Retour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SECTEUR : DESSIN ET FABRICATION MÉCANIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNOLOGUE EN GÉNIE MARITIME

Diplôme d’études collégiales D.E.C. ou

Diplôme de technologie Hors-Québec

 

Voir aussi les professions suivantes :

 

-         Technicien(ne) en architecture navale

-         Officier mécanicien(ne) de navire

-         Ingénieur(e) maritime

 

consulte aussi la section "liens recommandés" à la fin de cette page

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que technologue en design de systèmes maritime; tu participeras aux différentes étapes de conception, de construction, de modification ou de réparation de systèmes maritimes (systèmes de coque, systèmes de propulsion des moteurs diesel, systèmes anti-incendie, machinerie de navire, systèmes électriques, systèmes de distribution de l’air, systèmes électromécaniques et autres équipements connexes d’un navire) ou des véhicules maritimes (bateaux de plaisance, motomarimes ou autres embarcations motorisées) de divers types de navires (embarcations nautiques de plaisance, bateaux de travail, pontons, yachts, navires de combat des incendies, patrouilleurs, traversiers, remorqueurs, brise-glace, navires de recherche et sauvetage, navires de pêche, côtiers, navires de pêche en haute mer, frégates de patrouille maritime, navires de défense côtière, navires de défense extracôtière, cargos généraux, vraquiers, autres navires marchands, barges, plates-formes de forage ou toute autre structure flottante fixe ou mobile).

 

En tant que technologue en conception de systèmes; tu devras dessiner et de concevoir des prototypes de produits qui seront fabriqués, dessiner et concevoir des composants ou circuits mécaniques, électromécaniques, hydrauliques ou pneumatiques de navires ou autres structures flottantes; dessiner les détails des systèmes et les pièces nécessaires; participer à la recherche et au développement de nouveaux produits, etc. Tu seras appelé(e) à travailler en étroite collaboration avec des ingénieurs-architectes navals au sein d'une équipe de conception. Tu seras appelé(e) à travailler en étroite collaboration avec des ingénieurs maritimes, d'autres technologues en architecture navale, des technologues en maintenance industrielles, des machinistes, des soudeurs, des mécaniciens industriels et des opérations de machines industrielles.

 

En tant que technologue en fabrication de systèmes;  tu devras planifier et coordonner les procédés de fabrication et d'assemblage de systèmes de navires ou autres structures flottantes selon les plans d'assemblage élaborés par un ingénieur; planifier et coordonner toutes les opérations de la production sur mesure selon les besoins des clients; planifier le travail et superviser le personnel de production; participer au développement des méthodes de travail et la conception ergonomique des postes de travail (santé et sécurité); planifier et coordonner le processus de contrôle de la qualité de fabrication et participer au développement des procédés et méthodes de fabrication.

 

En tant que technologue en instrumentation maritime; tu auras pour tâches d’installer, de faire fonctionner et d’entretenir systèmes d’instrumentation maritime et océanique comme les systèmes d’observation océanique, les systèmes de navigation électronique des navires, les systèmes de radiocommunication maritime, les systèmes de contrôle du trafic maritime, les systèmes de contrôle environnemental maritime, les systèmes de détection électronique sous-marins utilisés en travaux sous-marins et en exploration pétrolière et gazéifère sous-marine et autres systèmes électroniques maritimes. Tu seras appelé(e) à travailler en étroite collaboration avec des ingénieurs maritimes, électroniciens et informaticiens, d'autres technologues en électronique et instrumentation maritime, des machinistes et des opérations de machines industrielles.

 

En tant que technicien(ne) en mécanique marine (chantier naval); tu auras pour tâches d’inspecter et de réparer des différents systèmes et machines des navires sur un chantier naval. Tu pourras aussi effectuer différents essais techniques sur ces systèmes, effectuer le montage et le démontage, ainsi que concevoir et fabriquer des composants de rechange des moteurs ou autres systèmes du navire. En construction navale, tu auras comme tâches d’effectuer l’installation des machines, moteurs, systèmes de propulsion et autres systèmes mécaniques du navire. Tu seras appelé(e) à travailler en étroite collaboration avec des ingénieurs maritimes, d'autres techniciens en mécanique marine, des officiers mécaniciens de navire (dans le cas de réparations), des technologues en maintenance industrielles, des machinistes, des mécaniciens industriels et des opérations de machines industrielles.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES : 

-         Être attiré(e) par les technologies maritimes

-         Aptitudes pour les mathématiques, les sciences et le dessin technique

-         Capacité de bien comprend des plans et devis puisque tu devras en dessiner, en expliquer aux ouvriers et superviser les opérations sur chantier

-         Capacité d’analyse et de synthèse pour résoudre différents problèmes de conception

-         Minutie, précision, souci du détail car tu auras à effectuer des calculs et réaliser des plans de façon précise

-         Sens des responsabilités car tu auras responsable des travaux sur le chantier

-         Sens de l’observation et curiosité scientifique pour être à l'affût des nouveaux développements scientifiques et technologiques

-         Bonne méthode de travail car tu auras à préparer des projets

-         Créativité, imagination et ingéniosité pour pouvoir proposer tes idées et participer la conception et réalisation de produits de qualité

-         Sens de l'organisation car tu auras à planifier des travaux, gérer des priorités et des échéanciers

-         Facilité à travailler en équipe et leadership car tu auras à collaborer avec des architectes navals et des ingénieurs maritimes

-         Très bonnes connaissances en informatique car tu auras à utiliser des logiciels spécialisés en D.A.O. et C.A.O.

-   Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle avec les membres d'une équipe de conception ou de production, ainsi que pour rédiger des rapports techniques et d'expertise

-     Bonne connaissance de la langue langue anglaise afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle avec les membres d'une équipe de conception ou de production, ainsi que pour rédiger des rapports techniques et d'expertise

PROFESSIONS APPARENTÉES :

 

En technologie du design de systèmes maritimes :

-         Estimateur(trice) en réparation de systèmes maritimes

-         Technologue en assurance-qualité

-         Représentant(e) en vente de véhicules maritimes ou de systèmes maritimes

-         Technicien(ne) en assemblage mécanique de bateaux

-         Technicien(ne) en contrôle de la qualité en fabrication bateaux

-         Technicien(ne) en fabrication mécanique de marine

-         Technicien(ne) en génie mécanique de marine

-         Inspecteurtrice) de systèmes maritimes (avec expérience)

-         Enquêteur(e) sur les accidents maritimes (après quelques années d’expérience)

-         Expert(e) maritime (après plusieurs années d’expérience)

-         Inspecteur(trice) de la sécurité maritime (après quelques années d’expérience) 

En technologie de l’instrumentation océanique :  

-         Contrôleur(e) de systèmes électroniques

-         Contrôleur(e) en automatisation industrielle

-         (Forces armées) programme de formation subventionné par les Forces

-         Électronicien(ne) naval(e) (communications) (Forces armées) programme de formation subventionné par les Forces

-     Électronicien(ne) naval(e) (radar)

-         Électronicien(ne) naval(e) (sonar) (Forces armées) programme de formation subventionné par les Forces

-         Programmeur(e) d’automates

-         Réparateur(trice) de commandes électroniques

-         Représentant(e) technique en systèmes électroniques maritimes

-         Technicien(ne) en robotique

-         Technologue en électronique industrielle

-         Technologue en instrumentation et automatisation

 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         Chantiers navals (Groupe Verreault, Mount Royal Walsh, Chantier naval Forillon, Industries Océan, Meridien Maritime, etc)

-         Compagnies maritimes

-         Compagnies d’exploration pétrolière et gazéifère

-         Entreprises spécialisées en travaux sousmarins

-         Firmes de consultants maritimes et en architecture navale

-         Firmes d’ingénieurs-conseils

-         Forces armées canadiennes (voir section professions apparentées)

-         Gouvernement du Canada : Construction de Défense Canada, Recherche et Développement pour la Défense Canada (emplois civils), Transports Canada, Garde Côtière canadienne

-     Manufacturiers d'embarcations nautiques (ex : Princecraft, Pélican International, Doral International)

-         Manufacturiers de systèmes maritimes pour navires

-         Sociétés de classification internationales

-    Société des traversiers du Québec

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Polyvalence

-         Très bonne connaissance de l’anglais (la majorité exigent le bilinguisme)

-         Bonne connaissance en informatique (notamment des logiciels de CAO et DAO)

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

-    Mobilité (partout au Québec au minimum, partout au Canada, en Amérique du Nord, dans le monde....)

AFFILIATION À UNE ASSOCIATION PROFESSIONNELLE :

 

Il est  recommandé, mais non obligatoire de devenir membre de l’Ordre des technologues professionnels du Québec. L’obtention du titre professionnel T.P. te permettra d’accéder à certains postes-clés en entreprise et obtenir une reconnaissance dans la profession.

 

PLACEMENT :

 

Aucune donnée disponible

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

-        20,43 $/heure (40 hres/sem) dans le secteur privé

 

-        23,95 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des grands manufacturiers d'embarcations nautiques

-        25,05 $/heure (37,5 hres/sem) au Gouvernement du Canada (Transports Canada, Garde Côtière, Pêches et Océans Canada)

-    4 328 $/mois en tant que technicien(ne) en systèmes aéronautiques (grade de soldat) et augmente à 5 547 $/mois après 1 ans (grade de caporal - spécialiste) avec le D.E.C. au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-       155,02 $/jour en tant que technicien(ne) en systèmes aéronautiques (grade de caporal spécialiste) et augmente à 160,88 $/jour après 5 ans (grade de caporal-chef - spécialiste) AVEC le D.E.C. au sein des Forces canadiennes - Réserve aérienne

Sources : Industrie Canada, Commission de la fonction publique du Canada, Forces canadiennes et conventions collectives de plusieurs grands manufacturiers d'embarcations nautiques.

 

PORTRAIT DE L'INUSTRIE MARITIME ET NAVALE :

 

L'industrie canadienne de la construction navale et maritime industrielle s'appuie une longue et riche histoire, qui va des goélettes à voile les plus célèbres du 19e siècle, aux brise-glaces modernes de renommée internationale et aux différents navires de guerre de la Marine royale canadienne d'hier et d'aujourd'hui. Le Canada conçoit et construit une gamme diversifiée de navires desservant de vastes rivages au caractère unique et un réseau de collectivités côtières.

 

Les chantiers navals canadiens sont des chefs de fi le mondiaux de la construction dernier cri de bateaux de pêche, de remorqueurs, de petits traversiers, de yachts de plaisance et de catamarans. Combinant les techniques anciennes et les plus récentes tendances et technologies, l’industrie canadienne a su développer un solide créneau d'excellence.

 

En 2013, cette industrie avait un marché de près de 6,5 milliards de dollars (dont 3,9 milliards pour le travaux de réparation, de radoub et d'entretien de navires, 1,5 milliards pour la construction de petits navires, 585 millions pour la construction de grands navires et près de 400 millions $ pour le secteur de la construction d'embarcations de plaisance) au Canada dont la majorité des produits sont exportés partout dans le monde.

 

Elle comprenait près de 270 entreprises (dont 130 en construction et réparation navale et 140 en fabrication d'embarcations nautiques motorisées) qui emploient un peu plus de 10 000 travailleuses et travailleurs (dont 7 400 en construction navale et près de 2 600 en fabrication d'embarcations nautiques motorisées).

Par ces dernières, il y avait :

Au Québec, on y comptait près de 80 entreprises qui employaient plus de 2 600 travailleuses et travailleurs, principalement concentrées dans les régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-St-Laurent, de la Gaspésie, de Charlevoix, du Centre-du-Québec, mais également dans les régions de Québec (réparation navale), Montréal (réparation navale) et Laval (embarcations non motorisées).

 

En 2015, l'industrie navale québécoise comprenait 6 chantiers de construction et de réparation navale (Davie à Lévis en Chaudière-Appalaches, Verreault à Les Méchins dans le Bas-St-Laurent, Océan l'Île-Aux-Coudres dans Charlevoix, Forillon à Gaspé en Gaspésie, Méridien Maritime à Matane dans le Bas-St-Laurent et Conception navale FMP à Newport en Gaspésie).

 

Ils ont une expertise reconnue principalement dans la construction de navires de pêche, de remorqueurs, de bateaux-pilotes et de petits traversiers. Mais, les chantiers navals québécois ont aussi construits des brise-glace, navires de défense côtière, des navires de recherche & sauvetage de la Garde Côtière, des frégates de patrouille maritime, des traversiers moyens, des yachts, des navires de recherche scientifique, des dragues, des barges, des quais flottants, des plateformes de forage, etc.

 

Égaleament, on y comptait également une trentaine de manufacturiers de systèmes, composantes, pièces et accessoires pour navires.

 

En 2015, elle employait plus de 1 600 travailleuses et travailleurs au sein des chantiers de construction et réparation navale, s'ajoutait 3 petits chantiers de réparation navale qui employaient une centaine de personnes et enfin, plus de 350 travailleuses et travailleurs au sein des fournisseurs.

 

Pour ce qui est de l'industrie de la fabrication nautique;  on y retrouvait 1 manufacturier d'embarcations nautiques motorisées (bateaux de pêche, bateaux pontés et pontons) qui employait plus de 240 travailleuses et travailleurs (Bateaux Princecraft à Princeville dans le Centre-du-Québec);

 

plus une dizaine de manufacturiers d'embarcations nautiques non motorisées (canots, chaloupes, kayaks, etc.) qui employaient un peu plus de 400 personnes.

 

Enfin, on y comptait une quarantaine de manufacturiers de pièces et accessoires pour embarcations nautiques motorisées ou non motorisées qui employaient plus de 700 travailleuses et travailleurs.

 

Sources : Industrie Canada, Comité sectoriel de la main-d'œuvre de l'industrie maritime et National Marine Manufacturers Association of Canada.                                                                                                                                                    

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

L'industrie navale canadienne, tout comme ailleurs dans le monde a subi des années tumultueuses.

 

Le marché dépend de la valeur et du nombre de contrats qu'obtiennent les chantiers navals.

 

Tout comme son cousin l'industrie aérospatiale, l'industrie maritime et navale est cyclique.

 

En effet, un chantier naval peut obtenir un important contrat pour la construction du navire qui procurera du travail pour les 3 prochaines années. Ensuite, lorsque la construction du navire est terminée, il y a un certaine période "morte" puisque l'entreprise est en négociation pour obtenir un nouveau contrat ou a obtenu un contrat moins important. Donc, pendant ce temps, les employés n'ont peu ou pas de boulot. Lorsque le contrat est signé, les activités reprennent.

 

Or, il semble que pour les prochaines années, on prévoit de meilleures perspectives que dans les dernières années, puisque plusieurs chantiers navals obtiennent des contrats d'importance et certains sont en cours d'agrandissement.

 

Le placement est très bon avec d'excellentes conditions de travail au sein des chantiers navals partout au Canada dont le le Chantier Davie Yard au Québec, le Chantier naval Verreault au Québec, le Chantier naval Forillon au Québec, le Chantier de réparation navale Mount Royal Walsh au Québec, Irving Shipbuilding en Nouvelle-Écosse, Allied Shipbuilding en BC, Vancouver Shipyards en BC, Victoria Shipyards en BC.

 

De plus, des emplois sont également possibles aux États-Unis (ex : American Overseas au Massachussetts, Bath Iron Works au Maine, American Shipbuild en Pennsylvanie, le chantier de la Portsmouth US Navy Shipyard  au New Hampshire, le chantier de la US Navy Norfolk Navy Shipyard en Virginie)

 

Et même ailleurs dans le monde (ex : Damen Shipyards à Cuba, Belgique, Royaume-Uni et Pays-Bas; Fincatieri en Italie, Constructions mécaniques de Normandie en France, SOCAREM en France, STX Europe en France, Allemagne et Finlande, Groupe DCNS dans divers chantiers en Europe et en Asie, etc).

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie candadienne de la construction navale

et une liste de chantiers navals canadiens, américains et étrangers dans la section "liens recommandés".

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme en technologie du design de systèmes maritimes a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Tu apprendras comment concevoir les différents systèmes maritimes que l’on retrouve à bord d’un navire, ainsi que la conception des véhicules maritimes comme les bateaux de plaisance et les motomarines. Tu auras des cours en mathématiques pour la tehnologie, physique pour la technologie, chimie pour la technologie, sciences graphiques, communication technique, électrotechnologie, composantes auxiliaires de navires, mécanique des fluides, systèmes auxiliaires, hydrostatistique, thermodynamique, technologie de la propulsion, technologie des systèmes de puissance, systèmes auxiliaires, ventilation de l’espace dans un navire, mécanique navale, systèmes électriques maritimes, résistance des matériaux maritimes, instrumentation et automatisation, conception de systèmes de réfrigération de navires, conception de systèmes électriques de navires, conception de systèmes de propulsion de navires, projets de conception de systèmes maritimes, etc. CE PROGRAMME N’EST PAS OFFERT AU QUÉBEC.

 

Le Diplôme en technologie-Baccalauréat technologique en instrumentation océanique a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Tu auras des cours en mathématiques pour la technologie, physique pour la technologie, chimie pour la technologie, sciences graphiques, communication technique, électrotechnologie, circuits électriques, circuits électroniques, circuits intégrés, mécanique des fluides, techniques de mesures, fibre optique, programmation en C/C ++, interface microinformatique, mécanismes et dispositifs électroniques, circuits analogiques des transistors, sécurité électrique maritime, acoustique marine, standards électriques maritimes, communications électroniques, câblage maritime, contrôleurs électroniques, projet technique en instrumentation océanique, etc.

CE PROGRAMME N’EST PAS OFFERT AU QUÉBEC.

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Tu pourras poursuivre tes études au niveau du Baccalauréat en génie maritime en génie maritime offerte par la Memorial University of Newfoundland ou par des universités américaines, ainsi que dans le cadre de Baccalauréats en génie mécanique avec option mécanique marine.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Détenir le D.E.S. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :
 

TS ou SN 4e (anciennement Mathématiques 526)

Physique 5e (anciennement Physique 534)

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis

 

ENDROIT DE FORMATION 

-          Marine Institute, Memorial University of Newfoundland, St-John’s (Terre-Neuve) programme unique au Canada

LIENS RECOMMANDÉS :

Tu veux avoir l'avis d'étudiants(es) sur leur programme d'études ?, consulte les vidéos suivants :

  • l'entrevue avec Lucas Slaney, étudiant en Marine Engineering Systems Design au Fisheries and Marine Institute à Terre-Neuve et réalisée par le Marine Institute;

  • l'entrevue avec Solata Walsh, étudiante en Marine Engineering Systems Design au Fisheries and Marine Institute à Terre-Neuve et réalisée par le Marine Institute;

  • les entrevues avec Bruno Éthier, Mario Lamontagne, Simon Martel, Jocelyn Ouellet et Patrick Leduc; le premier est ingénieur de systèmes, le second et le quatrième sont contremaîtres Assembleurs Mécanique, le troisième est contremaître tuyauterie et le dernier est gérant des ateliers pour le projet de construction des traversiers GNL chez Davie Industries et réalisée par Davie Industries;

  • les entrevues avec caporal Alexandre Auger et caporal-chef Guillaume Voyer; techniciens en systèmes d'armement aérien au sien du 3e escadron de maintenance air (CF-18 Hornet) à la 3e Escadre Bagotville au Québec et réalisées par les Forces canadiennes.

Pour une liste d'entreprises du secteur maritime, consulte la page d'

officier mécanicien de marine

 

Pour une liste de chantiers de construction ou de réparation navale, consulte la page d'

ingénieur maritime

 

Général :

 

-         Garde Côtière canadienne : site officiel de cet organisme gouvernemental voué au recherche et sauvetage

-         Marine Canadienne : site officiel de la marine des Forces canadiennes

-         Marines du monde : site décrivant les navires de guerre de partout dans le monde

-         Maritime Museum of Atlantique : site officiel de cet important musée maritime situé à Halifax (Nouvelle-Écosse)

-         Musée canadien de la  guerre : site officiel de ce musée situé à Ottawa dont une partie est consacrée à l’histoire de la Marine militaire canadienne

-         Musée de la mer : site de ce musée (notamment l’histoire du Empress of Ireland)

-         Musée Maritime du Québec : site de ce merveilleux musée

-         Musée National de la Marine Française : site officiel de ce grand musée

-         Musée national de la Marine : site de ce grand musée français

-         Réserve navale du Canada : site officiel de la réserve de la marine des Forces canadiennes

-         Site sur les navires : site d’un amateur de navires

-         Vancouver maritime museum : site officiel de cet important musée maritime situé à Victoria (Colombie-Britannique)

-         Technopole maritime du Québec : site d’infos sur le monde maritime

 

Sur les carrières maritimes :

 

-         Comité sectoriel de la main-d’œuvre de l’industrie maritime : portrait de l’industrie maritime au Québec et des carrières reliées

-    Les carrières maritimes : site d’infos sur les différentes possibilités de carrière dans ce secteur

-         Technopole maritime du Québec : site d’infos sur les carrières dans le domaine maritime et leurs applications

-         Marin d’eau douce : site d’officière de marine qui raconte des histoires qui lui sont arrivées dans son travail

-    Corporation des pilotes du Bas-St-Laurent : infos sur le pilotage maritime et le métier de pilote de navire

-    Corporation des pilotes du St-Laurent central : infos sur le pilotage de navire

-    Cruise Line Jobs : guide Internet (en français et en anglais) d'informations sur les carrières dans l'industrie des croisières

-    Cruise Dream Jobs : site d'informations sur les carrières dans l'industrie des croisières (en anglais)

 

 

Retour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d'accueil

1 1