Retour à la page de la profession d’administrateur

Retour à la page du secteur administration

Retour à la page d’accueil

 

 

  

SECTEUR : ADMINISTRATION, SECRÉTARIAT ET INFORMATIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

GESTIONNAIRE EN ASSURANCES ET GESTION DES RISQUES

OU GESTIONNAIRE EN SERVICES FINANCIERS

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.Sc. ou B.A. ou B.A.A.

 

Consulte également la page d’informations sur les
programmes pré-universitaires en sciences de l’administration

 

Voir aussi la section "liens recommandés" à la fin de cette page (dont des vidéos de spécialistes en assurances ou en services financiers qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu'analyste du  risque; tu seras responsable de mettre en place des processus d’identification, d’évaluation et de surveillance des risques auxquels son entreprise (assureur ou institution bancaire) s’expose face aux couvertures d'assurance ou aux prêts de ses clients.

 

Tu auras pour tâches de :

En tant qu'analyste en gestion du crédit; tu seras responsable d’évaluer la situation économique des emprunteurs (individus ou entreprises) de manière à déterminer leurs possibilités en matière de crédits ou de prêts ainsi que les probabilités à rembourser les dettes contractées.

 

Tu auras pour tâches de :

En tant que planificatrice ou planificateur financier; tu seras responsable de conseiller le client dans l'élaboration d'un plan d'action personnalisé de ses finances personnes à court, moyen et long terme (investissements et placements, retraite, succession, etc.).

 

Tu auras pour tâches de :

En tant que conseillère ou conseiller en sécurité financière (assurance individuelle ou collective de personnes); tu seras responsable de conseiller et vendre auprès de particuliers (assurance individuelle) ou au sein des organisations (entreprises, conventions collectives, associations professionnelles pour les assurances collectives) des produits en assurance de personnes (assurance-accident, assurance-hospitalisation ,assurance-maladie, assurances voyages, assurance responsabilité professionnelle, régimes de retraite et assurance-vie).

 

Tu auras pour tâches de :

En tant qu’administratrice ou administrateur des régimes de retraite; tu seras responsable de coordonner et de gérer les services, les programmes et les opérations financières des régimes de retraite tels que les régimes collectifs de retraite, les RÉER, régimes individuels de retraite, régimes gouvernementaux de pensions, etc.

 

Tu auras pour tâches de :

  1. Voir à ce que certains renseignements sur le régime soient accessibles aux personnes qui y ont droit et à ce que ces renseignements soient complets et exacts et fournis dans le délai prescrit par la Loi sur les régimes de retraite et par ses règlements;

  2. Inscrire les employés au régime de retraite;

  3. Fournir aux bénéficiaires les renseignements concernant leurs droits et responsabilités relatifs au régime de retraite;

  4. Procurer aux bénéficiaires les renseignements et documents devant être divulgués conformément à LRR et à ses règlements;

  5. Déterminer ce à quoi les bénéficiaires du régime ont droit en vertu du régime de retraite;

  6. Faire des versements aux bénéficiaires du régime au moment où ils deviennent payables;

  7. Faire des versements aux anciens conjoints des bénéficiaires selon la part des prestations de retraite du participant qui leur revient (conformément à la LRR et à ses règlements et aux documents judiciaires déposés auprès de l’administrateur);

  8. Répondre aux plaintes et demandes de renseignements des bénéficiaires.

En tant qu’enseignante ou enseignant en techniques des services financiers au collégial; tu seras responsable d’enseigner des notions de base ou des notions intermédiaires dans une discipline d'enseignement en lien avec ton domaine de compétences et d'expérience auprès de jeunes adultes inscrits à un programme de formation technique.

 

Tu leur fourniras les compétences requises pour qu’ils puissent intégrer le marché du travail afin de pratiquer le métier ou la profession que tu leur auras enseigné.

 

Enseigner un métier c'est davantage que de montrer les tâches à faire comme ce le serait pour une formation en milieu de travail. Il y a des notions théoriques à présenter en lien avec la discipline (ex : terminologie technique appliquée au métier, mathématiques appliquées au métier, notions d'informatique et de logiciels spécialisés appliqués au métier, etc.) et organiser différentes activités de formation pratique (projets, discussions en petits groupes, simulations, etc.) afin de préparer adéquatement les étudiants(es) à intégrer le marché du travail avec toutes les compétences requises ou du moins, toutes celles requises pour occuper un premier emploi dans ce métier. Donc, il faut très bien connaître son métier, mais aussi bien savoir comment l'enseigner à des apprentis(es).

 

Tu les notions de base de la matière à enseigner.

 

Tu auras pour tâches de :

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-         Aptitudes pour les mathématiques; car tu auras besoin d’une formation assez poussée dans cette discipline

-         Facilité à travailler avec les ordinateurs; car tu seras constamment appelé(e) à travailler avec cet outil essentiel de travail (applications bureautique, bases de données, outils spécialisés en assurances ou services financiers, etc.)

-         Aptitudes pour le service à la clientèle, faciliter à communiquer et pour les relations interpersonnelles; car tu devras établir des contacts avec les clientèles

-    Entregent, sens de l'écoute et empathie; car tu devras établir des liens de confiance avec les clients, parfois dans des circonstances difficiles (maladie, décès, sinistres, etc.)

-         Sens des responsabilités et bon jugement puisque tu devras assurer les décisions que tu prendras

-         Sens de l’organisation, pour bien gérer ton travail afin d'effectuer les meilleurs achats et gérer de facon optimale des ressources matérielles de l'organisation

-         Bonne capacité à la résolution de problèmes car tu devras répondre et trouver des solutions aux demandes des clients, notamment lors de réclamations

-         Esprit d’analyse afin de bien analyser de façon détaillée et établir les besoins des clients en tenant compte de sa situation et des risques

-         Facilité à travailler en équipe car tu devras travailler constamment en collaboration avec des collegues de plusieurs services (souscriptions, réclamations, analyses du risques, service à la clientèle, etc.) et avec différents professionnels et autres intervenants externes (ex : médecins ou psychologues en assurances de personnes; ingénieurs, inspecteurs en bâtiment, enqueteurs aux incendies ou aux vols en assurances de dommages)

-         Esprit d’initiative et Facilité à négocier afin de convaincre les clients d'acheter les produits et services proposés

-         Dynamisme et leadership car tu auras plusieurs défis à relever

-         Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents intervenants pour rédiger des rapports de qualité

-         Bonne connaissance de l’anglais : afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents intervenants pour rédiger des rapports de qualité

PROFESSIONS APPARENTÉES :

 

Dans le domaine des assurances :

-        Agent(e) d’assurances de dommages (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-    Agent(e) d'indemnisation (fiche descriptive informative dans la fonction publique québécoise)

-        Agent(e) des pensions (fonction publique fédérale)

-        Analyste des risques

-        Analyste en assurances

-    Assureur(e)-vie certifiée (site de la Chambre de la sécurité financière du Québec)

-        Assureur(e) vie agréé(e) (site de la Chambre de la sécurité financière du Québec)

-         Conseiller(ère) en analyse des risques

-        Conseiller(ère) en assurances générales

-        Conseiller(ère) en assurances de dommages

-        Conseiller(ère) agréé(e) en avantages sociaux (site de la Chambre de la sécurité financière du Québec)

-        Conseiller financier ou conseillère financière

-        Conseiller(ère) en finances personnelles

-        Conseiller(ère) en régimes d'assurances et rentes collectives (site de l'Autorité des marchés financiers)

-        Conseiller(ère) en sécurité financière (site de l'Autorité des marchés financiers)

-        Courtier(ère) en assurances de dommages (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-        Expert(e) en sinistres (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-    Planificateur(trice) financier(ère) (site de l'Autorité des marchés financiers)

-        Planificateur(trice) financier(ère) agréé (site de l'Institut québécois des planificateurs financiers)

-        Courtier(ère) en réassurance

-        Représentant(e) en assurance contre la maladie ou les accidents (site de l'Autorité des marchés financiers)

-        Représentant(e) en régimes de retraite

-        Représentant(e) en rentes

-    Souscripteur(euse) en assurances de dommages (site de la Chambre l'assurance de dommages du Québec)

-    Souscripteur(euse) de réassurance

-        Tarificateur(trice) de prime

Dans le domaine des services financiers :

-    Agent(e) de comptes

-        Agent(e) de crédit

-        Agent(e) de dépôt

-        Agent(e) de prêts hypothécaires

-        Agent(e) de recherche et planification socio-économique (fonction publique québécoise)

-        Agent(e) de recouvrement

-        Agent(e) du service à la clientèle en services financiers

-        Agent(e) en conseils financiers

-        Agent(e) financier(ère)

-    Analyste des transferts de fonds

-    Analyste du service à la clientèle

-    Analyste en crédit

-    Analyste en régimes FERR

-        Conseiller(ère) financier(ère)

-        Conseiller(ère) en finances personnelles

-        Conseiller(ère) en régimes de retraite

-        Conseiller(ère) en sécurité financière

-        Conseiller(ère) en services télébancaires

-        Conseiller(ère) en services financiers - ventes directes

-        Courtier(ère) en placements

-        Courtier(ère) en hypothèques (site de l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec OACIQ)

-        Courtier(ère) en valeurs mobilières (site de l'Autorité des marchés financiers)

-    Gestionnaire de portefeuille - représentant(e) conseil (site de l'Autorité des marchés financiers)

-    Gestionnaire de portefeuille - représentant(e) conseil-adjoint(e) (site de l'Autorité des marchés financiers)

-        Gestionnaire de régimes de retraite

-        Planificateur(trice) en régimes de retraite

-        Planificateur(trice) financier(ère) agréé(e) (site de l'Institut québécois des planificateurs financiers)

-        Représentant(e) du service à la clientèle en services financiers

-        Représentant(e) en épargne collective (site de l'Autorité des marchés financiers)

-        Représentant(e) en fonds communs de placements

-        Représentant(e) en placements

-    Représentant(e) en plans et bourses d'études (site de l'Autorité des marchés financiers)

-        Représentant(e) en prêts hypothécaires (site de l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec OACIQ)

-        Représentant(e) en régimes de retraite

-        Représentant(e) en services financiers

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-        À ton propre compte

-        Agences de recouvrement

-        Banques

-        Bureaux d’experts en sinistres

-        Bureaux de planificateurs financiers

-        Cabinets de courtiers ou d’agents d’assurances

-        Caisses d’économie

-        Caisses populaires

-        Compagnies d’assurances

-        Compagnies de réassurances

-        Entreprises de fiducies

-        Firmes de courtiers en valeurs mobilières

-        Sociétés de fonds communs de placements

-        Sociétés de placements

-        Sociétés de prêts

-        Gouvernement du Canada : Anciens Combattants Canada, Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Santé Canada (régimes d'assurance santé pour employés fédéraux), Travaux publics et services gouvernementaux Canada (régimes de retraite des fonctionnaires fédéraux), ainsi que la Société de financement agricole du Canada, Surintendant des institutions financières du Canada

 

-         Gouvernement du Québec : Ministère de l'Emploi et de la solidarité sociale, Ministère de l'Éducation (aide financière aux étudiants), Ministère de la Sécurité publique (assurances responsabilités civiles),  SAAQ, CSST, RAMQ, Régie des rentes, Financiere agricole du Québec, Société d'habitation du Québec, CARRA (régimes de retraite des employés de la fonction publique québécoise), Autorité des services financiers

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite

-         Connaissance de l’anglais (bilinguisme parfois exigé)

-         Bonne maîtrise de l’informatique

AFFILIATION À DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES :

 

Il est possible de devenir membre de l’une des associations professionnelles suivantes :

 

Pour les emplois suivants, il faut détenir un permis de pratique et/ou être membre de l’association professionnelle concernée :

 

En assurances :

-         Autorité des services financiers du Québec : Agent(e) ou courtier(ère) ou représentant(e) en assurances de personnes ou en assurances collectives

 

-         Chambre de la sécurité financière : Assureur(euse)-vie agréé(e) AVA et assureur(euse)-vie certifié(e) AVC

-         Chambre des assurances de dommages du Québec CHAD : Agent(e) ou courtier(ère) ou représentant(e) en assurances de dommages ou expert(e) en sinistres

-     Institut d'assurance du Canada : Professionnel(le) d'assurance agréé(e) PAA

-         Institut des assurances de dommages du Québec conseiller(ère) en assurances de dommages

-    Institut canadien de gestion des risques : pour obtenir le titre "Canadian Risk Manager CRM"

-        Ordre des administrateurs agréés du Québec : pour obtenir l'un des titres suivants "Conseiller en Management Certifié CMC" (après 3 ans d’expérience comme consultant) ou "Administrateur Agréé ADM.A." (après 5 ans d'expérience pertinente en administration)

 

En services financiers :

 

-         Autorité des services financiers du Québec : Représentant(e) en épargnes, en rentes, en prêts ou en fonds communs de placement

 

-         Chambre de la sécurité financière du Québec : Conseiller(ère) agréé(e) en avantages sociaux CAAS

 

-         Institut québécois des planificateurs financiers : Planificateur(tric) financier Pl.Fin.

 

-        Ordre des administrateurs agréés du Québec : pour obtenir l'un des titres suivants "Conseiller en Management Certifié CMC" (après 3 ans d’expérience comme consultant) ou "Administrateur Agréé ADM.A." (après 5 ans d'expérience pertinente en administration)

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2017 :

 

Pour le Baccalauréat

(spécialisations : gestion des risques et assurances, planification financière, services financiers) :

 

Le placement est très bon, 81 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Quelques répondants(es), soit 15 % ont choisi de travailler à leur compte en démarrant leur propre cabinet conseil.

 

Quelques autres répondants(es), soit 11 % ont choisi de poursuivre leurs études au niveau de la maîtrise.

 

NOMBRE DENOMBRE DE  RÉPONDANTSS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 A
LEUR COMPTE

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

18

13

12

1

2

 

Note : taux de placement comparable aux années précédentes malgré une légère baisse (était de 100 % en 2015; 100 % en 2013 et 100 % en 2011).

 

Sources : Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec et Service de placement de l'Université Laval

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2019 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

En gestion des assurances :  

 

-         22,84 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) pédagogique en enseignement de l'administration dans un cégep maîtrise en administration M.Sc. ou M.B.A. ou en sciences de l'éducation exigé

 

-         22,84 $/heure (35 hres/sem) en tant qu’agent(e) de recherche et planification socioéconomique (évaluation des besoins et des risques en indemnisation par exemple en accidents de la route ou accidents de travail ou assurance agricole, études des demandes d'indemnisation pour des régions sinistrées, études d'impacts des assurances sur les finances publiques, etc.) dans la fonction publique québécoise

 

-    23,28 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'attaché(e) d'administration - conseiller(ère) aux entreprises (conseils en planification, gestion et développement organisationnel auprès des entreprises) dans la fonction publique québécoise

 

-    25,42 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste en gestion des risques et processus ou analyste de programmes de protection et d'indemnisation à l'Autorité des marchés financiers

 

-        26,03 $/heure (35 hres/sem) en tant que technicien(ne) en évaluation de dommages et responsabilité civile dans la fonction publique québécoise

 

-    26,31 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en assurances et gestion des risques des  au sein des grandes entreprises de télécommunication

 

-         26,68 $/heure (40 hres/sem) au sein des PME (avec un baccalauréat)

 

-    29,84 $/heure (32 ou 35 ou 38,5 hres/sem) en tant qu'analyste en risques et assurances chez Hydro-Québec

 

-    30,29 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en assurances de dommages ou analyste en assurances des particuliers ou analyste en assurances des entreprises au sein des grandes compagnies d'assurances

 

-         34,14 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu’analyste en assurances dans la fonction publique fédérale

 

-    33,52 $/heure (33 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les organisations) en moyenne en tant qu'analyste des risques et assurances au sein des grandes entreprises publiques de transport urbain

-    33,66 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en assurances et réclamations à la Société de transport de Montréal STM

 

-         33,99 $/heure (40 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en gestion des risques ou planificateur(trice) financier(ère) (avec une maîtrise)

 

En services financiers :  

-         22,84 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) pédagogique en enseignement de l'administration dans un cégep maîtrise en administration M.Sc. ou M.B.A. ou en sciences de l'éducation exigé

 

-         22,84 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de recherche et planification socioéconomique (analyse des politiques fiscales ou régimes publics d'aide au revenu) dans la fonction publique québécoise

 

-    23,76 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste 1 en gestion des risques et ingénierie financière ou analyste 1 en services financiers aux entreprises et stratégies clients à Investissements Québec

 

-         23,83 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que conseiller(ère)  en finances personnelles ou conseiller(ère)  en financement d'entreprise ou planificateur(trice) financier au sein des caisses Desjardins

 

-    25,42 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste 2 en gestion des risques et ingénierie financière ou analyste 2 en services financiers aux entreprises et stratégies clients (maîtrise nécessaire) à Investissements Québec

 

-         26,51 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste à la conformité de la distribution ou analyste à l'encadrement des intermédiaires ou analyste aux déclarations d'initiés ou analyste financier à l'encadrement des sociétés ou analyste aux pratiques de la distribution ou analyste en financement des sociétés ou coordonnateur(trice) de l'incription en valeurs mobilières à l'Autorité des marchés financiers

 

-         26,70 $/heure (40 hres/sem) en tant que conseiller(ère) financier(ère) aux particuliers au sein des grandes banques

 

-    26,82 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste financier, analyste du service à la clientèle ou analyste en régimes de retraite ou analyste aux successions ou analyste en transfert de fonds ou conseiller(ère) en services financiers aux PME ou planificateur(trice) financier au sein des grandes banques

 

-         26,88 $/heure (40 hres/sem) en tant que conseiller(ère) financier(ère) ou planificateur(trice) financier(ère) au sein des PME (avec un baccalauréat)

 

-         27,63 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que conseiller(ère) en affaires étudiantes - programmes d’aide financière au sein des universités

 

-         29,45 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu’analyste financier(ère) dans la fonction publique fédérale

 

-         30,32 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que planificateur(trice) financier ou conseiller(ère) en avantages sociaux et régimes collectifs au sein des grandes banques

 

-    31,51 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste financier ou conseiller(ère) en services financiers ou planificateur(trice) financier au sein des grandes compagnies d'assurances

 

-    32,77 $/heure (33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant conseiller(ère) en régimes de retraite au sein des grandes municipalités (de 100 000 habitants et plus)

-         33,99 $/heure (40 hres/sem) en tant que conseiller(ère) financier(ère) ou planificateur(trice) financier(ère) (avec une maîtrise)

  

Note 1 : hausse assez importante de la moyenne salariale au sein des PME avec un baccalauréat par rapport (était de 26,88 $ en 2015; 23,53 $ en 2013 et 23,60 $ en 2011), mais comparable aux années précédentes (tant en assurances et gestion des risques qu'en services financiers).

 

Note 2 : dans le secteur public et parapublic et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Service de placement de l'Université Laval, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Syndicat du personnel administratif, technique et professionnel de la SAQ, Syndicat des professionnels du Gouvernement du Québec (section locale Investissements Québec, section locale Autorité des marchés financiers), Syndicat des professionnels municipaux de Montréal, Alliance des professionnels de la Ville de Québec, Alliance du personnel professionnel et administratif de la Ville de Laval,  Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau (section locale Hydro-Québec), Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau (section locale Banque Laurentienne), Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau (sections locales Caisses populaires Desjardins), conventions collectives des professionnels de plusieurs plupart des universités et conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies d'assurances.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon l'Institut québécois de planification financière IQPF; il y avait 4 698 planificatrices et planificateurs financiers actifs partout au Québec au 31 mars 2017 (soit 27 de moins qu'en 2016 de plus qu'en 2013).

 

Parmi ces derniers, on y comptait 236 nouveaux membres.

 

L'expert(e) compétent(e) et reconnu(e) dans la planification financière personnelle en ce qui concerne le budget familial, les assurances et la gestion des risques, la fiscalité, les placements, la préparation de la retraite et la prévision au décès exerce un rôle conseil pour une saine gestion des finances personnelles.

 

Bien que le seul le titre de "Pl. Fin." offre une reconnaissance professionnelle très enviable, certains planificateurs(trices) financiers sont des professionnels(les) déja membrs d'un ordre professionnel et qui ont choisi d'ajouter le ce titre à leur titre actuel (CPA ou Adm.A. notamment).

 

Plus de 67 % étaient des hommes, alors que les femmes ne représentaient que 33 % des membres de la profession. Mais, avec des cohortes étudiantes en services financiers dans les universités sont composées de plus en plus de femmes, cette proportion risque d'augmenter au cours des prochaines années.

 

Plus de 51 % des membres étaient âgés de 45 ans ou + qui prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

 

La répartition des membres selon leur domaine de pratique et leur type d'employeur était :

Selon la Chambre de la sécurité financière du Québec; il y avait 31 530 professionnelles et professionnels de la sécurité financière partout au Québec au 31 décembre 2018 (soit 479 de moins qu'en 2016; 387 de moins qu'en 2014 et 282 de plus qu'en 2012).

 

Ils comprennent autant les membres détenant une formation universitaire que ceux détenant une formation technique.

On peut estimer à environ 55 % des membres sont titulaires d'une formation technique en assurances et services financiers,

alors que 45 % détiennent un grade universitaire en administration avec une spécialisation en gestion des risques, assurances et services financiers ou dans une autre spécialisation (finance ou comptabilité par exemple).

 

Un peu plus de la moitié, soit 51 % étaient des hommes, alors que les femmes représentaient presque la moitié de l'ensemble des professionnels de la sécurité financiere, soit 49 %. Cette proportion a augmenté au cours des années précédentes, puisque les femmes représentaient 49 % des membres en 2013 et 48,5 % en 2011, mais semble se stabiliser depuis les dernières années (49,5 % en 2016 et 50,4 % en 2014).

 

Plus de 86 % des membres utilisaient le français comme langue principale, mais 14 % utilisaient l'anglais.

Plus de 40 % des membres se sont déclarés bilingues.

 

La répartition des membres selon l'âge était :

L'âge moyen était de 45 ans (53 ans en assurance collective de personnes, 48 ans en courtage en épargne et bourses d'études, 49 ans en assurance individuelle de personnes, 48 ans en planification financière et 48 ans en courtage en épargne collective).

Il existe 5 disciplines de pratique, voici la proportion des membres par discipline, soit :

-    courtage en plans et bourses d'études 1 %

-    assurance collective de personnes : 8 %

-    planification financière : 10 %

-    assurance individuelle de personnes : 31 %

-    courtage en épargne collective : 50 %

C'est le domaine de l'assurance de personnes qui a connu la plus forte croissance, alors dans les autres domaines ont plutôt connu une stabilité.

Par contre, un(e) membre peut pratiquer dans plus d'une discipline ou domaine d'activité, puisque :

On retrouvait ces professionnels(les) dans toutes les régions du Québec, bien qu'ils soient davantage concentrées dans les régions de l'Île-de-Montréal (30 %), Montérégie (28 %).et de Québec-Chaudière-Appalaches (24 %).

Bien que les autres régions ne représentaient que seulement 18 % des professionnels(les) de la sécurité financière au Québec, plusieurs d'entre-elles ont besoin davantage de membres afin de combler les besoins de la clientèle.

Selon la Chambre de l'assurance dommages du Québec CHAD; il y avait 15 115 professionnelles et professionnels de l'assurance de dommages partout Québec au 31 décembre 2018 (soit 116 de moins qu'en 2016; 446 de plus qu'en 2014 et 526 de plus qu'en 2012).

Parmi ces derniers, on y comptait 1 098 nouveaux membres.

Ils comprennent autant des spécialistes détenant une formation universitaire que ceux détenant une formation technique, bien que les diplomés(es) universitaires ne représentaient qu'environ 30 % des professionnels(les) en assurances multirisques.

Professions majoritairement féminines puisqu'elles représentaient 62 % des membres, alors que les hommes étaient 38 %. Il semble que cette risque d'augmenter que légèrement au cours des prochaines années puisque les femmes représentaient 61 % en 2016 et 61 % en 2014.

La répartition des membres selon l'âge était :

-    2 % avaient moins de 24 ans

 

-    21 % avaient entre 25 et 34 ans

 

-    27 % avaient entre 35 et 44 ans

 

-    24 % avaient entre 45 et 54 ans

 

-    25 % étaient âgés de 55 ans et plus

 

-    1 % étaient indéterminés

 

La répartition des membres selon la fonction occupée était :

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 8 550 autres professionnels(les) en services financiers (administrateur de successions et de fiducies, analyste en assurance, conseiller en finances personnelles, conseiller en services financiers, directeur - solutions de prêt, investigateur financier, etc.) partout au Québec en 2016;

 

Ainsi que plus de 12 000 gestionnaires et directeurs(trices) financiers en services bancaires, de crédit et autres services de placements (directeur du crédit, directeur des comptes, directeur des placements, directeur des prêts, directeur des services hypothécaires, etc.) dans l'ensemble des régions du Qubéec en 2016.

 

Professions constituées avec une légère majorité de femmes, soit 51 % des membres des professions d'analystes et de conseillers en services financiers, alors que les hommes représentaient 49 %.

 

Toutefois, les postes de direction sont occupés en majorité par hommes avec 57 % des directeurs des services financiers, alors que les femmes représentaient 43 %.

 

Plus de 94 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition des analystes et conseillers(ères) en services financiers selon le type d'employeur était :

La répartition des directeurs(trices) des serices financiers selon le type d'employeur était :

La répartition selon le type d'employeur était :

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de l'assurance et de la sécurité financière

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Le domaine des assurances et des services financiers est en forte expansion depuis quelques années, ce qui a causé une pénurie de spécialistes en assurances et de spécialistes en services financiers aux particuliers.

 

On prévoit que ça continuera au cours des prochaines années car il y a de plus de personnes qui prendront leur retraite et voulant faire fructifier leur argent, alors que les plus jeunes pensent davantage à retraite et investissent dans divers régimes.

L'industrie des assurances de personnes et de la sécurité financière est en pleine expansion à cause du vieillissement de la population, de l'intérêt davantage apportée à la population de penser à leur avenir et à leur sécurité financière et la majorité du personnel du domaine sont âgés de 50 ou plus et prendront leur retraite d'ici quelques années et enfin, l'augmentation des risques associés aux événements naturels (accidents liés au verglas par exemple) font que les entreprises de tous les secteurs de l'assurance ont des besoins  accrus de personnel qualifié.

Bien que seulement 36 % des professionnels(les) des assurances de personnes sont agés de 50 ans et plus qui prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront etre remplacés; plusieurs postes vacants sont également à combler.

Les cabinets de planificateurs financiers, les cabinets d'actuaires et les compagnies d'assurances de personnes éprouvent d'énormes difficultés à recruter du personnel. Que ce soit pour une carrière en assurances individuelles ou collectives de personnes, en planification financière ou en épargne collective; les portes sont actuellement grandes ouvertes.

Selon le Guide salarial Robert Half sur les carrières en comptabilité et finance 2019 réalisée par la célebre agence de dotation et de recrutement de personnel Robert Half Canada inc. indiquait que pour le Québec  :

La rémunération moyenne des CPA selon leur nombre d'années d'expérience était :

  1. moins de 3 ans : 51 600 $

  2. entre 3 et 9 ans : 62 700 $

  3. entre 10 et 14 ans : 72 700 $

  4. entre 15 et 19 ans : 92 300 $

  5. entre 20 et 24 ans : 121 400 $

  6. 25 ans et + : 139 500 $

La rémunération moyenne selon le titre du poste (avec une moyenne de 10 ans d'expérience) était :

La rémunération moyenne selon le type d'employeur (avec une moyenne de 10 ans d'expérience) était :

Les planificateurs(trices) financiers sont de plus en plus connus et reconnus du public et le titre de Pl. Fin. de l'Institut québécois de planification financiere IQPF gagne en notoriété.

Malgré une augmentation importante du nombre de nouveaux diplômés dans le domaine, le nombre de personnes ayant besoin d'aide pour planifier leurs finances personnelles est grandissement et ces experts(es) ne suffisent pas à la demande.

Plus de 51 % de ses membres sont âgés de 45 ans ou + qui prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés. C'est principalement en planification financière et en assurance individuelle de personnes que les membres sont les plus âgés.

Les perspectives d'avenir pour les planificateur(trices) financiers dans le domaine des assurances sont excellentes. 

En 2017, le salaire annuel moyen d'un(e) planificateur(trice) financier au sein d'un cabinet conseil en gestion ayant 10 années d'expérience était de 63 200 $.

En 2017, le salaire annuel moyen d'un(e) planificateur(trice) financier dans une grande institution financière ayant 10 années d'expérience était de 72500 $.

En 2017, le salaire annuel moyen d'un(e) planificateur(trice) financier dans une grande compagnie d'assurances de personnes et de services financiers ayant 10 années d'expérience était de 74 600 $

Pour ce qui est de l'industrie des assurances multirisques (dommages matériels) connaît également une croissance de ses activités depuis quelques années.

Les nombreux événements reliés aux risques naturels (tempêtes de neige, verglas, inondations, etc.) sont en forte croissance depuis quelques années et font en forte que les réclamations pour des dommages aux véhicules et aux bâtiments sont en hausse.

a également des besoins importants de personnel qualifié afin de combler plus de 35 % de son personnel qui prendront leur retraite au cours des prochaines années, mais aussi pour combler plusieurs postes vacants.

Les cabinets de courtage en assurances dommages, les cabinets d'experts en sinistres et les compagnies d'assurances multirisques éprouvent d'énormes difficultés à recruter du personnel.

En 2017, la rémunération moyenne selon la fonction et le type d'employeur (avec une moyenne de 10 ans d'expérience) était :

BREF PORTRAIT DE L'INDUSTRIE :

L'industrie de l'assurance multirisques au Québec a réalisé un chiffre d'affaires de 9,4 milliards $ en 2016.

Elle comprend toutes les assurances privées autres que les assurances de personnes telles que : assurances de biens (assurance habitation, assurance automobile (dommages matériels), assurance biens précieux, etc); assurances de services (assurance responsabilité civile, assurance responsabilité professionnelle, assurance voyage, assurance juridique, etc); assurances commerciales (assurance d'entreprises, assurance des obligations de guarantie commerciale, assurance immobilière, assurance douanière, assurance en transports, assurance en télécommunication, assurance pour l'industrie pharmaceutique, assurance pour industries, etc.).

Bien que cette industrie est moins importante que l'industrie des assurances de personnes dominée par de grands assureurs, la plupart des entreprises en assurances multirisques sont des PME constituées en vertu d'une loi québécoise (appelées "assureurs québécois") dont plusieurs sont des mutuelles, ainsi que celles constituées en vertu d'une loi fédérale (appelées "assureurs canadiens") dont plusieurs ont leur siège social au Québec.

Elle comptait plus de 27 700 employés(es) dont 15 200 sont certifiés(es) par l'Autorité des marchés financiers.

Ils œuvraient au sein de 855 employeurs, dont 642 cabinets de courtage, 70 cabinets d’expertise en règlement de sinistres, 129 assureurs directs et 14 assureurs à courtiers.

Parmi les 129 assureurs directs :

56 sont constituées en vertu d'une loi fédérale appelées "assureurs canadiens" souscrivent 45 % des primes directes;
54 sont constituées en vertu d'une loi d'un autre pays appelées "assureurs étrangers" souscrivent 45 % des primes directes;
15 sont constituées en vertu d'une loi québécoise appelées "assureurs québécois" souscrivent près de 10 % des primes directes;

4 sont constituées en vertu d'une loi d'une autre province appelées "assureurs canadiens non québécois" souscrivent moins de 1 % des primes directes.

La région de Québec et Chaudière-Appalaches est considérée comme la capitale québécoise de l'assurance puisqu'elle figure au 2e rang au Canada (derrière Toronto) pour le plus grand nombre de sièges sociaux d'assureurs et le nombre d'emploi au sein de cette industrie.

On y retrouve notamment le siège social de 8 des plus importants assureurs multirisques au Québec et on y retrouve près de 40 % des emplois dans le domaine.

La région de Montréal est le 3e centre financier international au pays et au 16e au monde. On y retrouve 5 importants assureurs multirisques dont le plus grand assureur de dommages au Canada (puisque la très vaste majorité de ses activités sont basées à Montréal, bien que son siège social soit situé à Toronto). Ce sont plus de 30 % des emplois de cette industrie qui y sont situés, soit près de 10 % de tous les emplois en finance dans la région.

L'industrie de l'assurance de personnes au Québec avait une chiffre d'affaires évalué à plus de 14,75 milliards de dollars en 2016.

Elle comprend toutes les assurances santé complémentaires privées (assurance hospitalisation, assurance accident, assurance-maladie, assurance salaire pour maladie prolongée, assurance dentaire, assurance médicaments, etc); rentes (régimes de retraite collectifs comme les régimes de pensions agréés RPA, les régimes de pensions individuels comme rentes viagères et les fonds enregistrés de revenu de retraite, etc); les assurances funéraires; ainsi que les assurances-vie.

En 2016, elles ont percu plus de 7,89 milliards de dollars en primes individuelles et 16,26 milliards de dollars en primes collectives.

Les primes directes souscrites au Québec sont réparties comme suit :

50,8 % en assurance-accident et assurance-maladie;
27,4 % en assurance-vie individuelle;
10,3 % en assurance-vie collective;
6,5 % en rente individuelle;
5,0 % en rente collective.

En 2016, plus de 7,4 millions de québécois étaient assurés par une assurance-vie et/ou une assurance-santé et/ou une rente  individuelle ou collective privée.

En 2016, plus de 2,5 millions de travailleurs(euses) québécois détenaient une assurance invalidité;
3,2 millions de travailleurs(euses)  + 3,8 millions de personnes à charge détenaient une assurance maladie complémentaire;
1,3 millions de travailleurs(euses) + 1,7 millions de personnes à charge détenaient une assurance dentaire.


On y retrouvait 82 assureurs dont 11 mutuelles d'assurance-vie, 3 coopératives d'assurance-vie, ainsi que 68 assureurs privés autorisées au Québec; dont les 14 principaux contrôlaient 90,1 % du marché.

Parmi celles-ci :

22
sont constituées en vertu d'une loi québécoise appelées "assureurs québécois" souscrivent 52 % des primes directes;
34 sont constituées en vertu d'une loi fédérale appelées "assureurs canadiens" souscrivent 46,1 % des primes directes;
22 sont constituées en vertu d'une loi d'un autre pays appelées "assureurs étrangers" souscrivent 1,9 % des primes directes;
4 sont constituées en vertu d'une loi d'une autre province appelées "assureurs canadiens non québécois" souscrivent moins de 1 % des primes directes.


Elles sont principalement concentrées dans les régions de Québec, Montréal et Chaudière-Appalaches, mais également en Montérégie et en Estrie.

De plus, 16 de ces 82 assureurs ont leur siège social au Québec, soit 16 % des assureurs présents au Canada. Ce qui fait le Québec la second province en importance au pays dans cette industrie.

En 2016, elles employaient plus de 30 800 personnes (dont 24 800 occupant des fonctions administratives et 2 500 agents exclusifs), ainsi que plus de 1 600 agents(es) d'assurances de personnes indépendants(es).

La région de Québec et Chaudière-Appalaches est considérée comme la capitale québécoise de l'assurance puisqu'elle figure au 2e rang au Canada (derrière Toronto) pour le plus grand nombre de sièges sociaux d'assureurs et le nombre d'emploi au sein de cette industrie.

On y retrouve notamment le siège social de 4 des plus importants assureurs de personnes au Québec, ainsi que le le siège social des principaux organismes gouvernementaux d'assurances publiques (CNSST, Retraite Québec, RAMQ et SAAQ). Enfin, on y retrouve plus de 60 % des emplois dans le domaine.

La région de Montréal est le 3e centre financier international au pays et au 16e au monde. On y retrouve notamment 3 importants assureurs de personnes ayant leur siège social global ou canadien, ce qui lui permet de regrouper plus de 30 % des emplois dans ce domaine.

Sources : Autorité des marchés financiers, Coalition pour la promotion des carrières en assurances de dommages, Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes, Québec international et Montréal international.

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Tu aimerais combiner des études collégiales en assurances et services financiers avec des études universitaires en administration ?

 

Oui, c’est possible dans le cadre des programmes DEC-BAC en administration-services financiers. Pour plus de détails, consulte la section DEC-BAC ci-dessous

 

Le Baccalauréat spécialisé en administration des affaires B.A.A. de l'Université Laval a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Il débute par un tronc commun au cours des 3 premières sessions où tu devras suivre des cours de mathématiques (probabilités et statistiques) et des cours de base dans les principales disciplines de la gestion : management (l'entreprise et sa gestion, comportement organisationnel, gestion stratégique des organisations), finance (introduction à la gestion financière), comptabilité (comptabilité générale, comptabilité de management, fiscalité 1), marketing (introduction au marketing), gestion des ressources humaines (introduction à la gestion des ressources humaines), technologies de l'information (systèmes et technologies de l’information), gestion des approvisionnements (gestion des opérations et de la production ou opérations de logistique), économie de gestion (économie de l'entreprise, macroéconomie financière, économie internationale), droit (droit des affaires), etc. Tu devras également choisir 3 cours complémentaires en dehors du champ de spécialisation (autres que les disciplines de la gestion).

 

À partir de la 4e session, tu suivras la grille propre au cheminement choisi, soit :

 

Cheminement spécialisé en gestion des risques assurance : tu auras des cours en gestion des risques et assurance, principes et pratiques en gestion des risques, financement des risques, gestion financière d'un assureur, gestion intégrée des risques en entreprise, gestion des institutions de dépôt, investissement immobilier, gestion et prévention de la santé et sécurité au travail, produits financiers : assurances et rentes, évaluation et traitement des risques, ainsi qu'un choix de 2 cours optionnels parmi 11 cours proposés (ex : introduction aux produits dérivés, gérer et décider en situation de crise, sécurité, contrôle et gestion du risque, stage en milieu de travail 1, stage en milieu de travail 2, etc.).

 

Cheminement spécialisé en services financiers : tu auras des cours en analyse quantitative des investissements et programmation, gestion du portefeuille, produits financiers : assurances et rentes, application des régimes d'assurance collective, gestion de l'actif, droit de la planification financière personnelle, optimisation fiscale, planification financière de la retraite, planification successorale, intégration en planification financière personnelle, ainsi qu'un choix de 3 cours optionnels parmi une liste de 14 cours proposés (ex : évaluation et traitement des risques, financement des risques, principes et pratiques en gestion des risques, marché des capitaux, introduction aux produits dérivés, principes fondamentaux des régimes d'assurance collective, placements et investissements alternatifs, investissement immobilier, stage en milieu de travail 1, stage en milieu de travail 2, etc.).

 

Le Baccalauréat spécialisé en administration des affaires B.A.A. - concentration en services financiers de l'UQAR - campus de Lévis a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel.

 

Il comporte un tronc commun à toutes les concentrations au cours des 3 premières sessions où tu auras les cours obligatoires suivants : management, microéconomie, gestion des ressources humaines, introduction aux systèmes d'information, marketing, comptabilité financière, macroéconomie, gestion financière 1, aspects humains des organisations, analyse de l'environnement marketing, comptabilité de gestion, gestion financière 2, méthodes statistiques en gestion, fiscalité des particuliers et valeurs mobilières.

 

Ensuite, dès la 4e session, tu auras des cours propres à la concentration en services financiers qui comporte les cours obligatoires suivants : droit des affaires ou droit des établissements financiers, gestion de portefeuille, assurances, retraite : aspects financiers, gestion des opérations en administration, gestion financière internationale, régimes d'assurances collectives, droit des assurances de personnes (ou l'un des 2 cours d'enrichissement suivants : anglais des affaires ou éthique gestion des personnes), outils d'aide à la décision ou gestion des institutions financières, gestion stratégique, planification successorale, stratégies de sollicitation en planification financière personnelle, synthèse en planification financière personnelle. Ainsi qu'un stage crédité obligatoire en finance personnelle. Enfin, tu devras choisir 1 cours optionnel parmi 3 cours proposés (fiscalité des sociétés et sujets spéciaux, analyse et présentation de cas en gestion, gestion de projet, activité d'intégration).

 

DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Il permet d'entreprendre des études collégiales et universitaires en gestion en 5 ans (au lieu de 6) et obtenir 2 diplômes, soit D.E.C. et le Baccalauréat.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Voici les ententes actuellement offertes :

(ces ententes concernent toutes les concentrations du Baccalauréat en administration, incluant la concentration en services financiers et assurances)

 

DEC-BAC en administration - services financiers

(DEC en conseils en services financiers et assurances 410.C0 + Baccalauréat en administration des affaires - concentration en services financiers) :

 

Université Laval

Ententes avec les collèges suivants :

UQAR :
Ententes avec le collège suivant :

 

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en techniques de comptabilité et de gestion 410.B0 + Baccalauréat en administration des affaires - concentration en services financiers) :

 

Université Laval

Ententes avec les collèges suivants :

 

UQAR

Ententes avec les collèges suivants :

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires du DEC en éducation spécialisée de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans cadre de son programme de baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission est faite lors de la demande et aucune préférence ou priorité n'est accordée à l'admission.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Note 1 : dans certaines universités, il y a des cours préalables exigés même une reconnaissance d'acquis est offerte

 

Note 2 : la reconnaissance des acquis n'est pas automatique et le nombre de crédits accordés peut varier selon la qualité de ton dossier scolaire.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

aux titulaires du DEC en conseils en services financiers et assurances :

 

aux titulaires du DEC en techniques de comptabilité et de gestion :

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Si tu le désires, tu pourras entreprendre des études supérieures au niveau de la maîtrise ou autres programmes de 2e cycle. Voici quelques exemples :

 

Pour plus de détails, consulte la page sur les études supérieures en sciences économiques et administratives.

 

voir aussi d'autres programmes à la page de gestionnaire

 

Maîtrises

(avec ou sans expérience) :  

Autres programmes :

EXIGENCES D’ADMISSION :

NOTE : les titulaires d'un D.E.C. technique dans une spécialité de la gestion peuvent se faire reconnaître un certain nombre de crédits au baccalauréat en administration des affaires ou en sciences comptables dans certaines universités dans le cadre d'une passerelle. 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Ces programmes ne sont pas contingentés :

 

Les candidats(es) admissibles (qui répondent aux exigences d'admission) sont généralement admis

 

La cote R minimale requise en 2015 était de :

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d'automne et d'hiver pour tous les autres programmes dans toutes les universités

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Qu'est-ce que l’alternance travail-études (assi connu sous "régime coopératif") ?

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l'avis de professionnels(les) en assurances ?, alors regarde les vidéos suivants :

Pour une liste d'entreprises en services financiers, consulte le portrait de l'Industrie des services financiers et assurance

 

sites d'informations et d'éducation financière pour le grand public :

autres :

 

Retour à la page de la profession d’administrateur

Retour à la page du secteur administration

Retour à la page d’accueil