Retour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d'accueil

 

 

 

SECTEUR : DESSIN ET FABRICATION MÉCANIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNOLOGUE EN GÉNIE MÉCANIQUE

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.E.C.

 

Consulte également la section "liens recommandés" (dont des vidéos de technologues en génie mécanique qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En devenant technologue en génie mécanique en fabrication; tu auras comme responsabilités de planifier et coordonner les procédés de fabrication et d'assemblage de systèmes mécaniques selon les plans d'assemblage élaborés par un ingénieur, planifier et coordonner toutes les opérations de la production en série, planifier le travail et superviser le personnel de production, participer au développement des méthodes de travail et la conception ergonomique des postes de travail (santé et sécurité), dessiner et concevoir l'outillage nécessaire à la fabrication, planifier et coordonner le processus de contrôle de la qualité de fabrication et participer au développement des procédés et méthodes de fabrication. Tu pourras être  appelé(e) à programmer et régler les machines industrielles conventionnelles ou automatisées et coordonner les opérations de maintenance des machines et équipements industriels. Tu seras appelé(e) à travailler en étroite collaboration avec des ingénieurs, des technologues en maintenance industrielles, des machinistes, des mécaniciens industriels et des opérations de machines industrielles.

 

En devenant technologue en génie mécanique en conception; tu auras comme responsabilités de dessiner et de concevoir des prototypes de produits qui seront fabriqués, dessiner et concevoir des composants ou circuits mécaniques, électromécaniques, hydrauliques ou pneumatiques de machines ou systèmes, dessiner et concevoir des outils et matrices des produits mécaniques, dessiner et concevoir des machines industrielles conventionnelles, participer à la recherche et au développement de nouveaux produits, etc. Dans les entreprises qui fabriquent de grosses machines ou de gros véhicules, ton travail sera davantage axé sur le dessin selon les plans de conception de l'ingénieur-concepteur et participer avec ce dernier au processus de conception. Tu seras appelé(e) à travailler en étroite collaboration avec des ingénieurs, des designers industriels, des dessinateurs industriels et parfois même, avec des chercheurs.

 

Lorsqu'on parle de "produit mécanique", c'est très varié.  Des produits mécaniques ont en retrouve partout, comme par exemple :

 

biomédical : orthèses et prothèses orthopédiques, implants musculo-squelettiques, aides techniques, monte-charges ou élévateurs pour handicapés, etc.;

 

matériel de transport motorisé : aéronefs (avions commerciaux, avions régionaux, avions d'affaires, avions de tourisme, hydravions, hélicoptères), autobus et camions, automobiles, locomotives et wagons de trains et métros, motocyclettes, motoneiges, VTT, embarcations nautiques motorisées, navires (traversiers, remorqueurs, bateaux de pêche, yachts, porte-conteneurs, vraquiers, etc.); (mais aussi les composantes de leurs systèmes et sous-systèmes et leurs pièces);

 

matériel de transmission de puissance mécanique : alternateurs, compresseurs, moteurs, presses, turbines, unités de puissance hydraulique, ventilateurs, etc.;

 

matériel agricole, forestier, minier et de construction : tracteurs, chargeuses frontales pour tracteurs, chariots de ferme, épandeurs à fumiers, cultivateurs et herses, enrobeuses de balles de foin, débrousailleuses agricoles, niveleuses agricoles, remorques agricoles, épandeurs de sable ou sel, fardiers, , chasse-neige, balayeuses de rues, grappins et pinces mécanisés, souffleuses à neige, chargeuses forestières, véhicules de service sur rails, véhicules porteurs de grues, excavatrices, etc.;

 

matériel de manutention et de stockage : appareils de manutention de balles de foin, convoyeurs, distributeurs de palettes de manutention, chariots à plate-forme, chariots élévateurs industriels, systèmes de monte-charge, ponts roulants, systèmes de manutention et de production en continu, réservoirs industriels, etc.;

 

machines et équipements industriels : agitateurs, mélangeurs, machines d'emballage, machines-outils, systèmes d'automatisation de robotisation de procédés industriels, outils de forage ou de sondage, vérins hydrauliques, équipements pour l'industrie alimentaire, équipements pour l'industrie métallurgique, équipements pour industrie du matériel de transport, équipements pour l'industrie de la plasturgie et du caoutchouc, équipements pour le traitement de l'eau, etc.;

 

systèmes de mécanique du bâtiment : appareils de chauffage, de climatisation, de réfrigération, de ventilation commerciaux, institutionnels ou industriels, ascenseurs et monte-charges, escaliers roulants, équipements d'acoustique industrielle, etc.;

 

matériaux plastiques, caoutchouc, composites, céramiques et fibre de verre : produits pour le bâtiment, pièces pour matériel de transport, appareils sanitaires, contenants divers, tuyaux et raccords de tuyaux, etc.;

 

outils et équipements utilitaires : outils mécaniques ou hydrauliques pour mécaniciens de véhicules, pour mécaniciens industriels, pour soudeurs, pour pompiers tels que les pinces de désincarcération, etc., équipements d'entretien paysager (tondeuses à gazon, souffleuses à neige, tracteurs paysagers, etc.), etc.;

 

matériel de loisir :  bicyclettes et tricycles, jouets mécaniques (voitures ou bateaux pour enfants, , , manèges et autres équipements pour parcs récréatifs, voiturettes de golf, etc.

 

Après quelques années d’expérience, tu pourrais même occuper un poste de directeur(trice)-adjoint(e) ou de directeur(trice) de la production. Tu seras responsable de gérer toutes les opérations, les services et le personnel de l'ensemble d'une usine de moyenne ou de grande envergure et participer aux activités de gestion de l'entreprise avec la collaboration des autres membres de direction.

 

En devenant technicien(ne) aux équipements motorisés (aussi appelé "technicien en maintenance de la flotte" ou "planificateur d'entretien de la flotte") : tu seras responsable de la gestion de la maintenance, de la modification et du développement des équipements motorisés de la flotte de véhicules que détient l'organisation (généralement, des automobiles et véhicules lourds; mais ce peut-être également des voitures de trains ou de métro).

 

Tu planifieras les opérations d'entretien préventif et autres travaux d'entretien et de réparation des équipements motorisés; fourniras des conseils en matière d'entretien et de réparation des équipements; effectueras des études techniques relatives au fonctionnement et à l'utilisation de ces équipements; exerceras un suivi des coûts et un contrôle de qualité de lors d'acquisition d'équipements motorisés ou en cours d'entretien; assureras une assistance technique auprès des responsables des achats pour la location des équipements motorisés, rédigeras des devis d'achat ou de location de véhicules ou d'équipements et tu rédigeras des rapports d'entretien des équipements motorisés.

 

Tu travailleras en collaboration avec des ingénieurs, d'autres techniciens en équipements motorisés, des acheteurs, des aviseurs techniques, mais également avec des mécaniciens d'équipements motorisés.

 

Tu pourras travailler au sein d'une grande municipalité, d'une entreprise publique de transport urbain, d'une grande entreprise de transport de marchandises par camion, une grande entreprise de transport de personnes par autobus, une grande entreprise de messagerie, une compagnie ferroviaire, dans la fonction publique ou parfois, au sein d'un manufacturier de matériel de transport.

 

La plupart des employeurs exigent de détenir un permis de conduire classe 5 (véhicule de promenade) valide émis par la SAAQ, mais certains exigent (ou recommandent) également l'obtenir du permis de conduire classe 3 (porteur) ou davantage (classe 1 ou classe 2).

 

Certains employeurs recommandent de détenir le titre professionnel "Professionnel en gestion de la maintenance PGM" de l'Association canadienne en maintenance et ingénierie d'usine.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-        Être attiré(e) par les technologies

-     Intérêts et aptitudes pour les mathématiques, la géomérie, les sciences et le dessin technique

-        Facilité à imaginer les choses en trois dimensions

-        Bonne acuité visuelle et auditive

-        Aptitudes en dessin sont utiles pour dessiner des prototypes ou des plans

-        Bonnes habiletés manuelles et bonne dextérité manuelle car tu auras à opérer des machines

-       Capacité de bien comprend des plans et devis puisque tu devras en dessiner des plans d'assemblage et les expliquer aux ouvriers et opérations lors de la production

-        Capacité d’analyse et de synthèse pour résoudre différents problèmes de conception et tenter de les résoudre avec les ingénieurs, ainsi que pour analyser les propriétés des matériaux

-        Minutie, précision, souci du détail car tu auras à contrôler la qualité des matériaux et fabriquer des pièces délicates et de qualité

-        Sens des responsabilités car tu seras responsable de superviser le personnel et contrôler les opérations

-        Sens de l’observation et curiosité scientifique pour être à l'affût des nouveaux développements technologiques

-        Créativité, imagination et ingéniosité pour pouvoir proposer tes idées et participer la conception et réalisation de produits de qualité

-        Sens de l'organisation et Bonne méthode de travail car tu auras à planifier les opérations et gérer des priorités et des échéanciers

-        Autonomie et débrouillardise puisqu'on compteras sur toi pour résoudre certains problèmes lors de la production

-        Facilité à travailler en équipe et leadership car aurez à travailler en collaboration avec des ouvriers, techniciens et ingénieurs

-        Très bonnes connaissances en informatique car tu auras à utiliser des logiciels spécialisés en D.A.O. et C.A.O. et en production industrielle

-    Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite car tu devras t'exprimer clairement et de facon professionnelle lors des réunions avec les équipes de conception et de production, ainsi que pour rédiger des rapports techniques et d'expertise

-    Bonne connaissance de la langue langue anglais car tu devras t'exprimer clairement et de facon professionnelle lors des réunions avec les équipes de conception et de production, ainsi que pour rédiger des rapports techniques et de maintenance, de plus, la plupart des publications spécialisées sont dans cette langue

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-    Chargé(e) de projet

-    Contremaître de production (après expérience)

-    Coordonnateur(trice) de production (après expérience)

-    Dessinateur-concepteur ou dessinatrice-conceptrice de gabarits ou d'outils

-       Dessinateur-concepteur ou dessinatrice-conceptrice de systèmes mécaniques

-    Machiniste

-    Mécanicien(ne) d'entretien industriel

-    Opérateur(trice) de machines industrielles automatisées

-    Programmeur(euse) de machines industrielles automatisées

-      Programmeur(e) de machines-outils à commandes numérique

-    Rédacteur(trice) technique

-      Représentant(e) technique en systèmes mécaniques

-    Technicien(ne) en méthodes de planification

-    Technicien(ne) en armement terrestre (Forces canadiennes)

-    Technicien(ne) en génie des armes navales (Forces canadiennes)

-    Technicien(ne) en matériaux (Forces canadiennes)

-    Technicien(ne) en munitions (Forces canadiennes)

-    Technicien(ne) en systèmes d'armes aériennes (Forces canadiennes)

-       Technologue en assemblage

-       Technologue en contrôle de la qualité de fabrication

-       Technologue en génie industriel

-    Technologue en hydraulique

-       Technologue en réparation CAO-FAO

-      Technologue en outillage

-      Technologue en matriçage

-      Technologue en robotique

-      Technologue en fabrication mécanique

EMPLOYEURS POTENTIELS :

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-         Bonne connaissance en informatique (surtout en conception)

-         Polyvalence

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

-         Les cours de perfectionnement sont appréciés

AFFILIATION À UNE ASSOCIATION PROFESSIONNELLE :

 

Aucun permis de pratique n'est nécessaire afin de pratiquer en tant que technicien(ne) ou technologue en génie mécanique, en fabrication mécanique, en conception mécanique ou en électromécanique.

 

Par contre, il est recommandé de devenir membre de l’Ordre des technologues professionnels du Québec.

 

L’obtention du titre professionnel T.P. te permettra d’accéder à certains postes-clés en entreprise et obtenir une reconnaissance dans la profession.

 

Il est également possible de devenir membre de l'Association canadienne de la maintenance et d'ingénierie d'usine permettant d'obtenir le titre professionnel "Professionnel en gestion de la maintenance PGM". Une formation doit être suivie afin d'obtenir la certification, notamment par l'École de technologie supérieure ÉTS dans le cadre de son Programme court en planification et gestion de la maintenance.

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au  31 mars 2016 :

 

Plus du deux-tiers des répondants(es), soit 67 % ont choisi de poursuivre leurs études à l'université en génie mécanique ou dans une autre discipline du génie, notamment en bénéficiant d'un DEC-BAC ou des entrées directes de l'ÉTS afin de devenir ingénieur(e).

 

Par contre, parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, le placement est très bon, 81 % d'entre-eux ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité, soit 98 % sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À  TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

304 81 79 204

Note 1 : légère baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 81 % en 2014; 86 % en 2012 et 84 % en 2010).

Note 2 : hausse du nombre de répondants(es) poursuivant des études universitaires (était de 68 % en 2014; 59 % en 2012 et 50 % en 2010).

Note 3 : il y a beaucoup de postes disponibles pour les technologues avec des conditions de travail très intéressantes, malgré le fort nombre de diplômés(es) qui choisisssent de poursuivre vers des études universitaires. 

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2016 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Dans le secteur privé :

-         19,90 $/heure (40 hres/sem) au sein des PME

-         23,39 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en production ou technologue en contrôle de la qualité au sein des grands manufacturiers de machines et équipements industriels

-         23,94 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en contrôle de la qualité au sein des grands manufacturiers de matériel de transport

-         23,95 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en production au sein des grands manufacturiers de matériel de transport terrestre (routier ou ferroviaire)

-         24,23 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en contrôle de la qualité ou technicien(ne) inspecteur(trice) au sein des grands manufacturiers de matériel de transport terrestre (routier ou ferroviaire)

-         24,94 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en conception au sein des grands manufacturiers de machines et équipements industriels

-         25,11 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en production au sein des grandes industries aérospatiales

-         25,45 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en conception au sein des grands manufacturiers de matériel de transport terrestre (routier ou ferroviaire)

-         25,63 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en conception au sein des grands manufacturiers de matériel de transport terrestre (routier ou ferroviaire)

-         26,34 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en génie mécanique au sein des grands manufactiers de produits métalliques industriels

-         29,78 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en production (secteur usinage) au sein des grandes industries de transformation des métaux (alumineries, aciéries, affineries)

-         34,04 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en gestion de la flotte au sein des grandes compagnies minières

Note 1 : baisse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport à 2014 (était de 20,90 $), légère hausse en comparaison avec les années précédentes (était 19,70 $ en 2012, de 19,63 $ en 2011 et et 18,45 $ en 2010...).

Note 2 : chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies selon les conventions collectives.

Note 3 : dans certaines grandes industries, il faut ajouter au taux horaire, une prime pour le travail de soir ou une prime pour le travail de nuit.

 

Dans le secteur public et parapublic :

-         18,21 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en maintenance industrielle ou technicien(ne) en électromécanique dans le réseau hospitalier (équipements de laboratoire, appareillage pour les gaz médicaux, systemes d'ascenseurs, etc.)

-         19,68 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en formation professionnelle ou technicien(ne) en travaux pratiques (laboratoire d'enseignement en techniques d'usinage) ou technicien(ne) en fabrication mécanique au sein des commissions scolaires

-         19,68 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en maintenance industrielle ou technicien(ne) en travaux pratiques en laboratoire d'enseignement  au sein des cégeps

-         19,75 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) de l'équipement motorisé (gestion et planification de l'entretien de la flotte de véhicules) dans la fonction publique québécoise

-         21,06 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'inspecteur(trice) en santé et sécurité au travail pour la C.S.S.T.

-         23,31 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en génie mécanique au sein des universités

-         23,96 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en travaux pratiques en laboratoire d'enseignement en génie ou technicien(ne) en génie mécanique au sein des universités

-         24,23 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'inspecteur(trice) stagiaire et augmente à 27,17 $/heure (après 3 ans) en tant qu'inspecteur(trice) en santé et sécurité au travail dans la fonction publique fédérale

-         24,28 $/heure (34 hres/sem)  en tant que technicien(ne) en électromécanique à la Société des casinos du Québec

-         24,87 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 32,15 $/heure (après 5 ans environ) en tant que technologue en électronique industrielle ou technologue en électrodynamique ou technologue en instrumentation et automatisation ou technologue en électromécanique à Hydro-Québec

-       25,05 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que technologue en génie mécanique ou technicien(ne) au soutien de la recherche (Conseil national de recherches du Canada CNRC) ou technicien(ne) en soutien technique de la gestion de la flotte dans la fonction publique fédérale

-        25,05 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que technicien(ne) en équipement motorisé ou technicien(ne) en génie mécanique ou technicien(ne) en génie industriel dans la fonction publique fédérale

-         26,78 $/heure (37 hres/sem) en tant que planificateur(trice) de l'entretien en matériel de transport à Hydro-Québec

-         27,77 $/heure (33,75 ou 33,45 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en tant que technicien(ne) en équipements motorisés (planification et gestion de l'entretien de la flotte de véhicules) ou technicien(ne) en génie mécanique au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-         27,84 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que technicien(ne) des systèmes postaux à Postes Canada

-         28,18 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) aux équipements motorisés à la Ville de Québec

-    28,73 $/heure (36,25 hres/sem) en tant que technicien(ne) en planification de la maintenance de la flotte à Gaz métro

-         29,37 $/heure (33,75 hres/sem) en tant que technicien(ne) en maintenance de l'équipement à la Ville de Laval

-         29,44 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) d'entretien ou technicien(ne) aux équipements motorisés à la Ville de Montréal

-      30,45 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que spécialiste technique en équipements aéroportuaires à l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec

-         32,12 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant en que technicien(ne) en équipements motorisés ou technicien(ne) en planification de l'entretien de la flotte (études techniques en maintenance de la flotte de véhicules) au sein des grandes entreprises publiques de transport urbain

-        32,32 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'agent(e) technique en maintenance ou technicien(ne) en CAO/FAO à Aéroports de Montréal

-         32,89 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant en que technicien(ne) en planification de la maintenance de la flotte ou technicien(ne) en soutien technique en ingénierie à la Société de transport de Montréal STM

-      34,14 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que technologue en génie mécanique à l'Administration portuaire de Montréal

-    34,56 $/heure (36,25 hres/sem) en tant que stagiaire en multimécanique du réseau - équipements lourds et augmente à 35,18 $ en tant que technicien(ne) en multimécanique du réseau - équipements lourds à Gaz métro

-    4 328 $/mois en tant que technicien(ne) en matériaux ou technicien(ne) en structures aéronautiques ou technicien(ne) en ingénierie maritime (grade de soldat) et augmente à 5 547 $/mois après 1 ans (grade de caporal - spécialiste) avec le D.E.C. au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

Note: dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives. 

 

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Forces canadiennes, Syndicat des employés des aéroports de Montréal, Alliance de la fonction publique du Canada - section locale Aéroport de Québec, Syndicat des employés de métiers d'Hydro-Québec, Alliance de la fonction publique du Canada - div. personnel technique et bureau de Postes Canada, Alliance de la fonction publique du Canada - section locale gestionnaires de premier niveau des Aéroports de Montréal, SCFP - section locale 4688 technologues et professionnels Port de Montréal, Syndicat du personnel administratif, technique et professionnel de la Société de transport de Montréal STM, Syndicat des technologues d'Hydro-Québec, Syndicat des employés professionnels, techniques et de bureau de Gaz métro, Syndicat des employés de soutien de Gaz métro, syndicats des fonctionnaires municipaux de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des employés de soutien de plusieurs universités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises publiques de transport urbain, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de matériel de transport, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers en fabrication métallique industrielle, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries aérospatiales, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des métaux et conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies minières.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon les données de 2015 d'Emploi-Québec :

 

Plus de 90 % de ces technologues étaient des hommes.

 

Plus de 62 % des technologues étaient âgés de moins de 45 ans.

 

Le revenu annuel moyen pour un(e) technologue en génie mécanique (détenant environ 10 ans d'expérience) était de 57 000 $.

 

La répartition des principaux employeurs était :

BREF PORTRAIT DE QUELQUES SECTEURS INDUSTRIELS :

L'industrie québécoise du matériel de transport terrestre :

Elle est le plus important secteur de l'industrie de la fabrication mécanique et l'un des plus importants secteurs industriels au Québec.

En 2015, son marché génère des revenus de plus de 11,4 milliards $.

Elle regroupait plus de 680 entreprises qui employaient près de 38 000 travailleuses et travailleurs dans différentes régions du Québec.

Elles étaient principalement concentrées dans les régions suivantes : Laurentides, Estrie, Centre-du-Québec, Montérégie, Chaudière-Appalaches, Bas-St-Laurent, Lanaudière, Île-de-Montréal et Laval.

On peut diviser cette industrie en 6 sous-secteurs, soit :

L'industrie aérospatiale québécoise :

Elle représente à elle-seule près de 56 % de toute l'industrie aérospatiale canadienne et figure en 6e position au niveau mondial (après l'État de Washington aux USA, la région des Midi-Pyrénées en France, le comté de Hampshire en UK, l'État d'Hessen en Allemagne et la région de Madrid en Espagne).

Ce sont principalement des industries de l'aéronautique pour l'aviation civile que l'on retrouve (systèmes, composantes, pièces et assemblage d'aéronefs), mais également quelques entreprises sont liées à l'industrie spatiale (satellites ou ses composantes ou pièces).

Quelques entreprises québécoises fabriquent des composantes et pièces pour aéronefs civils, mais également pour des aéronefs militaires, mais le marché de la Défense au Québec n'est pas très importante.

Au Québec; on y assemble des avions long courrier, des avions régionaux, des avions d'affaires, des hélicoptères civils, des aubes de moteurs d'aéronefs, des turbines à gaz pour moteurs d'aéronefs, des trains d'atterrisssages pour aéronefs, des simulateurs de vol professionnels pour avions régionaux et avions d'affaires, des ailes et certaines composantes de fuselage d'avions long courrier et régionaux, ainsi que des avions légers.

On y fabrique des composantes de structures pour aéronefs, des panneaux d'ailes en aluminium, des structures légères pour aéronefs, des actionneurs hydrauliques, des systèmes de contrôle du carburant, des systèmes de contrôle et de support pour trains d'atterrissage, des actionneurs électromécaniques pour ailerons, des contrôleurs d'entraînement, des contrôleurs de puissance de température pour moteurs d'aéronefs, des réducteurs et motoréducteurs pour moteurs d'aéronefs, des actuateurs pour la régulation du débit et pression des fluides, des systèmes de réduction d'énergie pour moteurs d'aéronefs, des équipements d'essai et de réparation d'aéronefs, des équipements d'entretien mobile d'aéronefs, des équipements de contrôle de la qualité de l'air dans les cabines, des composantes pour les turbines à gaz de moteurs d'aéronefs, des pièces mécaniques ou hydrauliques de structures d'aéronefs, des pièces pour moteurs d'aéronefs, des pièces pour trains d'atterrissage, pièces d'engrenages, courroies, poulies, chenilles et autres pièces pour aéronefs, des composantes en aluminium pour avions légers, etc.

En 2016, l'industrie aéronautique québécoise, c'était :

L'industrie québécoise de la fabrication métallique industrielle :

Ce industrie comprend les activités principales qui consistent à forger, estamper, former, tourner et assembler des éléments en métaux ferreux (dont l'acier) et non ferreux (principalement l'aluminium, mais également le cuivre,  magnésium, zinc, silicium); pour fabriquer, entre autres, coutellerie et outils à main, produits d’architecture et éléments de charpentes métalliques, chaudières, réservoirs, conteneurs d’expédition, quincaillerie, ressorts et produits en fil métallique, produits tournés, écrous, boulons et vis et tous autres produits en métal.

On réfère ici à tout ce qui entoure la seconde transformation du métal, à savoir tous les procédés d’usinage – fraisage, tournage, sciage, perçage, alésage, coupage, poinçonnage, pliage, ébavurage et meulage –, les procédés de soudage et les procédés de finition de surface – polissage, placage, peinture et traitement thermique - pour fabriquer produits et pièces métalliques servant à diverses industries ou bien à la fabrication de machines.

Avec la présence de 8 alumineries, de 4 aciéries, de 2 affineries de cuivre et autres métaux non ferreux et de plusieurs fonderies de fer et de fonderies de métaux non ferreuxde plusieurs fonderies de fer et de fonderies de métaux non ferreux; le Québec est bien outillé pour approvisionner les manufacturiers de produits métalliques de toutes sortes.

En 2014, cette industrie comptait près de 1 900 entreprises ayant généré un chiffre d'affaires de plus de 18,6 milliards de $ et qui employaient près de 44 600 travailleuses et travailleurs un peu partout dans la province. Ce nombre n'inclut pas des entreprises et les emplois dans l'industrie du matériel de transport (de gros employeurs en métallurgie), ainsi que ceux travaillant dans la construction.

Ces entreprises sont principalement concentrées dans les régions de de l'Île-de-Montréal, de la Montérégie, Chaudière-Appalaches, Québec, Lanaudière, Laurentides et Centre-du-Québec.

Elle comprend 8 sous-secteurs, soit :

L'industrie de la fabrication de machines et équipements industriels :

 

L'industrie québécoise de la fabrication de machines et d'équipements industriels est le 3e principal secteur de l'industrie de la fabrication mécanique. Bien qu'il ne soit pas aussi important que les précédents, c'est un secteur important car c'est elle qui permet à plusieurs autres secteurs de fonctionner dans leur domaine.

 

Bien qu'elle soit généralement intégrée à l'industrie de la fabrication métallique industrielle, elle peut être un secteur indépendant.

 

En 2015, elle a généré des revenus totalisant plus de 6,1 milliards $ dans l'économie québécoise.

 

Elle compte plus de 1 050 entreprises qui employaient plus de 31 700 travailleuses et travailleurs dans plusieurs régions du Québec.

 

Bien que majoritairement concentrées majoritairement concentrées dans les régions de la Montérégie et de Montréal, on les retrouve également dans plusieurs autres régions, telles que : Chaudière-Appalaches, Lanaudière, Saguenay-Lac-St-Jean, Mauricie, Centre-du-Québec, Laurentides, Laval, Estrie et Bas-St-Laurent.

 

Elle est divisée en 6 sous-secteurs, soit :

L'industrie québécoise de la plasturgie et des composites :

On trouve la matière plastique dans la quasi-totalité des segments d'utilisation finale de l'économie. Ses particularités (facilité de transformation, légèreté et résistance à la corrosion) ont favorisé la création de nouveaux produits. La matière plastique a également remplacé le papier, le verre et le métal dans certaines applications traditionnelles.

Dans le secteur des plastiques, la liste des principaux produits fabriqués est éclectique : aucun produit n'est fabriqué par plus de 16 % des entreprises.

Parmi les principaux produits fabriqués, figurent :

Dans le secteur des composites, les principaux produits fabriqués sont :

En 2015, Elle avait un marché de plus de 5,3 milliards $ (dont 1,6 milliards en exportations, soit 30 % des produits fabriqués).

 

En 2015, l’industrie des plastiques et des composites comptait au Québec, 442 entreprises, ce qui représente une baisse de 4 % par rapport à 2011 (461).Elles regroupaient 28 % des entreprises canadiennes du secteur, ce qui place la province au 2e rang en importance après l’Ontario, qui en regroupe 47 %.

 

Au sein de l’industrie des plastiques et des composites au Québec, les trois quarts des entreprises (76 %) oeuvrent principalement dans la fabrication de produits en plastique; près d’un quart (22 %) sont principalement dans le secteur des composites; Seule une minorité d’entreprises (2 %) oeuvrent dans 2 secteurs.

 

En 2015, l’industrie des plastiques et des composites regroupait ainsi 347 entreprises oeuvrant dans le secteur des plastiques et 104 oeuvrant dans le secteur des composites.

 

Parmi l’ensemble des entreprises répertoriées au Québec en 2015, le sous-secteur de la fabrication d’autres produits 60 % des entreprises. Ce sous-secteur inclut : la fabrication d'appareils sanitaires en plastique, la fabrication de pièces en plastique pour véhicules automobiles, ainsi que la fabrication de tous les autres produits en plastique, qui inclut la fabrication de produits en composites.

 

La diminution du nombre d'entreprises se concentrait dans les domaines de la fabrication de tuyaux, de raccords de tuyauterie et de profilés non stratifiés en plastique, de la fabrication des bouteilles, contenants, emballages et sacs en plastique.

 

En 2015, plus de 99 % des entreprises sont des PME, dont 17 % sont des microentreprises de 1 à 4 employés, 54 % de petites entreprises comptant de 5 à 49 employés et 29 % de moyennes entreprises avec 50 à 499 employés, alors que les grandes entreprises ne représentaient que moins de 1 % (seulement 4 entreprises).

 

L’industrie des plastiques et des composites compte plus de 21 000 travailleuses et travailleurs (une stabilité depuis 2012), ce qui représente 5 % de l’ensemble des employés de l’industrie manufacturière. En moyenne, les entreprises de l’industrie comptent 49 employés(es).

 

La région de Montréal compte la plus concentration de l'industrie (30 %, soit 133 entreprises qui employaient plus de 6 300 personnes);

Suivie de la Montérégie (22 % avec 98 entreprises qui employaient plus de 4 600 personnes);

Vient ensuite la région de Chaudière-Appalaches (12 %, soit 53 entreprises qui employaient plus de 2 500 personnes);

Ainsi que Lanaudière (7 % avec 31 entreprises qui employaient plus de 1 500 personnes).

Alors les régions de Laval, Laurentides et Centre-du-Québec représentaient 5 % chacun (soit une vingtaine d'entreprises qui employaient environ 1 000 personnes dans chacune de ces régions).

La répartition des entreprises et des emplois par sous-secteurs était :

Pour plus de détails sur les industries de ce secteur, consulte les portraits des secteurs industriels suivants :

Sources : Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec, Pôle d'excellence québécois en transport terrestre, Comité sectoriel de la main-d'œuvre aérospatiale du Québec, PlastiCompétences et Montréal International.

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Bien que plusieurs diplômés(es) choisissent de poursuivre leurs études à l’université, Il y a de très bonnes perspectives d'avenir dans ce domaine puisqu'il y a plusieurs emplois disponibles aux technologues avec des conditions de travail  très intéressantes offertes par plusieurs employeurs.

 

À cause des nouveaux programmes DEC-BAC et de la facilité d’accès au baccalauréat en génie mécanique et génie industriel, plusieurs diplômés(es) choisissent de poursuivre leurs études à l’université. Mais, comme tu le vois lorsque tu décides de te diriger vers le marché du travail, de très bonnes possibilités s’offrent à toi.

 

Pour plus de détails sur les perspectives d'avenir, consulte les sites suivants :

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Note : voir aussi la section « autres formations »

 

Le Diplôme d’études collégiales en technologie du génie mécanique D.E.C. a une durée totale de 3 ans à temps complet. Ce programme comporte des cours tels que : introduction à la profession de technologue en génie mécanique, mathématiques industrielles 1 (ou algèbre linéaire et géométrie vectorielle pour ceux qui optent pour le DEC-BAC), lecture et interprétation de plans et devis, matériaux et procédés, dessin technique, procédés d'usinage conventionnel 1, physique industrielle 1, mathématiques industrielles 2 (ou calcul différentiel pour ceux qui optent pour le DEC-BAC), santé et sécurité industrielles, procédés d'usinage conventionnel 2, introduction au dessin assisté par ordinateur, métrologie de la mécanique, statique et résistance des matériaux, procédés de fabrication, cotation fonctionnelle, circuits hydrauliques et pneumatiques de machines industrielles, dessin de détails et d'ensemble 1, tolérances dimensionnelles et géométriques, programmation manuelle en fraisage, anglais appliqué aux techniques industrielles, traitement thermiques, physique industrielle 2, conception de systèmes hydrauliques et pneumatiques, nouvelles organisations du travail, contrôleurs des machines outils à commande numérique, modélisation d'assemblage assisté par ordinateur CAO, analyse et conception de machines, dessin de détails et d'ensemble 2, conception technique des liaisons d'objet, calcul intégral (pour ceux qui optent pour le DEC-BAC), électricité et magnétisme (pour ceux qui optent pour le DEC-BAC), etc.

 

Par la suite, tu auras le choix entre 2 options de spécialisation lors de la 3e année du programme dans la plupart des établissements (alors que certains autres, tu n'as qu'une seule des 2 options qui est offerte), soit :

 

l'option fabrication mécanique destinée à ceux et celles qui préfèrent planifier et coordoner les opérations de production et d'assemblage. Tu auras des cours en dynamique, analyse de la fabrication, conception d'outillage de fabrication, gammes de fabrication, planification et organisation de la production en série, programmation d'un tour à commande numérique, programme graphique en usinage, dessin d'outillage, fabrication assistée par ordinateur FAO,  conception de circuits automatisés de base, projet de fabrication 1, production d'outillage, planification et contrôle de la qualité de fabrication et d'assemblage, automatisation industrielle, analyse et entretien de machines industrielles, coordination de projet de fabrication, projet de fabrication 2, ainsi qu'un stage industriel non rémunéré d'une durée de 4 semaines (cheminement régulier) OU 2 stages industriels rémunérés d'une durée de 3 à 4 mois chacun (dont le premier est offert au trimestre d'été de la 2e année et le second offert au trimestre d'hiver de la 3e année).

 

OU l'option conception mécanique destinée destinée à ceux et celles qui préfèrent dessiner et concevoir des prototypes d'un produit qui sera fabriqué (ou dans les grandes entreprises, dessiner un prototype selon les plans de conception d'un ingénieur-concepteur et participer à la conception avec la collaboration de ce dernier). Tu auras des cours en dynamique, conception d'outillage, conception d'un système industriel 1, dessin d'outillage, conception de circuits automatisés de base, conception assistée par ordinateur avancée CAO, conception de bâtis de machines, conception d'un système industriel 2, automatisation avancée, contrôle de la qualité de conception, modélisation graphique, gestion d'un projet de conception, projet de conception,  ainsi qu'un stage industriel non rémunéré d'une durée de 4 semaines (cheminement régulier) OU 2 stages industriels rémunérés d'une durée de 3 à 4 mois chacun (dont le premier est offert au trimestre d'été de la 2e année et le second offert au trimestre d'hiver de la 3e année).

 

Note : le nom et le contenu des cours peuvent différer selon les établissements, les objectifs de formation du programme restent les mêmes.

 

Pour plus de détails sur ce programme, regarde les vidéos suivants :

D.E.P.-D.E.C. :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEP-DEC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de se faire reconnaître des acquis du D.E.P. en techniques d'usinage ou en dessin industriel dans le cadre du D.E.C. en technologie du génie mécanique. Donc, tu pourras obtenir 2 diplômes en en 3 ½ ans.

 

Voici les ententes actuellement offertes : 

ENTENTES DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de terminer la formation technique et ton baccalauréat dans un temps plus court, soit 5½ ans (au lieu de 6 ans) et obtenir les 2 diplômes.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

PERFECTIONNEMENT :

 

Plusieurs collèges offrent des cours ou ateliers de perfectionnement (ex : Autocad avancé, Autocad 2015 3D, Autodesk Inventor 2015, Solidworks avancé, CATIA avancé, Mastercam intermédiaire, Mastercam avancé, Featurecam, techniques d'animation d'activités de formation en milieu de travail, supervision des ressources humaines, etc.

 

Il existe également des programmes de perfectionnement de niveau formation professionnelle, collégial ou universitaire destinés ou accessibles aux technologues en génie mécanique. Voici quelques exemples :

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Si tu le désires, il te sera possible de poursuivre tes études à l’université dans l’un des programmes suivants  : 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Détenir le D.E.S. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :
 

TS ou SN 4e OU CST 5e

Physique 5e

 

Note : pour connaître les équivalences des préalables à l'éducation aux adultes, consulte la page suivante

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis

 

Admissions également ouvertes au trimestre d'hiver dans les collèges suivants :

ENDROITS DE FORMATION :

 

L’identification entre les parenthèses signifient le ou les options offertes par le collège dans ce programme (aucune parenthèse signifie qu’une orientation commune aux 2 options est offerte) :

 

Qu'est-ce que l’alternance travail-études ?

 

Région de Montréal :

Région de Québec :

Ouest du Québec :

Est du Québec : 

AUTRES FORMATIONS :

Il existe d’autres programmes d’études menant à une formation de technologues en génie mécanique. Ce sont des A.E.C. d’une durée d’1 à 2 ans généralement à temps complet destinés aux adultes.

 

Exigences : détenir un D.E.S. ou D.E.P. ou l'équivalent ET, soit avoir quitté les études pendant moins 1 année scolaire à temps complet (ou 2 sessions consécutives) OU ayant complété au moins 1 année d'études post-secondaires échelonnée sur un période d'1 an ou +. Par contre, certains sont aussi accessibles aux finissants(es) du secondaire.

ATTENTION! Plusieurs employeurs exigent d’avoir un D.E.C. car ils préfèrent du personnel polyvalent qu’un(e) spécialiste dans un domaine précis.

Voici les programmes offerts (consulte la section « formation continue » :

 

Note : ces programmes exigent d’avoir réussi les maths 534, 526 ou TS 4e ou SN 4e et physique 534 ou physique 5e ou l'équivalent

(certains exigent plutôt les maths 434 ou 436 ou TS 4e ou SN 4e et les sciences physiques 436 ou CST 4e ou ST 4e )

 

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Pour une liste d'entreprises manufacturières, voir les portraits des secteurs industriels mentionnés à la section "perspectives d'avenir"

 

Tu désires avoir l’avis de technologues en génie mécanique ?, alors consulte les vidéos suivants :

Général :

organismes de loisir scientifique :

musées de sciences :

 

Retour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d'accueil