Retour à page du secteur santé

Retour à la page d’accueil

 

 

SECTEUR : SANTÉ

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

TECHNOLOGUE EN ANALYSES BIOMÉDICALES

ou TECHNOLOGUE EN LABORATOIRE MÉDICAL
ou TECHNOLOGISTE MÉDICAL
(laboratoire médical)

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.E.C.

 

 Va voir également ma section « liens recommandés » (dont des vidéos de technologues en analyses biommédicales qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

  

Si tu deviens technologue en analyses biomédicales (laboratoire médical); tu seras responsable d'effectuer des tests et des analyses pour faciliter le diagnostic, le traitement et la prévention des maladies.

 

Tu auras pour tâches de :

En tant que technologiste médical (membre en règle de l'Ordre des technologistes médicaux); tu pourras également effectuer les activités suivantes qui lui sont réservées ou partagées avec d'autres professionnels (ex : infirmiers ou inhalothérapeutes) :

Plus spécifiquement, tu auras à effectuer les tâches suivantes selon le domaine :

 

En centre des prélèvements (phlébotomie) : tu auras pour tâches d'effectuer des prélèvements sanguins et capillaires sur les patientes et les clients du service des urgences, de l'unité des soins intensifs, des cliniques externes, en CLSC ou  à domicile afin que des analyses puissent être effectuées en laboratoire.

 

En laboratoire de biochimie : tu auras pour tâches de recevoir et traiter les spécimens de sang et d’autres matières biologiques en suivant une procédure qui assure une conservation des constituants; utiliser un outillage de pointe pour effectuer le dosage des substances que l’on retrouve dans le sang et dans d’autres liquides biologiques; s’assurer de la qualité des résultats obtenus sous sa responsabilité; valider les résultats d’analyse et transmettre ceux-ci au médecin biochimiste pour analyse et interprétation des résultats. Ces informations permettront au médecin traitant des renseignements essentiels au traitement de son patient. Ces analyses peuvent permettre notamment de taux de glucose d'un(e) diabète, le taux de cholestérol d'un(e) anémique, connaître le dosage des enzymes libérées par cœur afin de confirmer ou d'infirmer un infarctus, etc.

   

En laboratoire de microbiologie : tu auras pour tâches d'effectuer les analyses d'échantillons d'éléments microbiens (microbes, champignons, virus, bactéries, parasites) afin de déterminer le type d'infection et la progression de cette dernière et déterminer la sensibilité du germe à différents agents chimiothérapeutiques. Ensuite, tu auras à valider les résultats d’analyse et transmettre ceux-ci au médecin microbiologie-infectiologiste pour analyse et interprétation des résultats. Ces analyses permettront notamment de déceler des maladies telles que : la tuberculose, le rhumatisme articulaire, la mononucléose, une maladie transmise sexuellement, le steptocoque, le méningocoque, le pneumocoque, l'hépatite, le C. difficile, etc.

 

En laboratoire d'hématologie : tu auras pour tâches d'examiner, par diverses analyses les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes du sang périphérique dans les organes producteurs, dont la moelle osseuse; diagnostiquer des anémies, des leucémies, les thrombocytopénies ou toutes autres maladies hépatiques (comme le VIH ou le sida), mais également permettent aux médecins oncologues de faire un suivi lors des traitements de chimiothérapie. Tu pourras également être appelé(e) à effectuer des tests de coagulation nous autorisent à assurer un suivi du client sous anticoagulothérapie et nous permet de dépister certaines déficiences, comme l'hémophilie et la maladie de Willebrand. Ensuite tu devras t’assurer de la qualité des résultats obtenus sous sa responsabilité; valider les résultats d’analyse et transmettre ceux-ci au médecin hématologue pour analyse et interprétation des résultats.

 

En laboratoire d'hémostase : tu auras pour tâches d'analyser les plaquettes et les facteurs plasmatiques responsables des mécanismes de l’arrêt d’un saignement et de la fibrinolyse, pour connaître l’origine d’une hémorragie et la cause d’une thrombose, ainsi que surveiller les thérapies aux anticoagulants. Ensuite tu devras t’assurer de la qualité des résultats obtenus sous sa responsabilité; valider les résultats d’analyse et transmettre ceux-ci au médecin hématologue pour analyse et interprétation des résultats.

 

En laboratoire d'histopathologie : tu auras pour tâches de manipuler, traiter les spécimens à partir de différents prélèvements, surtout chirurgicaux et d’autopsie, pour produire des préparations histologiques colorées qui pourront être examinées au microscope et qui permettront au pathologiste de poser un diagnostic de la maladie du patient ou son évolution et de signaler au chirurgien s'il y tumeur, infection ou tout autre anomalie tissulaire.

 

En laboratoire de cytogénétique : tu auras pour tâches d'effectuer des tests et des analyses d’échantillons de différents tissus humains, en vue d’un diagnostic génétique.  Ensuite tu devras t’assurer de la qualité des résultats obtenus sous sa responsabilité; valider les résultats d’analyse et transmettre ceux-ci au médecin  généticien pour analyse et interprétation des résultats. Ces tests permettront de diagnostic et traiter les clients atteints d'une maladie génétique telle que : la maladie d'Alzheimer, le cancer du sein, familial, la dystrophie musculaire, la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique, la myopathie de Duchenne, l'amyotrophie spinale, la neuropathie héréditaire sensitive, les atrophies musculaires, l'Ataxie de Friedreich, la cardiomyopathie dilatée, l'épilepsie myoclonique, etc.

 

En laboratoire de cytologie : tu auras pour tâches d'effectuer des analyses d’échantillons biologiques prélevés chez un patient afin d’évaluer les manifestations cellulaires de maladies ou de cancers, comme par exemple : le cancer du sein, le cancer de l'utérus, le cancer de la prostate, le cancer de la peau, etc.  Ensuite tu devras t’assurer de la qualité des résultats obtenus sous sa responsabilité; valider les résultats d’analyse et transmettre ceux-ci au médecin anatomo-pathologiste pour analyse et interprétation des résultats.

 

En science transfusionnelle :  tu auras pour tâches d'effectuer des analyses de sang pour trouver les groupes sanguins des clients; effectuer des tests prétransfusionnels pour déterminer la compatibilité de sang du donneur et du receveur d'une greffe, effectuer l’analyse du sang des femmes enceintes pour prévenir la maladie hémolytique du nouveau-né. Tu travailleras en collaboration avec les médecins et les biochimistes chargés des opérations transfusionnelles.

 

En laboratoire de recherche médicale :  tu auras pour tâches d'effectuer différentes analyses en laboratoire de cellules, tissus, liquides biologiques ou autres éléments du corps humain permettant la découverte de la cause d'une maladie, d'un gène encore peu connu, d'un nouveau médicament ou d'une nouvelle technique de diagnostic ou de traitement d'une maladie selon les procédures et les protocoles de recherches établis par un(e) chercheur(e) ou médecin-chercheur(e). 

 

En tant qu’assistante ou assistant pathologiste; tu seras responsable d’assister le médecin anato-pathologiste à effectuer des examens de prélèvements chirurgicaux (biopsies) afin de déterminer ou de confirmer une pathologie soupçonnée (tumeur par exemple), ainsi que des autopsies afin de déterminer les causes d'un décès.

 

Si tu désires te spécialiser en pathologie médico-légale; tu assisteras le médecin pathologiste médico-légal à effectuer des autopsies sur des clients décédés de mort violente ou suspecte et ce afin d’établir la cause du décès et aider les coroners à établir des preuves concrètes lors sur les circonstance d'un décès accidentel ou d'Lun suicide, ainsi que d'aider les enquêteurs de police à établir des preuves concrètes lors d'homicides.

 

Tu auras pour tâches de :

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-        Aptitudes poussées pour les mathématiques et les sciences

-         Bonne dextérité manuelle car tu auras à manipuler des échantillons fragiles et délicats

-         Capacité d’analyse et de synthèse car tu auras à interpréter de façon juste et précise les résultats des test

-        Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction car tu devras être à l'affût des nouveaux développements scientifiques ou de nouvelles méthodes d'analyses

-      Bon jugement et esprit d’initiative pour effectuer les tests appropriés et prendre l’initiative d’effectuer d’autres tests nécessaires si tu découvres une irrégularité dans les analyses

-        Sens des responsabilités et autonomie car tu en auras la responsabilité des analyses que tu feras

-        Sens de l’organisation car tu devras t’assurer d’un bon classement des échantillons afin de ne pas faire d’erreur lors des analyses

-     Capacité de travailler sous pression  car tu auras à gérer des priorités et respecter des échéanciers

-      Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres collègues tels que : : d'autres technologues en analyses biomédicales, des biochimistes, des microbiologistes des bactériologistes, des épidémiologistes, des toxicologues et autres spécialistes en santé publique, des médecins biochimistes, des médecins microbiologistes-infectiologues, des médecins généticiens, des médecins pathologistes, des médecins spécialistes en santé publique, des spécialistes cliniques en biologie médicale et parfois, des chercheurs

-       Aimer et facilité à travailler avec le public car à l’occasion tu auras à effectuer des prélèvements chez le patient ou la patiente et ensuite effectuer les analyses en laboratoire (notamment le soir la nuit dans les hôpitaux)

-        Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des collègues scientifiques, ainsi que pour rédiger différents rapports

-        Bonne connaissance de la langue langue anglaise afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des collègues scientifiques, pour consulte différents manuels et publications scientifiques souvent dans cette langue, ainsi que pour rédiger différents rapports

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-    Externe en technologie médicale (à temps partiel pendant tes études)

-        Assistant(e) pathologiste (niveau stagiaire en début de carrière avec formation complémentaire en cytotechnologie)

-        Assistant(e) pathologiste en médecine légale (niveau stagiaire en début de carrière)

-        Assistant(e) chef technicien(ne) en laboratoire médical (avec expérience)

-        Assistant(e) chef technologiste médical (avec expérience)

-    Chef technicie n(ne) en laboratoire médical (avec expérience)

-        Chef technologiste médical (avec expérience)

-    Chargé(e) technique de sécurité transfusionnelle (avec expérience)

-         Cytotechnologiste (l'AEC en cytotechnologie est nécessaire)

-    Inspecteur(trice) en hygiène publique

-    Phlébotomiste

-    Professeur(e) en technologie des analyses biomédicales au collégial (avec expérience)

-        Représentant(e) technique en équipements pour laboratoires médicaux

-        Représentant(e) technique en produits biomédicaux

-        Représentant(e) technique en produits pharmaceutiques

-    Technicien(ne) en autopsies

-        Technicien(ne) en bactériologie

-    Technicien(ne) en contrôle de la qualité clinique

-        Technicien(ne) en laboratoire médical (dans les Forces armées)

-        Technicien(ne) en pharmacologie

-        Technicien(ne) en recherches médicales

-        Technicien(ne) en santé communautaire

-    Technicien(ne) en traitement des échantillons

-        Technicien(ne) spécialiste en biochimie médicale (le diplôme de perfectionnement est nécessaire)

-        Technicien(ne) spécialiste en hématologie (le diplôme de perfectionnement est nécessaire)

-        Technicien(ne) spécialiste en histologie (le diplôme de perfectionnement est nécessaire)

-        Technicien(ne) spécialiste en immunologie médicale (le diplôme de perfectionnement est nécessaire)

-        Technicien(ne) spécialiste en microbiologie médicale (le diplôme de perfectionnement est nécessaire)

-        Technologiste en hémodynamique

-        Technologiste médical(e)

EMPLOYEURS POTENTIELS :

 

-         Hôpitaux (hôpitaux universitaires, centres hospitaliers régionaux, hôpitaux généraux)

 

-         Laboratoires médicaux privés

 

-         Compagnies pharmaceutiques

 

-         Fabricants de produits biomédicaux

 

-         Industries agroalimentaires

 

-         Fabricants et fournisseurs d’équipements pour laboratoires médicaux

 

-     Héma-Québec

 

-         Certaines grandes cliniques médicales

 

-         Entreprises privées spécialisées en recherches médicales

 

-         Centres et instituts de recherches en santé (Conseil national recherches médicales, Institut recherches en santé, Institut Armand-Frapier, etc)

 

-         Universités

 

-      Cégeps

 

-         Gouvernement du Canada : Carrières en sciences et technologies, Agence de la santé publique du Canada, Conseil National de recherches Canada, Institut de médecine environnementale de la Défense (R & D Toronto),  Centre national canadien d’hygiène et sécurité au travail, Services des laboratoires judiciaires de la G.R.C.

 

-         Gouvernement du Québec : Institut national de la santé publique, Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec

 

-         Forces armées canadiennes (le DEC est exigé, aucune formation offerte par les Forces) voir section professions apparentées

 

EXIGENCE DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

-         Réussite de l’examen de l’Association canadienne de techniciens(nes) de laboratoire médical avant de s’inscrire à l’Ordre

 

PERMIS DE PRATIQUE :

 

Au Québec, il n'est pas obligatoire de détenir un permis de pratique afin de pratiquer en tant que technicien(ne) ou technologue en laboratoire médical ou technologue en analyses biomédicales.

 

Par contre, il est fortement recommandé de devenir membre de l’Ordre professionnel des technologistes médicaux du Québec et obtenir le titre réservé de "technologue médical" qui te permettra d'effectuer plusieurs tâches exclusives (ou partagées avec d'autres professionnels comme les infirmiers ou les biochimistes) telles que :

 

De plus, bon nombre d'hôpitaux et employeurs privés exigent que leurs employés(es) soient membres de l'Ordre.

 

Pour devenir assistant(e) pathologiste; il faut obtenir un permis de pratique de la thanatopraxie du Ministère de la Santé et des Services sociaux et ensuite effectuer un stage de formation en pathologie de quelques mois offert dans un hôpital universitaire sous la supervision d’un(e) assistant(e) pathologiste d’expérience et d’un(e) médecin anatomo-pathologiste.

 

Pour devenir assistant(e) pathologiste médico-légal; en plus des exigences mentionnées pour un assistant pathologiste il faut réaliser un stage d’environ 3 ans en tant que stagiaire (rémunéré) dans un laboratoire de médecine légale sous la supervision d’assistant pathologiste médico-légal d’expérience et d’un médecin pathologiste médico-légal.

Note : très rare sont les postes disponibles au Québec pour cet emploi. Il n'y a que quelques assistants pathologistes médico-légaux à peine qui travaillent à l'Institut de médecine légale à Montréal.

 

EXIGENCE DES EMPLOYEURS :

-         Connaissance de l’anglais est un atout important (bilinguisme exigé parfois exigé, surtout dans certains établissements)

-         Disponibilité

-         Polyvalence

-          Travail souvent sur quarts surtout en milieu hospitalier (soir/nuit/fins de semaine/congés fériés)

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2018 :

 

Le placement est EXCELLENT, 91 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 9 % ont décidé de se perfectionner dans le cadre d’un AEC de perfectionnement (cytotechnologie) ou ont poursuivi des études universitaires (notamment en bénéficiant d'un DEC-BAC).

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

245

205

187

22

 

Note : taux de placement tout aussi excellent comparable aux années précédentes (était de 92 % en 2016; 92 % en 2014; 96 % en 2013 et 95 % en 2012).
          Il y a de la place pour davantage de diplômés(es)...

 

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2019 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

Dans le secteur privé :

-         19,94 $/heure (40 hres/sem) au sein des PME (entreprises de recherche clinique, laboratoires médicaux privés, réseaux de cliniques médicales, etc.)

-         21,15 $/heure (40 hres/sem) au sein des grandes entreprises de recherche clinique

-         27,28 $/heure (40 hres/sem) en tant que technicien(ne) de laboratoire au sein des grandes industries pharmaceutiques

Dans le secteur public et parapublic :

-         18,50 $/heure en tant qu’externe en technologie médicale (pendant tes études et emplois d'été) en milieu hospitalier

-         21,04 $/heure (35 hres/sem) en tant qu’assistant(e) pathologiste légal au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec 

-        22,54 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en laboratoire à l'Institut national de la santé publique du Québec

-         22,59 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en physiologie cardiorespiratoire en milieu hospitalier

-         22,59 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en travaux pratiques en laboratoire d'enseignement en laboratoire médical dans un cégep

-         22,74 $/heure (35 hres/sem) en tant qu’assistant(e) pathologiste en milieu hospitalier

-         22,97 $/heure (35 hres/sem) en tant qu’inspecteur(trice) en hygiène publique dans la fonction publique québécoise

-         22,97 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en criminalistique (biologie judiciaire) au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec

-         23,12 $/heure (35 hres/sem) en tant que technologue en hémodynamique en milieu hospitalier

-         23,12 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en cytogénétique clinique en milieu hospitalier

-         23,12 $/heure (35 hres/sem) en tant que technologue médical ou cytologiste en milieu hospitalier

-         24,08 $/heure (35 hres/sem) en tant que chargé(e) technique de la sécurité transfusionnelle en milieu hospitalier (banques de sang)

-    25,25 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) de laboratoire de recherche au sein des centres de recherche hospitaliers

-         25,90 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technicien(ne) en travaux d'enseignement et de recherche en laboratoire médical au sein des universités

-         27,90 $/heure (37,5 hres/sem) dans la fonction publique fédérale (postes civils dans les hôpitaux militaires et au sein de l'Agence de santé publique du Canada)

-        29,09 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que technologue en recherche en santé au sein du Conseil national de recherches du Canada CNRC

-    30,88 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en laboratoire médical ou technicien(ne) de recherche au sein des universités

-    4 388 $/mois (grade de soldat) et augmente à 5 616 $/mois après 1 ans (grade de caporal - spécialiste) avec le D.E.C. au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-         171,36 $/jour (grade caporal - spécialiste) au sein des Forces canadiennes (Réserve)

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport aux années précédentes (était de 18,85 $ en 2016; 19,00 $ en 2014; 18,78 $ en 2013 et18,68 $ en 2012).

Note 2 : Dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

Note 3 : à ce salaire en milieu hospitalier, il peut s'ajouter des primes de soir, de nuit ou de fin de semaine.

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, conventions collectives des employés de soutien de plusieurs universités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies pharmaceutiques et Forces canadiennes 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

Selon les données de l'Ordre professionnel des technologistes médiaux du Québec, il y avait 4 870 technologistes médicaux actifs (dont 275 nouveaux membres) dans l'ensemble des régions du Québec et dans l'ensemble des milieux de pratique au 31 mars 2019.

Il y a hausse du nombre de membres chaque année, puisque ce nombre représente 123 de plus qu'en 2016; 337 de plus qu'en 2014 et 388 de plus qu'en 2012.

Profession majoritairement féminine, puisque seulement 15 % étaient des hommes, mais la profession pourrait en accueillir davantage (ils étaient que 14 % depuis 2012).

La répartition selon l'âge était :

Parmi l'ensemble des membres :

  1. seulement 8 exerçaient uniquement en cytopathologie (ils étaient 12 en 2016; 24 en 2014; 25 en 2012 et 27 en 2010), alors que les besoins sont grandissants;

  2. 62 exerçaient à la fois en biologie médicale ET en cytopathologie (ils étaient 68 en 2016; 63 en 2014 et 56 en 2012);

  3. TOUS les autres membres pratiquaient en biologie médicale seulement, soit 98,5 % des membres;

  4. Toutefois, 3 169 technologistes (soit 65 % des membres) détenaient une attestation de pharmacologie (autorisant l'admistration, y compris par voie intraveineuse, d'un site périphérique, de médicaments ou d'autres substances).

On retrouve des technologistes médicaux dans toutes les régions du Québec, principalement dans les hôpitaux, mais également dans plusieurs autres milieux tels que :

laboratoires médicaux privés, cliniques médicales, entreprises de recherche clinique, entreprises pharmaceutiques, collèges et universités, centres de recherche gouvernementaux ou universitaires, Institut national de la santé publique, fonction publique fédérale ou provinciale, au sein des Forces canadiennes - postes civils, dans les laboratoires de santé publique, dans les laboratoires de sciences judiciaires, etc.

Bien que la majorité des technologistes médicaux soient concentrés dans les régions de Montréal, Québec, Montérégie, Estrie, Laurentides et Mauricie;

Il y a des besoins un peu partout au Québec, mais davantage dans les régions telles que : Laval, Montérégie et Montréal (autant dans le secteur public que dans le secteur privé).

Aucune donnée statistique n'est possible sur la proportion des membres selon leur champ de pratique, mais voici les principaux domaines d'activités :

Le salaire annuel moyen d'un(e) technologiste médical(e) dans le secteur public ayant environ 10 années d'expérience était de 57 600 $.

Le salaire annuel moyen d'un(e) technologiste médical(e) ou technicien(ne) en laboratoire médical dans le secteur privé ayant environ 10 années d'expérience était de 50 000 $.

Pour plus de détails, consulte les pages suivantes :

 

Pour une carrière comme assistant-pathologiste (appelé "cytopathologie") :

Depuis un décret gouvernemental (novembre 2009), le prélèvement de tissus humains est un geste réservé aux technologistes d’analyses biomédicales.

Le programme de formation requis pour l’exercice de cette profession est le DEC en TAB (technologie d’analyses biomédicales). Toutefois, La formation académique ne comprend aucun cours relié à l’exécution d’autopsies. La formation est donnée en emploi. Par contre, l'AEC en cytotechnologie comme formation complémentaire est fortement recommandée.

De plus, les débouchés pour exercer en salles d’autopsies demeurent peu fréquents. Dans les hôpitaux universitaires, ce sont plus souvent les médecins résidants en pathologie qui assistants les médecins pathologistes, dans les autres hôpitaux il n'y pas qu'un seul assistant(e) ou parfois même aucun,  alors qu'au Laboratoire de médecine légale du Québec il n'y a qu'à peine quelques assistants(es).

Source : Ordre des technologistes médicaux du Québec.

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

La réglementation touchant les technologistes médicaux permet maintenant aux étudiants(e) du programme d’études collégiales en technologie d'analyses biomédicales ayant réussi les deux premières années de formation d’exercer certaines activités réservées aux technologues en analyses biomédicales à titre d’externes en technologie médicale.

 

Selon les informations fournies par les collèges, ils reçoivent 2 à 3 fois plus d'offres qu'il y a de diplômés(es) disponibles. Elles proviennent d'hôpitaux, mais aussi d'entreprises de recherche clinique, de laboratoires médicaux privés et de compagnies pharmaceutiques. La plupart obtiennent un emploi dans leur milieu de stage.

 

De plus, cette profession est également reconnu dans presque toutes les autres provinces canadiennes, dans la plupart des états américains et dans plusieurs autres pays dont la France, le Royaume-Uni, la Suisse, la Belgique et l'Australie.

Selon l'Ordre il manquerait plus de 450 technologistes médicaux au cours des 10 prochaines années (actuellement, il en manque déjà plus de 250), ainsi que prés de 150 cytologistes afin de combler les besoins des hôpitaux.

Selon les données du Ministère de l’Éducation, le métier de technologue en analyses biomédicales est l’un des 30 métiers de la formation technique présentant les meilleures perspectives d’avenir.

 

Consulte l'article suivant réalisé par le Journal de Montréal en décembre 2019.

 

De plus, avec la pandémie de COVID-19, on a davantage réalisé que ces professionnels(les) de la santé sont essentiels dans notre système de santé malgré qu'ils soient dans leur laboratoire loin des clients. En effet, ce sont les technologistes médicaux qui ont effectué tous les tests de dépistage de la maladie.

 

Les possibilités d’emploi sont EXCELLENTES

 

Sources : Emploi-Québec et Ordre des technologistes médicaux du Québec.

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PUBLIC DE LA SANTÉ :

Suite à la réorganisation du réseau public québécois de la santé en 2015, il regroupe :

En 2016, l'ensemble du réseau public de la santé et des services sociaux emploie près de 226 200 personnes (soit 2 000 de plus qu'en 2013 et 7 000 de plus qu'en 2011) vouées à offrir des soins ou des services sociaux de qualité auprès des 8 millions de québécoises et québécois dans toutes les régions du Québec, soit :

Note : les médecins de famille et les médecins spécialistes sont exclus des effectifs du réseau

Pour plus de détails, consulte le Portrait du réseau québécois de la santé

Source : Ministère de la Santé et des services sociaux du Québec.

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Note : ce programme a été révisé

 

Le Diplôme d’études collégiales en technologie des analyses biomédicales D.E.C. a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Il comporte des cours d'introduction à la profession et aux prélèvements, anatomie et physiologie appliquées aux analyses biomédicales, chimie des solutions, instrumentation biomédicale 1, anatomie et physiologie appliquées aux analyses biomédicales 2, chimie organique, instrumentation biomédicale 2, assurance de la qualité en laboratoire, microbiologie clinique 1, anglais appliqué au domaine de la santé, immunologie appliquée, prélèvements cliniques, biochimie clinique 1, hématologie clinique 1, histologie descriptive et techniques histopathologiques 1, biologie moléculaire médicale, biochimie clinique 2, hématologie clinique 2, techniques histopathologiques 2, microbiologie clinique 2, immunohématologie 1, histotechnologie fondamentale, science transfusionnelle 1, biochimie clinique 3, hémostase, microbiologie clinique 3, pharmacologie appliquée aux analyses biomédicales, science transfusionnelle 2, pathologies hématologiques, histotechnologie spécialisée, immunohématologie 2, ainsi que 7 stages en milieu hospitalier totalisant plus de 500 heures d’expérience à temps complet en milieu de travail répartis sur les 25 semaines de la  5e et 6e session (stage en biochimie clinique d'une durée de 7 semaines, stage en microbiologie médicale d'une durée de 7 semaines, stage en histotechnologie d'une durée de 3 semaines, stage en hématologie, hémostase et prélèvements d'une durée de 5 semaines, ainsi qu'un stage en immunohématologie ou science transfusionnelle d'une durée de 3 semaines).

 

Enfin, il te sera également possible d'obtenir un emploi d'été rémunéré en milieu hospitalier en tant qu'assistant(e) technique en laboratoire médical (après la première année complétée), ainsi qu'en tant qu'externe en technologie médicale ou assistant(e) technique en laboratoire médical après avoir complété les 2 premières années du programme.

 

Note : le nom et le contenu des cours peuvent différer d'un cégep à un autre, mais les objectifs du programme restent les mêmes.

 

Par la suite, il te sera également possible de suivre l'une des 2 spécialisations suivantes offerte par le Cégep de Rosemont :

 

L'Attestation d'études collégiales en cytotechnologie A.E.C. a une durée totale de 1 125 heures, soit 8 mois répartis sur 2 sessions à temps complet. Elle est destinée aux technologistes médicaux désirant pratiquer en cytotechnologie au sein d'un service d'anatomo-pathologie afin d'y effectuer des analyses d’échantillons biologiques prélevés chez un patient afin d’évaluer les manifestations cellulaires de maladies ou de cancers. Elle comporte des cours d'introduction à la cytotechnologie, cellules et tissus 1, techniques cytologiques 1, pratique de laboratoire en cytotechnologie, analyses cytologiques en gynécologie, cellules et tissus 2, techniques cytologiques 2, résultats d'analyses cytologiques et contrôle de la qualité, analyses cytologiques autres qu'en gynécologie, ainsi que 2 stages cliniques en cytotechnologie d'une durée totale de 10 semaines à temps complet.

 

L'Attestation d'études collégiales en cytogénétique clinique A.E.C. a une durée totale de 1 035 heures, soit 8 mois répartis sur 2 sessions à temps complet. Elle est destinée aux technologistes médicaux désirant pratiquer sein d'un laboratoire de cytogénétique afin d'y effectuer en laboratoire des tests et des analyses d’échantillons de différents tissus humains, en vue d’un diagnostic génétique. Elle comporte des cours d'introduction à la cytogénétique clinique, établissement d'un caryotype numérisé, microscopie 1, génétique, syndromes et anomalies chromosomiques, techniques cytogénétiques cliniques, microscopie 2, analyses cytogénétiques complémentaires, stage clinique en prénatal d'une durée de 3 semaines, stage clinique en post-natal d'une durée de 3 semaines, ainsi qu'un stage clinique en oncologie d'une durée de 3 semaines.

 

D.E.C.-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEP-DEC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de se faire reconnaître des acquis du D.E.C. dans le cadre d'un programme de baccalauréat. Tu peux donc compléter tes études universitaires en 3,5 ans au lieu de 4 ans.

 

Actuellement, aucune entente DEC-BAC n'est offerte avec ce programme

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande. Voici les ententes actuellemnt offertes :

·       l'UQAR pourra reconnaître jusqu'à 15 crédits (selon étude du dossier) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre du baccalauréat en biologie

·       l'UQAR pourra reconnaître quelques crédits en sciences (selon étude du dossier) aux tituliares de ce D.E.C. dans le cadre du baccalauréat en enseignement secondaire des sciences et technologies

·       l'U.Q.T.R. pourra reconnaître jusqu'à 18 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de baccalauréat en biologie médicale

·       l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître jusqu'à 22 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en pharmacologie

·       l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître jusqu'à 19 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en biologie moléculaire et cellulaire

·       l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître jusqu'à 19 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en microbiologie

·       l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître jusqu'à 19 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en biologie

·       l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître jusqu'à 14 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en biochimie de la santé

·       l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître jusqu'à 6 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en chimie pharmaceutique

·       l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître automatiquement 3 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en chimie

·       l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 13 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son baccalauréat en sciences biomédicales

·       l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 15 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son baccalauréat en microbiologie

·       l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 12 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son baccalauréat en biochimie

·       l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 12 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son baccalauréat en bio-informatique

·       l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 6 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son baccalauréat en agronomie

·       l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 6 crédits aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son baccalauréat en sciences et technologie des aliments

·       l'Université de Montréal pourra reconnaîtra jusqu'à 19 crédits aux titulaires de ce D.E.C. (cote R de 26,000 ou +) dans le cadre de son baccalauréat en sciences biologiques

·      l'Université de Montréal pourra reconnaître jusqu'à 12 crédits (cote R de 26,0 ou +) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son baccalauréat en microbiologie-immunologie

·       l'UQÀM pourra reconnaître jusqu'à 15 crédits (cote R de 22,0 ou +) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en biochimie

·       l'UQÀM pourra reconnaître jusqu'à 15 crédits (cote R de 22,0 ou +) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en biologie en apprentissages par problèmes

·       l'UQÀM pourra reconnaître jusqu'à 15 crédits (selon étude du dossier) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en enseignement secondaire des sciences et technologie

ÉTUDES SUPÉRIEURES ET PERFECTIONNEMENT :

 

Il existe également plusieurs programmes de perfectionnement en techniques d’analyses biomédicales destinés à ceux et celles ayant acquis au moins quelques années d’expérience.

 

Voici quelques exemples de programmes de niveau collégial et universitaire :

 

Baccalauréats :

o   Biologie médicale

o   Biochimie

o   Biologie moléculaire et cellulaire

o   Biophysique

o   Chimie pharmaceutique

o   Microbiologie

o   Physiologie

o   Pharmacologie

o   Sciences biomédicales

Note : Pour plus de détails sur ces programmes, voir la page de la profession de spécialiste en sciences médicales.

 

Autres programmes :  

EXIGENCES D'ADMISSION :

 

·       Détenir le D.E.S. ou l'équivalent et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :

TS ou SN 4e (anciennement mathématiques 526)
Chimie 5e (anciennement chimie 534 ou 584)
Physique 5e (anciennement chimie 534 ou 584) NOUVEAU !

 

AUTRE EXIGENCE :

 

·       Se faire vacciner (avant d'entreprendre les stages)

 

STATISTIQUES D'ADMISSION :

 

Ce programme N'EST PAS contingenté :

 

Les candidats(es) admissibles (détenant les préalables requis) sont généralement admis.

 

Admissions ouvertes au trimestre d'automne seulement dans tous les collèges

 

Admissions ouvertes au 2e tour dans la plupart des collèges

 

Sources : SRAM, SRACQ et SRASL

ENDROITS DE FORMATION :

LIENS RECOMMANDÉS :

Tu veux un avis de technologistes médicaux sur leur profession ?, alors regarde les vidéos suivants :

Pour des infos et plus détails sur les tâches et responsabilités de ce technologue, voir la page "Technologiste médical, un professionnel à votre service" de l'Ordre professionnel des technologistes médicaux du Québec.

Pour davantage de liens reliés à la santé, consulte la page suivante

Pour liste d'établissements de santé, consulte le Portrait du réseau québécois de la santé

Pour une liste d'entreprises pharmaceutiques, de centres de recherches, de laboratoires médicaux privés, consulte le Portrait de l'industrie pharmaceutique

Pour une liste d'organismes de recherche en santé, consulte la page suivante

Voici les sites des départements de laboratoire médical de certains grands hôpitaux :

 

Retour à page du secteur santé

Retour à la page d’accueil