Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page d’accueil

 

 

SECTEUR : BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

CHARPENTIER(ÈRE)-MENUISIER(ÈRE) ou

PARQUETEUR(ÈRE)-SABLEUR(EUSE) ou

COFFREUR DE BÉTON ou

POSEUR DE FONDATIONS PROFONDES

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

 

Va voir également la section « liens recommandés » à la fin de cette page.

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

Si tu deviens charpentière-menuisière ou charpentier-menuisier; tu seras responsable de fabriquer, assembler, ériger, installer et de réparer divers éléments de bois extérieurs d’un bâtiment tels que les toitures, les empattements, les murs de béton, les planchers et la finition extérieure

 

Tu pourras travailler sur des chantiers de construction ou de rénovation commerciale et institutionnelle principalement (immeubles à bureaux, immeubles à logement, commerces, restaurants, hôtels, écoles, résidences pour personnes âgées, etc.), mais également sur les chantiers de construction ou de rénovation résidentielle légère (résidences unifamiliales, duplex, triplex, résidences hauts de gamme, etc.) et lourde (condominiums, maisons en rangées, grands projets domiciliaires, etc.). Il est également possible de travailler sur les chantiers de construction industrielle et les chantiers de construction de génie civil et voirie. Tu pourras également travailler au sein des manufacturiers de maisons préusinées.

 

Tu auras pour tâches de :

Si tu deviens menuisière ou menuisier (hors-constrution); tu seras responsable de fabriquer, assembler, ériger, installer et de réparer divers éléments de bois intérieurs et extérieurs de bâtiments (tels que les toitures, les empattements, les murs de béton, les planchers), du mobilier (chaises, tables, armoires, etc.) et autres éléments divers en bois (abris, clôtures, bordures, etc.).

 

Tu auras pour tâches de :

Si tu deviens charpentiere ou charpentier de marine (chantier naval); tu seras responsable de réaliser la finition de compartiments des navires et exécuter des travaux nécessitant l’utilisation ou la transformation du bois.

 

Tu pouras participer aux travaux d'entretien, de réfection ou de réparation ou dans le cadre de projets de construction ou de modification de tous types de navires (tels que : traversiers, remorqueurs, vraquiers, porte-conteneurs, frégates de patrouille, brise-glace, navires de pêche, etc.).

 

Tu auras pour tâches de :

Si tu deviens technicienne ou technicien en finition intérieure d'aéronefs (hors-constrution); tu seras responsable de réaliser des travaux de finition de l'ameublement intérieur d'aéronefs.

 

Au sein d'une entreprise de maintenance d'aéronefs, tu auras pour tâches de :

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

-        Aptitudes pour les mathématiques car tu auras des prises de mesures géométriques à effectue

-        Très condition physique car tu auras à  travailler dans diverses positions inconfortables ou longtemps debout

-       Aisance dans les hauteurs car tu devras grimper dans des échafaudages pour effectuer certains sur les charpentes extérieures ou intérieures des bâtiments

-    Bonne force physique car tu auras à soulever des charges relativement lourdes (matériaux)

-        Bonnes habiletés et bonne dextérité manuelle car tu auras à réaliser diverses tâches de fabrication d'éléments de bois

-       Minutie, précision, souci du détail car tu auras à effectuer des travaux de précision

-       Polyvalence et autonomie car tu seras appelé(e) à travailler seul(e) dans le cadre de certains ouvrages et des tâches variées

-       Facilité de travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres collègues ouvriers et techniciens sur le chantier ou parfois seul(e)

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-        Apprenti-charpentier-menuisier(ère) ou apprenti-charpentière-menuisière (en début de carrière)

-    Charpentier(ère)

-        Charpentier-menuisier(ère) ou charpentière-menuisière d’entretien

-    Charpentier(ère)-coffreur(euse) de béton

-        Coffreur(euse) de béton

-    Conseiller(ère)-vendeur(euse) en produits de quincaillerie et matériaux de construction

-    Menuisier(ère)

-        Ouvrier(ère) en fabrication d’habitations préusinées

-        Parqueteur(euse)-sableur(euse)

-    Poseur(euse) de fondations profondes

-    Représentant(e) des ventes en matériaux de construction

-    Réparateur(trice) en charpenterie

-       Technicien(ne) de construction (Forces canadiennes) formation offerte par les Forces

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         Entreprises de construction

-         Entreprises en rénovation

-    Entreprisses spécialisées en coffrage de béton

-        Fabricants d’éléments décoratifs préfabriqués en bois

-        Fabricants de portes et fenêtres

-        Manufacturiers de maisons pré-fabriquées

-    Manufacturiers de matériaux de construction

-        Certaines compagnies immobilières

-    Centres de rénovation

-    Distributeurs de matériaux de construction

-        Forces armées Canadiennes (voir section professions apparentées)

-        À ton propre compte

Voici un site où tu trouveras un répertoire de plus de 37 000 entrepreneurs en construction au Québec : Habitation.com

 

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

-        Détenir ta carte de compétence est obligatoire, en début de carrière tu travailleras en tant qu’apprenti(e) et tu n’obtiendras ta carte de compagnon seulement après avoir effectué 3 périodes d'apprentissage totalisant un minimum de 6000 heures de travail comme apprenti (environ 3 ans).
Voir les détails auprès de la Commission de construction du Québec.

-    Après avoir accumumé au moins 4 000 heures comme apprenti(e), tu pourras choisir l'une des 3 spécialités du métier, soit : parqueteur(euse)-sableur(euse), coffreur de béton ou poseur de fondations profondes en effectuant les 2 000 heures suivantes dans cette spécialité ou choisir de compléter ces heures dans la voie générale. Une mention sera inscrite sur la carte de compagnon.

-        Etre prêt à travailler dans des endroits bruyants, chauds ou poussiéreux

-         Travail saisonnier sur les chantiers de construction, mais de nombreux emplois sont offerts pendant toute l'année

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

 

-         Polyvalence

-    Mobilité un peu partout dans la province (principalement en construction commerciale et institutionnelle et en coffrage de béton)

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2017 :

 

Le placement est bon, 73 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont la presque totalité sont à temps complet.

Quelques autres répondants(es), soit 9 % ont poursuivi leurs études au collégial au DEC en technologie de la mécanique du bâtiment ou au DEC en technologie de l'évaluation et de l'estimation en bâtiment ou au AEC en inspection en bâtiment.

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE à TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

1 076 713 677 97

 

Note 1 : légère hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 69 % en 2015; 73 % en 2013; 71 % en 2012 et 76 % en 2011).

Note 2 : prendre en considération que seulement 50 % des diplômés(es) ont répondu à cette enquête.

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2019 :

  

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Dans le secteur de la construction :

-         17,50 $/heure (40 à 50 hres/sem) en tant que charpentier(ère) d’industrie au sein de l’industrie des portes et fenêtres et autres produits connexes

-         21,71 $/hre (40 à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmente à 36,19 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction ou rénovation résidentielle légère

-         23,73 $/hre (40 à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmente à 39,55 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction ou rénovation résidentielle lourde

-         23,95 $/hre (40 à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmente à 39,92 $ en tant que compagnon dans la construction ou rénovation commerciale, industrielle et institutionnelle

-         23,98 $/hre (40 à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmente à 39,96 $ en tant que compagnon dans la construction de génie civil (infrastructures routières, électriques ou de communications)

Note : Cependant, le salaire annuel moyen pour un(e) apprenti(e) au cours de la première année était de 22 500 $ (hausse par rapport aux années précédentes : était de 17 300 $ en 2015; 20 400 $ en 2013 et 21 988 $ en 2011).

Dans le secteur hors-construction :

voir aussi les salaires des ouvriers certifiés d'entretien de bâtiments, à la page suivante.

 

Dans le secteur privé :

 

Autres milieux :

-    18,91 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grands établissements privés d'hébergement et de soins aux aînés

-    19,28 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grands établissements privés d'enseignement secondaire

-    21,35 $/heure (40 hres/sem) en tant que menuisier(ère) au sein des PME (chaînes de quincailleries, distributeurs de matériaux de construction, hôtels, etc.)

-    21,40 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grands établissements hôteliers 4 ou 5* (extérieur de Montréal)

-    21,51 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grands collèges privés

-    26,14 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grands établissements hôteliers 4 ou 5* (Île de Montréal)

-    913,00 $/semaine en tant que représentant(e) technique pour un distributeur ou grossiste en matériaux de construction

Milieu industriel :

-    20,10 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien ou ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien dans les grandes industries du matériel électronique

-    20,47 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien au sein des grands manufacturiers de produits métalliques industriels

-    20,48 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien ou ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien chez les grands manufacturiers de machines et équipements industriels

-    20,77 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 22,00 $/heure par la suite au sein des grands chantiers navals

-    21,35 $/heure (40 hres/sem) en tant que menuisier(ère) au sein des PME (manufacturiers de maisons ou autres bâtiments préfabriquées, manufacturiers de portes et fenêtres, etc.)

-    21,98 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien ou ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien dans les grandes industries du matériel électrique

-    22,12 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grandes industries de transformation des produits forestiers

-    22,91 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grandes industries de transformation de viandes et volailles

-    23,16 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien dans les grands manufacturiers de matériel de transport (routier ou ferroviaire)

-    23,55 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien au sein des grands manufacturiers de produits aérospatiaux

-    23,77 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien au sein des grands manufacturiers de la plasturgie, du caoutchouc et des composites

-    25,22 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien au sein des grands fabricants de produits en minéraux industriels (béton, asphalte, granite, marbre, etc.)

-    28,21 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien au sein des grands fabricants de produits pharmaceutiques et cosméceutiques

-    28,31 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grands fabricants d'aliments ou boissons

-    29,14 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) menuisier(ère) et augmente à 36,43 $/heure en tant que compagnon au sein des grandes industries pétrolières

-    29,67 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grandes industries papetières

-    29,94 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) menuisier(ère) ou menuisier(ère)-peintre et augmente à 32,17 $ comme compagnon en moyenne au sein des compagnies minières

-    33,85 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grandes industries chimiques et pétrochimiques

-    34,34 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien dans les grandes industries de première transformation des métaux (alumineries, aciéries, affineries, fonderies)

Dans le secteur public et parapublic :

-    17,95 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 23,87 $ comme compagnon dans les commissions scolaires et les cégeps

-    17,95 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 23,87 $ comme compagnon dans le réseau de la santé et des services sociaux

-         18,79 $/hre (38,75 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmente à 22,29 $ à la Société québécoise des infrastructures (anciennement la Société immobilière du Québec)

-    19,18 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 23,34 $ comme compagnon dans la fonction publique québécoise

-    20,41 $/heure (38,75 ou 40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 23,85 $ comme compagnon au sein des universités

-    20,43 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que menuisier(ère) ou ouvrier certifié(e) d'entretien au sein des petites municipalités (moins de 20 000 habitants)

-    21,87 $/heure (38,75 hres/sem) en tant que préposé(e) à l'entretien des immeubles à la Société des casinos du Québec

-    22,58 $/heure (35 ou 38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 28,22 $ comme compagnon dans la fonction publique fédérale

-    23,49 $/heure (35 36,25 ou 38,75 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) menuisier(ère) et augmente à 27,65 $ comme compagnon au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-    24,35 $/heure (40 hres/sem) en tant que ouvrier certifié(e) d'entretien à Aéroports de Montréal

-        24,35 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 27,05 $ en tant que menuisier(ère)-serrurier(ère) à Aéroports de Montréal

-    24,82 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) menuisier(ère) et augmente à 28,57 $ comme compagnon en moyenne au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-        24,82 $/heure (40 hres/sem) en tant que peintre-menuisier(ère) à l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec

-    26,86 $/heure (37,5 ou 38,75 ou 40 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'ouvrier(ère) certifié(e) ou qualifié(e) d'entretien de bâtiments au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-    27,57 $/heure (36 ou 37 ou 38 ou 40 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'ouvrier(ère) certifié(e) ou qualifié(e) d'entretien de bâtiments au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-    28,21 $/heure (40 hres/sem) en tant que menuisier(ère) à Parcs Canada

-    28,40 $/heure (40 hres/sem) en tant que menuisier(ère) à l'Administration portuaire de Québec

-    29,83 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 34,50 $ en tant que menuisier(ère) classe 2 à la Société de transport de Montréal STM (réseau du métro)

-        34,38 $/hre (40 hres/sem) en tant que préposé(e) à l'entretien de bâtiments à Énergir (anciennement "Gaz métro")

-        36,91 $/hre (37 hres/sem) en tant qu’ouvrier(ère) d'entretien de bâtiments à Hydro-Québec

-        37,28 $/hre (40 hres/sem) en tant que menuisier(ère) à Énergir (anciennement "Gaz métro")

-    2 985 $/mois (grade de soldat) en début de carrière en tant que technicien(ne) en construction et augmente à 5 014,00 $/mois après 3 ans avec le grade de caporal) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-    2 985 $/mois (grade de matelot 2e classe) en début de carrière en tant que technicien(ne) de marine et augmente à 5 616,00 $/mois + indemnité de service en mer après 3 ans avec le grade de matelot 1te classe) au sein des Forces canadiennes (Force régulière de la Marine royale canadienne)

-    96,06 $/jour avec le grade de soldat (et augmente à 152,99 $/jour après 3 ans avec le grade de caporal) en tant que technicien(ne) en construction au sein des Forces canadiennes (Réserve)

-    96,06 $/jour avec le grade de matelot 2e classe (et augmente à 171,36 $/jour + indenité de service en mer après 3 ans avec le grade de caporal) en tant que technicien(ne) de marine au sein la Réserve navale

Sources : Commission de la Construction du Québec, Ministère de l'Éducation, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la fonction publique du Canada, Forces canadiennes, Syndicat des employés de métiers d'Hydro-Québec, Syndicat des employés de la  Société des casinos du Québec, Syndicat des employés de Gaz métro, Syndicat des employés des Aéroports de Montréal,  Alliance de la fonction publique du Canada - section locale Aéroport de Québec, Syndicat de la fonction publique du Québec - section locale SEPAQ, conventions collectives des cols bleus de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des cols bleus de plusieurs municipalités de moyennes dimension, conventions collectives des employés municipaux de plusieurs petites municipaux, conventions collectives des employés de plusieurs établissements privés d'enseignement secondaire, conventions collectives des employés de plusieurs collèges privés, conventions collectives dess employés de plusieurs établissements privés d'hébergement pour aînés, conventions collectives des employés de soutien de la plupart des universités, conventions collectives des employés de plusieurs grands établissements hôteliers, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des produits forestiers, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries du matériel électronique, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries alimentaires, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de machines et équipements industriels, conventions collectives des employés de plusieurs grands fabricants de produits en minéraux industriels, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de matériel électrique, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de la plasturgie, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries aérospatiales, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries papetières, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries pharmaceutiques et cosméceutiques, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries chimiques et pétrochimiques, conventions collectives des employés de certaines grandes industries pétrolières, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des métaux et conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies minières.

 

PORTRAIT DU MÉTIER :

 

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 48 800 charpentiers(ères-menuisiers(ères), coffreurs(euses) de béton, menuisiers(ères), poseurs(euses) de fondations profondes et parqueteurs(euses)-sableurs(euses) dans l'ensemble des régions de la province en 2018.

Plus de 93 % occupaient un poste à temps complet.

La répartition selon l'âge était :

Leur répartition selon leur milieu de pratique était :

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Dans l'industrie de la construction :

 

Les perspectives d’avenir pour tous les métiers de la construction, varient beaucoup selon la santé économique de l’industrie de la construction. Certaines années peuvent être excellentes pour les emplois avec de nombreux projets, alors que pour d’autres années sont moins bonnes.

 

Plus de 1 travailleur sur 4 dans l’industrie de la construction est charpentier-menuisier. En 2018, 44 242 charpentiers-menuisiers ont été actifs sur les chantiers de construction québécois.

 

C’est d’ailleurs un des métiers où les femmes sont les plus nombreuses. En 2018, il y a eu 645 charpentières-menuisières actives.

 

L'âge moyen d'un(e) apprenti(e) charpentier(ère)-menuisier(ère) était de 31 ans, alors que celui d'un(e) compagnon était de 42 ans.

 

Le volume de travail est principalement concentré dans les secteurs institutionnel et commercial et résidentiel. L’activité dans ces secteurs devrait demeurer à des niveaux élevés, dans les prochaines années.

 

Un total de 11 675 employeurs ont fait appel aux services des charpentiers-menuisiers.

 

Il y a eu 3 575 nouveaux apprentis dans l’industrie en 2018, soit plus de 1 450 apprentis de plus que la moyenne de 2014 à 2017. De ces 3 575 nouveaux apprentis, 1 635 étaient diplômés.

 

En 2018, un(e) apprenti(e) gagne en moyenne 22 500 $ au cours de la première année,

 

tandis qu’un(e) compagnon gagne en moyenne plus de 61 200 $ s'ils travaillent au moins 500 heures, pour les travaux assujettis aux conventions collectives de la construction.

 

En 2018, plus 71 % des charpentiers-menuisiers ont accumulé plus de 500 heures de travail (était de 69 % en 2015; 72 % en 2013 et 74 % en 2011).

 

La forte hausse de l’emploi et la faible disponibilité des travailleurs stimuler ont besoins de main-d'œuvre.

 

Les perspectives professionnelles pour ce métier sont excellentes.

 

Fait important à mentionner, est que le métier de charpentier-menuisier(ère) figure parmi les 10 métiers comptant le plus grand nombre de femmes actives dans l'industrie de la construction : on comptait 645 charpentières-menuisières actives en 2018 (323 de plus qu'en 2015 et 347 de plus qu'en 2013)...

 

Où retrouve-t-on le plus de charpentiers(ères)-menuisier(ères) ?

 

Plus de 49 % d’entre-eux travaillent sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle (immeubles à bureaux, immeubles à logements, commerces, restaurants, hôtels, écoles, garderies, résidences pour personnes âgées, etc.).

 

Plus de 40 % d’entre-eux travaillent sur les chantiers de construction résidentielle lourde (ensembles de condos, immeubles locatifs de moins de 6 logements, projets domicilaires) et en construction résidentielle légère (constructions de résidences unifamiliales).

 

Près de 8 % se retrouvent sur les chantiers de construction de génie civil et voirie.

 

Alors que moins de 3 % se retrouvent sur les chantiers de construction industrielle.

 

Au cours de 2018, sur l'ensemble des 44 242 charpentiers(ères)-menuisiers(ères) (dont 645 femmes) dans la province dont la proportion par région était de :

22 % travaillaient dans les régions de Laval, Lanaudière ou Laurentides,
21 % travaillaient dans les régions de Québec ou Chaudière-Appalaches,
21 % travaillaient en Montérégie,
7 % travaillaient en Mauricie,
5 % travaillaient au Saguenay-Lac-St-Jean,
5 % travaillaient dans le Bas-St-Laurent,
5 % travaillaient en Estrie,
près de 5 % travaillaient sur l'Île de Montréal,
près de 5 % travaillaient en Outaouais,
un peu plus de 4 % travaillaient dans une autre région.

Plus de 11 600 entrepreneurs généraux et spécialisés en construction partout au Québec font appel à leurs services (soit une centaine de plus qu'en 2013 et plus de 600 de plus qu'en 2010).

 

(source : Commission de la construction du Québec)

 

Et ceux en dehors de la construction ?

 

Certains diplômés(es) en charpenterie-menuiserie occupent un emploi de menuisier(ère) ou d'ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien au sein d'entreprises de gestion d'immeubles commerciaux et institutionnels, des grandes industries, des grandes municipalités, des municipalités de taille moyenne, dans le réseau de la santé (principalement les hôpitaux), dans le réseau de l'éducation (principalement les commissions scolaires), dans les universités et dans la fonction publique tant fédérale que provinciale.

 

Plusieurs manufacturiers de matériaux de construction ou d'éléments de menuiserie architecturale et de maisons préfabriquées embauchent également des charpentiers-menuisiers.

 

Les perspectives sont très bonnes.

 

En 2018, le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) ou d'un(e) ouvrier(ère) d'entretien général détenant 10 années d'expérience au sein d'une PME était de 38 100 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) ou d'un(e) ouvrier(ère) d'entretien général détenant 10 années d'expérience au sein d'une grande résidence privée pour aînés était de 44 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) ou d'un(e) ouvrier(ère) de maintenance détenant 10 années d'expérience au sein d'un centre intégré de santé et services sociaux CSSS (réseau de la santé) était de 48 100 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) détenant 10 années d'expérience au sein d'une commission scolaire était de 49 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) ou d'un(e) ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien détenant 10 années d'expérience au sein d'un grand hôtel de l'extérieur de Montréal était de 53 400 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) détenant 10 années d'expérience au sein d'une université était de 54 500 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) détenant 10 années d'expérience au sein d'une commission scolaire était de 59 500 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) détenant 10 années d'expérience au sein d'une grande municipalité était de 62 600 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) technicien(ne) en construction détenant 10 années d'expérience (grade de "caporal") au sein des Forces canadiennes était de 63 600 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) détenant 10 années d'expérience au sein d'un grand hôtel de la région de Montréal était de 64 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) menuisier(ère) détenant 10 années d'expérience au sein d'une municipalité de taille moyenne était de 65 500 $;

 

et le salaire annuel moyen d'un(e) technicien(ne) de marine (menuisierie) détenant 10 années d'expérience (grade de "matelot 1re classe") au sein de la Marine royale canadienne (à bord d'une frégate) était de 72 000 $.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de la construction

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études professionnelles en charpenterie-menuiserie D.E.P. a une durée totale de 1 350 heures (14 à 15 mois en formule régulière ou de 11 à 12 mois en formule intensive selon les centres de formation) offert à temps complet seulement.

 

Il comporte des cours d'initiation au métier et à l'industrie de la construction; santé et sécurité sur les chantiers de construction; lecture et interprétation de plans, devis et croquis; réalisation d'assemblages; calculs de planification, alignement et nivellement; assemblage d'échafaudages, levage et manutention; fabrication et installation de l'ameublement et des accessoires de finition; construction de coffrages d'empattements et de murs de fondation et de murs de béton; pose de fondations profondes; installation de colonnes, poutres et dalles; fabrication et installation de charpentes de planchers; fabrication et installation de charpentes de murs; fabrication et installation de charpentes de toits; travaux d'isolation, d'insonorisation et de ventilation; finition extérieure d'un bâtiment, finition intérieure et construction d'escaliers en bois.

 

Note : Puisque ce métier nécessite une période d'apprentissage sur des chantiers (apprenti), il ne comporte pas de stage.

 

Pour plus de détails sur ce programme, regarde les vidéos suivants :

EXIGENCES D’ADMISSION :

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 4e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

AUTRE EXIGENCE D’ADMISSION :

-         Subir des tests de sélection
(École des métiers de la construction de Montréal, CFP Le Chantier, CFP Pierre-Dupuy, École professionnelle de St-Hyacinthe, CFP L'Horizon, CFP 24-Juin, CFP Qualitech, CFP Paul-Rousseau, Centre Polymétier)

-    Se soumettre à un questionnaire écrit d'admission en ligne et une entrevue écrite en ligne (ÉMOICQ, disponible sur leur site web)

-    Se soumettre à un questionnaire écrit d'aptitudes et de mathématiques (CFP Compétences-Outaouais)

Note : ces tests de sélection visent à vérifier tes habiletés manuelles, mais également des aptitudes et intérêts en lien avec métier.

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme dans la plupart des centres

 

Les candidats(es) répondant aux exigences d'admission et ayant réussi les tests (s'il y a lieu) sont généralement admis.

 

Toutefois, certains centres ont des listes d'attente

 

Pour plus d'infos sur les places disponibles, consulte le centre de ton choix.

 

Note : dans ces établissements, il est recommandé de t'inscrire le plus tôt possible.

 

ENDROITS DE FORMATION :

Demande d’admission via Internet, consulte Admission FP

Qu'est-ce que la concomitance D.E.S./D.E.P. ?

Qu'est-ce que l'enseignement individualisé ?

Est et Nord du Québec :

 

Bas-St-Laurent et Gaspésie :

Côte-Nord :

Saguenay et Lac-St-Jean :

 

Ouest et centre du Québec :

 

Abitibi-Témiscamingue :

 

-         Centre Polymétier, Rouyn-Noranda (C.S. de l’Or-et-des-Bois)
offert en formule intensive sur 10 mois,
regarde la vidéo promotionnelle du programme,
admissions à temps complet de jour (37,5 heures/sem sur 5 jours) à l’automne et à l'hiver
.

 

Centre-du-Québec et Mauricie :

Estrie :

Outaouais :

Région de Québec :

Région de Montréal :

 

Lanaudière-Laurentides-Laval :

Montérégie :

Île de Montréal :

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu désires avoir l’avis de charpentiers-menuisiers sur leur métier, alors va voir les vidéos et entrevues écrites suivants :

liens divers :

-         Commission de construction du Québec

-    Conseil sectoriel canadien de la construction : portrait de l'industrie canadienne de la construction, infos sur les carrières et perspectives

-     Gomaison : site de l'APCHQ qui fournit des infos en matière de rénovation

-    Association de la construction du Québec ACQ : répertoire d'entreprises de la construction

-    Association provinciale des construction d'habitations du Québec APCHQ : répertoire d'entreprises de la construction

-    Association des maîtres couvreurs du Québec : répertoire des entrepreneurs en couverture membres par régions

-         Construction 411 : annuaire très complet d’entreprises du secteur de la construction

-    Régie du bâtiment du Québec : infos générales sur le domaine de la construction et répertoire complet des entrepreneurs en construction au Québec

-    Société canadienne d'hypothèques et de logement SCHL : infos générales sur le domaine de l'habitation et de la rénovation

-    ASP Construction : infos pratiques en matière de santé et sécurité sur les chantiers

-    FTQ Construction

-    CSN Construction

-    CSD Construction

-    Syndicat québécois de la construction

-    Conseil provincial du Québec des métiers de la construction

-    Fraternité unie des charpentiers-menuisier(ère)s d’Amérique (syndicat section du Québec)


 


Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page d’accueil

1 1