Retour à la page du secteur métallurgie

Retour à la page d'accueil

 

 

 

SECTEUR : MÉTALLURGIE

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

CHAUDRONNIER(ÈRE)

 

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

Consulte également la section "liens recommandés" où tu trouveras des vidéos de chaudronniers qui parlent de leur travail).

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 

En tant que chaudronnier ou chaudronnière; tu seras responsable de fabriquer, construire, assembler, monter ou démolir toute une gamme de vaisseaux, réservoirs, tours et de chaudières sur des chantiers de construciton industrielle.

 

Tu auras pour tâches de :

Sur les chantiers en construction industrielle; tu auras pour tâches de fabriquer, construire, monter, assembler, démonter, mettre en place et entretenir toute une gamme de vaisseaux, grues, chaudières, générateurs de vapeur, réservoirs sphériques sous pression, tours, systèmes de récupération et d’évacuation,  ainsi que tous les genres de travaux d'ossature et de grosse tôlerie sur des contenants étanches à la poussière, à l'air, au gaz, à la vapeur, à l'huile, à l'eau ou à d'autres liquides pour des travaux industriels.

 

Tu érigeras et installeras également des chaudières, travaillant régulièrement sur des échafaudages et il répare et entretient les chaudières existantes et les produits métalliques connexes.

 

Tu devras appliquer les procédés de gréage, de boulonnage, de soudage et d’assemblage des matériaux composites nécessaires pour exécuter les tâches précédentes.

 

Tu pourras travailler au sein d'entrepreneurs en construction spécialisées dans la construction industrielle lourde (complexes industriels, mines, centrales d'énergie autres que hydroélectriques, oléoducs et gazoducs, infrastructures pour raffineries, etc.).

 

Dans un atelier de chaudronnerie ou dans une usine; tu auras pour tâches de dessiner, ajuster, mettre en forme, souder et assembler des tôles, tubes et profilés de différentes dimensions afin de réaliser divers éléments de chaudières, de réservoirs et d'autres contenants sous pression.

 

Tu pourras travailler au sein des industries chimiques, pétrochimiques, métallurgiques (fonderies, aciéries, alumineries), de raffineries de pétrole, de fabricants de chaudières, de réservoirs, d’échangeurs, de générateurs de vapeur et autres équipements connexes, dans les usines de ciment, de chaux ou de gypse, ainsi que dans les ateliers de chaudronnerie.

 

Dans un chantier naval; tu auras pour tâches de dessiner, ajuster et souder toute sorte de pièces structurale et de tôle forte pour la construction, la réparation ou la préparation de navires de toutes sortes telles que :  patrouilleurs, traversiers, remorqueurs, navires de pêche, brise-glace, navires de recherche et sauvetage, navires de combat des incendies, navires côtiers, navires de pêche en haute mer, frégates de patrouille maritime, navires de défense côtière, navires de défense extracôtière, cargos généraux, vraquiers, autres navires marchands, yachts, barges, plates-formes de forage ou toute autre structure flottante fixe ou mobile).

 

Au sein des manufacturiers de chaudières et de contenants sous pression; en tant que chaudronnier spécialisé en inspection non destructive, tu auras pour tâches d'inspecter les chaudières et les contenants sous pression, en utilisant des équipements et des techniques sophistiquées les processus de fabrication et de raccordement et évaluer l'intégrité des structures soudées dans les nouvelles réparations afin d'évaluer les endroits difficiles ou impossibles à examiner à l'œil nu. et pour assurer une opération efficace et sécuritaire conforme aux normes et aux codes gouvernementaux et industriels les plus strictes.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-    Aimer le travailler à l'extérieur en toutes saisons

-       Avoir une excellente santé

-       Avoir une bonne vision

-    Ne pas avoir le vertige et capacité de travailler en hauteur

-       Posséder une très bonne condition et endurance physique car tu devras rester de longues heures debout, dans des conditions inconfortables et soulever des charges assez lourdes

-    Capacité de lire des plans de construction

-       Bonnes habiletés et dextérité manuelle pour manipuler efficacement les composants et pièces d’assemblage

-       Minutie, précision, souci du détail pour assembler de façon précise les différentes structures

-       Bon sens logique et esprit analytique car tu auras à résoudre des problème reliés à l’assemblage

-       Sens des responsabilités car tu seras responsable du bon état des structures que tu auras assemblées (la sécurité de tes collègues dépendra de toi)

-       Facilité à travailler en équipe car tu devras collaborer avec d’autres collègues (ferblantiers, soudeurs, grutiers, monteurs de charpentes métalliques, techniciens en génie civil, etc) 

PROFESSION APPARENTÉE :

 

-      Chaudronnier-monteur-réparateur ou chaudronnière-monteuse-réparatrice

 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-       Ateliers de chaudronnerie

-       Industries métallurgiques et minières (fonderies, aciéries, alumineries)

-    Cimenteries et fabricants de béton

-    Compagnies minières

-    Compagnies pétrolières (raffineries)

-       Entreprises de construction commerciale, institutionnelle et industrielle

-       Fabricants de chaudières, de réservoirs, d’échangeurs, de générateurs de vapeur et autres équipements connexes

-    Hydro-Québec (4 centrales thermiques)

-       Industries aérospatiales

-    Industries pétrochimiques (fabricants de produits de revêtements, de produits en caoutchouc, de produits en plastiques, de pâtes et papiers, etc)

-       Chantiers maritimes

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

-       Détenir ta carte de compétence est obligatoire pour travailler sur les chantiers de construction, en début de carrière tu travailleras en tant qu’apprenti et tu n’obtiendras ta carte de compagnon seulement après avoir accumulé un minimum de 6 000 heures de travail comme apprenti (environ 3 ans).
Voici les détails auprès de la Commission de construction du Québec.

-      Travail souvent actif en période estivale, mais il y a du travail pendant toute l'année

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-    Mobilité essentielle partout dans la province

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2017 :

 

Le placement est EXCELLENT, 88 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail sont en emploi relié don la totalité sont à temps complet.

 

Les conditions de travail sont également excellentes.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

8 7 7 0

 

Note 1 : le taux de placement est tout aussi excellent depuis plusieurs années

 

Note 2 : prendre note que seulement 42 % des diplômés ont répondu à cette enquête.

 

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2018 :

  

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-         24,26 $/heure en tant qu’apprenti(e) et augmente à 40,43 $/heure (40 à 50 hres/sem) en tant que compagnon dans le secteur de la construction industrielle conventionnelle (usines, ateliers de fabrication)

-    25,03 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 26,73 $/heure par la suite au sein des grands chantiers navals

-         26,01 $/heure en tant qu’apprenti(e) et augmente à 43,35 $/heure (40 à 50 hres/sem) en tant que compagnon dans le secteur de la construction industrielle lourde (mines, oléoducs, gazoducs, infrastructures de raffineries, centrales d'énergie sauf hydroélectriques, etc.)

-    29,14 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 36,43 $/heure par la suite au sein des grandes industries pétrolières

-    29,35 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 30,71 $/heure par la suite au sein des grandes industries de première transformation des métaux (aciéries, affineries, fonderies et alumineries)

Note : Cependant, le salaire annuel moyen pour un(e) apprenti(e) au cours de sa première année dans l'industrie de la construction était de 52 800 $ (baisse par rapport aux années précédentes : était de 49 300 $ en 2015; 62 500 $ en 2013 et 62 500 $ en 2011).

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec, Commission de la construction du Québec et conventions collectives des employés de certaines grandes industries pétrolières.

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Dans le secteur de la construction :

Le nombre de chaudronniers actifs a légèrement augmenté en 2018, pour atteindre 732 travailleurs (dont seulement 14 femmes). Les chaudronniers travaillent presque uniquement dans le secteur industriel. L’industrie compte 61 entrepreneurs en construction qui embauchent des chaudronniers.

En 2018, 13 apprentis sont entrés dans l’industrie de la construction pour la première fois. C’est 10 de moins par rapport à la moyenne des 4 dernières années (23).

L'âge moyen d'un(e) apprenti(e) était de 28 (dont 72 % avaient moins de 30 ans); alors que celui d'un(e) compagnon était de 46 ans.

En 2018; pour sa première année de travail, un(e) apprenti(e) touchait un salaire annuel moyen de 52 800 $;

Plus de 72 % des compagnons ont travaillé 500 heures et plus (était de 72 % en 2015; 72 % en 2013 et 70 % en 2011). ce qui leur permet de gagner parmi les salaires annuels moyens les plus élevés, soit 73 700 $.

L’emploi est en forte hausse, et on constate un important vieillissement des travailleurs (31 % sont âgés de 55 ans et plus). Soulignons cependant qu’une partie des besoins de main-d’oeuvre pourrait être comblée par des travailleurs actuellement disponibles sur le marché du travail.

Le peu de grands chantiers de construction industrielle (mines, complexes industriels) sont prévus, ce qui risque de faire diminuer la demande de chaudronniers.

Les perspectives d’emploi sont plutôt bonnes pour les chaudronniers.

Où retrouvait-ton le plus de chaudronniers ?

La presque totalité des chaudronniers, soit 96 % travaillent sur les chantiers de construction industrielle conventionnelle (usines, ateliers de fabrication, autres installations de complexes industriels) et lourde (infrastructures minières, etc.);

Mais quelques rares se retrouvaient sur les chantiers de construction de génie civil.

La part de salariés appelés à se déplacer d’une région à l’autre est la plus élevée dans le métier de chaudronnier, comparativement aux autres métiers de la construction. En 2018, 3 chaudronniers sur 4 ont travaillé à l’extérieur de la région où ils résident.

Voici la répartition régionale des emplois :

20 % œuvraient dans les régions de Laval, Lanaudière et des Laurentides,
15 % oeuvraient en Montérégie,
13 % travaillaient dans la région du Bas-St-Laurent,
13 % travaillaient dans les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec,
12 % œuvraient au Saguenay-Lac-St-Jean,

11 % travaillaient dans la région de Chaudière-Appalaches,
5 % étaient en Estrie,
près de 5 % travaillaient dans la région de l'Île-de-Montréal,
6 % travaillaient dans les autres régions.

(source : Commission de la construction du Québec)

Dans le secteur industriel :

Ce sont les industries de première transformation des métaux qui embauchent le plus grand nombre de chaudronniers au Québec, notamment les alumineries et les aciéries.

Mais, les industries pétrochimiques, les chantiers navals, les fabricants de chaudières et de contenants sous pression, les ateliers de chaudronnerie et plus rarement, les raffineries de pétrole; embauchent également des chaudronniers (d'ailleurs ils sont très recherchés par les employeurs de l'industrie pétrolière en Alberta).

Les employeurs industriels les plus importants qui emploient la plus grande majorité des chaudronniers hors-construction sont Rio Tinto et Alcoa.

Consulte également le site du Comité sectoriel de la main-d’œuvre en fabrication métallique industrielle qui fournit des infos sur les carrières et un portrait de l’industrie de ce secteur.

 

Ainsi que le Portrait de l'industrie de la première transformation des métaux et le Portrait de l'industrie pétrolière.

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études professionnelles en chaudronnerie D.E.P. a une durée totale de 1 290 heures, c’est-à-dire environ 10 mois à temps complet seulement. Il comporte des cours d'introduction à l'industrie et aux organismes de la construction, santé et sécurité sur les chantiers de construction, techniques de montage et d'assemblage d'échafaudages, utilisation des outils et des équipements, techniques de coupage de métaux ferreux par oxycoupage, notions de trigonométrie, notions d'assemblage de grues, lecture et interprétation de plans, techniques d'assemblage et d'encrage, techniques de levage et de manutention, installation de plateaux dans les tours, procédés de soudage SMAW, techniques de soudage à l'arc avec électrode enrobée (SMAW 1), techniques d'érection de tours, techniques d'assemblage de pièces en plastique renforcé, techniques de soudage à l'arc avec électrode enrobée (SMAW 2), techniques de montage d'échangeurs, techniques d'assemblage de composants d'appareils, techniques de soudage à l'arc avec électrode enrobée (SMAW 3), installation de systèmes de récupération et d'évacuation, techniques d'assemblage de réservoirs et techniques d'assemblage de chaudières.

 

Pour plus de détails sur ce programme, regarde la vidéo promotionnelle réalisée par le Centre de formation des métiers de l'acier.

 

Note : Puisque ce métier nécessite une période d'apprentissage sur des chantiers (apprenti), il ne comporte pas de stage.

PERFECTIONNEMENT et ÉTUDES SUPÉRIEURES :

Ce programme a pour but de t’intégrer au marché du travail, mais il te sera également possible de compléter tes études dans le cadre du programme du A.S.P. en soudage haute pression d’une durée de 600 heures (20 semaines) qui te permettra de devenir soudeur(e) en chaudronnerie. Pour plus de détails concernant ce programme, consulte la page du métier de soudeur.

Tu pourras également poursuivre tes études au collégial dans le cadre du DEC en technologie du génie métallurgique (spécialisation en contrôle des matériaux ou en fabrication mécano-soudée) ou du AEC en inspection en métallurgie. Par contre, tu devras réussir les cours préalables requis. Pour plus de détails, consulte la page de technologie en génie métallurgique.

EXIGENCES D’ADMISSION :

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et avoir réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 4e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

AUTRE EXIGENCE D’ADMISSION :

 

-    Subir des tests de sélection (habiletés manuelles, psychologie, résolution de problèmes, etc)

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Ce programme comporte un nombre limité de places disponibles.

 

Les candidats(es) devront répondre aux conditions d'admission et réussir les tests de sélection.

Il est recommandé de t'inscrire le plus tôt possible.

 

ENDROIT DE FORMATION :

Demande d’admission via Internet, consulte Admission FP

-         Centre de formation professionnelle des métiers de l’acier, Montréal - arrondissement Anjou (C.S. de la Pointe de l’Île)
seul centre de formation entièrement consacré à la métallurgie au Québec,
regarde la vidéo promotionnelle du programme,
admissions à temps complet de jour
à l'automne.
programme unique au Québec et en français en Amérique du Nord

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux avoir l'avis de chaudronniers(ères) sur leur métier ?, alors consulte les vidéos suivants :

autres liens :

-    Commission de la construction du Québec : site de promotion des carrières

-       Commission de construction du Québec : infos sur les carrières en construction, portrait de l'industrie, perspectives de carrières, certification et cartes de compétences, etc.

-    Conseil sectoriel canadien de la construction : portrait de l'industrie canadienne de la construction, infos sur les carrières et perspectives

-    Gomaison : site de l'APCHQ qui fournit des infos en matière de rénovation

-    Association de la construction du Québec ACQ : répertoire d'entreprises de la construction

-    Association des entrepreneurs en construction du Québec AECQ : répertoire d'entreprises de la construction

-      Construction 411 : annuaire très complet d’entreprises du secteur de la construction

-         Habitation.com : répertoire de plus de 37 000 entreprises du secteur de la construction résidentielle

-    Régie du bâtiment du Québec : infos générales sur le domaine de la construction et répertoire complet des entrepreneurs en construction au Québec

-    Société canadienne d'hypothèques et de logement SCHL : infos générales sur le domaine de l'habitation et de la rénovation

-    ASP Construction : infos pratiques en matière de santé et sécurité sur les chantiers

-    FTQ Construction

-    CSN Construction

-    CSD Construction

-    Syndicat québécois de la construction

-    Conseil provincial du Québec des métiers de la construction

 

Retour à la page du secteur métallurgie

Retour à la page d'accueil