Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page du secteur mines et travaux de génie

Retour à la page d’accueil

 

 

 

SECTEUR : MINES ET PÉTROLE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

INGÉNIEUR(E) EN PÉTROLE ET GAZ

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ

 

Consulte également les informations concernant les programmes pré-universitaires en sciences.

Tu désires avoir l’avis de professionnels du métier ?, alors va regarder l'entrevue avec Matt Edgelow, ingénieur en pétrole pour la société TAQUA North en Alberta et réalisée par Alis Alberta, un organisme de promotion des carrières en Alberta./o:p>

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’ingénieur(e) en gaz et pétrole; tu seras responsable de planifier, d’élaborer, réaliser et coordonner des projets d’exploitation de puits de pétrole et de gaz naturel. Tu devras analyser et évaluer les gisements de forage, déterminer les meilleurs endroits d’exploitation des hydrocarbures et décider des procédés d’extraction qui seront utilisés. Ensuite, tu auras à coordonner et à contrôler les opérations de production de pétrole ou de gaz naturel, ainsi que gérer toutes les activités et les ressources (humaines, financières et matérielles) affectées aux projets d’exploitation des gisements pétroliers ou gazéifiers.

 

Au sein des raffineries de pétrole, tu auras comme responsabilités de coordonner les opérations de transformation et de raffinage du pétrole (essence auto, huile à moteurs, huile à chauffage, diesel, kérosène, propane, etc) et de ses dérivés et t’assurer du bon déroulement de toutes les activités dans la raffinerie. Tu réaliseras des projets de développement et de mise au point de nouveaux procédés de raffinage du pétrole pour diverses utilisations (plastique, caoutchouc, produits chimiques, etc).

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

 

-         Intérêts et aptitudes pour les sciences, la recherche et le dessin technique

-         Capacité d’analyse et de synthèse et sens logique pour analyser les différents problèmes afin de développer des nouveaux procédés d’extraction ou de raffinage du pétrole

-         Curiosité scientifique car tu seras appelé(e) à chercher des solutions sur divers problèmes scientifiques reliés à ta spécialité

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable de l’ensemble des opérations de la production

-         bonne méthode de travail et gestion du temps car tu auras à planifier les activités de production

-         Sens de l’organisation pour bien planifier les opérations de production ou des projets d’exploitation

-         Sens de l’initiative car tu devras prendre des décisions seul(e) lorsqu’il y a des problèmes

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres ingénieurs, des techniciens, des ouvriers, etc.

 

PROFESSIONS APPARENTÉES& :

-         Ingénieur(e) en extraction pétrolière

-         Ingénieur(e) en gaz naturel

-         Ingénieur(e) en raffinage du pétrole

EMPLOYEURS POTENTIELS : 

-         Compagnies d’exploration pétrolières

-         Compagnies pétrolières (raffineries et services techniques)

-         Centres de recherches

-         Firmes de consultants

-    Énergir (anciennement "Gaz métro")

-         Gouvernement du Canada (Ministère des Ressources naturelles) 

PERMIS DE PRATIQUE/span> :

Au Québec, Pour pratiquer la profession d’ingénieur, tu dois obligatoirement devenir membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Cette profession est régie par une loi et un code de déontologie qui ne permet qu’aux détenteurs de ce titre de pratiquer dans le domaine.

 

Après avoir complété tes études universitaires en génie, tu devras réaliser un stage professionnel rémunéré de 3 ans en milieu de travail appelé "juniorat" en tant qu’ingénieur(e) junior (aussi appelé "ingénieur-e junior-e") sous la supervision d’un(e) ingénieur(e) senior(e) expérimenté(e). Par la suite, tu auras à subir un examen et sa réussite te permettra d’obtenir le permis d’ingénieur(e). Le stage et l’examen sont sous la responsabilité de l’Ordre des ingénieurs.

 

Par contre, des crédits d'expérience peuvent être accordés pour un stage d'au moins 4 mois rémunéré ou non rémunéré, un parrainage de 8 mois (notamment dans le cadre des stages coopératifs), ainsi que des études supérieures dans un programme de D.E.S.S. ou de maîtrise en génie (jusqu'à 24 mois). Les crédits d'expérience ne peuvent excéder l'équivalent de 24 mois d'expérience.

 

Dans les autres provinces, tu dois également obligatoirement devenir membre de l'ordre des ingénieurs de la province ou du territoire. Pour plus de détails, consulte le site d'Ingénieurs Canada.

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Très bonne connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-    Mobilité essentielle dans les régions d'exploitation pétrolière ou gazière

-         Polyvalence

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

PLACEMENT :

 

Aucune donnée disponible

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2017 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-        31,80 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 48,12 $/heure en tant qu'ingénieur(e) dans le secteur privé

-         34,31 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 41,63 $/heure en tant qu'ingénieur(e) dans la fonction publique fédérale

-    37,61 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 49,90 $/heure en tant qu'ingénieur(e) au sein des grandes compagnies minières

-         44,95 $/heure (36,25 hres/sem) en tant qu'ingénieur(e) junior et augmente à 53,94 $/heure en tant qu'ingénieur(e) au sein d'Énergir

Sources : Développement des ressources humaines Canada et Commission de la Fonction publique du Canada

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon l'Ordre des ingénieurs du Québec; il y avait plus de 45 288 ingénieurs(es) actifs toutes spécialités confondues partout au Québec au 31 mars 2018 (soit 1 485 de plus qu'en 2016, 3 336 de plus qu'en 2014 et 2 310 de plus qu'en 2012);

 

Ainsi que 13 291 ingénieurs(es) juniors actifs (dont 2 729 nouveaux membres diplomés d'universités du Québec) au 31 mars 2018 (soit 785 de plus qu'en 2016; 94 de plus qu'en 2014 et 904 de plus qu'en 2012).

Fait intéressant, la profession a également accueillie plus de 600 nouveaux ingénieurs(es) diplômés(es) en ingénierie d'universités étrangères.

 

Plus de 85 % des membres de cett profession étaient des hommes, mais pourrait accueillir davantage de femmes.

Par contre, la tendance est une hausse de la féminisation de la profession, puisqu'elles représentaient 13 % en 2012; 14 % en 2014; 14 % en 2015; alors qu'en 2018, plus de 15 % des ingénieurs étaient des femmes.

Une hausse du nombre de femmes dans les cohortes étudiantes des universités québécoises laissent prévoir que près du quart des ingénieurs seront des femems au cours des prochaines années.

 

Plus de 53 % des ingénieurs étaient âgés de moins de 45 ans (dont 12 % avaient moins de 30 ans).

 

Selon Emploi-Québec; il y avait près de 100 ingénieurs(es) en pétrole et gaz en emploi au Québec en 2016.

 

Plus de 85 % étaient des hommes, alors que les femmes ne représentaient que 15 % des membres de cette profession.

 

Plus de 53 % étaient âgés entre 25 et 44 ans, 13 % avaient entre 45 et 54 ans, 20 % étaient agés de 55 ans et plus et 13 % de moins de 24 ans.

 

Plus de 100 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon le type d'employeur était :

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Il y a de bonnes possibilités d’emplois dans ce domaine, sauf que la majorité des postes disponibles sont situés à l’extérieur du Québec (Alberta, Manitoba et Saskatchwan). Malgré tout, il y a quelques emplois disponibles au Québec dans les raffineries et au sein des services techniques des compagnies pétrolières.

 

De plus, plusieurs grandes compagnies d'extraction minière emploient également quelques ingénieurs(es) en pétrole et gaz en collaboration avec les ingénieurs(es) miniers. En effet, ce sont plus du tiers des ingénieurs(es) de cette spécialité qui œuvrent au sein de ces entreprises.

 

Enfin, Énergir (anciennement connue sous "Gaz métro" emploie près d'une quinzaine de ces ingénieurs(es).

Selon les enquêtes sur la rémunération des ingénieurs réalisées par le Réseau Génium 360 du Québec (anciennement le Réseau des ingénieurs du Québec) en 2016 et 2018 :

 

Le salaire annuel moyen d'un(e) ingénieur(e) en pétrole et gaz au sein d'Énergir détenant 10 années d'expérience était de 122 000 $.

Le salaire annuel moyen d'un(e) ingénieur(e) en pétrole et gaz dans le secteur privé détenant 10 années d'expérience était de 122 600 $.

 

Le salaire annuel moyen d'un(e) ingénieur(e) en pétrole et gaz au sein des grandes compagnies minières détenant 10 années d'expérience était de 124 500 $.

 

Pour plus de détails, consulte le site du Conseil canadien des ressources humaines de l’industrie du pétrole où tu auras des infos sur les carrières au sein de cette industrie et profil de ce secteur économique

 

Ainsi que le Portrait de l'industrie pétrolière où tu auras des infos sur les carrières au sein de cette industrie et profil de ce secteur économique

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie pétrolier B.Sc a une durée de 4 ans offert à temps complet. Il comporte des cours  de mathématiques de l’ingénieur, matériaux pour ingénieurs, chimie pour ingénieurs, dessin technique, informatique pour ingénieurs, santé et sécurité au travail, mécanique des fluides, mécanique des solides, thermodynamique de l’ingénieur, énergie et réactions chimiques, chimie du pétrole, géologie pétrolière, thermodynamique pour le génie pétrolier, géologie pour le génie pétrolier, propriétés physique du pétrole et du gaz naturel, introduction au génie pétrolier, réservoirs liquides de pétrole, procédés de forage des puits de pétrole, opérations de production du pétrole, laboratoire de forage liquide, principes d’analyse de la pression des réservoirs, ingénierie du gaz naturel, rétablissement du pétrole lourd, rétablissement chimique du pétrole, ingénierie des réservoirs pétroliers, évaluation des propriétés du pétrole et du gaz naturel, optimisation de la production de pétrole et de gaz naturel, planification et contrôle de la transformation et raffinage du pétrole, procédés de rétablissement chimique du pétrole, génie des réservoirs pétroliers, procédés de développement des produits pétroliers, contrôle de la qualité des produits pétroliers, impacts des produits pétroliers et des dérivés sur l’environnement, planification et évaluation de projets de forage, etc. De plus, tu auras à choisir quelques cours optionnels parmi une liste qui te sera proposée (dont des projets et des stages).

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Tu pourras poursuivre tes études au niveau de la maîtrise en génie pétrolier, génie chimique ou génie physique.

 

Pour plus de détails sur les maîtrises en génie chimique et génie physique, consulte la page des études supérieures en génie.

 

Pour plus de détails sur les maîtrises en génie pétrolier, consulte la page des études supérieures hors-Québec.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis.

 

ENDROITS DE FORMATION 

 

Note : ce programme n’est pas offert au Québec

-         University of Alberta (Edmonton, Alberta)

-         University of Calgary (Calgary, Alberta)

-    University of Regina (Regina, Saskatchewan)

 

 

Retour à page du secteur chimie et biologie

Retour à la page du secteur mines et travaux de génie

Retour à la page d’accueil