Retour à la page d’accueil

Retour au répertoire des organismes de recherches

Consulter le répertoire des maîtrises et doctorats

Retour à la page de chercheur

Retour à la page de professeur d’université

LISTE DES ORGANISMES DE RECHERCHE

 

Note : Voir aussi le répertoires des organismes de recherches Hors-Québec.

 

Voici quelques organismes de recherches où l’on présente notamment les types de recherches effectuées :

 

EN INGÉNIERIE :

 

-        En génie agricole (ci-dessous)

-        En génie alimentaire

-        En génie biomédical

-        En génie chimique, biotechnologique et du bois

-        En génie civil, et de la construction et des eaux

-    En génie de l'environnement (voir génie agricole, génie civil, génie chimique ou génie minier)

-    En génie des eaux (voir génie civil ou génie chimique)

-    En génie du bâtiment

-        En génie électrique et électronique

-    En génie géomatique (voir sciences géomatiques dans la page en sciences pures et appliquées)

-        En génie industriel et de la production automatisée

-        En génie informatique et logiciel

-        En génie mécanique et génie aérospatial

-        En génie métallurgique et des matériaux

-        En génie minier ou géologique

-        En génie physique, énergétique et nucléaire

-        En mathématiques appliquées à l’ingéniérie

 

En génie agricole et agroenvironnemental :

-    Biopterre : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de La Pocatière dans le Bas-St-Laurent dont l'objectif est de développer des bioproduits en utilisant le potentiel des plantes dans les secteurs de la santé, de l’environnement, de l’énergie et des applications industrielles. Voici quelques exemples d'applications dans le domaine agricole : réalisation d’un engrais naturel, biodégradable et constitué principalement de laine de mouton, optimisation du procédé de production de biochar et valorisation agronomique et environnementale, etc.

 

-         Brace Centre for Water Resources Management of Mcgill (en anglais) : effectue des recherches sur les technologies appliquées au domaine agricole. Ses principaux domaines de recherches sont : opérations et maintenance des systèmes de drainage et d’irrigation, développement et modernisation des systèmes d’irrigation, mécaniques des fluides et hydraulique agricole, etc.

 

-         Centre de recherche en horticulture de l’Université Laval : dans le domaine du génie agricole; des recherches sont effectuées afin de développer de nouvelles technologies et machineries afin d’améliorer et l’optimiser la production horticole. Dans le domaine du génie agroenvironnemental, des recherches sont effectuées en régie et protection intégrée des cultures horticoles, en fertilisation des cultures, en gestion intégrée de l’eau et des sols à des fins d’amélioration et des conservations de la qualité de l’environnement au sein des productions horticoles.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « agroalimentaire » ayant un lien avec le génie agroenvironnemental; on s’intéresse notamment au développement de procédés de compostage et de séchage biologique ainsi qu’aux traitements mécanobiologiques destinés à la valorisation des résidus agricoles et de l'industrie alimentaire. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un système de biofiltration de l’eau et de l’air pour une porcherie; etc.

 

-         Institut de recherche et de développement en agroenvironnement inc. : est une corporation de recherche privée à but non lucratif suite de l’initiative du Ministère de l’Agriculture du Québec, du Ministère du Développement économique, de la recherche et de l’innovation, du Ministère de l’environnement du Québec et de l’Union des producteurs agricoles du Québec.  Il réalise de nombreuses recherches reliées en environnement dans le milieu agricole.  Les principaux secteurs de recherches sont les suivants : la régie des productions animales (réduction des déchets à la source, gestion sanitaire et traitement des fumiers, qualité de l’air dans les bâtiments d’élevage, infrastructures environnementales d’élevage, impact des productions animales sur les émissions de gaz à effets de serre); fertilisation intégrée des cultures (valeur fertilisante des engrais et des amendements organiques et inorganiques selon leur mode de régie et les systèmes de production végétale, calibration des résultats d'analyses de sols en relation avec les besoins en azote, phosphore, et potassium des cultures, influence des systèmes culturaux sur les besoins en engrais des cultures, études sur les besoins en éléments secondaires et mineurs); régie et protection intégrée des cultures (sélection des variétés et amélioration des végétaux, diagnostic, dépistage et identification des végétaux nuisibles, des insectes et des microorganismes nuisibles ou bénéfiques aux cultures, lutte intégrée des ennemis des cultures, valorisation de la diversité biologique à des fins agroenvironnementales); gestion intégrée de l’eau (connaissance de l’état de la ressource hydrique en milieu agricole, évaluation de l’efficacité agroenvironnementale de types d’intervention à des fins de conservation des sols et de l’eau); gestion intégrée des sols (pratiques culturales permettant d'accroître la productivité des sols et leur capacité filtrante, impacts des pratiques réduites de travail du sol sur la chimie et la biologie du sol et leur potentiel à réduire les pertes de polluants, prospection pédologique et numérisation des données); qualité et innocuité des produits (effets des engrais de ferme et des matières résiduelles fertilisantes sur la qualité et l'innocuité des cultures, techniques de conservation des fourrages et qualités nutritionnelles, influence des conditions d'élevage sur la performance zootechnique et la qualité des produits animaux).

 

-    Ressources aquatiques du Québec RAQ : regroupant une quarantaine de chercheurs de différentes disciplines (biologie, agronomie, géographie, microbiologie, biochimie, génie civil, génie chimique et économique) provenant des universités : UQAR, Laval, Montréal, Sherbrooke, Mcgill, UQAC, UQAM, INRS-Armand-Frappier et Polytechnique; ainsi que des institutions suivantes : Cégep de la Gaspésie et des Îles (École des pêcheries et de l'aquaculture du Québec et Mérinov), Pêches et Océans Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Ministère des Forêts, Faune et Parcs Québec, du Musée canadien de la nature et du Biodôme de Montréal; a pour mandat le développement durable de l’industrie aquacole et de l’industrie des pêches du Québec autant en en eau douce et en milieu côtier, de même que les compétences sur les mollusques et les poissons tout en s’ouvrant sur les aspects biotechnologiques, économiques, légaux et éthiques.

Ses principaux intérêts en lien le génie agroenvironnemental portent sur l'environnement en production piscicole (réduction du volume de boues produit dans les opérations piscicoles, récupération de la matière particulaire dans les fermes continentales, développement de technologies efficaces et à faible coût pour récupérer la matière particulaire et dissoute, développement de processus de traitement permettant de procurer une valeur économique aux boues, optimisation des systèmes en recirculation afin d’accroître leur rentabilité, etc.).

 

-    Trottier Institute for Sustainability in Engineering & Design TISED (en anglais) : ce centre interdisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Mcgill s'intéresse au développement de nouvelles technologies et au développement de nouveaux procédés de fabrication dans un contexte de développement durable, dont les infrastructures urbaines et développement durable (planification environnementale des infrastructures agricoles et rurales, traitement des eaux usées et boues agricoles, ingénierie fluviale, remise en état des sols contaminés et des eaux souterraines en milieu rural, ingénierie écologique, etc.).

 

En génie alimentaire :

 

-    Centre de génomique du Québec : groupe de recherche rattaché au Centre de recherche du CHUQ à Québec qui s'intéresse à l'identification de protéines par séquençage, par synthèse de peptides et par spectrométrie de masse

 

-         Centre de recherche en science et technologie du lait STELA : effectue des recherches sur les propriétés et les protéines des produits laitiers, développement des procédés d’amélioration de la qualité des produits laitiers, développement de nouvelles techniques de fabrication des fromages et autres produits laitiers, etc.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « agroalimentaire » on y développe de nouvelles technologies d'emballage des aliments; on y développe de nouveaux technologies d'automatisation des procédés; on y développe des méthodes d'optimisation des procédés industriels; on y développe de nouveaux procédés de transformation des aliments; on y développe des méthodes d'efficacité énergétique dans les procédés industriels afin d'y intégrer des technologies propres; on y développement de nouveaux aliments (y compris des aliments dits "nutraceutiques"); etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biotechnologie des cultures lactiques d’intérêt laitier et probiotique : cherche à identifier de nouveaux marqueurs, mettre au point de nouvelles méthodes moléculaires et développer de nouveaux procédés technologiques en cultures lactiques et probiotiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en physico-chimie des protéines, biosystèmes et aliments fonctionnels : développe des systèmes alimentaires à base d’aliments fonctionnels afin de comprendre le mécanisme de formation et de stabilisation des systèmes de types gels, émulsions qui assurent la texture des aliments.

 

-    Cintech agroalimentaire : centre collégial de transfert de technologie rattaché à l'Institut de technologie agroalimentaire de St-Hyacinthe en Montérégie qui fournit de l'expertise, de la recherche appliquée et du soutien technique auprès de PME dans le développement de nouveaux produits alimentaires, incluant le domaine de la biotechnologie alimentaire.

 

-    Institut des technologies de l'emballage et du génie alimentaire : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Maisonneuve dont le mandat est de fournir de l'expertise, de la recherche appliquée et du soutien technique auprès de PME dans le développement de matériaux innovateurs et écoresponsables d'emballage de produits alimentaires issus de la biomasse; ainsi que le développement de produits alimentaires innovateurs à partir de matières non valorisées telles que la biomasse forestière, végétale, marine et animale vers la création de nouveaux produits à haute valeur ajoutée.

 

-    Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels de l'Université Laval INAF : plus important regroupement de chercheurs au Canada entièrement dédié à l’étude des aliments et de leurs composantes dans le contexte des liens entre la nutrition, la santé et la prévention des maladies chroniques par de la recherche fondamentale, appliquée et clinique.

Il regroupe près de 50 chercheurs de différentes disciplines (agronomie, nutrition, sciences et technologie des aliments, biochimie, chimie, microbiologie, pharmacologie, physiologie, médecine expérimentale, sciences biomédicales, sciences de l'activité physique, sciences pharmaceutiques, psychologie, santé publique, médecine interne, etc.) et 25 chercheurs associés provenant des universités Laval, Montréal, Sherbrooke et UQAM qui s’intéressent tout particulièrement à 3 principaux domaines de recherche, dont :

technologies et procédés : séparation par membranes des constituants laitiers, propriétés fonctionnelles des ingrédients laitiers; les procédés de transformation du lait, notamment sur l’impact des traitements thermiques sur les constituants du lait;  l’amélioration des procédés de transformation des aliments afin d’en assurer la qualité par la production d'ingrédients fonctionnels; développement et l’utilisation optimale des ingrédients issus du lait et des sous-produits laitiers; l’amélioration de technologies de transformation existantes et/ou du développement de nouvelles technologies bonifiant les qualités nutritionnelles et techno-fonctionnelles des corps gras et d’autres composés alimentaires comme le lactose; la formulation de biofongicide pour la conservation des fruits et légumes; le développement de procédés hautes-pressions pour la pasteurisation des jus de fruits; le développement d’une nouvelle génération de séchoir pour la production de fruits, fines herbes, plantes médicinales; les relations procédé-qualité afin d’optimiser les coûts d’opération tout en intégrant le concept de transition vitreuse à l’application pratique des procédés de conservation; développement de matériaux biologiques - hydrogels, biofilms, microparticules- comme vecteurs pour la protection et la libération controlee de molécules actives d’intérêts nutraceutiques, thérapeutiques ou cosmétiques; physico-chimie appliquée à la transformation alimentaire; l'application des procédés électromembranaires aux systèmes complexes alimentaires; le génie des procédés alimentaires; développement d'une plateforme sur la valorisation de résidus issus de pratiques agroalimentaires à des fins alimentaires humaines;  le développement d’emballages actifs et biodégradables pour une conservation sécuritaire des aliments; le développement de technologies pour l’exploitation des cryotechnologies dans le domaine alimentaire pour le développement d’aliments liquides de hautes valeurs nutritionnelle; etc.

 

-    Mérinov : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de la Gaspésie dont le mandat est de fournir de l'expertise, de la recherche appliquée et du soutien technique auprès de PME dans le développement de nouveaux produits issus de la pêche commerciale ou de l'aquaculture, ainsi qu'au soutien technique en développement durable des entreprises de l'industrie.

 

En génie biomédical :

 

-   Centre de bioreconnaissance et de biocapteurs : centre de recherche regroupant des chercheurs des universités Mcgill, Montréal, Laval, Sherbrooke et Polytechnique) qui développe des outils de diagnostic des systèmes de reconnaissance nanostructurés pour les domaines médicaux, agricoles et environnementaux

 

-    Centre de recherche de l'Hôpital juif de réadaptation situé à Laval, il s'intéresse à la biomécanique du mouvement et au développement de technologies de la réadaptation

 

-    Centre de neurophotonique de l'Université Laval : équipe de recherche rattaché au Centre de recherche Université Laval-Robert-Giffard à Québec qui étudie notamment les processus cellulaires et moléculaires dans le neurone vivant à l'aide de la photonique.

 

-         Centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal : effectue des recherches afin de développer de nouveaux instruments et appareils pour la cardiologie comme : l'équipement de stérilisation des cathéters, le matériel de dilatation des artères coronariens, l’équipement d’ablation des foyers arithmétiques, les moniteurs-défibrillateurs cardiaques, etc.

 

-         Centre de recherche sur le tissus osseux et le paronte : ce centre de recherche relevant de l'Université Mcgill, mais qui regroupe une soixantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, génie biomédical, génie chimique, génie mécanique, génétique, médecine expérimentale, microbiologie, nutrition humaine, pharmacologie, physiologie, santé communautaire, sciences biomédicales, sciences dentaires, endocrinologie, rhumatologie,  chirurgie orthopédique, etc.) provenant de 5 universités (Mcgill, Montréal, Laval, Sherbrooke et Polytechnique), ainsi que du CNRC, de l'hôpital des Shriners de Montréal et de l'Université McMaster en Ontario dont l'objectif est d'effectue de la recherche fondamentale, appliquée et clinique dans le diagnostic, le traitement et la prévention dans les domaines aussi variés que les maladies inflammatoires (telles que l'arthrite, l'arthrose et l'ostéoporose); les maladies osseuses métaboliques et métastatiques; les maladies musculo-squelettiques et orthopédiques et les maladies de la cavité orale.

Dans le domaine du génie biomédical; on y retrouve près de 10 chercheurs dont les intérêts portent sur la mécanique des fractures; la mécanobiologie expérimentale; la micromécanique pour diverses applications dont le biomédical; l'ingénierie tissulaire; le comportement polyélectrolyte du chitosan en solution pour des applications en regénérescence tissulaire; les propriétés des biomatériaux polymères; le développement de matériaux composites et céramiques pour applications biomédicales; les propriétés des composites bioactifs et biodégradables pour la régénérescence des os; les propriétés du caoutchouc durci en élastomère pour la régénérescence des os; la caractérisation des débris biomatériaux dans les tissus biologiques; la caractérisation des interactions cellulaires-biomatériau; la modélisation biomédicale de l'oreille interne; l'analyse biomécanique du tissus osseux; la conception et fabrication de prothèses dentaires et d'implants; etc.

 

-    Centre Robert-Cedergren en bio-informatique et génomique : ce centre de recherche de l'Université de Montréal utilise des techniques de la bio-informatique afin de développer des outils de recherche en génomique (développement d'outils d'analyses des séquences génétiques, évolution moléculaire, modélisation de structures 3D et de protéines, etc)

 

-         Chaire de recherche du Canada en dispositifs médicaux intelligents : développe et met au point des dispositifs médicaux miniaturisés intelligents (prothèses oculaires, dispositifs de récupération de l’ouïe, instruments pour la surveillance cardio-respiratoire, instruments d’ajustement d’une micro-pompe cardiaque, microsonde vidéo pour la reconstruction 3D, etc). de leur conception aux essais cliniques.

 

-    Chaire de recherche du Canada en génie pour l'innovation en traumatologie spinale : développe de nouveaux dispositifs pour accroître la stabilité du rachis et réduire les risques de traumatismes vertébraux et médullaires qui favoriseront la réhabilitation et la protection aideront les victimes de traumatisme.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génie tissulaire du cartilage de Polytechnique : des recherches sont effectuées en : propriétés biomécaniques du cartilage, la réponse biologique du cartilage articulatoire, développement de nouveaux instruments pour la chirurgie du cartilage à l’aide de technologies 3D, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en imagerie 3D et en ingéniérie biomédicale : rattachée au Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie, cette chaire cherche à développer et à valider des méthodes d’imagerie et de modélisation permettant l’étude et la validation fonctionnelle des traitements des troubles des systèmes locomoteurs et vasculaire.

 

-    Chaire de recherche du Canada en interventions assistées et en imagerie médicale : cherche aussi à élaborer des moyens précis de mener des interventions guidées par l'image qui exploreront la phase préparatoire à l'aide d'une collection d'images en utilisant des technologies d'imagerie médicale et des algorithmes de calcul pour mieux aider les médecins à traiter leurs patients.

 

-    Chaire de recherche du Canada en nanorobotique médicale : combine la nanotechnologie (la manipulation de la matière à une échelle atomique, moléculaire et supramoléculaire) et des principes de la robotique pour élaborer des méthodes de traitement qui peuvent administrer des médicaments directement aux tumeurs et aux parties du corps difficiles à traiter.

 

-         Chaire de recherche du Canada en reconstruction du squelette : cette chaire étudie la biomécanique de la stabilisation des os ostéoporotiques au moyen de ciment orthopédique afin de développer de nouvelles techniques, de nouveaux biomatériaux ou de nouveaux dispositifs permettant une procédure sécuritaire d’injection de ciment.

 

-         Chaire de recherche du Canada en sciences des radiations :  effectue des micro-analyses des altérations ultra-rapides causées par les rayonnements. Ces recherches auront des applications pour la cancérologie et la médecine nucléaire.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur les biomatériaux et implants endovasculaires : vise la création de nouveaux revêtements, biomatériaux et implants (revêtements bioactifs, hydrogels injectables, modifications et caractérisations des surfaces) dans le but d’améliorer le traitement des pathologies, et notamment des pathologies cardiovasculaires.

 

-    Chaire de recherche industrielle CRSNG/Medtronic en biomécanique de la colonne vertébrale : développe des technologies et dispositifs permettant de faciliter cette chirurgie et d'améliorer le bien-être des patients.

 

-    Chaire de recherche industrielle Sonomax-ÉTS en technologies intra-auriculaires : se concentre sur la mise au point de diverses technologies destinées à l’oreille humaine, depuis la protection « intelligente » de l’oreille contre le bruit excessif jusqu’à l’intégration de systèmes avancés de communication interindividuels, en passant par l’aide auditive et le diagnostic auditif embarqué.

 

-         Équipe de recherche en sécurité au travail de l'ÉTS : on réalise des recherches afin d’analyser les risques industriels à la sécurité, concevoir des machines plus sécuritaires pour l’industrie, mettre en œuvre des techniques de contrôle du bruit et de la vibration dans les industries, concevoir des machines et des équipements plus ergonomiques (moins de danger de blessures), etc.

 

-         Groupe de recherche en appareillage médical de l’Université de Sherbrooke : réalise des projets de conception et de développement de systèmes destinés à palier des dysfonctions nerveuses ou motrices et des systèmes de télémétrie.

 

-         Groupe de recherche en sciences et technologies biomédicales de Polytechnique : ce groupe de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Polytechnique, mais aussi de l'ÉTS et de Mcgill et de plusieurs disciplines des sciences médicales de l'Université de Montréal intéressés au développement de nouvelles technologies biomédicales; effectue de nombreuses recherches afin de développer de nouveaux matériaux et d’appareils pour l’industrie médicale et le secteur hospitalier.

Les principaux axes de recherches sont : les biomatériaux (stérilisation de dispositifs médicaux, développement d’un système de libération contrôlé des médicaments, développement d’implants, etc); biomécanique (développement d’un pied orthopédique, développement de chaises roulantes mieux adaptées aux besoins, modélisation de la position assise en fauteuil roulant, etc); imagerie médicale et modélisation (modélisation biomécanique du genou, développement de corset orthopédique, évaluation 3D de chirurgies au dos, etc); réadaptation (design de coussins de fauteuils roulants par outils informatiques, évaluations posturales des utilisateurs d’aides techniques à la mobilité, etc) et ingénierie tissulaire (mise au point de méthodes de stimulation biochimique et mécanique de la guérison des blessures et de la régénération des tissus, l'analyse mécanique du tissu osseux (ostéoporose), etc.

 

-    Groupe de recherche Mongeau de Mcgill (en anglais) : réalise un projet de conception, construction, développement et évaluation d'implants pour la recontruction lors d'altérations de la corde vocale.

 

-         Groupe de recherche sur la performance et de sécurité humaine de l’Université de Sherbrooke PERSEUS : réalise des recherches dans les secteurs tels que : biomécanique du système musculo-squelettique (biomécanique de la chute lors de la marche, biomécanique de la position assise et évaluation de nouveaux sièges, biomécanique  de pédales ajustables pour la minimisation des blessures chez les cyclistes, etc); conception de produis biomédicaux (conception de semelles de souliers/bottes, conception de matelas pour l'évitement des plaies de lits, Conception de civières adaptées pour l'évacuation de patients en centre gériâtrique, etc); biomécanique des tissus conjonctifs (étude biomécanique du remodelage des tissus conjonctifs et de leur dégradation suite à l'exposition à des stimuli mécaniques).

 

-   Groupe de recherche sur les déformations musculo-squelettiques : comprenant le Laboratoire d'informatique de scoliose 3D et le Laboratoire de modélisation biomécanique et de chirurgie assistée par ordinateur et intégré au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, il s'intéresse à la caractérisation des déformations scoliotiques (déformations du tronc, déformations du rachis scoliotique), plus préciséement sur la scoliose idiopathique de l'adolescence dans l'optique d'améliorer les méthodes de traitement orthopédique et chirurgical de la scoliose et de permettre une meilleure compréhension des mécanismes de déformations scoliotiques.

 

-    Inolivent : « InNOvative LIquid VENTtilation » : regroupant des chercheurs en génie mécanique et en pédiatrie de l'Université de Sherbrooke, s'intéresse à la méthode de ventilation liquidienne totale, une modification radicale de la ventilation mécanique artificielle. Elle développe cette technologie afin de la transférer dans les unités de soins intensifs de néonatalogie.

 

-      Installation de partenariat industriel en biotechnologies du CNRC : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Montréal et destiné à la recherche sur les médicaments pour les maladies infectieuses et les cancers, la mise au point de bioprocédés pour la lutte contre la pollution, etc.

 

-    Installation des dispositifs médicaux du CNRC : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Boucherville en Montérégie qui se

 

-         Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail du Québec IRSST : est un organisme privé à but non lucratif financé en majeure partie par la CSST. De nombreuses recherches y sont effectuées couvrant tous les domaines de la santé et de la sécurité au travail. Les principaux champs de recherches relié au domaine du génie biomédical avec quelques exemples de projets réalisés ou en cours sont : caractérisation des contraintes biomécaniques provoquées par l’utilisation de gants de protection, évaluation des contraites physiques liées au port des différents vêtements de protection des pompiers, etc.

 

-    Laboratoire d'imagerie interventionnelle de l'ÉTS : développe des solutions novatrices pour assister la navigation en 2D, 3D et 4D pour diverses applications en imagerie médicale (analyse du rachis à partir d'images échographiques, analyse d'images IRM cérébrales, analyse d'images en coronarographie, reconstruction de structures vasculaires à partir d'images échographiques, reconstruction 4D des artères coronaires à partir d'angiographie rotationelle, etc.).

 

-   Laboratoire d'ingénierie de surface de l'Université Laval : s'intéresse notamment à l'amélioration des qualités fonctionnelles des prothèses artérielles synthétiques, optimisation des les structures textiles des prothèses vasculaires, etc.

 

-         Laboratoire d’intégration des technologies de production de l’ÉTS : s’intéresse particulièrement à l’optimisation du design et de la performance des systèmes numériques. Son principal axe relié au domaine biomédical est : modélisation de l’humain (études sur les mécanismes causant des lésions musculo-squelettiques, études des comportements des intervenants en santé et sécurité, conception de divers produits ergonomiques et postes de travail, etc).

 

-       Laboratoire de biomatériaux et bioingéniérie de l’Université Laval : conçoit et développe des organes artificiels à l'aide de nouveaux matériaux polymères, métalliques et composites (telles que : valves cardiaques mécaniques, prothèses artérielles, prothèses endovasculaires, etc), analyse et étudie les propriétés mécaniques de différents matériaux afin de vérifier leurs applications potentielles dans la fabrication de biomatériaux, etc. Les principaux domaines d’intérêts sont : la biomécanique du membre supérieur, l’ingéniérie tissulaire, le système musculo-squelettique, l’électromyographie, l’analyse du mouvement, la conception mécanique et la mécatronique appliquée au domaine médical. Voici quelques exemples de projets en cours : reconstruction de ligaments humains vivants pour la transplantation dans le genou, conception de prothèses en collaboration avec la compagnie Euros France, conception d’une main myoélectrique sous-actionnée afin d'améliorer la flexibilité des mains, conception d'un système de fixation du rachis pour enfants paralytiques, Conception de semelles de souliers pour la compagnie Alfred Cloutier ltée, conception d'une prothèse pour éviter le prolapsus d'une stomie, conception d'un appareil de transfert pour personnes en perte d'autonomie, conception d'un chargeur pour accumulateurs de fauteuils roulants électriques, etc.

 

-   Laboratoire de biomatériaux pour l'imagerie médicale de l'Université Laval : rattaché au Centre de recherche du CHU de Québec; développer de nouveaux matériaux ayant des meilleures propriétés d'amélioration du contraste en imagerie biomédicale, telle que l'IRM et la tomographie.

 

-    Laboratoire de biomécanique de l'Université de Sherbrooke (et Chaire de recherche du Canada en reconstruction du squelette) : regroupe 3 chercheurs (2 en génie mécanique et 1 en chirurgie) qui effectuent des recherches sur le renforcement par le ciment de l'os ostéoporotique pour le traitement des fractures par fragilité osseuse liées à l'ostéoporose.

 

-   Laboratoire de mécanobiologie pédiatrique : rattaché au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, on y développe des techniques d’ingénierie mécanique et de biologie pour répondre à des questions cliniques impliquant le contrôle et le traitement orthopédique des pathologies musculosquelettiques progressives chez l’enfant et l’adolescent.

 

-    Laboratoire de nanorobotique de Polytechnique : ce laboratoire de renommée mondiale, conçoit développe des disposifs intelligents pour des applications biomédicales et en bioingénierie en exploitant les propriétés uniques des entités à l’échelle moléculaire. Des projets de conception et de réalisation de circuits et de systèmes ont été réalisés pour des applications médicales telles que : appareillage médical (microstimulateurs, neurostimulateurs et capteurs), implants électroniques, cathéters, appareillage médical à ultrasons, interfaces électroniques tissus-biologiques, etc.

 

-   Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie ÉTS - Université de Montréal : rattaché au Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal; il regroupe 15 chercheurs réguliers de l'ÉTS et de l'Université de Montéral (génie mécanique, génie de la production automatisée, génie logiciel, informatique et physique médicale); ainsi que 27 chercheurs cliniciens (orthopédistes, physiatres, rhumatologues, radiologistes, dentistes) provenant des hôpitaux du Sacré-Cœur, CHUM, CHU Sainte-Justine, CHUS et Cité de la santé de Laval).

Il développe et évalue des technologies de la santé pour évaluer, diagnostiquer et traiter des maladies et troubles musculaires, musculo-squelettiques, articulatoires et osseuses) par l'évaluation morphofonctionnelle; la modélisation géométrique et biomécanique; l'imagerie médicale; la simulation et la réalité virtuelle; la caractérisation des matériaux; la robotique médicale; etc.

Voici quelques exemples de projets en cours : simulation et modélisation de l’écoulement dans les artères, navigation par imagerie ultrasonore pour l’installation de vis pédiculaire, modélisation 3D des muscles par IRM, modélisation 3D de la cage thoracique, modélisation d’une prothèse de hanche, imagerie radiographique basse dose, imagerie à super résolution et à double énergie des muscles et tissus mous, évaluation standardisée de la cinématique 3D de la flexion du genou, étude sur les reconstructions ligamentaires du genou, étude sur le remplacement totale de la hanche, conception et évaluation d’une nouvelle prothèse humérale, automatisation de la reconstruction 3D du rachis, automatisation de la prise d’images échographiques des artères à l’aide d’un robot, etc.

 

-         Laboratoire en microbioingénierie et en nanobioingénierie (et chaire de recherche du Canada) : ce laboratoire et cette chaire de l’Université Mcgill développe de nouvelles technologies pour des applications en médecine et en biologie afin de rendre les diagnostics et les traitements davantage efficaces.

 

-         Mcgill Institute of Advanced Materials : important organisme de recherche multidisciplinaire dans le domaine des matériaux. Il regroupe des chercheurs en sciences dentaires, en chimie, en biologie cellulaire, en physique, en génie chimique, en génie des matériaux, en génie informatique et en génie biomédical. Les principaux intérêts de recherches portent sur : les biomatériaux (biominéralisation, biosenseurs, matériaux dentaires, ingéniérie tissulaire, etc); les macromolécules auto-assemblés (polymères, propriétés et structures des molécules, etc); les fluides complexes; matériaux micro et nanostructurés (composites, métaux, céramiques, etc) et la nanotechnologie (développement de matériaux pour des applications en optoélectronique, microélectronique, photonique, biosenseurs, etc).

 

-    NanoULaval : centre d'expertise en nanosciences et nanotechnologies de l'Université Laval situé à qui regroupe 6 groupes de recherches des domaines de la biotechnologie la photonique, de l'infectiologie et des matériaux afin de développer des nanomatériaux de haute qualité pour diverses applications

 

-    Réseau de recherche en santé bucco-dentaire et osseuse : ce centre interuniversitaire de recherche fondamentale, translationnelle et clinique en santé buccale et dentaire, ainsi que dans les maladies osseuses et l'orthopédie; regroupe plus de 75 chercheurs réguliers de différentes disciplines (biologie cellulaire et moléculaire, biochimie, microbiologie-immunologie, nutrition, pharmacologie, physiologie, sciences dentaires; sciences pharmaceutiques; médecine dentaire, rhumatologie, chirurgie orthopédique, etc.) provenant de 3 facultés de médecine dentaire (Montréal, Mcgill et Laval); ainsi qu'une dizaine de chercheurs associés.

Dans le domaine du génie biomédical; on y retrouve près de 10 chercheurs dont les intérêts portent sur : la mécanique des matériaux biologiques; développement des technologies de l'information appliquées au domaine dentaire; conception d'implants dentaires minimalement invasifs; conception d'implants orthopédiques minimalement invasifs; technologie des implants osseux; efficacité de l'appareil fixe pour le traitement orthodontique; ingénierie tissulaire; biomatériaux dentaires; biomatériaux orthopédiques; etc.

 

-         Réseau scoliose Québec : intégrant le Groupe de recherche sur les déformations musculo-squelettiques, le laboratoire d’informatique de scoliose 3D et le laboratoire de biomécanique et de chirurgie assistées par ordinateur regroupe des chercheurs de Polytechnique, de l’ÉTS de l’Université de Montréal et du CHU Ste-Justine. Le principal axe de recherches relié au génie est la biomécanique (évaluation et quantification  l’amélioration de la correction 3D de la colonne vertébrale en post-opératoire, développement d’un système d’analyse du tronc en 3D à partir d'outils sophistiqués de reconstruction et de modélisation géométrique informatisés.).

 

-   TOPMED : centre collégial de transfert de technologie en orthèses-prothèses et en équipements médicaux rattaché au Collège Mérici  à Québec, ayant pour mission de soutenir l'innovation, le développement et le transfert technologique dans les entreprises et organismes québécois des secteurs orthèses, prothèses et équipements médicaux. Voici quelques d'expertises : développement et évaluation de nouveaux équipements médicaux, développement et évaluation de procédés de fabrication (conception de prototypes), développement et évaluation d'équipements de soutien à domicile, développement et évaluation de plate-forme analytique de la marche, développement et évaluation de capteurs de pression plantaire, développement de nouveaux matériaux en fabrication d'orthèses et prothèses, etc.

 

En génie chimique, biotechnologique et génie du bois :

 

-    Arbora Nano : centre d'excellence en nanosciences pour le secteur forestier situé à Pointe-Claire dans la région de Montréal qui regroupe des chercheurs d'universités, du Gouvernement du Canada et d'entreprises privées en recherche et développement en foresterie qui développent des nanoproduits pour l'industrie canadienne des produits forestiers

 

-    Biopterre : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de La Pocatière dans le Bas-St-Laurent dont l'objectif est de développer des bioproduits en utilisant le potentiel des plantes dans les secteurs de la santé, de l’environnement, de l’énergie et des applications industrielles.

 

-    Centre canadien des technologies résiduelles du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa, développe de nouvelles technologies écoénergétiques pour les bâtiments (ex : panneaux photovoltaïques intégrés au toit, chauffe-eau à thermopompe à air, pompe géothermique modulaire, antisolaire réfléchissant, système d'éclairage éco énergétique, système électrique intelligent pour immeubles résidentiels, thermopompe à air monobloc, etc.).

 

-    Centre d'études des procédés chimiques du Québec : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Maisonneuve dont l'objectif est d'accompagner les entreprises pour les aider à convertir leurs idées novatrices en procédé économiquement viable par la recherche appliquée dans les domaines des procédés chimiques verts, de la bioéconomie et du développement durable.

 

-    Centre de chimie verte et de catalyse : important centre interuniversitaire de recherche (Mcgill, Laval, Montréal, Sherbrooke, Concordia, Polytechnique et UQAM) consacré au développement de nouveaux procédés dans une optique environnementale. On y développe notamment des solvants écologiques en synthèse pour divers procédés et réactions chimiques, le développement de nouveaux systèmes catalytiques chimiques et biochimiques (procédés) pour générer des biocarburants et autres produits chimiques écologiques à valeur ajoutée.

 

-    Centre de développement des composites du Québec : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de St-Jérôme dans les Laurentides ayant pour mission de fournir de l'expertise, de recherche appliquée et du soutien technique auprès des PME dans le développement de nouveaux matériaux composites pour diverses applications industrielles.

 

-    Centre de recherche, développement et validation des technologies et procédés de traitement des eaux CREDEAU  (Polytechnique, Mcgill et ÉTS) : s'intéresse à l'ensemble du cycle de l'eau, soit : le traitement de l'eau potable, l’hydraulique et la gestion des réseaux de collecte et de distribution d'eau, le traitement des eaux usées ainsi que la gestion, le traitement et la valorisation et des boues, ainsi que la gestion des émanations et des odeurs.

 

-    Centre de recherche en énergie, plasma et électrochimie : développe des matériaux pour les piles à combustibles à oxydes solides (ou SOFC) de nouvelle génération (ex : unités auxiliaires pour automobiles électriques ou hybrides, unités auxiliaires pour camions réfrigérées, unités auxiliaires pour autobus électriques, systèmes de secours électrique, systèmes d'alimentation éco énergétiques pour bâtiments, etc.) et et développe de nouveaux procédés plasmas pour le traitement ou la synthèse de matériaux qu’ils soient nano ou micro.

 

-    Centre de recherche en ingénierie des procédés - bioraffinage de Polytechnique (anciennement le Centre de recherche en ingénierie du papier) : a comme principaux objectifs d'innover, intégrer et valoriser les applications de la biomasse et des rejets urbains; développer des procédés multi-technologiques: chimiques, biochimiques et thermiques, et ce, pour produire de la chaleur, de l’électricité, du fuel propre, du gaz de synthèse, des huiles et des produits chimiques spécifiques et les intégrer à diverses industries (papetieres, pétrolieres, sucrieres, chimique, centrales électriques thermiques, etc.); ainsi que développer et concevoir des procédés de bioraffinage selon une approche multidisciplinaire et répondant au développement durable.

 

-    Centre de recherche et d'innovation en catalyse de l'Université d'Ottawa : l'un des plus importants centres de recherche dans le domaine de la catalyse au pays regroupe 30 chercheurs en chimie, biochimie et génie chimique couvrant les intérêts suivants : catalyse homogene, catalyse hétérogene, biocatalyse, modélisation et simulation des catalyseurs, ainsi que le génie et le traitement des catalyseurs pour la caractérisation des matériaux, le criblage haut débit et la chimie computationnelle.

 

-    Centre de recherche sur les matériaux avancés de l'Université Laval (anciennement "centre de recherche en science et ingénierie des macromolécules" : développe de nouveaux matériaux à valeur ajoutée tels que : biomatériaux (nouveaux implants biocompatibles, nouveaux bioréacteurs optiques et électrochimiques pour la détection rapide d'ADN et de protéines, substitus cutanés, etc.); nanomatériaux (nanomatériaux poreux pour la capture de différents gaz à effet de serre, caractérisation de nanoparticules hybrides qui peuvent servir comme marqueurs dans le domaine de la bio-photonique ou d’agents de contraste en imagerie médicale); macromolécules synthétiques et naturelles (utilisation de la cellulose dans divers matériaux composites, nouveaux polymères pour le développement de transistors ou de piles solaires, etc.).

 

-         Centre de recherche sur les polymères et les composites à haute performance de Polytechnique CREPEC : regroupant une cinquantaine de chercheurs de l’École Polytechnique, de l’Université Mcgill, de l’École de technologie supérieure ÉTS, de l’Université Concordia, de l’Université Laval, de l’Université de Sherbrooke, du Cégep de St-Jérôme (centre des matériaux composites) du Conseil national de recherches du Canada CNRC; ce centre s’intéresse aux domaines des plastiques, des matériaux composites à haute performance, les nanocomposites, ainsi qu’aux matériaux intelligents qui serviront pour les industries du transport, des équipements de sports, du plastiques, etc), l’élaboration de nouveaux procédés de mise en œuvre des matériaux, études des propriétés des matériaux, etc.

 

-         Centre de recherche sur les matériaux renouvelables : regroupant des chercheurs des anciens centre de recherche sur le bois de l'Université Laval, centre de recherche sur matériaux lignocellulosiques de l'UQTR, ainsi que de l'Institut de recherche sur les forêts de l'UQAT, du Groupe de recherche en thermotranforamtion du bois de l'UQAC, du centre de recherche privé sans but lucratif FPInnovations, du centre collégial de transfert de technologie Innofibre du Cégep de Trois-Rivières, du centre collégial de transfert de technologie SEREX du Cégep de Rimouski, ainsi que le Centre d'expertise en construction commerciale en bois CECObois du Ministère des Forêts, Faune et Parcs du Québec; ce centre s'intéresse au bois, plantes agricoles et autres fibres végétales.

Il cherche à développer de nouveaux procédés de transformation de la matière ligneuse et de la biomasse; développer des procédés de valorisation des déchets de l'industrie de transformation du bois et de l'industrie papetière; concevoir des produits et des systèmes innovants et écoresponsables (tels que : de nouveaux produits de bois massif, de composites à base de bois, de fibres de bois ou autres fibres lignocellulosiques et coproduits à valeur ajoutée); étudier les propriétés physiques, mécaniques, chimiques et thermiques du bois, des plantes agricoles et d'autres fibres végétales.

 

-    Centre de recherche sur les matériaux avancés de l'Université Laval : conçoit et développe des nouveaux matériaux avancés en utilisant des macromolécules naturelles ou synthétiques (pour des applications telles que : systèmes infrarouge, appareils d'IRM, transistors, piles solaires, etc), des nanoparticules hybrides (pour des applications en bio-photonique ou en imagerie médicale) et en biomatériaux (développement de nouveaux implants biocompatibles pour le corps humain)

 

-    Centre de recherche sur les matériaux lignocellulosiques de l'UQTR (anciennement connu sous Centre de recherche sur les pâtes et papiers) à Trois-Rivières, le plus important organisme de recherche en génie papetier en Amérique du Nord. Il s'intéresse aux domaines tels que : fabrication du papier, désencrage, blanchiement, développement de nouveaux produits de papier, développement de nouveaux procédés, optimisation de la production, etc.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « technologies de l’environnement »; on y développe des solutions durables et innovatrices afin de résoudre des problèmes environnementaux pour des entreprises du secteur, industriel et municipal. Voici quelques exemples de projets réalisés : conception d’une unité de traitement des matières contaminées par les métaux lourds, développement d’un système de biofiltration de l’eau et de l’air, développement et mise au point d’additifs pétroliers pour les industries pétrochimiques, etc.

Dans le grand secteur « matériaux plastiques et composites »; on y développe de nouveaux procédés de moulage; on y développe de nouvelles formulations; on y développe de nouveaux matériaux plastiques et de nouveaux matériaux composites; on y développe des méthodes et des technologies pour la valorisation des résidus industriels; etc.

Dans le grand secteur « technologies des produits en bois »; on y conçoit et développe des équipements pour l'industrie de l'exploitation forestière; l'industrie de la transformation des produits forestiers et l'industrie de la fabrication de produits en bois et l'industrie papetière; on y améliore et optimise les procédés de transformation ou de fabrication des produits; on y développe de nouveaux procédés; on y crée et développe de nouveaux produits à valeur ajoutée; etc. Voici quelques exemples de projets réalisés : conception et développement d'un système intelligent d'optimisation de l'écorçage, conception et développement d'un système transversale de la rigidité des planches, conception et développement d'un analyseur optique de copeaux, conception et développement d'une enceinte protective à toute épreuve pour travailleurs forestiers, etc.

 

-    Centre de technologie minérale et de plasturgie : centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep de Thetford en Chaudière Appalaches ayant pour mission de fournir de l'expertise, de recherche appliquée et du soutien technique auprès des PME dans le développement de nouveaux matériaux et de nouveaux procédés dans le domaine de la plasturgie (caractérisation et formulation de polymères biodégradables et biosourcés, développement de matériaux hybrides et avancés, développement de nanoplastiques et de nanocomposites, développement de thermoplastiques renforcés, développement de procédés de transformation des plastiques, valorisation des plastiques recyclés, etc.).

 

-    Centre des sciences pour la sécurité : centre de recherche de Recherche et Développement pour la Défense Canada situé à Ottawa effectue des recherches qui visent

 

-    Centre de technologie de fabrication en aérospatiale du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Montéral et Mirabel, il se consacre au développement de méthodes de fabrication moderne de composantes et de pièces pour l'industrie aérospatiale. Dans le domaine du génie chimique, des recherches sont effectuées en moulage de composites liquides, caractérisation thermique des composites et développement de nouveaux matériaux composites pour l'aérospatiale.

 

-    Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services CIRAIG (et la Chaire internationale sur le cycle de vie) : regroupe des chercheurs de Polytechnique et de l'UQAM fournit de l'expertise et de l'accompagnement auprès des entreprises et les organisations publiques dans leur démarche de développement durable selon l’approche cycle de vie qui vise la prise en compte des impacts (environnementaux, sociaux et économiques) propres à un produit ou à un service et ce, tout au long de son cycle de vie.

 

-    Centre national en électrochimie et en technologies environnementales : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Shawinigan, il a pour mandat de réaliser des activités de recherche appliquée, d’aide technique et d’information à l’entreprise afin de contribuer à l’élaboration et à la réalisation de projets d’innovation et de développement de nouvelles applications technologiques, dans les domaines des bioprocédés, de biopesticides, de biocarburants des technologies de séparation par membrane et de l’électrochimie.

 

-    Centre québécois des matériaux fonctionnels : développe de nouveaux matériaux organiques ou hybrides présentant des fonctions spécifiques pour différentes applications : biomédicales (biomatériaux et implants permettant l'intégration in vivo et ayant une biodégradation contrôlée, matériaux permettant l'image des phénomènes biologiques en signaux optiques pour des diagnostics, élaboration de dispositifs de détection d'agents infectieux); environnementales (matériaux pour la conception de systèmes pour le traitement, la purification et la filtration de l'eau potable ou de l'air, création de matériaux fonctionnels à partir de la biomasse et de résidus post-production, etc.); technologies énergétiques (développement de cellules photovoltaïques plus efficaces, catalyseurs et de membranes pour des piles à combustible, mise au point de dispositifs pour le stockage d’électricité par l’étude de systèmes électrochimiques au lithium, développement de procédés pour la conversion de résidus organiques en hydrogène, etc.).

 

-    Centre technologique des résidus industriels CTRI : centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue ayant pour mandat  de réaliser des activités de recherche appliquée, d'expertise et de soutien technique en valorisation des résidus industriels, de ses ressources sous-utilisées en assaissement de l'environnement auprès d'entreprises des secteurs forestier, agricole et minier.

 

-         Chaire de recherche du Canada en bioconversion des eaux usées et des boues d’épuration en produits à haute valeur ajoutée : Chaire de l’INRS développe divers produits biologiques comme bio-insecticides, des biofongicides et bio-plastiques en utilisant les boues d’épuration.

 

-         Chaire de recherche du Canada en décontamination environnementale : cette chaire développement des procédés chimiques et biologiques pour décontaminer les boues, les sols et autres rejets industriels et urbains.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génie métabolique : examine le fondement cellulaire de la reproductibilité et de la productivité des cultures cellulaires au moyen de la nutrition cellulaire afin d’élaborer des procédés de biofabrication et de bioproduits de grande qualité pour l’industrie pharmaceutique.

 

-         Chaire de recherche du Canada en procédés et matériaux pour des énergies durables : cherche à créer des procédés de conversion acceptables sur le plan environnemental afin de permettre de mettre au point des procédés de gazéification des résidus lourds.

 

-         Chaire de recherche du Canada en traitement du plasma non thermique : effectue des études fondamentales sur les systèmes de plasmas non thermiques afin de développer des technologies plasmatiques avec application au contrôle de la pollution ainsi qu’aux technologies de surface de pointe et biomédicale.

 

-    Chaire de recherche du Canada en valorisation, caractérisation et transformation du bois : caractérise la qualité du bois des essences issues de ligniculture; étudie l’impact de la foresterie intensive sur la qualité du bois et la valeur des produits développe de nouvelles technologies de production de biomatériaux.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur la bioconversion des eaux usées et des boues d'épuration en produits à haute valeur ajoutée : cherche

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les biocolloïdes et les surfaces en sciences environnementales et biomédicales : nouvelle chaire de l’Université Mcgill qui effectue des études fondamentales des interactions entre les colloïdes et les surfaces dans les systèmes aqueux afin de développer de nouvelles techniques permettant de préserver la qualité de nos sources d’eau potable et d’élaborer de nouveaux types de biodétecteurs et de biomatériaux.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les hydrates de gaz : étudie les propriétés fondamentales des hydrates de gaz en vue d’élaborer des techniques destinées à l’industrie pétrolière et gazière et à la production d’énergie propre.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur les nanomatériaux multifonctionnels : crée et développe de nouveaux nanomatériaux qui possèdent plusieurs fonctions simultanées afinde résoudre des problématiques complexes, comme la catalyse, la filtration et les revêtements.

 

-   Chaire de recherche industrielle sur l’éthanol cellulosique et sur les biocommodités de l'Université de Sherbrooke :  développe des biocarburants de seconde génération qui utiliseront comme matière première des ressources renouvelables de carbone comme la cellulose provenant des résidus forestiers et agricoles ainsi que les matière solides urbaines.

 

-         Chaire industrielle CRSNG en génie de conception environnementale et intégration des procédés en industrie papetière : spécialisé dans le développement de technologies environnementales pour les industries des ressources naturelles, principalement celles des pâtes et papiers. Les principaux domaines d’expertise sont :  séchage biologique des boues mixtes d'usines de pâtes et papiers, optimisation en temps réel des procédés, la simulation de procédés, l’analyse des réseaux d’échange de chaleur et de matière, conception et contrôle intégrés des procédés, modélisation de procédés, etc.

 

-    Chaire industrielle CRSNG/Saputo/Excel-Pac en matériaux et films pour un emballage sécuritaire, intelligent et durable 3Spack : a comme principal objectif de développer des emballages multicouches innovants en utilisant des matériaux et des films ayant des propriétés fonctionnelles pour une meilleure sécurité et durabilité (meilleure étanchéité, effet barrière, antibactérien et performant, en incorporant des moyens de détection dans les films, en utilisant des matières recyclables et biodégradables et en utilisant des structures multicouches pour des emballages en poches).

 

-    Chaire Pfizer sur les technologies d'analyse de procédés en génie pharmaceutique :

 

-    Chaire SAQ de valorisation du verre dans les matériaux : développe de nouvelles applications au verre mixte (dont le verre recyclé) en lui donnant une valeur ajoutée (

 

-    Concordia Center of composites : ce centre de recherches de l'Université Concordia s'intéresse aux caractéristiques des structures composites de haute densité et au développement de nouveaux matériaux pour diverses applications.

 

-       FPI Innovations (anciennement Forintek) : organisme privé sans but lucratif de recherche et développement  en sciences et technologies du bois, plus important centre de recherche privé dans le domaine forestier au pays et situé à Québec, qui développe de nouveaux procédés de transformation des produits forestiers, dévelope de nouveaux produits du bois et de nouvelles applications des derivés du bois. Des recherches sont effectuées sur les impacts des décisions d’aménagement forestier sur les attributs du bois, développement et mise au point de nouvelles technologies du bois de sciage,  amélioration de la qualité des bois sciés traités au séchoir tout réduisant les coûts d’énergie, en identification des possibilités d’extraire des produits de valeur plus élevée à partir des ressources forestières existantes au Canada, développement, amélioration et évaluation des designs de produits (résistance structurale et bois d'apparence, etc.

 

-         Groupe de recherche en gazotechnologies : effectue des recherches sur le gaz naturel. Ses domaines de recherches reliés au génie chimique sont : le traitement thermique des déchets solides et effluents liquides et gazeux au gaz naturel, la combustion catalytique du gaz naturel, la production, la séparation, le stockage et la conversion de l'hydrogène, la modélisation des émissions de biogaz des sites d'enfouissement, etc.

 

-         Groupe de recherche en technologie des plasmas de l’Université de Sherbrooke : réalise des projets tels que : conception et développement de chalumeaux et de fours à plasma, modélisation mathématique des écoulements, transferts de chaleur et de masse, nucléation et croissance des aérosols, réactions homogènes et hétérogènes, etc.

 

-         Groupe de recherche sur la thermotranformation du bois : voir le Centre de recherche sur les matériaux renouvelables

 

Innofibre : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Trois-Rivières en Mauricie qui fournit de l'expertise technique, développement technologique, recherche appliquée et du soutien technique auprès des PME et certaines grandes entreprises dans les domaines du bioraffinage (prétraitements, biocharbon, bioénergie, microalgues, etc.) et en développement de nouveaux produits cellulosiques (fibres, pâtes, fibres thermoformés, papiers, cartons).

-         Installation de partenariat industriel en biotechnologies du CNRC : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Montréal et destiné à la recherche en biotechnologies telle que : la mise au point de bioprocédés de technologies pour la lutte contre la pollution (ex : développement d'une micropuce contenant les gènes importants dans le processus de dégradation des polluants et dans les cycles des aliments, développement d'une micropuce qui permet d'identifier les bactéries qui résident dans l'environnement, développement d'une micropuce pour évaluer les réactions d'insectes lors d'épandage de biopesticides sur des arbres, le développement d'outils moléculaires pour préserver et restaurer des sites contaminés, etc.).

 

-    Installation de production de nanotubes du CNRC : ce centre de recherche du  Gouvernement du Canada situé à Ottawa, <!--[if gt IE 8]>développe matériaux de  pointe (appelés nanotubes de carbone, de nitrure de bore ou de divers  mélanges) présentant de nombreux avantages sur les matériaux de nature plus classique pour de nombreuses applications telles que : articles de sports moins  lourds ou plus résistants (bâtons de hockey ou de baseball, équipement de protection), appareils de détection et surveillance intégrées en médecine,  adhésifs nanomodifiés pour fixer les structures dans les secteurs de  l’aéronautique et de l’automobile, matériaux armés légers pour protéger les soldats, les policiers et les agents de sécurité contre les bombes artisanales et l’impact des balles, dispositifs électroniques et optoélectroniques, produits de papier améliorés ignifuges, ultraconducteurs pour les applications éconergétiques, etc.

 

-   Institut Concordia pour l'eau, l'énergie et les systemes durables : développe des  technologies innovantes pour capturer, stocker, distribuer, et d'optimiser les ressources énergétiques renouvelables (tels que biocarburants, procédés de bioraffinage, systèmes énergétiques pour bâtiments, développement de technologies et stratégies de traitement des eaux usées, développement de technologies pour l'assainissement et de restauration des eaux contaminées, modélisation et simulation hydrologique des bassins versants, développement de technologies pour l'aménagement des eaux souterraines, etc.).

 

-   Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société de l'Université Laval : important centre de recherche regroupant 94 chercheurs de plus d'une trentaine de disciplines reliées au domaine de l'environnement et du développement durable dans une perspective interdisciplinaire. Parmi les domaines reliés au génie chimique, on retrouve : génie de l'environnement, traitement des eaux usées, nanomatériaux pour la décontamination environnementale, procédés chimiques verts, etc.

  

-    Laboratoire d'observation et d'optimisation des procédés LOOP : comprenant une équipe interdisciplinaire, on y développe et applique des méthodes permettant d'optimiser le fonctionnement des procédés continus des domaines suivants : transformation de la matière (traitement des minerais, biotechnologies, traitement des eaux, pâtes et papier, etc.); en aéronautique et en robotique.

 

-         Laboratoire de recherche en bioingéniérie et biophysique : le principal but de ce groupe est de développer de nouveaux procédés biotechnologiques de production de tissus à grande échelle, ainsi que développer de nouvelles applications médicales aux biotechnologies.

 

-         Laboratoire Polynov (en anglais) : spécialisé dans le domaine des plastiques et des polymères, on s’intéresse à la coextrusion de feuilles polymères multi-couches par coulage, au développement de membranes poreuses et de feuilles semi-perméables.

 

-         Mcgill Institute of Advanced Materials : important organisme de recherche multidisciplinaire dans le domaine des matériaux. Il regroupe des chercheurs en sciences dentaires, en chimie, en biologie cellulaire, en physique, en génie chimique, en génie des matériaux, en génie informatique et en génie biomédical. Les principaux intérêts de recherches portent sur : les biomatériaux (biominéralisation, biosenseurs, matériaux dentaires, ingéniérie tissulaire, etc); les macromolécules auto-assemblés (polymères, propriétés et structures des molécules, etc); les fluides complexes; matériaux micro et nanostructurés (composites, métaux, céramiques, etc) et la nanotechnologie (développement de matériaux pour des applications en optoélectronique, microélectronique, photonique, biosenseurs, etc).

 

-    Mcgill Nanotools Microfab Lab (en anglais) : regroupant une cinquantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (physique, chimie, physiologie, génie biomédical, génie chimique, génie électrique, génie mécanique et génie des matériaux) provenant des universités de Mcgill (une trentaine), mais également de Sherbrooke, Concordia, Polytechnique, Montréal, Ottawa et Toronto et en partenariat avec 7 entreprises; il s'intéresse au développement de micro et nanoproduits allant des procédés de base jusqu'aux processus multi-étapes.

 

-    Oléotek : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Thetford Mines en Chaudière-Appalaches  qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans le développement de nouveaux produits par de la recherche appliquée en biotechnologie industrielle (transformation physico-chimiques des huiles animales et végétales) pour des applications pharmaceutiques, cosmétiques, alimentaires, plasturgie, pétrochimie (peintures, solvants, lubrifiants, fluides hydrauliques, etc), et chimiques (savons, détergents, cires, encres, assouplisseurs, etc).

 

-    Plasma-Québec : regroupant une vingtaine de chercheurs de plusieurs disciplines (physique, génie chimique, génie électrique, génie mécanique, génie physique et sciences des matériaux) provenant des universités Mcgill, Montréal, Sherbrooke, Polytechnique et INRS; ce centre interuniversitaire de recherche en sciences et applications des plasmas s'intéresse à la synthèse, la modification et l’analyse de matériaux et de nanomatériaux, la réalisation de micro- et nanostructures électroniques ou photoniques, l’élaboration d’instruments de pointe pour l’analyse chimique, le développement de systèmes d’imagerie X à très haute résolution, etc.

Dans le domaine du génie chimique, les intérêts portent sur les plasmas thermiques, dépôt par plasma et frittage, interactions plasmas-surfaces, films de diamants, fullerènes et nanotubes, projection par plasma inductif supersonique, caractérisation des matériaux, synthèse de matériaux par plasma, etc. pour des applications en fabrication d'électrodes pour les électrolyseurs, en fabrication de revêtements pour les barrières thermiques en développement de nouveaux matériaux, etc.

 

-    Regroupement québécois de recherche sur la fonction, l'ingénierie et les applications des protéines PROTEO : regroupe 35 chercheurs de 13 institutions scientifiques dont les universités Laval, Sherbrooke, Montréal, Mcgill, UQAM, Concordia, UQTR, INRS et Ottawa; les centres collégiaux de transfert de technologie CNETE en électrochimie, TransBiotech, Oléotek, ainsi que Héma-Québec.

On tente de comprendre la relation entre la structure des protéines et leurs fonctions biologiques. Voici quelques exemples de projets en lien avec le génie biotechnologique : développement d'un procédé de purification d'un vaccin contre l'influenza, mise au point d'un environnement sans sérum sanguin et sans couche nourricière pour la culture de cellules de la peau, développement d'un procédé de production d'une enzyme pour la capture du CO2, mise au point d'une nouvelle méthode pour la caractérisation des polymères de surface de fibres de bois, développement de procédés de production de bioplastiques, biocarburants, enzymes d'intérêt environnemental, etc.

 

-    Transbiotech : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Lévis-Lauzon en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de nouveaux produits en biotechnologie dans les domaines de l'alimentation fonctionnelle, les nutraceutiques, les produits pharmaceutiques et les produits de santé naturels.

 

-    Trottier Institute for Sustainability in Engineering & Design TISED (en anglais) : ce centre interdisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Mcgill s'intéresse au développement de nouvelles technologies et au développement de nouveaux procédés de fabrication dans un contexte de développement durable, dont les procédés industriels durable (réduction et atténuation des déchets dangereux, biotechnologie environnementale, traitement des eaux et boues usées industrielles, développement de bioproduits industriels, développement de biocarburants, biodégradation des produits chimiques, etc.).

 

-         Unité de recherche en biotechnologie et procédés pharmaceutiques de Polytechnique BioP2 : étudie la problématique de la faible reproductibilité de cultures cellulaires in vitro sous l'angle de l'état physiologique cellulaire afin de développer de nouveaux procédés biopharmaceutiques.

 

-         Unité de recherche sur les procédés d’écoulements industriels : on s’intéresse aux écoulements polyphasiques en génie des procédés (hydrodynamique des procédés, écoulements granulaires, agitation mécanique, etc).

 

-    Unité de recherche sur l'efficacité énergétique et le développement durable de la bioraffinerie de Polytechnique : étudier la faisabilité technique et économique de l'implantation de technologies de bioraffinage dans l'industrie des pâtes et papier; développe des simulations de procédés liés à l'extraction et la transformation des résidus forestiers; proposer des méthodologies novatrices d'optimisation énergétique des installations de bioraffinage et des procédés papetiers.

 

-    Usine-pilote de bioraffinage du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada à Montréal

 

En génie civil, de la construction et des eaux :

 

-    Brace Centre for Water Resources Management of Mcgill (en anglais) : regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines de Mcgill (génie civil, génie des bioressources, chimie, physique, biologie, géographie, sciences de l'atmosphère, etc.) qui s'intéresse aux aspects interdisciplinaires de la gestion des ressources en eau (dont assainissement des eaux contaminées, hydraulique et mécanique des fluides, gestion intégrée des bassins versants, traitement des eaux usées municipales, agricoles ou industrielles, traitement et filtration de l'eau potable, problèmes environnementaux associés aux lagunes, les décharges, les mines stockage des résidus et des eaux souterraines, etc.).

 

-    Centre d'études interuniversitaires des structures et charges extremes : le plus important centre de recherche en structures de génie civil au Canada regroupant des chercheurs des universités de Sherbrooke, Mcgill, Polytechnique, ÉTS, Concordia et Laval; on y étudie les structures de génie civil (ponts, barrages, pylônes, bâtiments, etc.) sous l'effet de charges extrêmes telles que : les tremblements de terre, le verglas, le vent, la neige, les crues, les explosions, etc.

 

-    Centre de développement des transports de Transports Canada : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa qui réalise de nombreuses recherches dans le domaine des transports. Parmi les intérêts en lien avec le génie civil et le génie construction, il y a : développement de nouvelles stratégies pour les réseaux routiers de transport urbain; études du déraillement lié à la géométrie des voies ferrées; efficacité des passages à niveau pour trains; études des facteurs de sécurité aux passages à niveau; études des facteurs de sécurité des passages pour piétons; amélioration du réseau routier selon les données recueillies par un système de gestion de données électroniques; analyse avantages-coûts de la modification des facteurs de correction pour atterrissage sur pistes mouillées des aéroports; études géotechniques des glaces dangereuses; etc.

 

-         Centre d’infrastructures sismiques majeures interuniversitaires du Québec CISMIQ : regroupant des chercheurs de l’Université de Sherbrooke, de l’École Polytechnique et de l’Université Mcgill, on met au point des techniques expérimentales pour le développement et la validation des normes de construction et réhabilitation des structures au niveau de la résistance aux séismes.

 

-    Centre d'ingénierie nordique de Polytechnique : étude les milieux granulaires en milieu nordique notamment sur les filtres de barrière perméables réactives utilisés pour le traitement des eaux souterraines et l'aménagement des sols.

 

-    Centre de recherche, développement et validation des technologies et procédés de traitement des eaux CREDEAU : regroupant des chercheurs de Polytechnique, de l'Université de Montréal et de l'ÉTS; s'intéresse à l'ensemble du cycle de l'eau, soit : le traitement de l'eau potable, l’hydraulique et la gestion des réseaux de collecte et de distribution d'eau, le traitement des eaux usées ainsi que la gestion, le traitement et la valorisation et des boues, ainsi que la gestion des émanations et des odeurs.

 

-         Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’I.N.R.S. : important organisme multidisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de disciplines variées. Ses principaux domaines de recherches reliés au génie civil sont : hydrogéologie et gestion intégrée des ressources hydriques (hydrologie statistique, dynamique des fluides, hydrologie urbaine, études d’impacts et suivis environnementaux, modélisation des processus hydrologiques,  analyse des systèmes de ressources en eau, etc); assainissement et décontamination environnementale (décontamination et valorisation des sols, assainissement des eaux usées).

 

-         Centre de recherche en génie parasismique de l'Université de Sherbrooke : les recherches effectuées sont les suivantes : études des comportements de structures (ponts, barrages, bâtiments, etc) lors de séismes, développement de méthodes afin d’améliorer la solidité de structures lors de vibrations forcées ou ambiantes (séismes, explosions, conditions hivernales rigoureuses dont le verglas, etc).

 

-         Centre de recherche environnementale sur le pétrole et les gaz extracôtiers : situé à Darmouth (Nouvelle-Écosse), ce centre de recherche de Pêches et Océans Canada s’intéresse aux impacts environnementaux et océanographiques causés par l’exploration, la production et le transport du pétrole extracôtier. Voici quelques exemples de projets réalisés : risques écologiques des rejets d’eau de production, les courants et la circulation océaniques dans l’Atlantique au large des côtes, prévisions à court terme des courants de surface et de la glace de mer, la dispersion du pétrole déversé sur la glace et son devenir dans l’environnement, indicateurs de point terminal pour les activités de récupération après un déversement de pétrole, etc.

 

-         Centre de recherche sur les infrastructures en béton CRIB : important centre de recherche en génie regroupant une trentaine de chercheurs des universités de Sherbrooke, Mcgill, Polytechnique, Laval, Concordia et UQAT dont l’objectif des recherches sont d’améliorer la durée de vie des structures neuves et améliorer l’entretien et la réparation de structures existantes comme les ponts, les barrages, les tunnels, les bâtiments, etc. On y effectue des recherches sur  les propriétés du béton, des problèmes de durabilité et à l’efficacité des bétons, les problèmes de corrosion, développement de nouveaux types de béton, etc.

 

-    Centre des sciences pour la sécurité : centre de recherche de Recherche et Développement pour la Défense Canada situé à Ottawa effectue des recherches qui visent

 

-   Centre des technologies de l'eau : centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep de St-Laurent ayant pour mandat  de réaliser des activités de recherche appliquée, d'expertise et de soutien technique dans l’élaboration et à la réalisation de projets d’innovation et de développement de nouvelles applications technologiques, optimisation de procédés et validation technologiques en traitement des eaux usées et de l'eau potable auprès d'entreprises et d'institutions publiques.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « technologies de l’environnement »; on y développe des solutions durables et innovatrices afin de résoudre des problèmes environnementaux concernant le traitemement des sols, le traitement des eaux usées et de l'eau potable, les réseaux de transport et autres infrastructures civiles. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’une plate-forme de traitement multilatéraux pour le traitement des sols contaminés; conception d’une usine pilote de compostage pour la Ville de Montréal; conception d’un laboratoire d’essais adjacent à l’usine de traitement des eaux usés de la Ville de Québec permettant de reproduire les conditions réelles des débits des petites municipalités, etc.

 

-    Centre Interuniversitaire de Recherche sur les Réseaux d'Entreprise, la Logistique et le Transport CIRRELT : l'un des plus importants centres de recherche dans le domaine des transports en Amérique du Nord, ce centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche de réputation internationale a été forme à la suite de la fusion du Centre de recherche sur les transports de l'Université de Montréal, du CENTOR de l'Université Laval, du Groupe Polylogistique de Polytechnique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG de en management logistique de l'UQAM.

Il cherche à résoudre des problèmes liés à la conception, à la gestion, à l’opération et à la sécurité des réseaux logistiques, de services et d’infrastructures afin d'optimiser l’utilisation des réseaux et à développer des solutions innovatrices et durables pour faire face aux nombreux défis socio-économiques complexes liés aux réseaux.

Il regroupe 68 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines de la gestion, des sciences appliquées et du génie (économique, gestion de la chaîne logistique, gestion des opérations, finance, management, sciences de la décision de gestion, gestion des technologies de l'information, études urbaines, géographie, informatique, urbanisme, génie civil, génie du bâtiment, génie mécanique, génie de la construction, génie de la production automatisée, génie industriel, etc.) provenant de 9 universités (Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, UQAM, UQAR, HEC Montréal, Polytechnique et ÉTS).

Il regroupe également 46 chercheurs collaborateurs de différentes disciplines provenant de 32 universités (Montréal, Mcgill, Concordia, UQAM, UQTR, UQO, Bishop, HEC Montréal, Polytechnique, ÉTS, Carleton, McMaster, Toronto, Central Florida, Virginia Tech, Maryland, Texas A & M, Georgia Tech, California at Santa Cruz, Embry-Riddle Aeronautical - Daytona Beach, Naval Postgraduate School aux USA, Bordeaux en France, Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse, di Roma La Sapienza en Italie, Polytecnico di Milano en Italie, Polytecnico di Torino en Italie, Neufchâtel en Suisse, Genève en Suisse, Kedge Business School en France, del Pacifico au Pérou, Federal do Paraná au Panama et l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Tunis en Tunisie).

Dans le domaine du génie civil et de la construction; on y retrouve 5 chercheurs dont les intérêts portent sur la modélisation et la planification des systemes de transport; les problmes de tournées de véhicules; le transport en commun flexible; le développement d'un réseau ad-hoc de capteurs pour la surveillance des systèmes de transport et de collecte de données; le comportement des piétons dans les espaces publics; le développement d'un microsimulation à base d'agents pour le déplacement des piétons dans les hubs de mobilité; le développement de nouvelles technologies de sécurité routière sur les routes urbaines; le développement d'indicateurs de mobilité durable, d'abord comme outil de monitoring des impacts des projets; la prédiction en ligne des conditions de circulation sur les routes urbaines à l'aide des traces GPS; la modélisation mathématique de l'écoulement et du comportement;la modélisation des interactions entre mobilité urbaine et dynamiques spatiales; la modélisation des temps de parcours et de la congestion sur le réseau routier (GPS, Bluetooth, véhicule flottant); etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en estimation des variables hydrologiques : cherche à comprendre des variations des débits des cours d’eau d'évaluer l'impact des changements climatiques sur la dynamique des cours d'eau et aini, prévenir des événements comme les inondations lors de la conception d’ouvrages hydrologiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en modélisation de la qualité de l’eau Model-EAU : étudie l’impact des eaux usées sur la qualité de l’eau en rivière en utilisant des stations de mesure automatisées et des modèles mathématiques.

 

-    Chaire de recherche industrielle CRSNG sur l'interaction charges lourdes/climat/chaussées i3c : s'intéresse à la performance structurale et fonctionnelle des chaussées soumises à la sollicitation par les véhicules lourds dans le contexte climatique canadien.

  

-         Chaire CRSNG-industrie sur les matériaux composites novateurs en polymères renforcés de fibres pour les infrastructures en béton durable : étudie le comportement structural des éléments en béton renforcés avec des barres en PRF.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génie parasismique et dynamique des structures : cherche à développer de nouvelles techniques de contrôle de vibrations des structures de génie civil comme les bâtiments, les barrages, les ponts, les viaducs, etc. On y effectue également des mesures, des prédictions et des évaluations de l’endommagement des structures après un séisme.

 

-         Chaire de recherche du Canada en matériaux d’avant-garde en génie : développe de nouveaux matériaux plus légers et abordables pour divers travaux de construction de structures, mais qui pourraient également servir pour les domaines du transport et de l’aérospatial.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur les matériaux composites d’avant-garde pour les structures de génie civil : développe et concoit une nouvelle génération de produits en plastique de fibre de verre renforcés PRF à haute performance et accroître leur utilisation pour les structures de génie civil qui contribueront à rendre les infrastructures plus durables et plus résistantes à la corrosion ainsi qu’à faire diminuer leur coût d’entretien.

 

-    Chaire de recherche industrielle CNRSG en gestion et surveillance de la qualité de l'eau potable de l'Université Laval : développe des stratégies de protection des sources d’eau potable à l’échelle du bassin versant; développe des procédés novateurs pour l’enlèvement des contaminants et des précurseurs de ceux-ci; développe des stratégies de gestion de la désinfection avec une attention particulière à la réduction des sous-produits de la désinfection potentiellement cancérigènes et développe des outils de contrôle la qualité de l’eau en réseau de distribution.

 

-    Chaire de recherche industrielle CRSNG sur les matériaux composites novateurs en polymères renforcés de fibres (PRF) pour les infrastructures : consiste à utiliser dans le béton des barres en plastique renforcé de fibre de verre PRF composées de fibres synthétiques ou organiques incorporées dans une matrice polymérique afin d'optimiser la durée de vie des infrastructures telles que ponts et les parcs de stationnement contre la corrosion.

 

-    Chaire de recherche industrielle CRSNG-Hydro Québec sur l'optimisation du cycle de vie des barrages en remblai : les recherches portent sur la caractérisation des comportements hydrique, thermique, mécanique des matériaux des barrages en remblai; modélisation et prédiction du comportement des barrages en remblai sous sollicitations normales et exceptionnelles, notamment les séismes; le développement des critères de sélection des différents matériaux dans le but d’optimiser la vie utile des barrages; ainsi que l'établissement des seuils critiques de comportement aux séismes pour l’inspection des barrages en remblai.

 

-    Chaire de recherche sur l'évaluation et la mise en œuvre de la durabilité en transport (aussi appelé "Chaire Mobilité") : développe des méthodologies pour soutenir l’évaluation des contributions des projets, politiques et plans de transport au développement durable.

 

-    Chaire de recherche industrielle CNRSG en gestion et surveillance de la qualité de l'eau potable de l'Université Laval : développe des stratégies de protection des sources d’eau potable à l’échelle du bassin versant; développe des procédés novateurs pour l’enlèvement des contaminants et des précurseurs de ceux-ci; développe des stratégies de gestion de la désinfection avec une attention particulière à la réduction des sous-produits de la désinfection potentiellement cancérigènes et développe des outils de contrôle la qualité de l’eau en réseau de distribution.

 

-    Chaire industrielle de recherche sur la construction éco responsable en bois : regroupant des chercheurs de différentes disciplines (génie du bois, génie civil, génie industriel, architecture, design de produits) de l'Université Laval; développe des nouvelles méthodes de construction et le développement de nouveaux matériaux écoresponsables pour la construction d'éléments de structure en bois pour bâtiments ou autres infrastructures.

 

-         Chaire industrielle en eau potable de Polytechnique : les principaux thèmes de recherches abordés sont : les traitements biologiques, les sous-produits d’oxydation, l’évolution de la qualité des eaux dans les réseaux de distribution et le développement de procédés de traitements pour des petites municipalités.

 

-         Chaire industrielle CRNSG-Hydro-Québec sur les lignes aériennes de transport électrique : effectue des recherches afin de mieux comprendre le comportement structural et mécanique des lignes de transport d’électricité d’Hydro-Québec.

 

-         Équipe de développement et recherche en structures et réhabilitation de l'ÉTS : s’intéresse à la réhabilitation des structures existantes et leur mise en conformité des normes sismiques. Les expertises de cette équipe comprennent la réhabilitation d'éléments en béton armé à l'aide de matériaux composites avancés, les analyses dynamiques et sismiques des structures existantes et leur mise en conformité sismique, l'amélioration de la performance des structures par modification de la typologie et l'interaction dynamique sol/structure.

 

-         Groupe de recherche en auscultation et instrumentation du béton (et Chaire CRSNG-Industrie sur l'auscultation des structures de béton) : ses principaux axes de recherches sont : estimation des propriétés physico-mécaniques du béton, détection des fissures dans le béton, détection des risques de corrosion dans les dalles de béton armé, évaluation des dommages causés par la réaction alcalis-granulats, évaluation de l'état des câbles de renforcement.

 

-         Groupe de recherche en génie des structures de Polytechnique : on y effectue des recherches visant à améliorer la stabilité des structures de divers ouvrages de génie civil situés au Canada dans l’éventualité de séismes majeurs.

 

-         Groupe de recherche en infrastructures urbaines : rattaché au Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’INRS, ce groupe modélise l’état structural des infrastructures souterraines d’aqueduc afin de développer de nouveaux plans de gestion intégrée de l’eau potable des municipalités. Des projets ont réalisés pour la Ville de Québec et des municipalités de la région de la Côte-Nord.

 

-    Groupe de recherche interdisciplinaire en mobilité, environnement et sécurité GRIMES : regroupant des chercheurs de Mcgill, Laval, Polytechnique et Concordia; il s'intéresse aux questions environnementales des transports et en sécurité routière. Dans le domaine du génie civil, les intérêts portent notamment sur la modélisation du comportement des usagers en sécurité routière (développement de modèles de prédiction accident, les modèles d'exposition au risque de chute pour les piétons et les cyclistes, les méthodes d'identification des points chauds et l'évaluation des interventions en matière de sécurité); qualité de l'air sur les routes (modélisation des émissions de transport routier et de la qualité de l'air urbain, ainsi que l'évaluation de l'exposition de la population à la pollution de l'air); etc.

 

-         Groupe de recherche spécialisé en développement et en recherche appliquée à la modélisation environnementale DRAME : ce groupe se spécialise dans la modélisation environnementale en hydrologie, en hydraulique et en  chimie en utilisant des technologies de pointe comme la télédétection, les modèles informatiques, le traitement de l’image et l’expérimentation en laboratoire. Ses principaux axes de recherche sont : modélisation hydrologique à bases physiques (développement d’algorithmes hydrologiques compatibles avec les données de la télédétection); impact des changements climatiques sur le cycle hydrologique (prévision de la fonte de neige à partir d’un modèle numérique de fonte de neige, développement d’un indice d’humidité du bassin Mackenzie à partir d’images micro-ondes passives, etc); applications de la télédétection en hydrologie; prévision en temps réel des inondations; etc.

 

-   Groupe expérimental et numérique d'ingénierie des écoulements d'eau de Polytechnique GENIE EAU : développe les méthodes numériques et expérimentales pour favoriser la qualité des services d’ingénierie dans une multitude de domaines allant de la gestion des crues à la distribution de l’eau potable et à l’hydroélectricité.

 

-         Groupe interdisciplinaire de recherches sur les éléments finis : regroupant des chercheurs de l’Université Laval et de l’École Polytechnique, on y effectue des recherches dans les domaines suivants : écoulements en milieux industriels, fluides industriels, matériaux légers, biomédical et veille technologique.  Voici quelques exemples de projets réalisés : développement du logiciel MEF ++ pour la résolution de problèmes en mécanique des fluides, mécanique des solides et transfert de chaleur; Projet Aquaculture consacré à la modélisation 3D de la circulation de l’eau (écoulement à surface libre) et du transport de matières solides à l’intérieur des bassins d’élevage.

 

-         Installation d'essais des infrastructures civiles : centre de recherches du Gouvernement du Canada situé à Ottawa en Ontario. Il effectue de nombreuses recherches sur les conditions de travail sur les chantiers, sur les matériaux utilisés en construction et le développement de nouveaux outils de travail. Des projets tels que les suivants sont en cours : performance des toitures et de l’isolation, constituants du béton et technologies structurelles, sécurité-incendie des grandes structures, performance des systèmes de détection et de protection des incendies, caractérisation du comportement au feu des matériaux, la qualité de l’éclairage dans les bâtiments, mise au point de technologies visant à améliorer la qualité de l’air dans les bâtiments, l’insonorisation des murs, l’insonorisation des planchers, réhabilitation rentables des structures de béton vieillissantes, mise au point de techniques efficaces d’entretien préventif et de réhabilitation des chaussées, performance des réseaux d'égouts collecteurs et des conduites principales de distribution d'eau, etc.

 

-    Installations d'essais en souffleries : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa effectue des

 

-   Institut Concordia pour l'eau, l'énergie et les systèmes durables : développe des  technologies innovantes pour capturer, stocker, distribuer, et d'optimiser les ressources énergétiques renouvelables (tels que biocarburants, procédés de bioraffinage, systèmes énergétiques pour bâtiments, développement de technologies et stratégies de traitement des eaux usées, développement de technologies pour l'assainissement et de restauration des eaux contaminées, modélisation et simulation hydrologique des bassins versants, développement de technologies pour l'aménagement des eaux souterraines, etc.).

 

-         Institut de recherche d’Hydro-Québec : le plus important centre de recherches en génie au Québec et un des plus importants au pays effectue de nombreuses recherches dans plusieurs champs d’intérêt au génie civil. En voici quelques exemples :  modélisation et simulation numériques des comportements des installations et équipements à divers climats (glaces, pluie, vent, neige, etc), réactions des structures et des appareils aux séismes, analyse des structures des ouvrages de génie civil (notamment les barrages), réhabilitation des structures ayant subis des dommages suite à l’usure, au vieillissement ou aux climats, analyse des ressources hydriques des barrages hydro-électriques, études des comportements des installations hydro-électriques nordiques, géotechniques des barrages, développement de nouvelles méthodes de protection contre les intempéries, etc.

 

-   Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société de l'Université Laval : important centre de recherche regroupant 94 chercheurs de plus d'une trentaine de disciplines reliées au domaine de l'environnement et du développement durable dans une perspective interdisciplinaire. Parmi les domaines reliés au génie civil et du génie des eaux, on retrouve : gestion intégrée de l'eau, hydrologie et hydrométéorologie, hydraulique fluviale, mécanique des glaces fluviales, traitement des eaux usées, traitement de l'eau potable, gestion des eaux de ruissellement routier, protection des sources d'eau, surveillance de la qualité de l'eau, restauration de sites contaminés, planification des transports dans un contexte de développement durable, etc.

 

-    Laboratoire d'études multidisciplinaires en gestion de projets de l'UQAC : on s'intéresse notamment sur la gestion des relations entre les différents acteurs, sur le long terme, la gestion de projet dans un contexte multiculturel, la gestion des ressources humaines dans un contexte de projet, les compétences collectives en gestion de projet, ainsi que l’évaluation de la valeur ajoutée économique dans les projets à fort potentiel de développement territorial.

 

-    Laboratoire de fondations de Concordia (en anglais) : s'intéresse aux problèmes d'interaction sol-structure, capacités des fondations sur pieux, calcul parallèle des contraintes autour des excavations souterraines, modélisation numérique de l'impact et de la propagation du stress par géomatériaux, performance des matériaux de fondation et de la chaussée dans les routes, modélisation de la fracture de la roche à l'aide d'éléments discrets 2D et 3D, etc.

 

-    Laboratoire de géotechnique et de génie géoenvironnemental de l'ÉTS : effectue des recherches qui portent sur la caractérisation et la modélisation du comportement hydrogéomécanique et hydrogéochimique des dépôts meubles d’origine géologique afin d'•améliorer la sécurité des ouvrages géotechniques et la prévision des risques géologiques naturels (comme les glissements de terrain, la liquéfaction); ainsi que le développement de voies de géovalorisation des sols contaminés et des matières résiduelles.

 

-         Laboratoire de simulation sismique de Polytechnique : on y réalise des essais sismiques systèmes structuraux à grande échelle et d'équipements mécaniques ou électroniques à l’aide d’un simulateur sismique.

 

-    Laboratoire des matériaux de construction de Concordia (en anglais) : étudie la durabilité des matériaux de béton, y compris la réaction alcali-silice, la résistance aux sulfates, résistance aux chlorures et la résistance gel-dégel; matériaux cimentaires alternatifs, cimentés remblai en pâte.

 

-    Laboratoire de structures de Concordia (en anglais) : se concentre sur la dynamique des structures de batimentso ou d'ouvrages de génie civil (ponts, viaducs, éoliennes, pylônes électriques ou de communication, etc.), le génie parasismique, la réhabilitation, l'évaluation de la qualité des matériaux et du béton armé, etc.

-    Laboratoire de génie de l'environnement de l'Université de Sherbrooke : développe des technologies environnementales novatrices de réhabilitation des milieux contaminés, ainsi que la caractérisation des milieux contaminés.

 

-    Laboratoire de génie de l'environnement de Polytechnique : voir CREDEAU

-    Laboratoire international des matériaux antigivre de l'UQAC : les recherches portent sur porte sur les fluides dégivrants et antigivre commerciaux, les premiers étant appliqués sur les aéronefs pour faire fondre la glace, et les seconds pour en prévenir la formation en conditions de givrage sévère (écoulement aérodynamique des fluides contaminés, résidus de gel, grésil, neige roulée, etc.).

 

-         Laboratoire universitaire sur les chaussées, routes et enrobés bitumineux : les recherches ont pour but de développer de nouveaux matériaux plus efficaces et plus performants lors de la construction et l’entretien de nos routes.

 

-    Laboratoire sur les chaussées et les matériaux bitumineux de l'ÉTS : s'intéresse au développement de nouveaux matériaux bitumineux et les chaussées souples plus efficaces et plus performants lors de la construction et l’entretien de nos routes.

 

-         Observatoire de recherches internationales sur l’eau : rattaché à l’Institut québécois des hautes études internationales, on y étudie les divers problématiques de la gestion des ressources en eau, de surface comme souterraines, dans le contexte des relations internationales et des écosystèmes transfrontaliers.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique. On y effectue notamment des recherches en décontination des sols (principalement ceux contaminés par des résidus de tirs réels, d’explosifs, etc) qui pourront servir à la décontamination des sites de la Défense Nationale et à des sites contaminés dans les pays minés (Afghanistan, par exemple), mais également pour des sites contaminés par divers produits chimiques (usines chimiques, sites d’enfouissement sanitaire, etc).

 

-    Réseau de recherche sur le bâtiment solaire (en anglais) : regroupant 29 chercheurs de 15 universités canadiennes et relevant de Concordia, développe un système technologique de pointe par énergie solaire intégrant une approche de consommation nette d'énergie de zéro tout en étant rentable et confortable.

 

-    Réseau québécois de recherche interuniversitaire sur les eaux souterraines : regroupe plus de 40 chercheurs de plusieurs disciplines (géologie, géographie, génie civil, génie géologique, génie minier) provenant des universités UQAM, UQAC, UQAT, UQAR, Laval, Mcgill, UQTR, Concordia, INRS, Polytechnique et ÉTS, ainsi que de la Commission géologique du Canada; consacre ses recherches sur les eaux souterraines selon les 3 axes suivants : la compréhension des systèmes hydrogéologiques, les interactions entre les eaux souterraines et de surface, ainsi que la gestion des eaux souterraines.

Dans le domaine du génie civil et du génie des eaux; les intérêts portent notamment sur l'impact des changements climatiques sur la qualité et la quantité des ressources en eau; l'influence de la perte de couverture neigeuse et/ou glaciaire sur l'hydrologie des bassins versants; la modélisation numérique en hydrogéologie; l'hydrogéologie des contaminants; protection des sources d'approvisionnement en eau potable; suivi environnemental et modélisation des sources de contamination dans les réseaux d'égout sanitaire; la décontamination des eaux souterraines; etc.

 

-    Transportation Research at Mcgill Group TRAM (en anglais) : groupe interdisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs en génie civil, génie industriel, géographie et urbanisme dans le domaine de la planification des opérations de transport.

En génie du bâtiment :

-    Canmet Énergie : centre de recherche de Ressources naturelles Canada situé à Varennes en Montérégie réalisée de nombreuses recherches dans le domaine des sciences et technologies énergétiques en partenariat avec l'industrie. Dans le domaine du génie du bâtiment; on y développe et optimise des technologies solaires pour les bâtiments; développe et optimise des technologies émergentes en réfrigération; développe et optimise de nouvelles technologies en chauffage (pompes à chaleur thermique, pompes à chaleur géothermique, éjecteurs); ainsi qu'en commissioning des nouveaux bâtiments (processus intensif d’assurance de la qualité qui commence dès la préconception d’un nouveau bâtiment et se poursuit pendant sa construction, son occupation et son opération).

 

-    Centre for Zero Energy Building Studies (en anglais) : effectue des différentes recherches reliées à la construction des bâtiments qui permettront d’améliorer la santé, la sécurité et le confort des occupants. Ses principaux axes de recherche sont : la performance des enveloppes des bâtiments (matériaux, structures, sciences du bâtiment, etc); l’environnement intérieur (acoustique, éclairage, qualité de l’air intérieure, confort thermique); soutien aux technologies du bâtiment (ventilation naturelle, sources d’énergie renouvelables, le rendement énergétique, etc); les effets du vent sur les bâtiments (la pression du vent, dispersion des polluants, environnement du vent, etc); le design de bâtiment assisté par ordinateur et la gestion en génie construction.

 

-    Chaire industrielle de recherche sur la construction éco responsable en bois : regroupant des chercheurs de différentes disciplines (génie du bois, génie civil, génie industriel, architecture, design de produits) de l'Université Laval; développe des nouvelles méthodes de construction et le développement de nouveaux matériaux écoresponsables pour la construction d'éléments de structure en bois pour bâtiments ou autres infrastructures.

 

-    Groupe de recherche en intégration et développement durable en environnement bâti (et chaire de recherche industrielle Pomerleau sur l'intégration des pratiques et des technologies en construction) : s'intéresse à la conception intégrée avec l'optique de développement durable, développement de projets de construction selon l'approche Lean, ainsi que la modélisation et simulation 3D, 4D et 5D en conception de bâtiments.

 

-   Installation d'essais sur l'environnement intérieur : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa s'intéresse à la  transmission acoustique au travers des planchers et des murs, à la  transmission indirecte du son (bruits aériens, bruits d'impact, etc.), sur  la formation et lacaractérisation de moisissures, sur les émissions de  produits chimiques organiques provenant de produits de construction et biens  de consommation et sur l'évaluation de l’impact des stratégies de  ventilation et de suppression de contaminants applicables aux constructions  résidentielles.

 

-    Installations d'essais en souffleries : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa effectue des mesures, essais et évaluation en  aéroacoustique, la formation, détection et réduction de la glace sur les câbles de structures et en aérodynamisme des structures d'ouvrages de génie  civil et de bâtiments en hauteur.

 

-    Laboratoire d'efficacité énergétique du bâtiment (en anglais) : s'intéresse à la performance thermique des bâtiments, dont : l'évaluation de l'étanchéité des bâtiments, l'analyse et la surveillance énergétique des bâtiments des et des systèmes de CVC, paramètres thermiques de l'air intérieur, le confort thermique, estimation des fuites d'air des enveloppes du bâtiment par thermographie infrarouge, etc.

 

-    Laboratoire d'acoustique du bâtiment (en anglais) : s'intéresse à la mesure de l'intensité acoustique des pieces, l'évaluation du coefficient de l'absorption acoustique, la transmission du son, la qualité des matériaux acoustiques, etc.

 

-    Laboratoire d'éclairage et d'énergie solaire (en anglais) : se concentre sur l'intégration des systemes d'énergie solaire dans les batiments pour produire de l'électricité, de la chaleur utile et de l'éclairage naturel.

 

-    Laboratoire d'enveloppe du bâtiment (en anglais) : s'intéresse à l'analyse et la conception de l'environnement intérieur d'un bâtiment comprenant la durabilité, le transfert de chaleur, l'isolation, l'humidité, l'efficacité énergétique et la conservation de l'énergie, la qualité de l'air et la ventilation, la qualité des matériaux de construction, etc.

 

-    Laboratoire d'études multidisciplinaires en gestion de projets de l'UQAC : on s'intéresse notamment sur la gestion des relations entre les différents acteurs, sur le long terme, la gestion de projet dans un contexte multiculturel, la gestion des ressources humaines dans un contexte de projet, les compétences collectives en gestion de projet, ainsi que l’évaluation de la valeur ajoutée économique dans les projets à fort potentiel de développement territorial.

 

-    Laboratoire de fondations (en anglais) : s'intéresse aux problemes d'interaction sol-structure, capacités des fondations sur pieux, calcul parallèle des contraintes autour des excavations souterraines, modélisation numérique de l'impact et de la propagation du stress par géomatériaux, modélisation de la fracture de la roche à l'aide d'éléments discrets 2D et 3D, etc.

 

-    Laboratoire des matériaux de construction (en anglais) : étudie la durabilité des matériaux de béton, y compris la réaction alcali-silice, la résistance aux sulfates, résistance aux chlorures et la résistance gel-dégel; matériaux cimentaires alternatifs, cimentés remblai en pâte.

 

-    Laboratoire de structures (en anglais) : se concentre sur la dynamique des structures de batimentso ou d'ouvrages de génie civil (ponts, viaducs, éoliennes, pylônes électriques ou de communication, etc.), le génie parasismique, la réhabilitation, l'évaluation de la qualité des matériaux et du béton armé, etc.

 

-    Trottier Institute for Sustainability in Engineering & Design TISED (en anglais) : ce centre interdisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Mcgill s'intéresse au développement de nouvelles technologies et au développement de nouveaux procédés de fabrication dans un contexte de développement durable, dont les infrastructures urbaines et développement durable (planification environnementale des infrastructures urbaines, planification d'infrastructures de transport durable, hydraulogie urbaine, traitement des eaux usées usées municipales, ingénierie fluviale, remise en état des sols contaminés et des eaux souterraines, etc.).

 

En génie électrique :

 

-         Agence spatiale canadienne (Laboratoire David Florida) : situé à Ottawa, ce laboratoire est le centre canadien voué à l’intégration, à l’assemblage et à l’essai d’engins spatiaux. Voici quelques exemples de projets en cours ou complétés : téléscope spatial canadien MOST permettant d’étudier la microvariabilité et les oscillations stellaires, satellite canadien SCISAT-1 d’étude de l’atmosphère terrestre, OPTUS C1 le satellite de télécommunications australien, RADARSAT-2 le nouveau satellite canadien d’observation de la Terre, le MSS Système d’entretien mobile est la contribution canadienne à la Station spatiale internationale, Canadarm le Bras robotique télémanipulateur canadien de la navette spatiale qui subit constamment des améliorations, BSAT 2A et BSAT 2B des satellites japonais de télédiffusion directe à domicile, etc.

 

-    Canmet Énergie : centre de recherche de Ressources naturelles Canada situé à Varennes en Montérégie réalisée de nombreuses recherches dans le domaine des sciences et technologies énergétiques en partenariat avec l'industrie. Dans le domaine du génie électrique; on y effectue des recherches dans le domaine de l'efficacité énergétique; l'intégration des technologies propres dans les réseaux et infrastructures électriques actuels; le développement de projets d'implantation et de construction d'infrastructures d'énergies renouvelables (solaires, éoliens, géothermiques, biomasse); en développement de technologies solaires pour les bâtiments; en développement de technologies émergentes en réfrigération, en développement de nouvelles technologies pour le chauffage (pompe à énergie thermique, pompe à énergie géothermique, etc.); ainsi qu'en développement et optimisation des procédés industriels par l'intégration des technologies propres (bioraffinage, biomasse, récupération et valorisation des rejets thermiques, valorisation des déchets industriels comme source d'énergie, etc.) afin d'améliorer l'efficacité énergétique.

 

-    Centre collégial de transfert de technologie en télécommunications : centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep de Trois-Rivières en Mauricie ayant pour mandat  de réaliser des activités de recherche appliquée (processeurs de signaux numériques, traitement des signaux, transmission de données sans fil), d'expertise et de soutien technique dans le développement de technologies pour les télécommunications (conception de circuits de télécommunications, conception de circuits numériques et de systèmes d'alimentation, élaboration de procédures d'entretien, études de faisabilité technique et développement de prototypes, etc.).

 

-    Centre d'innovation en microélectronique du Québec CIMEQ :  centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep Lionel-Groulx dans les Laurentides ayant pour mandat  de réaliser des activités de recherche appliquée, d'expertise et de soutien technique dans dans le développement de technologies en microélectronique (technologies de prise de mesures, technologies de gestion d'énergie,  technologie de sécurité,, systèmes de contrôle pour le bâtiment,  systèmes de transport intelligent, systèmes de positionnement et localisation, systèmes d'automatisation industrielle, systèmes de télésanté, systèmes de communication câblés, systèmes de communication sans fil, etc.);  en programmation (microcodes embarqués, orientée objet, interfaces visuelles, interfaces Web, interfaces mobiles), en conception de schémas électroniques et de circuits imprimés, etc.

 

-    Centre d'optique, photonique et laser de l'Université Laval : situé à Québec et rattaché à l'Université Laval, il est le plus important centre de recherche universitaire en optique et photonique au Canada et l'un des plus importants au monde. Des recherches sont effectuées dans les domaines de l'optique guidée et fibres optiques, imagerie, métrologie et instrumentation optique, matériaux photoniques, communications optiques et les lasers et impulsions ultrabrèves.

-    Centre de collaboration MiQro Innovation (C2MI) (et Chaire CNRSG-IBM Canada sur l'encapsulation innovante de puces électroniques) : situé à Bromont en Montérégie, ce centre de recherche appliquée et d'innovation  industrielle en micro et nanotechnologies regroupe des chercheurs des  universités de Sherbrooke, Mcgill, Laval, Polytechnique et ÉTS, ainsi que Toronto et UBC; des centres de recherche partenaires tels que l'Institut  na ional d'optique INO de Québec, Nano Québec, Optech, CIMEQ, le  Regroupement stratégique en microsystèmes du Québec et le Regroupement  québécois sur les matériaux de pointe; ainsi que des partenaires industriels  tels que : CMC Microsystems, NSE Automatech, Averna, Motsai, EHT  International, Parker micro/thermo technologies, Alces Technologie, etc.

On s'intéresse aux domaines tels que : caractérisation des matériaux  électroniques et analyse de défaillances, développement de nouveaux  composants micro et nanoélectronqiue, développement de technologies  microélectromécaniques, intégration de la microélectronique aux technologies  existantes, développement de nouveaux matériaux et procédés d'encapsulation  de puces électroniques, réalisation d'assemblage de semi-conducteurs  prototypes, tests et inspections électriques de composantes électroniques, etc.

-    Centre de développement des transforts de Transports Canada : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa qui réalise de nombreuses recherches dans le domaine des transports. Parmi les intérêts en lien avec le génie électrique et le génie informatique, il y a : développement de stations de surveillance électronique du réseau routier; conception et développement d'un système de surveillance et de suivi des marchandises dangereuses; développement d'un capteur d'oxyde d'azote embarqué; développement d'un système d'affectation pour véhicules commerciaux; essais en mer d'un radar de détection de glaces dangereuses; développement de radars de surveillance en sécurité routière; développement de technologies électriques pour le transport urbain routier; etc.

 

-    Centre de recherche en électronique et radiofréquence : regroupant 46 chercheurs de Polytechnique, Mcgill, Concordia, Sherbrooke, ÉTS, Laval, UQTR, UQAR UQAM, UQO et UQAT; développe de nouvelles technologies associées aux radiofréquences (notamment de nouveaux matériaux dans la réalisation de nouveaux composants RF et de nouveaux procédés de micro et nanofabrication) tels que des capteurs radiofréquence et des radars pour des applications en sécurité des lieux publics, le domaine biomédical, le domaine militaire, en recherche & sauvetage, en protection environnementale, etc.

 

-    Centre de recherche en photonique de l'Université d'Ottawa (en anglais) : regroupant une vingtaine de chercheurs en physique, chimie génie électrique dont plusieurs titulaires de chaires de recherche; s'intéresse aux domaines tels que : optique non-linéaire quantique, photonique plasmonique de surface, interactions ultra-rapide laser-matière, photonique ultra-rapide, photonique attoseconde, optoélecronique, nanostructures et dispositifs intégrés, nanophotonique computationnelle, photonique moléculaire, photonique micro-ondes, etc.

 

-    Centre de recherche en photonique de l'UQO : situé a Gatineau en Outaouais, il s'intéresse au développement de technologies telles que : senseurs en fibres optiques, communications sans fil et par fibres optiques, métrologie et calibration de paramètres non électriques, optoélectronique, modélisation, fabrication et caractérisation de composantes, de dispositifs et de systèmes photoniques et électroniques.

 

-         Centre de recherche et développement d’Ericsson Canada : situé à Montréal, il est l’un des 5 centres mondiaux de recherche de la cette multinationale de l’électronique. On y effectue des recherches afin de développer des solutions de messagerie de bout en bout hautement perforrmances, ainsi que des technologies des réseaux IP.

 

-         Centre de recherche en nanofabrication et nanocaractérisation de l’Université de Sherbrooke : différentes recherches dans ce domaine sont réalisées : fabrication de dispositifs photoniques pour les télécommunications par fibre optique, conception d’une prothèse cochléaire (pour sourds), fabrication de composantes de communication à haute-fréquence, etc.

 

-         Centre de recherche sur les communications Canada : organisme de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa. On y réalise plusieurs projets de recherches dans les domaines suivants : communications par satellite et propagation radioélectrique, traitement des signaux de télécommunications, développement de systèmes de radios avancés, communications terrestres sans fil, mise en place d’un réseau à large bande pour l’inforoute canadienne, développement de technologies d'audiodiffusion touche les systèmes vidéo de pointe et la télévision numérique (TVN), la radio numérique (RAN) et la radiodiffusion de données par canaux terrestres conventionnels, satellite, câble, systèmes de distribution multipoints (SDM) et services locaux de communications multipoints (SLCM), etc.

 

-    Centre de recherche sur les systèmes et les technologies avancées en communication SYTAcom : regroupant des chercheurs de Mcgill, Sherbrooke, Concordia, Laval, ÉTS et INRS; les recherches sont effectuées sur les systèmes de technologies de l’information et des communications, soit : traitement du signal intelligent (récupération multimédia par contenu, compression et transmission du signal audiovisuel); réseautique (réseaux de capteurs sans fil et réseaux ad-hoc, applications réseautiques et infonuagiques, mesure et analyse de réseaux); réseaux optiques (architecture de réseaux optiques, systèmes de transmission à fibre optique, radio sur fibres optiques et Fiwi, etc.); technologies de transmission avec ou sans fil (allocation de ressources, implantation de systèmes de télécommunication, code et limites de performance, technologies de relais, etc.).

 

-    Centre de recherche Poly-Grames : ce groupe de recherches de l'École Polytechnique, s'intéresse au domaine des radiofréquences RF, des micro-ondes incluant les micro-ondes photoniques et des ondes millimétriques et développe plusieurs méthodes de design de circuits micro-ondes pour diverses applications (radars, antennes, senseurs et applicateurs biomédicaux, composants de fibres optiques, composants de micro-ondes photoniques, instrumentation de mesure par micro-ondes ou par ondes millimétriques, circuits ferroélectriques pour des condensateurs, etc.).

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « énergie »; on développe de nouvelles technologies énergétiques renouvelables; on y développe des méthodes d'efficacité énergétique dans les procédés industriels; on y développe des méthodes d'intégration des énergies propres aux infrastructures électriques existantes, etc.

Dans le domaine de l'« automatisation industrielle »; on y développe des nouvelles technologies d'automatisation des procédés de fabrication ou de transformation des produits et on y développe des méthodes d'optimisation des procédés existants. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un robot de découpe de flancs de porcs pour un abattoir de porcs; développement d’une solution sur mesure intégrant la robotique, la vision artificielle et les systèmes de contrôle des procédés pour un fabricant de pièces moulées; développement d’une cellule de manutention automatisée pour diverses types d’entreprises manufacturières, développement d’un robot souffleur pour le nettoyer du dessous des wagons de métro pour la STCUM, etc.

  

-    Centre de robotique et de vision industrielle : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Lévis-Lauzon en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines de la robotique intelligente, du soudage robotisé et de la vision artificielle (ex de projets réalisés ou en cours : système de vision embarqué pour le comptage automatisé de spécimens aquatiques, système de vision 3D adaptatif et temps réel pour la modélisation des orthèses et prothèses, développement d’une technique d’inspection non-destructive pour les pièces composites aéronautiques à géométrie complexe, système de vision pour la détection du givre sur les pales des éoliennes, etc.).

 

-    Centre des sciences pour la sécurité : centre de recherche de Recherche et Développement pour la Défense Canada situé à Ottawa effectue des recherches qui visent

 

-   Centre de technologie aérospatiale CTA : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep Edouard-Montpetit (École nationale d'aérotechnique) en Montérégie qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée, développement technologique et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises de l'aérospatiale dans différents domaines techniques dont l’usinage, les matériaux composites, la métrologie, l’inspection dimensionnelle et non destructive, l’avionique et les opérations aériennes.

Voici quelques exemples de projets réalisés : réalisation de tests environnementaux déterminant la résistance des composantes électroniques aux tempêtes de sable et à la poussière; moulage de pièces en composites (par injection liquide, par autoclave ou par compression); développement de méthodes innovatrices et adaptées à l'industrie aérospatiale en usinage robotisé de précision des cellules aéronautiques; automatisation complète d’une machine-outil à commande numérique multiaxe pour assurer la fabrication de composantes aérospatiales; analyses et simulations variés du comportements des matériaux composites utilisés en aérospatiale (microscopie, études thermiques, analyses par éléments finis); inspection des pièces fabriquées en matériaux composites selon les méthodes suivantes : l’ultrason, la thermographie, la shearographie et le laser ultrason; etc.

 

-    Centre de technologie de fabrication en aérospatiale du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Montéral et Mirabel, il se consacre au développement de méthodes de fabrication moderne de composantes et de pièces pour l'industrie aérospatiale. Dans le domaine du génie électrique et électronique, des recherches sont effectuées en conception et développement de systèmes de fabrication automatisés incluant le soudage de proche en proche robotisé, systèmes d'automatisation adaptables, assemblage robotisé de structures, etc.

 

-    Centre international de recherche sur le givrage atmosphérique et l'ingénierie des réseaux électriques CENGIVRE de l'UQAC : étudie les problèmes du givrage sur les réseaux électriques par différents moyens (modélisation et simulation numérique, modélisation des décharges électriques, études probabilistes du givrage, etc.).

 



L'axe de recherche "Instruments, dispositifs électroniques et systèmes" : comprend le développement de l'ingénierie et de mathématiques des outils pour l'étude du son et de la musique, qui englobe l'étude des instruments et salle acoustique, traitement du signal numérique, des instruments de musique numériques et les appareils, ainsi que le développement de logiciels pour la musique interactive et ordinateur- composition assistée.

Les intérêts portent notamment sur la modélisation informatique acoustique, acoustique virtuelle, les systèmes immersifs, des capteurs intelligents et fusion de capteurs adaptatifs instruments / interfaces et systèmes d'aide à l'audition, etc.

Dans le domaine du génie électrique et du génie électronique; on y retrouve 1 chercheur qui développe de nouveaux systèmes d'enregistrement audio; de nouvelles technologies pour la diffusion du son; de système avancés de communication inter-individuels (pour orchestres ou harmonies par exemple); etc.

 

-   Centre Interuniversitaire de Recherche sur les Réseaux d'Entreprise, la Logistique et le Transport CIRRELT : l'un des plus importants centres de recherche dans le domaine des transports en Amérique du Nord, ce centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche de réputation internationale a été forme à la suite de la fusion du Centre de recherche sur les transports de l'Université de Montréal, du CENTOR de l'Université Laval, du Groupe Polylogistique de Polytechnique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG de en management logistique de l'UQAM.

Il cherche à résoudre des problèmes liés à la conception, à la gestion, à l’opération et à la sécurité des réseaux logistiques, de services et d’infrastructures afin d'optimiser l’utilisation des réseaux et à développer des solutions innovatrices et durables pour faire face aux nombreux défis socio-économiques complexes liés aux réseaux.

Il regroupe 68 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines de la gestion, des sciences appliquées et du génie (économique, gestion de la chaîne logistique, gestion des opérations, finance, management, sciences de la décision de gestion, gestion des technologies de l'information, études urbaines, géographie, informatique, urbanisme, génie civil, génie du bâtiment, génie mécanique, génie de la construction, génie de la production automatisée, génie industriel, etc.) provenant de 9 universités (Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, UQAM, UQAR, HEC Montréal, Polytechnique et ÉTS).

Il regroupe également 46 chercheurs collaborateurs de différentes disciplines provenant de 32 universités (Montréal, Mcgill, Concordia, UQAM, UQTR, UQO, Bishop, HEC Montréal, Polytechnique, ÉTS, Carleton, McMaster, Toronto, Central Florida, Virginia Tech, Maryland, Texas A & M, Georgia Tech, California at Santa Cruz, Embry-Riddle Aeronautical - Daytona Beach, Naval Postgraduate School aux USA, Bordeaux en France, Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse, di Roma La Sapienza en Italie, Polytecnico di Milano en Italie, Polytecnico di Torino en Italie, Neufchâtel en Suisse, Genève en Suisse, Kedge Business School en France, del Pacifico au Pérou, Federal do Paraná au Panama et l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Tunis en Tunisie).

Dans le domaine du génie électrique, informatique et logiciel; il développe différents systèmes intelligents afin d’améliorer et optimiser la circulation routière d’autres réseaux de transport, mais également concernant les réseaux de télécommunications. Les intérêts portent sur : l’architecture et la gestion des réseaux routiers, la conception de logiciels de gestion et de planification des réseaux de transport, l’ingéniérie des réseaux de transport, en optimisation combinatoire appliquée aux réseaux de transport, etc.  Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours : gestion en temps réel de flottes d’ambulance, développement d’un système informatique de répartition de véhicules de transport en temps réel, etc.

 

-    Chaire de recherche CRSNG - Ultra Electronics TCS en communications sans fil tactiques et d'urgence de haute performance : cherche à trouver des solutions de communication sans fil à haute performance dans des environnement difficiles et hostiles, où il est très probable que les infrastructures de communications soient indisponibles et les services de sécurité fortement perturbés (ex : mise en place de conditions de stabilité pour un système de communication et de brouillage simultané, positionnement de drone grâce à un algorithme de positionnement des relais, conception d'une stratégie de détection de spectre distribué en utilisant des nœuds de relais sous contraintes d'énergie, etc.).

 

-       Chaire de recherche du Canada en architecture et conception de systèmes microélectroniques avancés : effectue des recherches fondamentales et appliquées des composants électroniques afin permettre le développement de nouvelles technologies et de nouvelles applications en microélectronique.

 

-         Chaire de recherche du Canada en communications et composantes à fibre optique : rattachée au Centre d’optique, photonique et laser, cette chaire développe de nouvelles techniques permettant de réaliser des filtres multi-fréquences pour la sélection de canaux et la compensation de la dispersion chromatique. Ces recherches auront des applications dans l’industrie des télécommunications.

 

-         Chaire de recherche du Canada en communication sans fil à haute vitesse : développement des produits de communication sans fil de 4e génération.

 

-         Chaire de recherche du Canada en conversion de l’énergie électrique et en électronique de puissance : cherche à améliorer le rendement énergétique des convertisseurs statiques et la qualité de l’énergie dans les réseaux de distribution électrique par le développement des sources d’alimentation électrique pour les systèmes de télécommunication et les systèmes de traction électrique pour le transport de passagers.

 

-         Chaire de recherche du Canada en dispositifs médicaux intelligents : développe et met au point des dispositifs médicaux miniaturisés intelligents (prothèses oculaires, dispositifs de récupération de l’ouïe, instruments pour la surveillance cardio-respiratoire, instruments d’ajustement d’une micro-pompe cardiaque, microsonde vidéo pour la reconstruction 3D, etc). de leur conception aux essais cliniques.

 

-    Chaire de recherche du Canada en électronique nanométrique : met au point de nouveaux matériaux et dispositifs électroniques en utilisant la nanotechnologie.

 

-    Chaire de recherche du Canada en interconnexions photoniques : utilise la technologie optique qui peut accroître la vitesse de communication des données et réduire l’utilisation de l’énergie dans le cadre de vastes plateformes informatiques soutenant l’ère de l’information.

 

-    Chaire de recherche du Canada en nanorobotique médicale : combine la nanotechnologie (la manipulation de la matière à une échelle atomique, moléculaire et supramoléculaire) et des principes de la robotique pour élaborer des méthodes de traitement qui peuvent administrer des médicaments directement aux tumeurs et aux parties du corps difficiles à traiter.

 

-    Chaire de recherche du Canada en systèmes d'antennes de pointe : conçoit des antennes miniatures de pointe pour des dispositifs, tels que les appareils de communication personnelle, les antennes intelligentes et les capteurs biomédicaux micro-ondes.

 

-         Chaire de recherche du Canada en vision infrarouge multipolaire : rattaché au Laboratoire de Vision et systèmes numériques, cette chaire  effectue des recherches en thermographie infrarouge pour l’évaluation non destructive et développer de technologies pour l’inspection industrielle par vision numérique.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les futurs métamatériaux radiofréquence intelligents : nouvelle chaire rattaché au GRAMES de l’École Polytechnique de Montréal qui cherche à Concevoir de nouveaux métamatériaux électromagnétiques pour la prochaine génération de dispositifs à micro-ondes et à ondes millimétriques pour une vaste gammes de nouvelles applications.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les isolants thermiques et mixtes en électrotechnologie : rattaché à l’UQAC, cette chaire tente de mettre au point des tests destructifs ou non d’isolants thermiques afin d’améliorer les moyens de surveillance et de diagnostic des réseaux d’énergie électrique.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur les matériaux et composants opto-électroniques hybrides : les recherchent portent sur la compréhension et l'amélioration des propriétés de ces nouvelles structures hybrides formées à partir de couches nanocrystallines auto-assemblées et à utiliser ces structures hybrides pour développer des composants plus abordables et plus performants.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur les microsystèmes radiofréquence (RF) pour les technologies de capteurs de gaz : développe des  capteurs de gaz utilisant des microsystèmes radiofréquence afin d'améliorer considérablement la capacité de détecter différents gaz.

 

-    Chaire de recherche ÉTS en méthodologie de conception de systèmes hybrides fortement intégrés et hautement fiables : met au point une méthodologie de conception rigoureuse de systèmes hybrides fortement intégrés et hautement fiables pour les circuits intégrés et de systèmes embarqués et l’élaboration d’une méthodologie de conception de systèmes embarqués utilisant la technologie d’encapsulation 3D.

 

-    Chaire de recherche industrielle en technologies de l'énergie et efficacité énergétique te3 de l'ÉTS : regroupant des chercheurs de l'ÉTS, de l'UQAC et de l'UQAR; elle s'intéresse au développement de technologies reliées aux énergies renouvelables (énergie solaire principalement, mais également l'énergie éolienne, la géothermie, les bioconbustibles solides, liquides ou gazeux provenant de résidus agricoles, forestiers ou urbains); le stockage de l'énergie (stockage d’énergie sensible dans des matériaux liquides ou solides dont la température varie avec le niveau de stockage et le stockage latent où le chargement et de déchargement d’énergie s’effectue à température constante); l'intégration et optimisation des procédés industriels (développement de méthodes systématique d'analyse des procédés afin d'améliorer leur performance énergétique.

 

-         Chaire Hydro-Québec TransÉnergie sur la simulation et la commande des réseaux électriques : effectue des simulations du processus de transport électrique afin d’améliorer la conception et l’exploitation des réseaux de transport d’électrité d’Hydro-Québec TransÉnergie.

 

-         Chaire Ultra Electronics en télécommunications sans fil : développe des algorithmes et les circuits numériques haute vitesse pour les modems et les systèmes GPS. Les domaines de recherches abordés sont le traitement des signaux numériques à haute cadence et les systèmes de communications micro-ondes.

 

-    CPA Automatisation : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Jonquière au Saguenay-Lac-St-Jean qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines rattachés aux processus d'automatisation notamment en intégration des nouvelles technologies et en développement d'équipements spécialisés (conception de prototypes). Des essais sont également réalisés dans une mini-usine.

 

-         Electronic Devices and Materials Research Group : ce groupe de recherche de l’Université Mcgill s’intéresse notamment aux matériaux semi-conducteurs pour des applications en optoélectronique, les applications des superconducteurs haute-température, les détecteurs ultrasoniques, les nanomatériaux, etc.

 

-         Groupe de recherche avancée en micro-ondes et électronique spatiale Poly GRAMES : les principaux domaines de recherches sont les suivants : micro-ondes pour les communications spatiales et mobiles (amplificateurs de puissance micro-ondes, conception de circuits dans diverses technologies telles que MIC, MHMIC, MMIC, études de composants et circuits supraconducteurs, conception d’antennes, etc); interactions onde-matière et le chauffage par micro-ondes (caractérisation et création de modèles de matériaux diélectriques, mise au point de nouveaux réacteurs micro-ondes et de procédés de séchage, etc).

 

-    Groupe de recherche avancée en télécommunications COMunity de l'ÉTS (et Chaire de recherche industrielle CRSNG - Ultra Electronique SCT en communication sans fil d'urgence et tactique de haute performance) : effectue des recherches qui portent sur les systèmes de communication micro-ondes et sur les traitements de signaux pour des applications en télécommunication sans fil ( systèmes de communications sans fil et adaptatifs pour les réseaux de radios cognitives, systèmes WiMAX dans un environnement aéroportuaire, capteurs de mouvement, terminaux d'accès sans fil à large bande, mise en application de la nouvelle génération adaptative de codes à barres pour téléphones cellulaires, développement d'un système de mesure et de contrôle permettant l’auto configuration des appareils de communication, développement de senseurs sans fil opérant à 250 °C, etc.).

 

-         Groupe de recherche en appareillage médical de l’Université de Sherbrooke : réalise des projets de conception et de développement de systèmes destinés à palier des dysfonctions nerveuses ou motrices et des systèmes de télémétrie.

 

-         Groupe de recherche en communications cellulaires à large bande : développe de nouvelles technologies de communication à large bande pour des applications en multimédia, pour Internet etc. Ses principaux sujets de recherches sont : techniques de codage à large bande, annulation des intéférences de communications, la gestion des ressources dynamiques dans les systèmes multimédias sans fil, etc.

 

-         Groupe de recherche en contrôle et robotique de Concordia (en anglais) : groupe reconnue mondialement, des recherches multidiciplinaires en robotique sont effectuées dans le domaine de la robotique.

 

-         Groupe de recherche en électronique de puissance et électronique industrielle  de l’ÉTS : avec la collaboration étroite d’entreprises du secteur industriel, ce groupe effectue des travaux de recherche appliquée dans ces domaines. Les principaux axes de recherche sont : commande numérique des entraînements électriques, commande appliquée en avionique et en robotique, la simulation de réseaux électriques et électronique de puissance et machines électriques.

 

-         Groupe de recherche en électronique industrielle de l’UQTR : les principaux domaines de recherche de ce groupe sont : l’électronique de puissance (systèmes experts en électronique de puissance, simulation numérique et modélisation, commande intelligente de machines, didacticiel intelligent en électronique de puissance, etc), commandes (commande de manipulateurs robotisés mobiles, instrumentation appliquée à la robotique, développement d’architectures parallèles pour les machines-outils, etc); microélectronique et microsystèmes (correction de canaux de communication numérique, synthèse automatique d’architectures parallèles, systèmes de mesure de pression, microsystèmes électro-optiques, etc); électrothermie industrielle (analyse thermique en microélectronique, conception et analyse de procédés électrothermiques, analyse de contraintes thermiques en électrotechnique, etc); traitement numérique des signaux (Algorithmes de traitement numérique de signaux pour le monitoring des systèmes de communications à fibre optique, etc).

 

-         Groupe de recherche en microélectronique et microsystèmes de Polytechnique : effectue des recherches afin de développer de nouveaux circuits intégrés de haute-performance pour divers types de systèmes informatiques et électroniques.

 

-    Groupe de recherche en sciences et technologies biomédicales de Polytechnique : ce groupe de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Polytechnique, mais aussi de l'ÉTS et de Mcgill et de plusieurs disciplines des sciences médicales de l'Université de Montréal intéressés au développement de nouvelles technologies biomédicales; on y développe notamment de nouveaux microsystemes pour l'imagerie cardiovasculaire, des capteurs et micro-stimulateurs implantables des circuits intégrés V/ULSI analogiques, numériques ou mixtes pour systemes d'imagerie médicale, de systemes à ultrasons, l'assemblage de biopuces électroniques implantables pour l'imagerie notamment en endoscopie, etc.).

 

-    Groupe de recherche en Systèmes Intelligents, Mécatronique et Aérospatiale de l'Université de Sherbrooke SIgMA : développement des systèmes embarqués (tels que : système de navigation LAPS-1  pour atterrissage autonome sur Mars, système d'aide à la décision en viabilité  hivernale, minisatellite de laboratoire TEAMSAT, ordinateur embarqué utilisant  la technologie fly-by-wire pour assurer la stabilité et la performance  des avions, Collaborative Driving System (CDS) pour la gestion du trafic  routier sur les autoroutes, etc.) visant à accroître l'autonomie, les  performances, la fiabilité et la sécurité de systèmes dynamiques.

 

-         Groupe de recherche sur la parole et l’audio de l'Université de Sherbrooke : réalise divers projets de conception d’appareils de communication par la parole et d’appareils audio : compression de la voix, compression de l’audio, rehaussement des signaux pour le développement de réseaux cellulaires, système de vidéoconférence, système de communication par Internet, etc.

 

-    I.N.R.S. Énergie-Matériaux-Télécommunications : situé à Varennes en Montérégie, effectue des recherches dans les différents secteurs des télécommunications tels que : développement de nouveaux réseaux de communication, développement de nouveaux logiciels pour systèmes de télécommunication, développement de systèmes de traitement et de transmission d’images, développement de systèmes de reconnaissance vocale, développement de systèmes de communication personnelle (notamment les cellulaires), développement de simulateurs virtuels, développement d’outils et d’applications multimédias, développement d’applications Internet, etc. Dans le domaine de l'optique et de la photonique, il s'intéresse au développement de capteurs ultrasensibles pour des applications médicales et aérospatiales, la photonique moléculaire pour des applications en biologie, en médecine et en télécommunications et le développement de nouveaux composants photoniques pour diverses applications

 

-    Installation des dispositifs médicaux du CNRC : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Boucherville en Montérégie qui se

 

-    Institut canadien pour les innovations en photonique : réseau de centres d'excellences regroupant des chercheurs provenant d'universités, d'entreprises et de gouvrenements partout au Canada afin de positionner le pays comme leader mondial dans les domaines de la photonique dont son siège social est situé à Québec

 

-         Institut de recherche d’Hydro-Québec : le plus important centre de recherches en génie électrique au Québec et le 2e en importance au pays effectue de nombreuses recherches dans plusieurs champs d’intérêt au génie électrique. En voici quelques exemples :  Équipements électriques (analyse et la modélisation de différents aspects et paramètres liés aux appareillages et à leur fonctionnement, développement d’outils de diagnostic destinés à la surveillance des alternateurs, des appareillages de postes et des équipements des lignes aériennes et souterraines, etc); automatisation et système de mesure (conception et développement d’outils de pointe pour la maintenance préventive et corrective des installations et équipements, mise au point et intégration d’appareils qui permettent d’analyser, de mesurer, de surveiller, de diagnostiquer ou de commander divers équipements de production, de transport et de distribution ainsi que différentes conditions d’exploitation du réseau, etc); analyse et gestion de réseau (études analytiques des comportements dynamiques des réseaux, modélisation et simulation numériques des réseaux, développemetn de systèmes intelligents pour l’optimisation de la stabilité, fiabilité et sécurité des réseaux, etc); utilisation de l’énergie (systèmes énergétiques intégrés et génie électrique en utilisation de l'énergie, développement de nouvelles méthodes d’économie d’énergie dans les bâtiments, etc).

 

-         Institut de recherche sur l’hydrogène de l'UQTR : effectue différentes recherches sur l’hydrogène comme : le développement de nouvelles technologies de moteurs à combustion interne fonctionnant à l’hydrogène, développement de nouvelles technologies de piles à combustible fonctionnant à l’hydrogène, etc.

 

-       Institut national d’optique INO : situé à Québec, ce centre de recherches et d’expertises est un organisme privé à but non lucratif, le plus important centre de recherche en optique au Canada et l'un des plus importants au monde qui réalise des projets avec l’étroite collaboration de partenaires industriels.

Ses principaux champs de recherches sont : la biophotonique, la technologie infrarouge des bolomètres, les capteurs à fibres optiques, la conception optique, fibres optiques spéciales, la micro-optique, le micro-usinage laser, les technologies laser, la télécommunication optique spatiale, la vision artificielle et la vision industrielle et capteurs 3D.

 

-    Laboratoire d'électrotechnique, électronique de puissance et commande industrielle de l'Université Laval : effectue la simulation de réseaux électriques, la modélisation et la conception de machines électriques (moteurs et recharge de véhicules électriques, alternateurs de grande puissance, moteurs pour systèmes industriels, etc.) et de convertisseurs à base d'électronique de puissance (notamment pour des applications liées aux énergies renouvelables tels que les convertisseurs photo-voltaiques, pour les infrastructures de transport, pour la distribution électrique, pour les instruments scientifiques, les appareils médicaux, etc.)

 

-    Laboratoire d'assemblage et d'encapsulation de microsystèmes électroniques LASEM de Polytechnique : crée et développe de nouvelles puces et de circuits hybrides pour diverses applications (appareillage médical, instruments de mesure, systèmes de télécommunication sans fil, systèmes d'automatisation industrielle, etc.).

 

-    Laboratoire d'identification et de commande de machines électriques LICOME de l'UQAC : on y effectue le prototypage rapide des systèmes de contrôle en recourant à la simulation hybride en temps réel (notamment en contrôle avancé (prédictif) des machines électriques, en étude et conception de systèmes de conversion d’énergie éolienne et en intégration à grande échelle de l’éolien au réseau : fourniture de services système).

 

-    Laboratoire d'imagerie, de vision et d'intelligence artificielle de l'ÉTS : s'intéesse domaine de la perception visuelle de scènes 2D et 3D, accompagné d’éléments d’intelligence artificielle pour des applications médicales (imagerie médicale), photographie (imagerie aérienne), militaire (détection infrarouge), etc.

 

-    Laboratoire d'observation et d'optimisation des procédés LOOP de l'Université Laval : comprenant une équipe interdisciplinaire, on y développe et applique des méthodes permettant d'optimiser le fonctionnement des procédés continus des domaines suivants : transformation de la matière (traitement des minerais, biotechnologies, traitement des eaux, pâtes et papier, etc.); en aéronautique et en robotique.

 

-    Laboratoire de biophotonique et d'optoélectronique de l'Université de Sherbrooke : s’intéresse à la conception de composantes et de dispositifs miniaturisés pour l’étude des systèmes biologiques tels que des bioréacteurs et des biopuces (détection d'interactions biochimiques par fluorescence, résonance de plasmons de surface photonique intégrée sur puce, détection de radiation, microfluidique et ondes acoustiques de surface, etc.).

 

-         Laboratoire de communications et d’intégration de la microélectronique : ses recherches portent sur l’amélioration de la fiabilité des systèmes de transmission sans fil, amélioration de la robustesse des systèmes de communication et de navigation, développement de méthodes de test et de diagnostic pour circuits intégrés, développement de nouvelles architectures de systèmes de communication, etc.

 

-         Laboratoire de gestion des réseaux informatiques et de télécommunications de l’ÉTS : avec l’étroite collaboration de Bell Canada, ce laboratoire s’intéresse particulièrement aux problèmes découlant de la croissance très rapide des réseaux de communication. Les recherches concernent : les réseaux sans fil, la téléphonie IP, les agents mobiles, multicast sur IP et sur ATM, études sur les réseaux haut débit, l’analyse de congestion, la qualité du service, la gestion des réseaux, etc.

 

-         Laboratoire de radiocommunication et traitement de signal de l’Université Laval : spécialisé en communications haute-fréquences pour le développement des systèmes d’antennes pour réseaux de communication, téléphones cellulaires, des systèmes radar, capteurs haute-fréquence, etc.

 

-         Laboratoire de recherche avancée Bell : cherche à développer de nouvelles technologies de communications sans fil d’une meilleure qualité et efficacité.

 

-         Laboratoire de recherche en commande active, avionique et en aéroservoélasticité de l’ÉTS : effectue des recherches dans le domaine de l’aéronautique tels que : intégration de la simulation de vol en temps réel, études aérodynamiques sur les hélicoptères, optimisation multidisciplinaire des ailes, interactions aéroservoélastiques, etc.

 

-    Laboratoire de recherche en énergie éolienne de l'UQAR : développe de nouvelles technologie pour l'énergie éolienne (l’adaptation et le développement de turbines en milieu nordique, contrôle et analyse d'un convertisseur à source de tension d'éolienne en microréseau, etc.) et en production électrique par éolienne (analyse aérodynamique et aéroélastique des éoliennes, élaboration des méthodes de prévision de la vitesse du vent et des livraisons de puissance au réseau par une centrale éolienne, étude et adaptation des éoliennes au climat nordique, etc.).

-    Laboratoire de recherche en productique de l'UQAR : s'intéresse au développement de produits, de  procédés et de systèmes; l’amélioration des performances des produits et des équipements industriels; l’instrumentation et la commande industrielle; ainsi que la la gestion et le contrôle des  processus de production.

-         Laboratoire de réseaux à large bande de Polytechnique : on y développe des méthodes d'évaluation, conception, mesure, fiabilité et prédiction de performance de réseaux à large bande câblés et sans-fils.

-    Laboratoire de robotique intelligente / interactive / intégrée / interdisciplinaire IntRoLab de l'Université de Sherbrooke : étudie, développe, intègre et utilise des méthodologies en mécatronique et  en intelligence artificielle pour la conception de systèmes autonomes,  embarqués et intelligents pour différentes applications.

  

-    Laboratoire de robotique mobile et des systèmes autonomes de Polytechnique : réalise des recherches visant à développer l'autonomie des systèmes automatisés, en particulier ceux capables d'évoluer dans des environnements partagés avec des humains (robots mobiles au sol et aériens, voitures autonomes, manipulateurs proches d'opérateurs humains, etc.).

 

-         Laboratoire des essais haute tension de Polytechnique : effectue des essais d’onde de foudre sur divers équipements de haute tension.

 

-    Laboratoire en énergie électrique de Polytechnique : effectue la simulation de réseaux électriques (temps réel et temps différé), ainsi que des essais et mesures sur des appareillages électriques (transformateurs, convertisseurs, dispositifs supraconducteurs, etc.) afin d'améliorer l'efficacité, la performance et la durabilité des réseaux électriques et de leurs appareillage.

 

-         Laboratoire pour l’Ingéniérie de l’iNtelligence pour les TÉlécommunications et la Robotique INTERLAB de l'Université de Sherbrooke : effectue des recherches afin de trouver des solutions aux problématiques liées aux systèmes réseaux et aux réseaux de télécommunications. Par exemple, on développe des techniques et des approches de communication considérant le transfert massif d’informations.

 

-      Laboratoire Télébec-Mobilité de recherche en communication souterraine : effectue des recherches pour des applications telles que : les communications en simultanée, la radiolocalisation, le téléguidage de la machinerie, la communication de données (bureautique), etc.

 

-      Mcgill Centre of Intelligent Machines : regroupant des chercheurs en génie électrique, génie informatique, génie mécanique et science informatique de Mcgill); le principal objectif de ce centre est d’utiliser des technologies de la robotique, à l’automatisation, à l’intelligence artificielle, à la vision informatique, ainsi qu’en reconnaissance de la parole afin de développer des machines et des robots intelligents. Les principaux champs de recherches de ce centre sont : la robotique ambulatoire, le perception artificielle, la robotique mobile, la mécatronique (mécanique appliquée à la robotique), le traitement de l’image informatique, la vision numérique, l’analyse de la réalité partagée, l’interactivité, etc.

 

-    Mcgill Institute for Aerospace Engineering MIAE (en anglais) : regroupant plus de 40 chercheurs provenant de plusieurs disciplines du génie de Mcgill (génie mécanique, génie électrique, génie informatique, génie des matériaux, génie civil, mais aussi droit); les recherches effectuées couvrent l'ensemble des domaines des technologies aéronautiques et des technologies spatiales. Dans le domaine du génie électrique, on s'intéresse notamment au développement de nouveaux instruments avioniques pour les aéronefs civils, au développement de systèmes microélectromécaniques pour l'aérospatiale, au développement de nouvelles technologies en robotique spatiale, au développement de composants micro et nanoélecroniques pour les systèmes spatiaux, développement de nouveaux procédés d'automatisation dans les industries aérospatiales, etc.).

 

-    Mcgill Nanotools Microfab Lab (en anglais) : regroupant une cinquantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (physique, chimie, physiologie, génie biomédical, génie chimique, génie électrique, génie mécanique et génie des matériaux) provenant des universités de Mcgill (une trentaine), mais également de Sherbrooke, Concordia, Polytechnique, Montréal, Ottawa et Toronto et en partenariat avec 7 entreprises; il s'intéresse au développement de micro et nanoproduits allant des procédés de base jusqu'aux processus multi-étapes.

 

-      Mcgill Photonic Systems Group : regroupe 40 chercheurs en génie physique, génie électrique et génie informatique. Il consacre ses recherches dans les domaines tels que : la micro-optique, la photonique ultra-rapide, la fibre optique, l’optoélectronique, l’électronique RF et autres secteurs en optique et photonique.

 

-    Plasma-Québec : regroupant une vingtaine de chercheurs de plusieurs disciplines (physique, génie chimique, génie électrique, génie mécanique, génie physique et sciences des matériaux) provenant des universités Mcgill, Montréal, Sherbrooke, Polytechnique et INRS; ce centre interuniversitaire de recherche en sciences et applications des plasmas s'intéresse à la synthèse, la modification et l’analyse de matériaux et de nanomatériaux, la réalisation de micro- et nanostructures électroniques ou photoniques, l’élaboration d’instruments de pointe pour l’analyse chimique, le développement de systèmes d’imagerie X à très haute résolution, etc.

Dans le domaine du génie électrique, les intérêts portent sur la physique des semi-conducteurs quantiques et les interactions laser avec les matériaux pour le développement de biocapteurs à la base de semi-conducteurs quantiques, l'intégration monolithique de composantes photoniques pour des applications dans l'industrie de l'optique et de la photonique et dans l'industrie des télécommunications.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Ottawa : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Ottawa et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des sytèmes de haute technologie pour les Forces canadiennes, mais également pour des utilités publiques (sécurité aérienne, recherche et sauvetage, télécommunications, météorologie, etc). On y effectue notamment des recherches telles que : conception et mise à l’essai de radars aéroportés, développement de systèmes radars maritimes, développement de systèmes de navigation aérienne assistés par radar, développement de réseaux mobiles sécurisés, développement de systèmes de télécommunication par satellite, développement de radars à largeur de bande ultra-large, développement de systèmes pour les opérations spatiales, développement de nouvelles technologies pour le traitement en imagerie radar, développement de systèmes de détection de cibles mobiles terrestres et aériennes, etc.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique (recherche et sauvetage, opérations policières, sécurité-incendie, etc). On y effectue notamment des recherches dans les secteurs suivants : Systèmes d’information  (développement d’un système automatisé de commandement et de contrôle des opérations de la Force aérienne, développement d’une interface de type opérationnel pour l’aide à la décision en temps réel, développement de radios tactiques mobiles à grande capacité, etc); Systèmes de combat (développement de leurres pyrophoniques qui surclassement les leurres infrarouges classiques, développement d’un capteur de surveillance tactique mobile, développement de simulateurs virtuels d’entraînement (pour militaires, policiers, ambulanciers, pompiers, etc), des systèmes d’imagerie sous-marine, des systèmes de détection aérienne, des systèmes de communication par satellite, des systèmes radar, etc).

 

-    Regroupement pour l'étude des environnements partagés intelligents répartis REPARTI : regroupant des chercheurs de Mcgill, Laval, Sherbrooke, Polytechnique, ÉTS et UQAC; on y développement des outils d'environnement interactif et virtuel pour des applications dans les domaines de la santé, de la sécurité, de l'éducation, des arts, de l'entraînement sportif, militaire, etc. Des recherches de pointe sont effectuées notamment en robotique, vision artificielle, réalité virtuelle, commande de dispositifs haptiques, interfaces personne-machine, reconnaissance de formes, intelligence artificielle, réseautique, ingénierie de systèmes, architectures de calcul, modélisation et simulation numérique, etc.

 

-    Regroupement québécois sur les matériaux de pointe RQMP : regroupant des chercheurs des universités Mcgill, Polytechnique, Sherbrooke et Montréal; concentre ses recherches dans les domaines des nanosciences et des nanotechnologies, soit : nanomatériaux (dispositifs photovoltaïques, thermopile de nanotubes de carbone pour la détection lumineuse à large bande, semiconducteurs supramoléculaire pour la fabrication d'écrans d'ordinateur ou de cellulaire, nanotubes pour instruments scientifiques tels que : générateurs thermoélectriques, bolomètres, microscopes, etc.) pour des applications en photonique, biomédical, microélectronique, instrumentation scientifique, etc; matériaux quantiques (corrélation dans les gaz d’électrons bidimensionnels, matériaux et les systèmes magnétiques, supraconductivité à haute-température afin d'améliorer les performances supraconductrices des matériaux électroniques, etc.); outils et méthodes (développement d’outils de caractérisation des matériaux électroniques, développement de procédés de fabrication de micro et nanosystèmes, modélisation et simulation numérique).

 

-         Regroupement stratégique en microsystèmes du Québec ResMIQ : regroupant des chercheurs de Concordia, Polytechnique, Mcgill et Montréal; Les principaux axes de recherches sont : l’architecture d’ordinateurs et de systèmes, conception de circuits analogiques et mixtes, test analogique, numérique et mixte et vérification formelle, conception au niveau système et le développement des applications de la microélectronique pour les télécommunications, circuits RF, interfaces optiques, capteurs et activateurs biomédicaux et les circuits et algorithmes de traitement de signal et d’images.

 

-    Solutions Novika : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de La Pocatière (anciennement connu sous "Centre spécialisé de technologie physique" qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines de la conception et développement de produits de haute technologie, de procédés et d'équipements de production et de procédés industriels utilisant des lasers de haute puissance (exemples de projets réalisés ou en cours : conception d'un système d'aide virtuel en prévention des chutes, conception d'un capteur de pression pour pied diabétique, conception de nouveaux circuits pour systèmes automatisés industriels, conception d'un appareil d'essais des tensions sur des appareillages électriques, etc.).

 

-    Technocentre éolien : centre collégial de transfert de technologie en mécanique industrielle rattaché au Cégep de la Gaspésie qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée, du développement technologique et du soutien technique auprès de PME dans le domaine des technologies de l'énergie éolienne tels que : étude et caractérisation de la performance des éoliennes en conditions givrantes, développement d'instruments de mesure spécifiques au domaine éolien en milieu nordique (anémomètres à coupoles chauffés, anémomètres soniques chauffés, etc.); élaboration et validation de procédures et de guides de bonnes pratiques pour la maintenance prédictive et préventive de centrales d'éoliennes en milieu nordique, etc.

 

-    Trottier Institute for Sustainability in Engineering & Design TISED (en anglais) : ce centre interdisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Mcgill s'intéresse au développement de nouvelles technologies et au développement de nouveaux procédés de fabrication dans un contexte de développement durable, dont les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique (conversion de l'énergie solaire, intégration de la production distribuée notamment par les énergies renouvelables, développement de nouvelles technologies pour l'énergie éolienne, développement de nouvelles technologies pour l'énergie géothermique, évaluation des mesures d'efficacité énergétique, etc.).

 

En génie industriel et de la production automatisée :

 

-    Canmet Énergie : centre de recherche de Ressources naturelles Canada situé à Varennes en Montérégie réalisée de nombreuses recherches dans le domaine des sciences et technologies énergétiques en partenariat avec l'industrie. Dans le domaine du génie industriel; on y effectue des recherches dans le domaine de l'efficacité énergétique dans les procédés industriels par le développement et l'optimisation des procédés industriels par l'intégration des technologies propres (bioraffinage, biomasse, récupération et valorisation des rejets thermiques, valorisation des déchets industriels comme source d'énergie, etc.).

 

-     Centre de caractérisation microscopique des matériaux : effectue des recherches : sur la compréhension et l’utilisation des matériaux composites à matrice métallique, développement de nouveaux produits et procédés en métallurgie des poudres et développement de nouvelles de caractérisation microscopique.

 

-    Centre d'analyse de données du CNRC : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa regroupant des chercheurs en informatique, mathématiques, génie informatique et en génie logiciel, est spécialisé dans le domaine de l'apprentissage machine et dans le développement d'algorithmes ultraperfectionnés. Les expertises portent sur l'épuration, l'intégration et la gestion de données; l'analyse exploratoire, modélisation et prévisions; ainsi qu'en visualisation et prise de décisions.

 

-    Centre de productique intégrée du Québec : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Sherbrooke en Estrie qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises en utilisation et développement de technologies de production assistée par ordinateur notamment en gestion de la production assistée par ordinateur GPAO, en conception et fabrication assistées par ordinateur CFAO, en automatisation de processus de production, en diagnostic Lean, etc. Des essais sont également réalisés dans une mini-usine.

 

-       Centre de recherche en plasturgie et composites CREPEC : regroupant une cinquantaine de chercheurs de l’École Polytechnique, de l’Université Mcgill, de l’École de technologie supérieure ÉTS, de l’Université Concordia, de l’Université Laval, de l’Université de Sherbrooke,  du Cégep de St-Jérôme (centre des matériaux composites) du Conseil national de recherches du Canada CNRC, ce centre s’intéresse aux domaines des plastiques, des matériaux composites à haute performance, les nanocomposites, ainsi qu’aux matériaux intelligents.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « développement d’équipements industriels »; on développe divers types d’équipements pour des industries papetières, du bois, de l’aluminium, les scieries et autres. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un classeur de copeaux à base de vision artificielle pour une industrie de transformation papetière; développement d’une machine de contrôle de la qualité pour l’inspection des feuilles pour une aluminerie, développement d’une machine pour le monitoring des procédés de laminage de l’aluminium pour une aluminerie; développement d’une machine de détection des fauts pour une aluminerie; développement d’un système de classement par pesée pour une industrie de transformation du bois, développement d’une machine à assembler les chariots de stores pour un fabricant de stores; développement d’une machine pour l’assemblage de boîtier de désodorisant pour la compagnie Gillette Canada; développement d'une cellule robotisée pour le déballage et l'alimentation de couvercles pour l'assemblage de boîtes de conserve pour une conserverie; développement d’un système d’assemblage automatique de boîtiers électriques; etc.

Dans le grand secteur de l'« automatisation industrielle »; on y développe des nouvelles technologies d'automatisation des procédés de fabrication ou de transformation des produits et on y développe des méthodes d'optimisation des procédés existants. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un robot de découpe de flancs de porcs pour un abattoir de porcs; développement d’une solution sur mesure intégrant la robotique, la vision artificielle et les systèmes de contrôle des procédés pour un fabricant de pièces moulées; développement d’une cellule de manutention automatisée pour diverses types d’entreprises manufacturières, développement d’un robot souffleur pour le nettoyer du dessous des wagons de métro pour la STCUM, etc.

Dans le grand secteur des « textiles techniques »; on y développe de nouveaux procédés de fabrication; on y implante de nouveaux procédés d'automatisation des opérations; on y développe de nouveaux matériaux techniques; etc.

 

-    Centre des sciences pour la sécurité : centre de recherche de Recherche et Développement pour la Défense Canada situé à Ottawa effectue des recherches qui visent permettant d'améliorer la sécurité et l'efficacité des policiers, pompiers, ambulanciers et autres intervenants lors de leurs interventions en situation de catastrophe ou d'accident grave, notamment dans le développement d'équipements de protection individuelle contre des contaminants, d'explosifs ou autres risques chimiques, biologiques ou radioactifs.

 

-    Centre de technologie de fabrication en aérospatiale du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Montéral et Mirabel, il se consacre au développement de méthodes de fabrication moderne de composantes et de pièces pour l'industrie aérospatiale. Dans le domaine du génie de la production automatisée, des recherches sont effectuées en conception et développement de systèmes de fabrication automatisés incluant le soudage de proche en proche robotisé, systèmes d'automatisation adaptables, assemblage robotisé de structures, etc.

 

-    Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services CIRAIG (et la Chaire internationale sur le cycle de vie) : regroupe des chercheurs de Polytechnique et de l'UQAM fournit de l'expertise et de l'accompagnement auprès des entreprises et les organisations publiques dans leur démarche de développement durable selon l’approche cycle de vie qui vise la prise en compte des impacts (environnementaux, sociaux et économiques) propres à un produit ou à un service et ce, tout au long de son cycle de vie.

 

-   Centre Interuniversitaire de Recherche sur les Réseaux d'Entreprise, la Logistique et le Transport CIRRELT : l'un des plus importants centres de recherche dans le domaine des transports en Amérique du Nord, ce centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche de réputation internationale a été forme à la suite de la fusion du Centre de recherche sur les transports de l'Université de Montréal, du CENTOR de l'Université Laval, du Groupe Polylogistique de Polytechnique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG de en management logistique de l'UQAM.

Il cherche à résoudre des problèmes liés à la conception, à la gestion, à l’opération et à la sécurité des réseaux logistiques, de services et d’infrastructures afin d'optimiser l’utilisation des réseaux et à développer des solutions innovatrices et durables pour faire face aux nombreux défis socio-économiques complexes liés aux réseaux.

Il regroupe 68 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines de la gestion, des sciences appliquées et du génie (génie civil, génie du bâtiment, génie mécanique, génie de la construction, génie de la production automatisée, génie industriel, études urbaines, géographie, informatique, urbanisme, gestion de la chaîne logistique, gestion des opérations, finance, management, sciences de la décision de gestion, gestion des technologies de l'information, etc.) provenant de 9 universités (Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, UQAM, UQAR, HEC Montréal, Polytechnique et ÉTS).

Il regroupe également 46 chercheurs collaborateurs de différentes disciplines provenant de 32 universités (Montréal, Mcgill, Concordia, UQAM, UQTR, UQO, Bishop, HEC Montréal, Polytechnique, ÉTS, Carleton, McMaster, Toronto, Central Florida, Virginia Tech, Maryland, Texas A & M, Georgia Tech, California at Santa Cruz, Embry-Riddle Aeronautical - Daytona Beach, Naval Postgraduate School aux USA, Bordeaux en France, Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse, di Roma La Sapienza en Italie, Polytecnico di Milano en Italie, Polytecnico di Torino en Italie, Neufchâtel en Suisse, Genève en Suisse, Kedge Business School en France, del Pacifico au Pérou, Federal do Paraná au Panama et l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Tunis en Tunisie).

Dans le domaine de l'ingénierie; on y retrouve 26 chercheurs (dont 4 en génie industriel ou de la production automatisée) dont les intérêts portent sur  la planification de projet en transports, la modélisation et la planification des systèmes de transport, la modélisation des interactions entre mobilité urbaine et dynamiques spatiales, la modélisation des temps de parcours et de la congestion sur le réseau routier (GPS, Bluetooth, véhicule flottant), la conception et développement de systèmes d'information géographique pour les transports, la conception et le développement de systèmes d'information en logistique et productique, la modélisation et la simulation de systèmes manufacturiers, les systèmes de distribution, la recherche opérationnelle appliquée aux transports et logistique, la conception des systèmes d'aide à la décision en gestion des opérations et des réseaux de création de valeur, la conception et le développement de systèmes experts de gestion de la production et de maintenance, la conception de chaînes de d'approvisionnement, la conception et le développement de systèmes de transport intelligents, la robotique appliquée aux transports, les technologies de sécurité routière, l'optimisation des réseaux de logistique et de transport, l'ordonnancement et ré-ordonnancement en temps réel de la production, l'analyse du cycle de vie des produits, la réfection et maintenance des systèmes de production, la réingénierie des processus, l'organisation scientifique du travail, etc.

 

-    Centre risque et performance de Polytechnique : se consacre à l'intégration des risques et des conséquences dans l'évaluation de la résilience des organisations et des infrastructures essentielles et à l'étude des interdépendances entre ces mêmes infrastructures.

 

-    Chaire de recherche Concordia en optimisation des réseaux logistiques et de transport (en anglais) : s'intéresse aux questions de logistique du transport, gestion de l'entreprosage, conception et optimisation du réseau, planification des opérations, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en création, développement et commercialisation de l'innovation : s’intéresse principalement à la recherches sur les questions d’entrepreneurship technologique au niveau de la gestion, de l’organisation, de la production et de la qualité en entreprise.

 

-         Chaire de recherche du Canada en gestion des projets technologiques de Polytechnique : cherche à développer des approches innovatrices afin de mieux planifier et coordonner des projets technologiques impliquant une multitude de collaborateurs dispersés.

 

-         Chaire de recherche du Canada en intervention ergonomique pour la prévention et la réadaptation des troubles musculo-squelettiques : étudie les milieux de travail en fonction des troubles musculo-squelettiques ainsi que l’étude des méthodes d’intervention, de prévention et de réadaptation. Ces recherches permettront d’améliorer la productivité en prévenant les troubles musculo-squelletiques chez les travailleurs.

 

-         Chaire de recherche en matériaux et équipements de protection utilisés en santé et sécurité au travail : cherche à améliorer la résistance des vêtements de protection contre les coupures, les perforations, les dégradations dues aux solvants industriels, au feu et à la chaleur extrême, et en optimiser la souplesse et l’efficacité; étudie les problèmes de vieillissement et de dégradation des matériaux utilisés dans les équipements de protection contre les chutes en hauteur.

 

-    Chaire industrielle de recherche sur la construction éco responsable en bois : regroupant des chercheurs de différentes disciplines (génie du bois, génie civil, génie industriel, architecture, design de produits) de l'Université Laval; développe des nouvelles méthodes de construction et le développement de nouveaux matériaux écoresponsables pour la construction d'éléments de structure en bois pour bâtiments ou autres infrastructures.

 

-    Chaire interdisciplinaire de recherche et d'intervention dans les services de santé : s'intéresse à l'amélioration continue des processus dans le réseau de la santé et des services sociaux par intégration de la philosophie Lean.

 

-    Chaire Marianne Mareschal pour la promotion du génie auprès des femmes : cette chaire de l'École Polytechnique de Montréal cherche à informer, sensibiliser et inciter les jeunes filles à envisager une carrière en génie; inciter les étudiantes en génie à mener leurs études à terme, les professionnelles à conserver leur emploi et à s'y réaliser; mieux faire comprendre et aider à abolir les préjugés et les obstacles qui nuisent au recrutement des femmes en génie et à leur avancement dans l'industrie et le monde des affaires; sensibilisation d'un nombre important de femmes et de jeunes filles au potentiel des carrières en génie grâce à un maillage intensif sur le plan local, provincial et national; ainsi qu'à sensibiliser et à former des décideurs quant aux stéréotypes, aux biais inconscients et à la discrimination associés au genre ainsi qu’aux avantages de la diversité.

 

-         Chaire pour les femmes en sciences et génie au Québec : cette chaire de l'Université de Sherbrooke  cherche à mieux comprendre la problématique des femmes dans les carrières en sciences et en ingéniérie afin d’outiller les femmeset les aider à surmonter les défis, notamment la conciliation travail-famille et l’incidence de la diversité des genres. Elle fait également la promotion des carrières en génie auprès des femmes afin d’accroître la participation féminine en sciences et en génie, ainsi qu'à sensibiliser et à former des décideurs quant aux stéréotypes, aux biais inconscients et à la discrimination associés au genre ainsi qu’aux avantages de la diversité.

 

-    CPA Automatisation : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Jonquière au Saguenay-Lac-St-Jean qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines rattachés aux processus d'automatisation notamment en intégration des nouvelles technologies et en développement d'équipements spécialisés (conception de prototypes). Des essais sont également réalisés dans une mini-usine.

 

-    EQMBO-Entreprises : centre collégial de transfert de technologie rattaché à l'École québécoise du meuble et du bois ouvré qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises de l'industrie du meuble, des armoires de cuisine, des portes et fenêtres et de la menuiserie architecturale dans les domaines de la conception, la réalisation ou l’amélioration de produits, l’élaboration et la mise à l’essai de procédés ou d’appareils spécialisés, l’amélioration ou de développement de technologies, le transfert de technologie; ainsi que l’accompagnement dans un processus de changement technologique, l’adaptation de solutions technologiques.

 

-         Équipe de recherche en sécurité au travail de l’ÉTS : étudie les différentes problématiques à l’origine des accidents de travail. Ses principaux domaines de recherches sont : sécurité industrielle (analyse des risques industriels, conception sécuritaire de machines, installations et équipements industriels, conception et évaluation de dispositifs de protection); ergonomie appliquée (analyse des risques ergonomiques, analyse des tâches et postes de travail, conception ergonomique de machines, installations et équipements industriels); acoustique et vibration (identification des sources de bruit et vibration, mise au point de techniques de contrôle du bruit et de la vibration, intégration des aspects acoustiques et vibratoires dans la conception de machines, installations et équipements industriels).

 

-    Groupe CTT : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de St-Hyacinthe en Montérégie qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans le développement de nouveaux matériaux textiles, géotextiles et para-textiles pour diverses applications (vêtements, revêtements environnementaux, pour l'industrie du matériel de transport, industrie militaire, etc)

 

-    Groupe d'études et de recherche en analyse des décisions GERAD : centre interuniversitaire de recherche regroupant plus de 70 chercheurs de Polytechnique, Mcgill, HEC Montréal et UQAM de plusieurs disciplines (mathématiques, statistique, sciences de la gestion, génie industriel) dans le développement d'outils et de systèmes d'aide à la décision au sein des organisations. Dans le domaine du génie industriel, les recherches portent sur la logistique manufacturière, la planification des opérations manufacturières, la gestion des ateliers de fabrication, la gestion des centres de distribution, le développement d'applications d'aide à la décision en ingénierie, etc.

 

-    Groupe de recherche en gestion et mondialisation de la technologie de Polytechnique : s'intéresse aux questions de gestion stratégique des organisations notamment en ce qui concerne la gestion de l'innovation technologique, l'entrepreneuriat technologique, l'internationalisation des entreprises technologiuques, la gestion de projets technologiques, la gestion des risques technologiques, ainsi que la gestion du cycle de vie des produits.

 

-         Groupe de recherche en ingénierie de la logistique POLYLOGISTIQUE : voir Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, la logistique et le transport CIRRELT

 

-         Groupe de recherche en mathématiques de l’ingénierie assistée par ordinateur : effectue des recherches telles que : l’analyse et la performance de turbines hydrauliques, le calcul d’écoulements externes pour l’aérodynamique des avions, la visualisation scientifique, etc.

 

-    INEDI : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne fournissant de l'expertise, de la recherche appliquée et la valorisation du design industriel auprès des PME dans le développement de produits innovateurs afin de réaliser des études de positionnement d'innovations, de gammes de produits, de design prospectif, ainsi que de diagnostics design.

 

-         Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail du Québec IRSST : est un important organisme privé à but non lucratif financé en majeure partie par la CSST. De nombreuses recherches y sont effectuées couvrant tous les domaines de la santé et de la sécurité au travail. Les principaux champs de recherches reliés au domaine du génie industriel avec quelques exemples de projets réalisés ou en cours sont : équipements de protection (développement de gants de protection résistant aux agresseurs mécaniques multiples, développement d’équipements de protection pour les éboueurs, développement de vêtements résistant aux solvants industriels, développement de vêtements de protection pour les pompiers, etc); sécurité des outils, machines et procédés industriels (amélioration de la conception des situations de travail impliquant des chariots élévateurs, développement d’un prototype d’aide à la manutention des fauteuils roulants, mise au point d’un instrument de mesure du temps d’arrêt des presses à métal, etc); accidents (développement d’instruments de mesure de performance dans les entreprises manufacturières, développement de grilles d’autodiagnostic des risques de santé et sécurité au travail au sein d’une entreprise, etc); bruits et vibrations (conception d’un disposif de réduction du bruit pour les marteaux à plancher, conception d’un dispositif de réduction du bruit des lames de scies circulaires, etc).

 

-    Institut de recherche sur les PME de l'UQTR : important centre de recherche interdisciplinaire de l'UQTR regroupent des chercheurs de plusieurs disciplines (génie industriel, sciences de la gestion et sciences comptables) et qui s'intéresse aux différentes questions et problématiques concernant les PME. Dans le domaine du génie industriel, on se penche sur la modélisation des systèmes de production par la simulation et le design expérimental, la planification de la production et du Juste à temps par la gestion de projet, la gestion manufacturière assistée par ordinateur, l'aménagement d'usine, la production à valeur ajoutée, etc.

 

-    Institut de valorisation des données IVADO : s'intéresse dans les domaines de la science des données, de l’optimisation (recherche opérationnelle) et de l’intelligence artificielle afin de développer une filière économique autour de l’exploitation des données massives pour la prise de décision.

Il regroupe plus de 150 chercheurs de différentes disciplines (droit, mathématiques, informatique, méthodes quantitatives, économique, psychologie, démographie, économie appliquée, géographie, finance, gestion des opérations et logistique, gestion des ressources humaines, gestion du marketing, technologies de l'information, génie informatique, génie logiciel, génie industriel, génie chimique, génie civil, génie électrique, génie mécanique, etc.) provenant de HEC Montréal, de l'École Polytechnique et de l'Université de Montréal.

En génie industriel; on y retrouve 9 chercheurs dont les intérêts portent sur l'économique de l'ingénieur; le développement d'outils de prédiction; la recherche opérationelle auppliquée aux procédés industriels; l'assistance à la conception, à la production et à l’organisation; les incitatifs industriels; la gestion de l'innovation; l'analyse quantitative des risques; la gestion des risques; les modèles d’analyse des causes de défaillances; les systèmes de distribution; l'assistance à la décision en temps-réel; les données massives; le data-mining; l'intelligence artificielle des procéds industriels; la robotique; etc.

 

-   Institut international de logistique de Montréal :  centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep André-Laurendeau de Montréal qui fournit de l'expertise technique et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans le développement de bonnes pratiques logisitiques dans toutes les étapes de la chaîne d'approvisionnement (approvisionnement, ressources manufacturières, gestion des stocks, gestion de l'entreposage, etc.).

 

-    Laboratoire d'efficacité et d'efficience en éducation et culture de l'UQTR : s'intéresse notamment aux méthodes d'optimisation de processus, à l'amélioration continue de gestion, ainsi qu'à la gestion des chaînes d'approvisionnement.

 

-         Laboratoire d’ingéniérie des produits, procédés et systèmes de l'ÉTS : effectue des recherches appliquées à la production, à la validation et à l’optimisation des produits, de procédés et de systèmes selon une approches multidisciplinaire et globale.

 

-         Laboratoire d’intégration des technologies de production de l’ÉTS : s’intéresse particulièrement à l’optimisation du design et de la performance des systèmes numériques. Ses principaux axes sont : modélisation de l’humain (études sur les mécanismes causant des lésions musculo-squelettiques, études des comportements des intervenants en santé et sécurité, conception de divers produits ergonomiques et postes de travail); optimisation de la performance de production (modélisation et commande de systèmes dynamiques en temps réel, etc); commande optimale stochastique (identification, simulation et implantation de stratégies optimales sur des systèmes de production en temps réel, etc).

 

-    Laboratoire d'observation et d'optimisation des procédés LOOP : comprenant une équipe interdisciplinaire, on y développe et applique des méthodes permettant d'optimiser le fonctionnement des procédés continus des domaines suivants : transformation de la matière (traitement des minerais, biotechnologies, traitement des eaux, pâtes et papier, etc.); en aéronautique et en robotique.

 

-         Laboratoire de conception et de contrôle des systèmes de production de l'ÉTS : se penche sur les problématiques associées à la conception des environnements de production, à l’évaluation des performances des systèmes manufacturiers et à l’amélioration de leur productivité.

 

-         Laboratoire de recherche en ergonomie de l’UQÀM : s’intéresse notamment aux problèmes reliés au travail de manutention comme : l’identification des risques d’accidents lors de manœuvres de manutention, élaboration des stratégies de prévention des accidents dans les entrepôts, développement de critères de conception et de sélection des équipements de manutention, etc.

 

-    Laboratoire de recherche en productique de l'UQAR : s'intéresse au développement de produits, de  procédés et de systèmes; l’amélioration des performances des produits et des équipements industriels; l’instrumentation et la commande industrielle; ainsi que la la gestion et le contrôle des  processus de production.

 

-    Laboratoire de recherche sur l’ingénierie des organisations dans un contexte d'entreprise numérique NUMÉRIX de l'ÉTS : s'intéresse aux questions d'ingénierie de chaines de valeur et d’approvisionnement durables, en ingénierie de l'entreprise numérique intégrée et en ingénierie des entreprises innovantes dans les domaines tels que : le design du travail, le design des produits, le design de services, l'optimisation des chaînes d'approvisionnement, la planification stratégique et tactique d'une entreprise en contexte numérique, etc.

 

-         Mcgill Institute of Advanced Materials (en anglais) : important organisme de recherche multidisciplinaire dans le domaine des matériaux. Il regroupe des chercheurs en sciences dentaires, en chimie, en biologie cellulaire, en physique, en génie chimique, en génie des matériaux, en génie informatique et en génie biomédical. Les principaux intérêts de recherches portent sur : les biomatériaux (biominéralisation, biosenseurs, matériaux dentaires, ingéniérie tissulaire, etc); les macromolécules auto-assemblés (polymères, propriétés et structures des molécules, etc); les fluides complexes; matériaux micro et nanostructurés (composites, métaux, céramiques, etc) et la nanotechnologie (développement de matériaux pour des applications en optoélectronique, microélectronique, photonique, biosenseurs, etc).

 

-    Transportation Research at Mcgill Group TRAM (en anglais) : groupe interdisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs en génie civil, génie industriel, géographie et urbanisme dans le domaine de la planification des opérations de transport.

 

-    Trottier Institute for Sustainability in Engineering & Design TISED (en anglais) : ce centre interdisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Mcgill s'intéresse au développement de nouvelles technologies et au développement de nouveaux procédés de fabrication dans un contexte de développement durable, dont les procédés de conception et fabrication durable (performance mécanique des matériaux biologiques durs, développement de nouveaux biocomposites, développement d'éco-matériaux pour la construction, intégration du développement durable dans les procédés de fabrication existants, etc.).

 

-    Vestechpro : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep Marie-Victorin qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises de l'industire du vêtement afin d'initier et développer de nouveaux produits notamment dans les domaines du vêtement intelligent, du vêtement adapté, mais également en développement de nouveaux procédés de conception ou de fabrication, ainsi qu'en anthropométrie.

 

En génie informatique et logiciel :

 

-         Agence spatiale canadienne (Laboratoire David Florida)  : situé à Ottawa, ce laboratoire est le centre canadien voué à l’intégration, à l’assemblage et à l’essai d’engins spatiaux. Voici quelques exemples de projets en cours ou complétés : téléscope spatial canadien MOST permettant d’étudier la microvariabilité et les oscillations stellaires, satellite canadien SCISAT-1 d’étude de l’atmosphère terrestre, OPTUS C1 le satellite de télécommunications australien, RADARSAT-2 le nouveau satellite canadien d’observation de la Terre, le MSS Système d’entretien mobile est la contribution canadienne à la Station spatiale internationale, Canadarm le Bras robotique télémanipulateur canadien de la navette spatiale qui subit constamment des améliorations, BSAT 2A et BSAT 2B des satellites japonais de télédiffusion directe à domicile, etc.

 

-    Centre de développement des transforts de Transports Canada : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa qui réalise de nombreuses recherches dans le domaine des transports. Parmi les intérêts en lien avec le génie électrique et le génie informatique, il y a : développement de stations de surveillance électronique du réseau routier; conception et développement d'un système de surveillance et de suivi des marchandises dangereuses; développement d'un capteur d'oxyde d'azote embarqué; développement d'un système d'affectation pour véhicules commerciaux; essais en mer d'un radar de détection de glaces dangereuses; développement de radars de surveillance en sécurité routière; développement de technologies électriques pour le transport urbain routier; etc.

 

-         Centre de recherche en informatique de Montréal : un des plus importants centres de recherches appliquée en technologies de l'information au Canada et le plus important au Québec regroupant une trentaine de chercheurs en informatique, génie informatique et génie logiciel provenant des universités de Montréal, Concordia, Mcgill, UQAM, Polytechnique et ÉTS; une vingtaine de chercheurs associés provenant de plusieurs universités partenaires (dont MIT Lincoln Lab aux USA, Jonh-Hopkins aux USA, Saarland University en Allemagne, Brno University of Technology en République Tchèque, mais aussi de Microsoft Research); ainsi que de plusieurs partenaires industriels (dont IBM, GM Canada, Molina Heathcare, Voice Trust, etc.); développe, en mode collaboratif avec ses clients et partenaires, des technologies innovatrices et du savoir-faire de pointe, et les transfère aux entreprises et aux organismes québécois afin de les rendre plus productifs et plus compétitifs localement et mondialement.

Il réalise des travaux dans le domaine du développement et technologies Internet (analyse automatique du contenu textuel, traitement automatique du langage naturel, développement Web mobile, modules « intelligents » à forte valeur ajoutée, interfaces HTML5, architectures Web, plaformes Open Source, etc.); de la reconnaissance de la parole (développement d’appareils de sous-titrage pour la télévision, appareils de transmission de cours en direct, système de sécurité de reconnaissance vocale, système de post-synchronisation et doublage pour la télé et le cinéma, etc); modélisation et développement logiciel avancé (inférence de modèles, génération automatisée de code pour système distribué, modélisation, test et validation des applications basées sur le Web, vérification des implantations de protocole de communications, applications aux systèmes de contrôle du transport, etc); la vision et l’imagerie (interactions personne-machine et ergonomie cognitive, système intelligent de surveillance de personnes dans les endroits publics, système d’inspection visuelle pour les petits objects de plastique, système d’imagerie pour chirurgies à l’œil, système de surveillance satellite de haute résolution, système de détection automatique de panne dans les circuits imprimés par infrarouge, développement d'applications interactives en réalité augmentée, etc).

 

-         Centre de recherche en Modélisation en Imagerie, Vision et Réseaux de neurones MOIVRE de l'Université de Sherbrooke : rattaché à l’Université de Sherbrooke et Bishop’s University, ce centre est spécialisé dans les recherches et le développement de nouveaux outils de traitement de l’image satellite ou radar et le développement de nouvelles applications. Les utilisations sont multiples : études océanographiques, détection de nappes de pétrole, recherche sous-marine, détection infrarouge, cartographie, etc.

 

-    Centre de recherche sur les systèmes et les technologies avancées en communication SYTAcom : regroupant des chercheurs de Mcgill, Sherbrooke, Concordia, Laval, ÉTS et INRS; les recherches sont effectuées sur les systèmes de technologies de l’information et des communications, en génie logiciel en communication, on s'intéresse aux applications au sein du sous-système IP multimédia, coordination et orchestration des services, ainsi qu'en test et validation de logiciels en communication.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « technologies de l'information »; des recherches sont effectuées dans les domaines du traitement de l'image; de la reconnaissance de formes; de la reconnaissance de la parole; communications sans fil; l'intelligence artificielle; etc.

Dans le grand secteur de l'« automatisation industrielle »; on y développe des nouvelles technologies d'automatisation des procédés de fabrication ou de transformation des produits et on y développe des méthodes d'optimisation des procédés existants. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un robot de découpe de flancs de porcs pour un abattoir de porcs; développement d’une solution sur mesure intégrant la robotique, la vision artificielle et les systèmes de contrôle des procédés pour un fabricant de pièces moulées; développement d’une cellule de manutention automatisée pour diverses types d’entreprises manufacturières, développement d’un robot souffleur pour le nettoyer du dessous des wagons de métro pour la STCUM, etc.

 

-    Centre de robotique et de vision industrielle : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Lévis-Lauzon en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines de la robotique intelligente, du soudage robotisé et de la vision artificielle (ex de projets réalisés ou en cours : système de vision embarqué pour le comptage automatisé de spécimens aquatiques, système de vision 3D adaptatif et temps réel pour la modélisation des orthèses et prothèses, développement d’une technique d’inspection non-destructive pour les pièces composites aéronautiques à géométrie complexe, système de vision pour la détection du givre sur les pales des éoliennes, etc.).

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec situé à Québec et à Montréal, développe différentes technologies dans diveres types d’industries afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés. Dans le grand secteur « automatisation et robotique », on fournit de l’expertise dans les domaines comme : l’assemblage robotisé, la manutention robotisée, la vision artificielle et la conception 3D pour des industries aéronautiques, agroalimentaires et autres industries manufacturières. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un équipement pour riveter les panneaux d’aile du Challenger pour Bombardier Aerospace, développement d’un robot de découpe de flancs de porcs pour un abattoir de porcs, développement d’une solution sur mesure intégrant la robotique, la vision artificielle et les systèmes de contrôle des procédés pour un fabricant de pièces moulées, développement d’une cellule de sablage et de polissage robotisée pour une entreprise aéronautique, développement d’une cellule de manutention automatisée pour diverses types d’entreprises manufacturières, etc. Dans le domaine du génie logiciel, on a développement des projets tels que : le logiciel WOODMAN pour la gestion de l’exploitation forestière et de la transformation du bois, le logiciel SAWSIM pour la simulation et le diagnostic de problèmes de production dans les usines de transformation du bois, le logiciel FORCE 3 de formulations de compostage pour les usines de compostage, un logiciel intégré à un classeur de copeaux facilitant le calibrage et paramétrage du système pour les industries papetières, etc.

 

-    Centre des sciences pour la sécurité : centre de recherche de Recherche et Développement pour la Défense Canada situé à Ottawa effectue des recherches qui visent

 



L'axe de recherche "Instruments, dispositifs électroniques et systèmes" : comprend le développement de l'ingénierie et de mathématiques des outils pour l'étude du son et de la musique, qui englobe l'étude des instruments et salle acoustique, traitement du signal numérique, des instruments de musique numériques et les appareils, ainsi que le développement de logiciels pour la musique interactive et ordinateur- composition assistée.

Les intérêts portent notamment sur la modélisation informatique acoustique, acoustique virtuelle, les systèmes immersifs, des capteurs intelligents et fusion de capteurs adaptatifs instruments / interfaces et systèmes d'aide à l'audition, etc.

Dans le domaine du génie informatique et du génie logiciel; on y retrouve 4 chercheurs qui s'intéressent à l'interaction humain-machine, notamment en musique interactive; au développement d'interfaces utilisateurs pour des outils de musique assistée par ordinateur; le développement d'outils de visualisation d'information, notamment dans le domaine musical ou des effets sonores; le développement de technologies de téléprésence (pour la présentation et la diffusion de spectacles via le Web par exemple); le développement de technologies musicales interactives; le développement d'environnements musicaux ou d'effets sonores immersifs (pour la musique, le jeu vidéo, le cinéma IMAX ou le Web par exemple); etc.

 

-   Centre Interuniversitaire de Recherche sur les Réseaux d'Entreprise, la Logistique et le Transport CIRRELT : l'un des plus importants centres de recherche dans le domaine des transports en Amérique du Nord, ce centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche de réputation internationale a été forme à la suite de la fusion du Centre de recherche sur les transports de l'Université de Montréal, du CENTOR de l'Université Laval, du Groupe Polylogistique de Polytechnique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG de en management logistique de l'UQAM.

Il cherche à résoudre des problèmes liés à la conception, à la gestion, à l’opération et à la sécurité des réseaux logistiques, de services et d’infrastructures afin d'optimiser l’utilisation des réseaux et à développer des solutions innovatrices et durables pour faire face aux nombreux défis socio-économiques complexes liés aux réseaux.

Il regroupe 68 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines de la gestion, des sciences appliquées et du génie (économique, gestion de la chaîne logistique, gestion des opérations, finance, management, sciences de la décision de gestion, gestion des technologies de l'information, études urbaines, géographie, informatique, urbanisme, génie civil, génie du bâtiment, génie mécanique, génie de la construction, génie de la production automatisée, génie industriel, etc.) provenant de 9 universités (Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, UQAM, UQAR, HEC Montréal, Polytechnique et ÉTS).

Il regroupe également 46 chercheurs collaborateurs de différentes disciplines provenant de 32 universités (Montréal, Mcgill, Concordia, UQAM, UQTR, UQO, Bishop, HEC Montréal, Polytechnique, ÉTS, Carleton, McMaster, Toronto, Central Florida, Virginia Tech, Maryland, Texas A & M, Georgia Tech, California at Santa Cruz, Embry-Riddle Aeronautical - Daytona Beach, Naval Postgraduate School aux USA, Bordeaux en France, Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse, di Roma La Sapienza en Italie, Polytecnico di Milano en Italie, Polytecnico di Torino en Italie, Neufchâtel en Suisse, Genève en Suisse, Kedge Business School en France, del Pacifico au Pérou, Federal do Paraná au Panama et l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Tunis en Tunisie).

Dans le domaine du génie électrique, informatique et logiciel; on y retrouve 3 chercheurs qui développent différents systèmes intelligents afin d’améliorer et optimiser la circulation routière d’autres réseaux de transport, mais également concernant les réseaux de télécommunications. Les intérêts portent sur : l’architecture et la gestion des réseaux routiers, la conception de logiciels de gestion et de planification des réseaux de transport, l’ingéniérie des réseaux de transport, en optimisation combinatoire appliquée aux réseaux de transport, etc. Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours : gestion en temps réel de flottes d’ambulance, développement d’un système informatique de répartition de véhicules de transport en temps réel, etc.

 

-    Centre Robert-Cedergren en bio-informatique et génomique : ce centre de recherche de l'Université de Montréal utilise des techniques de la bio-informatique afin de développer des outils de recherche en génomique (développement d'outils d'analyses des séquences génétiques, évolution moléculaire, modélisation de structures 3D et de protéines, etc).

-    Chaire de recherche du Canada en alimentation des technologies de l'information : crée de  nouvelles structures et systèmes de transformation de l'énergie électrique pouvant être intégrés aux réseaux électriques afin d'améliorer la production et  la distribution de courant électrique de haute qualité et fiable pour alimenter les technologies de l'information.

 

-         Chaire de recherche du Canada en communication sans fil à haute vitesse : développement des produits de communication sans fil de 4e génération.

 

-    Chaire de recherche du Canada en interventions assistées et en imagerie médicale : cherche aussi à élaborer des moyens précis de mener des interventions guidées par l'image qui exploreront la phase préparatoire à l'aide d'une collection d'images en utilisant des technologies d'imagerie médicale et des algorithmes de calcul pour mieux aider les médecins à traiter leurs patients.

 

-         Chaire de recherche en génie logiciel des communications : développe des techniques et des architectures afin d’assurer la qualité des systèmes logiciels, effectue la modélisation, la conception et la validation des outils et des protocoles de communication en temps réel et des services de multimédia pour des réseaux de seconde génération.

 

-    Chaire de recherche du Canada en imagerie 3D et en ingéniérie biomédicale : rattachée au Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie, cette chaire cherche à développer et à valider des méthodes d’imagerie et de modélisation permettant l’étude et la validation fonctionnelle des traitements des troubles des systèmes locomoteurs et vasculaire.

 

-    Chaire de recherche du Canada en interventions assistées et en imagerie médicale : cherche aussi à élaborer des moyens précis de mener des interventions guidées par l'image qui exploreront la phase préparatoire à l'aide d'une collection d'images en utilisant des technologies d'imagerie médicale et des algorithmes de calcul pour mieux aider les médecins à traiter leurs patients.

 

-    Chaire de recherche du Canada en nanorobotique médicale : combine la nanotechnologie (la manipulation de la matière à une échelle atomique, moléculaire et supramoléculaire) et des principes de la robotique pour élaborer des méthodes de traitement qui peuvent administrer des médicaments directement aux tumeurs et aux parties du corps difficiles à traiter.

 

-         Chaire de recherche industrielle CRSNG – Éricsson en systèmes réseautiques mobiles de prochaines générations : nouvelle chaire de l’École Polytechnique rattachée au Laboratoire de recherche en réseautique mobile. Des recherches sont effectuées afin de développer des systèmes réseautiques multiservices intégrant des technologies sans fil et Internet.

 

-    Chaire de recherche industrielle Vantrix en optimisation vidéo : développe des nouvelles technologies de codage/transcodage, des algorithmes efficaces permettant un usage efficace et dynamique des réseaux utilisés pour la transmission notamment dans les conditions mobiles rigoureuses (peu de fiabilité, débits faibles et variables).

 

-    Concordia Institute for Information Systems Engineering (en anglais) : plus important centre de recherche entierement consacré aux technologies de l'information au Québec regroupant 9 chercheurs qui s'intéressent au développement de nouvelles technologies en sécurité des systèmes d'information (biométrie, cryptographie, sécurité réseau, etc.); développement de méthodologies de conception et de systèmes logiciels de conception assistée par ordinateur; ainsi qu'en ingénierie des services de télécommunications (processus de mise en œuvre, déploiement et utilisation des services à valeur ajoutée pour les réseaux de télécomm).

 

-    Groupe de recherche en neurosciences computationnelles et traitement intelligent des signaux de l'Université de Sherbrooke NECOTIS :  systèmes intelligents et de la communication homme-machine autour de systèmes de réseaux de neurones inspirés de la biologie pour le traitement de l’information et le traitement du signal.

 

-         Groupe de recherche en réseautique et informatique mobile : réalise des recherches: intelligence artificiellle et apprentissage automatique, représentation des connaissances, systèmes distribués, évaluation de performance, télé-apprentissage, conception de systèmes réseautiques, exploitation de systèmes réseautiques, etc.

 

-    Groupe de recherche multidisciplinaire sur les systemes reconfigurables de mesures-sans-fil de l'UQO : conçoit et intègre un réseau reconfigurable à base de capteurs distribués pour la construction d’une plateforme dédiée au monitoring environnemental et à l’étude des écosystèmes forestiers.

 

-         Groupe de recherche sur les systèmes concurrents et en temps réel de l’UQAC : les principaux thèmes de recherches sont les suivants : trtraitement du signal, le traitement de la parole, les sciences cognitives, la conception et la simulation des circuits électroniques, la conception de systèmes informatiques dédiés (architectures parallèles, processeurs de traitement des signaux, etc.), la reconnaissance des formes, la commande, la simulation par événements, les réseaux de neurones et l'analyse de textes écrits.

 

-    Hardware verification Group of Concordia (en anglais) : développe des méthodologies, des algorithmes et des outils pour la vérification formelle et semi-formelle de matériel, systèmes embarqués et physiques.

 

-    I.N.R.S. Énergie-Matériaux-Télécommunications : situé à Varennes en Montérégie, effectue des recherches dans les différents secteurs des télécommunications tels que : développement de nouveaux réseaux de communication, développement de nouveaux logiciels pour systèmes de télécommunication, développement de systèmes de traitement et de transmission d’images, développement de systèmes de reconnaissance vocale, développement de systèmes de communication personnelle (notamment les cellulaires), développement de simulateurs virtuels, développement d’outils et d’applications multimédias, développement d’applications Internet, etc. Dans le domaine de l'optique et de la photonique, il s'intéresse au développement de capteurs ultrasensibles pour des applications médicales et aérospatiales, la photonique moléculaire pour des applications en biologie, en médecine et en télécommunications et le développement de nouveaux composants photoniques pour diverses applications

 

-         Institut de recherche d’Hydro-Québec : le plus important centre de recherches en génie au Québec et un des plus importants au pays effectue de nombreuses recherches dans plusieurs champs d’intérêt au génie informatique. En voici quelques exemples :  développement de systèmes intelligents pour le contrôle et gestion des réseaux électriques, développement de systèmes robotisés pour l’installation et l’entretien des installations et équipements, développement de matériel et logiciels de nouvelle génération qui permettent d’analyser, de mesurer, de surveiller, de diagnostiquer ou de commander divers équipements de production, de transport et de distribution, développement d’outils informatiques de simulation interactive et 3D des comportements des installations et équipements des réseaux, conception et développement de véhicules électriques, etc

 

-    Institut de valorisation des données IVADO : s'intéresse dans les domaines de la science des données, de l’optimisation (recherche opérationnelle) et de l’intelligence artificielle afin de développer une filière économique autour de l’exploitation des données massives pour la prise de décision.

Il regroupe plus de 150 chercheurs de différentes disciplines (droit, mathématiques, informatique, méthodes quantitatives, économique, psychologie, démographie, économie appliquée, géographie, finance, gestion des opérations et logistique, gestion des ressources humaines, gestion du marketing, technologies de l'information, génie informatique, génie logiciel, génie industriel, génie chimique, génie civil, génie électrique, génie mécanique, etc.) provenant de HEC Montréal, de l'École Polytechnique et de l'Université de Montréal.

En génie informatique et génie logiciel; on y retrouve 22 chercheurs dont les intérêts portent sur l'apprentissage machine; l'interface humain-machine; l'analyse et la reconnaissance de textes, de formes et d'images; l'imagerie médicale; la machine Learning; le traitement automatique de la langue; l'intelligence artificielle; l'ingénierie infonuagique; la science des données; les systèmes d'aide à décision; les systèmes intelligents; les systèmes autonomes et embarqués; la qualité logicielle; la vision artificielle; le web sémantique; etc.

 

-       Institut national d’optique INO : situé à Québec, ce centre de recherches et d’expertises est un organisme privé à but non lucratif. Il réalise des projets avec l’étroite collaboration de partenaires industriels comme Bell Canada, Nortel, Telus Québec, l’Agence spatiale canadienne, Exfo Ingéniérie. Ses principaux champs de recherches sont : la biophotonique, la technologie infrarouge des bolomètres, les capteurs à fibres optiques, la conception optique, fibres optiques spéciales, la micro-optique, le micro-usinage laser, les technologies laser, la télécommunication optique spatiale, la vision artificielle et la vision industrielle et capteurs 3D.

 

-    Laboratoire d'automatismes et d'interactions 3D multimodales intelligentes de l'UQAC : étudie les problèmes de l’Interaction : entre l’Humain et la Machine et entre l’Humain et les robots, notamment en ce qui concerne l'assistance intelligente, les fonctions motrices et les interaction 3D en réalité virtuelle.

 

-         Laboratoire d’imagerie, de vision et d’intelligence artificielle de l’ÉTS : réalise des recherches dans les axes suivants : vision artificielle, traitement automatique des images de documents, imagerie (médicales, aériennes, etc), algorithmes évolutifs pour l’optimisation des systèmes complexes et interfaces avancées. Des projets tels que les suivants sont en cours : reconnaissance automatique de dates manuscrites, reconnaissance automatique de séquences de chiffres manuscrits, reconstruction d’images tridimensionnelles, développement d’un système de vérification pour la reconnaissance hors-ligne d’écritures manuscrites, etc. Ces recherches pourront être utilisées pour des applications en ingénierie, en infographie, en radiologie, en aviation, en sciences physiques, etc.

 

-    Laboratoire d'imagerie interventionnelle de l'ÉTS : développe des solutions novatrices pour assister la navigation en 2D, 3D et 4D pour diverses applications en imagerie médicale (analyse du rachis à partir d'images échographiques, analyse d'images IRM cérébrales, analyse d'images en coronarographie, reconstruction de structures vasculaires à partir d'images échographiques, reconstruction 4D des artères coronaires à partir d'angiographie rotationelle, etc.).

 

-         Laboratoire d’ingéniérie cognitive et sémantique de l'ÉTS : regroupe 6 chercheurs en génie logiciel qui s’intéressent aux descriptions textuelles et visuelles des systèmes informatiques et électroniques. Voici quelques de projets en cours : Projet APL2 crée des outils permettant à un utilisateur de comprendre visuellement la portée de ses descriptions dans une langue seconde ou dans sa langue maternelle; Projet GENTEX élabore des mécanismes fondés sur la génération automatique des textes qui auront des applications pour l’élaboration de documents descriptifs et de créer un lien formel pour la spécification et la modélisation d’un logiciel, etc.

 

-    Laboratoire d'intelligence ambiante pour la reconnaissance d'activités LIARA de l'UQAC (et Chaire de recherche sur l’intelligence ambiante et les technologies d’assistance cognitive) : l'intelligence ambiance signifie des systèmes de domotique qui s'intègrent et s'adaptent à l'environnement intérieur de l'habitat contrairement aux systèmes traditionnels. L'équipe du laboratoire développe et expérimente des prototypes novateurs grandeur nature de systèmes d'assistance pour les personnes âgées en perte d’autonomie dans habitat dit intelligent, un occupant (par exemple un patient Alzheimer) dans l'accomplissement de ses activités.

 

-    Laboratoire d'interprétation  et de traitement d'images et vidéo de Polytechnique : s'intéresse au développement de nouvelles technologies de traitement d'images et de vidéos, à la reconnaissance d'objets, à la recherche d'images par le contenu pour différentes applications (vidéosurveillance, production audiovisuelle et cinématographique, télé-apprentissage, télémédecine, etc.) et aux applications médicales de la vision par ordinateur.

 

-         Laboratoire de conception et de réalisation des applications complexes CRAC : les travaux de recherches tournent autour des thèmes suivants : analyse des protocoles de cryptographie, analyse des protocoles de commerce électronique, méthodes de vérification des flots d’informations sécurisés, etc.

 

-         Laboratoire de domotique et d’informatique mobile de l’Université de Sherbrooke DOMUS : se concentre sur l’étude de l’informatique diffuse et de l’informatique mobile pour des systemes d'habitats intelligents, des systemes d'assistance cognitive, des systemes de télé-vigilence, etc. Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours : assistance cognitive et personnes âgées (architecture informatique de maisons intelligentes); assistance cognitive et schizophrénie (adaptation d’appartements intelligents équipés d’une technologie permettant l’interaction avec le patient pour corriger ses déficits de mémoire et de planification); informatique mobile et gestion des processus médicaux (développement d’une technologie permettant d’intégrer les nouveaux développements de la  recherche et la pratique médicale dans un processus continu).

 

-         Laboratoire de microélectronique et de systèmes informatiques de Mcgill : ses intérêts portent sur : les systèmes digitaux et analogiques, les circuits asynchromes, les circuits radio-fréquence, les modèles VLSI, l’analyse de l’intégrité des signaux, la simulation et modélisation de circuits, la synthèse logique, etc.

 

-    Laboratoire de nanorobotique de Polytechnique : ce laboratoire de renommée mondiale, conçoit développe des disposifs intelligents pour des applications biomédicales et en bioingénierie en exploitant les propriétés uniques des entités à l’échelle moléculaire. Des projets en bioingénierie inclus le développement de nouvelles plateformes pour l’automatisation de systèmes à haute capacité de traitement à l’échelle nanométrique.

Des projets de conception et de réalisation de circuits et de systèmes ont été réalisés pour des applications médicales telles que : appareillage médical (microstimulateurs, neurostimulateurs et capteurs), implants électroniques, cathéters, appareillage médical à ultrasons, interfaces électroniques tissus-biologiques, etc.

 

-         Laboratoire de programmation par contraintes de Polytechnique : s’intéresse aux algorithmes de filtrage, aux algorithmes hybrides, aux contraintes non linéaires sur les réels, etc. Ces recherches auront des applications dans les domaines de la conception d’horaires de travail pour des travailleurs sur quarts, la planification des télécommunications (réutilisation efficace des fréquences en radiocommunication), en logistique des transports et en développement d’outils de réalité virtuelle.

 

-    Laboratoire de recherche en communication large bande de l'UQO : effectue des recherches les communications sans fil large bande dans les milieux confinés, tels que les galeries minières, les tunnels, stationnements souterrains, les métros souterrains, etc.

 

-         Laboratoire de recherche en génie logiciel de l’ÉTS : les principaux projets réalisés par ce laboratoire sont de : développer un consensus international sur le Guide au Corpus des connaissances en génie logiciel, le développement de la 2e génération méthodes de mesure de taille fonctionnelle des logiciels, l’analyse de la qualité du logiciel, ainsi que le développement de techniques de tests, de vérifications et de validations des logiciels.

 

-    Laboratoire de recherche en génie logiciel de Polytechnique : effectue des recherches sur l’adaptation et l’amélioration des processus de génie logiciel, l’analyse de la qualité du logiciel et le développement de logiciels de simulation pour diverses applications spécialisées.

 

-    Laboratoire de recherche en multimédia de l'ÉTS : effectue des recherches couvrent différents thèmes liés au multimédia, tels l'infographie, l'interaction humain-machine, le traitement numérique des signaux image et vidéo, les systèmes multimédias mobiles, la reconnaissance de la parole, l'indexation audio, les bases de données multimédias et l’imagerie médicale.

 

-         Laboratoire de recherche en nanorobotique de Polytechnique : développe des nanorobots capables de manipuler l’échelle atomique et moléculaire. Voici quelques exemples de projets en cours : Nanowalker (conception de différents robots miniatures autonomes pouvant exécuter des tâches scientifiques à des endroits difficiles d’accès et dangereux; WalkingDie (conception d’un robot de la grosseur d’un grain de riz pour des applications au niveau moléculaire); MR-Sub (conception de micro/nano dispositifs propulsés dans les vaisseaux sanguins à partir d’un appareil à IRM afin d’exécuter diverses opérations chirurgicales ou médicales minimalement invasives).

 

-         Laboratoire de recherche en infographie et réalité virtuelle de Polytechnique : développe et élabore différents types de simulateurs en réalité virtuelle pour diverses applications et ce, avec l’étroite collaboration de chercheurs de d’autres disciplines. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un simulateur de chirurgie du rachis scoliotique, développement d’un éditeur de molécules pour la visualisation scientifique en chimie, développement et aménagement d’environnement d’immersion en réalité virtuelle pour les étudiants et professeurs de l’École Polytechnique, etc.

 

-    Laboratoire de robotique intelligente / interactive / intégrée / interdisciplinaire IntRoLab de l'Université de Sherbrooke : étudie, développe, intègre et utilise des méthodologies en mécatronique et  en intelligence artificielle pour la conception de systèmes autonomes,  embarqués et intelligents pour différentes applications.

 

-    Laboratoire de robotique mobile et des systèmes autonomes de Polytechnique : réalise des recherches visant à développer l'autonomie des systèmes automatisés, en particulier ceux capables d'évoluer dans des environnements partagés avec des humains (robots mobiles au sol et aériens, voitures autonomes, manipulateurs proches d'opérateurs humains, etc.).

 

-         Laboratoire de réseaux de neurones de Polytechnique : réalise des projets tels que : repérage de faisceaux au moyen d’un réseau d’antennes commandé par un réseau de neurones, développement de cartes auto-organisateurs à pulses.

 

-         Laboratoire de vision et de systèmes numériques de l'Université Laval : spécialisé dans le développement de systèmes de vision numériques comme les capteurs optiques, modélisation et imagerie 3D, systèmes de simulation 3D, systèmes et appareils de réalité virtuelle, systèmes à infrarouge, etc.

 

-         Laboratoire de recherche en réseautique et informatique mobile de Polytechnique : effectue des recherches afin de développer de nouveaux systèmes de communications fixes et de communications mobiles (cellulaires), des systèmes de télé-apprentissage (formation à distance), divers autres systèmes utilisant l’intelligence artificielle.

 

-    Laboratoire de recherche sur le changement et l'évolution rentables de logiciel de Polytechnique SOCCERLab : développe des outils sophistiqués pour la planification efficace, le contrôle en temps réel et rigoureux et mise en application des changements rentables de logiciel.

 

-        Laboratoire en architecture des systèmes informatiques de l’ÉTS : développe et met pratique des innovations pour le développement et la gestion de systèmes informatiques. Ses principaux domaines de recherches sont : la gestion de l’architecture informatique, les lignes de produits, l’architecture d’entreprise et l’architecture d’applications.

 

-       Laboratoire en informatique cognitive et environnements de formation de Télé-Université LICEF : spécialisé dans la recherche et le développement de technologies d’apprentissage et de téléapprentissage, on y développement des systèmes, des logiciels et des outils multimédia pour l’enseignement à distance. Par exemple : le Projet LVEST, vise à développer des composantes électroniques pour l’implantation d’un laboratoire d’enseignement virtuel en temps réel; le Projet SAMM, vise à développer un système d’apprentissage à médias multiples; le Projet SAVOIR (conjointement avec l’ÉTS), vise à développer des environnements multimédias d’apprentissage, le Projet MédiVision, vise à développer un système informatisé d’assistance aux activités des unités de soins pour les professionnels de la santé, etc.

 

-         Mcgill Centre of intelligent machines : regroupant des chercheurs en génie électrique, génie informatique, génie mécanique et science informatique de Mcgill); le principal objectif de ce centre est d’utiliser des technologies de la robotique, à l’automatisation, à l’intelligence artificielle, à la vision informatique, ainsi qu’en reconnaissance de la parole afin de développer des machines et des robots intelligents. Les principaux champs de recherches de ce centre sont : la robotique ambulatoire, le perception artificielle, la robotique mobile, la mécatronique (mécanique appliquée à la robotique), le traitement de l’image informatique, la vision numérique, l’analyse de la réalité partagée, l’interactivité, etc.

 

-    Mcgill Photonic Systems Group : regroupe 40 chercheurs en génie physique, génie électrique et génie informatique. Il consacre ses recherches dans les domaines tels que : la micro-optique, la photonique ultra-rapide, la fibre optique, l’optoélectronique, l’électronique RF et autres secteurs en optique et photonique.

 

-         Recherche et Développement pour Défense - Ottawa : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Ottawa et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des sytèmes de haute technologie pour les Forces canadiennes, mais également pour des utilités publiques (sécurité aérienne, recherche et sauvetage, télécommunications, météorologie, etc). On y effectue notamment des recherches telles que : conception et mise à l’essai de radars aéroportés, développement de systèmes radars maritimes, développement de systèmes de navigation aérienne assistés par radar, développement de réseaux mobiles sécurisés, développement de systèmes de télécommunication par satellite, développement de radars à largeur de bande ultra-large, développement de systèmes pour les opérations spatiales, développement de nouvelles technologies pour le traitement en imagerie radar, développement de systèmes de détection de cibles mobiles terrestres et aériennes, etc.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologie pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique (recherche et sauvetage, opérations policières, sécurité-incendie, etc). On y effectue notamment des recherches dans les secteurs suivants : Systèmes de combat (développement des simulateurs virtuels d’entraînement (pour militaires, policiers, ambulanciers, pompiers, etc), d’un simulateur de balistique, des systèmes d’imagerie sous-marine, des systèmes de détection aérienne, des systèmes de communication par satellite, des systèmes radar, des capteurs optoélectroniques, systèmes de simulation de combat, systèmes de contrôle des tirs, d’un logiciel  de modélisation et d’évaluation de la surviabilité et de létalité pour la mesure de menaces provenant d’ennemis, etc); Systèmes d’information (développement d’un système d’information de commandement et de contrôle des opérations pour la Force aérienne, le logiciel-client Telweb pour l’exploitation d’un terminal public multimédia, développement d’un logiciel de nouvelle génération pour l’imagerie opérationnelle, etc); recherche et sauvetage (développement d’un logiciel innovateur pour la planification des missions de recherche et sauvetage, etc).

 

-    Regroupement pour l'étude des environnements partagés intelligents répartis REPARTI : regroupant des chercheurs de Mcgill, Laval, Sherbrooke, Polytechnique, ÉTS et UQAC; on y développement des outils d'environnement interactif et virtuel pour des applications dans les domaines de la santé, de la sécurité, de l'éducation, des arts, de l'entraînement sportif, militaire, etc. Des recherches de pointe sont effectuées notamment en robotique, vision artificielle, réalité virtuelle, commande de dispositifs haptiques, interfaces personne-machine, reconnaissance de formes, intelligence artificielle, réseautique, ingénierie de systèmes, architectures de calcul, modélisation et simulation numérique, etc.

 

-    Solutions Novika : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de La Pocatière (anciennement connu sous "Centre spécialisé de technologie physique" qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines de la conception et développement de produits de haute technologie, de procédés et d'équipements de production et de procédés industriels utilisant des lasers de haute puissance (exemples de projets réalisés ou en cours : conception d'un système d'aide virtuel en prévention des chutes, conception d'un capteur de pression pour pied diabétique, conception de nouveaux circuits pour systèmes automatisés industriels, conception d'un appareil d'essais des tensions sur des appareillages électriques, etc.).

 

En génie mécanique et génie aérospatial :

 

-         Agence spatiale canadienne (Laboratoire David Florida) : situé à Ottawa, ce laboratoire est le centre canadien voué à l’intégration, à l’assemblage et à l’essai d’engins spatiaux. Voici quelques exemples de projets en cours ou complétés : téléscope spatial canadien MOST permettant d’étudier la microvariabilité et les oscillations stellaires, satellite canadien SCISAT-1 d’étude de l’atmosphère terrestre, OPTUS C1 le satellite de télécommunications australien, RADARSAT-2 le nouveau satellite canadien d’observation de la Terre, le MSS Système d’entretien mobile est la contribution canadienne à la Station spatiale internationale, Canadarm le Bras robotique télémanipulateur canadien de la navette spatiale qui subit constamment des améliorations, BSAT 2A et BSAT 2B des satellites japonais de télédiffusion directe à domicile, etc.

 

-    Centre aéronautique de Mirabel de Pratt & Whitney Canada : l'un des plus grands centre d'essais pour moteurs d'aéronefs au monde et le second en Amérique du Nord est situé à Mirabel dans les Laurentides, ce motoriste aéronautique américain y effectue des essais avec des équipements ultramodernes pour des moteurs destinés à des avions long courrier (CSéries), des avions régionaux, des avions d'affaires et des hélicoptères civils.

 

-         Centre Concordia pour l’ingéniérie avancée des véhicules CONCAVE : effectue des recherches afin de développer de nouvelles technologies pour divers types de véhicules (métros, trains, automobiles, camions, etc). Les principaux domaines de recherches comprennent : l’acoustique et thermoacoustique, la suspensionj etvibration, la dynamique des véhicules lourds, la micromécatronique, la dynamique des moteurs, les structures des véhicules, la dynamique des chemins de fer, les carburants alternatifs, la dynamique des rotors, l’ergonomie des véhicules, la sécurité routière, etc. Voici quelques exemples de projets en cours ou réalisés : conception et développement d’un microsystème optique pour contrôle de la santé de moteur, caractérisation de la réponse biodynamique du bras manuel humain exposé à vibration, effet de déséquilibre de la roue et non-uniformité du pneu sur la dynamique de tour, étude de faisabilité d'un système de suspension hybride, la conception et l’analyse assistées par ordinateur de suspensions de motos hors routes, étude faisabilité d’un réservoir thermocontrôlé pour le stockage de carburants gazeux des véhicules, analyse de la stabilité et caractéristiques des réponses directionnelles des véhicules lourds de transport de cargaisons liquides, dynamique verticale du système des véhicules à rail, analyse dynamique d’un système de suspension hydropneumatique, étude de la position assise et les effets de la vibration sur le corps, l’optimisation de systèmes de stockage de gaz pour véhicules équipés de systèmes d’injection directe, etc.

 

-    Centre de design et innovation Laurent Beaudoin : centre de recherche et développement du manufacturier canadien BRP Produits récréatifs situé à Valcourt en Estrie voué à la conception de tous nouveaux modèles de véhicules pour l'entreprise (motoneiges, motocyclettes hors-route, motomarines et VTT) allant du prototype jusqu'à la version finale approuvée pour l'assemblage dans l'une de ses 4 usines d'assemblage de véhicules (Canada, Mexique et Finlande).

 

-    Centre de développement de produits de Bombardier Aéronautique : plus important centre de recherche et développement en aéronautique au Canada et l'un des plus importants au monde situé à Montréal dans l'arrondissement St-Laurent, ce centre de recherche et développement du géant manufacturier Bombardier. On y effectue de la recherche appliquée, de la conception et du développement de nouvelles aérostructures (fuselage, nacelles de moteurs, ailes, dômes de pressuration, portes, stabilisateurs horizontaux, etc.); pièces et autres composantes en métal ou en composites; des essais et certifications intégrées en laboratoire des différents systèmes; des essais statiques de cellules complètes; ainsi que des essais de durabilité et de tolérance aux dommages pour les structures métalliques et en matériaux composites pour ses avions long courrier (CSéries), ses avions régionaux (CRJ) et ses avions d'affaires (Global et Challenger).

 

-    Centre de développement de produits de BRP Canada : cet important centre de recherche et développement du manufacturier canadien BRP Produits récréatifs situé à Valcourt en Estrie, est l'un des plus grands centres de recherches privés en développement de véhicules de transport terrestre au Canada. On y conçoit et développe les différentes technologies, ainsi que les différents systèmes et équipements allant du premier système de freinage sur l'eau breveté pour le Sea-Doo allant jusqu'aux nouvelles technologies environnementales du Can-Am Spyder (sauf la conception et le développement des moteurs qui s'effectue en Autriche).

 

-    Centre de développement des transsports de Transports Canada : centre de recherche du  Gouvernement du Canada situé à Ottawa qui réalise de nombreuses recherches dans  le domaine des transports. Parmi les intérêts en lien avec le génie mécanique, il y a : la réduction les pertes par frottement à l’interface roue-rail et  l’utilisation de matériaux évolués pour alléger les wagons; modifications  mécaniques de la technologie actuelle diesel-électrique des locomotives;  développement d'un simulateur de navigation dans les glaces; conception et développement d'un système central de gonflage de pneumatiques pour autobus;  rendement de la combustion des moteurs diesels; comportements des structures  lors de givrage des aéronefs au sol; développement de technologies électriques pour le transport urbain routier; etc.

 

-    Centre de métallurgie du Québec : centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep de Trois-Rivières en Mauricie ayant pour mandat  de réaliser des activités de recherche appliquée, d'expertise et de soutien technique pour l'industrie métallurgique (développement de procédés d'assemblage, de soudage, d'usinage de métaux et d'alliages, conception et développement de nouveaux produits métalliques, etc.).

 

-    Centre de productique intégrée du Québec : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Sherbrooke en Estrie qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises en utilisation et développement de technologies de production assistée par ordinateur notamment en gestion de la production assistée par ordinateur GPAO, en conception et fabrication assistées par ordinateur CFAO, en automatisation de processus de production, en diagnostic Lean, etc. Des essais sont également réalisés dans une mini-usine. Voici quelques exemples de projets réalisés :

conception et développement d'une découpeuse pour les Industries Fournier, un manufacturier d'équipements industriels; d’automatisation de la programmation sur une poinçonneuse-encocheuse à commande numérique dédiée pour les profilés pour Fabrimet, un manufacturier de pylônes d'acier; développement d'un système de production automatisée pour les Portes Lemieux, un manufacturier de portes et fenêtres en bois, etc.

 

-         Centre de recherche appliquée sur les polymères : un des plus centres de recherches sur les polymères au Canada, effectue des recherches telles que : développement de nouveaux matériaux polymères, la caractérisation mécanique et thermomécanique des polymères, la mise en forme de polymères, l’endommagement et la rupture des composites, les propriétés des thermoplastiques renforcés et moulés par injection, l’usure des plastiques et la performance des engrenages, etc.

 

-         Centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal : effectue des recherches afin de développer de nouveaux instruments et appareils pour la cardiologie comme : l'équipement de stérilisation des cathéters, le matériel de dilatation des artères coronariens, l’équipement d’ablation des foyers arithmétiques, les moniteurs-défribrillateurs cardiaques, etc.

 

-       Centre de recherche sur les systèmes polymères et composites à haute performance CREPEC : regroupant une cinquantaine de chercheurs de l’École Polytechnique, de l’Université Mcgill, de l’École de technologie supérieure ÉTS, de l’Université Concordia, de l’Université Laval, de l’Université de Sherbrooke,  du Cégep de St-Jérôme (centre des matériaux composites) du Conseil national de recherches du Canada CNRC, ce centre s’intéresse aux domaines des plastiques, des matériaux composites à haute performance, les nanocomposites, ainsi qu’aux matériaux intelligents.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « aéronautique »; on y effectue des essais de conformité et de qualification de produits aéronautiques; on y développe de nouveaux matériaux et adhésifs spécifiques pour le domaine aéronautique; on y développe de nouveaux procédés de fabrication; on optimise des procédés de fabrication existants; etc. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d'un procédés de soudage par friction-malaxage; développement d'un nouveau procédé d'assemblage automatisé; développement d’un équipement pour riveter les panneaux d’aile du Challenger pour Bombardier Aerospace; développement d’une cellule de sablage et de polissage robotisée pour une entreprise de l’aéronautique; etc.

Dans le grand secteur « matériel de transport »; on y développe de nouveaux procédés d'assemblage; on y optimise des procédés existants d'assemblage; on y développe de nouveaux procédés d'usinage; on y développe de nouveaux procédés de soudage; on y développe de nouvelles technologies d'automatisation de l'assemblage; on y développe de nouvelles technologies d'usinage automatisée; on y développe de nouvelles technologies de soudage robotisé; on y développe de nouveaux matériaux en métal, en plastique ou en composites pour pieces ou composantes pour véhicules de transport routier ou ferroviaire, etc.


Dans le grand secteur « développement d’équipements industriels »; on développe divers types d’équipements pour des industries papetières, du bois, de l’aluminium, les scieries et autres. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un classeur de copeaux à base de vision artificielle pour une industrie de transformation papetière; développement d’une machine de contrôle de la qualité pour l’inspection des feuilles pour une aluminerie, développement d’une machine pour le monitoring des procédés de laminage de l’aluminium pour une aluminerie; développement d’une machine de détection des fauts pour une aluminerie; développement d’un système de classement par pesée pour une industrie de transformation du bois, développement d’une machine à assembler les chariots de stores pour un fabricant de stores; développement d’une machine pour l’assemblage de boîtier de désodorisant pour la compagnie Gillette Canada; développement d'une cellule robotisée pour le déballage et l'alimentation de couvercles pour l'assemblage de boîtes de conserve pour une conserverie; développement d’un système d’assemblage automatique de boîtiers électriques; etc.

Dans le grand secteur de l'« automatisation industrielle »; on y développe des nouvelles technologies d'automatisation des procédés de fabrication ou de transformation des produits et on y développe des méthodes d'optimisation des procédés existants. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’un robot de découpe de flancs de porcs pour un abattoir de porcs; développement d’une solution sur mesure intégrant la robotique, la vision artificielle et les systèmes de contrôle des procédés pour un fabricant de pièces moulées; développement d’une cellule de manutention automatisée pour diverses types d’entreprises manufacturières, développement d’un robot souffleur pour le nettoyer du dessous des wagons de métro pour la STCUM, etc.

Dans le grand secteur « matériaux plastiques et composites »; on y développe de nouveaux procédés de fabrication de pièces en plastique ou en composites; on y développe de nouveaux matériaux plastiques et de nouveaux matériaux composites; etc.

 

-    Centre de robotique et de vision industrielle : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Lévis-Lauzon en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines de la robotique intelligente, du soudage robotisé et de la vision artificielle. Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours :

conception et développement système de vision embarqué pour le comptage automatisé de spécimens aquatiques, système de vision 3D adaptatif et temps réel pour la modélisation des orthèses et prothèses, développement d’une technique d’inspection non-destructive pour les pièces composites aéronautiques à géométrie complexe, système de vision pour la détection du givre sur les pales des éoliennes, etc.).

 

-   Centre de technologie aérospatiale CTA : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep Edouard-Montpetit (École nationale d'aérotechnique) en Montérégie qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée, développement technologique et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises de l'aérospatiale dans différents domaines techniques dont l’usinage, les matériaux composites, la métrologie, l’inspection dimensionnelle et non destructive, l’avionique et les opérations aériennes.

Voici quelques exemples de projets réalisés : réalisation de tests environnementaux déterminant la résistance des composantes électroniques aux tempêtes de sable et à la poussière; moulage de pièces en composites (par injection liquide, par autoclave ou par compression); développement de méthodes innovatrices et adaptées à l'industrie aérospatiale en usinage robotisé de précision des cellules aéronautiques; automatisation complète d’une machine-outil à commande numérique multiaxe pour assurer la fabrication de composantes aérospatiales; analyses et simulations variés du comportements des matériaux composites utilisés en aérospatiale (microscopie, études thermiques, analyses par éléments finis); inspection des pièces fabriquées en matériaux composites selon les méthodes suivantes : l’ultrason, la thermographie, la shearographie et le laser ultrason; etc.

 

-    Centre de technologies avancées BRP - Université de Sherbrooke : organisme à but non lucratif situé à Sherbrooke en Estrie regroupant des chercheurs de l'Université de Sherbrooke et des ingénieurs en recherche et développement de BRP Produits récréatifs qui effectue de la recherche appliquée et le développement des véhicules spécialisés et des technologies avancées en collaboration avec l'entreprise BRP Produits récréatifs. Ses principaux intérêts de recherche portent sur l'électrification des transports, les structures légères, le bruit et la vibration, ingénierie prédictive, mécatronique, comportement dynamique des véhicules, technologies environnementales, connectivité et applications mobiles embarqués, etc. Voici quelques exemples de projets réalisés :

développement d'une chaîne de motorisation hybride pour un nouveau véhicule Spyder hybride branchable de BRP, développement d'un moteur à combustion interne qui utilise le propane comme carburant, développement d’un procédé de moulage par injection rapide pour les coques de motomarines, développement et mesure de l'impact du collage structural sur les performances d'un châssis en aluminium, développement et construction d'un banc de test unique pour un système de bras de suspension motorisée, développement de concepts de skis ajustables pour une motoneige afin d’être mieux adapté aux différentes conditions de neige, élaboration de transmissions pour le roadster Can-Am Spyder, etc.

 

-    Centre de technologie de fabrication en aérospatiale du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Montéral et Mirabel, il se consacre au développement de méthodes de fabrication moderne de composantes et de pièces pour l'industrie aérospatiale. Dans le domaine du génie du mécanique et aérospatial, des recherches sont effectuées en  : automatisation et robotique (conception et développement de systèmes de fabrication automatisés incluant le soudage de proche en proche robotisé, de systèmes d'automatisation adaptables, l'assemblage robotisé de structures, etc.); technologies de pointe en usinage (usinage assisté par laser et par vibration, meulage super-abrasif, usinage de composites, usinage à sec et usinage avec un minimum de lubrifiant, usinage par cryogénie, gestion adaptative intégrée d'usinage, modélisation et simulation des procédés, etc.); technologie des composites ( moulage de composites liquides, la mise en place automatisée de fibres et le conditionnement à l'autoclave, la mise en forme et le moulage par compression, l'assemblage de composites thermoplastiques, l'inspection non destructive et la caractérisation thermique des composites, etc.).

 

-         Centre de technologie thermique de l’ÉTS : unique en Amérique du Nord, ce centre s’intéresse au développement de nouvelles technoloiges pour les entreprises utilisant l’énergie thermique. Avec l’étroite collaboration de partenaires industriels dont Gaz Métro et Preston Philips, il effectue des tests sur les effets de l’usure sur l’efficacité thermique, des tests de calibrage de débimètre de vapeur, la modélisation d’équipement de vapeur, des tests de pré-homolagation d’équipements ou de systèmes, des tests de détection de fuites, l’analyse de bris, etc.

 

-    Centre des technologies de l'aluminium du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Saguenay, propose des solutions technologiques dans le développement des procédés d’assemblage et de mise en forme de l’aluminium (développement de nouveaux procédés de soudage laser, développement de nouveaux procédés de soudage par friction-malaxage, développement de nouveaux procédés de soudage à l'arc robotisé, etc.); ainsi que le développement de techniques d’évaluation de la résistance mécanique.

 

-    Centre for Zero Energy Building Studies (en anglais) : effectue des différentes recherches reliées à la construction des bâtiments qui permettront d’améliorer la santé, la sécurité et le confort des occupants. Ses principaux axes de recherche sont : la performance des enveloppes des bâtiments (matériaux, structures, sciences du bâtiment, etc); l’environnement intérieur (acoustique, confort thermique); soutien aux technologies du bâtiment (ventilation naturelle, sources d’énergie renouvelables pour le chauffage, le rendement énergétique, etc); les effets du vent sur les bâtiments (la pression du vent, environnement du vent, etc).

 



L'axe de recherche "Instruments, dispositifs électroniques et systèmes" : comprend le développement de l'ingénierie et de mathématiques des outils pour l'étude du son et de la musique, qui englobe l'étude des instruments et salle acoustique, traitement du signal numérique, des instruments de musique numériques et les appareils, ainsi que le développement de logiciels pour la musique interactive et ordinateur- composition assistée.

Les intérêts portent notamment sur la modélisation informatique acoustique, acoustique virtuelle, les systèmes immersifs, des capteurs intelligents et fusion de capteurs adaptatifs instruments / interfaces et systèmes d'aide à l'audition, etc.

Dans le domaine du génie mécanique; on y retrouve 3 chercheurs qui s'intéressent au développement de nouveaux instruments de musique; à la caractérisation du rayonnement acoustique dans les salles acoustiques; au contrôle actif des vibrations et du bruit dans les salles acoustiques; les mécanismes aérodynamiques fondamentaux de la production de la voix; à la conception, la fabrication et l'évaluation d'implants pour l'altération de la corde vocale et la reconstruction; le développement de systemes d'aide à l'audition; etc.

 

-    Centre interuniversitaire de recherche sur l’aluminium REGAL : regroupant des chercheurs de l'UQAC, Laval, Mcgill, Polytechnique, Sherbrooke, ÉTS et du Cégep de Trois-Rivières; il réalise des recherches telles que : développement de nouveaux matériaux, développement de nouveaux alliages, développement de nouvelles méthodes d'assemblage, développement de nouvelles méthodes d'usinage, etc.).

 

-   Centre Interuniversitaire de Recherche sur les Réseaux d'Entreprise, la Logistique et le Transport CIRRELT : l'un des plus importants centres de recherche dans le domaine des transports en Amérique du Nord, ce centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche de réputation internationale a été forme à la suite de la fusion du Centre de recherche sur les transports de l'Université de Montréal, du CENTOR de l'Université Laval, du Groupe Polylogistique de Polytechnique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG de en management logistique de l'UQAM.

Il cherche à résoudre des problèmes liés à la conception, à la gestion, à l’opération et à la sécurité des réseaux logistiques, de services et d’infrastructures afin d'optimiser l’utilisation des réseaux et à développer des solutions innovatrices et durables pour faire face aux nombreux défis socio-économiques complexes liés aux réseaux.

Il regroupe 68 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines de la gestion, des sciences appliquées et du génie (économique, gestion de la chaîne logistique, gestion des opérations, finance, management, sciences de la décision de gestion, gestion des technologies de l'information, études urbaines, géographie, informatique, urbanisme, génie civil, génie du bâtiment, génie mécanique, génie de la construction, génie de la production automatisée, génie industriel, etc.) provenant de 9 universités (Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, UQAM, UQAR, HEC Montréal, Polytechnique et ÉTS).

Il regroupe également 46 chercheurs collaborateurs de différentes disciplines provenant de 32 universités (Montréal, Mcgill, Concordia, UQAM, UQTR, UQO, Bishop, HEC Montréal, Polytechnique, ÉTS, Carleton, McMaster, Toronto, Central Florida, Virginia Tech, Maryland, Texas A & M, Georgia Tech, California at Santa Cruz, Embry-Riddle Aeronautical - Daytona Beach, Naval Postgraduate School aux USA, Bordeaux en France, Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse, di Roma La Sapienza en Italie, Polytecnico di Milano en Italie, Polytecnico di Torino en Italie, Neufchâtel en Suisse, Genève en Suisse, Kedge Business School en France, del Pacifico au Pérou, Federal do Paraná au Panama et l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Tunis en Tunisie).

Dans le domaine du génie mécanique; on y retrouve 6 chercheurs dont les intérêts portent sur les études sur les blessures occasionnées par le déploiement des coussins gonflables et les possibilités de survie grâce à ces coussins, enquêtes sur les défauts permettant de déterminer les causes de défaillances mécaniques et qui ont une incidence sur la sécurité des véhicules automobiles, évaluation de dispositifs d’aide à la conduite sécuritaire pour les personnes handicapées, étude des effets des dispositifs de sécurité sur les chariots élévateurs par le développement d’un logiciel de simulation de renversements de chariots élévateurs, etc.

 

-    Centre pour les machines intelligentes de Mcgill : Centre pour les machines intelligentes de Mcgill</a></b>&nbsp;: le principal objectif de ce
centre est d’utiliser des technologies de la robotique, à l’automatisation, à l’intelligence artificielle, à la vision informatique, ainsi qu’en reconnaissance de la parole afin de développer des machines et des robots intelligents. Les principaux champs de recherches de ce centre sont&nbsp;: la robotique ambulatoire, le perception artificielle, la robotique mobile, la mécatronique (mécanique appliquée à la robotique), le traitement de l’image informatique, la vision numérique, l’analyse de la réalité partagée, l’interactivité, etc.

 

-    Centre technologique pour la fabrication des composites : effectue des recherches en modélisation des procédés de fabrication, en procédés d’injection sur renfort, méthodes de fabrication des composites, etc.

 

-     Centre technologique pour la fabrication des composites : effectue des recherches en modélisation des procédés de fabrication, en procédés d’injection sur renfort, méthodes de fabrication des composites, etc.

 

-    Chaire de recherche CNSNG-UQAR en génie de la conception : développe de technologies, de produits et de procédés novateurs adaptés à la spécificité des industries de la région par la mise en œuvre de pratiques de conception innovantes et créatrices.

 

-    Chaire de recherche du Canada en conception et la fabrication des composites à haute performance : s'intéresse aux procédés d’injection sur renforts regroupés sous le terme générique « Liquid Composite Molding » (LCM); développe des méthodes de caractérisation des matériaux adaptées aux procédés LCM; réalise des travaux pour analyser la performance mécanique et la qualité des pièces fabriquées et développe des technologies nouvelles comme l’injection flexible.

 

-         Chaire de recherche du Canada en conception et fabrication des composites à haute performance : cherche à optimiser des procédés de moulage par injection de résine, concevoir et fabriquer matériaux composites à base de polymères renforcés. Ces recherches auront des applications notamment pour l’industrie automobile.

 

-         Chaire de recherche du Canada en fabrication en formes libres : développe et met au point des techniques de fabrication assistée par ordinateur ayant recours à la technologie de précision-injection et au laser.

 

-    Chaire de recherche du Canada en génie pour l'innovation en traumatologie spinale : développe de nouveaux dispositifs pour accroître la stabilité du rachis et réduire les risques de traumatismes vertébraux et médullaires qui favoriseront la réhabilitation et la protection aideront les victimes de traumatisme.

 

-         Chaire de recherche du Canada en mécanique des fluides et génie computationnel : cherche à élaborer des stratégies de contrôle et d’optimisation des systèmes d’écoulement. La recherche permettra d’élaborer des méthodes de conception de systèmes d’écoulement optimaux pouvant accroître la performance des avions et d’autres produits de génie complexes subissant l’influence du mouvement des fluides.

 

-         Chaire de recherche du Canada en métrologie laser et micro-usinage laser : Utilise la métrologie laser pour détecter des micro et des nano-imperfections ainsi que les défauts situés sur les surfaces afin d’améliorer la qualité de fabrication des produits des industries de l’aérospatial, de l’automobile et de l’électronique.

 

-         Chaire de recherche du Canada en microfluidique et en microsystèmes énergétiques : met au point des microsystèmes électromécaniques de conversion d’énergie tels que des microturbines et des piles à combustible de la taille d’un dix sous.

 

-    Chaire de recherche du Canada en nanorobotique médicale : combine la nanotechnologie (la manipulation de la matière à une échelle atomique, moléculaire et supramoléculaire) et des principes de la robotique pour élaborer des méthodes de traitement qui peuvent administrer des médicaments directement aux tumeurs et aux parties du corps difficiles à traiter.

 

-    Chaire de recherche du Canada en robotique et mécatronique : étudie les diverses méthodes de conception et de construction de dispositifs mécaniques commandés par ordinateur afin de développer de nouveaux systèmes mécatroniques de haut rendement destinés à des fins commerciales dans l'espace et sur la terre.

 

-         Chaire de recherche du Canada en sciences de la conception : cherche à établir une science de la conception qui soit officielle pour comprendre les activités de conception et pour créer des outils de conception. La recherche vise l’élaboration d’outils de conception assistée par ordinateur pour l’industrie de la conception et de la fabrication afin de la rendre plus compétitive sur le marché mondial.

 

-    Chaire de recherche du Canada en vibro-acoustique appliquée au secteur des transports : met en œuvre de stratégies de contrôle du bruit en contrôlant de manière active les vibrations structurales pour les systèmes mécaniques.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur l’aérodynamisme des éoliennes en milieu nordique : effectue la modélisation avancée de l’aérodynamisme afin de développer et d’utiliser les techniques récentes en simulation numérique des écoulements. On y développe également des procédures de tests pour les éoliennes et les parcs éoliens.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur les biomatériaux et implants endovasculaires : vise la création de nouveaux revêtements, biomatériaux et implants (revêtements bioactifs, hydrogels injectables, modifications et caractérisations des surfaces) dans le but d’améliorer le traitement des pathologies, et notamment des pathologies cardiovasculaires.

 

-         Chaire de recherche en matériaux et équipements de protection utilisés en santé et sécurité au travail : cherche à améliorer la résistance des vêtements de protection contre les coupures, les perforations, les dégradations dues aux solvants industriels, au feu et à la chaleur extrême, et en optimiser la souplesse et l’efficacité; étudie les problèmes de vieillissement et de dégradation des matériaux utilisés dans les équipements de protection contre les chutes en hauteur.

 

-         Chaire de recherche industrielle CRSNG en efficacité énergétique industrielle : a comme objectif est de développer des composants de systèmes industriels de réfrigération, de stockage et de transport d’énergie thermique.

 

-    Chaire de recherche industrielle CRSNG en interaction fluide-structure : étudie phénomènes d'interaction fluide-structure qui causent des dommages dommages dans les composants industriels tels que les systèmes de tuyauterie, les échangeurs de chaleur, etc.

 

-         Chaire de recherche industrielle CRSNG – GM du Canada sur les composites pour applications automobiles : chaire de l’École Polytechnique dont l’objectif est de développer de nouvelles technologies de moulage de composites légers et à haut volume pour l’industrie automobile.

 

-    Chaire de recherche industrielle en technologies de l'énergie et efficacité énergétique te3 de l'ÉTS : regroupant des chercheurs de l'ÉTS, de l'UQAC et de l'UQAR; elle s'intéresse au développement de technologies reliées aux énergies renouvelables (énergie solaire principalement, mais également l'énergie éolienne, la géothermie, les bioconbustibles solides, liquides ou gazeux provenant de résidus agricoles, forestiers ou urbains); le stockage de l'énergie (stockage d’énergie sensible dans des matériaux liquides ou solides dont la température varie avec le niveau de stockage et le stockage latent où le chargement et de déchargement d’énergie s’effectue à température constante); l'intégration et optimisation des procédés industriels (développement de méthodes systématique d'analyse des procédés afin d'améliorer leur performance énergétique.

 

-    Chaire de recherche industrielle CRSNG/Medtronic en biomécanique de la colonne vertébrale : développe des technologies et dispositifs permettant de faciliter cette chirurgie et d'améliorer le bien-être des patients.

 

-    Chaire industrielle d'aéroacoustique : a pour objectif de diminuer les niveaux de bruit des moyens de transport, en particulier les bruits causés par les machines tournantes, par exemple les turboréacteurs et les ventilateurs.

 

-    Concordia Center of composites : ce centre de recherches de l'Université Concordia s'intéresse aux caractéristiques des structures composites de haute densité et au développement de nouveaux matériaux pour diverses applications

 

-    Équipe de recherche en dynamique des machines, des structures et des procédés de l'ÉTS : étudie la dynamique des machines (turbines hydrauliques, engrenages, roulements, etc.); étudie la dynamique des procédés de fabrication (contraintes résiduelles de soudage, etc.) et étudie les problèmes de bruit et de vibrations des machines, mécanismes et structures.

 

-    Équipe de recherche en intégration CAo-CAlcul ERICCA de l'UQTR (en anglais) : tente de développement des solutions afin de mieux intéger la méthode d'analyse des éléments finis FEA avec la conception assistée par ordinateur CAO (comme l'optimisation de topologie, la comparaisn automatique entre les modèles de CAO, le modèle topologique unifiée UTM, la simulation du moulage par injection, etc.).

 

-         Équipe de recherche en sécurité au travail de l’ÉTS : étudie les différentes problématiques à l’origine des accidents de travail. Ses principaux domaines de recherches sont : sécurité industrielle (analyse des risques industriels, conception sécuritaire de machines, installations et équipements industriels, conception et évaluation de dispositifs de protection); ergonomie appliquée (analyse des risques ergonomiques, analyse des tâches et postes de travail, conception ergonomique de machines, installations et équipements industriels); acoustique et vibration (identification des sources de bruit et vibration, mise au point de techniques de contrôle du bruit et de la vibration, intégration des aspects acoustiques et vibratoires dans la conception de machines, installations et équipements industriels).

 

-         Groupe Convection naturelle de Polytechnique : oriente ses recherches en analyse et modélisation de la convection naturelle en milieux poreux et fluides. Ses principaux thèmes sont : convection thermosolutale, thermogravitation, convection de l’eau, convection de fluides non Newtoniens, chauffage chimique, instabilité thermocentrifuge, notion d’acoustique musicale, etc.

 

-         Groupe d’acoustique de l’Université de Sherbrooke : réalise des projets visant le développement de produits silencieux pour divers applications (industrie du transport, machineries industrielles, bâtiments, produits de consommation, etc); développement de logiciels d’aide à la conception vibroacoustique, développement d’actionneurs et de capteurs, modélisation et simulation de comportements vibroacoustiques, etc.

 

-    Groupe d'analyse de composantes mécaniques de Polytechnique : s'intéresse à l'analyse du comportement des composants mécaniques ainsi qu'aux essais de ces composants (fatigue, fluage et interaction fatigue-fluage, mécanique de la rupture, contraintes dans des structures diverses, dynamique des machines et des structures, essais de vibrations et analyse modale, analyse et réduction du bruit industriel, etc.), afin de déterminer leur durabilité en service

 

-    Groupe de controle et de mécatronique de Concordia (en anglais) : s'intéresse aux technologies mécatroniques telles que : développement de systèmes de contrôle du carburant électroniques/hydromécaniques; développement d'un système de contrôle robotique industrielle; développement de technologies pour véhicules électriques ou hybrides; développement d'un système de contrôle du carburant pour petits moteurs à turbine à gaz, etc.

 

-         Groupe de recherche en biomécanique et biomatériaux : effectue de nombreuses recherches afin de développer de nouveaux matériaux et d’appareils pour l’industrie médicale et le secteur hospitalier. Les principaux axes de recherches sont : les biomatériaux (stérilisation de disposifs médicaux, développement d’un système de libération contrôlé des médicaments, développement d’implants, etc); biomécanique (développement d’un pied orthopédique, développement de chaises roulantes mieux adaptées aux besoins, modélisation de la position assise en fauteuil roulant, etc); imagerie médicale et modélisation (modélisation biomécanique du genou, développement de corset orthopédique, évaluation 3D de chirurgies au dos, etc); réadaptation (design de coussins de fauteuils roulants par outils informatiques, évaluations posturales des utilisateurs d’aides techniques à la mobilité, etc).

 

-         Groupe de recherche en combustion et énergie de l’Université d’Ottawa : effectue des recherches telles que : mesure et modélisation de la production de suie dans les carburants, développement de techniques de diagnostic au laser des combustibles, etc.

 

-         Groupe de recherche en contrôle et robotique de Concordia (en anglais) : groupe reconnue mondialement, des recherches multidiciplinaires en robotique sont effectuées dans le domaine de la robotique.

 

-         Groupe de recherche en développement et fabrication de produits : réalise de travaux de développement en ingéniérie de la fabrication et de la conception de produits et des procédés pour diverses applications industrielles. Ses principaux axes sont : la modélisation des machines et procédés de fabrication, la métrologie des pièces fabriquées et des machines, l'usinage des matériaux métalliques composites et l'usure des outils, la synthèse et l'analyse des gammes de fabrication et d'assemblages, l’usinage grende vitesse, et la conception de machine à architecture nouvelle.

 

-    Groupe de recherche en ingénierie des procédés et des systèmes de l'UQAC : s'intéresse aux procédés thermiques industriels couvrant la dynamique des fluides et la thermique des systèmes (analyse et modification de systemes, combustion, écoulements multiphasiques des fluides, rayonnement thermique, techniques de mesure, transfert de chaleur et de masse, etc.) pour des applications dans l'industrie métallurgique et dans l'industrie énergétique (centrales électriques par exemple).

 

-         Groupe de recherche en mathématiques de ingénierie assistée par ordinateur : effectue des recherches telles que : l’analyse et la performance de turbines hydrauliques, le calcul d’écoulements externes pour l’aérodynamique des avions, la visualisation scientifique, etc.

 

-    Groupe de recherche en sciences et technologies biomédicales de Polytechnique : ce groupe de recherche regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines du génie de Polytechnique, mais aussi de l'ÉTS et de Mcgill et de plusieurs disciplines des sciences médicales de l'Université de Montréal intéressés au développement de nouvelles technologies biomédicales; effectue de nombreuses recherches afin de développer de nouveaux matériaux et d’appareils pour l’industrie médicale et le secteur hospitalier.

Dans le domaine du génie mécanique, des recherches sont effectuées en biomécanique (développement d’un pied orthopédique, développement de chaises roulantes mieux adaptées aux besoins, modélisation de la position assise en fauteuil roulant, développement d'implants, etc.);

 

-         Groupe de recherche en thermique et en aérodynamisme de l’Université de Sherbrooke THERMAUS : effectue des recherches dans le domaine du transfert de chaleur, de la conversion d’énergie, de l’aérodynamisme expérimentale, des écoulements avec échanges thermiques, etc.

 

-         Groupe de recherche et développement sur le vélo de l’Université de Sherbrooke VÉLUS : voici quelques projets actuellement en cours : étude du comportement dynamique de cadres de vélos en aluminium pour le développement de métriques et de critères reliés au confort pour permettre aux manufacturiers de vélos québécois de concevoir des cadres de vélos en aluminium confortables, développement d'un étalonneur pour vélo d'entraînement pour athlètes de haut niveau, développement et validation d'une méthode de positionnement sur des vélos de montagne pour les athlètes de haut niveau, étude sur l'ajustement des pédales automatiques.

 

-    Groupe de recherche Mongeau de Mcgill (en anglais) : réalise un projet de conception, construction, développement et évaluation d'implants pour la recontruction lors d'altérations de la corde vocale.

 

-    Groupe de recherche sur les déformations musculo-squelettiques :comprenant le Laboratoire d'informatique de scoliose 3D et le Laboratoire de modélisation biomécanique et de chirurgie assistée par ordinateur et intégré au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, il s'intéresse à la caractérisation des déformations scoliotiques (déformations du tronc, déformations du rachis scoliotique), plus préciséement sur la scoliose idiopathique de l'adolescence dans l'optique d'améliorer les méthodes de traitement orthopédique et chirurgical de la scoliose et de permettre une meilleure compréhension des mécanismes de déformations scoliotiques.

 

-         Groupe de recherche sur la mécanique des conducteurs aériens : Étude des paramètres mécaniques et géométriques qui influencent la tenue en fatigue des conducteurs électriques aériens à haute tension.

 

-    Groupe de recherche sur la performance et de sécurité humaine de l’Université de Sherbrooke PERSEUS : réalise des recherches dans les secteurs tels que : biomécanique du système musculo-squelettique (biomécanique de la chute lors de la marche, biomécanique de la position assise et évaluation de nouveaux sièges, biomécanique de pédales ajustables pour la minimisation des blessures chez les cyclistes, etc); conception de produis biomédicaux (conception de semelles de souliers/bottes, conception de matelas pour l'évitement des plaies de lits, Conception de civières adaptées pour l'évacuation de patients en centre gériâtrique, etc); biomécanique des tissus conjonctifs (étude biomécanique du remodelage des tissus conjonctifs et de leur dégradation suite à l'exposition à des stimuli mécaniques).

 

-    Groupe de recherche sur les applications numériques en ingénierie et en technologie de l'ÉTS : se consacre à la recherche et au développement de méthodes numériques pour la modélisation et la simulation de problèmes multi physiques tels que : les écoulements naturels dans les cours d’eau, les écoulements dans les machines hydrauliques, les écoulements compressibles autour des avions, l’interaction de l’écoulement avec les structures flexibles, l’interaction des écoulements avec les sols dans les barrages, la propagation des fissures dans le béton et l’infiltration de l’eau, etc.

 

-         Groupe interdisciplinaire de recherches sur les éléments finis : regroupant des chercheurs de l’Université Laval et de l’École Polytechnique, on y effectue des recherches dans les domaines suivants : écoulements en milieux industriels, fluides industriels, matériaux légers, biomédical et veille technologique.  Voici quelques exemples de projets réalisés : développement du logiciel MEF ++ pour la résolution de problèmes en mécanique des fluides, mécanique des solides et transfert de chaleur; Projet M consacré à la modélisation des matériaux hyperélastiques en grande déformation; Projet ACE (aérosol, cœur et endoprothèse) consacré à la modélisation numérique du transport des aérosols dans les voies respiratoires; Projet Aquaculture consacré à la modélisation 3D de la circulation de l’eau (écoulement à surface libre) et du transport de matières solides à l’intérieur des bassins d’élevage.

 

-    INEDI : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne fournissant de l'expertise, de la recherche appliquée et la valorisation du design industriel auprès des PME dans le développement de produits innovateurs afin de réaliser des études de positionnement d'innovations, de gammes de produits, de design prospectif, ainsi que de diagnostics design.

 

-    Innovation Maritime : centre collégial de transfert de technologie en technologies maritimes rattaché au Cégep de Rimouski (Institut maritime du Québec) dans le Bas-St-Laurent qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée, développement technologique et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans le domaine maritime.

En génie maritime et en génie mécanique; des expertises et des recherches sont notamment effectuées dans la conception, le développement et le prototypage d'équipements maritimes. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d'hydrofoil, conception et fabrication d’une glissière à homard, conception d'un chariot sur chenilles pour un chantier naval, développement d'un carburant biodiesel pour navires de croisières et traversiers, développement d'un carburant biodiesel pour navires marchands, développement de technologies environnementales en cas de déversements maritimes d'hydrocarbures, etc.

 

-    Inolivent : « InNOvative LIquid VENTtilation » : regroupant des chercheurs en génie mécanique et en pédiatrie de l'Université de Sherbrooke, s'intéresse à la méthode de ventilation liquidienne totale, une modification radicale de la ventilation mécanique artificielle. Elle développe cette technologie afin de la transférer dans les unités de soins intensifs de néonatalogie.

 

-    Installation de partenariat industriel en technologies océaniques du CNRC : unique au Canada, ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à St-John à Terre-Neuve qui s'intéresse notamment à l'évaluation de la performance des navires des ouvrages en haute mer dans des conditions océaniques difficiles, au développement de véhicules sous-marins autonomes pour l'observation océanique sous-marine, la prévision et la performance des navires et des ouvrages en haute mer qui opèrent dans la glace, l'évaluation de la performance des différentes technologies de sauvetage en mer et le développement de nouvelles technologies de sauvetage.

 

-    Installations d'essais pour véhicules lourds du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Ottawa, comprend 3 laboratoires situés sur un même emplacement afin d'effectuer des tests et essais en atelier et sur le terrain de la performance des véhicules lourds (véhicules commerciaux tels que camions et autobus), véhicules militaires lourds (véhicules blindés légers VBL, chars blindés, etc.) et véhicules ferroviaires (voitures de passagers de train, voitures de passagers de métro, voitures de passagers de tramway, voitures de marchandes, etc.) : laboratoire d'essais climatiques (tests de rendement de différents produits sous une gamme de conditions climatiques vastes comme par exemple : évaluer le système de climatisation de wagons de chemin de fer, mettre à l’épreuve un nouveau déglaçant, mesurer l’endurance de nouveaux composants destinés à des véhicules militaires, etc.); laboratoire d'inclinaison de véhicules lourds (mesure de la stabilité antiroulis et les caractéristiques de roulis de gros poids lourds, à presque n’importe quel niveau de chargement  tels que les seuils de retournement, les relations entre les coefficients de transfert de charge, le centre de masse triaxial, les charges statiques par essieu et la hauteur du centre de roulis de la suspension, etc.); laboratoire de dynamique structurale de véhicules lourds (étude de de vibrations aléatoires, sinusoïdales, en paliers, en dents de scie ou autres lors de vibrations ou de chocs); laboratoire d'essais de roulements de freins du CNRC (tests et essais permettant d'identifier les failles, limites et le potentiel de rupture des roulements de freins dans des conditions réelles de matériel ferroviaire tels que : la reproduction des vitesses pouvant atteindre 136 km/hr, le double des charges par essieux d’un wagon de 125 tonnes, des angles d’attaque de +/- 27 mRAD, ainsi qu’une grande diversité de conditions de contaminations par l’eau, la graisse et le sable); rampe d'impact pour véhicules ferroviaires (comprend une rampe, un wagon remorque et un câble de traction permettant de placer les véhicules sur rail à des endroits prédéterminés sur la rampe afin d’atteindre la vitesse de collision désirée avec un wagon de choc stationnaire afin de les spécifications de design et en effectuant des tests de compression en roulement); installation de compression et de tension (tester la solidité structurelle et l'intégrité de la carrosserie des véhicules ferroviaires, des voitures de métro et des véhicules intermodaux);

 

-         Institut Concordia pour le design et l’innovation aérospatiales (en anglais) : avec l’étroite collaboration des ingénieurs de Bombardier, de Bell Helicopter, de Pratt & Whitney, Thales, EMS, CAE et autres industries aérospatiales au Québec, cet institut réalise de nombreux projets de recherches reliés au domaine aérospatial. Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours : simulation de la distribution primaire du carburant (avec Bombardier), détermination de la probabilité de panne sur les aéronefs (avec Bombardier), identification des sources sonores lors de pannes (avec Bombardier), processus de gestion des exigences de maintenance du Challenger (avec Bombardier), amélioration des outils d’analyse du stress en construction aéronautique (avec Bombardier), développement d’une méthode de protection contre le glaçage du rotor d’hélicoptères légers (avec Bell), développement d’un train d’atterrissage pour hélicoptères légers (avec Bell), développement d’un système automatisé de contrôle de l’alimentation en carburant pour aéronefs (avec Pratt & Whitney), développement de procédés de diagnostic des moteurs en atelier (avec Pratt & Whiney), développement de techniques de soudage au laser en aéronautique (avec Pratt & Whitney), développement de systèmes de mesure et calibrage automatisée des instruments avioniques (avec CAE), la fatigue des composants soudés sur avions (avec EMS), développement d’algorithmes en temps réel de compression et décompression (avec CMC), etc.

 

-         Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail du Québec IRSST : est un organisme privé à but non lucratif financé en majeure partie par la CSST. De nombreuses recherches y sont effectuées couvrant tous les domaines de la santé et de la sécurité au travail. Les principaux champs de recherches reliés au domaine du génie mécanique avec quelques exemples de projets réalisés ou en cours sont : sécurité des outils et machines (conception d’un nouvel appareil d’auscultation des couches de béton projeté, conception et essais d’une came de sécurité pour grues mobiles, pré-conception d’une mini-foreuse hydraulique, conception assistée par ordinateur de mécanismes pour la manutention industrielle, etc); bruits et vibrations (conception d’un disposif de réduction du bruit pour les marteaux à plancher, conception d’un dispositif de réduction du bruit des lames de scies circulaires, etc).

 

-    Institut de recherche sur l'hydrogène de l'UQTR : développe des technologies de stockage et d'utilisation sécuritaire de l'hydrogène. Dans le domaine du génie mécanique, des projets sont réalisées notamment en transformation des moteurs à combustion pour des carburants renouvelables; gestion de véhicules autoguidés par ultrasons; développement de piles à combustible et gestion des véhicules hybrides; etc.

 

-    Institut du véhicule innovant IVI : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de St-Jérôme dans les Laurentides qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée, développement technologique et du soutien technique auprès de PME de l'industrie du transport terrestre principalement dans l'amélioration de l'efficacité énergétique des véhicules (traction électrique et hybride, intelligence véhiculaire et efficacité énergétique). Voici quelques exemples de projets réalisés :

implantation de plusieurs systèmes embarqués, assurant la gestion de la flotte en temps réel afin d'effectuer un suivi de la performance de la flotte de dans le cadre du projet de taxis électriques dans différentes conditions d’utilisation (météo variable, différences entre les modèles de véhicules électriques, longueur et type de courses, etc.) conjointement avec Taxelco; développement d'un système de gestion de l'autonomie d'un véhicule électrique; développement et la mise en opération de véhicules hors route destinés à effectuer des tâches de façon autonome ou semi-autonome; évaluation de l’incidence de changements envisagés de l’architecture de propulsion sur l’autonomie et les performances du nouveau chargeur minier hybride, etc.

 

-    Laboratoire d'acoustique du bâtiment (en anglais) : s'intéresse à la mesure de l'intensité acoustique des pieces, l'évaluation du coefficient de l'absorption acoustique, la transmission du son, la qualité des matériaux acoustiques, etc.

 

-    Laboratoire d'enveloppe du bâtiment (en anglais) : s'intéresse à l'analyse et la conception de l'environnement intérieur d'un bâtiment comprenant la durabilité, le transfert de chaleur, l'isolation, l'humidité, l'efficacité énergétique et la conservation de l'énergie, la qualité de l'air et la ventilation, la qualité des matériaux de construction, etc.

 

-    Laboratoire d'ingénierie de produits, de procédés et de systèmes de l'ÉTS : effectue de la recherche appliquée et du développement industriel dans les domaines de l'optimisation des procédés de fabrication (usinage conventionnel, usinage sur MOCN, développement durable en usinage, soudage, meulage, moulage et prototypage rapide); instrumentation et contrôle des procédés et des produits (essais non destructifs); métrologie et inspection automatique (CMM, post-processeur, vision et scanneur laser); méthodes, modèles et outils pour l'ingénierie intégrée (CAO, FAO, EF, gestion intégrée des données techniques); gestion des variations dimensionnelles et géométriques (tolérancement, gammes de fabrication, capabilités des procédés); ainsi que la gestion du cycle de vie des produits et gestion des changements d’ingénierie.

 

-    Laboratoire d’intégration des technologies de production de l’ÉTS : s’intéresse particulièrement à l’optimisation du design et de la performance des systèmes numériques. Son principal axe relié au domaine biomédical est : modélisation de l’humain (études sur les mécanismes causant des lésions musculo-squelettiques, études des comportements des intervenants en santé et sécurité, conception de divers produits ergonomiques et postes de travail, etc).

 

-    Laboratoire d'observation et d'optimisation des procédés de l'Université Laval LOOP : comprenant une équipe interdisciplinaire, on y développe et applique des méthodes permettant d'optimiser le fonctionnement des procédés continus des domaines suivants : transformation de la matière (traitement des minerais, biotechnologies, traitement des eaux, pâtes et papier, etc.); en aéronautique et en robotique.

 

-    Laboratoire d'optimisation des procédés de fabrication en aérospatiale de l'ÉTS : développe de nouvelles méthodes et améliore des méthodes existantes (brasage des superalliages, trempe d'engrenage par induction, hydroformage, forge d'alliages avancés, traitement de surface et mécanisme d'endommagement, etc.) d’optimisation des procédés de fabrication divers (induction, hydroformage, brasage, …) afin de fabriquer des pièces robustes pour des applications dans le domaine de l’aérospatiale et de l’énergétique.

 

-    Laboratoire de biomatériaux et bioingéniérie de l’Université Laval : conçoit et développe des organes artificiels à l'aide de nouveaux matériaux polymères, métalliques et composites (telles que : valves cardiaques mécaniques, prothèses artérielles, prothèses endovasculaires, etc), analyse et étudie les propriétés mécaniques de différents matériaux afin de vérifier leurs applications potentielles dans la fabrication de biomatériaux, etc. Les principaux domaines d’intérêts sont : la biomécanique du membre supérieur, l’ingéniérie tissulaire, le système musculo-squelettique, l’électromyographie, l’analyse du mouvement, la conception mécanique et la mécatronique appliquée au domaine médical. Voici quelques exemples de projets en cours : conception de prothèses en collaboration avec la compagnie Euros France,  conception d'une prothèse pour éviter le prolapsus d'une stomie, conception d’une main myoélectrique sous-actionnée afin d'améliorer la flexibilité des mains, conception d'un système de fixation du rachis pour enfants paralytiques, conception d'un appareil de transfert pour personnes en perte d'autonomie, conception d'un chargeur pour accumulateurs de fauteuils roulants électriques, etc.

 

-         Laboratoire de biomécanique de l’Université de Sherbrooke : il se concentre principalement sur le renforcement par le ciment de l’os ostéoporotique.

 

-    Laboratoire de conception d'actionneurs et de moteurs de l'Université de Sherbrooke CAMUS : réalise des recherches telles que : le développement d'actionneurs électromécaniques fiables pour le contrôle du vol des aéronefs, conception d'une turbine à gaz en utilisant un seul disque contenant des propulseurs statoréacteurs pour véhicules routiers; développement des robots pour la robotique médicale, compatible avec les techniques d’imagerie actuelles; convention d'un générateur diesel à un mode diesel-biogaz; etc.

 

-    Laboratoire de conception et d'optimisation en modélisation mécanique des matériaux de l'Université Laval (en anglais) : s'intéresse à la modélisation numérique de la matière : matériaux (ex : la métallurgie des poudres, l'aluminium, la cathode de carbone au four et la pâte éperonnage, composites dommages, etc.); électro-mécaniques des problèmes couplés en matériaux poreux (ingénierie de HV et l'excrétion de glace, matériels intelligents tels que piézoélectriques etc.); comportement de certains composants de véhicules sous l'impact ou des charges explosives, etc.

 

-    Laboratoire de dynamique structurale et de vibration de Mcgill (en anglais) : les recherches portent sur les vibrations, l'acoustique, la dynamique des structures, la dynamique non linéaire et la propagation des ondes appliqués aux moteurs de machines et équipements industriels, aux moteurs d'aéronefs, aux rotors d'aéronefs, etc.

 

-    Laboratoire de fabrication et de caractérisation des matériaux composites de l'ÉTS : concentre ses activités à la conception, la mise en forme et l’assemblage de matériaux composites polymériques de même qu’à la caractérisation physique et mécanique de polymères et de composites.

 

-    Laboratoire de mécanique des fluides numérique de l'Université Laval : s'intéresse aux phénomènes et aux forces associés aux écoulements de fluide. Cette science, qui regroupe par exemple l'aérodynamique (avions, éoliennes) et l'hydrodynamique (turbine hydraulique, hydroliennes), traduit ces phénomènes en équations mathématiques.

 

-   Laboratoire de mécanique et éco-matériaux de l'UQTR : situé à Trois-Rivières, il développe de nouveaux matériaux composites pour diverses applications industrielles avec des produits à base de pâtes et papiers ou de fibres de bois végétales

 

-    Laboratoire de mécanobiologie pédiatrique : rattaché au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, on y développe des techniques d’ingénierie mécanique et de biologie pour répondre à des questions cliniques impliquant le contrôle et le traitement orthopédique des pathologies musculosquelettiques progressives chez l’enfant et l’adolescent.

 

-    Laboratoire de mécanique multi-échelles de Polytechnique (et Chaire de recherche du Canada en fabrication de microsystèmes et de matériaux) :  développe des outils permettant de prédire le comportement des matériaux (nano-composites, composites, alliages, tissus vivants et céramiques, etc.) et de les appliquer à des procédés de micro-fabrication pour des applications de haute technologie (telles que : l'aéronautique et l'aérospatiale, l'énergie, l'industrie alimentaire ainsi que la biomécanique).

 

-         Laboratoire de microingénierie des microsystèmes électromécaniques de Sherbrooke MEMS  : réalise des projets tels que : micro turbines à gaz et des piles à combustible de la grosseur d'un timbre, technologies et capteurs pour l’industrie aérospatiale, capteur de friction en carbure de silicium pour les écoulements à haute vitesse, éveloppement de procédés de gravure du carbure de silicium et de technologies de connexion pour capteurs à haute température, etc.

 

-    Laboratoire de nanorobotique de Polytechnique : ce laboratoire de renommée mondiale, conçoit développe des disposifs intelligents pour des applications biomédicales et en bioingénierie en exploitant les propriétés uniques des entités à l’échelle moléculaire. Des projets de conception et de réalisation de circuits et de systèmes ont été réalisés pour des applications médicales telles que : développement de micro-robots autonomes pour l'imagerie médicale, développement d’une plateforme à haute capacité de traitement de robots miniatures pour des interventions chirurgicales, etc.

 

-    Laboratoire de recherche en fabrication virtuelle de Polytechnique : effectue des vérifications de conformité de même que des caractérisations géométriques et dimensionnelles de différents systèmes mécaniques.

 

-    Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie : laboratoire regroupant des chercheurs du département de radiologie de l’Université de Montréal et des chercheurs en génie de l’École de technologie supérieure. Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours : modélisation d’une prothèse de hanche, étude sur le remplacement totale de la hanche, conception et évaluation d’une nouvelle prothèse humérale, automatisation de la reconstruction 3D du rachis, conception d'une orthèse de dérotation pour les déformations scoliotiques, conception d'une harnais pour l'analyse cinétique du genou, etc..

 

-    Laboratoire de recherche en productique de l'UQAR : s'intéresse au développement de produits, de  procédés et de systèmes; l’amélioration des performances des produits et des équipements industriels; l’instrumentation et la commande industrielle; ainsi que la la gestion et le contrôle des  processus de production.

 

-         Laboratoire de recherche en robotique mobile et de systèmes intelligents : réalise diverses recherches dans le domaine de la robotique, voici quelques exemples de projets : conception d’une tête robotique multicaméras, conception d’un robot jouet téléopéré, conception d’un robot de télésurveillance pour salles d’urgences, etc.

 

-    Laboratoire de recherche et développement sur le vélo de l'Université de Sherbrooke VÉLUS : s'intéresse à l'étude du confort dynamique des vélos de route, au comportement et au contrôle vibratoire des vélos, aux mesure in-situ de charges (forces et couples), simulation numérique statique et dynamique, etc.

 

-         Laboratoire de recherche sur la performance et de sécurité humaine de l’Université de Sherbrooke : réalise des recherches dans les secteurs tels que : biomécanique du système musculo-squelettique (biomécanique de la chute lors de la marche, biomécanique de la position assise et évaluation de nouveaux sièges, biomécanique  de pédales ajustables pour la minimisation des blessures chez les cyclistes, etc); conception de produis biomédicaux (conception de semelles de souliers/bottes, conception de matelas pour l'évitement des plaies de lits, Conception de civières adaptées pour l'évacuation de patients en centre gériâtrique, etc); biomécanique des tissus conjonctifs (étude biomécanique du remodelage des tissus conjonctifs et de leur dégradation suite à l'exposition à des stimuli mécaniques).

 

-    Laboratoire de robotique de l'Université Laval : étudie les mécanismes parallèles et les mains robotiques articulées. Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours : KADMoS, un logiciel d’analyse de simulateurs de vols; L’œil magique, un mécanisme parallèle sphérique pour l’orientation rapide de caméra, etc.

 

-    Laboratoire de transferts thermiques et énergétiques de l'Université Laval : s'intéresse notamment à l'efficacité énergétique industrielle, étudie les propriétés géothermiques afin de développement de nouvelles technologies énergétiques utilisant cette source, etc.

 

-    Laboratoire des carburants alternatifs de Mcgill (en anglais) : tente de développement de carburants alternatifs et durables comme biocarburants (biomasse cellulosique, hydrogène, poudres métalliques, etc.) ou hybrides (essence/biocarburant ou diesel/biocarburant) autant pour les automobiles, les véhicules commerciaux, le matériel ferroviaire que pour les machines industrielles.

 

-    Laboratoire de thermofluide pour le transport de l'ÉTS : s’intéresse à l’application de la thermodynamique et de la dynamique des fluides aux écoulements complexes qui surviennent dans les technologies de transport aéronautique et terrestre (ex : effets du déplacement de l’aiguille à l’intérieur d’un injecteur de carburant d'un véhicule routier, élaboration d’un modèle pour les systèmes de dégivrage d’aéronef, dynamique de la turbulence de sillage d'un aéronef en effet de sol, etc.).

 

-    Laboratoire en microbioingénierie et en nanobioingénierie (et chaire de recherche du Canada) : ce laboratoire et cette chaire de l’Université Mcgill développe de nouvelles technologies pour des applications en médecine et en biologie afin de rendre les diagnostics et les traitements davantage efficaces.

 

-         Laboratoire sur les alliages à mémoire et les systèmes intelligents de l’ÉTS LAMSI : avec la collaboration de partenaires industriels dont l’Agence de recherche et développement pour la Défense Canada, Trans-Énergie et l’Institut de cardiologie de Montréal, ce laboratoire développe et conçoit des composantes en alliage à mémoire de forme AMF.

 

-    Mcgill Centre of Intelligent Machines : regroupant des chercheurs en génie électrique, génie informatique, génie mécanique et science informatique de Mcgill); le principal objectif de ce centre est d’utiliser des technologies de la robotique, à l’automatisation, à l’intelligence artificielle, à la vision informatique, ainsi qu’en reconnaissance de la parole afin de développer des machines et des robots intelligents. Les principaux champs de recherches de ce centre sont : la robotique ambulatoire, le perception artificielle, la robotique mobile, la mécatronique (mécanique appliquée à la robotique), etc.

 

-    Mcgill Institute for Aerospace Engineering MIAE (en anglais) : regroupant plus de 40 chercheurs provenant de plusieurs disciplines du génie de Mcgill (génie mécanique, génie électrique, génie informatique, génie des matériaux, génie civil, mais aussi droit); le plus important centre de recherche en aérospatial au Canada ses recherches couvrent l'ensemble des domaines des technologies aéronautiques et des technologies spatiales. Dans le domaine du génie mécanique et aérospatial, des recherches sont effectuées en : aérodynamique et mécanique des fluides, aéroacoutique, aéroglacage, contrôle et dynamique d'aéronef, développement de nouvelles technologies de combustion, développement de nouveaux matériaux composites, développement de nouveaux matériaux et alliages de structures, développement de nanomatériaux pour l'applications aérospatiales, développement de biocarburants aéronautiques, développement de systèmes microélectromécaniques aérospatiaux, développement de robots pour applications spatiales, développement de systèmes spatiaux, développement des systèmes d'automatisation et fabrication assistée par ordinateur pour l'industrie aérospatiale, développement de nouveaux procédés de fabrication pour l'industrie aérospatiale, etc.

 

-    MÉCANIUM : centre collégial de transfert de technologie en mécanique industrielle rattaché au Cégep de Beauce-Appalaches en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée, du développement technologique et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans le domaine de la mécanique industrielle (flexibilité de production, sécurité des machines, prototypage virtuel et simulation, etc.).

Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d’une presse-plieuse et rouleuse combinée pour tubulure d’aluminium, développement d’équipements à commandes numériques programmables pour l’usinage de pièces d’acrylique, développement d’un manipulateur hydraulique pour soudage de contenants d’acier, développement de gabarits de montage pour nouveau modèle de véhicule récréatif, développement et réalisation d’un nouveau prototype de fabrication de moulures à dimensions variables, développement d’un nouveau banc d’assemblage et d’inspection pour cylindre hydraulique de grand format, développement et réalisation d’un nouveau concept de sécurisation de tours pour l’usinage, analyse et réduction des risques ainsi que plans et devis sur plusieurs équipements de fabrication industrielle du secteur du bois, du métal et autres, optimisation par simulation numérique d’une chaudière à gazéification, élaboration et simulation d’un nouveau procédé de fabrication pour l’assemblage de poutrelles de bois ajourées, étude et conception, modélisation 3D de gabarits de soudage robotisé, etc.

 

-    Pasini Research Group de Mcgill (en anglais) : s'intéresse à la mécanique des solides, l'optimisation structurelle, et la microfabrication de matériaux architecturées pour des applications en biomatériaux de haute résistance pour la conception d'implants poreux servant au remplacement des os et dans l'industrie aérospatiale,  pour le développement de composants architecturées multifonctionnels pour une utilisation dans les satellites légers et des moteurs à turbine.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense – Atlantique : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Halifax (Nouvelle-Écosse) qui pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, plus particulièrement pour la Marine Canadienne et la Force aérienne, mais également pour des produits d’utilité publique ou commerciale (recherche et sauvetage en mer, recherche océanographique, travaux sous-marins, Marine marchande, Garde Côtière, aéronefs commerciaux de passagers, aéronefs commerciaux cargos, etc). On y effectue des recherches dans les secteurs suivants : plates-formes navales (gestion améliorée de la maintenance de la structure des navires, analyse structurale des navires, méthodes de prédiction des enveloppes de manœuvre et d’exploitation des sous-marins, développement et mise au point de méthodes d’amélioration des qualités d’exploitation et la sécurité des petits navires sur une route maritime, etc); plates-formes aériennes (intégration des propriétés de corrosion et de fatigue des matériaux aérospatiaux, la pirotabilité des giravions, l’aérodynamisme haute vitesse, mise au point de nouveaux électrolytes pour les batteries de ions de lithium, mise au point de nouveaux matériaux et revêtements permettant de prolonger la durée des avions et giravions, interactions des mécanismes fondamentaux de détérioration comme la corrosion, l’usure et la fatigue, le vol dans les conditions dfficiles, etc.); nouveaux matériaux (mise au point d’une technologie optique innovatrice afin de déterminer la concentration inhibiteur antigel dans les carburants d’aviation, mise au point de matériaux absorbant les ondes radar, la réduction de surface équivalente radar pour les opérations de détection sous-marine, etc); Systèmes de commandement et de contrôle embarqués (Projet CONDAT visant à améliorer les fonctions de commandement des frégates de la classe Halifax, etc).

 

-    Recherche et Développement pour la Défense - Ottawa : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Ottawa et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des sytèmes de haute technologie pour les Forces canadiennes, mais également pour des utilités publiques (sécurité aérienne, recherche et sauvetage, télécommunications, météorologie, etc). On y effectue notamment des recherches telles que : développement et amélioration du système des mouvements du pont d'envol d'hélicoptère sur une frégate, développement d'un nouveau satellite militaire de surveillance aérienne, développement de nouveaux systèmes d'armes aériennes, développement de systèmes de déglaçage plus efficaces et plus rapides en contexe opérationnel, développement d'un nouveau système de maintenance d'aéronefs, etc. 

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique (recherche et sauvetage, opérations policières, sécurité-incendie, etc). On y effectue notamment des recherches dans les secteurs suivants : Systèmes de combat (développement d’un enregisteur d’accélérations élevées à 3 niveaux pour mesurer la performance des munitions, développement d’une tête anthropomorphique pour l’étude de la protection balistique des casques qui serviront à des applications militaires, mais possiblement pour les casques de pompiers, de policiers et casques de sport, développement de munitions à risques atténués, etc); Systèmes d’autoprotection ( développement de nouveaux équipements pour véhicules blindés, développement du  Future Armored Vehicle FAV un nouveau système blindé de combat, développement de nouveaux uniformes de combat, etc.); modélisation et simulation (calcul aérodynamique d’écoulement d’air complexe autour de configurations de missiles et de projectiles, évaluation des paramètres pour la performance d’une arme, etc).

 

-    Regroupement québécois sur les matériaux de pointe : important regroupement de chercheurs des universités Mcgill, Polytechnique, Montréal et Sherbrooke qui conçoit et développe des matériaux à l'échelle atomique (nomatériaux et matériaux quantiques) pour des applications en photonique, biomédical, microélectronique, etc

-    Réseau scoliose Québec : intégrant le Groupe de recherche sur les déformations musculo-squelettiques, le laboratoire d’informatique de scoliose 3D et le laboratoire de biomécanique et de chirurgie assistées par ordinateur regroupe des chercheurs de Polytechnique, de l’ÉTS de l’Université de Montréal et du CHU Ste-Justine. Le principal axe de recherches relié au génie est la biomécanique (évaluation et quantification  l’amélioration de la correction 3D de la colonne vertébrale en post-opératoire, développement d’un système d’analyse du tronc en 3D à partir d'outils sophistiqués de reconstruction et de modélisation géométrique informatisés.).

 

-    Technocentre éolien : centre collégial de transfert de technologie en mécanique industrielle rattaché au Cégep de la Gaspésie qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée, du développement technologique et du soutien technique auprès de PME dans le domaine des technologies de l'énergie éolienne tels que : développement de composantes mécaniques pour éoliennes (matériaux glaciophones, multiplicateur de vitesse, systeme de lubrification, etc.); suivi de la durée de vie des composantes (ex. : boîte d'engrenage, tour, fondation, etc.); élaboration et validation de procédures et de guides de bonnes pratiques pour la maintenance prédictive et préventive de centrales d'éoliennes en milieu nordique, etc.

 

-    TOPMED : centre collégial de transfert de technologie en orthèses-prothèses et en équipements médicaux rattaché au Collège Mérici  à Québec, ayant pour mission de soutenir l'innovation, le développement et le transfert technologique dans les entreprises et organismes québécois des secteurs orthèses, prothèses et équipements médicaux. Voici quelques d'expertises : développement et évaluation de nouveaux équipements médicaux, développement et évaluation de procédés de fabrication (conception de prototypes), développement et évaluation d'équipements de soutien à domicile, développement et évaluation de plate-forme analytique de la marche, développement et évaluation de capteurs de pression plantaire, développement de nouveaux matériaux en fabrication d'orthèses et prothèses, etc.

 

En génie métallurgique et des matériaux :

 

-    Centre de caractérisation microscopique des matériaux : effectue des recherches : sur la compréhension et l’utilisation des matériaux composites à matrice métallique, développement de nouveaux produits et procédés en métallurgie des poudres et développement de nouvelles de caractérisation microscopique.

 

-    Centre de métallurgie du Québec : centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep de Trois-Rivières en Mauricie ayant pour mandat  de réaliser des activités de recherche appliquée, d'expertise et de soutien technique pour l'industrie métallurgique (développement et optimisation des procédés de transformation des métaux, développement de procédés d'assemblage, de soudage, d'usinage de métaux et d'alliages, développement de procédés de traitement de surface, conception et développement de nouveaux produits métalliques, optimisation et développement de procédés de moulage et de fusion des alliages ferreux, d'aluminium et de magnésium, etc.).

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « transformation des métaux »; on y développe des nouveaux procédés de transformation des métaux; développement de nouveaux procédés d'assemblage de métaux et d'alliages; développe des méthodes de valorisation des résidus et déchets de l'industrie métallurgique; développement de nouveaux matériaux ou d'alliages métalliques; etc. Voici quelques exemples de projets réalisés : développement d'un nouveau procédé d'insertion de composants métalliques pour l'industrie aéronautique; développement d'un nouveau procédé de soudure par friction-malaxage pour l'industrie aéronautique; développement d'un nouveau procédé de soudage à l'arc robotisé pour l'industrie du matériel de transport; etc.

 

-    Centre de recherche sur les matériaux avancés (anciennement "centre de recherche en science et ingénierie des macromolécules" : développement de nouveaux matériaux à valeur ajoutée tels que : biomatériaux (nouveaux implants biocompatibles, nouveaux bioréacteurs optiques et électrochimiques pour la détection rapide d'ADN et de protéines, substitus cutanés, etc.); nanomatériaux (nanomatériaux poreux pour la capture de différents gaz à effet de serre, caractérisation de nanoparticules hybrides qui peuvent servir comme marqueurs dans le domaine de la bio-photonique ou d’agents de contraste en imagerie médicale); macromolécules synthétiques et naturelles (utilisation de la cellulose dans divers matériaux composites, nouveaux polymères pour le développement de transistors ou de piles solaires, nouveaux matériaux pour des systèmes infrarouge ou des appareils d'IRM, etc.).

 

-    Centre de technologie de fabrication en aérospatiale du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Montéral et Mirabel, il se consacre au développement de méthodes de fabrication moderne de composantes et de pièces pour l'industrie aérospatiale. Dans le domaine du génie des matériaux, ses recherches sont concentrées au développement de nouveaux procédés de soudage, modélisation et simulation de procédés de soudage, développement de méthodes de pointe d'assemblage de pièces et composantes métalliques, développement de méthodes de fabrication par addition au laser ou par faisceau d'électrons, modélisation et simulation de procédés d'hydroformage et de forgeage, etc.

 

-    Centre des technologies de l'aluminium du CNRC : ce centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à Saguenay, propose des solutions technologiques dans le développement des procédés d’assemblage et de mise en forme de l’aluminium (assemblage par adhésifs, moulage semi-solide, formage, extrusion, soudage laser, soudage par friction-malaxage, soudage à l'arc robotisé, etc.); ainsi que des techniques d’évaluation de la résistance mécanique, la durabilité environnementale et la caractérisation métallographique et chimique.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche sur l’aluminium REGAL : regroupant une trentaine de chercheurs en chimie, génie des matériaux, génie mécanique, génie chimique, génie civil provenant de l'UQAC, Laval, Mcgill, Polytechnique, Sherbrooke, ÉTS et du Cégep de Trois-Rivières; il réalise des recherches telles que : la coulée et le traitement du métal, la caractérisation des matériaux et des interfaces à haute température, les techniques de mesures in situ, la valorisation des résidus, développement de nouveaux matériaux, développement de nouveaux alliages, développement de nouvelles méthodes d'assemblage, développement de nouvelles méthodes d'usinage, développement de nouvelles applications de l'aluminium, traitement de surface, etc.

 

-    Centre québécois des matériaux fonctionnels : développe de nouveaux matériaux organiques ou hybrides présentant des fonctions spécifiques pour différentes applications : biomédicales (biomatériaux et implants permettant l'intégration in vivo et ayant une biodégradation contrôlée, matériaux permettant l'image des phénomènes biologiques en signaux optiques pour des diagnostics, élaboration de dispositifs de détection d'agents infectieux); environnementales (matériaux pour la conception de systèmes pour le traitement, la purification et la filtration de l'eau potable ou de l'air, création de matériaux fonctionnels à partir de la biomasse et de résidus post-production, etc.); technologies énergétiques (développement de cellules photovoltaïques plus efficaces, catalyseurs et de membranes pour des piles à combustible, mise au point de dispositifs pour le stockage d’électricité par l’étude de systèmes électrochimiques au lithium, développement de procédés pour la conversion de résidus organiques en hydrogène, etc.).

 

-    Chaire industrielle de recherche CNRSG - Rio Tinto sur les nouvelles avenues en métallurgie de la transformation de l'aluminium CIMTAL : concentre  ses recherches sur la métallurgie des matériaux de pointe et des technologies novatrices de transformation (moulage à l’état semi-solide d’alliages d’aluminium de haute performance, forgeage et extrusion de produits critiques d’aluminium, composites et nanocomposites de haute performance à base d’aluminium et soudage par friction-malaxage de matériaux spéciaux en aluminium).

 

-    Chaire industrielle sur les technologies avancées des métaux légaux pour les applications automobiles TAMLA : les recherches portent sur le contrôle de performance des alliages en aluminium et le développement de nouveaux alliages plus légers pour l’industrie automobile.

 

-    INRS Énergie-Matériaux-Télécommunications (Infrastructure de nanostructures et de femtosciences) : centre de recherche situé à Varennes en Montérégie qui regroupe le Laboratoire de micro et nanofabrication qui développe de nouveaux nanomatériaux pour diverses applications et des nanostructures pour des prototypes de dispositifs et le Laboratoire de nanofemtoseconde qui explore les processus physico-chimiques de la matière à l'échelle moléculaire par des sources de lumière femto et atto-secondes.

 

-       Institut de recherche d’Hydro-Québec : le plus important centre de recherches en génie au Québec et un des plus importants au pays effectue de nombreuses recherches dans plusieurs champs d’intérêt au génie métallurgique. En voici quelques exemples :  développement de nouvelles technologies de soudage robotisé, dégradation et corrosion des matériaux des installations,  aanalyse des problèmes de fissuration, de soudage ou d’usure des équipements, etc.

 

-   Laboratoire d'ingénierie de surface de l'Université Laval : s'intéresse notamment à l'amélioration des qualités fonctionnelles des prothèses artérielles synthétiques, optimisation des les structures textiles des prothèses vasculaires, etc.

 

-    Laboratoire de biomatériaux et bioingéniérie de l’Université Laval : conçoit et développe des organes artificiels à l'aide de nouveaux matériaux polymères, métalliques et composites (telles que : valves cardiaques mécaniques, prothèses artérielles, prothèses endovasculaires, etc), analyse et étudie les propriétés mécaniques de différents matériaux afin de vérifier leurs applications potentielles dans la fabrication de biomatériaux, etc.).

 

-   Laboratoire de biomatériaux pour l'imagerie médicale de l'Université Laval : rattaché au Centre de recherche du CHU de Québec; développer de nouveaux matériaux ayant des meilleures propriétés d'amélioration du contraste en imagerie biomédicale, telle que l'IRM et la tomographie.

 

-    Laboratoire de métallurgie des poudres de l'Université Laval : met au point de nouveaux alliages ferreux M/P (des poudres M/P faiblement alliées) pour améliorer les propriétés mécaniques, particulièrement la résistance à la fatigue.

 

-    Mcgill Centre of Physics of Materials : étudie les caractéristiques et les propriétés de fibres composites, de métaux et autres matières afin de développer de nouveaux matériaux pour diverses applications

 

-       Mcgill Institute of Advanced Materials : important organisme de recherche multidisciplinaire dans le domaine des matériaux. Il regroupe des chercheurs en sciences dentaires, en chimie, en biologie cellulaire, en physique, en génie chimique, en génie des matériaux, en génie informatique et en génie biomédical. Les principaux intérêts de recherches portent sur : les biomatériaux (biominéralisation, biosenseurs, matériaux dentaires, ingéniérie tissulaire, etc); les macromolécules auto-assemblés (polymères, propriétés et structures des molécules, etc); les fluides complexes; matériaux micro et nanostructurés (composites, métaux, céramiques, etc) et la nanotechnologie (développement de matériaux pour des applications en optoélectronique, microélectronique, photonique, biosenseurs, etc).

 

-    Mcgill Nanotools Microfab Lab (en anglais) : regroupant une cinquantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (physique, chimie, physiologie, génie biomédical, génie chimique, génie électrique, génie mécanique et génie des matériaux) provenant des universités de Mcgill (une trentaine), mais également de Sherbrooke, Concordia, Polytechnique, Montréal, Ottawa et Toronto et en partenariat avec 7 entreprises; il s'intéresse au développement de micro et nanoproduits allant des procédés de base jusqu'aux processus multi-étapes.

 

-      Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique (recherche et sauvetage, opérations policières, sécurité-incendie, etc). On y effectue notamment des recherches dans le secteur suivant : Systèmes de combat (développement de nouveaux matériaux pour améliorer la performance des plates-formes et des missiles, développement de nouveaux matériaux de blindage pour véhicules blindés, développement de nouveaux matériaux plus légers et plus résistants pour les uniformes de combat pour pourront servir éventuellement pour les uniformes des pompiers, policiers ou ouvriers d’usines métallurgiques, développement des matériaux pour un nouveau type de missiles, etc.).

 

-    Regroupement québécois sur les matériaux de pointe : important regroupement de chercheurs des universités Mcgill, Polytechnique, Montréal et Sherbrooke qui conçoit et développe des matériaux à l'échelle atomique (nomatériaux et matériaux quantiques) pour des applications en photonique, biomédical, microélectronique, etc

 

En génie minier ou géologique :

 

-         Centre d’études sur les ressources minérales de l’UQAC : le plus important centre de recherches dans le domaine géologique et minier au Quélbec, effectue des recherches couvrant 2 principaux volets : l'exploration minérale au Précambrien (modélisation des environnements géologiques de formation des gîtes minéraux) et l'hydrogéotechnique environnementale (caractérisation hydrogéologique et hydromécanique des socles rocheux fracturés, sites de mines et d'aquifères à risque de pollution).

 

-    Centre d’infrastructures sismiques majeures interuniversitaires du Québec CISMIQ : regroupant des chercheurs de l’Université de Sherbrooke, de l’École Polytechnique et de l’Université Mcgill, on met au point des techniques expérimentales pour le développement et la validation des normes de construction et réhabilitation des structures au niveau de la résistance aux séismes.

 

-   Centre de recherche sur la géologie et l'ingénierie des ressources minérales de l'Université Laval : regroupant des chercheurs en géologie, génie géologique, génie minier et en génie chimique; il s'intéresse à la conception des ouvrages et des exploitations minières (géomécanique miniere, efficacité énergétique, robotisation des mines modernes, etc.); traitement du minerai (développement de procédés miniers par biomasse, optimisation des opérations de fragmentation et d'enrichissement des minerais, développement de nouveaux procédés de transformation, etc.); exploitation minière (développement de nouvelles méthodologies d’exploration utilisant, par exemple, la télédétection hyperspectrale infrarouge, la vision artificielle, la télédétection sur drones, les minéraux indicateurs).

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur de l'« exploitation minière »; on y développe de nouveaux procédés d'exploitation; optimise des procédés et techniques existantes d'extraction; développement de nouvelles technologies pour l'extraction du minerai; développement de nouvelles technologies pour le traitement du minerai; etc.

 

-    Centre de recherche sur les infrastructures en béton : important centre de recherche en génie regroupant des chercheurs des universités de Sherbrooke, Mcgill, Polytechnique, Laval, Concordia et UQAT dont l’objectif des recherches sont d’améliorer la durée de vie des structures neuves et améliorer l’entretien et la réparation de structures existantes comme les ponts, les barrages, les tunnels, les bâtiments, etc. On y effectue des recherches sur  les propriétés du béton, développement et analyse de la qualité des granulats reyclés ou marginaux, développement de nouveaux types de béton, valorisation des matériaux résiduels, etc.

 

-    Centre de technologie minérale et de plasturgie : centre collégial de recherche appliquée et de transfert de technologie rattaché au Cégep de Thetford en Chaudière Appalaches ayant pour mission de fournir de l'expertise, de recherche appliquée et du soutien technique auprès des PME dans le développement de nouveaux matériaux et de nouveaux procédés dans le domaine minier (développement de procédés de séparation des métaux de base; caractérisation, modification et développement de nouvelles applications des minéraux industriels; qualification des matériaux de construction, granulats et sable; valorisation des résidus miniers de chrysotile, etc.).

 

-         Chaire de recherche du Canada sur l'intégration de l'environnement dans le cycle de vie d'une mine : cette chaire rattachée à l'Institut de recherche en mines et environnement visant à adapter les processus de récupération des minéraux pour faciliter la restauration des résidus miniers et à planifier la gestion des déchets miniers dès le début du cycle de vie de la mine.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur le développement durable des ressources minérales et l’optimisation en cas d’incertitude : rattachée au Group d'études et de recherche en analyse des décisions GERAD, on y élabore de nouvelles techniques de modélisation fondées sur le risque pour la planification et la conception des mines.

 

-    Chaire de recherche du Canada sur le traitement massif des eaux minières contaminées : étudie des moyens d’améliorer le traitement passif des eaux minières contaminées en ayant recours à des procédés tels que la pile à combustible microbienne.

 

-         Chaire industrielle CRSNG-UQAT sur la restauration de sites miniers abandonnés : cette chaire rattachée à l'Institut de recherche en mines et environnement s’intéresse à la problématique de la restauration de site miniers ayant déjà généré des rejets miniers.

 

-         Chaire industrielle CRSNG-UQAT sur le traitement passif des eaux minières contaminées : cette chaire rattachée à l'Institut de recherche en mines et environnement cherchant à développer des techniques biogéochimiques afin d’améliorer l’efficacité et de prolonger la durée de vie des systèmes de traitement passif des eaux minières contaminées.

 

-         Groupe interuniversitaire de recherches en géodynamique et analyse de bassins : regroupant des chercheurs de l’Université Laval et de l’I.N.R.S. Géoressources, ce groupe effectue des recherches au niveau du bassin géologique et des environnements géodynamiques. Ses principaux axes de recherches sont : l'analyse sédimentaire et paléoécologique, l'analyse structurale et la tectonique, le magmatisme et la dynamique du manteau, géodynamique continentale et océanique, l'analyse diagénétique et la métallogénie et la géologie du pétrole.

 

-    Institut de recherche UQAT-Polytechnique en mines et environnement IRME : plus important centre de recherche dans le domaine minier au Québec réalise de nombreuses recherches ayant un lien avec domaine, dont : restauration minière (restauration des aires d'entreposage des rejets miniers); gestion intégrée des rejets miniers (développement de différents modes de remblayage minier dans les mines souterraines et dans les mines de surface); haldes à stérile (caractérisation hydrogéologique, géotechnique et géochimique des stériles); prédiction de la qualité de l'eau (développement de méthodes de drainage minier); traitement des eaux (traitement efficace des eaux minières contaminées avec des méthodes passives et actives, de nature biologique et chimique); inclusion de roches stériles dans les parcs à résidus (méthodes novatrices de gestion des rejets de concentrateur, telles que l’inclusion des stériles dans les parcs à résidus afin d'améliorer la stabilité géotechnique et et le drainage); conditions nordiques (évaluation du comportement des rejets soumis aux conditions froides).

 

-    Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société de l'Université Laval : important centre de recherche regroupant 94 chercheurs de plus d'une trentaine de disciplines reliées au domaine de l'environnement et du développement durable dans une perspective interdisciplinaire. Dans le domaine du génie minier, on s'intéresse notamment au développement de nouvelles méthodes de traitement efficace des eaux minières contaminées, développement de nouvelles méthodes de remblayage pour la restauration de sites de rejets miniers, etc.).

 

-         Laboratoire d’hydrogéologie et d’environnement minier de Polytechnique : effectue des recherches telles que : géophysique appliquée aux problèmes de pollution des nappes, cartographie hydrogéologique et risques de contamination, modélisations numériques (ordinateur) des écoulements saturés et non saturés, Interactions des propriétés hydrauliques, mécaniques et thermiques des géomatériaux naturels ou artificiels, problèmes hydrogéologiques et environnementaux posés par les déchets miniers, etc.

 

-    Laboratoire d'observation et d'optimisation des procédés LOOP de l'Université Laval : comprenant une équipe interdisciplinaire, on y développe et applique des méthodes permettant d'optimiser le fonctionnement des procédés continus des domaines suivants : transformation de la matière (traitement des minerais, biotechnologies, traitement des eaux, pâtes et papier, etc.); en aéronautique et en robotique.

 

-         Laboratoires des mines et des sciences minérales de Ressources naturelles Canada : laboratoires situés à Val-d’Or, à Ottawa et à Sudbury effectue des recherches dans les domaines suivants : exploitation minière (émissions de diesel dans les mines souterraines, la sécurité des treuils et des câbles d’acier, techniques d’extraction des gisements filoniens, la qualité de la ventilisation dans les mines, échantillonage et analyses des contaminants souterrains, etc); minéralogie et procédés métallurgiques (le traitement des minerais, le recyclage des minéraux, etc); environnement (la gestion des résidus et stériles miniers, le traitement des effluents produits par les mines, usines de concentrations et usines métallurgiques, les effets des métaux dans l’environnement, etc).

-    Réseau québécois de recherche interuniversitaire sur les eaux souterraines : regroupe plus de 40 chercheurs de plusieurs disciplines (géologie, géographie, génie civil, génie géologique, génie minier) provenant des universités UQAM, UQAC, UQAT, UQAR, Laval, Mcgill, UQTR, Concordia, INRS, Polytechnique et ÉTS, ainsi que de la Commission géologique du Canada; consacre ses recherches sur les eaux souterraines selon les 3 axes suivants : la compréhension des systèmes hydrogéologiques, les interactions entre les eaux souterraines et de surface, ainsi que la gestion des eaux souterraines.

Dans le domaine du génie géologique et du génie minier; les intérêts portent sur la modélisation numérique en hydrogéologie; hydrogéologie des milieux fracturés; décontamination des eaux souterraines; hydrogéologie physique; modélisation numérique en hydrogéologie des eaux souterraines; etc.

 

-         Unité de recherche et de service en technologie minière de l’UQAT : ses principaux axes de recherches sont : l’évaluation du potentiel minéral, l’exploitation des minerais, le traitement des minerais et l’environnement minier.

 

En génie physique :

 

-       Agence spatiale canadienne (Laboratoire David Florida) : situé à Ottawa, ce laboratoire est le centre canadien voué à l’intégration, à l’assemblage et à l’essai d’engins spatiaux. Voici quelques exemples de projets en cours ou complétés : téléscope spatial canadien MOST permettant d’étudier la microvariabilité et les oscillations stellaires, satellite canadien SCISAT-1 d’étude de l’atmosphère terrestre, OPTUS C1 le satellite de télécommunications australien, RADARSAT-2 le nouveau satellite canadien d’observation de la Terre, le MSS Système d’entretien mobile est la contribution canadienne à la Station spatiale internationale, Canadarm le Bras robotique télémanipulateur canadien de la navette spatiale qui subit constamment des améliorations, BSAT 2A et BSAT 2B des satellites japonais de télédiffusion directe à domicile, etc.

 

-    Canmet Énergie : centre de recherche de Ressources naturelles Canada situé à Varennes en Montérégie regroupant des chercheurs dans plusieurs disciplines (physique, génie électrique, génie informatique, génie du bâtiment, génie physique, etc.) réalisée de nombreuses recherches dans le domaine des sciences et technologies énergétiques en partenariat avec l'industrie. Dans le domaine du génie électrique; on y effectue des recherches dans le domaine de l'efficacité énergétique; l'intégration des technologies propres dans les réseaux et infrastructures électriques actuels; le développement de projets d'implantation et de construction d'infrastructures d'énergies renouvelables (solaires, éoliens, géothermiques, biomasse); en développement de technologies solaires pour les bâtiments; en développement de technologies émergentes en réfrigération, en développement de nouvelles technologies pour le chauffage (pompe à énergie thermique, pompe à énergie géothermique, etc.); ainsi qu'en développement et optimisation des procédés industriels par l'intégration des technologies propres (bioraffinage, biomasse, récupération et valorisation des rejets thermiques, valorisation des déchets industriels comme source d'énergie, etc.) afin d'améliorer l'efficacité énergétique.

 

-    Centre canadien de fabrication de dispositifs photoniques : centre de recherches du Gouvernement du Canada situé à Ottawa en Ontario qui effectue la conception, la modélisation et le développement de dispositifs et de circuits photoniques en vue d'améliorer la performance et la conception globale et d'accroître l'efficacité des circuits; ainsi que des essais et caractérisation de dispositifs photoniques et électroniques et analyse des surfaces et matériaux.

 

-    Centre collégial de transfert en technologies en optique et photonique OPTECH : rattaché aux cégeps André-Laurendeau, La Pocatière et John-Abbott et situé à Montréal et à La Pocatière qui fournit de l'expertise et du soutien technique aux PME dans le développement de projets dans les domaines de l'optique et de la photonique.

 

-    Centre de collaboration MiQro Innovation (C2MI) (et Chaire CNRSG-IBM Canada sur l'encapsulation innovante de puces électroniques) : situé à Bromont en Montérégie, ce centre de recherche appliquée et d'innovation  industrielle en micro et nanotechnologies regroupe des chercheurs des  universités de Sherbrooke, Mcgill, Laval, Polytechnique et ÉTS, ainsi que Toronto et UBC; des centres de recherche partenaires tels que l'Institut  na ional d'optique INO de Québec, Nano Québec, Optech, CIMEQ, le  Regroupement stratégique en microsystèmes du Québec et le Regroupement  québécois sur les matériaux de pointe; ainsi que des partenaires industriels  tels que : CMC Microsystems, NSE Automatech, Averna, Motsai, EHT  International, Parker micro/thermo technologies, Alces Technologie, etc.

On s'intéresse aux domaines tels que : caractérisation des matériaux  électroniques et analyse de défaillances, développement de nouveaux  composants micro et nanoélectronqiue, développement de technologies  microélectromécaniques, intégration de la microélectronique aux technologies  existantes, développement de nouveaux matériaux et procédés d'encapsulation  de puces électroniques, réalisation d'assemblage de semi-conducteurs  prototypes, tests et inspections électriques de composantes électroniques, etc.

 

-    Centre de neurophotonique de l'Université Laval : équipe de recherche rattaché au Centre de recherche Université Laval-Robert-Giffard à Québec qui étudie notamment les processus cellulaires et moléculaires dans le neurone vivant à l'aide de la photonique.

 

-      Centre de recherche en énergie, matériaux et télécommunications de l’INRS : effectue de nombreuses recherches dans le domaine du génie physique : développement de nouveaux matériaux  utilisant de l’énergie (piles à combustible, pompes à chaleur chimique, les batteries Ni-Hydrure, etc),  intégration des grands parcs éoliens dans les réseaux électriques, impact du changement climatique pour la société, conception du prototype de réacteur à fusion, développement et exploitation d’un injecteur de particules, la photonique moléculaire et ses applications à la biologie, à la médecine et en télécommunication, etc.

 

-         Centre de recherche en optique, photonique & laser COPL : regroupe une quarantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (physique, chimie, génie physique, génie électrique, génie informatique) provenant des universités Laval, Mcgill, Polytechnique, Sherbrooke, ÉTS, Concrdia, UQAM et INRS; on y effectue notamment des recherches en physique pour les technologies du laser, ainsi que sur les aspects physiques pour les domaines de l’optique, de la photonique et la microélectronique. Dans le domaine du génie physique, des recherches sont effectuées notamment en : optique (développement de nouveaux composantes de fibre optique), technologies des lasers (développement de nouveaux types de lasers pour divers usages médicaux, industriels et autres), en sciences de l’image (matériel d’imagerie spécialisée, holographie, etc).

 

-    Centre de recherche en photonique de l'Université d'Ottawa (en anglais) : regroupant une vingtaine de chercheurs en physique, chimie, génie électrique dont plusieurs titulaires de chaires de recherche; s'intéresse aux domaines tels que : optique non-linéaire quantique, photonique plasmonique de surface, interactions ultra-rapide laser-matière, photonique ultra-rapide, photonique attoseconde, optoélecronique, nanostructures et dispositifs intégrés, nanophotonique computationnelle, photonique moléculaire, photonique micro-ondes, etc.

 

-    Centre de recherche en photonique de l'UQO : situé a Gatineau en Outaouais, il s'intéresse au développement de technologies telles que : senseurs en fibres optiques, communications sans fil et par fibres optiques, métrologie et calibration de paramètres non électriques, optoélectronique, modélisation, fabrication et caractérisation de composantes, de dispositifs et de systèmes photoniques et électroniques.

 

-    Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : situé à Québec et à Montréal, cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec regroupant une centaine de chercheurs dans de nombreuses disciplines des sciences et du génie qui réalises des projets de recherche fondamentale et appliquée, fournit de l'expertise et du soutien technique, ainsi que du transfert technologique dans l'améloration des procédés actuels et le développement de nouveaux procédés industriels, le développement de nouveaux matériaux et le développement de nouvelles technologies  dans différents secteurs industriels afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés.

Dans le grand secteur « énergie »; on développe de nouvelles technologies énergétiques renouvelables; on y développe des méthodes d'efficacité énergétique dans les procédés industriels; on y développe des méthodes d'intégration des énergies propres aux infrastructures électriques existantes, etc.

Dans le domaine de l'« automatisation et robotique industrielles »; on y développe des nouvelles technologies d'automatisation des procédés de fabrication notamment par des systemes utilisant les technologies optiques. Voici quelques de projets réalisés : conception et développement d'un capteur optique de la charge de minerais pour une compagnie minière; conception et développement d'un scanneur caractéristiques et les imperfections sur les planches de plusieurs essences de bois pour un manufacturier de planchers de bois franc; conception et développement d'un analyseur optique de copeaux; etc.

 

-    Centre de recherche Poly-Grames : ce groupe de recherches de l'École Polytechnique, s'intéresse au domaine de l'ingénierie radiofréquences micro-ondes incluant les micro-ondes photoniques pour diverses applications

 

-    Centre de robotique et de vision industrielle : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Lévis-Lauzon en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines de la robotique intelligente, du soudage robotisé et de la vision artificielle (ex de projets réalisés ou en cours : système de vision embarqué pour le comptage automatisé de spécimens aquatiques, système de vision 3D adaptatif et temps réel pour la modélisation des orthèses et prothèses, développement d’une technique d’inspection non-destructive pour les pièces composites aéronautiques à géométrie complexe, système de vision pour la détection du givre sur les pales des éoliennes, etc.).

 

-    Centre des sciences pour la sécurité : centre de recherche de Recherche et Développement pour la Défense Canada situé à Ottawa effectue des recherches qui visent

 

-       Chaire d'excellence en recherche du Canada sur l'innovation en photonique : on tente de mettre au point des sources optiques à haute vitesse pour des applications en communications, en détection par fibres et en sciences de la vie.

 

-    Chaire de l'UNESCO sur les matériaux et les technologies pour la conversion, l'économie et le stockage de l'énergie : développe des technologies émergentes en conversion et stockage de l'énergie dans un contexte de développement durable.

 

-    Chaire de recherche du Canada en biophotonique : conçoit des instruments de diagnostic entièrement optiques en appliquant des techniques optiques avancées de spectroscopie tissulaire et de microscopie à l'étude des neurones afin de nouveaux outils d'analyse et de diagnostic pour la biologie et la médecine.

 

-    Chaire de recherche du Canada en interconnexions photoniques : utilise la technologie optique qui peut accroître la vitesse de communication des données et réduire l’utilisation de l’énergie dans le cadre de vastes plateformes informatiques soutenant l’ère de l’information.

 

-      Chaire de recherche du Canada en matériaux organiques et inorganiques nanostructurés : développe de nouveaux procédés de microfabrication et de nanofabrication et développe de nouveaux nanomatériaux pour des applications en électronique, en télécommunications et en biomédical notamment.

 

-       Chaire de recherche du Canada en micro/nano ingéniérie des matériaux par laser : étudie les interactions entre les faisceaux laser et les surfaces des matériaux, et l'élaboration de nouvelles méthodes de traitement pour les matériaux, particulièrement pour la micro-électronique et les dispositifs biomédicaux.

 

-      Chaire de recherche du Canada en photonique ultrarapide appliquée aux matériaux et aux systèmes : développe des technologies pour analyser et créer de nouveaux matériaux comme l’amélioration des performances des lasers à impulsions ultracourtes pour des applications en photonique, en télécommunications, en biomédical et en microélectronique.

 

-       Chaire de recherche du Canada en plasmas appliqués aux technologies de micro et de nano fabrication : développe de nouveaux procédés aux plasmas pour des applications en biomédical, télécommunications, microélectronique et en photonique.

 

-    Chaire de recherche du Canada en traitement des signaux photoniques ultrarapides : utilise les ondes lumineuses pour traiter l’information à vitesse ultra rapide afin de permettre la mise au point de technologies optiques fondamentales pour des applications allant des télécommunications à vitesse ultra rapide à l’imagerie biomédicale.

 

-      Chaire de recherche du Canada sur les systèmes photoniques futurs : développe une technologie de filtres complexe et de structures accordables à largeur interdite de bande photonique afin de développer de nouvelles applications pour les télécommunications, le biomédical notamment.

 

-    Chaire de recherche industrielle du CRSNG en conception optique : développe et met en oeuvre des techniques de conception optique originales, de concepts d'imagerie nouveaux, de montages d'essai novateurs et d'approches nouvelles pour l'assemblage.

 

-    Chaire de recherche industrielle CRSNG-Corative-TeraXion-LaserAX-TLCL en composants et dispositifs photoniques réalisés par photo inscription femtoseconde : cherche à mieux comprendre les mécanismes à l’origine des interactions non linéaires lumière matière pour des applications dans le domaine de la photo-inscription de composants photoniques en verre au moyen d’impulsions laser femtosecondes et dans le domaine de la mise au point de lasers à fibre.

 

-       Groupe d’analyse nucléaire de Polytechnique (et Chaire industrielle Hydro-Québec en génie nucléaire) : a comme objectif principal d'étudier et d'améliorer les modèles numériques de prévision du fonctionnement des réacteurs nucléaires. les principaux axes de recherches de ce groupe sont : calculs de réseau (traitement des évaluations nucléaires, développement de modèles d’autoprotection des résonances, de calculs de fuites et d’homogénéisation par équivalence; application des méthodes de perturbation généralisées en théorie du transport, etc);  cinétique et calculs de réacteur (développement de méthodes de discrétisation par éléments finis; modélisation du réacteur complet en transport Pn et SPn; développement de méthodes de cinétique espace-temps, etc) et simulation des réacteurs (la modélisation de réacteurs de nouvelle génération; analyse du cycle du combustible; l'optimisation du combustible dans les réacteurs par l'application de la théorie de perturbations généralisées, de la programmation mathématique et des algorithmes génétiques; le suivi des opérations d'une centrale).

 

-    Groupe de recherche en microélectronique et microsystèmes de Polytechnique : effectue des recherches afin de développer de nouveaux circuits intégrés de haute-performance pour divers types de systèmes informatiques et électroniques.

 

-    Groupe de recherche en physique et technologies des couches minces : regroupe de chercheurs de l'Université de Montréal et de Polytechnique qui développent des matériaux avancés dans les domaines de la microélectronique et nanoélectronique, en optique et optoélectronique, en revêtements fonctionnels en ingénierie de surfaces, ainsi qu'en développement et modélisation de nouveaux procédés de matériaux par laser.

-    Groupe Polyphotonique de Polytechnique : réalise de nombreuses recherches dans le domaine de la photonique telles que : optique quantique (sources non classiques de photons, cristaux photoniques, cryptographie, ordinateur quantique); biophotonique (biocapteurs, tomographie optique, transport de puissance pour la chirurgie laser, etc.); télécommunication optique (haut débit, cryptographie quantique); optique guidée (fibres optiques, fibres microstructurées, etc.); couches minces optiques (miroirs, filtres, guides plans, revêtements non-linéaires), microsystèmes opto-élecro-mécaniques (interrupteurs optiques, instruments scientifiques tels que les bolomètres, matrice micro-mirroir DMD pour le cinéma numérique, etc.); etc.

 

-    Institut canadien pour les innovations en photonique : réseau de centres d'excellences regroupant des chercheurs provenant d'universités, d'entreprises et de gouvrenements partout au Canada afin de positionner le pays comme leader mondial dans les domaines de la photonique dont son siège social est situé à Québec.

-    INRS-Énergie-Matériaux-Télécommunications : situé à Varennes en Montérégie, ce centre de recherche universitaire s'intéresse notamment aux domaines des communications optiques, le développement de capteurs ultrasensibles pour des applications médicales et aérospatiales, la photonique moléculaire pour des applications en biologie, en médecine et en télécommunications et le développement de nouveaux composants photoniques pour diverses applications. Il qui regroupe le Laboratoire de micro et nanofabrication qui développe de nouveaux nanomatériaux pour diverses applications et des nanostructures pour des prototypes de dispositifs et le Laboratoire de nanofemtoseconde qui explore les processus physico-chimiques de la matière à l'échelle moléculaire par des sources de lumière femto et atto-secondes.

-    Installation CARS Lab : centre de recherches du Gouvernement du Canada situé à Ottawa en Ontario qui offre services scientifiques et technologiques permettant d'étudier les molécules sont disposées dans des corps complexes comme le roc, les cellules et les tissus vivants, les mélanges chimiques ou les dépôts pétroliers par la technique CARS (pour coherent anti-stokes Raman scattering) à pulsations ultracourtes, ainsi qu'à fluorescence biphotonique qui sont des techniques d'imagerie pointue non invasive, ne nécessitant aucun marquage et spécifique au composé chimique.

 

-       Institut de recherche d’Hydro-Québec : le plus important centre de recherches en génie au Québec et un des plus importants au pays effectue de nombreuses recherches dans plusieurs champs d’intérêt au génie physique. En voici quelques exemples :  développement de systèmes intelligents pour le contrôle et gestion des réseaux électriques, développement de systèmes robotisés pour l’installation et l’entretien des installations et équipements, recherches de nouvelles sources d’énergie efficaces en remplacement de l’électricité, développement d’équipements bi-énergie, etc.

 

-       Institut national d’optique INO : situé à Québec, ce centre de recherches et d’expertises est un organisme privé à but non lucratif, le plus important centre de recherche en optique au Canada et l'un des plus importants au monde qui réalise des projets avec l’étroite collaboration de partenaires industriels.

Ses principaux champs de recherches sont : la biophotonique, la technologie infrarouge des bolomètres, les capteurs à fibres optiques, la conception optique, fibres optiques spéciales, la micro-optique, le micro-usinage laser, les technologies laser, la télécommunication optique spatiale, la vision artificielle et la vision industrielle et capteurs 3D.

 

-      Laboratoire d’électrochimie et de matériaux énergétiques de Polytechnique : effectue des recherches dans les domaines suivants : élaboration de nouveaux matériaux énergétiques pour (piles et accumulateurs, piles à combustibles, la production de l’hydrogène, la production des chlorates, l’électrosynthèse organique), élaboration de couches minces de semi-conducteurs pour piles solaires et dispositifs électroniques, traitement chimique de surface des matériaux revêtement des métaux avec des polymères contre la corrosion, nettoyage chimique et décapage de surface des matériaux incluant les matériaux électroniques), etc.

 

-       Laboratoire d’optoélectronique de Polytechnique : effectue des recherches en photonique telles que : la conception, la modélisation, la fabrication et la caractérisation de composants photoniques nouveaux, modélisation des lasers DFB à puits quantiques, la modélisation numérique des composants à l'aide des différences finies et des éléments finis, etc.

 

-      Laboratoire d’optoélectronique industrielle de l’Université du Québec en Outaouais : ce laboratoire spécilisé en fibres optiques. Ses domaines de recherches sont : technologie et instrumentation des senseurs en fibres optiques, multiplexage optique et systèmes multisenseurs, mesure des paramètres non-électriques.

 

-       Laboratoire de fibres optiques de Polytechnique : ses principaux domaines de recherches sont : la réalisation de composants « tout-fibre », la caractérisation des fibres, l’optique non-linéaire dans les fibres et l’études théoriques et par logiciels de simulation.

 

-       Laboratoire de magnétisme de Polytechnique : réalise des travaux de recherches comme : le magnétisme de l'état solide, les phénomènes de magnétotransport, le micromagnétisme et le nanomagnétisme.

 

-    Laboratoire de microphotonique de Polytechnique : développe des micro et nano systèmes optiques pour une vaste gamme d'applications (astronomie, telecommunications, biologie, aéronautique, aérospatiale, biomédicale, etc...).

 

-    Laboratoire de neurotechnologie Neurostim de Polytechnique : développe et met au point des circuits et systèmes hybrides qui sont dédiés aux dispositifs médicaux intelligents tels que des capteurs, stimulateurs et actuateurs (dont des capteurs optiques pour l'imagerie clinique, appareillage biomédical à ultrasons, etc) et aussi pour des applications en télécommunications, en avionique, en microélectronique, en traitement de l'image, etc.

 

-    Laboratoire de recherche en ingénierie optique de l'Université Laval (et Chaire de recherche industrielle du CRSNG en conception optique) : unique au Canada dans la recherche en conception optique; effectue des recherches sur les concepts théoriques et expérimentaux pour le développement de solution dans différents champs d’applications de l’optique moderne dont l’instrumentation pour l’astronomie et l’exploration spatiale, les applications médicales, la sécurité et la surveillance, la télédétection, la vision numérique, l’inspection industrielle, les systèmes militaires et l’éclairage.

 

-    Laboratoire de plasmonique et de procédés par laser de Polytechnique : développe et modélise de nouveaux procédés de matériaux par laser pour la nanotechnologie (nanocapteurs pour la détection du gaz, nanocomposites, nanoparticules, etc.) et le biomédical (nanomédicaments, nanoparticules en alliages, nanochirurgie au laser, biodétecteurs d'ADN ou de virus, etc.).

 

-       Laboratoire de thermohydraulique de Polytechnique : effectue des recherches sur les écoulements diphasiques et sur les phénomènes d’ébullition à des pressions et des températures élevées.

 

-    Laboratoire de transferts thermiques et énergétiques de l'Université Laval : s'intéresse notamment à l'efficacité énergétique industrielle, étudie les propriétés géothermiques afin de développement de nouvelles technologies énergétiques utilisant cette source, etc.

 

-    Laboratoire de vision et systèmes numériques de l'Université Laval : situé à Québec, il s'intéresse au domaine de la vision par ordinateur et de ses applications industrielles et biomédicales

 

-    Laboratoire de matériaux nanoscopiques et hybrides de Polytechnique (et Chaire de recherche du Canada en intégration des matériaux nanoscopiques et hybrides) : développe des techniques avancées de nanofabrication et d’intégration des matériaux semi-conducteurspour des applications dans plusieurs secteurs technologiques tels que la nanoélectronique, l’énergie propre, la photonique, l'optoélectronique et les bio-technologies intégrées.

 

-       Laboratoire international de source de rayonnement laser ultrarapide : rattaché au Centre de recherche énergie, matériaux et télécommunications de l’INRS, ce laboratoire est en étroite collaboration avec de nombreux autres laboratoires dans le monde. On y développe un nouveau type de laser pour de nouvelles applications en métallurgie, en photonique et en biomédical.

 

-     Laboratoire SLOWPOKE de Polytechnique : oriente ses recherches en action neutronique, sur les traceurs radioactifs et en radioactivité environnementale. 

 

-    Laboratoires de recherche d'Énergie Atomique Canada : site du plus important organisme de recherche sur le nucléaire au pays (relevant du Gouvernement du Canada) et situé à Ottawa et ayant des laboratoires à Chalk River en Ontario, Pinawa au Manitoba, Tiverton en Ontario qui s'intérese notamment en physique du réacteur CANDU et des rayonnements, la mise au point de plusieurs nouveaux procédés fondés sur l’échange eau-hydrogène, les problèmes environnementaux, les rejets et la radioprotection, le développement de nouvelles technologies des canaux de combustible, etc.

 

-    Mcgill Centre of Intelligent Machines : regroupant des chercheurs en physique, génie électrique, génie informatique, génie mécanique et science informatique de Mcgill);  le principal objectif de ce centre est d’utiliser des technologies de la robotique, à l’automatisation, à l’intelligence artificielle, à la vision informatique, ainsi qu’en reconnaissance de la parole afin de développer des machines et des robots intelligents. Il conçoit, développe et met au point des systèmes robotiques autonomes pour exécuter différentes tâches pour des applications industrielles, militaires, en astronautique, etc.

 

-    Mcgill Centre of Physics of Materials : étudie les caractéristiques et les propriétés de fibres composites, de métaux et autres matières afin de développer de nouveaux matériaux pour diverses applications

 

-     Mcgill Institute of Advanced Materials : important organisme de recherche multidisciplinaire dans le domaine des matériaux. Il regroupe des chercheurs en sciences dentaires, en chimie, en biologie cellulaire, en physique, en génie chimique, en génie des matériaux, en génie informatique et en génie biomédical. Les principaux intérêts de recherches portent sur : les biomatériaux (biominéralisation, biosenseurs, matériaux dentaires, ingéniérie tissulaire, etc); les macromolécules auto-assemblés (polymères, propriétés et structures des molécules, etc); les fluides complexes; matériaux micro et nanostructurés (composites, métaux, céramiques, etc) et la nanotechnologie (développement de matériaux pour des applications en optoélectronique, microélectronique, photonique, biosenseurs, etc).

 

-    Mcgill Photonic Systems Group : regroupe 40 chercheurs en génie physique, génie électrique et génie informatique. Il consacre ses recherches dans les domaines tels que : la micro-optique, la photonique ultra-rapide, la fibre optique, l’optoélectronique, l’électronique RF et autres secteurs en optique et photonique.

 

-    NanoULaval : centre d'expertise en nanosciences et nanotechnologies de l'Université Laval situé à qui regroupe 6 groupes de recherches des domaines de la biotechnologie la photonique, de l'infectiologie et des matériaux afin de développer des nanomatériaux de haute qualité pour diverses applications

 

-    Plasma-Québec : regroupant une vingtaine de chercheurs de plusieurs disciplines (physique, génie chimique, génie électrique, génie mécanique, génie physique et sciences des matériaux) provenant des universités Mcgill, Montréal, Sherbrooke, Polytechnique et INRS; ce centre interuniversitaire de recherche en sciences et applications des plasmas s'intéresse à la synthèse, la modification et l’analyse de matériaux et de nanomatériaux, la réalisation de micro- et nanostructures électroniques ou photoniques, l’élaboration d’instruments de pointe pour l’analyse chimique, le développement de systèmes d’imagerie X à très haute résolution, etc.

Dans le domaine du génie physique, les portent sur les revetements, les polymeres, les biomatériaux, la micro et nanoélectronique et les plasmas basse pression.

 

-       Recherche et Développement pour la Défense – Atlantique : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Halifax (Nouvelle-Écosse) qui pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, plus particulièrement pour la Marine Canadienne et la Force aérienne, mais également pour des produits d’utilité publique ou commerciale (recherche et sauvetage en mer, recherche océanographique, travaux sous-marins, Marine marchande, Garde Côtière, aéronefs commerciaux de passagers, aéronefs commerciaux cargos, etc). On y effectue des recherches dans les secteurs suivants : Détection et contremesures sous-marines (mise au point d’une technique de traitement sonar afin d’améliorer la défense par torpilles des frégates de la classe Halifax, techniques d’automatisation et de classification des échos provenant de sonars actifs et des signaux provenant de sonars passifs à bande étroite, développement d’une bouée acoustique active à basse fréquence, etc), Gestion de signatures (technologies relatives à la réduction des émissions et des (signatures par des forces ennemies, prévision et la réduction des signatures acoustiques sous-marines en vue d’améliorer la capacité de survie des plates-formes maritimes, etc).

 

-       Recherche et Développement pour Défense - Ottawa : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Ottawa et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des sytèmes de haute technologie pour les Forces canadiennes, mais également pour des utilités publiques (sécurité aérienne, recherche et sauvetage, télécommunications, météorologie, etc). On y effectue notamment des recherches telles que : conception et mise à l’essai de radars aéroportés, développement de systèmes radars maritimes, développement de systèmes de navigation aérienne assistés par radar, développement de réseaux mobiles sécurisés, développement de systèmes de télécommunication par satellite, développement de radars à largeur de bande ultra-large, développement de systèmes pour les opérations spatiales, développement de nouvelles technologies pour le traitement en imagerie radar, développement de systèmes de détection de cibles mobiles terrestres et aériennes, etc.

 

-       Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique (recherche et sauvetage, opérations policières, sécurité-incendie, etc). On y effectue notamment des recherches dans le secteur suivants : Systèmes optroniques (développement d’un système d’imagerie active aéroportée pour les opérations militaires aériennes, mais qui pourront servir à des opérations de recherche et sauvetage, à des opérations de combat des feux de forêts ou à des opérations de surveillance policière aérienne, développement de détecteurs de radiation à large bande, développement de détecteurs acoustiques pour véhicules blindés qui pourra servir également à des opérations de dynamitage ou à l’exploration de sites difficiles d’accès, développement d’imageurs infrarouges non refroidis pour de multiples utilisations militaires, policières et de recherche et de sauvetage, développement d’un œil infrarouge aéroporté de recherche et sauvetage, développement de télémètres lasers pour chars d’assaut, développement d’un logiciel d’analyse de signature infrarouge, etc); Systèmes de combat (développement d’un générateur d’accélérations élevées afin d’améliorer la performance des armes et des projectiles, développement de leurres pyrophoniques qui surclassement les leurres infrarouges classiques, développement de matériaux énergétiques recyclables pour explosifs et autres propulsifs, développement de munitions à risques atténués, etc).

 

-    Regroupement québécois sur les matériaux de pointe RQMP : regroupant des chercheurs des universités Mcgill, Polytechnique, Sherbrooke et Montréal; concentre ses recherches dans les domaines des nanosciences et des nanotechnologies, soit : nanomatériaux (dispositifs photovoltaïques, thermopile de nanotubes de carbone pour la détection lumineuse à large bande, semiconducteurs supramoléculaire pour la fabrication d'écrans d'ordinateur ou de cellulaire, nanotubes pour instruments scientifiques tels que : générateurs thermoélectriques, bolomètres, microscopes, etc.) pour des applications en photonique, biomédical, microélectronique, instrumentation scientifique, etc; matériaux quantiques (corrélation dans les gaz d’électrons bidimensionnels, matériaux et les systèmes magnétiques, supraconductivité à haute-température afin d'améliorer les performances supraconductrices des matériaux électroniques, etc.); outils et méthodes (développement d’outils de caractérisation des matériaux électroniques, développement de procédés de fabrication de micro et nanosystèmes, modélisation et simulation numérique).

 

-    Solutions Novika : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de La Pocatière (anciennement connu sous "Centre spécialisé de technologie physique" qui fournit de l'expertise technique, de la recherche appliquée et développement et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans les domaines de la conception et développement de produits de haute technologie, de procédés et d'équipements de production et de procédés industriels utilisant des lasers de haute puissance (exemples de projets réalisés ou en cours : conception d'un système d'aide virtuel en prévention des chutes, conception d'un capteur de pression pour pied diabétique, conception de nouveaux circuits pour systèmes automatisés industriels, conception d'un appareil d'essais des tensions sur des appareillages électriques, etc.).

 

-    Unité de recherche de pointe pour les couches minces épitaxiales et les nanostructures de matériaux fonctionnels de l'INRS : se concentre sur l'étude des couches épitaxiales de matériaux ferroïques, un sous-ensemble de matériaux fonctionnels, ainsi que de leurs domaines d’application.

 

En mathématiques appliquées à l’ingéniérie :

 

-    Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, la logistique et le transport CIRRELT : regroupant des chercheurs des universités Laval, Montréal, Polytechnique, HEC Montréal, Concordia, Mcgill, ÉTS, UQAR et de l'UQAM à suite de la fusion du Centre de recherche sur les transports de l'Université de Montréal, du CENTOR de l'Université Laval, du Groupe Polylogistique de Polytechnique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG de en management logistique de l'UQAM; cet important centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche regroupant plus de 70 chercheurs réguliers provenant de plusieurs disciplines et qui s'intéressent aux différents problèmes liés à la conception, à la gestion, à l’opération et à la sécurité des réseaux logistiques, de services et d’infrastructures au sein des organisations.

Les principaux axes de recherche abordés concernant les mathématiques de l’ingéniérie sont :  le développement d’algorithmes pour résoudre des problèmes d’acheminement dans les réseaux de télécommunication et le développement d’algorithmes pour résoudre des problèmes d’horaire dans les réseaux de transport.

 

-    Centre interuniversitaire de recherche en géométrie et topologie : regroupant des chercheurs de l'UQAM, Sherbrooke, Mcgill etMontréal; ses intérêts portent notamment sur la géométrie différentielle, approche géométrique en équations aux dérivés partielles, équations aux dérivés partielles aux variétés, géométrie algébrique, physique mathématique, topologie algébrique, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en mathématiques appliquées : étudie la nature de la turbulance par la création d’un modèle mathématique précis pour ce phénomène.

 

-   Chaire de recherche du Canada en optimisation non linéaire en ingénierie ONDI : rattachée au Groupe de recherche en analyse des décisions GÉRAD; on y élabore de nouvelles méthodes d’optimisation permettant le meilleur usage possible des sources d’énergie renouvelable et le fonctionnement harmonieux du réseau de distribution d’électricité intelligent.

 

-    Équipe de recherche en structures algébriques et géométriques : regroupe des chercheurs des universités de Sherbrooke et Bishop qui s'intéresse aux domaines de la géométrie, de la topologie, de l'informatique théorique et de la physique mathématique.

 

-    Groupe d'études et de recherche en analyse des décisions GERAD : centre interuniversitaire de recherche de réputation internationale qui développe la mathématique de la décision sous toutes ses formes dans les grands systèmes technologiques, commerciaux, et économiques, et en amont de la décision, développer la modélisation fondée sur la statistique, la simulation et l’exploitation des données pour le développement d'outils et techniques d'analyse mathématique pour résoudre de problèmes complexes qui se posent dans les sciences de la gestion et de l'ingénierie.

Il regroupe près de 70 chercheurs réguliers de différentes disciplines (méthodes quantitatives en gestion, mathématiques, statistique, informatique, génie industriel) provenant de 9 universités (HEC Montréal, Polytechnique Montréal, l'Université McGill, l'UQAM, mais également Laval, Concordia, Sherbrooke, UQAC et ÉTS); ainsi que 27 chercheurs associés provenant de 17 universités (HEC Montréal, UQAM, Laval, UQAR, Polytechnique Montréal, Carleton, Ottawa, CMR Kingston, Maryland aux USA, Federal do Rio Grande do Norte au Brésil, de Valladolid en Espagne, ISIMA en France, de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis en France, ENSTA Bretagne en France, Lisboa au Portugal, Genève en Suisse et Kyoto au Japon).

Dans le domaine des mathématiques pour l'ingénierie; on s'intéresse au développement d'outils et techniques d'analyse mathématique pour la solution de problèmes complexes qui se posent dans les sciences de la gestion et de l'ingénierie, la confection d'algorithmes permettant la résolution efficace de ces problèmes, l'application de ces techniques et outils à des problèmes posés dans des disciplines voisines telles que l'intelligence artificielle; l'application de ces outils à l'optimisation et la planification de grands systèmes technico-économiques comme les systèmes énergétiques, les réseaux de transport et de communication, et les systèmes de production et l'intégration des résultats scientifiques à des logiciels, des systèmes experts et des systèmes d'aide à la décision transférables à l'industrie.

 

-    Groupe de recherche en mathématiques de l’ingénierie assistée par ordinateur de Polytechnique : effectue des recherches telles que : l’analyse et la performance de turbines hydrauliques, le calcul d’écoulements externes pour l’aérodynamique des avions, la visualisation scientifique, etc.

 

-    Groupe interdisciplinaire de recherches sur les éléments finis (et Chaire CRSNG en calcul scientifique de haute performance)» : regroupant des chercheurs de l’Université Laval et de l’École Polytechnique, on y effectue des recherches dans les domaines suivants : écoulements en milieux industriels, fluides industriels, matériaux légers, biomédical et veille technologique. En mathématiques, on s'intéresse notamment en modélisation et simulation numérique en contact pneu-route, modélisation des interfaces en mécanique des fluides, calcul parallèle en grandes déformations, modélisation numérique dans le domaine biomédical, etc.

 

-    Institut de valorisation des données IVADO : s'intéresse dans les domaines de la science des données, de l’optimisation (recherche opérationnelle) et de l’intelligence artificielle afin de développer une filière économique autour de l’exploitation des données massives pour la prise de décision.

Il regroupe plus de 150 chercheurs de différentes disciplines (droit, mathématiques, informatique, méthodes quantitatives, économique, psychologie, démographie, économie appliquée, géographie, finance, gestion des opérations et logistique, gestion des ressources humaines, gestion du marketing, technologies de l'information, génie informatique, génie logiciel, génie industriel, génie chimique, génie civil, génie électrique, génie mécanique, etc.) provenant de HEC Montréal, de l'École Polytechnique et de l'Université de Montréal.

En mathématiques pour l'ingénierie; on y retrouve 32 chercheurs dont les intérêts portent les statistiques appliquées en ingénierie; l'économique de l'ingénieur; l'estimation fonctionnelle; l'optimisation combinatoire; l'optimisation mathématique; les heuristiques et métaheuristiques; la gestion des risques; la reconnaissance de textes, d'images ou de formes; la fouille de données; les outils de prédiction;  la recherche opérationnelle (dont celles appliquées à l'énergie, aux télécommunications ou aux transports,); les réseaux électriques intelligents; l'optimisation des boîtes noires; l'assistance à la conception, à la production et à l’organisation; les algorithmes statistiques d'apprentissage; les incitatifs industriels; les modèles d'analyses des causes de défaillance; l'apprentissage automatique; l'assistance à la décision en temps réel; le data mining; les les systèmes de distribution; les systèmes d’informations à base d’agents; les systèmes autonomes et embarqués; l'intelligence artificielle des procédés industriels; la robotique; etc.

 

-    Laboratoire d'observation et d'optimisation des procédés LOOP de l'Université Laval : comprenant une équipe interdisciplinaire, on y développe et applique des méthodes permettant d'optimiser le fonctionnement des procédés continus des domaines suivants : transformation de la matière (traitement des minerais, biotechnologies, traitement des eaux, pâtes et papier, etc.); en aéronautique et en robotique. On y développe notamment des méthodes de modélisation et de simulation numérique et des méthodes d'intelligence artificielle afin de développer ces techniques d'optimisation.

 

-         Laboratoire de mathématiques appliquées de l'Université de Montréal : regroupant des professeurs des universités de Montréal, Mcgill et Sherbrooke; les recherches sont effectuées en méthodes numériques en mécanique des fluides, théorie des systèmes dynamiques, modélisation numérique de la combustion turbulente, optimisation de formes et de structures, intégration géométrique, biologie mathématique, analyse numérique asymptotique, etc. 

Retour à la page d’accueil

Retour au répertoire des organismes de recherches

Consulter le répertoire des maîtrises et doctorats

Retour à la page de chercheur

Retour à la page de professeur d’université