naviguent que dans les eaux canadiennes, certains navires font des voyages outre-mer

-         Bonnes habiletés manuelles et très bonne dextérité manuelle pour manipuler adéquatement des pièces et composantes importantes

-         Bon jugement pour être capable de prendre les bonnes décisions rapidement et au bon moment

-         Bonne acuité visuelle et sens de l’observation pour être capable déceler rapidement une défectuosité ou une anomalie

-         Minutie et précision, bons réflexes, facilité de concentration et souci du détail car tu auras souvent à monter et démonter plusieurs pièces mécaniques très délicates

-         Esprit d’analyse pour analyser et trouver rapidement une défectuosité ou tout autre problème

-         Capacité à résoudre des problèmes car tu seras appelé(e) à résoudre toutes de problèmes de la salle des machines

-         Connaissance de l’anglais oral et écrit car tu auras à utiliser divers manuels et publications spécialisées dans cette langue, mais aussi pour débrouiller lorsque tu feras escale dans les pays étrangers

-         Sens des responsabilités car tu devras t’assurer que les composants et pièces sont  SANS ERREUR AUCUNE

-         Facilité pour le travail en équipe car tu auras à collaborer à plusieurs personnes dans le cadre de tes fonctions (autres mécaniciens,  ingénieurs, commandant du navire ou son second, etc)

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Enquêteur(e) sur les accidents maritimes (après quelques années d’expérience)

-         Expert(e) maritime (après plusieurs années d’expérience)

-         Inspecteur(trice) de la sécurité maritime (après quelques années d’expérience)

-         Mécanicien(ne) de machines fixes

-         Mécanicien(ne) de marine militaire (Forces armées)  formation offerte par les Forces

-         Officier mécanicien(ne) de marine classe 4 (apprenti-mécanicien-ne de marine)

-         Officier mécanicien(ne) de marine classe 3 (mécanicien-ne auxiliaire)

-         Officier mécanicien(ne) de marine classe 2 (mécanicien-ne principal-e) (après quelques années d’expérience)

-         Officier mécanicien(ne) de marine classe 1 (chef mécanicien-ne) (après quelques années d’expérience)

-         Officier(ère) mécanicien(ne) maritime de la Garde Côtière formation offerte par la Garde Côtière

-         Technicien(ne) en assemblage mécanique de bateaux

-         Technicien(ne) en contrôle de la qualité en fabrication bateaux

-         Technicien(ne) en fabrication mécanique de marine

-         Technicien(ne) en génie mécanique de marine 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-    Administrations de pilotage (dont l'Administration de pilotage des Laurentides)

-         Chantiers navals

-         Compagnies maritimes (vraquier, pétrolier, cargo, paquebot, porte-conteneurs, navires de recherche, etc.) :  nationales (Desgagnés, Coopmar, Océan, etc) et  internationales (Royal Caribbean Cruise Line, etc.)

-         Compagnies de croisières

-     Compagnies de remorquage de navires

-         Sociétés de classification et d’assurances

-         Manufacturiers de bateaux

-         Raffineries de pétrole

-        Forces armées canadiennes (voir section professions apparentées), voir aussi la Réserve navale

-     Garde côtière canadienne

-        Institut Maurice-Lamontagne

-        Société des traversiers du Québec

-        Transports Canada

EXIGENCES DE L’EMPLOI :

-         Réussir les examens de Transports Canada pour obtenir ton brevet d’officier mécanicien(ne) de marine

-         Détenir ton brevet d’officier mécanicien(ne) de marine délivré(e) par Transports Canada obligatoire pour naviguer

Pour plus de détails, consulte la page d’information sur les examens et la délivrance des brevets du site de Transports Canada

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Très bonne connaissance de l’anglais

-         Mobilité essentielle

-         Travail sur quarts

-         Parfois longues heures de travail

-         Être prêt à partir pendant plusieurs mois en mer

-    Un engagement minimum de 4 ans est exigé par la Garde Côtière

-    Un engagement minimum est exigé par les Forces armées (vérifie auprès d'un recruteur)

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2018 :

 

Le placement est EXCELLENT, *4 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Quelques répondants(es), soit 22 % ont choisi de poursuivre des études universitaires en génie mécanique ou en génie maritime.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

23 17 17 5

 

Note :taux de placement comparable aux années précédentes.

 

Sources : Ministère de l'Éducation et Institut Maritime du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2019:

 

Le salaire moyen en début de carrière était de

Pendant tes études :

-         375 $/mois (temps en classe et en laboratoire) au cours de la 1re année et augmente jusqu'à 581 $/mois au cours de la 4e année (temps en classe et en laboratoire) + respectivement 1 127 $ et 1 602 $/mois (stages en mer) en tant qu'élève-officier au sein du Collège de la Garde Côtière canadienne

 

-    1 473,09 $/mois de stage en moyenne en tant que 4e mécancien(ne) au sein des compagnies de transport maritime local dans les eaux intérieures canadiennes (pendant les stages de l'Institut maritime du Québec)

 

-         2 168 $/mois en 1re année et augmente graduellement chaque année jusqu'à 2 258 $/mois en 4e année pendant tes études techniques en mécanique marine dans un collège technique (généralement l'Insitut of Marine de la Memorial University of Newfoundland) avec le grade de matelot 3e classe (programme d'études techniques subventionnées menant au diplôme de technologie afin de devenir technicien de marine) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

En emploi :

-    960,00 $/semaine (42 hres/sem) en tant que chef mécanicien(ne) 3e classe (sauf Matane-Baie-Comeau) à la Société des traversiers du Québec

-    1 004,40 $/semaine (42 hres/sem) en tant que mécanicien(ne) de quart 3e classe (traverse Matane-Baie-Comeau) à la Société des traversiers du Québec

-    1 080,00 $/semaine (40 ou 42 hres/sem) en moyenne en tant que 4e mécanicien(ne) au sein des PME en transport maritime local dans les eaux intérieures canadiennes (majorité des emplois)

-    1 246,40 $/semaine (37,5 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant que 4e mécanicien(ne) au sein des grandes entreprises publiques ou privées de traversiers (surtout hors-Québec)

-    1 274,40 $/semaine (40 hres/sem) + indemnités spéciales s'il y a lieu : 130 $/mois pour ceux reconnus comme spécialiste en sauvetage, 150 $/mois pour ceux affectés sur un patrouilleur océanique muni d'armements spéciaux ou 821 $/année pour le personnel qualifié tenu de travailler en plongée pour un  3e mécanicien dans la fonction publique fédérale (navires de recherche Pêches et Océans Canada et postes civils Défense nationale)

-    1 320,80 $/semaine (40 hres/sem) + indemnité de présence imprévue, indemnité de travail salissant, indemnité de formation continue, indemnité pour travail en région nordique + nombreux avantages sociaux en tant que mécanicien(ne) 3e classe au sein de la Garde Côtière canadienne

-    1 460,34 $/semaine (52 hres/sem) en moyenne en tant que 2e mécanicien(ne) au sein des PME en transport maritime local

-    1 513,92 $/semaine (37,5 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant que 3e mécanicien(ne) au sein des grandes entreprises publiques ou privées de traversiers (surtout hors-Québec)

-    1 521,14 $/semaine (40 ou 42 hres/sem) en moyenne en tant que 4e mécanicien(ne) au sein des grandes compagnies de transport maritime local

-    1 638,15 $/semaine (37,5 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant que 2e mécanicien(ne) au sein des grandes entreprises publiques ou privées de traversiers (surtout hors-Québec)

-    1 644,42 $/semaine (40 ou 42 hres/sem) en moyenne en tant que 3e mécanicien(ne) au sein des grandes compagnies de transport maritime local

-    1 752,75 $/semaine (40 ou 42 hres/sem) en moyenne en tant que 2e mécanicien(ne) au sein des grandes compagnies de transport maritime local

-    5 616 $/mois (grade de "matelot première classe - spécialiste")  (+ indemnité de service en mer de 306 $/mois + indemnité spéciale s'il  y a lieu (376 $/mois pour l'affectation à bord d'un sousmarin, 745 $/mois pour service à l'étranger) en tant que technicien(ne) en mécanique de marine au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-    171,36 $/jour (grade de "matelot première classe - spécialiste") en tant que mécanicien(ne) de marine au sein des Forces canadiennes (Réserve navale)

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Institut Maritime du Québec, Commission de la fonction publique fédérale, Garde Côtière canadienne, Forces canadiennes, Syndicat canadien des officiers de la marine marchande - section locale Société des traversiers, Union canadienne des officiers de la marine marchande, Guilde de la marine marchande du Canada et conventions collectives des employés de plusieurs compagnies maritimes canadiennes.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

En 2018, il y avait plus de 500 officiers mécaniciens (tous brevets confondus) de la Marine marchande au sein d'armateurs du St-Laurent et des services de traversiers du Québec selon Emploi-Québec.

 

Parmi ces derniers, on retrouve notamment plus de 60 officiers mécaniciens(nes) au sein de la Société des traversiers du Québec et près de 100 officiers mécaniciens(nes) au sein de la Garde côtière canadienne.

Profession en presque totalité masculine, puisque les hommes représentaient plus de 98 % des membres de cette profession.

 

Plus de 45 % des membres de la profession étaient âgés de plus de 45 ans.

 

98 % des officiers occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon le type d'employeur était :

Enfin, les Forces canadiennes n'ayant pas de base navale permanente (pour la Force régulière), il n'y a aucun technicien en mécanique marine de la Marine royale canadienne affecté au Québec. Toutefois, elle emploie près de 200 techniciens en mécanique marine pour leur flottte de 12 frégates.

 

Sources : Emploi-Québec, Garde côtière canadienne et Société des traversiers du Québec.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Plusieurs possibilités d’emploi dans ce domaine. La majorité des emplois sont au sein d'entreprises maritimes qui naviguent que dans les eaux canadiennes.

 

Contrairement à la croyance populaire, il n'est pas nécessaire de s'expatrier pour faire une carrière en mer. Les officiers peuvent faire de belles carrières en travaillant pour des compagnies canadiennes ou québécoises sur le fleuve Saint-Laurent et/ou les Grands Lacs et revenir à la maison régulièrement.

 

On éprouve des difficultés à recruter des mécaniciens(nes) de navires et le marché est en pénurie. La Garde Côtière et les Forces armées sont aussi en pénurie de personnel en mécanique marine, alors ils offrent plusieurs avantages.

 

Les départs à la retraite, la croissance de certaines flottes internationales et le renouvellement de celles-ci sont les principales raisons de la pénurie.

Également, plus de 45 % des membres de la profession étaient âgés de plus de 45 ans et prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront êtres remplacés.

 

Les diplômés(es) en génie mécanique de marine jouissent d’une excellente réputation et sont très en demande dans les milieux industriels maritimes et terrestres. Souvent, les diplômés(es) obtiennent un emploi chez l’armateur où ils ont effectué leur stage. Parfois, certains(nes) étudiants(es) obtiennent des promesses d’embauche avant de terminer leurs études.

 

Selon les données du Ministère de l’Éducation, le métier d’officier(ère) mécanicien(ne) de navire (marine marchande) est l’un des 30 métiers de la formation technique présentant les meilleures perspectives d’avenir.

 

Note : on ne retrouve que peu de femmes dans ce domaine, pourtant cette profession pourrait en accueillir davantage.

 

En 2019, le salaire annuel moyen d'un(e) chef-mécanicien(ne) au sein de la Société des traversiers du Québec ayant 10 années d'expérience était de 63 000 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) chef-mécanicien(ne) au sein d'une PME dans la Marine Marchande ayant 10 années d'expérience était de 80 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) second(e) mécanicien(ne) dans la fonction publique fédérale (Pêches et Océans Canada) ayant 10 années d'expérience était de 75 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un technicien en mécanique marine au sein des Forces canadiennes (Force régulière) ayant 10 années d'expérience (grade de maître 2e classe) était de 80 500 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) second(e) mécanicien(ne) dans la Garde Côtière canadienne ayant 10 années d'expérience était de 81 300 $;

 

et le salaire annuel moyen d'un(e) second(e) mécanicien(ne) au sein d'une grande entreprise de transport maritime local dans la Marine Marchande ayant 10 années d'expérience était de 90 300 $.

 

Précision importante : les emplois à bord des grands navires de croisières internationales sont très rares pour les canadiens.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie du transport de passagers et de marchandises.

 

PORTRAIT DE L'INDUSTRIE :

 

Le Canada est reconnu mondialement comme un leader dans la prestation de services en transport maritime, ainsi que par le développement de ses technologies visant à améliorer la sécurité et la rentabilité du transport.

Le transport maritime au Québec constitue un maillon essentiel d’une chaîne de transport diversifiée. Il s’intègre dans un ensemble d’activités économiques d’importation, d’exportation, de circulation interne de marchandises qui transitent entre les expéditeurs et les destinataires finaux. Outre le transport de marchandises, le transport maritime comprend un volet transport de passagers avec d’importantes activités de tourisme fluvial, dont les croisières internationales, les croisières d'excursions, les activités nautiques, les services de traversier et de desserte pour les collectivités éloignées.

 

L’activité générée par le secteur maritime contribue considérablement au développement économique du Québec. Le chiffre d’affaires total des entreprises québécoises des secteurs maritime et portuaire, y compris le tourisme fluvial, s’élève à plus de 3,1 milliards de dollars.

 

Le transport maritime a aussi des retombées économiques importantes sur les régions riveraines du Saint-Laurent. En effet, le transport maritime soutient des secteurs-clés de l’économie québécoise, tels que les papetières, les alumineries, les élévateurs à grains, les terminaux de conteneurs, les sidérurgies et les raffineries de pétrole, dans leur approvisionnement ou leurs expéditions.

 

Le corridor maritime St-Laurent-Grands-Lacs est la porte d'entrée de l'Amérique du Nord. En effet, il est le 4e espace économique maritime (derrière la Californie, le Texas et New York). On y retrouve plus de 45 % du trafic maritime au Canada, la moitié des ports ayant enregistré les tonnages les plus élevés au pays sont situés dans l'axe du corridor dont 4 au Québec (Montréal, Québec, Sept-Îles et Port-Cartier).

Annuellement, on y a transborde plus de 100 millions de tonnes de marchandises.

Annuellement, plus de 5 millions de passagers sont transportés par traversier.

 

Annuellemlent, plus de 110 000 croisiéristes voyagent dans les eaux canadiennes sur le territoire québécois.

En 2014, l'industrie québécoise du transport maritime comptait 366 entreprises et 21 administrations portuaires commerciaux (dont 11 ports nationaux) qui employaient plus de 27 300 personnes (en mer et à terre), soit :

On peut diviser l'industrie québécoise du transport maritime en 4 sous-secteurs, soit :

La proportion des emplois selon les régions étaient surtout concentrées dans les régions suivantes :

 

Montréal (33 %), Québec (15 %), Côte-Nord (15 %), Montérégie (10 %), Bas-St-Laurent (8 %), Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine (5 %), Mauricie (4 %).

 

L'industrie canadienne de la construction navale et maritime

 

Elle s'appuie une longue et riche histoire, qui va des goélettes à voile les plus célèbres du 19e siècle, aux brise-glaces modernes de renommée internationale et aux différents navires de guerre de la Marine royale canadienne d'hier et d'aujourd'hui. Le Canada conçoit et construit une gamme diversifiée de navires desservant de vastes rivages au caractère unique et un réseau de collectivités côtières.

 

Les chantiers navals canadiens sont des chefs de fi le mondiaux de la construction dernier cri de bateaux de pêche, de remorqueurs, de petits traversiers, de yachts de plaisance et de catamarans. Combinant les techniques anciennes et les plus récentes tendances et technologies, l’industrie canadienne a su développer un solide créneau d'excellence.

 

En 2013, cette industrie avait un marché de près de 1,1 milliards de dollars (dont près de 440 millions $ pour le secteur de la construction d'embarcations de plaisance) au Canada dont la majorité des produits sont exportés partout dans le monde.

 

Elle comprenait 300 entreprises (dont 160 en construction et réparation navale et 140 en fabrication d'embarcations nautiques motorisées) qui emploient un peu plus de 11 600 travailleuses et travailleurs (dont 6 800 en construction navale et 4 800 en fabrication d'embarcations nautiques motorisées).

Par ces dernières, il y avait :

Au Québec, on y comptait près de 80 entreprises qui employaient plus de 2 600 travailleuses et travailleurs, principalement concentrées dans les régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-St-Laurent, de la Gaspésie, de Charlevoix, du Centre-du-Québec, mais également dans les régions de Québec (réparation navale), Montréal (réparation navale) et Laval (embarcations non motorisées).

 

En 2015, l'industrie navale québécoise comprenait 6 chantiers de construction et de réparation navale (Davie à Lévis en Chaudière-Appalaches, Verreault à Les Méchins dans le Bas-St-Laurent, Océan l'Île-Aux-Coudres dans Charlevoix, Forillon à Gaspé en Gaspésie, Méridien Maritime à Matane dans le Bas-St-Laurent et Conception navale FMP à Newport en Gaspésie).

 

Ils ont une expertise reconnue principalement dans la construction de navires de pêche, de remorqueurs, de bateaux-pilotes et de petits traversiers. Mais, les chantiers navals québécois ont aussi construits des brise-glace, navires de défense côtière, des navires de recherche & sauvetage de la Garde Côtière, des frégates de patrouille maritime, des traversiers moyens, des yachts, des navires de recherche scientifique, des dragues, des barges, des quais flottants, des plateformes de forage, etc.

 

Égaleament, on y comptait également une trentaine de manufacturiers de systèmes, composantes, pièces et accessoires pour navires.

 

En 2015, elle employait plus de 1 600 travailleuses et travailleurs au sein des chantiers de construction et réparation navale, s'ajoutait 3 petits chantiers de réparation navale qui employaient une centaine de personnes et enfin, plus de 350 travailleuses et travailleurs au sein des fournisseurs.

 

Pour ce qui est de l'industrie de la fabrication nautique;  on y retrouvait 1 manufacturier d'embarcations nautiques motorisées (bateaux de pêche, bateaux pontés et pontons) qui employait plus de 240 travailleuses et travailleurs (Bateaux Princecraft à Princeville dans le Centre-du-Québec);

 

plus une dizaine de manufacturiers d'embarcations nautiques non motorisées (canots, chaloupes, kayaks, etc.) qui employaient un peu plus de 400 personnes.

 

Enfin, on y comptait une quarantaine de manufacturiers de pièces et accessoires pour embarcations nautiques motorisées ou non motorisées qui employaient plus de 700 travailleuses et travailleurs.

 

Sources : Comité sectoriel de main-d'œuvre du transport maritime du Québec, Transports Québec, Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec, Industrie Canada et Association canadienne des chantiers navals.

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

 

Voici quelques-unes de ces ententes :

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études collégiales en techniques de génie mécanique marine D.E.C. a une durée totale de 4 ans (incluant les trimestres d'été) offert à temps complet de jour seulement (les stages se déroulent de jour/soir/nuit).

 

Au cours de la première année; tu apprendras les notions fondamentales nécessaires au génie mécanique de marine (mathématiques, physique); tu seras familiarisé avec le fonctionnement des circuits électriques, hydrauliques et pneumatiques; tu seras initié aux principes de base du fonctionnement de moteurs diesels marins et de certaines machines auxiliaires (comme les machine à gouverner, machine de production d'eau potable) et tu effectueras des travaux de base en entretien régulier des machines auxiliaires et travaux mineurs d'usinage et de soudage). Enfin, tu apprendras les normes de sécurité en mer.

 

Tu auras des cours sur les fonctions de travail d'un officier mécanicien de marine, mathématiques appliquées en génie mécanique de marine 1, circuits de pompage, traitement des fluides 1, pneumatique et hydraulique (fonctionnement des compresseurs d'air, des circuits pneumatiques, des pompes et des circuits hydrauliques), atelier 1 (travaux d'usinage et de soudage de base sur machines-outils), physique appliquée au génie mécanique de marine 1, circuits électriques et magnétisme, machines auxiliaires 1 (machine à gouverner, machine de production d'eau potable), moteurs diesels marins (principes de fonctionnement) et atelier 2 (travaux d'entretien sur machines auxiliaires).

Enfin, tu suivras le cours de seconrisme général en mer de 16 heures offert au Centre de formation aux mesure d'urgence CFMU à Lévis au cours du printemps.

 

Enfin, tu réaliseras ton premier stage en mer d'une durée de 2 mois à bord d'une navire de la marine marchande de l'une des 30 entreprises partenaires au cours du trimestre d'été où tu effectueras des tâches d'un troisième mécanicien (aussi connu sous "officier de quart de la salle des machines" sous la supervision du premier mécanicien.

 

Au cours de la deuxième année; tu approfondiras tes connaissances fondamentales nécessaires au génie mécanique de marine (mathématiques, physique et dessin technique); tu apprendras le fonctionnement des circuits électriques triphasés utilisés pour la production et le transport d'électricité et des circuits électriques et électroniques de automatisés de bord (comme les systèmes de communication, les systèmes de navigation, les systèmes contrôle, etc.); tu seras familiarisé avec les types d'hydrocarbures servant à la propulsion des navires et tu apprendras à effectuer des travaux d'entretien de certaines machines auxiliaires que l'on retrouve à bord d'un navire.

Enfin, tu acquerras les compétences minimales requises en matière de sauvetage, de survie et d'opération d'embarcations de sauvetage.

 

Tu auras des cours en physique appliquée au génie mécanique de marine 2, dessin technique, notions de construction navale (différentes structures d'un navire), circuits monophasés et triphasés, traitement des fluides 2 (caractéristiques des hydrocarbures), machines auxiliaires 2 (systèmes de propulsion par hélice, apparaux de pont et ligne d'arbre) et automatisation 1 (principes de fonctionnement des systèmes automatisés de navires).

 

Tu suivras également le cours "Aptitude à l'exploitation des bateaux de sauvetage et des canots de secours" d'une durée de 31 heures et offert au Centre de formation aux mesure d'urgence CFMU à Lévis au cours du printemps.

 

Enfin, tu réaliseras ton second stage en mer d'une durée de 4 mois à bord d'une navire de la marine marchande au cours du trimestre d'hiver où tu effectueras des tâches d'un second mécanicien sous la supervision du chef mécanicien.

 

Au cours de la troisième année; tu débuteras par la réalisation de ton troisième stage en mer d'une durée de 4 mois à bord d'une navire de la marine marchande au cours du trimestre d'automne où tu effectueras des tâches d'un premier mécanicien sous la supervision du chef mécanicien.

 

Par la suite, tu apprendras le fonctionnement des systèmes de distribution électrique; tu seras familiarisé avec les notions de stabilité du navire du point de vue du mécanicien de bord; tu seras initié aux manœuvres courantes du démarrage complet d'un navire et tu apprendras à effectuer des travaux d'entretien des systèmes de tuyauterie, des chaudières et des moteurs diesels.

 

Tu auras les cours suivants au cours du trimestre d'hiver, soit : thermodynamique 1, systèmes de distribution à bord d'une navire, stabilité, tenue de quart 1 (manœuvres de démarrage complet d'un navire), chaudières (principes de fonctionnement, opération et entretien), état du navire (notions de métallurgie, analyse de la corrosion et traitements thermiques) et atelier 3 (travaux de tuyauterie et travaux d'entretien sur les moteurs).

Enfin, tu suivras le cours en techniques avancées de lutte contre les incendies de 35 herues offert au Centre de formation aux mesure d'urgence CFMU à Lévis au cours du printemps.

 

Au cours de la quatrième année; tu apprendras à effectuer des travaux d'entretien et de réparation de toutes machines ou équipements électriques à bord d'un navire; tu seras familiarisé avec le fonctionnement et l'entretien des équipements et systèmes environnementaux de bord et tu apprendras à effectuer des travaux d'entretien des machines principales et systèmes complexes d'une navire (comme les systèmes automatisés, les systèmes électromécaniques, le système de réfrigération, les apparaux de pont comme les grues, les pompes, la ligne d'arbres, les moteurs, les turbines et les turbosoufflantes, etc.).

 

Tu auras des cours en anglais appliqué au domaine maritime, thermodynamique 2, machines électriques (principes de fonctionnement entretien des générateurs et moteurs électriques et des systèmes de régulation), environnement à bord d'une navire (fonctionnement et entretien du système de traitement des eaux usées, du séparateur d'eau huileuse et de l'incinérateur), réfrigération (fonctionnement et entretien du système de réfrigération et du système d'air conditionné), automatisation 2 (fonctionnement et entretien des systèmes de contrôle et du système de surveillance de la salle des machines), atelier 4 (travaux d'entretien des pompes, de la ligne d'arbre et des moteurs), thermodynamique 3, turbines (fonctionnement et entretien des turbines à vapeur et à gaz), réparation des systèmes électromécaniques (fonctionnement et entretien des systèmes de contrôle des moteurs électriques), gestion du personnel, tenue de quart 2 (gestion d'une salle des machines avec simulations et mises en situation) et atelier 5 (travaux d'entretien des systèmes de réfrigération, des apparaux de pont, des moteurs et des turbosoufflantes).

 

Le Baccalauréat de technologie en sciences nautiques du Collège de la Garde Côtière Canadienne (conjointement avec l'Université du Cap-Breton) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. La formation est répartie en 5 étapes, soit :

Au cours de la première phase commune à tous les officiers (navigation, communications et mécanique marine); tu apprendras les principaux fondamentaux nécessaires au domaine maritime (mathématiques et physique); les notions de base sur le fonctionnement du travail en mer et les connaissances générales sur le fonctionnement et les opérations de la Garde Côtière canadienne.

 

Cette phase est échelonnée sur 11 mois consécutifs et correspond à la 1re année.

 

Tu auras des cours en opérations de la Garde Côtière canadienne et administration, techniques de communication en milieu de travail (incluant la rédaction technique, la rédaction de rapports et le travail en équipe), mathématiques appliquées au domaine maritime, physique appliquée au domaine maritime, notions de base d'informatique, apprentissage d'une langue seconde (parlée et écrite), éducation et entraînement physique, exercices de style militaire (notions de base sur les manœuvres et la marche militaire), introduction à l'histoire maritime canadienne, sociologie du leadership, dessin technique et lecture de plans de navires, secourisme en mer, notions de base sur le contrôle des avaries (extinction des incendies en mer, techniques de sauvetage des équipages, réparation de fuites, etc), les fonctions d'urgence en mer (permettant d'obtenir le certification de Transports Canada STCW), les manœuvres de base sur un navire (travaux de pont comme l'amarrage, le mouillage, l'entretien de la coque et les travaux sur les cordages et les poules comme la confection de nœuds, la confection de cordage, etc.) et l'utilisation des appareils de gréement et l'installation des équipements à bord d'un navire, le contrôle de la pollution (procédures et opérations de protection de l'environnement effectuée par la GCC), les signaux en mer, les notions en construction des navires, la stabilité du navire et rédaction de rapports techniques.

 

Au cours de la deuxième phase; tu réaliseras ton premier stage en mer d'une durée de 7 mois à bord d'une navire de la Garde Côtière pour l'apprentissage des techniques de matelotage et de contrôle des avaries où tu effectueras les tâches sous la supervision d'un officier expérimenté.

 

Au cours de la troisième phase; tu apprendras les principes de base en mécanique maritime; tu seras familiarisé avec le fonctionnement des circuits électriques, hydrauliques, pneumatiques et électroniques et tu seras initié au diagnostic et à l'entretien de la plupart des machines auxiliaires, équipements et systèmes à bord d'un navire.

 

Tu auras des cours en mécanique appliquée, mécanique des fluides, circuits électriques, résistance des matériaux, thermodynamique, mécanique générale de navire (l’équipement et les systèmes auxiliaires, le démarrage des systèmes de propulsion diesel et le service de quart), hydraulique maritime, notions d'électronqiue, électrotechnologie, notions d'électronique, notions de métallurgie appliquée au domaine maritime, techniques de gréage (outillage de chargement et des cargaisons, ses applications et les procédures d’inspection); entretien des apparaux de pont, entretien des équipements de production d'eau potable, entretien des pompes, entretien des systemes hydrauliques, tenue de quart (manœuvres de démarrage complet d'un navire), etc.

Enfin, tu suivras le cours en aptitude à l'exploitation des bateaux de sauvetage et des canots de secoursAptitude à l'exploitation des bateaux de sauvetage et des canots de secours STCW.

 

Au cours de la quatrième phase; tu réaliseras ton second stage en mer d'une durée de 7 mois à bord d'une navire de la Garde Côtière pour l'apprentissage des manœuvres de navigation où tu effectueras les tâches d'un second officier sous la supervision d'un officier expérimenté.

 

 Au cours de la cinquième phase; tu apprendras au diagnostic et à l'entretien de systèmes complexes d'un navire tu seras familiarisé avec les opérations spécifiques de la Garde Côtière canadienne comme la navigation dans des milieux difficiles (comme le chenaux étroits, des eaux glacés ou des ports très fréquentés); les opérations de déglaçage; les opérations de recherche & sauvetage; ainsi que les opérations d'intervention environnementale.

 

Tu auras des cours en diagnostic et entretien des systèmes et dispositifs de contrôle, diagnostic et entretien des systèmes de réfrigération et d'air conditionné, entretien des systèmes de tuyauterie, diagnostic et entretien des moteurs, de la ligne d'arbre, des turbosoufflantes et des systèmes de propulsion à vapeur, diagnostic et entretien des systèmes électromécaniques, diagnostic et entretien des systèmes de commande et contrôle dont le système de surveillance de la salle des machines, l'opération et l'entretien des équipements d'intervention environnementale (ex : équipements de confinement d'hydrocarbures, équipements mécaniques de récupération de débris, etc.), opération et entretien des embarcations de sauvetage et équipements mécaniques ou électromécaniques de recherche et sauvetage, entretien des équipements et systèmes de déglaçage, etc.

 

Note : les titulaires d'un diplôme technique en navigation ou en sciences nautiques d'un collège public canadien (tel que le D.E.C. en techniques du génie mécanique de marine de l'IMQ) sont également acceptés comme équivalent de ce programme, mais une formation en cours est exigée avant d'obtenir ta première affectation.

 

Le Programme de formation des techniciens de marine des Forces canadiennes a une durée totale d’environ de 18 mois offert à temps complet.

 

Au départ, tu devras suivre l’instruction élémentaire des recrues de 10 semaines offert à l’École de leadership et des recrues à St-Jean-sur-Richelieu où tu apprendras les notions nécessaires à tout militaire des Forces armées.

 

Par la suite, tu auras à suivre le Programme d’initiation au milieu marin de 4 semaines offert à l’une des 2 écoles navales (Victoria ou Halifax) qui est une formation commune à tous les matelots de la Marine (histoire et organisation de la Marine Royale canadienne, lutte contre les incendies, contrôle des avaries, sécurité à bord des navires, matelotage et tenue de quart).

 

Ensuite, ta formation propre à la mécanique marine débutera.

 

Ensuite, tu suivras offert à l’École de la flotte situé à la Base militaire d’Esquimalt (Victoria, Colombie-Britannique) où tu auras des cours sur les procédures en mécanique marine, détection de la contamination des liquides, santé et sécurité au travail, lubrification de la machinerie, entretien des soupapes et des joints d’étanchéité, etc.

Par contre, si tu détiens un diplôme technique en mécanique marine (tel que le D.E.C. en techniques du génie mécanique de marine); tu seras exempté de cette formation et tu seras être envoyé directement à la formation en cours d’emploi après avoir obtenu ta qualification militaire de base et d'initiation au milieu marin.

OU il te sera possible de bénéficier d'un Programme d'études subventionnées dans le cadre du Programme de formation technique subventionné des militaires du rang qui te permettra d'entreprendre des études de 2 ans dans un programme technique en mécanique marine subventionnées par les Forces canadiennes (généralement, il est offert par le Marine & Fisheries Institute de la Memorial University of Newfoundland à St John's, Terre-Neuve-et-Labrador)

Enfin, tu complèteras ta formation en cours d'emploi par 12 mois de formation et stages en mer à bord de l’un des destroyers.

 

Lorsque tu auras terminé ta formation, tu obtiendras le grade de matelot 3e classe et tu seras affecté à l’un des navires de la Marine royale canadienne.

 

Après quelques années d'expérience, tu pourras te spécialiser ou te perfectionner dans le cadre des différents cours offerts par les Forces (inspection de moteurs diesels, appontage d’hélicoptères, opération de machinerie de propulsion, plongeur de bord, techniques d’instruction, etc). Tu pourras aussi suivre le cours élémentaire de sous-marinier qui est nécessaire pour travailler à bord de l’un des 2 sous-marins.

Pour plus de détails, consulte la page sur les militaires du rang et la page sur les métiers de la Marine royale canadienne.

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES ET PERFECTIONNEMENT :

 

Ces programmes visent l’intégration au marché du travail, mais tu pourras aussi poursuivre tes études à l’université dans l'un des programmes suivants :

EXIGENCES D’ADMISSION  :

 

Pour le D.E.C. :

 

-         Soit détenir un D.E.S. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :

CST 4e (anciennement mathématiques 514)

SE ou STE 4e (anciennement sciences physique 436)

 

-         Soit détenir une formation équivalente hors-Québec

 

Note : pour connaître les équivalences des préalables à l’éducation aux adultes, consulte la page suivante

 

Pour le programme de la Garde côtière :

 

-         Soit avoir complété au moins 1 année d’études collégiales dans une concentration en sciences (ex : sciences de la nature ou sciences-arts-lettres)
 

-         Soit avoir complété au moins 1 année d’études collégiales dans une spécialité des techniques physiques et avoir réussi des cours en mathématiques (calcul différentiel et intégral et algèbre) et en physique (2 cours) plus les cours de langue maternelle et de langue seconde.

 

Pour le programme des Forces armées :

 

-         Détenir un D.E.S. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :

CST 4e (anciennement mathématiques 426 ou 514)

SE ou STE 4e (anciennement sciences physique 436)

 

Pour le D.E.C. :

-         Subir des examens médicaux obligatoires (incluant examen visuel et auditif)

-         Se faire vacciner

Pour la Garde Côtière :

-         Subir des examens médicaux obligatoires (incluant examen de la vue et de l’ouïe)

-         Se faire vacciner

-         Accepter qu’on fasse une enquête de sécurité sur toi

-    Détenir un passeport canadien au moment de l'admission

-    subir un examen écrit (personnalité, résolution de problèmes, connaissances générales)

-    subir un examen pratique (d'habiletés manuelles)

-    subir une entrevue de sélection

-         Posséder de l’expérience bénévole ou rémunérée diverse est un atout important (cadets, voile, armée, travail impliquant du leadership, activités para-scolaires, etc)

Pour les Forces armées :

-         Subir des examens médicaux (incluant examen de la vue et de l’ouïe)

-         Se faire vacciner

-         Accepter qu’on fasse une enquête de sécurité sur toi (ne pas avoir de casier judiciaire)

-         Subir différents tests physiques, de personnalité, de résolution de problèmes et de connaissances générales

-         Subir une entrevue devant un jury

EXIGENCES PARTICULIÈRES D’ADMISSION :

 

Pour le D.E.C. :

-         Subir des examens médicaux obligatoires (incluant examen visuel et auditif)

-         Se faire vacciner

Pour la Garde Côtière :

-         Subir des examens médicaux obligatoires (incluant examen de la vue et de l’ouïe)

-         Se faire vacciner

-         Accepter qu’on fasse une enquête de sécurité sur toi

-    Détenir un passeport canadien au moment de l'admission

-    subir un examen écrit (personnalité, résolution de problèmes, connaissances générales)

-    subir un examen pratique (d'habiletés manuelles)

-    subir une entrevue de sélection

-         Posséder de l’expérience bénévole ou rémunérée diverse est un atout important (cadets, voile, armée, travail impliquant du leadership, activités para-scolaires, etc)

Pour les Forces armées :

-         Subir des examens médicaux (incluant examen de la vue et de l’ouïe)

-         Se faire vacciner

-         Accepter qu’on fasse une enquête de sécurité sur toi (ne pas avoir de casier judiciaire)

-         Subir différents tests physiques, de personnalité, de résolution de problèmes et de connaissances générales

-         Subir une entrevue devant un jury

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Pour le D.E.C. en techniques du génie mécanique de marine :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire qui détiennent les préalables requis) sont généralement admis.

 

admissions ouvertes au 2e tour

 

Pour le programme de mécanicien de marine de la Garde côtière canadienne :

 

Aucune donnée disponible

 

Pour le programme des Forces canadiennes :

 

Aucune donnée disponible (généralement tous ceux faisant une demande sont acceptés s’ils répondent aux exigences militaires)

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Pour le D.E.C. en techniques du génie mécanique de marine (marine marchande) : :

Pour le Baccalauréat en sciences nautiques (Garde Côtière canadienne) :

Pour les Forces canadiennes :

 

-         École navale des Forces canadiennes, Esquimalt-Victoria (Colombie-Britannique) pour la Force régulière

 

LIENS RECOMMANDÉS :  

 

Tu veux un avis d'officiers mécaniciens(nes) de navire sur leur métier ?, alors va regarder les vidéos suivants :

Pour une liste de chantiers navals au Canada, aux USA et ailleurs dans le monde, consulte la page d'ingénieur maritime.

 

Les liens sont classés parmi les catégories suivantes :

 

Général :

-         Garde Côtière canadienne : site officiel de cet organisme gouvernemental voué au recherche et sauvetage

-         Marine Canadienne : site officiel de la marine des Forces canadiennes

-         Marines du monde : site décrivant les navires de guerre de partout dans le monde

-         Maritime Museum of Atlantique : site officiel de cet important musée maritime situé à Halifax (Nouvelle-Écosse)

-         Musée canadien de la  guerre : site officiel de ce musée situé à Ottawa dont une partie est consacrée à l’histoire de la Marine militaire canadienne

-         Musée de la mer : site de ce musée (notamment l’histoire du Empress of Ireland)

-         Musée Maritime du Québec : site de ce merveilleux musée

-         Musée National de la Marine Française : site officiel de ce grand musée

-         Musée national de la Marine : site de ce grand musée français

-         Réserve navale du Canada : site officiel de la réserve de la marine des Forces canadiennes

-         Site sur les navires : site d’un amateur de navires

-         Vancouver maritime museum : site officiel de cet important musée maritime situé à Victoria (Colombie-Britannique)

-         Technopole maritime du Québec : site d’infos sur le monde maritime

-      American Society of Naval Engineering : regroupement nord-américain d'ingénieurs maritimes

Sur les carrières maritimes :

-         Comité sectoriel de la main-d’œuvre de l’industrie maritime : portrait de l’industrie maritime au Québec et des carrières reliées

-     Les carrières maritimes : site d’infos sur les différentes possibilités de carrière dans ce secteur

-       Technopole maritime du Québec : site d’infos sur les carrières dans le domaine maritime et leurs applications

-       Marin d’eau douce : site d’officière de marine qui raconte des histoires qui lui sont arrivées dans son travail

-    Corporation des pilotes du Bas-St-Laurent : infos sur le pilotage maritime et le métier de pilote de navire

-    Corporation des pilotes du St-Laurent central : infos sur le pilotage de navire

-    Cruise Line Jobs : guide Internet (en français et en anglais) d'informations sur les carrières dans l'industrie des croisières

-    Cruise Dream Jobs : site d'informations sur les carrières dans l'industrie des croisières (en anglais)

Entreprises maritimes :

(et autres employeurs maritimes)

 

Au Canada :

-    Armateurs du St-Laurent : regroupement des propriétaires de navires du Québec

-      Réserve navale du Canada : site officiel de la réserve de la marine des Forces canadiennes

-       Forces maritimes de l’Armée canadienne : site officiel de la Marine canadienne

-       Garde Côtière canadienne : site officiel de cet organisme gouvernemental chargé de la protection des eaux canadiennes

-    Chambre de commerce maritime du Canada : regroupement d'entreprises maritimes de partout au pays

-    Arcelor-Mittal : importante compagnie minière effectuant du transport maritime

-    Algonat Central Corporation : entreprise de transport maritime de marchandises située à Ste-Catharines en Ontario

-    Canada Steamship Lines CSL Group : site de cette importante entreprise de transport maritime au Canada dont le siège social est situé à Montréal

-    Bay Ferrries & NFL Ferries : société de traversiers de Terre-Neuve

-    BC Ferries : la plus importante société de traversiers au pays

-    Canfornav : entreprise de transport maritime de marchandises située à Montréal

-    Compagnie de navigation des Basques : entreprise de traversiers et tourisme de Trois-Pistoles

-    Croisières Alouette : enreprise de croisières située à Ste-Agathe-des-Monts

-    Croisières AML : l'une des plus importantes entreprises de croisières au Québec dont le siège social est situé à Québec

-    Croisières Essipit : entreprise de croisières située aux Escoumins

-    Croisières Lachance : entreprise de croisières située Montmagny en Chaudière-Appalaches

-    Croisières Marjolaine : entreprise de croisières située à Chicoutimi

-    Croisières M/S Jacques-Cartier et M/S Le Draveur : entreprise de croisières dont le siège social est situé à Trois-Rivières

-    Croisières Navark : entreprise de croisières dont le siège social est situé à Montréal

-    Croisières Richelieu : entreprise de croisières située à St-Jean-sur-Richelieu

-    FedNav : site de cette importante entreprise de transport maritime au Canada dont le siège social est situé à Montréal

-    Groupe CTMA : entreprise de croisières et de traversier des Îles-de-Madeleine

-    Groupe Desgagnés : importante entreprise maritime canadienne dont le siège social est situé à Québec

-    Groupe Océan : l'une des plus importantes entreprises maritimes au Canada dont le siège social est situé à Québec

-    Hapag Lloyd : importante multinationale du transport maritime ayant des bureaux à différents endroits au pays, dont un à Montréal

-    IMTT Québec : compagnie d'arrimage située à Québec

-    Logistec : entreprise d'arrimage maritime située à Montréal

-      Marine Atlantique : site de cette entreprise de traversiers des provinces de l’Atlantique

-    Quebec Cruise Ships Centres : site de cette entreprise de croisières

-    Porlier : entreprise de transport maritime de marchandises située à Sept-Îles

-    Rio Tinto Marine : de cette importante compagnie minière australienne effectuant du transport maritime

-    SIMEC-ECRC : organisme d'intervention et de services maritimes dont le siège social est à Ottawa

-    Société canadienne de sel : important producteur de sel situé à Windsor en Ontario effectuant du transport maritime, mais dont le siège social est situé à Pointe-Claire

-    Société des traversiers du Québec : société d'état qui regroupe tous les services de traversiers du Québec

-    Traverse d'Oka : entreprise de traversiers entre la Montérie et les Laurentides

-    Verreault Navigation : l'une des plus importantes entreprises maritimes au Canada dont le siège social est situé à Les Méchins

Aux États-Unis :

-    Florida Carribean Cruise Association : répertoire d'entreprises de croisières des Caraîbes et des USA desservant les 2 régions

-   American Cruises Lines (en anglais) : entreprise de croisières dans les eaux intérieures du pays desservant principalement la côte-ouest située à Guilford au Connecticut

-    Carnival Corporation (en anglais) : compagnie américano-britannique, la plus grande entreprise de croisières au monde dont le siège social est situé en partie à Miami aux USA et à Londres en U

-    Cunard Lines : la plus importante entreprise entièrement américaine de croisières (Queen Elizabeth 2, Queen Mary 2) dont le siège social est situé à Miami

-    Orient Lines : importante entreprise de croisières dont le siège social est situé à Miami

-    Celebrity Cruises : importante entreprise de croisières dont le siège social est situé à Miami

-    Discovery Cruise Line : entreprise de croisières dont le siège social est situé à Miami

-    Disney Cruises Lines : importante entreprise de croisières dont le siège social est situé en Floride

-    Princess Cruises : entreprise de croisières dont le siège social est situé à Santa Clarita en Californie

-    Regent Seven Sea Cruises : entreprise de croisières de luxe dont le siège social est situé à Fort Lauderdale

-    Royal Caribbean Cruises (en anglais) : compagnie américano-norvégienne, la seconde plus grande entreprise de croisières au monde dont le siège social est situé à Miami

-    Silver Sea : entreprise de croisières dont le siège social est situé à Fort Lauderdale

-    The Yachts of Seabourn : importante entreprise internationale de croisières dont le siège social nord-américain est situé à Miami

-    Windstar Cruises : entreprise de croisières dont le siège social est situé à Seattle

Ailleurs dans le monde :

-    Association internationale des transporteurs de marchandises solides : répertoire d'entreprises de partout dans le monde

-    Association internationale des compagnies de croisières : répertoire d'entreprises de partout dans le monde

-    Association internationale des armateurs indépendants de pétroliers : répertoire d'entreprises de partout dans le monde

-    Association internationale des entreprises de traversiers : répertoire d'entreprises de partout dans le monde

-    Cruise.com : répertoire d'entreprises de croisières partout dans le monde

-    Armateurs de France : répertoire des entreprises françaises de transport maritime

-    Association française des compagnies de croisières : répertoire des entreprises françaises de croisières et d'entreprises de traversiers (ferries)

-    Australian Shipowners Association : répertoire des entreprises australiennes de transport maritime

-    Caribbean Shipping Association : répertoire des entreprises de transport maritime des Caraîbes par pays

-    Confederazione Italiana Armatori : répertoire des entreprises italiennes de transport maritime (en anglais)

-    Danish Shipowners Association : répertoire des entreprises de transport maritime du Danemark (en anglais)

-    European Community Shipowners Association : répertoire de toutes les associations d'armateurs des pays européens

-    Europe Cruises Counscil : regroupement de la plupart des entreprises de croisières en Europe

-    Norvegian Shipowners Association : répertoire d'entreprises norvégiennes de transport maritime (section links, en anglais)

-    UK Chamber of Shipping : pas de répertoire d'entreprises, mais consulte la section carrières au sein des entreprises britanniques de transport maritime

Ports :

 

Au Canada :

       -   Transports Canada : liste des toutes les administrations portuaires canadiennes

       -   Administration portuaire de Montréal

      -    Administration portuaire de Québec

      -    Administration portuaire de Rimouski

       -    Administration portuaire de Saguenay

       -   Administration portuaire de Sept-Îles

       -   Administration portuaire de Trois-Rivières

       -   Administration portuaire de Valleyfield

       -   Administration portuaire de Windsor : en Ontario

       -   Greater Victoria Harbor Authority :  : en Colombie-Britannique

       -   Halifax Port Authority : en Nouvelle-Écosse

       -   Hamilton Port Authority : en Ontario

       -   Nanaimo Port Authority : en Colombie-Britannique

       -   Port Alberni Port Authority : en Colombie-Britannique

       -   Prince Rupert Port Authority :  : en Colombie-Britannique

       -   St-John NB Port Authority au Nouveau-Brunswick

       -   St-John NFLD Port Authority : à Terre-Neuve

       -   Toronto Port Authority : en Ontario

       -   Vancouver Port Authority : en Colombie-Britannique

Aux USA :

-    Great Lakes-St-Lawrence Seaway System : installations portuaires du Michigan, de l'Illinois, de l'Ohio et du Wisconsin

-    Jacksonville Port Authority : l'une des plus importantes installations portuaires de l'Atlantique, principalement pour les croisières situé en Floride

-    Maryland Ports Administration : installations portuaires de cet état dont le Port de Baltimore

-    Philadelphia Regional Port Authority : installation portuaire principalement destiné au marché intérieur

-   Port Authority of New York & New-Jersey : la 3e installation portuaire la plus importante en Amérique du Nord et la plus importante de la Côte Est en volume de cargo et la 3e la plus achalandée du pays

-    Port Carnaveral : plus important port de croisières des USA et l'un des plus importants au monde situé à Orlando en Floride

-    Port Everglades : second plus important port de croisières aux USA et le plus important port de cargo de la Floride

-    Port of Beaumont-Texas : importante installation portuaire aux USA

-    Port of Boston : l'un des principaux ports de la côte-est américaine, tant en cargo qu'en croisières

-    Port of Chicago : importante installation portuaire, principalement destiné au marché intérieur

-    Port of Houston : la 4e installation portuaire la plus importante aux USA, le  2e plus achalandée du pays et la 10e au monde

-    Port of Little Rock : installation portuaire de l'Arkanas

-    Port of Long Beach : la 2e installation portuaire la plus achalandée en Amérique du Nord et le premier port de l'Ouest des États-Unis

-    Port of Los-Angeles : l'un des plus importants des USA, le 4e de la Californie

-    Port of Miami : le second port de la Floride, le second de la côte-est des USA et le plus grand port de croisières au monde

-    Port of New Hampshire : importante installation portuaire américaine

-    Port of New-Orleans : la 5e installation portuaire la plus importante aux USA la 12e au monde

-    Port of Oakland : installation portuaire de la Californie

-    Port of Pensacola : installation portuaire de la Floride, également important port de croisières 

-    Port of Pittsburgh : installation portuaire de la Pennsylvanie

-    Port of Portland : l'une des plus importantes installations portuaires au pays (le 5e en tonnage,  le 1er  en importations alimentaires, le 1er port minier, le 3e en importations de véhicules)

-    Port of Providence : premier port en importance de la Nouvelle-Anglerre et le 4e de la côte-est situé au Rhode Island

-    Port of San Diego : l'une des plus importantes installations portuaires des USA, le 3e de la côte-ouest et de la Californie notamment grâce aux importations alimentaires, de véhicules et de pétrole

-    Port of San Francisco : l'un des 3 plus grands havres (harbor) naturels au monde, 1er port de la côte-ouest nord-américaine et l'un des plus importants au monde

-    Port of Seattle : 5e plus important port au pays pour le cargo, le 46e au monde dans l'état de Washington

-    Port of South Louisiana : l'installation portuaire la plus importante de l'hémisphère Ouest et la 9e au monde en volume de cargo

-    South Carolina Ports : importante installation portuaire américaine

-    Tampa Port Authority : seconde installation portuaire de la côte-est, 16e au USA pour le cargo parmi les 5 plus importants au niveau des croisières

-    Virginia Ports Authority : comprend les installations portuaires de Norfolk (l'une des plus importantes au pays), Portsmouth, Newport News et Virginia Island

Ailleurs dans le monde :

-    International Association of Ports & Harbors : répertoire des principaux de partout dans le monde

-    Shanghai International Port Group (en anglais) : le plus grand port au monde en tonnage situé en Chine et le second port de conteneurs (après Singapore)

-    Maritime & Port Authority of Singapore (en anglais) : le plus grand port de conteneurs au monde et le second en tonnage (après Shangai)

-    Hong Kong Port Development Counsil (en anglais) : l'un des plus grands ports au monde

-    Port of Rotterdam Authority (en anglais) : installation portuaire des Pays-Bas, le 3e au monde (après Shangai et Singapore), le 1er en Europe et l'ancien plus grand au monde

-    Port of Antwerp (en anglais) : installation portuaire de Belgique, le 2e plus grand port d'Europe et l'un des plus importants au monde

-    Port of Hamburg (en anglais) : la plus importante installatio portuaire d'Allemagne, la 3e en Europe et l'une des importantes au monde

-    Port of Yokohama (en anglais) : le plus grand port du Japon et l'un des plus grands au monde

-    Port of Tokyo (en anglais) : 3e plus grand port du Japon

-    Port autonome du Havre : le plus grand port de la France et l'un des plus importants d'Europe

-    Port de la Baie d'Algeciras (en anglais) : port d'Espagne, le plus grand de la Méditerranée et l'un des plus achalandés au monde

-    Port of Melbourne (en anglais) : situé en Australie, il est le plus important du pays et l'un des plus ports de croisières au monde

-    Port de Zeebrugge  (en français) : situé en Belgique, il est le premier port au monde pour le transport des voitures neuves et  l'un des plus importants terminaux européens pour le gaz

-    Port of Amsterdam (en anglais) : seconde installation portuaire des Pays-Bas et l'un des plus importants en Europe

-    Port of Felixtow (en anglais) : port situé à Norfolk, le plus grand port du Royaume-Uni et le  6e port en importance en Europe

-    Bremen Ports (en anglais) : situé à Brême en Allemagne, le 2e du pays

-    Port of Nagoya (en anglais) : le 2e port du Japon, grâce aux exportations de la Société Toyota

-    Port of Santos (en anglais) : situé au Brésil, il est le plus important port d'Amérique du Sud

-    Port of Veracruz (en anglais) : plus grande installation portuaire du Mexique et le second en Amérique centrale et du Sud

-    Port of Acapulco (en anglais) : seconde plus grande installation portuaire du Mexique et plus important port de croisières en Amérique centrale et du Sud

Bureaux d’enquêtes sur les accidents maritimes :

-    Accident Investigation Board Denmark (Danemark) en anglais

-    Accident Investigation Board of Finland (en anglais)

-    Accident Investigation Board Norway (Norvège) en anglais

-         Agenzia Nazionale della Sicurezza del Volo (Italie) en anglais

-         Australian Transport Safety Bureau (ATSB)

-         Bureau de la sécurité des transports du Canada

-         Bureau des enquêtes accidents de mer BEAM (France)

-    China Maritime Safety Administration (en anglais)

-    Comisión Permanente de Investigación de Accidentes e Incidentes Marítimos CIAIM (Espagne) en espagnol seulement

-    Danish Maritime Accident Investigation Board (Danemark) en anglais

-         Dutch Transport Safety Board (Pays-Bas) en anglais

-    Federal Bureau of Maritime Casualty Investigation (Allemagne) en anglais

-    Japan Transportation Safety Board (en anglais)

-    Korean Maritime Safety Tribunal (Corée du Sud) en anglais

-         Marine Accidents Investigations Branch (Royaume-Uni) en anglais

-         National Transportation Safety Board NTSB (Etats-Unis) en anglais

-    Service public fédéral mobilité et transports (Belgique)

-    Service suisse d'enquête de sécurité (Suisse)

-    Swedish Accident Investigation Authority (Suède) en anglais

  

Retour à la page du secteur transport

Retour à la page d'accueil