Retour à la page du secteur mines et travaux de génie

Retour à la page d’accueil

 

 

SECTEUR : MINES, PÉTROLE ET TRAVAUX DE CHANTIER

NIVEAU D’ÉTUDES : COLLÉGIAL

 

SCAPHANDRIER(ÈRE) PROFESSIONNEL(LE) ou

PLONGEUR(EUSE) PROFESSIONNEL(LE)

ATTESTATION D’ÉTUDES COLLÉGIALES A.E.C.

 

Va voir également la section « liens recommandés » à la fin de cette page (dont des vidéos de plongeurs professionnels qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que scaphandrière-inspectrice ou scaphandrier-inspecteur (aussi appelé "plongeur soudeur ou plongeuse soudeuse"); tu auras pour tâches d'exécuter en immersion, des interventions de construction, d'installation, d'entretien, de décontamination, de démolition ou d'inspection sur des structures ou équipements immergés. Tu seras équipé(e) d’un appareil respiratoire autonome ou non autonome, limité ou non limité.

 

Tu pourras également réaliser en immersion, des travaux de soudage, d'oxycoupage, de charpenterie, de bétonnage, d'électricité, de plomberie ou de dynamitage sur des structures maritimes telles que : quais de ports ou de marinas, quais flottants industriels, ponts, chenaux empruntés par les navires, réseaux électriques souterrains, etc.

 

La réussite de l'A.E.C. en plongée professionnelle de l'Institut maritime du Québec ou l'équivalent suivie au Québec est exigée par la Commission de la construction du Québec.

 

En tant que plongeur(euse) professionnel(le); tu devras exécuter en immersion différentes tâches de nature professionnelle, telles que la prise de photographies sous-marines pour des applications scientifiques, pour un magazine spécialisée ou autres; effectuer la recherche d'épaves pour le compte d'organismes historiques ou d'organismes scientifiques; effectuer des manœuvres de récupération d'objets divers (excluant ceux provenant d'épaves) par exemple sur les abords d'un quai portuaire ou d'un lac privé accueillant des plaisanciers, etc; effectuer l'inventaire sous-marin de la faune aquatique; effectuer la surveillance d'animaux aquatiques et l'entretien de bassins d'eau (dans un aquariuim ou une pisciculture par exemple), etc.

 

Tu pourrais également être appelé(e) à effectuer des opérations de recherche et sauvetage en eau profonde pour le compte d'organismes privés.

 

La qualification de plongeur(euse) - niveau 4 (aussi appelé "plongeur 4 étoiles") de la CMAS et parfois, la qualification moniteur(trice) - niveau 1 de la CMAS est exigée.

 

Pour les plongeurs(euses)-sauveteurs(euses); la qualification moniteur(trice) - niveau 2 + la certification spécialiste en sauvetage de la CMAS sont exigées. 

 

NOTE 1 : Si tu veux devenir scaphandrier(ère) pour la police, tu devras tout d’abord suivre une formation policière et ensuite acquérir quelques années d’expérience au sein d’un corps policier. Ce n’est que par la suite que tu pourras suivre un programme de formation des policiers-plongeurs offert à l’Institut maritime du Québec.

Pour plus de détails, consulte la page d'infos sur les plongeurs au sein de la Sûreté du Québec

 

NOTE 2 : Si tu veux devenir sauveteur(euse)-plongeur(euse) pour une unité de recherche et sauvetage; tu devras tout d’abord d'enrôler dans la Force régulière des Forces canadiennes dans un métier du rang (fantassin, manœuvrier, technicien de coque, policier, pompier d'aéroport, technicien médical, etc.) et y acquérir quelques années d'expérience. Par la suite, tu pourras proposer ta candidature pour la formation de technicien en recherche et sauvetage Tech SAR (sélection très serrée et limitée) et ce n'est qu'après terminé ta formation (offerte à l'École de recherche et sauvetage des Forces canadiennes à Comox en BC) que tu pourras être affecté(e) au sein d'unité de recherche et sauvetage des Forces canadiennes (Comox BC, Halifax N-É ou Gander T-N).

 

Pour plus de détails, consulte la page d'infos sur les Tech SAR des Forces canadiennes.

 

En tant que monitrice ou moniteur en plongée; tu auras pour tâches d’enseigner et encadrer des étudiants et étudiantes de différents niveaux (débutant à avancé) les notions à la pratique de la plongée sous-marine sportive. Tu leur enseigneras les notions théoriques (physiologie de base en plongée, premiers soins et RCR, sécurité en plongée, règles et normes en plongée, techniques de décompression etc); les notions pratiques en piscine (manipulation et utilisation des appareils et équipements, techniques de plongée en eau peu profonde, etc); ainsi que la pratique de plongée sous supervision dans divers cours d’eau.

 

La qualification plongeur(euse) - niveau 4 (aussi appelé "plongeur 4 étoiles" de la CMAS est exigée pour devenir assistant(e)-moniteur(trice).

  

La qualification moniteur(trice) - niveau 1 de la CMAS est exigé(e) afin de devenir moniteur(trice) en plongée.

  

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-         Excellente santé

-         Excellente forme et endurance physiques

-         Aptitudes pour les sciences et les techniques

-         Très bonnes habiletés et dextérité manuelles car manipuler efficacement divers instruments et outils sous l’eau

-         Bonne coordination œil-main

-         Souci du détail, minutie et précision car tu devras effectuer des travaux avec grande précision et dextérité

-         Bon jugement et bons réflexes pour être capable de réagir rapidement et efficacement lors de situations d’urgences

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable de la bonne exécution des travaux, de ta sécurité et de celle des collègues plongeurs

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à travailler en étroite collaboration avec d’autres plongeurs

-         Aimer relever des défis car tu seras appelé(e) à travailler dans des conditions parfois très difficiles

-         Sens de l’initiative pour être en mesure de prendre seul(e) et rapidement des décisions lors de problèmes, complications ou urgences

-         Bonne discipline personnelle car tu devras respecter à la lettre les règles de conduite, les normes de plongée et les consignes qui t’auront été données afin d’assurer le bon déroulement des travaux et sécurité de tous les plongeurs

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-        Instructeur(trice) en plongée professionnelle (après expérience)

-        Moniteur(trice) en plongée sportive

-        Opérateur(trice) de caisson hyperbare

-        Photographe sous-marin

-        Plongeur(euse) commerciale

-        Plongeur(euse) en haute mer (après expérience)

-        Plongeur-sauveteur ou plongeuse-sauveteure (après expérience)

-    Plongeur(euse) scientifique

-        Plongeuse-inspectrice ou plongeur-inspecteur

-        Plongeuse-ouvrière ou plongeur-ouvrier

-        Plongeuse-Sauveteure ou plongeur-sauveteur

-        Scaphandrière-soudeur(e) ou scaphandrier-soudeur (après expérience)

-        Superviseur(e) de plongeurs (après expérience)

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         Centres de plein air et d’interprétation

-         Chantiers maritimes et navals

-         Clubs de plongée

-         Compagnies d’inspections sous-marines (barrages, quais, prises d’eau, etc)

-         Écoles de plongée sous-marine

-         Entreprises spécialisées en travaux sous-marins

-         Hydro-Québec

-         Hydro-Alcan

-    Parcs Canada

-         Forces armées canadiennes

CARTE DE COMPÉTENCE :

 

Sur les chantiers de construction :

 

Tu devras détenir ta carte de compétence-compagnon de scaphandrier(ère) professionnel(le) délivrée par la Commission de la Construction du Québec si tu désires travailler dans le secteur de la construction. Pour plus de détails, consulte le site de la Commission de la Construction du Québec.

 

Au départ, tu obtiendras la classe 2 et après avoir accumulé 2 000 heures d'expérience sur les chantiers, tu pourras obtenir la classe 1.

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Mobilité géographique

-         Des connaissances approfondies et de l’expérience en plongée sont nécessaires

-         Horaires de travail irréguliers

-         Travail souvent saisonnier

-    Nombreuses heures supplémentaires sur les chantiers sous-marins

-         Travail parfois temporaire ou à temps partiel pour les instructeurs de plongée

-         Travail très exigent et demande à travailler dans des conditions parfois difficiles

-         Une formation dans un domaine connexe est un atout (ex : soudage, technologie du génie civil, techniques de loisirs, activité physique, photographie, etc)

-         Connaissance de l’anglais un atout (pour les moniteurs de plongée)

PLACEMENT :

  

Selon les données au printemps 2014

 

Le placement est EXCELLENT, 100 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS PLEIN

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

2 2 2 0

 

Sources : Institut Maritime du Québec et Commission de la construction du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2013 :

(données de 2015 dans le le secteur de la construction et dans les secteurs publics et parapublics)

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-         31,00 $/heure en dehors du secteur de la construction

-         32,84 $/heure avec la classe 2 (40 à 50 hres/sem) et augmente à 38,64 $/heure avec classe 1 (après 2 000 heures de travail sur chantier) dans le secteur de la construction de génie civil (infrastructures routières ou infrastructures maritimes ou portuaires)

-         34,67 $/heure avec la classe 2 (40 à 50 hres/sem) et augmente à 40,79 $/heure avec classe 1 (après 2 000 heures de travail sur chantier) dans le secteur de la construction de génie civil (infrastructures routières ou infrastructures maritimes ou portuaires) sur les chantiers isolés, éloignés et Baie-James

-         36,71 $/heure (37 hres/sem) à Hydro-Québec

-         37,74 $/heure avec la classe 2 (40 à 50 hres/sem) et augmente à 43,54 $/heure avec classe 1 (après 2 000 heures de travail sur chantier) dans le secteur de la construction de génie civil (infrastructures électriques souterraines ou infrastructures de pipeline pétrolier ou gazier)

Note : Cependant le salaire annuel moyen dans le secteur de la construction pour un(e) débutant(e) était de 33 899 $ dont 70 % ont travaillé 500 heures et plus (légère baisse par rapport à 2011 qui était de 34 127 $ avec une proportion de 63 %, mais hausse en comparaison avec 2010 qui était de 31 606 $) (avec un peu moins de 15 semaines de travail sur chantier dans l'année).

Sources : Institut maritime du Québec, Commission de la Construction du Québec et Syndicat des employés de métiers d'Hydro-Québec.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Secteur de la construction :

Ce métier est étroitement lié à l’industrie de la construction, alors quand la construction va, les perspectives sont bonnes. Il y a actuellement 10 entrepreneurs en travaux sous-marins au Québec qui embauchent des plongeurs professionnels.

On comptait 142 scaphandriers (plongeurs professionnels) actifs sur les chantiers, en 2013, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne des cinq dernières années;

Seulement 18 employeurs, réalisant presque exclusivement des travaux de génie civil et de voirie, embauchent des scaphandriers.

Les entreprises se déplacent beaucoup, de sorte que 72 % des scaphandriers ont rapporté des heures travaillées dans une région autre que celle de leur domicile;

L’industrie a accueilli 16 nouveaux scaphandriers, en 2013, ce qui est semblable à la moyenne des quatre années précédentes (15).

De ce nombre, 11 étaient diplômés. Le salaire moyen annuel d’un scaphandrier dépasse 33 900 $; le travailleur peut gagner 50 600 $, lorsqu’il travaille au moins 500 heures;

Les perspectives d’emplois sont bonnes pour les scaphandriers, compte tenu d’une demande à la hausse pour les prochaines années, malgré une disponibilité élevée des travailleurs récemment.

Où retrouvaient-on les scaphandriers en 2013 ?

23 % œuvraient dans la région de Québec (principalement pour les travaux dans le Port de Québec),
17 % travaillaient en Montérégie (principalement pour les travaux sur des ponts et sur la centrale de Beauharnois),
17 % travaillaient sur l'Île-de-Montréal (surtout pour les travaux sur le pont-tunnel Louis-H.-Lafontaine),
8 % travaillaient dans la région de la Baie-James (pour les travaux de construction de la centrale La Romaine),
8 % travaillaient Saguenay-Lac-St-Jean (notamment sur la centrale hydroélectrique de Rio Tinto Alcan),
8 % œuvraient dans le Bas-St-Laurent et la Gaspésie (dont les travaux d'agrandissement du chantier naval Verreault et sur des ponts),
6 % travaillaient en Mauricie (principalement dans le Port de Trois-Rivières),
13 % étaient dans une région.

 

(source : Commission de la construction du Québec)

 

Autres secteurs :

 

Dans les autres secteurs, la demande est croissante au sein des compagnies minières et pétrolières.

 

Les chantiers navals autant ceux au Canada, aux USA ou ailleurs dans monde sont également des employeurs potentiels, ainsi que les administrations portuaires.

 

Par contre, actuellement l'ensemble des diplômés(es) de ce programme sont embauchés(es) par des entrepreneurs en travaux sous-marins dans l'industrie de la construction.

 

Pour plus de détails, consulte les portraits des secteurs suivants :

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Voir aussi la section "autres formations"

 

Le programme d’Attestation d’études collégiales en plongée professionnelle A.E.C. a une durée totale de 1 635 heures (55 semaines) réparties en  3 trimestres offert à temps complet. Il vise à former des spécialistes dans les travaux sous-marins et en inspection de structures sous-marines.

 

Il comporte des cours en techniques de plongée en scaphandre autonome jusqu'à 40 mètres, techniques de plongée en scaphandre non autonome, techniques de plongée en scaphandre non autonome jusqu'à 30 mètres, utilisation de divers types d'outils et équipements sous l'eau, techniques de décompression, santé et sécurité sur les chantiers de construction et hors construction, gréage, fixation et ancrage du matériel et éléments de structures, techniques de découpage et soudage d'éléments de structures, techniques de plongée dans des milieux à risques spécifiques, collecte de données d'inspection des structures, travaux de renflouage et de récupération d'objets immergés, travaux de construction, d'entretien et de réparation en immersion, techniques de plongée en scaphandre non autonome jusqu'à 50 mètres, stage en milieu de travail, etc.

  

PERFECTIONNEMENT :

 

Par la suite, il te sera possible de suivre certains cours de perfectionnement en plongée comme : certification en soudure sous-marine, plongée avec alimentation à la surface, perfectionnement en techniques de décompression, procédures d’urgences et sauvetage, cours spécifiques de perfectionnement en plongée pour les inspections spécialisées, la recherche scientifique, etc.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

Pour l'A.E.C.

 

-         Être âgé d’au moins 18 ans

-         Détenir un D.E.S. ou un D.E.P.  ou l’équivalent

-         Détenir la certification de plongée récréative de classe A

 

AUTRES EXIGENCES À L’ADMISSION :  

 

Pour l'A.E.C.

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

À l’automne 2016 :

 

Ce programme d'AEC en plongée professionnelle comporte un nombre de places limitées

 

DEMANDES

ADMIS

TAUX

D’AMISSION

EN %

TAUX

D’AMISSION
en 2015

TAUX

D’AMISSION
en 2014

TAUX

D’AMISSION
en 2013

50

15

30

26

23

38

Note : ce taux correspond aux candidats(es) ayant rencontré toutes les exigences, y comprit la réussite de tous les tests

 

Source : SRACQ

 

ENDROIT DE FORMATION 

 

-         Institut maritime du Québec, Rimouski (voir aussi le site du Centre de formation en plongée professionnelle)
programme unique au Québec et seule formation au Québec reconnue par la Commission de la construction du Québec

 

AUTRES FORMATIONS :

 

Plusieurs écoles de plongée offrent une formation de moniteur(trice) de plongée PADI ou de scaphandrier(ère) capable d’effectuer certains travaux sous-marins légers.

 

Par contre, ces formations ne sont pas reconnues par la Commission de la Construction du Québec.

 

Pour plus de détails sur ces formations, consulte la CMAS-Québec et la Fédération québécoise des activités subaquatiques.

Voici quelques écoles offrant la formation d’instructeur :

-        École de plongée Soulo à Grande-Île

-    Liberté en Profondeur Canada à Gatineau

-    Plongée Évasion à Montréal

-    Total Diving Montréal à Montréal

AUTRES FORMATIONS

Tu veux avoir l'avis de professionnels du métier ?, alors regarde les vidéos suivants :

Divers

-     Fédération québécoise des activités subaquatiques

-   Fraternité des scaphandriers du Québec

-     Aqualog : magazine sur la plongée

-     Carrières scientifiques maritimes : site d’infos sur les différentes possibilités de carrière dans ce secteur

-     Plongée mondiale : site de création québécoise sur la plongée

-     Global scuba : site en anglais sur la plongée

-     Le monde bleu : site d’infos en français sur la plongée

-     NAUI : site de l’Association national des instructeurs en plongée

-     Passion plongée : site Français sur la plongée

-     Plongeur.com : site d’infos sur la plongée

-     Destination plongée : site d’infos sur les grandes destinations mondiales pour la plongée

 


 

Retour à la page du secteur mines et travaux de génie

Retour à la page d’accueil