centres de recherche en sciences humaines

Retour à la page d’accueil

Retour au répertoire des organismes de recherches

Consulter le répertoire des maîtrises et doctorats en sciences de la gestion

Retour à la page de professeur d’université

LISTE DES ORGANISMES DE RECHERCHE

Voici quelques organismes de recherches où l’on présente notamment les types de recherches effectuées :

 

EN SCIENCES HUMAINES :

Anthropologie, archéologie, géographie, histoire, philosophie, sciences religieuses, sociologie, etc.

 

En anthropologie, archéologie et ethnologie :

-         Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

-    Canada Research Chair in Museum and Heritage Studies (en anglais) : cette chaire de recherche de l'Université Concordia utilise des méthodologies de conservation pour afficher et analyser des problèmes culturels et historiques difficiles afin de développer de nouveaux types d'expositions culturelles et historiques dans les musées.

-    Centre acadien : ce centre d'études et de recherches de l'Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse effectue la collecte d'information directement ou indirectement liée à l'histoire et à la culture de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse.

-    Centre canadien d’études allemandes et Européennes : s'intéresse aux aspects économiques, politiques, sociaux et culturels de l’Allemagne principalement, mais également sur la communauté européenne en général.

Il regroupe 35 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, philosophie, science politique, sociologie, littérature allemande, langue et linguistique allemande, histoire de l'art, musicologie et design industriel) provenant de 7 universités (Montréal, Concordia, Laval, UQAM, St-Francis-Xavier au N-B, Universität Trier en Allemagne et Universität des Saarlandes en Allemagne); ainsi qu'une dizaine de chercheurs invités annuellement provenant de différentes universités allemandes, suisses et autrichiennes.

Dans le domaine de l'anthropologie, archéologie et ethnologie; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur l’étude de l’incorporation ("embodiment") et du trauma collectif dans les Balkans postcommunistes; l'anthropologie politique des pays d'après-guerre (Bosnie, Albanie, Kosovo) sur les politiques internationales de la santé, les nouvelles formes de gouvernance et les rapports entre le droit local et le droit international; l'anthropologie des institutions, principalement les organisations internationales et des organisations non gouvernementales ONG; l'archéologie soviétique moldave; etc.

-    Centre d'études classiques de l'Université de Montréal : regroupant 6 chercheurs en anthropologie, histoire, philosophie, sciences des religions et littérature ancienne; il s'intéresse aux aspects historiques, anthropologiques, religieux et philosophiques des civilisations antiques grecques et romaines.

En anthropologie; les intérêts portent sur la colonisation grecque; l'urbanisme colonial et les relations entre Grecs et Barbares.

-    Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) : ce centre de recherche de l'UQAM s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels, politiques, économiques et juridiques de l'Asie du Sud (comprenant le Bangladesh, le Bhoutan, les Maldives, le Myanmar, le Népal, le Pakistan, le Sri Lanka et, bien entendu, l’Inde).

Il regroupe 24 chercheurs réguliers de différentes disciplines des sciences humaines (anthropologie, communication, géographie, histoire, philosophie et sciences des religions); des sciences sociales et administratives (économique, droit, science politique, sciences de la gestion); ainsi que des arts et lettres (histoire de l'art, danse, études littéraires, linguistique et théâtre) provenant de 7 universités (UQAM, Concordia, Mcgill, Montréal, Sherbrooke, Laval et HEC Montréal);

ainsi qu'une vingtaine de chercheurs associés provenant de 19 universités (Carleton, Laurentienne, St-Francis-Xavier, Victoria, UBC, Antilles-Guyane dans le territoire Français, Bordeaux en France, CNRS Paris en France, IRIS Sup en France, Paris-Sorbonne en France, Institut universitaire des hautes études internationales de Genève en Suisse, Singapore de Singapore, English and Foreign Languages University en Inde, Indian Institute of Management - Calcutta en Inde, Madras en Inde, Mumbai en Inde, South Pacific aux îles Fidji, UCLA aux USA et Columbia aux USA).

En anthropologie; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur l'analyse de textes épiques et oraculaires de l'Himalaya central; le rapport entre langue et culture; la mythologie comparée indo-européenne; l’accès à la justice en Inde à travers l’étude des réformes juridiques et sociales; l'identité et performance chez les immigrants hindous au Canada; etc.

-         Centre d'Études EThniques des Universités Montréalaises CEETUM : centre de recherche interuniversitaire et pluridisciplinaire qui regroupe près d'une quarantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (psychologie, sociologie, travail social, sciences de l'éducation, économique, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, science politique, anthropologie, géographie, histoire, philosophie et sciences religieuses) provenant de 7 universités (Montréal, UQAM, Sherbrooke, INRS, Concordia, UQTR et ÉNAP), spécialisés dans l’étude des relations ethniques au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde.

Dans le domaine de l'anthropologie et de l'ethnologie; on y retrouve 4 chercheurs dont les intérêts portent sur le genre, sur la migration et l'ethnicité; les cultures et les spiritualités autochtones au Canada, et en particulier sur la place de la religion dans le discours identitaire des leaders contemporains; les dimensions et les enjeux sociaux du pluralisme religieux au Canada; les liens familiaux (locaux et transnationaux) en contexte migratoire; les enjeux reliés à l'interface entre les familles immigrantes et le réseau de la santé; la diversité religieuse et les populations musulmanes au Québec; la place de la religion dans les institutions de santé; les nouvelles formes culturelles; les nouvelles ressources symboliques comme identités des habitants en région et à Montréal; les stratégies de transmission familiale; les femmes et les familles immigrantes; l'immigration en région; etc.

-         Centre d'études de l’Asie de l’est de l'Université de Montréal : centre de recherche interdisciplinaire qui se consacre à l’étude de tous les aspects économiques, politiques, démographiques, historiques, géographiques, sociaux et culturels des pays de l’Asie de l’Est, principalement la Chine, mais également les autres pays de cette région.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes (droit, histoire, géographie, philosophie, anthropologie, science politique, sciences des religions, histoire de l'art, littérature comparée, etc.).


Dans le domaine de l’anthropologie, de l'archéologie et de l'ethnologie; on y retrouve 8 chercheurs dont les intérêts portent sur :

la Chine : la représentation de la Chine dans les médias québécois à l'époque de la Révolution culturelle chinoise; le Qi gong et le renouveau religieux en Chine; la transformation de l'agriculture japonaise et le développement des coopératives agricoles depuis la fin de la deuxième guerre mondiale;
la persistance de certains traits féodaux dans le mariage et la famille en République populaire de Chine; etc.

le Japon : le symbolisme du serpent dans la mythologie japonaise; le symbolisme de la couleur au Japon; la définition de la culture et de la société japonaise par les intellectuels japonais; les transformations de la famille japonaise après la restauration de Meiji 1868; la transformation de l'agriculture japonaise et le développement des coopératives agricoles depuis la fin de la deuxième guerre mondiale; le contexte culturel de l'industrialisation au Japon; les transformations des régimes de travail dans les grandes entreprises de l’Asie; les rites d’initiation en entreprise au Japon; la modernité et la culture japonaise; les changements sociaux contemporains au Japon; les relations entre la culture et la sociopolitique de la Guerre sino-japonaise; etc.

autres pays :  l'identité transnationale et l'installation des Chinois du Vietnam à Montréal; la réforme agraire aux Philippines;  l'analyse dynamique de l'adaptation des horticulteurs et des paysans montagnards au changement social et à la modernisation en Thaïlande; exploration des vies post-catastrophes des migrants environnementaux aux Philippines; etc.

-         Centre d'études des religions de l'Université de Montréal CERUM : Unique au Canada grâce à son approche multidisciplinaire; il regroupe 36 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sciences des religions, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, criminologie, science politique et musique) et une quarantaine de chercheurs associés de l'Université de Montréal qui s'intéressent aux phénomènes religieux, les rapports des religions entre les individus et les sociétés, la diversité culturelle et l'interculturalité, les nouveaux mouvements religieux, etc.

En ce qui concerne plus particulièrement l’anthropologie et l'ethnologie; on y retrouve 9 chercheurs dont les intérêts portent sur le système de représentation Olmèque est associé à la première civilisation mésoaméricaine et constitue la première instance de la codification d'une idéologie « religieuse »; l'expression politico-religieuse des revendications territoriales et identitaires amérindiennes; les transformations vécues par les sociétés algonquiennes depuis la christianisation (19e siècle); les dynamismes culturels des sociétés autochtones nahuas tels qu'ils apparaissent dans les rituels et fêtes d'aujourd'hui; la pratique du chamanisme chez les amérindiens; les nouvelles configurations des dynamiques religieuses autochtones; les dynamiques religieuses amérindiennes contemporaines en contexte de pluralisme religieux; les idéologies et les identités japonaises et ses liens avec la religion; la mythologie comparée indo-européenne; les dimensions du pluralisme religieux québécois; la diversité religieuse au Québec au-delà de la métropole; l'identité et performance chez les immigrants hindous au Canada; la religion et la modernité; la religion et le vivre-ensemble; l' anthropologie médicale et religion; le langage et l'expérience religieuse, les groupes religieux; les nouveaux mouvements religieux; la religion et les rituels;  etc.

-    Centre d'études nordiques : centre interuniversitaire de recherche regroupant une quarantaine de chercheurs provenant de diverses disciplines (biologie, géographie, géomatique, aménagement du territoire, biochimie, géologie, sciences de l'atmosphère, sciences forestières, physique, phytologie, génie civil et histoire) des universités Laval, UQAR, Sherbrooke, UQTR, UQAC, Mcgill, Montréal, UQAM, Concordia et INRS; il s'intéresse au développement durable et aux impacts environnementaux des régions nordiques, ainsi que l'aménagement et le développement des territoires nordiques respectant son patrimoine naturel.

En archéologie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent notamment sur l'archéologie de l'Arctique et de l'Atlantique Nord et la zooarchéoogie.

-         Centre de recherche en aménagement et développement CRAD : important centre de recherche interdiscplinaire et interuniversitaire qui se penche sur les principaux enjeux liés à l’aménagement et au développement durables des espaces urbains et ruraux : les transformations de la ville, la viabilité des régions, le développement durable et la protection de l’environnement et l’innovation et l’amélioration des pratiques.

Il regroupe 20 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, géographie, économique, science politique, sociologie, architecture, aménagement du territoire et génie civil); ainsi que 19 chercheurs associés provenant de 11 universités et organismes (Laval, UQAM, UQTR, INRS, UBC, Marseille - Paul Cézanne, ENSAM en France, Louis-Pasteur en France, Haute École d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud en Suisse, INSPQ et CHUM).

En anthropologie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur les rapports ambigus entre ville et campagne, principalement en agriculture urbaine.

-         Centre de recherche en civilisation canadienne-française : ce centre de recherche interdisciplinaire de l'Université d'Ottawa regroupant 6 chercheurs réguliers et 10 chercheurs associés de différentes disciplines (géographie, histoire, anthropologie, sociologie, science politique, communication, littérature française et théâtre); il s’intéresse à tous les aspects historiques, sociaux, démographiques et culturels de la civilisation francophone du Canada.

En anthropologie; on y retrouve 2 chercheurs associés dont les intérêts portent sur l'immigration, l'ethnicité et la francophonie au Canada; la période de la Grande noirceur québécoise dans l'historiographie et la mémoire canadiennes; les francophones et citoyens du monde : identités, éducation et engagement; la citoyenneté et le nationalisme chez les francophones du Canada; l'Espace francophone en milieu minoritaire au Canada; l'appartenance chez les jeunes francophones minoritaires du Canada; l’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire francophone en milieu minoritaire;

-         Centre de recherche en immigration, l’ethnicité et la citoyenneté : centre de recherche interdisciplinaire et interuniversitaire qui s’intéresse aux problématiques de l’immigration, la diversité culturelle, la nation et la citoyenneté.

Il regroupe 23 chercheurs réguliers de différentes disciplines (criminologie, sociologie, travail social, didactique des langues, science politique, management, gestion des ressources humaines et droit) provenant de 4 universités (UQAM, Montréal, Mcgill, HEC Montréal); ainsi que 27 chercheurs associés provenant de 17 universités (Concordia, UQAM, Montréal, Laval, UQTR, Ryerson, California at Berkeley aux USA, Evry-Val d'Essonne en France, Goethe de Francfort-sur-le-Main en Allemagne, Lille 1 en France, Haute École spécialisée de la Suisse Occidentale, Alicante en Espagne, Aksary en Turquie, Mohammed V Souissi au Maroc, Ain Shams en Egypte, Gaston Berger au Sénégal et Melbourne en Australie).

En anthropologie et en ethnologie; on y retrouve 4 chercheurs associés dont les intérêts portent sur l’expérience du nationalisme, du racisme et du multiculturalisme; les migrations internationales; la migration et les droits de l’homme; les politiques migratoires et les politiques de développement; le racisme et la discrimination; l'immigration et intégration; la ségrégation urbaine et populismes de droite en Europe; les multiculturalités et appartenances ethnoreligieuses; etc.

-         Centre de recherche sur les Cantons de l’Est : rattaché à l'Université Bishop; ce centre interdisciplinaire de recherche unique s’intéresse à l’histoire, la culture et la société de cette importante région que sont les Cantons de l’Est. Il regroupe des chercheurs en histoire, en anthropologie, en géographie, en économique, en sociologie, en politique, en études littéraires et en études religieuses.

Les intérêts portent sur les rivières des Cantons de l’Est et leur contribution dans l’histoire canadienne; les Québécois anglophones : une communauté de langue; le comportement des immigrants dans la région sherbrookoise; l’identité biculturelle des Cantons de l’Est; la mondialisation et villes d’industries simples dans les Cantons de l’Est; les communautés rurales dans une société de vieillissement; etc.

-    Centre des sciences de la biodiversité du Québec : important centre de recherche regroupant plus d'une centaine de chercheurs de différentes disciplines (biologie, géographie, architecture du paysage, aménagement, sciences forestières) provenant de presque toutes les universités québécoises qui découvrent, étudient et utilisent la biodiversité du Québec.

En anthropologie; on y retrouve 2 chercheurs de Mcgill dont les intérêts portent sur l'anthropologie environnementale; l'analyse du paysage; l'écologie autochtone; le système de titularisation de terre et de mer; la théorie de la propriété; les droits des autochtones; la politique de conservation; le subarctique algonquin; etc.

-     Centre for Society, Technology and Development STANDD (en anglais) : centre de recherche interdisciplinaire de l'Université McGill regroupant 6 chercheurs de différentes disciplines provenant des universités Mcgill et Concordia (anthropologie, géographie) qui se penchent sur les facteurs sociaux et technologiques qui influencent le développement, en structurant la façon dont les gens gèrent leurs ressources et de subvenir à leurs besoins essentiels. Les recherchent sur de nombreuses régions du monde en développement, dont la Chine, l'Inde, l'Egypte, l'Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie, le Zimbabwe, le Costa Rica et le Brésil.

En anthropologie; les intérêts portent sur l'anthropologie écologique; l'anthropologie légale; l'ethnicité et identités; la culture et la sémiotique; les peuples autochtones et les droits humains; les cultures des peuples autochtones au Canada et aux États-Unis; les peuples autochtones en tant que participants actifs à des réseaux et à des organisations internationaux; les savoirs autochtones et la gestion des ressources; les ménages et les droits de propriété dans les pays en développement; les famines et les approvisionnements alimentaires dans les pays du Tiers-Monde; la relation entre le genre et le développement dans des environnements sociaux, économiques et politiques différents; l'inégalité entre les sexes et les antécédents familiaux comme indicateurs de changement social en Asie du Sud; le genre et le développement en Chine rurale; les transformations dans le travail des femmes du 20e siècle au début de la Chine rurale; l'héritage des politiques communistes et des réformes économiques sur les communautés rurales; les changements sociaux en Afrique; l'ethnohistoire en Afrique orientale; etc.

 -    Centre for Ethnographic Research & Exhibition in the Aftermath of Violence (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Concordia se penche sur les conséquences des conflits de la violence et les questions de culture et d'identité à la suite de la violence.

En anthropologie et ethnologie; les intérêts portent sur la création et la représentation des identités ethniques et religieuses après rupture sociale de la filiation à la suite de la guerre, l' omission et la répression.

-    Centre for Interdisciplinary Studies in Society and Culture (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Concordia se penche sur la connaissance, la création et l'expression dans les cultures humaines passées et présentes dans une perspective humaniste et interdisciplinaire.

Il regroupe plus de 90 chercheurs provenant de nombreuses disciplines des arts, lettres et sciences humaines (anthropologie, beaux-arts, cinéma, communication, études anglaises, études françaises, études religieuses, géographie, histoire, histoire de l'art, linguistique, marketing, musicologie, philosophie, science politique, sociologie et théâtre).

En anthropologie; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur les théories du changement culturel et social; la pidginisation et créolisation des langues; la représentation linguistique des connaissances culturelles et la pratique; l'idéologie de la langue et sur l'évolution des pratiques alimentaires au Québec et dans le Pacifique; le fonctionnement des intersections et entre les différentes formes de mobilité transnationale, notamment l'appartenance de mobilité chez les jeunes canadiens; le développement, la culture et le genre au Moyen-Orient; etc.

-         Centre interuniversitaire d’études québécoises : regroupant 38 chercheurs réguliers et 36 chercheurs associés de nombreuses disciplines (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, démographie, science politique, sciences des religions, communication, sciences de l'éducation, etc.) provenant de 9 universités (Laval, Montréal, Sherbrooke, UQAM, UQTR, UQAC, UQO, Mcgill et Concordia); il étudie les changements de la société québécoise depuis les premiers peuplements jusqu'à aujourd'hui.

Les axes de recherche sont :

les populations et leurs milieux de vie : se consacre aux processus de formation du Québec contemporain : les populations et leurs habitats (ruraux et urbains), les formes historiques d’organisation des territoires (la seigneurie, la paroisse et le régime municipal, par exemple), les rapports historiques avec les environnements biogéophysiques (l’eau, la faune, la forêt et les ressources du sol) et notamment l’impact du développement humain sur ces milieux, les processus d’urbanisation et d’industrialisation, la montée des marchés et l’intégration du Québec dans les ensembles nord-américain et mondial.

les institutions et les mouvements sociaux : s’intéresse à la rencontre entre l’institution, les groupements organisés et la société québécoise. Il aborde l’État et ses différents dispositifs d’intervention et de régulation (le droit, la police, les appareils d’encadrement juridique, les divers niveaux de gouvernement, etc.). L’axe s’intéresse également aux institutions de la société civile telles que l’Église, l’école, l’hôpital, l’entreprise, l’association volontaire et les mouvements sociaux plus généralement.

la culture québécoise (diversité, échanges et transmission : se penche sur les points de contact, d’échange et de différenciation culturels dans la société québécoise et entre cette dernière et les autres cultures aux plans canadien et international. Il se décline autour des domaines suivants : les grands systèmes d’idées, de croyances et de représentations du monde; la famille, l’aire domestique, le voisinage et les réseaux informels de sociabilité, en tant que lieux de reproduction sociale et de transmission, lieux d’échange, de solidarité et de conflits ; les processus identitaires et les rapports d’altérité; les relations interethniques, la colonisation et l’immigration; les échanges culturels et la hiérarchisation des cultures; les modes d’expression de la culture et les productions culturelles.

Dans le domaine de l’anthropologie et de l'ethnologie; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur les communautés autochtones au Québec, les pratiques religieuses au Québec; les coutumes et traditions québécoises; histoire des phénomènes migratoires; les dynamiques sociaux et familiaux; les migrations et relations ethniques; etc.

-         Centre interuniversitaire d’études sur les arts, les lettres et les traditions CELAT : centre de recherche interdisciplinaire et interuniversitaire qui s’intéresse aux différents aspects reliés aux arts, aux coutumes et aux traditions culturelles québécoises et canadiennes.

Il regroupe 31 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, histoire, histoire de l'art, linguistique, littérature comparée, littérature française, muséologie, sociologie, etc.) provenant de 5 universités (Laval, UQAM, UQAC, Montréal et Ottawa); ainsi que 15 chercheurs et autres membres associés provenant de 6 universités ou organismes (Laval, UQAM, UQAC, Institut d'histoire du temps présent IHTP du CNRS en France, de l'organisme d'innovation sociale Exebo et la Ville de Québec).

En anthropologie, archéologie et ethnologie; on y retrouve 6 chercheurs réguliers dont les intérêts portent sur l’analyse archéologique des sites rupestres de la forêt boréale; le patrimoine archéologique et historique de la côte Nord-est de la péninsule d’Ungava au Nunavik; l'étude des sépultures d’un cimetière de la Forteresse de Louisbourg; la relation des communautés culturelles avec les services de santé; la communautarisation des services de santé et responsabilité sociale; les cultures populaires urbaines; les impacts des communications électroniques sur la culture; les dynamiques de la communication interculturelle, surtout en contexte urbain; les processus d’appropriation dans le champ de la culture matérielle des sociétés postcoloniales; les mélanges de l’héritage culturel du Québec et la diversité des cultures de l’Amérique française, entre le 16e et le 20e siècle; l'archéologie des Premières Nations; etc.

En muséologie; on y retrouve 8 chercheurs dont les intérêts portent sur  la conservation et la mise en valeur des biens patrimoniaux; la requalification de vocation des territoires culturels; les modalités de transmission de la culture en contexte muséal; l'architecture des musées; la scénographie des expositions, la muséologie des droits de la personne; l'ethnologie du tourisme; le patrimoine bâti du Québec; le patrimoine religieux du Québec; les enjeux urbains de la patrimonisation; la culture matérielle; musée et action culturelle; les nouvelles muséologies; le collectionnement de biens patrimoniaux; la muséologie appliquée au domaine de l’archéologie; l’histoire de la muséologie; les pratiques culturelles; la micromuséologie; la gestion, la valorisation, la documentation et la recherche de patrimoine culturel matériel; les politiques de patrimonisation; l'histoire et les théories des musées; etc.

-    Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones : se penche sur les questions de la vie sociale, économique et politique des communautés autochtones du Québec et du Canada, mais aussi d'ailleurs dans le monde dans une perspective multidisciplinaire, interdisciplinaire et globalisante et ce, avec la collaboration de différentes communautés autochtones en Amérique du Nord

Il regroupe 31 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sociologie, travail social, criminologie, droit, anthropologie, histoire, science politique, sciences de l'éducation, sciences des religions, sciences de la gestion, histoire de l'art, architecture, santé communautaire et sciences forestières) provenant de 10 universités (Laval, UQAM, Montréal, UQAC, UQO, UQAT, Ottawa, Dalhousie, Moncton et Saint-Boniface); ainsi que 40 chercheurs collaborateurs provenant de 18 universités (Laval, UQAM, Sherbrooke, UQTR, UQAT, Saint-Boniface, St-Paul, Saint-Mary's, Northern BC, Maryland at. Baltimore, Sao Paulo, Brasilia, Louvain, Leiden, Federale de Santa Catarina au Brésil, Catholique de Termucu au Chili, Antilles-Guyane, État de Yakousk en Russie).

Dans le domaine de l'anthropologie, de l'archéologie et de l'ethnologie; on y retrouve 11 chercheurs dont les intérêts portent sur :

les autochtones du Canada et du Québec : les savoirs et les territorialités autochtones; l'étude comparative entre le Canada et l’Australie sur les mondes autochtones postcoloniaux; la transmission intergénérationnelle des pratiques et des savoirs chez les autochtones du Canada; la formulation et à la réception des discours de groupes autochtones du Mexique et du Québec qui font valoir leurs intérêts et leur vision de la forêt;  l'archéologie des Premières Nations; les droits des autochtones; la transmission des savoirs environnementaux et la valorisation des perspectives inuit sur l'histoire et le territoire; les savoirs traditionnels Inuits; les relations humains-animaux chez les Inuits; l’archéologie appliquée à l’étude des contacts entre Inuit et Européens au Labrador; l'impact du développement sur les communautés autochtones nordiques; l'analyse des processus actuels d’affirmation identitaire et de revendications politiques et territoriales chez les Atikamekw; les savoir-faire et les savoir-être atikamekw en lien avec leur univers forestier et leur tradition de chasseurs; les transformations vécues par les sociétés algonquiennes depuis la christianisation (19e siècle); les rapports au territoire et adaptations à la vie sédentaire chez les Algonkins; les relations entre les générations; transmission de savoirs et impacts sociaux, sanitaires, politiques, juridiques et économiques chez les Algonkins; le subarctique algonquin;l'éthique, revendications et imaginaires autochtones chez les Hurons Wendat; les définitions identitaires et agencéité chez les Métis du Canada; l'authenticité culturelle des Métis francophones du Canada; etc.

les autochtones des Amériques : les dynamiques religieuses des autochtones des Amériques; les savoirs et les territorialités autochtones;  l'impact du développement sur les communautés autochtones nordiques; la formulation et à la réception des discours de groupes autochtones du Mexique et du Québec qui font valoir leurs intérêts et leur vision de la forêt; les mouvements autochtones de résistance et sur les initiatives autonomistes locales au Chiapas et au Guerrero (Mexique); les mouvements indigènes et la fabrique des identités nationales (Pérou, Argentine); l'expression politico-religieuse des revendications territoriales et identitaires amérindiennes, principalement chez les autochtones sud-américains tels que les chez les Achuar d'Amazonie péruvienne les Kaingang du Brésil méridional; les groupes autochtones Wayana au Brésil; etc.

les autochtones ailleurs dans le monde :   l'analyse des systèmes culturels du rêve et des théories locales sur l’univers et sur la notion de personne chez les aborigènes australiens; l'étude comparative entre le Canada et l’Australie sur les mondes autochtones postcoloniaux; les processus de décolonisation et de redéfinition de la souveraineté chez les Māori de la Nouvelle-Zélande; les Tahitiens de la Polynésie française et les Kanak de Nouvelle-Calédonie; les peuples autochtones des Philippines; les peuples indigènes de Russie; etc.

-         Chaire d’enseignement de recherche interethniques et interculturels de l’UQAC : cette chaire s’intéresse aux processus d’intégration et de cohabitation interethniques et interculturels au Québec, principalement à l’extérieur des régions urbaines.

-         Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones : cette chaire de l'Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse s’intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels et économiques de cette région francophone importante du Canada, qu’est l’Acadie.

-         Chaire de recherche du Canada en étude comparative des droits et de l’identité autochtones : cette chaire de l’Université Mcgill étudie les peuples autochtones en tant que participants actifs à des réseaux et à des organisations internationaux afin de guider les relations entre les peuples autochtones et les États nations dans le contexte de la gouvernance mondiale.

-         Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et justice sociale : rattachée au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté, cette chaire de l'UQAM explore les complexités des milieux sociaux et culturels mondiaux afin de mieux comprendre façon dont les individus et les groupes règlent les questions associées à la mondialisation.

-    Chaire de recherche du Canada en oralité de francophonies minoritaires d'Amérique : rattachée au Centre acadien, cette chaire de l'Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse effectue des études comparées sur la littérature orale et les traditions populaires des minorités acadiennes et canadiennes-françaises d’Amérique du Nord.

-   Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique : cette chaire de l’Université Laval rattachée au Centre d’études sur les arts, lettres et traditions CELAT se consacre au patrimoine immatériel, à la mémoire et aux usages des objets et aux transferts culturels des francophones en Amérique du Nord.

-    Chair in Hindu Studies (en anglais) : cette chaire de recherche de l'Université Concordia se consacre à l'étude interdisciplinaire de l'hindouisme sous les aspects sociaux, culturels, historiques et politiques.

-    Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d'expression française en Amérique du Nord (CEFAN) : cette chaire de l’Université Laval étudie la contextualisation qui tient compte des différentes conditions culturelles de la francophonie nord-américaine et la conceptualisation qui cherche à dégager les significations que portent toutes ces cultures d'expression française.

-    Ecosystem Management Eco-Socio Research Group (en anglais) : ce groupe de recherche de l'Université Mcgill se penche sur l'interaction des facteurs physiques et biologiques du changement et les contextes sociaux et économiques qui déterminent le succès des efforts de gestion des écosystèmes.

En anthropologie; les intérets portent sur l'anthropologie environnementale; l'anthropologie du développement; l'écologie politique; l'analyse du paysage et les politiques de conservation.

-    Groupe d’études et de recherche sur l’Asie contemporaine GERAC : rattaché à l’Institut québécois des hautes études internationales de l’Université Laval, il regroupe 8 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, management et science politique) qui s’intéressent à l’émergence économique des pays asiatiques ainsi que ses conséquences politiques, sociales et culturelles.

En anthropologie; les intérêts portent sur les bouleversements sociaux, culturels et politiques qui affectent les communautés de langue tibétaine en Inde, au Népal et au Tibet; la modernisation et les minorités indigènes de la frontière Chine-Vietnam; les conditions de vie des minorités ethniques dans le massif Sud -est asiatique, qui englobe le sud - ouest de la Chine, le Vietnam, le Laos et la Thaïlande; etc.

-    Groupe de recherche AS2 (archéoscience/archéosociale) de l'Université de Montréal : regroupe 6 chercheurs en anthropologie et 1 chercheur en chimie de l'Université de Montréal et 1 chercheur en sciences de la terre de l'UQAM; il s'intéresse à la recherche archéologique dans l'axe du fleuve Saint-Laurent depuis l'an 1000 de notre ère, dans la perspective de l'archéologie analytique et sociale.

-    Groupe de recherche en anthropologie sur les autochtones du Québec GRAAQ : ce groupe de recherche de l'Université de Montréal s'intéresse aux différentes questions sur les cultures et les traditions amérindiennes du Québec, particulièrement de l’aire algonquienne.

-    Groupe de recherche en dendrochronologie historique de l’Université de Montréal : regroupe 2 chercheurs qui étudient les cernes de croissance des arbres afin de promouvoir la datation de bâtiments, de monuments historiques et de sites archéologiques au Québec. Il s'intéresse aux domaines de l'archéologie historique au sein du Laboratoire d'archéologique historique en 'archéologie maritime au sein du Laboratoire d'archéologie maritime.

Voici quelques exemples de projets réalisés : la datation d'édifices patrimoniaux dans la vallée du Saint-Laurent, à l'île d'Orléans et en amont de l’île de Montréal; l'étude des niveaux lacustres et fluviaux au Québec depuis l’Holocène; fouilles subaquatiques à la station de pêche basque de Petit-Mécatina sur la Basse-Côte-Nord; ainsi que la recherche sur les épaves du Régime français dans l’estuaire du Saint-Laurent.

-    Groupe de Recherche sur la Dispersion des Hominidés : regroupe des chercheurs en archéologie des universités de Montréal et Mcgill qui explorent l’utilisation de la modélisation écologiques comme moyen pour tester les hypothèses relatives aux vagues de dispersion ainsi que la modélisation des mécanismes évolutifs qui les sous-tendent afin de proposer le meilleur outils de modélisation permettant d’étudier les mouvements de populations préhistoriques par le moyen d’analyses corrélatives, de modélisations spatiales (SIG), de simulations et de modèles intégratifs.

-    Groupe de recherche sur la diversité urbaine : rattaché au Centre d'études ethniques des universités montréalaises et regroupant 11 chercheurs de différentes disciplines (sociologie, anthropologie, démographie, histoire, sciences des religions et didactique) de l'Université de Montréal; il explore la diversité québécoise, principalemen montréalaise sur les flux migratoires et l'insertion des migrants, sur les pratiques sociales et culturelles, ainsi que sur le rôle de l'État, de la société civile et des représentations collectives dans la construction des relations interethniques.

En anthropologie; les intérêts portent sur la migration; l'ethnologie urbaine; l'ethnicité; la transnationalité; les identités plurielles; la religion et la modernité; l'anthropologie sociale; l'anthropologie de la santé; l'anthropologie médicale et clinique; la négociation des savoirs et pratiques de soins; la diversité religieuse et ethnique; ls migration; la sociabilité, l'identité en milieu urbain; le transnationalisme et familles; les jeunes issus de l'immigration; les migrants musulmans; la diversité culturelle, religieuse et santé; l'anthropologie de la vieillesse; le vieillissement des baby-boomers et des personnes âgées immigrantes récentes; les relations interethniques, notamment entre Québécois et Juifs. etc.

-    Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines GIERSA : regroupant 5 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, communication et science politique) provenant des universités Laval et Montréal qui s’intéressent aux aspects politiques, sociaux et culturels des pays africains dans une perspective interdisciplinaire.

En anthropologie; les intérêts portent sur aux dynamiques culturelles et politiques en Afrique, plus particulièrement à la culture populaire et aux médias de masse.

-         Institut d’études anciennes et médiévales de l’Université Laval : le plus important centre de recherche dans le domaine des études anciennes au Québec s'intéresse au différents aspects historiques, sociaux, culturels, philosophiques, linguistiques du monde ancien égyptien, grec, romain, latin, ainsi que du Proche-Orient ancien.

Il regroupe 14 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, études anciennes, études classiques, histoire, histoire de l'art, philosophie et sciences des religions) de l'Université Laval; ainsi que 7 chercheurs associés provenant de 6 universités (Montréal, Nebraska, Jean-Moulin Lyon 3, Paris X Nanterre-La Défense, École pratique des hautes études de France et Bergen aux Pays-Bas).

En anthropologie, ethnologie et archéologie; les intérêts portent sur l'anthropologie religieuse; l'archéologie du Proche-Orient (Mésopotamie et Levant), du Néolithique au début de l'âge du Fer; l'archéologie grecque et romaine (principalement l'archéologie cypriote et levantine du premier millénaire avant l'ère chrétienne); la mythologie gréco-romaine; la civilisation antique; l’histoire des représentations sociales à travers l’analyse du langage des textes anciens; les relations existant entre les mondes culturels grec et latin au deuxième siècle de notre ère; etc.

-    Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal : plus grand centre de recherche en santé publique en milieu universitaire au Canada et dans la francophonie mondiale; il réalise de nombreuses recherches interdisciplinaires et appliquées  touchant tous les aspects physiologiques, psychologiques, sociaux, politiques et économiques touchant la santé des populations.

Il regroupe une centaine de chercheurs de plusieurs disciplines  (biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, ergonomie, microbiologie-immunologie, nutrition, médecine dentaire, médecine vétérinaire, pharmacologie, physiologie, psychoéducation, psychologie, sciences biomédicales et cliniques, sciences de la réadaptation, sciences de l'activité physique - kinésiologie, sciences infirmières, sciences pharmaceutiques, biostatistiques, épidémiologie, santé communautaire, anthropologie, démographie, économique, relations industrielles, science politique, sciences de l'éducation, sociologie, travail social, etc.) provenant majoritairement de l'Université de Montréal, mais également Mcgill, Laval, Sherbrooke, Concordia, UQTR et Ottawa.

Dans le domaine de l'anthropologie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur les pratiques ludiques et populations; l'épidémiologie des problèmes de jeu; l'évaluation des impacts des modifications de l'offre de jeu.

-         Institut de santé et société de l’UQÀM : ce centre interdisciplinaire de recherche explore les déterminants de la santé dans une perspective de promotion et de prévention et étudie les processus d’adaptation sociale qui permettent aux membres d’une collectivité de vivre en meilleure santé physique et mentale.

Il regroupe une centaine de chercheurs de différentes disciplines (chimie, biologie, ergothérapie, kinésiologie, santé communautaire, sciences infirmières, psychologie, sexologie, sociologie, travail social, droit, communication, anthropologie, relations industrielles, histoire, science politique, sciences de l'éducation, gestion des ressources humaines, management, linguistique, musique, etc.) provenant principalement de l'UQAM, mais également des universités de Montréal, Sherbrooke, UQO, UQAC, UQAR et Ottawa.

Les intérêts portent sur l'anthropologie de la santé et en socio-thanatologie.

-    Institut du patrimoine culturel de l'Université Laval : se consacre à la conservation, de la transmission et de la promotion du patrimoine culturel du Québec et de l’Amérique française.

Il regroupe 22 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, ethnologie, architecture, histoire, muséologie, sciences religieuses, littérature, droit et musique); ainsi que 6 praticiens associés (Ville de Québec, ICOMOS Canada, Conseil des monuments et sites du Québec et l’Université Antilles Guyanne dans les Antilles françaises.

En ethnologie et muséologie; les intérêts portent sur les fonctions symboliques des musiciens militaires dans l’espace sonore, social et rituel de la Nouvelle-France; le patrimoine culturel matériel et immatériel; les aspects immatériels (pratiques, dissémination du fond religieux) que matériel (bâtiments, objets) du patrimoine religieux; l’utilisation du patrimoine patrimonial dans l’activité touristique; le patrimoine culturel et innovations sociales; les nouvelles technologies et médiation des patrimoines; etc.

-    Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société de l'Université Laval : important centre de recherche regroupant 94 chercheurs de plus d'une trentaine de disciplines reliées au domaine de l'environnement et du développement durable (dont chimie, biologie, agronomie, géographie, sciences de la terre, sciences forestières, génie agroenvironnement, génie civil, génie chimique, génie minier, etc.) dans une perspective interdisciplinaire.

Dans le domaine de l'anthropologie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur l'anthropologie de l'environnement; l'anthropologie maritime; les études critiques du développement; l'écologie politique; etc.

-    Institute of Islamic Studies (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Mcgill se penche sur les origines de l'Islam; à la montée de la civilisation dans laquelle la foi islamique a été le facteur vivifiant,;les forces qui ont façonné la civilisation; et les changements qu'il a subis. Il est également préoccupé par la dynamique contemporaine du monde islamique en tant que musulmans cherchent à relier leur héritage du passé au présent.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, sciences des religions, philosophie, science politique, linguistique et littérature arabe).

En anthropologie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur la connaissance et sa relation au pouvoir, compris à la fois comme force existentielle et sociale, principalement en Iran et les rapports en anthropologie et philologie dans le monde arabe.

-         Laboratoire d’archéologie de l’UQAC : s’intéresse à l’adaptation des cultures régionales du Saguenay-Lac-St-Jean saisies par l’archéologie, l’implantation des cultures amérindiennes au Saguenay-Lac-St-Jean, l’archéologie des relations culturelles entre les groupes autochtones de la région et leurs voisins, etc.

-    Laboratoire d’enquête ethnologique et multimédia de l’Université Laval : cherche à identifier, à documenter et à valoriser des savoirs, des savoir-faire et des pratiques du patrimoine culturel immatériel des communautés qui se trouvent sur le territoire du Québec et qui contribuent à sa richesse et à sa diversité.

-    Laboratoire d'ethnologie et d'ethnolinguistique de l'Université de Montréal (page facebook) : s'intéresse à la pratique de l'ethnographie et l'analyse des discours d'un triple point de vue ethnologique, ethnolinguistique et visuel (anthropologie visuelle).

-         Laboratoire d’expertise et de recherche en anthropologie rituelle et symbolique : se penche sur les processus de deuil, de guérison et les enjeux liés à la naissance d’un enfant

-    Laboratoire de muséologie et d'ingénierie de la culture de l'Université Laval LAMIC : rattaché au Centre interuniversitaire d'études sur les arts, les lettres et les traditions CELAT; ce laboratoire explore les relations entre l'objet, le visiteur et l'espace en contexte muséal et étudie les modalités de transmission de la culture à travers l'expérience muséale et à évaluer l'efficacité des technologies de pointe à transmettre des contenus culturels.

-         Laboratoire de recherche en paléobiologie et biologie évolutive de l'UQAR : nouvelle chaire de recherche de l’UQAR s’intéresse au patrimoine paléontologique des vertébrés, tout particulièrement des poissons et autres espèces marines dans la région Nord-est de l’Amérique du Nord.

-    Laboratoire de recherche en relations interculturelles de l'Université de Montréal : s’intéresse aux dynamiques des relations sociales en contexte interculturel. Ses principaux axes sont : les dynamiques interculturelles dans l’espace urbain et villes interculturelles; l'épistémologie de l’interculturel et conceptions de l’interculturel à travers le globe; les compétences interculturelles individuelles et organisationnelles; les politiques publiques et cadres de référence pour l’action interculturelle; ainsi que les outils méthodologiques pour l’analyse et l’évaluation de l’interculturel.

Il regroupe 3 chercheurs en anthropologie et en philosophie de l'Université de Montréal et 7 chercheurs associés (anthropologie, histoire, linguistique, musicologie, science politique, sociologie) provenant de 4 universités (Montréal, UQAC, Mcgill, Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

En anthropologie; les intérêts portent sur la création d’espaces interculturels et à la mise en place de conditions qui facilitent des rencontres interculturelles harmonieuses; les dynamiques culturelles et politiques en Afrique à travers la culture populaire et les médias de masse; dynamiques de la communication interculturelle, que ce soit à travers l’ethnographie des collaborations entre les artistes et les ONG ou par l’analyse comparative des théories de la rencontre; les divers aspects du dialogue interculturel dans le monde contemporain; etc.

-         Laboratoire de recherche sur les musiques du monde : regroupant 11 chercheurs de différentes disciplines (musicologie, musique numérique, histoire de l'art et anthropologie) provenant de 5 universités (Montréal, UQAM, Concordia, Nice Sophia Antipolis et Rennes II); il s'intéresse à l’ethnomusicologie; aux musiques du monde et aux cultures musicales.

En anthropologie; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur la culture musicale créole; le processus de modernisation et de popularisation des "musiques traditionnelles"; les nouvelles stratégies mises en œuvre par les Premières Nations du Canada pour reprendre possession de leur patrimoine dont la culture musicale; les rapports entre la création musicale traditionnelle la représentation des identités ethniques et religieuses; etc.

-    Laboratoires d’archéologie de l’Université Laval : l’une des plus importantes unités de recherchs en archéologie au Canada; ils regroupent 8 laboratoires de recherche en archéologique avec autant de chercheurs.

Les intérêts portent sur l’archéologie environnementale; l’archéologie préhistorique nord-américaine; la bioarchéologie; l’archéologie historique nord-américaine; l’archéologie du Proche-Orient; l’archéologie grecqu e; l’archéologie classique; la céramologie; la pierre taillée; ainsi que la restauration et la conservation d’artefacts archéologiques.

-    Laboratory for Latin American and Carribean Studies at Concordia (en anglais) : regroupe 4 chercheurs (science politique, histoire et anthropologie) qui s'intéressent notamment à l'étude ethnographique de l'environnement et des infrastructures, l'État bureaucratique et le développement international en Amérique latine.

En anthropologie; les intérêts portent sur la façon dont la réglementation dans le boom du soja cône sud de l'Amérique latine est en train de transformer la relation entre les états, les plantes, les personnes et le territoire.

-         Mcgill Arctic Research Station MARS : situé au Nunavut, cette station de recherche est un véritable laboratoire naturel en milieu arctique située à 8 km à l'intérieur de Expedition Fiord, Nunavut, Axel Heiberg Central Island dans l'Extrême-Arctique canadien et elle est l'une des plus grandes installations de recherche dans cette région. Elle concentre ses projets sur tout ce qui concerne la région arctique tels que : la glaciologie, les changements de climats, l’hydrologie polaire, la géologie, la géomorphologie, les écosystèmes, la limnologie, la faune, la flore, l’archéologie et la microbiologie nordique.

-    McGill Subarctic Research Station MSARS (en anglais) : située à Schefferville en Côte-Nord près de la frontière du Labrador, est un véritable laboratoire naturel nordique comprenant une forêt, de nombreux lacs, les étangs, les cours d' eau et les zones humides. Des recherches sont effectuées sur la nature et la distribution de la glace de sol et de son rôle dans le développement du paysage; sur les interactions des eaux souterraines du pergélisol; les environnements polaires comme analogues planétaires; ainsi que l'écologie microbienne du pergélisol;. Mais, des recherches peuvent aussi être effectuées dans les domaines de la géologie, de la géomorphologie, les écosystèmes, la limnologie, la faune, la flore et l’archéologie subarctiques.

-    Minorities in the Southeast Asian Massif Lab (en anglais) : ce laboratoire de recherche conjoint entre l'Université Mcgill et l'Université Laval regroupant des chercheurs en anthropologie et en géographie; s'intéresse conditions de vie des minorités ethniques dans le massif Sud -est asiatique, qui englobe le sud - ouest de la Chine, le Vietnam, le Laos et la Thaïlande.

-         Projet BALSAC : projet conjoint entre l’UQAC, l’Université Mcgill, l’Université Laval et l’Université de Montréal cherchant à reconstituer les itinéraires individuels et familiaux et les généalogies ascendantes et descendantes de la population à partir de données tirées des actes de l’état civil du Québec. Ces données permettront d’effectuer des études historiques, ethnologiques, démographiques, géographiques et sociales sur les populations québécoises d’hier et d’aujourd’hui.

En géographie et démographie :

-         Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, , en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

-         Centre d'Études EThniques des Universités Montréalaises CEETUM : centre de recherche interuniversitaire et pluridisciplinaire qui regroupe près d'une quarantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (psychologie, sociologie, travail social, sciences de l'éducation, économique, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, science politique, anthropologie, géographie, histoire, philosophie et sciences religieuses) provenant de 7 universités (Montréal, UQAM, Sherbrooke, INRS, Concordia, UQTR et ÉNAP), spécialisés dans l’étude des relations ethniques au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde.

Dans le domaine de la géographie et de la démographie; on y retrouve 5 chercheurs dont les intérêts portent sur l'immigration et l'intégration économique des immigrants; les dynamiques sociales urbaines dans les quartiers, les espaces publics et l’habitat, particulièrement sous l’angle de l’immigration et de l’ethnicité; l’insertion résidentielle des immigrants, la ségrégation ethno culturelle dans les villes canadiennes et la cohabitation interethnique à l’échelle des quartiers; la qualité de vie dans les projets résidentiels denses sous l’angle de la cohabitation en contexte de mixité; la situation résidentielle et l’accessibilité financière du logement des immigrants récents; les analyses de l’inégalité et de la pauvreté chez les immigrants; etc.

-    Centre d'études interaméricaines :  rattaché à l’Institut québécois des hautes études internationales, il étudie l'évolution de la coopération interaméricaine en matière de gouvernance régionale et de promotion de la démocratie. Il regroupe 11 chercheurs de l'Université Laval de 6 disciplines (science politique, économique, droit, management, sociologie et géographie).

En géographie; on y retrouve 1 chercheur don les intérêts portent sur le développement rural et régional en Amérique latine, la gestion participative et la gouvernance environnementale en Amérique latine, la petite agriculture familiale et la diversification agricole en Amérique latine, etc.

-         Centre d'études de l’Asie de l’est de l'Université de Montréal : centre de recherche interdisciplinaire qui se consacre à l’étude de tous les aspects économiques, politiques, démographiques, historiques, géographiques, sociaux et culturels des pays de l’Asie de l’Est, principalement la Chine, mais également les autres pays de cette région.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes (droit, histoire, géographie, philosophie, anthropologie, science politique, sciences des religions, littérature comparée, etc.).


Dans le domaine de la géographie et de la démographie; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur l'analyse géographique de l'industrie maritime en Asie du Sud-est; l'impact environnemental des ports et de la navigation maritime commerciale en Asie du Sud-est; la compétitivité des systèmes portuaires mondiaux, principalement ceux de l'Asie du Sud-est; les atouts et les vulnérabilités des sociétés asiatiques dans leurs démarches vers l’urbanisation et l’industrialisation; les migrations internes au Viêtnam et leur impact sur l'environnement; la pauvreté rurale en Thaïlande; la transition forestière : le cas de la Thaïlande; l’efficacité du réseau routier de Bangkok dans la décongestion des flux; le tourisme en Chine, le rôle des télécommunications dans le développement territorial de la Chine; etc.

-    Centre d'études et de recherches sur le Brésil : centre interuniversitaire et interdisciplinaire d'études et de recherches sur les aspects historiques, sociaux, culturels, géographiques, économiques, politiques et juridiques concernant cet important pays d'Amérique latine d'origine portugaise qu'est le Brésil.

Il regroupe 15 professeurs-chercheurs réguliers de différentes disciplines (didactique des langues, études littéraires, sociologie, géographie, études touristiques, gestion internationale, science politique, sciences des religions, théâtre) provenant de 4 universités (UQAM, Concordia, UQTR, UQO); ainsi que 20 chercheurs associés provenant de 5 universités (UQAM, Concordia, UQTR, UQO, HEC Montréal).

En géographie et études urbaines; on y retrouve 4 chercheurs dont les intérêts portent sur la densification résidentielle dans l’aire métropolitaine de Curitiba au Brésil; l'impact des méga événements et des méga projets sportifs dans les métropoles de pays en émergence tels que le Brésil; la spatialité et l’espace vécu des autochtones urbains au Québec et au Brésil; la gouvernance locale et le développement local en Amérique latine, notamment au Brésil; etc.

-         Centre de recherche en aménagement et développement CRAD : important centre de recherche interdisciplinaire et interuniversitaire qui se penche sur les principaux enjeux liés à l’aménagement et au développement durables des espaces urbains et ruraux : les transformations de la ville, la viabilité des régions, le développement durable et la protection de l’environnement et l’innovation et l’amélioration des pratiques.

Il regroupe 20 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, géographie, économique, science politique, sociologie, architecture, aménagement du territoire et génie civil); ainsi que 19 chercheurs associés provenant de 11 universités et organismes (Laval, UQAM, UQTR, INRS, UBC, Marseille - Paul Cézanne, ENSAM en France, Louis-Pasteur en France, Haute École d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud en Suisse, INSPQ et CHUM).

Dans le domaine de la géographie humaine et de la démographie; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur les phénomènes urbains et régionaux; la restructuration urbaine et gestion métropolitaine; les structures municipales et communautaires; les enjeux urbains de la patrimonialisation; l'héritage des communautés religieuses à Québec comme patrimoine social; la ville et le l'aménagement durable; les représentations sociales de la ville; les quartiers historiques : pressions, enjeux, actions; la mobilité quotidienne; l'accessibilité des lieux d'emplois selon les modes de transport et leur influence sur l'insertion professionnelle des femmes; les comportements de déplacements et de localisation résidentielle et leurs impacts sur la forme urbaine; la démographie des banlieues des grandes villes du Québec construites dans les années 1950 et 1960; la démographie sociale et vieillissement démographique; etc.

-         Centre de recherche en civilisation canadienne-française : ce centre de recherche interdisplinaire de l'Université d'Ottawa regroupant 6 chercheurs réguliers et 10 chercheurs associés de différentes disciplines (géographie, histoire, anthropologie, sociologie, science politique, communication, littérature française et théâtre); il s’intéresse à tous les aspects historiques, sociaux, démographiques et culturels de la civilisation francophone du Canada.

En géographie; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur les transformations de l’espace francophone local et régional, particulièrement, le rôle joué par certains quartiers dans la vie communautaire de la région d'Ottawa; les enjeux liés à la mondialisation, le transnationalisme, la citoyenneté et la gouvernance dans les régions avec minorités francophones; etc.

-      Centre de recherche en développement territorial : centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche qui se penche sur les réalités du développement territorial dans les régions non-métropolitaines afin de réduire les disparités entre les régions, entre les territoires ruraux et urbains et entre les groupes sociaux et, également, pour assurer le développement viable de toutes les régions du Québec et ailleurs dans le monde.

Il regroupe 34 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines (économique, science politique, sciences de la gestion, géographie, sociologie) provenant de 5 universités (UQAR, UQAC, UQO, UQAT et ÉNAP) et 29 chercheurs collaborateurs provenant de 13 universités (UQAR, UQO, UQAC, Laval, ÉNAP, Ottawa, Moncton, Texas at Brownsville, Toulouse III Paul Sabatier, Tours, Grenoble - Alpes, Savoie Mont-Blanc, et d’État de l’Ouest du Paraná).

Dans le domaine de la géographie; les intérêts portent sur  l’évaluation économique des services écosystémiques, la relation entre les écosystèmes et la production de services écosystémiques et la gouvernance et l’aménagement du territoire, les transformations de l’occupation et des paysages agricoles, les relations que les populations agricoles entretiennent avec leur territoire, les dynamiques du développement territorial des MRC, les milieux ruraux québécois en restructuration, la dispersion des services de proximité, les représentations de la ruralité, les rapports urbains-ruraux,, les recompositions territoriales en milieu périphérique, le développement des villes nordiques, etc.=

-         Centre de recherche en immigration, l’ethnicité et la citoyenneté : centre de recherche interdisciplinaire qui s’intéresse aux problématiques de l’immigration, la diversité culturelle, la nation et la citoyenneté.

Il regroupe 23 chercheurs réguliers de différentes disciplines (criminologie, sociologie, travail social, didactique des langues, science politique, management, gestion des ressources humaines et droit) provenant de 4 universités (UQAM, Montréal, Mcgill, HEC Montréal); ainsi que 27 chercheurs associés provenant de 17 universités (Concordia, UQAM, Montréal, Laval, UQTR, Ryerson, California at Berkeley aux USA, Evry-Val d'Essonne en France, Goethe de Francfort-sur-le-Main en Allemagne, Lille 1 en France, Haute École spécialisée de la Suisse Occidentale, Alicante en Espagne, Aksary en Turquie, Mohammed V Souissi au Maroc, Ain Shams en Égypte, Gaston Berger au Sénégal et Melbourne en Australie).

Dans le domaine de la géographie et de la démographie; les intérêts portent sur la vie de quartier chez les nouveaux immigrants; les trajectoires résidentielles et les réseaux sociaux urbains; les aspects démographiques de l’immigration urbaine; le patrimoine des communautés culturelles et l’espace public; la gestion municipale et locale de la diversité; la mobilité résidentielle des immigrants; etc.

-    Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises : s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels, géographiques, environnementaux, économiques, politiques et juridiques concernant la ville de Montréal et sa périphérie, sa seconde métropole du pays, 16e plus aire urbaine en Amérique du Nord et seconde plus ville francophone au monde.

Il regroupe 47 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, sociologie, linguistique, littérature française, architecture, urbanisme et aménagement, études environnementales, droit, économique science politique et travail social) provenant de 4 universités montréalaises (Mcgill, Concordia, Montréal et UQAM).

En géographie et démographie; on y retrouve 5 professeurs-chercheurs dont les intérêts portent sur la métropolisation : montréalité et projet urbain à l’aube du 21e siècle; l’action locale en environnement et la métropolisation géographique et démographique; les formes urbaines et les représentations territoriales de Montréal; le développement économique régional; le transport public montréalais; la démographie historique de Montréal; la cartographie historique du Québec et de Montréal; etc.

-         Centre de recherche sur les Cantons de l’Est : rattaché à l'Université Bishop; ce centre interdisciplinaire de recherche unique s’intéresse à l’histoire, la culture et la société de cette importante région que sont les Cantons de l’Est. Il regroupe des chercheurs en histoire, en anthropologie, en géographie, en économique, en sociologie, en politique, en études littéraires et en études religieuses.

Les intérêts portent sur les rivières des Cantons de l’Est et leur contribution dans l’histoire canadienne; les Québécois anglophones : une communauté de langue; le comportement des immigrants dans la région sherbrookoise; l’identité biculturelle des Cantons de l’Est; la mondialisation et villes d’industries simples dans les Cantons de l’Est; les communautés rurales dans une société de vieillissement; etc.

-     Centre for Society, Technology and Development STANDD (en anglais) : centre de recherche interdisciplinaire de l'Université McGill regroupant 6 chercheurs de différentes disciplines provenant des universités Mcgill et Concordia (anthropologie, géographie) qui se penchent sur les facteurs sociaux et technologiques qui influencent le développement, en structurant la façon dont les gens gèrent leurs ressources et de subvenir à leurs besoins essentiels. Les recherchent sur de nombreuses régions du monde en développement, dont la Chine, l'Inde, l'Égypte, l'Éthiopie, le Kenya, la Tanzanie, le Zimbabwe, le Costa Rica et le Brésil.

En géographie; les intérêts portent sur l'utilisation et la gestion des milieux côtiers/marins, plus particulièrement les stratégies de protection de l'environnement par les collectivités qui font appel à des institutions autochtones; les savoirs autochtones et la gestion des ressources; les ménages et les droits de propriété dans les pays en développement; etc.

-    Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) de l'UQAM : se penche sur les enjeux, les logiques et les stratégies d’intervention dans les politiques du développement international (jeux des acteurs, rôles des institutions) et leurs impacts (économiques, politiques, environnementaux, sociaux et sur les droits humains).

Il regroupe 14 chercheurs de différentes disciplines (sociologie, sciences juridiques, études urbaines, géographie et science politique) provenant de 3 universités (UQAM, Ottawa, Saint-Paul) et 20 chercheurs associés et collaborateurs provenant de 13 universités (UQAM, Montréal, Concordia, Ottawa, York, Fairfield aux USA, Massachussetts at Amherst aux USA, Institut des études internationales et de développement de Genève, Ritsumeikan au Japon, Bogazici en Turquie, Los Lagos au Chili, Ghana au Ghana, Canadian University in Dubai aux UEI) et d'autres organisations (US Institute of Peace aux USA, Dong Energy au Danemark, Ville de Toronto, Peace Research Institute Frankfurt en Allemagne).

Dans le domaine de la géographie; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur les transformations territoriales dans le cadre de la mondialisation en lien avec la planification du développement; les différents aspects de la géopolitique et des relations internationales de la Chine; ainsi que les divers aspects sociaux et environnementaux de l’Asie du Sud-est, notamment en écotourisme.

-    Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones : se penche sur les questions de la vie sociale, économique et politique des communautés autochtones du Québec et du Canada, mais aussi d'ailleurs dans le monde dans une perspective multidisciplinaire, interdisciplinaire et globalisante et ce, avec la collaboration de différentes communautés autochtones en Amérique du Nord

Il regroupe 31 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sociologie, travail social, criminologie, droit, anthropologie, histoire, science politique, sciences de l'éducation, sciences des religions, sciences de la gestion, histoire de l'art, architecture, santé communautaire et sciences forestières) provenant de 10 universités (Laval, UQAM, Montréal, UQAC, UQO, UQAT, Ottawa, Dalhousie, Moncton et Saint-Boniface); ainsi que 40 chercheurs collaborateurs provenant de 18 universités (Laval, UQAM, Sherbrooke, UQTR, UQAT, Saint-Boniface, St-Paul, Saint-Mary's, Northern BC, Maryland at Baltimore, Sao Paulo, Brasilia, Louvain, Leiden, Federale de Santa Catarina au Brésil, Catholique de Termucu au Chili, Antilles-Guyane, État de Yakousk en Russie).

Dans le domaine de la géographie et de la démographie; on y retrouve 2 chercheurs associés dont les intérêts portent sur l'impact du développement minier sur les communautés autochtones nordiques; la territorialité autochtone; la symbolique du territoire chez les autochtones; les conséquences du réchauffement de la planète sur les modes de vie des autochtones; les pratiques d’exploitation des ressources renouvelables et non renouvelables en milieu autochtone; les impacts des humains sur les écosystèmes et changements des conditions de vie des autochtones; etc.

-         Centre interuniversitaire d’études québécoises : regroupant 38 chercheurs réguliers et 36 chercheurs associés de nombreuses disciplines (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, démographie, science politique, sciences des religions, communication, sciences de l'éducation, etc.) provenant de 9 universités (Laval, Montréal, Sherbrooke, UQAM, UQTR, UQAC, UQO, Mcgill et Concordia); il étudie les changements de la société québécoise depuis les premiers peuplements jusqu'à aujourd'hui.

Les axes de recherche sont :

les populations et leurs milieux de vie : se consacre aux processus de formation du Québec contemporain : les populations et leurs habitats (ruraux et urbains), les formes historiques d’organisation des territoires (la seigneurie, la paroisse et le régime municipal, par exemple), les rapports historiques avec les environnements biogéophysiques (l’eau, la faune, la forêt et les ressources du sol) et notamment l’impact du développement humain sur ces milieux, les processus d’urbanisation et d’industrialisation, la montée des marchés et l’intégration du Québec dans les ensembles nord-américain et mondial.

les institutions et les mouvements sociaux : s’intéresse à la rencontre entre l’institution, les groupements organisés et la société québécoise. Il aborde l’État et ses différents dispositifs d’intervention et de régulation (le droit, la police, les appareils d’encadrement juridique, les divers niveaux de gouvernement, etc.). L’axe s’intéresse également aux institutions de la société civile telles que l’Église, l’école, l’hôpital, l’entreprise, l’association volontaire et les mouvements sociaux plus généralement.

la culture québécoise (diversité, échanges et transmission : se penche sur les points de contact, d’échange et de différenciation culturels dans la société québécoise et entre cette dernière et les autres cultures aux plans canadien et international. Il se décline autour des domaines suivants : les grands systèmes d’idées, de croyances et de représentations du monde; la famille, l’aire domestique, le voisinage et les réseaux informels de sociabilité, en tant que lieux de reproduction sociale et de transmission, lieux d’échange, de solidarité et de conflits; les processus identitaires et les rapports d’altérité ; les relations interethniques, la colonisation et l’immigration; les échanges culturels et la hiérarchisation des cultures; les modes d’expression de la culture et les productions culturelles.

En géographie et démographie; on y retrouve 3 chercheurs réguliers et 3 chercheurs associés dont les intérêts portent sur la géographie historique et régionale du Québec et du Canada au 19e et 20e siècles; la géographie historique urbaine du Québec au 19e et 20e siècles; la genèse du paysage québécois; le patrimoine immobilier de la Nouvelle-France; le développement du Nord québécois; la territorialité autochtone au Québec et au Canada; la symbolique du territoire; les formes et évolutions des populations régionales au Québec; la démographie sociale du Québec; la démographie historique du Québec; la famille et la fécondité au Québec; la reproduction sociale; les influences verticales et horizontales (notamment de la fratrie) sur la fécondité, le mariage et les configurations résidentielles; Les changements dans les conceptions de l'âge et dans la précision des déclarations; Le développement et utilisation de données longitudinales ou transversales sur les populations du passé; les géobases historiques du Québec; les migrations internationales au Québec et au Canada; genre, populations et développement; Montréal et la microhistoire démographique; l'histoire administrative des recensements; l'histoire intellectuelle de la démographie; etc.

-    Centre Interuniversitaire de Recherche sur les Réseaux d'Entreprise, la Logistique et le Transport CIRRELT : l'un des plus importants centres de recherche dans le domaine des transports en Amérique du Nord, ce centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche de réputation internationale a été forme à la suite de la fusion du Centre de recherche sur les transports de l'Université de Montréal, du CENTOR de l'Université Laval, du Groupe Polylogistique de Polytechnique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG de en management logistique de l'UQAM.

Il cherche à résoudre des problèmes liés à la conception, à la gestion,  l’opération et à la sécurité des réseaux logistiques, de services et d’infrastructures afin d'optimiser l’utilisation des réseaux et à développer des solutions innovatrices et durables pour faire face aux nombreux défis socio-économiques complexes liés aux réseaux.

Il regroupe 68 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines de la gestion, des sciences appliquées et du génie (économique, gestion de la chaîne logistique, gestion des opérations, finance, management, sciences de la décision de gestion, gestion des technologies de l'information, études urbaines, géographie, informatique, urbanisme, génie civil, génie du bâtiment, génie mécanique, génie de la construction, génie de la production automatisée, génie industriel, etc.) provenant de 9 universités (Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, UQAM, UQAR, HEC Montréal, Polytechnique et ÉTS).

Il regroupe également 46 chercheurs collaborateurs de différentes disciplines provenant de 32 universités (Montréal, Mcgill, Concordia, UQAM, UQTR, UQO, Bishop, HEC Montréal, Polytechnique, ÉTS, Carleton, McMaster, Toronto, Central Florida, Virginia Tech, Maryland, Texas A & M, Georgia Tech, California at Santa Cruz, Embry-Riddle Aeronautical - Daytona Beach, Naval Postgraduate School aux USA, Bordeaux en France, Polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse, di Roma La Sapienza en Italie, Polytecnico di Milano en Italie, Polytecnico di Torino en Italie, Neufchâtel en Suisse, Genève en Suisse, Kedge Business School en France, del Pacifico au Pérou, Federal do Paraná au Panama et l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Tunis en Tunisie).

En géographie humaine; on y retrouve 4 chercheurs dont les intérêts portent sur la géographie de la poplation et planification des transports;  l'analyse géographique de l’industrie maritime incluant l’organisation des marchés, la structure des réseaux, les flux de marchandises et la capacité des infrastructures; les enjeux géographiques et humains des activités portuaires; activités maritimes et développement territorial; les politiques et la planification des transports les transports et l’espace géographique; le transport urbain et régional et développement; les modes de transport; etc.

-    Centre interuniversitaire québécois de statistiques sociales CIQSS :  infrastructure de recherche hébergeant plusieurs grandes bases de données d'enquêtes populationnelles ainsi que des recensements de Statistique Canada et de l'Institut de la statistique du Québec.

Regroupant des chercheurs des universités de Montréal, Mcgill et Laval; il a pour objectif le développement d'études de pointe en statistiques sociales (économétrie, sociométrie, etc.) à partir des microdonnées canadiennes ou québécoises.

-         Chaire de recherche du Canada en développement régional et territorial de l’UQAR : étudie les différents problèmes et enjeux rencontrés par les régions semi ou non urbaines. Voici quelques exemples de projets en cours : les systèmes régionaux d’innovation dans la périphérie (avec comparaison des régions du Bas-St-Laurent au Canada, Tromso en Norvège et Blekinge en Suède), rôle et impact des industries de services à haute densité de connaissances au sein des régions canadiennes, innovation, dynamiques régionales et pratiques institutionnelles et sociales dans la région de La Pocatière, etc.

-         Chaire de recherche du Canada en développement rural de l’UQAR : rattachée au Groupe interdisciplinaire de recherche en développement régional de l’Est du Québec, cette chaire se penche sur les enjeux et problématiques de développement que rencontrent les régions rurales.

Les principaux axes de recherches sont : la ruralité et la recomposition des systèmes ruraux dans la modernité avancée (on étudie les impacts notamment de métropolisation et de la globalisation), la revitalisation des milieux ruraux en restructuration, la planification du développement local des communautés rurales (on y effectue une recherche-action pour la création d’un outil de planification local des communautés rurales à partir de certaines expériences sur le travail).

-         Chaire de recherche du Canada en études asiatiques : rattachée au Centre des études de l’Asie de l’Est de l'Université de Montréal, cette chaire a comme objectif d’identifier et à interpréter les atouts et les vulnérabilités des sociétés asiatiques dans leurs démarches vers l’urbanisation et l’industrialisation. Voici quelques exemples de projets complétés ou en cours : le modèle de développement agricole sud-est asiatique, la transition agraire en Asie du Sud-est, la réduction de la pauvreté locale au Vietnam, etc.

-         Chaire de recherche du Canada en études urbaines et régionales : cette chaire de l'INRS s’intéresse notamment à l’impact des changements technologiques, notamment l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de communication sur la dynamique spatiale des activités économiques des régions.

-    Chaire de recherche du Canada en géographie historique du Nord : rattachée au Centre interuniversitaire d'études québécoises, cette chaire de l'Université Laval étudie les processus d'humanisation autochtone du Nord canadien, et des enjeux sociaux et environnementaux qui entourent les mutations de cet espace et de ses ressources.

-         Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’UQÀM : regroupant des chercheurs en urbanisme, design de l’environnement, histoire, histoire de l’art et sociologie, cette chaire s’intéresse aux différents aspects du patrimoine urbain et du patrimoine bâti. Les principaux thèmes de recherches sont les suivants : le patrimoine et l’identité urbaine : le rôle du paysage construit, sa conservation et sa valorisation dans les villes du XXIe siècle, les églises canadiennes-françaises et le patrimoine religieux, l’idée de la ville en Nouvelle-France, histoire critique de l’architecture ecclésiale à Montréal, les paysages de la métropolisation : montréalité et projet urbain à l’aube du 21e siècle, les représentations de la ville au Québec du XVIIe au XXe siècles, collection modélisation et mise en réseau interactives des données sur le paysage architectural, etc.

-    Chaire de recherche sur la question territoriale autochtone : rattachée au Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones, cette chaire de l'UQAM étudie la manière dont la question territoriale autochtone fut traitée, principalement à travers le processus de dépossession, qui a conduit au confinement des Amérindiens dans les réserves et à la mise en œuvre d’une politique de tutelle, principalement dans anciennes colonies britanniques du centre et de l’est du Canada.

-    Chaire de recherche du Canada sur les conflits socioterritoriaux et la gouvernance locale : cette chaire de l'UQAM étudie les processus de changement socio-territorial procédant de l’activité conflictuelle se produisant dans les milieux de vie.

-    Chaire de recherche en attractivité et innovation en tourisme Québec-Charlevoix : cherche à accroître l’attractivité touristique et de favoriser l’innovation des entreprises touristiques de Québec et de Charlevoix.

Les intérêts portent sur le marketing du tourisme; le développement de produits touristiques; l’approche expérientielle; l’attractivité du territoire; le patrimoine urbain; le patrimoine naturel; le patrimoine religieux; le tourisme culturel; etc.

-    Groupe d’études et de recherche sur l’Asie contemporaine GERAC : rattaché à l’Institut québécois des hautes études internationales de l’Université Laval, il regroupe 8 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, management et science politique) qui s’intéressent à l’émergence économique des pays asiatiques ainsi que ses conséquences politiques, sociales et culturelles.

En géographie et démographie; les intérêts portent sur le genre, population et développement; genre et inégalités sociales dans les pays d’Asie du Sud-Est; l'intégration dans les montagnes d'Asie du Sud-est continentale; sur les migrations internationales, principalement en provenance de l’Asie du Sud-Est; la démographie sociale dans les pays d’Asie du Sud-Est; la géopolitique et la sécurité en Asie; les enjeux territoriaux en Asie du Sud-est; la géopolitique des frontières de la mer en Asie du Sud-est; etc.

-         Groupe d’études interdisciplinaires en géographie et environnement régional GEIGER de l'UQAM : se penche principalement sur les problématiques régionales à caractère régional. En géographie humaine; les intérêts portent sur l’analyse géographique des pays en voie de développement, etc.

-    Groupe d'études sur la démographie autochtone de l'Université de Montréal : regroupe 3 chercheurs en démographie des universités de Montréal et Mcgill s'intéresse aux dynamiques des populations autochtones du Canada.

Les intérêts portent sur l'analyse des méthodes d’analyse démographique; la démographie des groupes linguistiques autochtones au Québec; l‘analyse de la mortalité aux grands âges et de la longévité au Canada et au Québec chez les populations autochtones, et aux comparaisons avec les autres pays à faible mortalité (États-Unis, Europe et Japon); etc.

-         Groupe de recherche en histoire de l'UQAC : ce groupe de recherche interdisciplinaire s’intéresse aux problèmes de développement des collectivités locales et régionales.

Ses principaux domaines de recherches en géographie humaine sont : le développement du tourisme culturel régional à partir d’échanges internationaux; la démocratie locale dans un contexte de mondialisation; le développement local viable; la planification territoriale et développement régional; la migration des jeunes au Québec et en milieu autochtone; les représentations sociales et symboliques des régions; la lutte contre la pauvreté dans les régions; les impacts sociaux des projets industriels; etc.

-          Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional, de l’Est du Québec GRIDEQ  : groupe de recherche de l’UQAR  réputé étudie les processus et les conditions de développement des régions tant sur les plans sociaux, économiques, culturelles que géographiques et environnementaux.

En géographie humaine; les intérêts portent sur portée la sociospatiale du développement technologique; le développement rural et évolution du système urbain; l'appropriation, les appartenances et les identités territoriales; les systèmes culturels, régionalisme et innovation; etc.

-    Groupe de recherche interdisciplinaire sur le Montréal ethnoreligieux GRIMER : ce groupe de recherche de l'UQAM regroupant des chercheurs en géographie et en sciences des religions, étudie les manifestations et le rôle de l’appartenance religieuse au sein de différentes minorités ethnoculturelles qui se sont établies dans le Grand Montréal depuis le début des années 1970.

-    Groupe de recherche sur la diversité urbaine : rattaché au Centre d'études ethniques des universités montréalaises et regroupant 11 chercheurs de différentes disciplines (sociologie, anthropologie, démographie, histoire, sciences des religions et didactique) de l'Université de Montréal; il explore la diversité québécoise, principalemen montréalaise sur les flux migratoires et l'insertion des migrants, sur les pratiques sociales et culturelles, ainsi que sur le rôle de l'État, de la société civile et des représentations collectives dans la construction des relations interethniques.

En démographie; les intérêts portent sur la démographie de la famille et de la fécondité; la famille et la fécondité au Québec et au Canada; la démographie des pays émergents; l'insertion économique des migrants; les théories migratoires; la mondialisation et politiques migratoires; la migration internationale et droits de la personne; les catégories ethniques et linguistiques; la migrations en Afrique; la théorie et les méthodes de recherche en démogaphie; etc.

-    Groupe de recherche sur la migration ville/campagne et les néoruraux de l'INRS : s’intéresse, dans le contexte actuel de la transformation de la ruralité, à l’installation récente de nouvelles populations rurales (dénommées néo-ruraux) et à leurs interactions avec la population locale, les élus municipaux et les autres acteurs-clés ruraux et régionaux. Il s’interroge particulièrement sur le processus d’insertion globale de ces néo-ruraux et sur les incidences de leur migration de la ville vers la campagne. Il examine la recomposition sociodémographique des territoires ruraux, cherchant à en dégager aussi bien les avantages que les difficultés.

-    Groupe de recherche sur les espaces festifs de l'UQAM : regroupant 4 chercheurs réguliers en géographie et en études urbaines de l'UQAM; ainsi que 7 chercheurs associés (géographie, sociologie, loisir, culture et tourisme et études touristiques) provenant de 4 universités (UQAM, UQTR, Montréal, Nantes) qui s'intéressent aux aspects socioculturels, aux enjeux et aux problématiques des festivités en milieu urbain.

Les intérêts portent sur les nouvelles tendances urbanistiques et pratiques émergentes; les sports et la ville; le tourisme urbain; les stratégies d'appropriation et réappropriation territorial de la ville; les risques et branding territorial; la planification et l’aménagement du territoire en matière de tourisme; les grands projets urbains et leurs enjeux géopolitiques et touristiques; le tourisme récréatif, ludique et sportif, la reconstruction post-sinistre et les impacts de la mondialisation sur les villes; l’aménagement du territoire, plus précisément pour les espaces patrimoniaux; l’aménagement urbain éphémère et les opérations urbanistiques favorisant les déplacements alternatifs (piétons, cyclistes, etc.); etc.

-    Institut d’études canadiennes de Mcgill : le PLUS important centre de recherche en études canadiennes au monde, il réalise de nombreuses recherches sur tous les aspects économiques, politiques, sociaux, culturels, démographiques, géographiques et  historiques concernant le Canada.

Il regroupe une centaine de chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, sciences des religions, économique, droit, science politique, sociologie, planification urbaine, sciences de la gestion, linguistique, littérature anglaise, littérature française, histoire de l'art, etc.).

En géographie humaine; on y retrouve 9 chercheurs dont les principaux intérêts portent sur la géographie sociale et la politique au Canada; la planification du transport durable; la géographie urbaine; la géographie culturelle; la géographie de la santé des peuples autochtones du Canada; la géographie du nord canadien; l'aménagement et développement du territoire nordique et les peuples autochtones; les enjeux géographiques des conflits environnementaux au Canada; la géopolitique de l'eau; les conflits territoriaux de l'Arctique canadien; etc.

-         Institut d’études canadiennes et autochtones de l’Université d’Ottawa : le  2e plus important centre de recherche en études canadiennes au monde, réalise de nombreuses recherches sur tous les aspects économiques, politiques, sociaux, culturels, démographiques, géographiques et  historiques concernant le Canada.

Il regroupe 20 chercheurs de différentes disciplines (géographie, histoire, communication, droit, économique, science politique, sciences des religions, sociologie, histoire de l'art, littérature anglaise) de l'Université d'Ottawa.

En géographie humaine; les intérêts portent sur la géographie politique du Canada; la géographie politique du Québec; le Canada et le développement international; la géographie historique du Canada; la géographie du Nord Canadien;  l’importance de l’identité culturelle et du genre dans le processus d’intégration parmi les nouveaux immigrants par les citadins des villes multiethniques; les enjeux géographiques et environnementaux des territoires autochtones; la territorialité des communautés métisses du Canada; etc.

-    Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal : plus grand centre de recherche en santé publique en milieu universitaire au Canada et dans la francophonie mondiale; il réalise de nombreuses recherches interdisciplinaires et appliquées  touchant tous les aspects physiologiques, psychologiques, sociaux, politiques et économiques touchant la santé des populations.

Il regroupe une centaine de chercheurs de plusieurs disciplines  (biochimie, biologie cellulaire et moléculaire, ergonomie, microbiologie-immunologie, nutrition, médecine dentaire, médecine vétérinaire, pharmacologie, physiologie, psychoéducation, psychologie, sciences biomédicales et cliniques, sciences de la réadaptation, sciences de l'activité physique - kinésiologie, sciences infirmières, sciences pharmaceutiques, biostatistiques, épidémiologie, santé communautaire, anthropologie, démographie, économique, relations industrielles, science politique, sciences de l'éducation, sociologie, travail social, etc.) provenant majoritairement de l'Université de Montréal, mais également Mcgill, Laval, Sherbrooke, Concordia, UQTR et Ottawa.

Dans le domaine de la géographie humaine; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur les enjeux géographiques sur les déterminants sociaux de la santé.

-    Institut du patrimoine culturel de l'Université Laval : se consacre à la conservation, de la transmission et de la promotion du patrimoine culturel du Québec et de l’Amérique française.

Il regroupe 22 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, ethnologie, architecture, histoire, muséologie, sciences religieuses, littérature, droit et musique); ainsi que 6 praticiens associés (Ville de Québec, ICOMOS Canada, Conseil des monuments et sites du Québec et l’Université Antilles Guyanne dans les Antilles françaises.

En géographie; les intérêts portent sur le patrimoine religieux bâti; l’utilisation du patrimoine patrimonial dans l’activité touristique; le développement et l'aménagement du territoire en fonction du patrimoine culturel; le développement et promotion du touristique patrimonial; etc.

-    Institute for the Study of International Development (en anglais) : regroupant 7 chercheurs réguliers et 5 chercheurs associés de différentes disciplines (anthropologie, économique, science politique et sociologie); ce centre interdisciplinaire de recherche de l'Université Mcgill qui se penche sur les processus et des conditions sociales, politiques, économiques et environnementaux qui permettent aux personnes et aux sociétés de développer leur plein potentiel, vivre une vie longue et en bonne santé, significatifs et productifs dans la communauté avec les autres.

En géographie
; les intérêts portent sur l'environnement et le développement en Amérique latine, l'écologie culturelle, la préservation de l'environnement et développement économique, l'adaptation paysanne des changements environnementaux et économiques en Amazonie, etc.

-    Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société de l'Université Laval : important centre de recherche regroupant 94 chercheurs de plus d'une trentaine de disciplines reliées au domaine de l'environnement et du développement durable (dont chimie, biologie, agronomie, géographie, sciences de la terre, sciences forestières, génie agroenvironnement, génie civil, génie chimique, génie minier, etc.) dans une perspective interdisciplinaire.

Dans le domaine de la géographie humaine; on y retrouve 5 chercheurs dont les intérêts portent sur la géographie rurale comparée : Brésil, Mexique et Québec; l'analyse des politiques d'aménagement et développement durable; la croissance urbaine et développement durable; l'analyse du système agroalimentaire; les migrations et marginalisations socio-économiques; la gouvernance rurale et environnementale; la mondialisation et le processus de régionalisation; l'environnement, le développement et les ressources; les milieux ruraux et les aires protégées; la planification du transport urbain; la géopolitique de l'eau et des changements climatiques; la géopolitique de l'Arctique; l'intégration des régions montagneuses en Asie du Sud-est; etc.

-    Laboratoire d'archéologie et de patrimoine de l'UQAR : regroupant 4 chercheurs réguliers en histoire et en géographie de l'UQAR et 2 chercheurs associés (Cégep de Rimouski et Université de Montpellier en France); il porte un intérêt particulier, mais non exclusif, à l'étude des ressources culturelles de l'Est-du-Québec.

En géographie; les intérêts portent sur l'archéologie environnementale; l'archéobotanique; l'archéologie de l'Est-du-Québec; les relations Homme-milieu; la géographie de l'alimentation; la préhistoire et néolithisation; le patrimoine maritime; etc.

-    Laboratoire d'études de la population de l'INRS : regroupe 5 chercheurs qui s'intéressent à la population elle-même ou aux trois grands phénomènes démographiques, soit : la natalité (la famille contemporaine, l’entrée dans la vie adulte, la faible fécondité et les politiques familiales); la migration (la migration, l’immigration et l’établissement des immigrants); et la mortalité (la mortalité, la santé et le vieillissement de la population); à leurs causes ou à leurs conséquences.

En démographie; les intérêts portent sur les perspectives démographiques et microsimulations, les caractéristiques sociodémographiques des populations territoriales, l'immigration et l'intégration économique des immigrants, la langue et la littératie, la fécondité, le vieillissement, las migration interrégionale, les impacts démographiques de l'immigration internationale, la mobilisation démographique, la démographie multi-états, les perspectives de population, etc.

-    Laboratoire d'études et de recherches appliquées sur l'Afrique de l'UQAC : s'intéresse aux aspects historiques, sociaux, culturels et politiques de l'Afrique subsaharienne dans une perspective multidisciplinaire qui regroupe 4 professeurs-chercheurs en histoire, géographie, sociologie et science politique de l'UQAC et de l'UQAT.

En géographie; les intérêts portent sur les inégalités territoriales et l’équité spatiale; les dynamiques territoriales et leurs impacts sur le développement local en Afrique;  les modalités de régulation de l’action collective sur un territoire : la décentralisation et la gouvernance locale en Afrique; les impacts de la structure productive sur le développement territorial; etc.

-    Laboratoire de recherche sur les familles et les collectivités métisses de l’Université d’Ottawa (et Chaire de recherche sur les métis de l'Université d'Ottawa) : regroupe 2 chercheurs (géographie et histoire) qui s'intéressent à l'histoire et à la territorialité des communautés métisses du Canada.

-    Laboratoire Métropolisation et Société de l'INRS (MESO) : regroupe 4 chercheurs (sociologie-économie, science politique, géographie et histoire de l'art) qui s'intéressent aux enjeux et autres problématiques de la métropolisation, principalement dans le contexte montréalais et visent une meilleure compréhension des processus sociaux et politiques. Les thèmes abordés se regroupent en quatre axes : la gouvernance, la mobilité, les formes urbaines et les représentations territoriales. Dans le domaine de la géographie; les intérêts portent sur l’environnement urbain, la requalification et recomposition territoriale, la qualité de vie, l’action locale en environnement et la métropolisation géographique et démographique.

-    Mcgill Centre on Population Dynamics (en anglais) : regroupant 21 chercheurs réguliers et 18 chercheurs associés de différentes disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie, et épidémiologie) provenant de 3 universités (Mcgill, Montréal et New Brunswick) qui s'intéressent aux sujets de la dynamique des populations liés à la santé, au travail, la famille, le vieillissement et la migration qui sont au cœur de la vie des individus et vital à la prospérité des sociétés.

Dans le domaine de la géographie humaine et de la démographie; on y retrouve 5 chercheurs dont les intérêts portent sur les déterminants environnementaux du bien-être; les déterminants sociaux et économiques de la santé; indicateurs démographiques de santé des populations; les dynamiques familiales et la fécondité; le vieillissement démographique; les interactions entre les moyens de subsistance, l'environnement naturel et les institutions de gouvernance; les grandes questions de population dans les pays en développement , y compris la fertilité, la transition vers l'âge adulte, le soutien pour les personnes âgées, et les déterminants de la santé pour les enfants; l'impact de la dynamique familiale, l'union et la séparation des filles et des garçons;  la situation des familles d'immigrants originaires d'Afrique sub-saharienne vivant au Québec (co-résidence, la transition à l'âge adulte pour les jeunes, la démographie autochtone; la démographie dans les pays en développement; le choix des unions conjugales et fécondité); la collecte de données d'enquêtes longitudinales et l'analyse; etc.

-    Minorités in the Southeast Asian Massif Lab (en anglais) : ce laboratoire de recherche conjoint entre l'Université Mcgill et l'Université Laval regroupant des chercheurs en anthropologie et en géographie; s'intéresse conditions de vie des minorités ethniques dans le massif Sud -est asiatique, qui englobe le sud - ouest de la Chine, le Vietnam, le Laos et la Thaïlande.

-    Montreal Working Group on circus (en anglais) : rattaché au Centre de recherche Hexagram, ce groupe de recherche unique au pays; il s'intéresse aux traditions historiques et enjeux actuels de pratiques de cirque, y compris le discours, l'esthétique, l'éthique et l'économie.

Il regroupe 5 professeurs-chercheurs réguliers (en théâtre, en littérature anglaise et en géographie) provenant de 4 universités (Concordia, Mcgil, Toronto, Royal Holloway University of London); ainsi que des chercheurs associés provenant de l'Union College New York, de l'École Polytechnique de Montréal et de l'École nationale de cirque.

En géographie; les intérêts portent sur la géographie économique et culturelle et sa relation avec l'industrie culturelle, notamment celle du cirque.

-         Observatoire international de la géopolitique : cherche à comprendre les nouveaux enjeux qui participent au redécoupage territorial et à la naissance de nouvelles dynamiques de rapports de force en mettant en convergence la géographie, la science politique et certaines autres disciplines connexes.

-    Partenariat de recherche Familles en mouvances et Dynamiques intergénérationnelles : regroupant 12 chercheurs de différentes disciplines (démographie, droit, sociologie et travail social) provenant de 4 universités (INRS, Montréal, Sherbrooke et UQO); il se consacre à des recherches sociales à vocation multidisciplinaire et multisectorielle.

En démographie; les intérêts portent sur l'impact de la dynamique familiale, l'union et la séparation des filles et des garçons; sur les unions conjugales et la fécondité, en particulier sur le recul de l’âge au mariage; les déterminants de l’utilisation des méthodes contraceptives par les jeunes et adolescents; les relations entre la famille et la société; les trajectoires familiales; la transformation de la conjugalité; les intentions et les projets de fécondité; la fécondité et l'union de fait et de mariage; la démographie de la reproduction et de la contraception; le passage à la vie adulte;  les temps sociaux; l'approche quantitative et qualitative des phénomènes sociaux; les modèles de risque et de durée; l’analyse des biographies; l’analyse de données longitudinales; les enquêtes à plan complexe; etc.

 -   Programme de recherche en démographie historique du Québec de l'Université de Montréal PDRH : regroupant 2 chercheurs en démographie qui effectuent de nombreuses recherches démographiques sur l’histoire du Québec depuis le début de la colonisation française afin de reconstituer exhaustivement la population du Québec ancien depuis le début de la colonisation française au XVIIe siècle. La réalisation de cet objectif se présente sous la forme d'un registre informatisé de population, constitué des dossiers biographiques de tous les individus de souche européenne qui ont vécu dans la vallée du Saint-Laurent.

-     Réseau de recherche et de connaissances sur la ville et l'urbain : se penche sur les problématiques et les enjeux contemporains de la gouvernance, de l'aménagement et du développement du milieu urbain sous 4 grandes thématiques, soit : action publique et démocratie; changements sociodémographiques, vie quotidienne, pratique et représentations culturelles; infrastructures, innovation et développement économique; ainsi que courants et pratiques d'aménagement et de développement durable.

Il regroupe 65 chercheurs réguliers de différentes disciplines (études urbaines, anthropologie, géographie, histoire, économique, science politique, droit, sociologie, gestion immobilière, administration publique, design, architecture, architecture du paysage, urbanisme, etc.) provenant de 9 universités (UQAM, INRS, Laval, Montréal, Sherbrooke, Concordia, UQTR, UQO et ÉNAP); ainsi que 14 praticiens-chercheurs collaborateurs provenant de différents milieux de pratique (Ville de Montréal, Ville de Québec, Transports Québec, Communauté métropolitaine de Montréal, Communauté métropolitaine de Québec, Ministère des affaires municipales et de l'occupation du territoire, Conseil régional de l'environnement de Montréal, Société de transports de Montréal, Réseau de transport de la Capitale, etc.).

Dans le domaine de la géographie et de la démographie; on y retrouve 11 chercheurs dont les intérêts portent sur les espaces publics;  l'analyse spatiale; les processus par lesquelles les pratiques de de planification et d’aménagement se transforment; les systèmes d'information géographique et développement urbain; la gouvernance territoriale et développement local; le développement local et communautaire; la genèse des banlieues populaires de Montréal et de Québec; l'histoire des pratiques de développement et de planification au Québec; l’évolution des espaces locaux et métropolitains; l'évolution des formes urbaines; les processus de territorisation; la métropolisation; la géographie des transports et mobilité quotidienne (déplacements); la gestion et le développement durable; les l'économie résidentielle; perspectives démographiques et microsimulations; immigration et intégration économique des immigrants;  le vieillissement et développement urbain; les dynamiques spatiales de l'emploi; etc.

En histoire et études anciennes :

-    Azrieli Institute of Israël Studies of Concordia (en anglais) : centre de recherche interdisciplinaire qui s'intéresse aux aspects économiques, politiques, géographiques, historiques, sociaux et culturels de l'Israël.

Il regroupe 7 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, histoire, science politique, sciences des religions, littérature anglaise et histoire de l'art) de l'Université Concordia; ainsi que 27 chercheurs associés qui se consacrent en partie à l'étude de ce pays (science politique, sciences de l'éducation, histoire, sciences des religions, études classiques, anthropologie, sociologie et sciences de la gestion).

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire culturelle juive; l'histoire du génocide et de l'intervention humanitaire; histoire de l'antisémitisme; les crimes contre l'humanité envers les juifs; l'histoire des juifs dans l'Antiquité; l'histoire juive médiévale; l'histoire de l'Holocauste; l'histoire juive moderne et contemporaine; l'histoire des communautés juives en Amérique du Nord; l'histoire et l'expérience juive canadienne; etc.

-         Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, , en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

-    Canada Research Chair in Museum and Heritage Studies (en anglais) : cette chaire de recherche de l'Université Concordia utilise des méthodologies de conservation pour afficher et analyser des problèmes culturels et historiques difficiles afin de développer de nouveaux types d'expositions culturelles et historiques dans les musées.

-    Centre acadien : ce centre d'études et de recherches de l'Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse effectue la collecte d'information directement ou indirectement liée à l'histoire et à la culture de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse.

-    Centre canadien d’études allemandes et Européennes : s'intéresse aux aspects économiques, politiques, sociaux et culturels de l’Allemagne principalement, mais également sur la communauté européenne en général.

Il regroupe 35 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, philosophie, science politique, sociologie, littérature allemande, langue et linguistique allemande, histoire de l'art, musicologie et design industriel) provenant de 7 universités (Montréal, Concordia, Laval, UQAM, St-Francis-Xavier au N-B, Universität Trier en Allemagne et Universität des Saarlandes en Allemagne); ainsi qu'une dizaine de chercheurs invités annuellement provenant de différentes universités allemandes, suisses et autrichiennes.

En histoire; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur l'histoire politique en Europe; l'histoire militaire en Europe; l'histoire économique européenne; l'Europe et la Deuxième Guerre mondiale; l'histoire de l’Allemagne au Moyen-âge; l'histoire de l'Allemagne d'avant-guerre; l'histoire de l'occupation allemande en France; l'histoire de l'Allemagne contemporaine; l'histoire des femmes au 17e siècle, notamment les relations des femmes dans les sphères publiques et privées en France et en Vénétie; etc.

-    Centre d'études classiques de l'Université de Montréal : regroupant 6 chercheurs en anthropologie, histoire, philosophie, sciences des religions et littérature ancienne; il s'intéresse aux aspects historiques, anthropologiques, religieux et philosophiques des civilisations antiques grecques et romaines.

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire de la religion et des mentalités de la Grèce antique, au sein du monde méditerranéen, particulièrement aux modalités de communication entre hommes et dieux; l’histoire de l’administration et du système politique de l’empire romain, notamment la réorganisation des provinces de l’empire romain tardif; l’histoire culturelle et des mentalités sous l’empire romain tardif; ainsi que l’histoire des sciences de l’Antiquité et des thèmes historiographiques liés à elles.

-       Centre d'études de l’Asie de l’est de l'Université de Montréal : centre de recherche interdisciplinaire qui se consacre à l’étude de tous les aspects économiques, politiques, démographiques, historiques, géographiques, sociaux et culturels des pays de l’Asie de l’Est, principalement la Chine, mais également les autres pays de cette région.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes (droit, histoire, géographie, philosophie, anthropologie, science politique, sciences des religions, littérature comparée, etc.).


En histoire; on y retrouve 4 chercheurs dont les intérêts portent sur l’histoire de la religion en Chine moderne et contemporaine; la vie intellectuelle contemporain en Chine; l’évolution des discours et des pratiques de santé du 19e siècle à nos jours, particulièrement aux multiples « rencontres » entre médecine occidentale (biomédecine) et médecines dites alternatives et traditionnelles; l'histoire de la médecine et des médecins au Cambodge pendant la période angkorienne; le Qigong et le renouveau religieux en Chine; le nationalisme dans le Vietnam colonial; l'historiographie récente des mouvements populaires en Chine; etc.

-       Centre d'études des religions de l'Université de Montréal CERUM : Unique au Canada grâce à son approche multidisciplinaire; il regroupe 36 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sciences des religions, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, criminologie, science politique et musique) et une quarantaine de chercheurs associés de l'Université de Montréal qui s'intéressent aux phénomènes religieux, les rapports des religions entre les individus et les sociétés, la diversité culturelle et l'interculturalité, les nouveaux mouvements religieux, etc.

En histoire; on y retrouve 4 chercheurs réguliers et 3 chercheurs associés dont les intérêts portent sur l'histoire des mentalités religieuses; la religion et les mentalités de la Grèce antique, l'histoire du judaïsme; l'histoire et civilisation égyptiennes; l'histoire des religions du Proche-Orient ancien; au sein du monde méditerranéen;  l’histoire comparée et le rôle de la religion de la construction identitaire aux 16e-18e siècles en Europe et en Amérique; l'histoire de la réforme protestante;  l’histoire contemporaine des juifs et l’histoire du sionisme; le rôles de la religion dans l’histoire de l’expansion française moderne;  l'histoire des relations entre l’Église et l’État au 16e et 17e siècles; l’histoire de la région andine, particulièrement sur les représentations historiques de la violence durant la période contemporaine du Pérou; l'histoire des missions religieuses; l'histoire de l’Église au Canada; l'histoire des femmes dans la religion; les pratiques religieuses dans le monde rural au Québec du 17e au 19e siècle;  l'histoire religieuse comparée; etc.

-    Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) : ce centre de recherche de l'UQAM s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels, politiques, économiques et juridiques de l'Asie du Sud (comprenant le Bangladesh, le Bhoutan, les Maldives, le Myanmar, le Népal, le Pakistan, le Sri Lanka et, bien entendu, l’Inde).

Il regroupe 24 chercheurs réguliers de différentes disciplines des sciences humaines (anthropologie, communication, géographie, histoire, philosophie et sciences des religions); des sciences sociales et administratives (économique, droit, science politique, sciences de la gestion); ainsi que des arts et lettres (histoire de l'art, danse, études littéraires, linguistique et théâtre) provenant de 7 universités (UQAM, Concordia, Mcgill, Montréal, Sherbrooke, Laval et HEC Montréal);

ainsi qu'une vingtaine de chercheurs associés provenant de 19 universités (Carleton, Laurentienne, St-Francis-Xavier, Victoria, UBC, Antilles-Guyane dans le territoire Français, Bordeaux en France, CNRS Paris en France, IRIS Sup en France, Paris-Sorbonne en France, Institut universitaire des hautes études internationales de Genève en Suisse, Singapore de Singapore, English and Foreign Languages University en Inde, Indian Institute of Management - Calcutta en Inde, Madras en Inde, Mumbai en Inde, South Pacific aux îles Fidji, UCLA aux USA et Columbia aux USA).

En histoire; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur l’histoire de l’Indochine colonial et la décolonisation et les guerres d’Indochine.

-    Centre d'études médiévales de l'Université de Montréal : ce centre interdisciplinaire de recherche s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels et politiques des civilisations de l'Europe occidentale, du 5e au 15e siècle de notre ère divisée en 3 périodes, soit : le Haut Moyen Âge (5e-10e siècle); le Moyen-Âge classique (11e-13e siècle) et le Bas Moyen-Âge (14e-15e siècle)..

Il regroupe 12 professeurs-chercheurs de différentes classiques (histoire, histoire de l'art, philosophie, sciences des religions, linguistique, études littéraires).

En histoire; les intérêts portent sur la démilitarisation du clergé médiéval après la réforme grégorienne (11e-15e s.);  les écoles, culture et sociétés médiévales; l'Église médiévale, administrations, offices et officiers; la justice à la fin du Moyen Âge; l'histoire économique et politique du Moyen Âge tardif; la régulation de la violence envers les ecclésiastiques dans l’Occident médiéval; l'histoire des mathématiques au Moyen Âge; etc.

-    Centre d'histoire des régulations sociales : s'intéresse à l’histoire des problèmes sociaux (crime, pauvreté, folie, déviance, etc.) au Québec sous l’angle des régulations sociales.

Il regroupe 12 chercheurs en histoire principalement, mais également de d'autres disciplines (sociologie, sciences infirmières) provenant de 8 universités (UQAM, Montréal, Laval, Concordia, Sherbrooke, UQTR, UQAC et Ottawa) dont les intérêts portent sur :

les origines des risques sociaux et les assurances sociales au Québec et au Canada (1919-1945); le recours aux lois spéciales et le droit de grève depuis 1980 au Québec: une perspective historique; l'histoire de la régulation sociale de la pauvreté à Montréal (1840-1921); les trajectoires historiques de la misère à Montréal (1840-1921);  l'analyse historique de l'accès aux services hospitaliers au Québec; l’histoire des systèmes de santé, des hôpitaux, de l’hygiène publique ainsi que des politiques et des pratiques sanitaires; l'histoire de la déhospitalisation psychiatrique et accès aux services de santé mentale (1950-2012); l'histoire du rôle des femmes dans la mise en place et l'administration des institutions d'assistance; particulièrement, sur les dimensions d'aide aux enfants et aux familles démunies et sur leur évolution; l'histoire de la famille québécoise et du genre; l'histoire de la jeunesse, des services aux jeunes et des modes de régulation de la jeunesse au 20e siècle; les rapports entre État, droit et société et plus particulièrement à la justice criminelle et civile, la police et l'administration locale; les effets juridiques et sociaux de la conquête britannique du Québec, sur la justice pénale à Québec de 1760 à 1965, sur la peine capitale au Québec de 1760 à 1965 et sur la violence interpersonnelle au Québec / Bas-Canada; l'histoire des femmes et des mineures enfermées, elle dispose d'une solide connaissance des politiques et pratiques en matière de réinsertion sociale des populations judiciarisées; l'histoire pénale concernent l'évolution des populations carcérales du milieu du XIXe aux premières décennies du XXe siècle; l'histoire du cadre et des pratiques de Cour des jeunes délinquants à Montréal (1912-1949); etc.

-     Centre de recherche en civilisation canadienne-française : ce centre de recherche interdisplinaire de l'Université d'Ottawa regroupant 6 chercheurs réguliers et 10 chercheurs associés de différentes disciplines (géographie, histoire, anthropologie, sociologie, science politique, communication, littérature française et théâtre); il s’intéresse à tous les aspects historiques, sociaux, démographiques et culturels de la civilisation francophone du Canada.

En histoire; on y retrouve 1 chercheur régulier et 2 chercheurs associés dont les intérêts portent sur les facteurs qui ont contribué à l’essor et au déclin du Canada français en tant que référence culturelle et politique et réalité institutionnelle; l’origine et la portée des divers projets qui y ont succédé au sein de la francophonie canadienne; les transformations intellectuelles, politiques et idéologiques du Québec et de la francophonie canadienne au 20e siècle; les transferts culturels Europe – Canada français; les enjeux politiques et identitaires liés la mémoire collective en contexte culturel minoritaire; la vie intellectuelle du Canada français; l'histoire des relations canado-américaines; l'histoire francophonies nord-américaines; l'histoire de l'immigration et de l'ethnicité et la francophonie au Canada; etc.

-    Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises : s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels, géographiques, environnementaux, économiques, politiques et juridiques concernant la ville de Montréal et sa périphérie, sa seconde métropole du pays, 16e plus aire urbaine en Amérique du Nord et seconde plus ville francophone au monde.

Il regroupe 47 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, sociologie, linguistique, littérature française, architecture, urbanisme et aménagement, études environnementales, droit, économique science politique et travail social) provenant de 4 universités montréalaises (Mcgill, Concordia, Montréal et UQAM).

En histoire; on y retrouve 3 professeurs-chercheurs dont les intérêts portent sur l'histoire du Québec et du Canada (XIXe-XXe),  l'histoire intellectuelle du Québec du XVIIIe au XXe siècles; l'histoire socio-économique du Québec aux XIXe et XXe siècles; l'histoire sociale et culturelle du Québec contemporain; l'histoire écoconomique et politique du Québec contemporain; l'histoire sociale et culturelle de Montréal; l'histoire de Montréal de sa fondation jusqu'au 19e siècle; l'histoire urbaine de Montréal; l'histoire de l'industrialisation de Montréal; l'histoire régionale de Montréal aux 19e et 20e siècles; l'histoire de la prostitution et de la criminalité à Montréal; le patrimoine urbain de Montréal; etc.

-     Centre de recherche sur les Cantons de l’Est : rattaché à l'Université Bishop; ce centre interdisciplinaire de recherche unique s’intéresse à l’histoire, la culture et la société de cette importante région que sont les Cantons de l’Est. Il regroupe des chercheurs en histoire, en anthropologie, en géographie, en économique, en sociologie, en politique, en études littéraires et en études religieuses.

Les intérêts portent sur les rivières des Cantons de l’Est et leur contribution dans l’histoire canadienne; les Québécois anglophones : une communauté de langue; le comportement des immigrants dans la région sherbrookoise; l’identité biculturelle des Cantons de l’Est; la mondialisation et villes d’industries simples dans les Cantons de l’Est; les communautés rurales dans une société de vieillissement; etc.

-    Centre de recherche sur les innovations sociales CRISES : ce centre interuniversitaire et pluridisciplinaire de recherche se penche sur les innovations sociales, c'est-à-dire, de nouveaux arrangements sociaux, organisationnels ou institutionnels ou encore nouveaux produits ou services ayant une finalité sociale explicite résultant, de manière volontaire ou non, d’une action initiée par un individu ou un groupe d’individus pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution à un problème ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles.

Il regroupe 46 chercheurs réguliers de différentes disciplines (service social, sociologie, communication sociale, anthropologie, science politique, démographie, économique, géographie, histoire, management, gestion des ressources humaines et relations industrielles) provenant de 10 universités (UQAM, UQO, Laval, Sherbrooke, Concordia, Montréal, UQAC, HEC Montréal et ÉNAP); ainsi qu'une trentaine de chercheurs associés provenant de 11 universités (UQAR, Sherbrooke, Laval, UQO, UQAM, ÉNAP, HEC Montréal, Téluq, Laurentienne, Moncton et Ottawa).

Dans l'axe "les politiques et les pratiques sociales"; on y retrouve 1 chercheur en histoire dont les intérêts portent sur l'histoire des milieux populaires, principalement la culture populaire, telle qu’elle se manifeste dans les pratiques sociales (l’entraide), économiques (la prévoyance) et politiques (la participation civique).

-    Centre for Ethnographic Research & Exhibition in the Aftermath of Violence (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Concordia se penche sur les conséquences des conflits de la violence et les questions de culture et d'identité à la suite de la violence.

En histoire; les intérêts portent sur la culture juive post-Holocauste; l'histoire sociale sur le sexe, la race, et la politique de la résistance en Afrique du Sud; etc.

-    Centre for Interdisciplinary Studies in Society and Culture (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Concordia se penche sur la connaissance, la création et l'expression dans les cultures humaines passées et présentes dans une perspective humaniste et interdisciplinaire.

Il regroupe plus de 90 chercheurs provenant de nombreuses disciplines des arts, lettres et sciences humaines (anthropologie, beaux-arts, cinéma, communication, études anglaises, études françaises, études religieuses, géographie, histoire, histoire de l'art, linguistique, marketing, musicologie, philosophie, science politique, sociologie et théâtre).

En histoire; on y retrouve 10 chercheurs dont les intérêts portent sur l'histoire russe sociale, l'histoire des femmes, et la culture populaire russe des années 1850 à la fin de la Seconde Guerre mondiale; l'histoire des relations culturelles canadiennes et américaines avec l'URSS dans la guerre froide; l'histoire sociale et le sexe à l'époque coloniale et du XIXe siècle au Mexique; les intersections du genre, de l'empire, et de la modernité dans le contexte égyptien; les luttes urbaines autour du genre, la culture mondiale, la jeunesse, la modernité, et l'État en Tanzanie coloniale et postcoloniale; l'histoire irlandaise moderne (surtout au début du 20e siècle), les révolutions, la mémoire ou la dimension de l' histoire orale; les approches transnationales à des études de la classe ouvrière, la migration forcée, de recherche engagés communauté, médias temporelle, et des archives vivantes; l'histoire du génocide et de l'intervention humanitaire; les récits oraux de la violence de masse; etc.

-    Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones : se penche sur les questions de la vie sociale, économique et politique des communautés autochtones du Québec et du Canada, mais aussi d'ailleurs dans le monde dans une perspective multidisciplinaire, interdisciplinaire et globalisante et ce, avec la collaboration de différentes communautés autochtones en Amérique du Nord.

Il regroupe 31 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sociologie, travail social, criminologie, droit, anthropologie, histoire, science politique, sciences de l'éducation, sciences des religions, sciences de la gestion, histoire de l'art, architecture, santé communautaire et sciences forestières) provenant de 10 universités (Laval, UQAM, Montréal, UQAC, UQO, UQAT, Ottawa, Dalhousie, Moncton et Saint-Boniface); ainsi que 40 chercheurs collaborateurs provenant de 18 universités (Laval, UQAM, Sherbrooke, UQTR, UQAT, Saint-Boniface, St-Paul, Saint-Mary's, Northern BC, Maryland at Baltimore, Sao Paulo, Brasilia, Louvain, Leiden, Federale de Santa Catarina au Brésil, Catholique de Termucu au Chili, Antilles-Guyane, État de Yakousk en Russie).

En histoire; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur les droits ancestraux des Indiens non inscrits; les droits ancestraux des Indiens Innus; l’histoire des alliances franco et anglo-amérindiennes; le processus par lequel les Autochtones de l’est et du centre du Canada ont été progressivement dépossédés de leurs terres et placés sous la tutelle de l'État canadien; etc.

-    Centre interuniversitaire d'études sur la République des Lettres CIERL : centre pluridisciplinaire d'études de recherche qui explore la littérature française de la vaste période de l'Ancien Régime et du Nouveau-Monde (Renaissance) et aussi surnommée "République des Lettres" court de la fin du XVe siècle aux prodromes de la Révolution française vers la fin du XVIIIe siècle.

Il regroupe 15 chercheurs réguliers en littérature française, commuication, histoire, histoire de l'art et philosophie provenant de 7 universités (Laval, UQAM, UQTR, UQAC, UQAR, Montréal et Mcgill); ainsi que 18 chercheurs associés provenant de 11 universités (Laval, Sherbrooke, Mcgill, Bishop, Ottawa, Victoria, Waterloo, Winnipeg, York, Kent en UK et Paris 4 Sorbonne en France).

En histoire; on y retrouve 2 professeurs-chercheurs les intérêts portent sur l'histoire de l'Europe moderne, 1600-1800; l'histoire de Paris à l'époque moderne; l'histoire des sociabilités; l'histoire de la culture urbaine, plus particulièrement aux loisirs et aux sports sous l'Ancien Régime (comme les théâtres, les cafés, les cabarets, les wauxhalls, les jeux de paume et les promenades); etc.

-     Centre interdisciplinaire de recherche sur l'Afrique et le Moyen-Orient CIRAM : se penche sur les différents aspects économiques, juridiques, politiques, historiques, sociaux et culturels de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, ainsi que les enjeux et problématiques contemporains touchant ces régions sous 5 grands axes, soit : les enjeux géostratégiques et intégration régionale; la gouvernance, les régimes politiques et l'espace public; les conflits et la violence; l'économie et le développement; ainsi que les religions, les cultures et les sociétés.

Il regroupe 11 chercheurs réguliers et 3 chercheurs associés de différentes disciplines (science politique, droit, économique, communication, sciences des religions, histoire, anthropologie et sciences de la gestion) provenant de l'Université Laval.

En histoire; les intérêts portent sur les relations entre l'islam et la sphère publique dans une perspective intergénérationnelle et de genre; les relations entre islam et Politique et plus particulièrement entre figures arabisantes et Pouvoir; les pratiques sociales et culturelles dans ces sociétés musulmanes (agentivité, entreprenariat religieux, transmission des savoirs religieux, réseautage); les itinéraires des militants islamiques, ayant une fonction de leaders dans les associations islamiques en Afrique de l’Ouest et plus particulièrement au Sénégal et au Burkina Faso; l'histoire des discours et pratiques en lien avec la place du religieux dans l’espace public; l'histoire de l'enseignement religieux notamment franco-arabe; etc.

-     Centre interuniversitaire d’études québécoises CIEQ : regroupant 38 chercheurs réguliers et 36 chercheurs associés de nombreuses disciplines (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, démographie, science politique, sciences des religions, communication, sciences de l'éducation, etc.) provenant de 9 universités (Laval, Montréal, Sherbrooke, UQAM, UQTR, UQAC, UQO, Mcgill et Concordia); il étudie les changements de la société québécoise depuis les premiers peuplements jusqu'à aujourd'hui.

Les axes de recherche sont :

les populations et leurs milieux de vie : se consacre aux processus de formation du Québec contemporain : les populations et leurs habitats (ruraux et urbains), les formes historiques d’organisation des territoires (la seigneurie, la paroisse et le régime municipal, par exemple), les rapports historiques avec les environnements biogéophysiques (l’eau, la faune, la forêt et les ressources du sol) et notamment l’impact du développement humain sur ces milieux, les processus d’urbanisation et d’industrialisation, la montée des marchés et l’intégration du Québec dans les ensembles nord-américain et mondial.

les institutions et les mouvements sociaux : s’intéresse à la rencontre entre l’institution, les groupements organisés et la société québécoise. Il aborde l’État et ses différents dispositifs d’intervention et de régulation (le droit, la police, les appareils d’encadrement juridique, les divers niveaux de gouvernement, etc.). L’axe s’intéresse également aux institutions de la société civile telles que l’Église, l’école, l’hôpital, l’entreprise, l’association volontaire et les mouvements sociaux plus généralement.

la culture québécoise (diversité, échanges et transmission) : se penche sur les points de contact, d’échange et de différenciation culturels dans la société québécoise et entre cette dernière et les autres cultures aux plans canadien et international. Il se décline autour des domaines suivants : les grands systèmes d’idées, de croyances et de représentations du monde; la famille, l’aire domestique, le voisinage et les réseaux informels de sociabilité, en tant que lieux de reproduction sociale et de transmission, lieux d’échange, de solidarité et de conflits; les processus identitaires et les rapports d’altérité ; les relations interethniques, la colonisation et l’immigration; les échanges culturels et la hiérarchisation des cultures; les modes d’expression de la culture et les productions culturelles.

En histoire; on y retrouve 24 chercheurs réguliers et 3 chercheurs associés dont les intérêts portent sur :

La Nouvelle-France (1508-1763) : le régime seigneurial en France et au Québec; l'histoire de la Nouvelle-France rurale; le Canada et le Québec du régime français à l'industrialisation; l'histoire de la Nouvelle-France rurale; l'histoire sociale et culturelle du Québec, 17e, 18e et 19e siècles; les pratiques d’écriture et individualisation de la famille au 18e siècle; l'histoire de la famille québécoise; l'histoire des loisirs canadiens sous les régimes français et anglais; la régulation juridique du régime seigneurial canadien; etc.

Le Régime britannique (1763-1867) : l'histoire du monde rural québécois; agriculture et changement agricole; l'histoire sociale et culturelle du Québec, 17e, 18e et 19e siècles; l'histoire de la famille québécoise; les pratiques d’écriture et individualisation de la famille au 18e siècle; la construction sociale des âges de vie et des cycles de vie; l'histoire des loisirs canadiens sous les régimes français et anglais; l'histoire sociale et culturelle de la justice et des institutions juridiques; l'histoire des professions du droit et de la culture du droit; le rôle social et culturel des professionnels du droit sous le régime britannique; l'histoire maritime du Québec; l'histoire sociale et politique du 18e au 20e siècles); l'histoire de l'État et des institutions étatiques locales; les rapports entre religion et politique ou entre les Églises et l’État; les rapports entre religion et politique ou entre les Églises et l’État; l'histoire religieuse du Québec; l'histoire de l'éducation au Québec; l'histoire de la santé et du système hospitalier au Québec; l'histoire urbaine du Québec; l'histoire des politiques sociales et de la citoyenneté; l'histoire de l'environnement au Canada et au Québec; l'histoire des entreprises au Québec; l'histoire politique du Québec et du Canada; l'histoire politique et sociale de Montréal; etc.

Le Québec contemporain (1867 à nos jours) : le Canada et le Québec au 19e et 20e siècles; l'histoire des phénomènes migratoires; l'histoire religieuse du Québec; l'histoire de l'éducation au Québec; l'histoire de la santé et du système hospitalier au Québec; l'histoire urbaine du Québec; les dynamiques sociaux et familiaux au Québec; pères et paternité au Québec, 1900-1960; l'histoire des femmes et du genre au Québec; l'histoire du veuvage au Québec; l'histoire des identités sociales; l'histoire de l'économie sociale et des politiques sociales au Québec; l'histoire de la classe ouvrière et des mouvements sociaux; l'histoire de la consommation au Québec; l'histoire de la délinquance et de la régulation sociale au Québec; l'histoire économique et sociale du Québec contemporain; l'histoire de l'électricité et de l'énergie au Québec; l'histoire sociale et politique du 18e au 20e siècles); l'histoire de l'État et des institutions étatiques locales; l'histoire des entreprises au Québec; l'histoire maritime du Québec; l'histoire politique et sociale de Montréal; l'histoire sociale de la population de Trois-Rivières; l'histoire de la Révolution tranquille; les habitudes de vie, alimentation et activité physique au Québec : recommandations et promotion de 1945 à 1980; etc.

-         Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises : important centre de recherche dans le domaine de la littérature qui analyse des œuvres qu’à l’interprétation historique des pratiques et des corpus littéraires et culturels québécois et les phénomènes sociaux de la musique dans une perspective qui met en rapport les différents domaines et disciplines abordés.

Il regroupe 59 chercheurs réguliers de différentes disciplines (cinéma, danse, théâtre, musicologie, histoire, histoire de l'art, communication, littérature anglaise et bien sûr, littérature française) provenant de 7 universités (Laval, Montréal, UQAM, Sherbrooke, UQTR, UQAR et Concordia); ainsi que 30 chercheurs associés provenant de 7 universités (Laval, UQAM, Montréal, UQAC, Ottawa, Maine aux USA, degli studi di Udine en Italie) et 3 collèges (Édouard-Montpetit, Lionel-Groulx et Collège militaire royal de St-Jean).

En histoire et muséologie; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur l’histoire comparée des mentalités socioreligieuses d'Europe et d’Amérique à l’époque moderne (principalement au Québec et au Canada); le patrimoine immatériel, mise en valeur et tourisme culturel; la mise en scène du patrimoine; la ritualité contemporaine : rites profanes, rites de passage et rituels festifs, de loisirs et divertissements ; culture populaire et ethnologie urbaine : expression médiatique et associative des pratiques en milieu urbain, croyances et imaginaire (légendes urbaines); etc.

-    Centre interuniversitaire d’études sur les arts, les lettres et les traditions CELAT : centre de recherche interdisciplinaire et interuniversitaire qui s’intéresse aux différents aspects reliés aux arts, aux coutumes et aux traditions culturelles québécoises et canadiennes.

Il regroupe 31 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, histoire, histoire de l'art, linguistique, littérature comparée, littérature française, muséologie, sociologie, etc.) provenant de 5 universités (Laval, UQAM, UQAC, Montréal et Ottawa); ainsi que 15 chercheurs et autres membres associés provenant de 6 universités ou organismes (Laval, UQAM, UQAC, Institut d'histoire du temps présent IHTP du CNRS en France, de l'organisme d'innovation sociale Exebo et la Ville de Québec).

En histoire; on y retrouve 8 chercheurs dont les intérêts portent sur l'histoire de la presse de langue française au Canada au 20e siècle; l'histoire de la presse de langue française au Canada au 20e siècle; les processus d’appropriation de la culture matérielle et artistique des Premières Nations; la formation de la conscience historique chez les jeunes; la construction des identitaires collectifs; l’histoire de l’interculturation des Français et des Amérindiens du 16e au 20e siècles; l'histoire et conscience historique chez les Québécois; la mémoire et histoire au temps de la surmodernité; etc.

En muséologie; on y retrouve 8 chercheurs dont les intérêts portent sur la conservation et la mise en valeur des biens patrimoniaux; la requalification de vocation des territoires culturels; les modalités de transmission de la culture en contexte muséal; l'architecture des musées; la scénographie des expositions, la muséologie des droits de la personne; l'ethnologie du tourisme; le patrimoine bâti du Québec; le patrimoine religieux du Québec; les enjeux urbains de la patrimonisation; la culture matérielle; musée et action culturelle; les nouvelles muséologies; le collectionnement de biens patrimoniaux; la muséologie appliquée au domaine de l’archéologie; l’histoire de la muséologie; les pratiques culturelles; la micromuséologie; la gestion, la valorisation, la documentation et la recherche de patrimoine culturel matériel; les politiques de patrimonisation; l'histoire et les théories des musées; etc.

-    Centre interuniversitaire de recherche sur la Première Modernité CIREM : étudie la période qui va de la Renaissance (XVe siècle) jusqu'aux Révolutions de l'Atlantique (fin du XVIIe siècle).

Il regroupe 22 chercheurs en histoire, en philosophie et en littérature française provenant de xx universités (Laval, UQAM, Sherbrooke, UQAC, dont les intérêts en histoire portent sur :

l'histoire des villes modernes, XVII-XVIIIe siècles; l'histoire sociale, politique et culturelle de la guerre (XVe-XVIIe siècle); l'histoire des universités, XVe-XVIe siècle; l'histoire du livre et de l'imprimerie; l'histoire des autochtones; le patrimoine autochtone; la Nouvelle-France et la Révolution britannique; etc.

-         Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie : principal organisme interdisciplinaire de recherche au Canada consacré à l’études des dimensions historiques, sociales, politiques et économiques de l’activité scientifique et technologique.

Il regroupe 35 chercheurs provenant des 12 universités canadiennes dont 9 du Québec  (UQÀM, Mcgill, Montréal, Sherbrooke, I.N.R.S, Concordia, Laval,  U.Q.T.R., UQAC, É.T.S., Télé-Université, Ottawa, York et Toronto); ainsi que 38 chercheurs associés d'universités québécoises et étrangères (Leicester, catholique de Louvain et Harvard).

En histoire; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur l’histoire des disciplines et des universités : la période de formation des champs scientifiques (qui remonte au XVIIIe siècle et se consolide au milieu du XIXe siècle); l’évolution des disciplines et ses déterminants cognitifs et sociaux du XVIIIe au XXIe siècle; Histoire sociopolitique, notamment par la scientométrie, de champs disciplinaires dont l’objet est l’évaluation de la science et de l’innovation; l’histoire de la technologie au Canada et au Québec; l'histoire de la recherche scientifique au Canada; l'histoire des universités en Amérique du Nord; l'histoire de la santé publique et de l'environnement dans le monde du XIXe siècle; etc

-    Cercle Europe : organisation rattachée à l’Institut québécois des hautes études internationales, il s'intéresse sur toute question reliée à l'Europe, à ses divers pays, à ses structures d'intégration, à son histoire, à son développement économique, à ses défis et enjeux culturels et sociaux.

En histoire; les intérêts portent sur l’histoire de l’Europe contemporaine; l'histoire de la Deuxième guerre mondiale; l'histoire des relations internationales en Europe; l'histoire contemporaine de la Yougoslavie; etc.

-    Chaire de la fondation J. W. McConnell en Etudes Américaines : cette chaire de recherche de l'Université de Montréal étudie l'histoire internationale des États-Unis.

-   Chaire de recherche du Canada en histoire de l'Amérique latine : cette chaire de l'Université de Montréal tente de comprendre les limites et les avantages des commissions de la vérité dans la transition d'un régime autoritaire à un régime démocratique.

-    Chaire de recherche du Canada en histoire de la région de l'Océan indien : cette chaire de l'Université Mcgill étudie les premières migrations humaines au Madagascar ainsi que l'esclavage et le commerce des esclaves dans la région de l'océan Indien.

-    Chaire de recherche du Canada en histoire de la science dans les sociétés islamiques : rattachée à l'Institut des études islamiques de l'Université Mcgill, cette chaire étudie le contexte social, religieux et intellectuel dans lequel s’inscrivait la science dans les sociétés islamiques et effectuer des échanges scientifiques entre différentes régions culturelles au cours de la période prémoderne.

-    Chaire de recherche du Canada en histoire des loisirs et divertissements : cette chaire de recherche de l'UQTR étudie comment l’offre de divertissement s’est diversifiée et spécialisée, afin d’éclairer les fondements de la naissance d’une culture urbaine des loisirs.

-    Chaire de recherche du Canada en histoire du droit civil au Québec à l'époque contemporaine (XIXe et XXe siècles) : cette chaire de l'UQTR effectue l’analyse historique des interactions entre la société québécoise et le droit civil afin de de mieux comprendre le rôle joué par le droit civil dans la formation de la société québécoise.

-    Chaire de recherche du Canada en histoire et économie politique du Québec contemporain : cette chaire de l'Université Laval étudie la collectivité québécoise au chapitre de ses conditions d’épanouissement et du devenir de son identité historique, dans le contexte actuel de mondialisation et d’interculturalité.

-    Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences : cette chaire de l'UQAM effectue une analyse interdisciplinaire de la dynamique de la transformation des savoirs à diverses périodes critiques de l’histoire des disciplines et des universités : la période de formation des champs scientifiques (qui remonte au XVIIIe siècle et se consolide au milieu du XIXe siècle), la mise en place et le développement des structures départementales dans les universités nord-américaines (au cours de la période 1875-1945) et la période plus récente de transformation des universités et des disciplines (qui caractérise les vingt dernières années du XXe siècle).

-    Chaire de recherche du Canada en oralité de francophonies minoritaires d'Amérique : rattachée au Centre acadien, cette chaire de l'Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse effectue des études comparées sur la littérature orale et les traditions populaires des minorités acadiennes et canadiennes-françaises d’Amérique du Nord.

-    Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain : regroupant des chercheurs en urbanisme, design de l’environnement, histoire, histoire de l’art et sociologie, cett chaire de l'UQAM s’intéresse aux différents aspects du patrimoine urbain et du patrimoine bâti.

En histoire et muséologie; on retrouve 6 chercheurs associés dont les intérêts portent sur l'histoire des pratiques sociales et culturelles en milieu urbain (hygiénisme, tourisme et loisirs, patrimoines, alimentation); l'histoire de l'architecture, notamment l’architecture religieuse occidentale (avec un intérêt particulier pour le Moyen Âge, le XIXe siècle, les ordres monastiques, et les missions en Chine); les nouvelles approches de patrimonisation du patrimoine bâti; l’histoire du patrimoine bâti au Québec, plus particulièrement aux mécanismes de la patrimonialisation et au sens investi dans la conservation architecturale; la mise en valeur des paysages culturels et patrimoniaux et leur rôle dans le développement local et territorial; la requalification du patrimoine religieux à des fins communautaires; etc.

-    Chaire de recherche du Canada sur la question territoriale autochtone : cette chaire de l'UQAM effectue la réflexion sur la question territoriale autochtone selon une perspective historique afin de combler une lacune historiographique importante au sujet du traitement de la question territoriale autochtone dans la région où prit forme la Confédération canadienne.

-    Chaire de recherche en histoire religieuse du Canada : rattachée à l’Université St-Paul à Ottawa, cette chaire effectue des recherches bibliographiques et archivistiques sur l’histoire religieuse canadienne de ses débuts à nos jours. Du côté bibliographique, on constitue un fichier bibliographique aussi exhaustif que possible portant sur l’histoire religieuse canadienne qui comprend actuellement quelque 40 000 titres et est en cours d’informatisation. Du côté archivistique, il effectue l’inventaire des sources archivistiques d’intérêt canadien dans les archives et bibliothèques de Rome couvrant de 1622 à 1922.

-    Chaire de recherche sur l'histoire de la francophonie canadienne : rattachée au Centre de recherche sur la civilisation canadienne française de l'Université d'Ottawa, cette chaire s'intéresse aux facteurs qui ont contribué à l’essor et au déclin du Canada français en tant que référence culturelle et politique et réalité institutionnelle, ainsi que sur l’origine et la portée des divers projets qui y ont succédé au sein de la francophonie canadienne.

-   Chaire de recherche du Canada sur le pluralisme en santé : cette chaire de l'Université de Montréal étudie le pluralisme en santé à l’heure de la mondialisation afin de mieux comprendre la santé de la population canadienne en considérant les défis que pose le multiculturalisme.

-    Chaire Fernand-Dumont sur la culture : cette chaire de l'INRS regroupant 8 chercheurs de différentes disciplines (histoire, philosophie, sociologie, science politique); elle se consacre à l’étude de la culture sous ses diverses dimensions dans une perspective pluridisciplinaire sous 5 axes, soit : l'histoire culturelle et territoires, science et histoire intellectuelle, politiques culturelles, pratiques artistiques contemporaines, industries culturelles et culture numérique.

En histoire; les intérêts portent sur l’origine des politiques culturelles au Québec, de 1867 à 1980; les dimensions sociohistoriques de la mesure statistique des activités scientifiques, de la technologie et de l’innovation; l’identité et le sentiment d’appartenance régionalel l’histoire des institutions locales; etc.

-    Chaire Hector-Fabre d’histoire du Québec : cette chaire de l'UQAM s’intéresse principalement à l’histoire politique du Québec dans les axes suivants : histoire du nationalisme québécois et de la formation de l’identité politique, histoire de la politique ouvrière et syndicale du Québec, histoire des relations internationales du Québec et histoire des Canadiens français/Québécois face aux guerres, etc.

-    Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d'expression française en Amérique du Nord (CEFAN) : cette chaire de l’Université Laval étudie la contextualisation qui tient compte des différentes conditions culturelles de la francophonie nord-américaine et la conceptualisation qui cherche à dégager les significations que portent toutes ces cultures d'expression française.

-    Chair in Slovak History (en anglais) : l'une des rares unités de recherche en Amérique du Nord consacrées à ce pays, cette chaire de l'Université d'Ottawa s’intéresse aux différentes dimensions historiques, sociales et culturelles de la Slovaquie.

-     Groupe d’études et de recherche sur l’Asie contemporaine GERAC : rattaché à l’Institut québécois des hautes études internationales de l’Université Laval, il regroupe 8 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, management et science politique) qui s’intéressent à l’émergence économique des pays asiatiques ainsi que ses conséquences politiques, sociales et culturelles.

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire socioculturelle à l'époque des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911); l'histoire de la Chine, du 17e siècle à 1949; l'histoire des relations entre la Chine et l'Occident, du 17e siècle à 1949; ainsi que la rencontre Orient-Occident, plus particulièrement aux contacts entre les traditions chrétiennes et la société traditionnelle chinoise.

-    Groupe d’études et de recherches sur les sociétés africaines : s’intéresse aux différents aspects des communautés et sociétés de ce grand continent qu’est l’Afrique.

Dans le domaine de l’histoire; les projets portent sur l’histoire de l’Afrique centrale au XIXe et XXe siècles, histoire politique et socioreligieuse de l’Afrique au sud du Sahara et de ses relations avec le monde arabo-musulman, histoire contemporaine des sociétés africaines au sud du Sahara, etc.

-    Groupe d'histoire de l'Atlantique francais : se penche sur les liens entre la connaissance, la culture, et le pouvoir l'époque moderne (1500-1830) dans le monde atlantique francophone.

Il regroupe 8 chercheurs réguliers en histoire de 3 universités (Mcgill, Montréal et Sherbrooke) dont les intérêts portent sur l'histoire de l'Atlantique des XVIIIe et XIXe sièclesl’historiographie et les finances des États coloniaux pré-industriels; l’histoire socio-culturelle des sciences, et des rapports entre la France et le monde extra-européen aux XVIIe-XVIIIe siècles; la propriété foncière et le processus de colonisation des peuples et des territoires autochtones de l’Amérique du Nord; l’histoire comparée des mentalités socioreligieuses d’Europe et d’Amérique à l’époque moderne; l'histoire du commerce de la Nouvelle-France à l’époque moderne, principalement les circulations de toute sorte (personnes, biens, savoirs, informations) entre l'Amérique amérindienne et française, et l'Europe (XVIIe-XIXe); l’histoire sociale et culturelle des populations qui vivaient dans la vallée du Saint-Laurent aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, dans une perspective atlantique; les rapports entre les États-Unis et le monde atlantique français durant l’ère des révolutions, au XVIIIe siècle; les résistances d’esclaves dans le monde atlantique (notamment en Louisiane, Saint Domingue, Jamaïque et Caroline du Sud), notamment la fuite; les révolutions haïtiennes et françaises; l’évolution des institutions de la justice à Montréal et aux Trois-Rivières aux XVIIe et XVIIIe siècles; les courants politiques, sociaux et intellectuels dans l'histoire de l'Atlantique des XVIIIe et XIXe siècles; etc.

-    Groupe d'histoire de Montréal : regroupant 17 chercheurs en histoire provenant de 11 universités canadiennes (Mcgill, Montréal, Concordia, UQAM, UQTR, UQAR, Simon Fraser, Ryerson, York, UBC et Toronto); explorer l’histoire sur une longue période (principalement aux XXe et XIXe siècles) et dans une grande variété de thèmes (notamment en histoire sociale et culturelle).

Les chercheurs des universités québécoises ont des intérêts tels que : l'histoire du concept de la faillite à Montréal entre 1840 et 1900; l’histoire des réfugiées, l’humanitarisme et les droits d’homme la médicalisation de la grossesse et de la petite enfance; la surveillance médicale des écoliers, la diffusion des théories psychologiques dites «modernes» dans le Québec de l'après-guerre; l’histoire des femmes; l’histoire de la famille; l’histoire des réfugiées, l’humanitarisme et les droits d’homme l'histoire du mouvement ouvrier et de la classe ouvrière au Québec; l’histoire du Québec et du Canada au XXe siècle; l’histoire de la Cour des jeunes délinquants de Montréal, sur la délinquance féminine et sexuelle, de même que sur la régulation de la jeunesse; la construction identitaire et l’expérience de la jeunesse dans les domaines de la justice et de la sécurité sociale au Québec, au XXe siècle; l’histoire du quotidien, plus spécifiquement à celle de la famille et de la consommation au Québec pendant les « Trente Glorieuses »; l’histoire sociale, urbaine et environnementale, plus précisément sur l’origine des mobilisations citoyennes face aux risques de la pollution automobile pour la santé et l’environnement à Montréal entre 1955 et 1979;  l'histoire des tavernes à Montréal au XIXe siècle; l’histoire économique et sociale du Canada des XIXe etXXe siècle; etc.

Les chercheurs des autres universités ont des intérêts tels que : l'histoire économique, politique et sociale des Premières Nations; sur l'histoire du Canada depuis la Conquête; le mariage dans les colonies blanches de l’empire britannique au XIXe siècle; l’histoire urbaine et culturelle, en particulier de Montréal et de Bruxelles dans une dynamique transnationale et comparative;  la pensée postcoloniale, la migration, la race, le genre et l’histoire de l’empire et des mouvements d’opposition; etc.

-    Groupe de recherche en études slaves de l'Université d'Ottawa (et Chaire de recherche du Canada en études slaves) : s'intéresse aux aspects sociaux et culturels des pays slaves et des communautés slaves partout dans le monde (russes, polonaises, serbes, slovaques, notamment).

Il regroupe 8 professeurs-chercheurs réguliers (histoire, littérature russe, droit et sociologie) de l'Université d'Ottawa; ainsi que 8 chercheurs associés provenant de 6 universités (Laurentienne, Carleton, Victoria, Toronto, Académie russe des sciences, catholique de Lubin).

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire de la Slovaquie et des Slovaques;  l'histoire de la Russie jusqu'en 1917; l'histoire de la Russie depuis 1917; la société rurale en Russie à la fin du XIXe - début XXe siècles; l’impact de la Première guerre mondiale sur les provinces russes; l'histoire de l'immigration des communautés slaves en Amérique du Nord; etc.

-    Groupe de recherche en histoire des sociabilités 1650-1850 : regroupant 8 chercheurs en histoire et en études littéraires  provenant de 4 universités (UQAM, Mcgill, Concordia et UQTR); il cherche à comprendre l’évolution des formes de la sociabilité dans un long dixhuitième.

-    Groupe de recherche multidisciplinaire de Montréal sur les livres anciens : ce groupe de recherche regroupant 3 chercheurs en littérature francaise et en histoire de l'UQAM et de l'Université Concordia élaborent un site web et un catalogue détaillé d'imprimés anciens et effectue des études approfondies des manuscrits médiévaux et des imprimés des XVe et XVIe siècles conservés dans les Collections de l’UQÀM.

-    Groupe de recherche sur l'éducation et les musées de l'UQAM : fait l’étude des musées et de leurs fonctions les relations école-musée en vue d'une pédagogie muséale. Les principaux axes de recherche sont :

l'élaboration de modèles génériques (théoriques et opérationnels) propres à l’éducation muséale; la mise en œuvre de projets de partenariat entre l’école et le musée / Liens entre des institutions d’éducation formelle et non formelle; l'évaluation et actualisation du potentiel éducatif des expositions (contenus et dispositifs); l'élaboration et validation de stratégies d’utilisation par les musées à des fins éducatives des technologies de l’information et de la communication; ainsi que la conception et réalisation d’expositions fondées sur de paramètres d’éducation muséale.

-    Groupe de recherche sur l’histoire de l’UQAC : regroupe 7 chercheurs en histoire de l'UQAC qui s'intéressent principalement à l'histoire régionale (notamment du Saguenay-Lac-St-Jean, mais aussi d'autres régions du Québec comme le Bas-St-Laurent, l'Abitibi-Témiscamingue ou le Côte-Nord) et à histoire des peuples autochtones (notamment l’histoire des Montagnais du Nord-est québécois et sur l’histoire des Inuits); mais également à d'autres sujets historiques tels que les histoires de vie; les cultures villageoises; le récréotourisme nordique, migration des jeunes, pêches chez les peuples autochtones; l'histoire des alliances avec les peuples autochtones; les dynamiques interculturelles; etc.

-    Groupe de recherche sur la diversité urbaine : rattaché au Centre d'études ethniques des universités montréalaises et regroupant 11 chercheurs de différentes disciplines (sociologie, anthropologie, démographie, histoire, sciences des religions et didactique) de l'Université de Montréal; il explore la diversité québécoise, principalemen montréalaise sur les flux migratoires et l'insertion des migrants, sur les pratiques sociales et culturelles, ainsi que sur le rôle de l'État, de la société civile et des représentations collectives dans la construction des relations interethniques.

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire sociale et culturelle; l'histoire des migrations; l'histoire de la diversité ethnique en Amérique du Nord; l'histoire de la diversité ethnique en Europe; etc.

-    Groupe interdisciplinaire de recherche en archistique de l'Université de Montréal : regroupant 9 chercheurs en histoire et en sciences de l'information (bibliothéconomie) de l'Université de Montréal et de l'UQAM; ainsi que 6 chercheurs associés (Université catholique de Louvain en Belgique, Haute École de gestion de Genève en Suisse; Université de la Manouba en Tunisie, Bibliothèque et Archives Canada et Bibliothèque et Archives nationales du Québec; il s'intéresse aux différentes problématiques en archivistique dans une perspective interdisciplinaire telles que : les nouveaux enjeux du numérique en archivistique; la normalisation en archivistique; approche conceptuelle des documents d'archives; l'indexation des documents d'archive; l'histoire du livre et des bibliothèques; etc.

-    Institut d’études anciennes et médiévales de l’Université Laval : le plus important centre de recherche dans le domaine des études anciennes au Québec s'intéresse au différents aspects historiques, sociaux, culturels, philosophiques, linguistiques du monde ancien égyptien, grec, romain, latin, ainsi que du Proche-Orient ancien.

Il regroupe 14 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, études anciennes, études classiques, histoire, histoire de l'art, philosophie et sciences des religions) de l'Université Laval; ainsi que 7 chercheurs associés provenant de 6 universités (Montréal, Nebraska, Jean-Moulin Lyon 3, Paris X Nanterre-La Défense, École pratique des hautes études de France et Bergen aux Pays-Bas).

En histoire et études anciennes; les intérêts portent sur les relations des civilisations classiques avec l'Orient; l'archéologie grecque et romaine (principalement l'archéologie cypriote et levantine du premier millénaire avant l'ère chrétienne); l'histoire de l'Empire achéménide dans le Proche-Orient ancien; l'archéologie du Proche-Orient (Mésopotamie et Levant), du Néolithique au début de l'âge du Fer; l'histoire des institutions militaires dans les cités grecques; les problèmes politiques et sociaux des cités hellénistiques; les comportements sociopolitiques des Grecs anciens; étude des documents épigraphiques d'époque hellénistique et impériale; l’histoire des représentations sociales à travers l’analyse du langage des textes anciens; les relations existant entre les mondes culturels grec et latin au deuxième siècle de notre ère; l’histoire du travail et des travailleurs à partir de l’analyse du droit et des papyrus d’époque romaine et byzantine; l'histoire sociale de l'Occident médiéval principalement pendant le Moyen Âge central (VIIIe-XIIIe siècle); etc.

-    Institut d’études canadiennes et autochtones de l’Université d’Ottawa : le plus important organisme de recherche en études canadiennes au monde, réalise de nombreuses recherches sur tous les aspects économiques, politiques, sociaux, culturels, démographiques, géographiques et historiques concernant le Canada.

Il regroupe 20 chercheurs de différentes disciplines (géographie, histoire, communication, droit, économique, science politique, sciences des religions, sociologie, histoire de l'art, littérature anglaise) de l'Université d'Ottawa.

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire des femmes au Canada; l'histoire sociale du Canada; l'histoire du mouvement ouvrier au Canada; l'histoire politique du Canada; l'histoire économique du Canada; l'histoire culturelle du Canada; l'histoire du droit au Canada; l'histoire de l’identité canadienne; l'histoire des francophones au Canada; l'histoire de l’environnement du Canada; l'histoire de l’immigration au Canada; l'histoire religieuse au Canada; l'histoire des relations internationales du Canada; l'histoire contemporaine du Canada; l'histoire de l’Acadie; l'histoire des franco-ontariens, l'histoire du Québec contemporain; l'histoire contemporaine de l'Ontario; l'histoire des peuples autochtones du Canada; l'histoire des communautés métisses du Canada; l'histoire de la Ville d’Ottawa; etc.

-    Institut d’études et de recherches féministes de l’UQÀM : le plus important centre de recherches en études féministes au Québec, il regroupe plus d’une soixantaine de chercheurs de nombreuses disciplines (sociologie, science politique, communication, sexologie, travail social, psychologie, droit, histoire, sciences de l'éducation, philosophie, sciences des religions, études littéraires, histoire de l'art, géographie, kinanthropologie, management, danse, théâtre, etc.) provenant tous de l'UQAM. Ils étudient dans une perspective interdisciplinaire les rapports sociaux des sexes, les enjeux sociaux contemporains du féminisme, les pratiques sociales, politiques, économiques et culturelles des femmes, les grands courants de la pensée féministe, etc.

En histoire; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur l’entrée des femmes dans la modernité; l'histoire des femmes et de la famille au 20e siècle; l'historiographie féministe; l'histoire intellectuelle et culturelle des femmes en Europe au 19e et 20e siècles; l'histoire sociale et culturelle des femmes en Angleterre au 19e et 20e siècles; l'histoire contemporaine des femmes en Grande-Bretagne, en Europe et aux États-Unis; les théories et épistémologies féministes; l'histoire de l’esclavage aux États-Unis; l'histoire sociale des femmes au Québec et au Canada; etc.

-    Institut du patrimoine culturel de l'Université Laval : se consacre à la conservation, de la transmission et de la promotion du patrimoine culturel du Québec et de l’Amérique française.

Il regroupe 22 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, ethnologie, architecture, histoire, muséologie, sciences religieuses, littérature, droit et musique); ainsi que 6 praticiens associés (Ville de Québec, ICOMOS Canada, Conseil des monuments et sites du Québec et l’Université Antilles Guyane dans les Antilles françaises.

En histoire et muséologie; les intérêts portent sur l’interaction du couple patrimoine/tourisme, plus précisément sur l’insertion de ce binôme dans les processus de revendications identitaires à l’échelle locale et globale; les nouvelles formes d’hospitalité et de créativité culturelle et touristique dans les villes du patrimoine mondial, ainsi que dans les capitales du tourisme international; le patrimoine culturel matériel et immatériel; l’utilisation du patrimoine patrimonial dans l’activité touristique; le développement et promotion du touristique patrimonial; les nouvelles technologies et médiation des patrimoines; etc.

-    Institute of Islamic Studies (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Mcgill se penche sur les origines de l'Islam; à la montée de la civilisation dans laquelle la foi islamique a été le facteur vivifiant,;les forces qui ont façonné la civilisation; et les changements qu'il a subis. Il est également préoccupé par la dynamique contemporaine du monde islamique en tant que musulmans cherchent à relier leur héritage du passé au présent.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, sciences des religions, philosophie, science politique, linguistique et littérature arabe).

En histoire; on y retrouve 5 chercheurs dont les intérêts portent sur l'histoire sociale et intellectuelle des sociétés islamiques médiévales et pré-modernes; l'histoire du Moyen-Orient du XXe siècle, notamment les relations entre les druzes et les juifs; l'histoire de l'Empire ottoman; l'histoire de la pensée politique islamique; l'histoire des mouvements religieux islamiques jusqu'en 1800; l'histoire de la science dans les sociétés islamiques; le colonialisme et l'État-nation; les femmes et la résistance; les femmes, le travail et la famille dans une perspective mondiale; Les femmes et la guerre; Islam wahhabite; le travail et le genre dans le monde arabe; les femmes musulmanes; etc.

-    Laboratoire d'archéologie et de patrimoine de l'UQAR : regroupant 4 chercheurs réguliers en histoire et en géographie de l'UQAR et 2 chercheurs associés (Cégep de Rimouski et Université de Montpellier en France); il porte un intérêt particulier, mais non exclusif, à l'étude des ressources culturelles de l'Est-du-Québec.

En histoire; les intérêts portent sur l'archéologie romaine et byzantine; l'Antiquité tardive; les méthodes de l'archéologie; l'archéologie historique; l'archéologie du passé récent; la culture matérielle; l'histoire des sociétés rurales du Québec; les élites et institutions locales; l'architecture domestique; l'histoire des paysages bâtis; les identités, mémoires et représentations; l'archéologie environnementale; l'archéobotanique; l'archéologie de l'Est-du-Québec; la préhistoire et néolithisation; le patrimoine maritime; etc.

-     Laboratoire d'histoire et de patrimoine de Montréal : ce laboratoire de recherche de l'UQAM regroupant 9 chercheurs en histoire, muséologie et études urbaines provenant de 4 universités (UQAM, Sherbrooke, UQTR et Laval); il s'intéresse à l'histoire et au patrimoine urbains, surtout de Montréal concernant l’urbanisation et à l'empreinte des activités humaines sur le territoire, le cadre bâti et le paysage, de même qu'aux rapports entretenus par les citadins avec ces divers lieux et leur passage.

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire du Canada depuis 1840; l'histoire urbaine nord-américaine aux XIXe et XXe siècles; l'histoire intellectuelle du Québec du XVIIIe au XXe siècles; l'histoire socio-économique du Québec aux XIXe et XXe siècles; l'histoire culturelle du Québec au XXe siècle; l'histoire de Montréal de sa fondation jusqu'au XIXe siècle; l'histoire régionale de Montréal aux 19e et 20e siècles; l'histoire de la régulation sociale de la pauvreté à Montréal (1840-1921); les trajectoires historiques de la misère à Montréal (1840-1921); le patrimoine urbain de Montréal; le patrimoine industriel de Montréal; histoire, musées et patrimoine; l'identité, histoire et mémoire; etc.

-    Laboratoire de muséologie et d'ingénierie de la culture de l'Université Laval LAMIC : rattaché au Centre interuniversitaire d'études sur les arts, les lettres et les traditions CELAT; ce laboratoire explore les relations entre l'objet, le visiteur et l'espace en contexte muséal et étudie les modalités de transmission de la culture à travers l'expérience muséale et à évaluer l'efficacité des technologies de pointe à transmettre des contenus culturels.

-    Laboratoire de recherche sur les familles et les collectivités métisses de l’Université d’Ottawa (et Chaire de recherche sur les métis de l'Université d'Ottawa) : rattaché à l'Institut des études canadiennes et autochtones de l'Université d'Ottawa; il regroupe 2 chercheurs (géographie et histoire) qui s'intéressent à l'histoire et à la territorialité des communautés métisses du Canada.

-    Laboratory for Latin American and Carribean Studies at Concordia (en anglais) : regroupe 4 chercheurs (science politique, histoire et anthropologie) qui s'intéressent notamment à l'étude ethnographique de l'environnement et des infrastructures, l'État bureaucratique et le développement international en Amérique latine.

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire sociale et sexuée des coloniale et du 19e siècle au Mexique.

-    Montreal Institute for Genocide and Human Rights (en anglais) : ce centre de recherche de réputation internationale de l'Université Concordia regroupe 2 chercheurs réguliers en histoire (et 1 chercheur associé, soit le Lieutenant Général retraité et sénateur retraité Roméo Dallaire) qui s'intéressent aux génocides, aux crimes de masse et aux droits humains passés et présents et pour prévenir ceux de l'avenir.

Les intérêts portent sur l'histoire du génocide et de l'intervention humanitaire; la dynamique locale du nationalisme, la violence intercommunautaire, et de la mémoire historique, principalement sur la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et la Serbie; les femmes et l'extrémisme violent; l'histoire des médias dans la couverture des génocides et crimes de masse; l'histoire des droits humains et de la justice internationale des crimes contre l'humanité; etc.

-   Programme de recherche en démographie historique du Québec de l'Université de Montréal PDRH : regroupant 2 chercheurs en démographie qui effectuent de nombreuses recherches démographiques sur l’histoire du Québec depuis le début de la colonisation française afin de reconstituer exhaustivement la population du Québec ancien depuis le début de la colonisation française au XVIIe siècle. La réalisation de cet objectif se présente sous la forme d'un registre informatisé de population, constitué des dossiers biographiques de tous les individus de souche européenne qui ont vécu dans la vallée du Saint-Laurent. Bien qu'aucun chercheur en histoire n'y soit membre, des étudiants de maîtrise et doctorat en histoire peuvent y participer.

-    Projet BALSAC : projet conjoint entre l’UQAC, l’Université Mcgill, l’Université Laval et l’Université de Montréal cherchant à reconstituer les itinéraires individuels et familiaux et les généalogies ascendantes et descendantes de la population à partir de données tirées des actes de l’état civil du Québec. Ces données permettront d’effectuer des études historiques, ethnologiques, démographiques, géographiques et sociales sur les populations québécoises d’hier et d’aujourd’hui.

-    The Concordia University Institute for Canadian Jewish Studies (et Canadian Chair in Jewish Studies) (en anglais) : ce centre de recherche interdisciplinaire de l'Université Concordia regroupant 7 chercheurs en sciences des religions, histoire, histoire de l'art, littérature anglaise et littérature française se penche sur l'expérience juive canadienne.

En histoire; les intérêts portent sur l'histoire du génocide et de l'intervention humanitaire, notamment en ce qui concerne l'antisémitisme.

En sciences des religions et théologie :

-     Azrieli Institute of Israël Studies of Concordia (en anglais) : centre de recherche interdisciplinaire qui s'intéresse aux aspects économiques, politiques, géographiques, historiques, sociaux et culturels de l'Israël.

Il regroupe 7 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, histoire, science politique, sciences des religions, littérature anglaise et histoire de l'art) de l'Université Concordia; ainsi que 27 chercheurs associés qui se consacrent en partie à l'étude de ce pays (science politique, sciences de l'éducation, histoire, sciences des religions, études classiques, anthropologie, sociologie et sciences de la gestion).

En sciences des religions; les intérêts portent sur le judaïsme dans l'antiquité tardive; l'Apocalypsisme ancien, médiéval et moderne; l'Apocalypsisme et culture populaire; les mouvements et groupes apocalyptiques et millénaristes; la biblique apocryphe et pseudépigraphe ancienne et médiévale; loi juive et éthique juive; la mystique juive; la philosophie de la religion juive; la psychologie de la religion juive; l'étude des manuscrits juifs; l'hassidisme; études de l'Holocauste; le judaïsme orthodoxe en Amérique du Nord; le judaïsme canadien; les perceptions du temps, l'espace et le changement social; le judaïsme et la science; les femmes et le judaïsme; alimentation et religion; l'expérience juive canadienne; etc.

-     Centre d'éducation religieuse et de catéchèse : ce centre d'études et de recherche de l'Université St-Paul en Ontario se consacre à l’éducation religieuse et de la catéchèse dans la religion catholique et dans toutes les traditions chrétiennes dans l'objectif le développement de la foi et à la catéchèse au Canada. Les intérêts portent sur l’éducation religieuse; la foi chez les adultes; le leadership et la spiritualité; la formation continue des enseignants en éthique et culture religieuse; etc.

-     Centre d’éthique et de théologie contextuelles québécoises de l’Université de Montréal : se penche sur les diverses approches contextuelles en théologie et en éthique notamment : la contextualisation sociétale et ecclésiale des questions abordés, la mise en contribution de d’autres disciplines pouvant permettre de dégager les logiques à l’œuvre dans le contexte, etc.

-    Centre d'études classiques de l'Université de Montréal : regroupant 6 chercheurs en anthropologie, histoire, philosophie, sciences des religions et littérature ancienne; il s'intéresse aux aspects historiques, anthropologiques, religieux et philosophiques des civilisations antiques grecques et romaines.

En sciences des religions; les intérêts portent sur la religion et les mentalités de la Grèce antique, au sein du monde méditerranéen, particulièrement aux modalités de communication entre hommes et dieux.

-    Centre d'Études EThniques des Universités Montréalaises CEETUM : centre de recherche interuniversitaire et pluridisciplinaire qui regroupe près d'une quarantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (psychologie, sociologie, travail social, sciences de l'éducation, économique, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, science politique, anthropologie, géographie, histoire, philosophie et sciences religieuses) provenant de 7 universités (Montréal, UQAM, Sherbrooke, INRS, Concordia, UQTR et ÉNAP), spécialisés dans l’étude des relations ethniques au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde.

En sciences des religions; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur les secondes générations d’immigrants dans les églises pentecôtistes, en particulier leurs pratiques matrimoniales; la diversité religieuse et ses liens entre religion, migration et transnationalisme; les liens entre religions, identités et construction des frontières entre les groupes majoritaires et minoritaires dans une perspective interdisciplinaire; etc.

-    Centre d'études de l’Asie de l’est de l'Université de Montréal : centre de recherche interdisciplinaire qui se consacre à l’étude de tous les aspects économiques, politiques, démographiques, historiques, géographiques, sociaux et culturels des pays de l’Asie de l’Est, principalement la Chine, mais également les autres pays de cette région.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes (droit, histoire, géographie, philosophie, anthropologie, science politique, sciences des religions, littérature comparée, etc.).

Dans le domaine des sciences des religions; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur l’histoire de la religion en Chine moderne et contemporaine; l’hindouisme et les religions d’Asie du Sud, notamment l’hindouisme de la bhakti, la tradition sikhe, la tradition bouddhiste, l’hindouisme moderne et les mouvements hindous de réforme des 19e et 20e siècles; etc.

-   Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) : ce centre de recherche de l'UQAM s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels, politiques, économiques et juridiques de l'Asie du Sud (comprenant le Bangladesh, le Bhoutan, les Maldives, le Myanmar, le Népal, le Pakistan, le Sri Lanka et, bien entendu, l’Inde).

Il regroupe 24 chercheurs réguliers de différentes disciplines des sciences humaines (anthropologie, communication, géographie, histoire, philosophie et sciences des religions); des sciences sociales et administratives (économique, droit, science politique, sciences de la gestion); ainsi que des arts et lettres (histoire de l'art, danse, études littéraires, linguistique et théâtre) provenant de 7 universités (UQAM, Concordia, Mcgill, Montréal, Sherbrooke, Laval et HEC Montréal);

ainsi qu'une vingtaine de chercheurs associés provenant de 19 universités (Carleton, Laurentienne, St-Francis-Xavier, Victoria, UBC, Antilles-Guyane dans le territoire Français, Bordeaux en France, CNRS Paris en France, IRIS Sup en France, Paris-Sorbonne en France, Institut universitaire des hautes études internationales de Genève en Suisse, Singapore de Singapore, English and Foreign Languages University en Inde, Indian Institute of Management - Calcutta en Inde, Madras en Inde, Mumbai en Inde, South Pacific aux îles Fidji, UCLA aux USA et Columbia aux USA).

En sciences des religions; on y retrouve 5 chercheurs dont les intérêts portent sur les religions de l'Asie du Sud et de l'Himalaya; l’articulation du religieux sud asiatique avec les sphères politiques et sociales; les religions et la politique en Asie du Sud; l'étude interdisciplinaire de l'hindouisme sous les aspects sociaux, culturels, historiques et politiques; l’hindouisme de la bhakti, la tradition sikhe, la tradition bouddhiste; l’hindouisme moderne et les mouvements hindous de réforme des 19e et 20e siècles; la société et religion au Népal; le christianisme en Inde; femmes et religions en Inde; la diversité culturelle et religieuse; les communautés hindoues au Canada; etc.

-     Centre d'études des religions de l'Université de Montréal CERUM : Unique au Canada grâce à son approche multidisciplinaire; il regroupe 36 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sciences des religions, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, criminologie, science politique et musique) et une quarantaine de chercheurs associés de l'Université de Montréal qui s'intéressent aux phénomènes religieux, les rapports des religions entre les individus et les sociétés, la diversité culturelle et l'interculturalité, les nouveaux mouvements religieux, etc.

En sciences des religions; on y retrouve 15 chercheurs réguliers et 6 chercheurs associés dont les intérêts portent sur :

les religions anciennes : les religions du Proche-Orient ancien; le judaïsme ancien; l'histoire et archéologie d’Israël; les origines du christianisme; l'analyse syntaxique des textes de l’Ancien Testament, etc.

les religions occidentales : la ritualité et la transmission de la foi chrétienne; Dieu dans le discours théologique; l'alimentation et christianisme; le dialogue judéo-chrétien; Nietzsche et la critique du christianisme; les origines du christianisme; psaumes et écrits de sagesse; l'ecclésiologie; le Nouveau Testament; la christologie paulinienne; l'apocalyptique; l'herméneutique biblique; religion et christianisme; le gnosticisme chrétien; Jésus de l'histoire; les Évangiles synoptiques; la résurrection; l’Esprit saint; la méthodologie historico-critique; Luc/Actes des Apôtres; la papauté; les groupes catholiques intégristes; vie spirituelle et pratiques chrétiennes; l'intervention biblique; la réforme protestante; les Églises africaines; les groupes religieux et nouvelles religions; etc.

les religions orientales : la religion populaire chinoise; les rapports État-religion populaire en Chine; le judaïsme ancien; la Bible hébraïque (prophètes, psaumes et écrits sapientiaux); l'hébreu biblique; la Pentateuque; les textes de Qumrân; le dialogue judéo-chrétien; l’histoire de la religion en Chine moderne et contemporaine; les religions de l'Asie du Sud et de l'Himalaya; l'étude interdisciplinaire de l'hindouisme sous les aspects sociaux, culturels, historiques et politiques; l’hindouisme de la bhakti, la tradition sikhe, la tradition bouddhiste; l’hindouisme moderne et les mouvements hindous de réforme des 19e et 20e siècles; la société et religion au Népal; le christianisme en Inde; etc.

les religions au Canada et au Québec : la tradition québécoise d'engagement sociopolitique chrétien; les pratiques religieuses amérindiennes,; les nouvelles pratiques du christianisme au Québec; l'éducation de la foi des adultes au Québec; les pratiques religieuses dans le monde rural; les transmissions et la socialisation religieuse dans le Québec contemporain; le catholicisme québécois contemporain; les communautés hindoues au Canada; l'éthique théologique chrétienne; l'enseignement de l'éthique et de la culture religieuse au secondaire; etc.

aspects socioculturels des religions : la sociologie des religions; la diversité culturelle et religieuse; le pluralisme religieux; le dialogue interreligieux; la pédagogie religieuse; l'inculturation religieuse; les nouveaux groupes religieux; culture pop-rock et religion; ritualités populaires; abus sexuels et spiritualité; souffrance et religion; femmes et religion; féminismes et inter-spiritualités, masculinité et religion; les jeunes et religion; l'ethnicité et les appartenances religieuses; les discriminations religieuses; la religion et les médias; la religion et le cinéma; la psychologie et la religion; la religion et l'éducation; les soins spirituels; la religion et la spiritualité; l'environnement et la religion; les rapports entre religion et Internet; la théologie féministe; etc.

aspects économiques, juridiques et politiques des religions : l'éthique socioéconomique et politique; l'économie comme violence sacrificielle; religion et organisations religieuses en Europe; la religion et la politique; la religion et le droit; etc.

éthique : l'éthique théologique chrétienne; la morale et la sexualité; la santé, spiritualité et éthique; l'éthique socioéconomique et politique; la délibération en éthique clinique; bioéthique et pluralisme religieux; souffrance et religion; éthique et modernité; les neurosciences et religion; etc.

-     Centre d’études Marie-de-l’Incarnation : avec l’étroite collaboration de la Province des Ursulines de Québec, ce grouipe de recherche regroupant 2 chercheurs en théologie de l'Université Laval développe et diffuse les connaissances sur Marie de l’Incarnation, sa spiritualité et l’influence dans l’histoire du Québec. Des recherches sont effectuées tant sur le plan de l’histoire culturelle que sur le plan théologique.

-    Centre d'études médiévales de l'Université de Montréal : ce centre interdisciplinaire de recherche s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels et politiques des civilisations de l'Europe occidentale, du 5e au 15e siècle de notre ère divisée en 3 périodes, soit : le Haut Moyen Âge (5e-10e siècle); le Moyen-Âge classique (11e-13e siècle) et le Bas Moyen-Âge (14e-15e siècle)..

Il regroupe 12 professeurs-chercheurs de différentes classiques (histoire, histoire de l'art, philosophie, sciences des religions, linguistique, études littéraires).

En sciences des religions; les intérêts portent sur l'Église médiévale, administrations, offices et officiers; la régulation de la violence envers les ecclésiastiques dans l’Occident médiéval; etc.

-    Centre de recherche en immigration, l’ethnicité et la citoyenneté : centre de recherche interdisciplinaire qui s’intéresse aux problématiques de l’immigration, la diversité culturelle, la nation et la citoyenneté.

Il regroupe 23 chercheurs réguliers de différentes disciplines (criminologie, sociologie, travail social, didactique des langues, science politique, management, gestion des ressources humaines et droit) provenant de 4 universités (UQAM, Montréal, Mcgill, HEC Montréal); ainsi que 27 chercheurs associés provenant de 17 universités (Concordia, UQAM, Montréal, Laval, UQTR, Ryerson, California at Berkeley aux USA, Evry-Val d'Essonne en France, Goethe de Francfort-sur-le-Main en Allemagne, Lille 1 en France, Haute École spécialisée de la Suisse Occidentale, Alicante en Espagne, Aksary en Turquie, Mohammed V Souissi au Maroc, Ain Shams en Egypte, Gaston Berger au Sénégal et Melbourne en Australie).

Dans le domaine des sciences des religions; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur l'istoire du christianisme moderne; la situation religieuse du Québec actuel; la place du facteur religieux dans l'intégration citoyenne des nouveaux groupes ethno-religieux; la dimension religieuse des nations autochtones en pays québécois; les minorités religieuses et société québécoise : pluralisme et postures sociétales; la diversité ethnoconfessionnelle; les lieux de culte; l'évolution générale du panorama des religions au Québec; la mondialisation historique et contemporaine des religions à l'échelle international; l'enseignement des religions au Québec; etc.

-    Centre de recherche Société, Droit et Religions de l'Université de Sherbrooke SoDRUS : étudie les confrontations de normes et de valeurs qui résultent du multiculturalisme et de chercher des voies de dialogue et de cohabitation. Il regroupe 10 chercheurs en sciences religieuses, philosophie, sociologie, science politique et droit dont les intérêts en sociologie portent sur les rapports entre le droit et les religions, sur la laïcité et sur le catholicisme au Québec.

En sciences des religions; les intérêts portent sur le multiculturalisme et mariage religieux au Canada; la spiritualité amérindienne et modernité avancée; les relations entre les religions et l’État québécois de 1945 à 2003; etc.

-    Centre de recherche Vatican II et le catholicisme du 21e siècle : se penche sur le dialogue entre les Églises, les religions, ainsi qu’avec la société contemporaine; et étudie le changement et ses dynamiques dans la vie de la communauté catholique.

Il regroupe 3 chercheurs en théologie provenant de 3 universités (St-Paul en Ontario, St-Michael's en Ontario et Laval au Québec) et 2 chercheurs associés de l'Université St-Paul dont les intérêts portent sur le concile Vatican II, son enseignement, son histoire, son herméneutique et sa réception.

-    Centre de Ressources et d'Observation de l'Innovation Religieuse (CROIR) : ce centre d'études de l'Université Laval s'intéresse aux croyances en général, aux nouveaux groupes religieux et spirituels et aux manifestations d’innovation religieuse à l’intérieur et à l’extérieur du cadre des grandes religions instituées dans une perspective non confessionnelle.

Les intérêts portent sur la question des « sectes » et des « dérives sectaires »; les nouveaux mouvements religieux; les nouvelles « visions du monde »; les innovations dans les grandes religions instituées (changements dogmatiques, évolutions des pratiques, réformes au sein des Églises, modernisation, progrès, etc.); les changements structurels au sein des organisations religieuses et spirituelles; les nouvelles spiritualités contemporaines, dont fait habituellement partie la catégorie dite du Nouvel Âge (New Age); les nouvelles croyances dites « flottantes » : réincarnation, extra-terrestres, anges, karma, esprits et fantômes, êtres de lumière, énergie cosmique, etc.; et toute forme de croyances et de pratiques qui font sortir les Québécois (et les Occidentaux en général) du cadre traditionnel des religions instituées (christianisme, judaïsme, islam) et les obligeant à redéfinir leur univers de sens.

-    Centre de théologie et d'éthique contextuelles québécoises : ce centre d'études de l'Université de Montréal se penche sur les approches contextuelles en théologie et en éthique à partir des enjeux sociétaux et ecclésiaux, au Québec et à l'échelle mondiale.

Les intérêts portent sur le libéralisme économique et la violence politico-militaire comme "salut" sacrificiel; la spiritualité, l'éthique et la théologie des pratiques sociopolitiques chrétiennes; la théologie haïtienne; les Premières Nations, Québec, interspiritualité et colonialisme; l'analyse théologique et contextuelle de parcours spirituels allochtones et québécois en contexte amérindien; le genre, la religion et le postcolonialisme; etc.

-     Centre femmes et traditions chrétiennes : rattaché à l’Université St-Paul à Ottawa, ce centre de recherche multidisciplinaire et bilingue s’intéresse à des sujets tels que : les femmes et la pratique religieuse, théologies féministes de la libération, mouvement liturgique féministe, spiritualités féministes, théologie écoféministe, philosophie d’Édith Stein, santé et spiritualité des femmes, spiritualité et loisirs des femmes, les femmes en Église, etc.

-    Centre for Interdisciplinary Studies in Society and Culture (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Concordia se penche sur la connaissance, la création et l'expression dans les cultures humaines passées et présentes dans une perspective humaniste et interdisciplinaire.

Il regroupe plus de 90 chercheurs provenant de nombreuses disciplines des arts, lettres et sciences humaines (anthropologie, beaux-arts, cinéma, communication, études anglaises, études françaises, études religieuses, géographie, histoire, histoire de l'art, linguistique, marketing, musicologie, philosophie, science politique, sociologie et théâtre).

En sciences des religions; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur l'émergence, le développement et la transmission des grandes traditions religieuses du monde; la construction de pédagogies sexuelles au sein des communautés religieuses, et les masculinités et le désir de même sexe, principalement dans l'expérience dans les traditions anglicane et catholique romaine; les cultures religieuses de l'enfance, en particulier que ceux-ci se rapportent à des incidents de violence; etc.

-    Centre for Research on Religion (en anglais) : ce centre interdisciplinaire de recherche de l'Université Mcgill étudie les religions du monde dans leurs manifestations historiques en constante évolution, notamment sur les identités des principales religions du monde, leurs différences et leurs points communs, et comment ils contribuent à une meilleure compréhension de la culture passée et actuelle, l'éthique et la politique.

Il regroupe 15 chercheurs en études religieuses qui s'intéressent aux différentes religions du monde telles que : le bouddhisme, le christianisme, les religions d' Extrême - Orient, l' humanisme, l' hindouisme, l' islam, le judaïsme, et de nouveaux mouvements religieux, ainsi que l'étude comparative des religions et des études interconfessionnelles.

Les intérêts portent sur :

la religion chrétienne : l'historiographie biblique; la pensée chrétienne; la tradition de Jésus et l'Évangile historique; la pensée sociale catholique; la chrétienté néo-platonisste; la sécularisation de l'Église; l'organisation religieuse catholique; l'Empire et le colonialisme; les missionnaires chrétiens; etc.

les religions orientales : la philosophie bouddhiste; l'hagiographie bouddhiste et tibétaine; le bouddhisme de l'Himalaya; le bouddhisme japonais; l'Hindouisme classique; la vie et la pensée de Ghandi; l'Hindu rituel : le don, la réception et la distribution de Prasada; les interactions et les liens entre le bouddhisme et l'hindouisme; le contexte historique et religieuse de la religion sikhe;la Bible hébraïque; le Judaïsme gréco-romain; le Fond juif du christianisme précoce; les évangiles synoptiques et historique de Jésus dans le Judaïsme; la littérature de l'Ancien Israël; la littérature rabbinique; etc.

aspects socioculturels des religions :  la liberté religieuse et les droits de la personne; les femmes, les genres et la religion; le genre, la sexualité et le mariage selon les religions; la religion et la mondialisation; la religion et la communication; la politique et la religion; la religion et le droit; etc.

autres : la relation entre la philosophie et le christianisme; la théologie historique; la théologie philosophique; l'interface entre la religion et les sciences sociales et naturelles; la religion comparée; les questions méthodologiques et épistémologiques de l'étude des religions; etc.

-    Centre interdisciplinaire de recherche sur l'Afrique et le Moyen-Orient CIRAM : se penche sur les différents aspects économiques, juridiques, politiques, historiques, sociaux et culturels de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, ainsi que les enjeux et problématiques contemporains touchant ces régions sous 5 grands axes, soit : les enjeux géostratégiques et intégration régionale; la gouvernance, les régimes politiques et l'espace public; les conflits et la violence; l'économie et le développement; ainsi que les religions, les cultures et les sociétés.

Il regroupe 11 chercheurs réguliers et 3 chercheurs associés de différentes disciplines (science politique, droit, économique, communication, sciences des religions, histoire, anthropologie et sciences de la gestion) provenant de l'Université Laval.

En sciences des religions; les intérêts portent sur les contacts entre les religions (syncrétismes, transferts, discours d’une religion sur les autres, etc.); le phénomène religieux au Moyen-Orient; le droit religieux musulman et son herméneutique; l'exégèse coranique; l'éthique et culture religieuses musulmanes; le statut de la femme en islam; etc.

-    Centre interuniversitaire d’études québécoises CIEQ : regroupant 38 chercheurs réguliers et 36 chercheurs associés de nombreuses disciplines (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, démographie, science politique, sciences des religions, communication, sciences de l'éducation, etc.) provenant de 9 universités (Laval, Montréal, Sherbrooke, UQAM, UQTR, UQAC, UQO, Mcgill et Concordia); il étudie les changements de la société québécoise depuis les premiers peuplements jusqu'à aujourd'hui.

En sciences religieuses; on y retrouve 2 chercheurs réguliers dont les intérêts portent sur l'évolution des institutions diocésaines et paroissiales au Québec; la signification de l'évangélisation et mission chez les québécois; l'éducation de la foi des adultes au Québec; les transmissions et la socialisation religieuse dans le Québec contemporain; le catholicisme québécois contemporain; l'itinéraire de sens de la religion chez les jeunes; l'enseignement de l'éthique et de la culture religieuse à l'école québécoise; etc.

-    Chaire christianisme et transmission de l'Université de Montréal : se penche sur les différents aspects de l’éducation de la foi aupreso des jeunes et des adultes.

-    Chaire d'études sur la famille chrétienne : cette chaire de l'Université St-Paul  à Ottawa explore diverses dimensions (notamment les dimensions spirituelle, culturelle, sociale, pastorale et personnaliste) qui contribuent à la stabilité et au bien-être de la vie familiale.

-     Chaire de recherche en histoire religieuse du Canada : cette chaire de l’Université St-Paul à Ottawa, ce centre effectue des recherches bibliographiques et archivistiques sur l’histoire religieuse canadienne de ses débuts à nos jours. Du côté bibliographique, on constitute un fichier bibliographique aussi exhaustif que possible portant sur l’histoire religieuse canadienne qui comprend actuellement quelque 40 000 titres et est en cours d’informatisation. Du côté archivistique, il effectue l’inventaire des sources archivistiques d’intérêt canadien dans les archives et bibliothèques de Rome couvrant de 1622 à 1922.

-    Chaire de recherche du Canada Islam, pluralisme et globalisation : rattaché au Centre d’études sur les religions, cette chaire de l'Université de Montréal s’intéresse à l’histoire comparative des religions abrahamiques, les courants actuels de globalisation et religion islamique et sur la question de la construction de l’identité de l’Islam contemporain.

-    Chaire de recherche en gestion de la diversité culturelle et religieuse : rattachée au Centre d’études sur les religions, cette chaire de l'Université de Montréal se penche sur les aspects multidisciplinaires de la religion qui est confrontée aux phénomènes sociaux et culturels contemporains.

-    Chaire de théologie Monseigneur-de-Laval : cette chaire de recherche de l'Université Laval traite de sujets de recherche en théologie catholique portant sur : le statut et le rôle du catholicisme dans la société québécoise, la christologie, l’herméneutique, etc.

-    Chaire religion, spiritualité et santé : cette chaire de recherche de l'Université Laval se concentre sur des thèmes comme : les croyances et rituels dans les religions contemporaines, histoire et sociologie du catholicisme québécois, les rapports entre la théologie et les sciences humaines, etc.

-    Chair in Hindu Studies (en anglais) : cette chaire de recherche de l'Université Concordia se consacre à l'étude interdisciplinaire de l'hindouisme sous les aspects sociaux, culturels, historiques et politiques.

-    Groupe de recherche interdisciplinaire sur le Montréal ethnoreligieux GRIMER : ce groupe de recherche de l'UQAM regroupant des chercheurs en géographie et en sciences des religions, étudie les manifestations et le rôle de l’appartenance religieuse au sein de différentes minorités ethnoculturelles qui se sont établies dans le Grand Montréal depuis le début des années 1970.

-    Groupe de recherche sur l'éducation éthique et l'éthique en éducation de l'UQAM : s'intéresse aux rapports entre l'éthique, l'éducation/formation et la recherche.

Il regroupe 14 chercheurs de différentes disciplines (philosophie, psychologie, sociologie, communication sociale et sciences de l'éducation) provenant de 7 universités (UQAM, Montréal, Concordia, Mcgill, Sherbrooke, UQTR et UQO); ainsi que 15 chercheurs collaborateurs provenant de 11 universités (Sherbrooke, Libre de Bruxelles en Belgique, Haute École de Bruxelles en Belgique, Bourgogne en France, Catholique de l'Ouest - Angers en France, Grenoble en France, Haute École pédagogique de Fribourg en Suisse, Abormey-Calavi au Bénin, Koudougou au Burkina Faso et du Burundi au Burundi).

En sciences des religions; les intérêts portent sur les fondements et aux pratiques de l’éducation éthique et à l’éthique en éducation et en formation; l’éthique communicationnelle par des approches substantielles et procédurales; l’approche de Philosophie pour enfants et ses incidences sur le processus d’apprentissage du dialogue chez les élèves du préscolaire et du primaire, ainsi que sur le processus d’apprentissage d’une pensée critique chez ces mêmes élèves; la modélisation d’une pensée critique et de son processus d’apprentissage chez des élèves de 4 à 12 ans; l’approche de l’éthique du care et sur les différents paradigmes associés au dialogue moral en éducation; l’apport de l’éducation éthique à la formation des futurs maîtres; le port des symboles religieux chez les enseignants et la neuroéducation; les pratiques éthiques en intervention en contexte de fin de la vie; la spiritualité et la production du sens; etc.

-    Groupe de théologies africaines subsahariennes de l'Université de Montréal : se penche sur les questions historiques, sociales, politiques, culturelles, identitaires, spirituelles, religieuses et autres soulevées dans le champ vaste des théologies africaines subsahariennes.

Il regroupe 3 chercheurs réguliers en théologie dont les intérêts portent sur les grandes approches théoriques et empiriques en théologie africaine; les liens et les rapports entre la religion et la politique en Afrique; le féminisme, le genre et la théologie en Afrique; ainsi que la paix et la reconstruction en Afrique.

-    Groupe de recherche pour la réconciliation sociale, paix juste et développement : ce groupe de recherche de l'Université St-Paul à Ottawa se penche sur la nature des processus et des pratiques qui pourraient faire une différence pour les personnes qui sont engagées dans un conflit ou qui doivent vivre avec les séquelles d’un conflit profondément enraciné.

En sciences des religions; les intérêts portent sur la spiritualité, l’éveil à la créativité, et la réconciliation et le processus de dialogue communautaire; la spiritualité, en particulier sur la façon dont les individus définissent la spiritualité, ce qu’être spirituel signifie pour eux; la relation entre la spiritualité et la religion; la diversité religieuse, le pluralisme et les droits de la personne; l’islam et la représentation des médias; etc.

-    Institut d’études anciennes et médiévales de l’Université Laval : le plus important centre de recherche dans le domaine des études anciennes au Québec s'intéresse au différents aspects historiques, sociaux, culturels, philosophiques, linguistiques du monde ancien égyptien, grec, romain, latin, ainsi que du Proche-Orient ancien.

Il regroupe 14 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, études anciennes, études classiques, histoire, histoire de l'art, philosophie et sciences des religions) de l'Université Laval; ainsi que 7 chercheurs associés provenant de 6 universités (Montréal, Nebraska, Jean-Moulin Lyon 3, Paris X Nanterre-La Défense, École pratique des hautes études de France et Bergen aux Pays-Bas).

En sciences des religions; les intérêts portent sur les origines chrétiennes; la littérature chrétienne ancienne; les langues de l'Orient chrétien (syriaque et éthiopien); la paléographie grecque; le gnosticisme; le manichéisme; l'histoire et de la littérature du christianisme ancien; les religions de l'Inde (hindouisme et bouddhisme) à la grande épopée du Mahâbhârata au cours des 2e et 3e siècles; etc.

-    Institut d’études canadiennes et autochtones de l’Université d’Ottawa : le plus important organisme de recherche en études canadiennes au monde, réalise de nombreuses recherches sur tous les aspects économiques, politiques, sociaux, culturels, démographiques, géographiques et historiques concernant le Canada.

Il regroupe 20 chercheurs de différentes disciplines (géographie, histoire, communication, droit, économique, science politique, sciences des religions, sociologie, histoire de l'art, littérature anglaise) de l'Université d'Ottawa.

En sciences des religions; les intérêts portent sur les interactions religieuses entre les peuples autochtones et les catholiques européens en Amérique du Nord depuis le 18e siècle; les enjeux contemporains des communautés juives du Canada; etc.

-    Institut d’études et de recherches féministes de l’UQÀM : le plus important centre de recherches en études féministes au Québec, il regroupe plus d’une soixantaine de chercheurs de nombreuses disciplines (sociologie, science politique, communication, sexologie, travail social, psychologie, droit, histoire, sciences de l'éducation, philosophie, sciences des religions, études littéraires, histoire de l'art, géographie, kinanthropologie, management, danse, théâtre, etc.) provenant tous de l'UQAM. Ils étudient dans une perspective interdisciplinaire les rapports sociaux des sexes, les enjeux sociaux contemporains du féminisme, les pratiques sociales, politiques, économiques et culturelles des femmes, les grands courants de la pensée féministe, etc.

Dans le domaine des sciences religieuses; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur l'analyse féministe des religions; les rapports hommes-femmes et le christianisme; les genres et identités religieuses et areligieuses contemporaines; les diversités religieuses et solidarités féministes; les femmes âgées et l’engagement social; les femmes et l'Islam; etc.

-    Institute of Islamic Studies (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Mcgill se penche sur les origines de l'Islam; à la montée de la civilisation dans laquelle la foi islamique a été le facteur vivifiant,;les forces qui ont façonné la civilisation; et les changements qu'il a subis. Il est également préoccupé par la dynamique contemporaine du monde islamique en tant que musulmans cherchent à relier leur héritage du passé au présent.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, sciences des religions, philosophie, science politique, linguistique et littérature arabe).

En sciences des religions; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur les liens entre la religion islamique et la politique au Moyen-Orient; les liens entre la religion islamique et le droit au Moyen-Orient; la religion et le pouvoir en Iran; les femmes et le genre et l'Islam; les jeunes et l'Islam; etc.

-    The Concordia University Institute for Canadian Jewish Studies (et Canadian Chair in Jewish Studies) (en anglais) : ce centre de recherche interdisciplinaire de l'Université Concordia regroupant 7 chercheurs en sciences des religions, histoire, histoire de l'art, littérature anglaise et littérature française se penche sur l'expérience juive canadienne.

En sciences des religions; les intérêts portent sur le judaïsme orthodoxe en Amérique du Nord; la religion juive et la sexualité; la religion juive et l'alimentation; les femmes et le judaïsme; la loi juive et l'éthique; le genre et l'identité dans la communauté juive irakienne; la philosophie juive moderne; etc.

En philosophie :

-    Centre canadien d’études allemandes et Européennes : s'intéresse aux aspects économiques, politiques, sociaux et culturels de l’Allemagne principalement, mais également sur la communauté européenne en général.

Il regroupe 35 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, histoire, géographie, philosophie, science politique, sociologie, littérature allemande, langue et linguistique allemande, histoire de l'art, musicologie et design industriel) provenant de 7 universités (Montréal, Concordia, Laval, UQAM, St-Francis-Xavier au N-B, Universität Trier en Allemagne et Universität des Saarlandes en Allemagne); ainsi qu'une dizaine de chercheurs invités annuellement provenant de différentes universités allemandes, suisses et autrichiennes.

-    Centre d'études classiques de l'Université de Montréal : regroupant 6 chercheurs en anthropologie, histoire, philosophie et sciences des religions; il s'intéresse aux aspects historiques, anthropologiques, religieux et philosophiques des civilisations antiques grecques et romaines.

En philosophie; les intérêts portent sur Socrate et les écrits socratiques de Xénophon; la dialectique et la réfutation et l'idéal d'auto-suffisance (autarkeia) dans la philosophie grecque.

-    Centre d'Études EThniques des Universités Montréalaises CEETUM : centre de recherche interuniversitaire et pluridisciplinaire qui regroupe près d'une quarantaine de chercheurs de plusieurs disciplines (psychologie, sociologie, travail social, sciences de l'éducation, économique, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, science politique, anthropologie, géographie, histoire, philosophie et sciences religieuses) provenant de 7 universités (Montréal, UQAM, Sherbrooke, INRS, Concordia, UQTR et ÉNAP), spécialisés dans l’étude des relations ethniques au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde.

En philosophie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur les cultures et les spiritualités autochtones au Canada, et en particulier sur la place de la religion dans le discours identitaire des leaders contemporains.

-    Centre d'études de l’Asie de l’est de l'Université de Montréal : centre de recherche interdisciplinaire qui se consacre à l’étude de tous les aspects économiques, politiques, démographiques, historiques, géographiques, sociaux et culturels des pays de l’Asie de l’Est, principalement la Chine, mais également les autres pays de cette région.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes (droit, histoire, géographie, philosophie, anthropologie, science politique, sciences des religions, littérature comparée, etc.).

En philosophie; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent la philosophie chinoise contemporaine; l'imaginaire sous-jacent à la langue et à la pensée chinoises; pensée, langage et action chez Tchouang-Tseu; l'étude de l'inconscient dans le zen et la psychanalyse; une nouvelle interprétation sur la philosophie du Lao Zi; etc.

-    Centre d'études des religions de l'Université de Montréal CERUM : Unique au Canada grâce à son approche multidisciplinaire; il regroupe 36 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sciences des religions, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, criminologie, science politique et musique) et une quarantaine de chercheurs associés de l'Université de Montréal qui s'intéressent aux phénomènes religieux, les rapports des religions entre les individus et les sociétés, la diversité culturelle et l'interculturalité, les nouveaux mouvements religieux, etc.

En philosophie; on y retrouve 3 chercheurs réguliers et 2 chercheurs associés dont les intérêts portent sur l'herméneutique ancienne par l'interprétation des textes religieux; les liens entre la phénoménologie husserlienne, la psychanalyse (freudienne, et quelques contemporains) et la pensée continentale sur la sensibilité et la corporéité; l'imaginaire sous-jacent à la langue et à la pensée chinoises; la philosophie de la religion; l'éthique et la religion; la question du sens de la vie et du bonheur; etc.

-    Centre d'études médiévales de l'Université de Montréal : ce centre interdisciplinaire de recherche s'intéresse aux différents aspects historiques, sociaux, culturels et politiques des civilisations de l'Europe occidentale, du 5e au 15e siècle de notre ère divisée en 3 périodes, soit : le Haut Moyen Âge (5e-10e siècle); le Moyen-Âge classique (11e-13e siècle) et le Bas Moyen-Âge (14e-15e siècle)..

Il regroupe 12 professeurs-chercheurs de différentes classiques (histoire, histoire de l'art, philosophie, sciences des religions, linguistique, études littéraires).

En philosophie; les intérêts portent sur la question du statut épistémologique et psychologique de l'acte de foi, telle qu'elle se pose historiquement dans le cadre des débats universitaires médiévaux (XIIIe et XIVe siècles); les discussions médiévales portant sur la nature, la portée et les modalités de la connaissance humaine; etc.

-    Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal : centre interuniversitaire de recherche qui se penche sur les différents enjeux et problématiques éthiques de notre société au sens large pour comprendre autant l’étude des fondements de l’éthique et de ses principaux concepts, que celle des dimensions normatives de politiques publiques dans des domaines tels que la médecine, la gestion de l’environnement naturel et humain, la diversité sociale et culturelle.

-    Centre de recherche en éthique publique et gouvernance : se penchant sur les enjeux sociaux émergents en éthique publique et gouvernance, ce centre de recherche regroupe 14 chercheurs en philosophie des universités de St-Paul et d'Ottawa dont les intérêts portent sur à l’éthique du travail, l’éthique des médias, la bioéthique, l’éthique publique et d’autres sujets d’étude, selon les problèmes éthiques liés à l’actualité.

-    Centre de recherche Société, Droit et Religions de l'Université de Sherbrooke SoDRUS : étudie les confrontations de normes et de valeurs qui résultent du multiculturalisme et de chercher des voies de dialogue et de cohabitation. Il regroupe 10 chercheurs en sciences religieuses, philosophie, sociologie, science politique et droit dont les intérêts en sociologie portent sur les rapports entre le droit et les religions, sur la laïcité et sur le catholicisme au Québec.

En philosophie; les intérêts portent sur la mondialisation et les résistances idéologiques et culturelles; les droits de la personne et les stratégies des minorités au Moyen Orient; l'islam entre la Tradition et la Modernité; etc.

-    Centre des sciences de la biodiversité du Québec : important centre de recherche regroupant plus d'une centaine de chercheurs de différentes disciplines (biologie, géographie, architecture du paysage, aménagement, sciences forestières) provenant de presque toutes les universités québécoises qui découvrent, étudient et utilisent la biodiversité du Québec.

En philosophie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur la philosophie de la biologie et l'éthique de l'environnement.

-   Centre for Interdisciplinary Studies in Society and Culture (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Concordia se penche sur la connaissance, la création et l'expression dans les cultures humaines passées et présentes dans une perspective humaniste et interdisciplinaire.

Il regroupe plus de 90 chercheurs provenant de nombreuses disciplines des arts, lettres et sciences humaines (anthropologie, beaux-arts, cinéma, communication, études anglaises, études françaises, études religieuses, géographie, histoire, histoire de l'art, linguistique, marketing, musicologie, philosophie, science politique, sociologie et théâtre).

En philosophie; on y retrouve 2 chercheurs dont les intérêts portent sur les questions en philosophie de l'esprit et de la science en ce qui concerne les résultats de la philosophie expérimentale et de la psychologie évolutionniste, notamment sur le rôle de l'intuition et de réflexion dans la philosophie; la philosophie sociale et politique (en particulier, la théorie démocratique et le marxisme; la philosophie européenne aux 19e et 20e siècles (de la théorie critique en particulier l'allemand et déconstruction); la philosophie des sciences; la philosophie de l'environnement; la philosophie sociale et politique; l'épistémologie; etc.

-    Centre interuniversitaire d'études sur la République des Lettres CIERL : centre pluridisciplinaire d'études de recherche qui explore la littérature française de la vaste période de l'Ancien Régime et du Nouveau-Monde (Renaissance) et aussi surnommée "République des Lettres" court de la fin du XVe siècle aux prodromes de la Révolution française vers la fin du XVIIIe siècle.

Il regroupe 15 chercheurs réguliers en littérature française, commuication, histoire, histoire de l'art et philosophie provenant de 7 universités (Laval, UQAM, UQTR, UQAC, UQAR, Montréal et Mcgill); ainsi que 18 chercheurs associés provenant de 11 universités (Laval, Sherbrooke, Mcgill, Bishop, Ottawa, Victoria, Waterloo, Winnipeg, York, Kent en UK et Paris 4 Sorbonne en France).

En philosophie; on y retrouve 2 professeurs-chercheurs dont les intérêts portent sur l'archéologie de la modernité : réseaux, savoirs et figures de la République des Lettres (XVIe-XVIIIe siècles); l'histoire de la pensée philosophique moderne (XVIIe et XVIIIe siècles).

-         Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie : principal organisme interdisciplinaire de recherche au Canada consacré à l’études des dimensions historiques, sociales, politiques et économiques de l’activité scientifique et technologique.

Il regroupe 35 chercheurs provenant des 12 universités canadiennes dont 9 du Québec  (UQÀM, Mcgill, Montréal, Sherbrooke, I.N.R.S, Concordia, Laval,  U.Q.T.R., UQAC, É.T.S., Télé-Université, Ottawa, York et Toronto); ainsi que 38 chercheurs associés d'universités québécoises et étrangères (Leicester, catholique de Louvain et Harvard).

En philosophie; on y retrouve 7 chercheurs dont les intérêts portent sur la logique; la philosophie de la logique; la philosophie des mathématiques; la philosophie et l’histoire sciences humaines; la philosophie et l'histoire des sciences biologiques et médicales; les concepts de raisonnement en philosophie des sciences (styles de raisonnement, opérationnalisme); l'histoire de la philosophie des sciences; les discours des sciences sociales, tout particulièrement celui de l’économie, sur la place publique; l'éthique de l'environnement; la métaéthique; la philosophie des sciences : philosophie de l’écologie, philosophie de la biologie; la philosophie de la technologie : Philosophie et éthique des technologies vertes; l'histoire de la pensée : Histoire de la pensée environnementale, de l’écologie et du concept de nature; le lien entre la biologie, la cognition et la culture; le développement d’un nouveau modèle des psychopathologies inspiré par la théorie des systèmes développementaux en biologie; les enjeux épistémiques liés au développement de théories scientifiques, essentiellement en physique; les différentes façons de comprendre le statut métaphysique des races; etc.

-    Centre interuniversitaire de recherche sur la Première Modernité CIREM : étudie la période qui va de la Renaissance (XVe siècle) jusqu'aux Révolutions de l'Atlantique (fin du XVIIe siècle). Il regroupe 22 chercheurs en histoire, en philosophie et en littérature française provenant de 4 universités (Laval, UQAM, Sherbrooke et UQAC) dont les intérêts en philosophie portent sur :

l'histoire de la philosophie moderne XVIIe et XVIIIe siècles; la pensée des Lumières; le scepticisme; l'académisme; le pyrrhonisme; la philosophie de Voltaire; la philosophie rationaliste : Spinoza, Descartes et Hobbes; la philosophie de Leibniz; etc.

-     Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie : principal organisme interdisciplinaire de recherche au Canada consacré à l’études des dimensions historiques, sociales, politiques et économiques de l’activité scientifique et technologique.

Il regroupe 35 chercheurs provenant des 12 universités canadiennes dont 9 du Québec (UQÀM, Mcgill, Montréal, Sherbrooke, I.N.R.S, Concordia, Laval, U.Q.T.R., UQAC, É.T.S., Télé-Université, Ottawa, York et Toronto); ainsi que 38 chercheurs associés d'universités québécoises et étrangères (Leicester, catholique de Louvain et Harvard).

Au sein du Laboratoire de recherche en philosophie des sciences; les intérêts portent sur la logique; la philosophie de la logique; la philosophie des mathématiques; la philosophie générale des sciences; la philosophie de la biologie; la philosophie des neurosciences; la philosophie de l'économie; ainsi que la philosophie des sciences humaines.

-    Chaire de recherche en Antiquité critique et modernité émergente : cette chaire de l'Université Laval s'intéresse aux liens entre la pensée plurielle moderne et la pensée critique antique qui, par hypothèse, en est la source essentielle.

-    Chaire de recherche du Canada en épistémologie pratique : cette chaire de l'Université de Sherbrooke tente de mieux comprendre les caractéristiques épistémiques de ces organisations et de fournir des outils pour les évaluer.

-    Chaire de recherche du Canada en éthique et méta-éthique : rattachée au Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal, on y étudie les fondements théoriques de la réflexion éthique afin d’avoir une meilleure compréhension de la réflexion sur les dilemmes moraux, fondée sur une conception plus adéquate de la psychologie humaine.

-    Chaire de recherche du Canada en éthique publique et théorie politique : rattachée au Centre de recherche en éthique de l'Université de Montréal; elle étudie des fondements et les applications philosophiques en politique afin de permettra de relever les défis moraux auxquels les sociétés modernes sont confrontées.

-    Chaire de recherche du Canada en philosophie de la logique et des mathématiques : cette chaire de l'UQAM tente d’élaborer une philosophie de la logique mathématique en tant que théorie des calculs, des algorithmes et des machines.

-   Chaire de recherche du Canada en philosophie des sciences de la vie : rattachée au Centre interuniversitaire de recherche en sciences et technologie; cette chaire de l'UQAM se penche sur la question des origines de la vie et la formalisation du concept d’évolution chimique, l’analyse critique du concept de biodiversité et 3.l’analyse des diverses facettes que revêt l’explication scientifique, tout particulièrement en biologie.

-    Chaire de recherche du Canada en philosophie transcendantale : cette chaire de l'Université de Montréal d'interroger à nouveaux frais la pertinence du paradigme philosophique inventé par Kant à la fin des Lumières (le «transcendantal») et tout à la fois prolongé et subverti à l'époque de l'idéalisme allemand et du romantisme allemand.

-    Chaire ESOPE de philosophie de l'Université de Montréal : cette chaire de recherche s'intéresse à la philosophie des sciences en général, mais tout particulièrement à la philosophie de la biologie.

-    Chaire Fernand-Dumont sur la culture : cette chaire de l'INRS regroupant 8 chercheurs de différentes disciplines (histoire, philosophie, sociologie, science politique); elle se consacre à l’étude de la culture sous ses diverses dimensions dans une perspective pluridisciplinaire sous 5 axes, soit : l'histoire culturelle et territoires, science et histoire intellectuelle, politiques culturelles, pratiques artistiques contemporaines, industries culturelles et culture numérique.

En philosophie; les intérêts portent sur la philosophie de la culture et de la religion; l’histoire de la pensée philosophique et théologique occidentale; etc.

-    Chaire La Philosophie dans le monde actuel : cette chaire de recherche de l'Université Laval s'intéresse au rôle essentiel de la philosophie dans nos sociétés contemporaines, notamment sur le sens du savoir, le sens de l'humain et le sens de la vie en commun.

-    Chaire UNESCO d’étude sur les fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique : cette chaire de l'UQAM se penche sur les nombreuses questions philosophiques sur les enjeux contemporains en matière de justice sociale et de démocratie qui touche la philosophie politique, la philosophie du droit et la philosophie de la communication.

-   Équipe de recherche sur la gouvernance et l'éthique appliquée de l'Université de Sherbrooke : se penche sur les pratiques de gouvernance afin de développer des balises concrètes pour de meilleures méthodes de gouvernance grâce à l’éthique appliquée dans les domaines des biotechnologies, de l'environnement, des processus éducationnels et de la gestion financière.           

-    Groupe de recherche en éthique médicale et environnementale de l'Université Laval : se penche sur les interrogations éthiques des transformations biomédicales sur l’être humain; ainsi que les enjeux éthiques de la relation de l’être humain à la nature-environnement, transformée par le développement des sciences et des techniques.

-    Groupe de recherche en éthique ÉTHOS : ce groupe de recherche de l'UQAR regroupe 12 chercheurs de différentes disciplines (histoire, philosophie, littérature française, psychosociologie, sciences de l'éducation, sciences de la gestion et travail social) aux différents aspects, enjeux et problématiques éthiques dans de nombreux domaines dans une perspective interdisciplinaire.

Les intérêts portent notamment sur les enjeux éthiques dans l'accompagnement des hommes en difficultés; l'éthique et les "tragédies" organisationnelles; l'éthique professionnelle et organisationnelle; l'éthique des affaires; l'éthique et gestion; la sensibilité éthique en éducation; la dimension éthique de l'intervention psychosociale; l'éthique et les soins palliatifs; le programme d'enseignement de l'éthique et de la culture religieuse au secondaire; le pluralisme et la diversité culturelle; les nouvelles configurations de vulnérabilité en éthique; l'épistémologie de l'interculturel; les aspects théoriques de la violence; l'éthique et la littérature; l'éthique et philosophie pratique; etc./

-    Groupe de recherche interuniversitaire en philosophie politique : réunit 21 chercheurs en philosophie, en science politique et en droit provenant de 4 universités (Mcgill, Montréal, Concordia et UQAM) qui s'intéressent aux domaines en lien avec la philosophie politique tels que :

le constitutionnalisme; le républicanisme, l'éthique des relations internationales; l'histoire de la philosophie politique; l'histoire des idées politiques de la Renaissance au 18e siècle, la philosophie politique et santé; la philosophie du droit; les théories de la justice; les théories de la démocratie; etc.

-    Groupe de recherche interuniversitaire sur la normativité : réunissant 18 chercheurs en philosophie provenant de 7 universités (Laval, Mcgill, Montréal, Concordia, Sherbrooke, UQAM et Ottawa); ainsi que 7 chercheurs associés (UQAM, Ryerson Bâle, Genève et Uppsala); il étudie la normativité telle qu’elle se déploie dans quatre domaines majeurs de la philosophie : l’éthique, la théorie de l’action, la philosophie de l’esprit et la philosophie de la connaissance.

-    Groupe de recherche sur l'éducation éthique et l'éthique en éducation de l'UQAM : s'intéresse aux rapports entre l'éthique, l'éducation/formation et la recherche.

Il regroupe 14 chercheurs de différentes disciplines (philosophie, psychologie, sociologie, communication sociale et sciences de l'éducation) provenant de 7 universités (UQAM, Montréal, Concordia, Mcgill, Sherbrooke, UQTR et UQO); ainsi que 15 chercheurs collaborateurs provenant de 11 universités (Sherbrooke, Libre de Bruxelles en Belgique, Haute École de Bruxelles en Belgique, Bourgogne en France, Catholique de l'Ouest - Angers en France, Grenoble en France, Haute École pédagogique de Fribourg en Suisse, Abormey-Calavi au Bénin, Koudougou au Burkina Faso et du Burundi au Burundi).

En philosophie; les intérêts portent sur les fondements et aux pratiques de l’éducation éthique et à l’éthique en éducation et en formation; l’éthique communicationnelle par des approches substantielles et procédurales; l’approche de Philosophie pour enfants et ses incidences sur le processus d’apprentissage du dialogue chez les élèves du préscolaire et du primaire, ainsi que sur le processus d’apprentissage d’une pensée critique chez ces mêmes élèves; la modélisation d’une pensée critique et de son processus d’apprentissage chez des élèves de 4 à 12 ans; l’approche de l’éthique du care et sur les différents paradigmes associés au dialogue moral en éducation; l’apport de l’éducation éthique à la formation des futurs maîtres; le port des symboles religieux chez les enseignants et la neuroéducation; les pratiques éthiques en intervention en contexte de fin de la vie; la spiritualité et la production du sens; etc.

-    Groupe de recherche sur les pratiques philosophiques de l'Université de Sherbrooke : se penche sur compétences qui caractérisent le travail en philosophie, hier et aujourd’hui. Les intérêts portent sur la philosophie de la connaissance; la philosophie des sciences; le sens moral et philosophique des productions culturelles d'actualité; ainsi que le développement des compétences argumentatives des personnes.

-    Groupe de recherche sur les sociétés plurinationales : réunissant des chercheurs en philosophie de l'Université Laval et de l'UQAM, il l’étude de la reconnaissance de la diversité au sein des démocraties plurinationales, que ce soit au Canada, en Belgique, en Espagne, au Royaume-Uni ou ailleurs dans le monde.

-    Institut d'éthique appliquée de l'Université Laval IDEA : regroupant 26 chercheurs réguliers et 18 chercheurs associés provenant de différentes disciplines (sociologie, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, philosophie, sciences des religions) provenant de l'Université Laval et de l'Université de Sherbrooke qui s'intéressent aux divers problématiques et enjeux de l'éthique dans une perspective interdisciplinaire.

Les intérêts sont divisés en 3 axes et portent notamment sur :

l'éthique et la santé : la philosophie des soins palliatifs et de fin de vie;  les enjeux et les pratiques éthiques en contexte de maladies chroniques ou de fin de vie; l’autonomie relationnelle; les pratiques centrées sur la personne, l’éthique appliquée en intervention clinique, la philosophie existentielle-humaniste; les comportements de santé à incidence éthique; l'éthique en manipulations génétiques humaines ou animales; l'éthique des biotechnologies et des nouvelles technologies médicales; l'éthique de la recherche médicale; l’institutionnalisation de la bioéthique (comité d’éthique clinique, comité d’éthique de la recherche); etc.

l'éthique publique, organisationnelle et professionnelle : l'éthique professionnelle; l'éthique organisationnelle; les compétences éthiques des gestionnaires; la sensibilité éthique des membres des conseils d’administrations; les conditions de possibilité de l’exercice du jugement moral, de la responsabilité et de la réflexion éthique dans les organisations; les enjeux éthiques liés à l’usage des réseaux sociaux numériques; les conflits de normativités au sein des organisations; les implications éthiques et politiques de la Nouvelle gestion publique; etc.

l'éthique sociale et économique :  la philosophie du droit; les rapports entre la décision judiciaire et les questions de moralité; les théories de la justice; le rapport entre droit et démocratie; la responsabilité et l’éthique des activités économiques; les questions reliées au multiculturalisme, la laïcité et aux accommodements raisonnables; es structures constitutives du rapport entre l’éthique et la réglementation dans les domaines de la protection des animaux et des biotechnologies agricoles; l'éthique de la recherche scientifique; l’éthique des sciences et la démocratie participative et les rapports science; les questions de justice sociale et économique, notamment sur les enjeux de justice sociale propres au contexte de la ville contemporaine; la prévention de la violence et philosophie pour les enfants; etc.

-    Institut d'éthique appliquée de l'Université Laval IDEA : regroupant 26 chercheurs réguliers et 18 chercheurs associés provenant de différentes disciplines (sociologie, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, philosophie, sciences des religions) provenant de l'Université Laval et de l'Université de Sherbrooke qui s'intéressent aux divers problématiques et enjeux de l'éthique dans une perspective interdisciplinaire.

En sciences des religions; on y retrouve 1 chercheurs dont les intérêts portent sur les rapports entre religion et espace public;

-    Institut d'éthique appliquée de l'Université Laval IDEA : regroupant 26 chercheurs réguliers et 18 chercheurs associés provenant de différentes disciplines (sociologie, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, philosophie, sciences des religions) provenant de l'Université Laval et de l'Université de Sherbrooke qui s'intéressent aux divers problématiques et enjeux de l'éthique dans une perspective interdisciplinaire.

En anthropologie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur l’éthique de la santé publique; la construction culturelle du risque et l’anthropologie de la morale et de l’éthique.

-    Institut d’études anciennes et médiévales de l’Université Laval : le plus important centre de recherche dans le domaine des études anciennes au Québec s'intéresse au différents aspects historiques, sociaux, culturels, philosophiques, linguistiques du monde ancien égyptien, grec, romain, latin, ainsi que du Proche-Orient ancien.

Il regroupe 14 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, études anciennes, études classiques, histoire, histoire de l'art, philosophie et sciences des religions) de l'Université Laval; ainsi que 7 chercheurs associés provenant de 6 universités (Montréal, Nebraska, Jean-Moulin Lyon 3, Paris X Nanterre-La Défense, École pratique des hautes études de France et Bergen aux Pays-Bas).

Au sein du Laboratoire de philosophie ancienne et médiévale; on y retrouve 3 chercheurs dont les intérêts portent sur les liens entre la pensée plurielle moderne et la pensée critique antique; l’interprétation historico-doctrinale et l’édition critique du corpus latin des textes « didascaliques »; les idées et concepts dans le stoïcisme ancien; la censure philosophique au Moyen Âge; etc.

-    Institut d’études et de recherches féministes de l’UQÀM : le plus important centre de recherches en études féministes au Québec, il regroupe plus d’une soixantaine de chercheurs de nombreuses disciplines (sociologie, science politique, communication, sexologie, travail social, psychologie, droit, histoire, sciences de l'éducation, philosophie, sciences des religions, études littéraires, histoire de l'art, géographie, kinanthropologie, management, danse, théâtre, etc.) provenant tous de l'UQAM. Ils étudient dans une perspective interdisciplinaire les rapports sociaux des sexes, les enjeux sociaux contemporains du féminisme, les pratiques sociales, politiques, économiques et culturelles des femmes, les grands courants de la pensée féministe, etc.

En philosophie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur la philosophie féministe.

-    Institute of Islamic Studies (en anglais) : ce centre de recherche de l'Université Mcgill se penche sur les origines de l'Islam; à la montée de la civilisation dans laquelle la foi islamique a été le facteur vivifiant; les forces qui ont façonné la civilisation; et les changements qu'il a subis. Il est également préoccupé par la dynamique contemporaine du monde islamique en tant que musulmans cherchent à relier leur héritage du passé au présent.

Il regroupe 15 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, histoire, sciences des religions, philosophie, science politique, linguistique et littérature arabe).

En philosophie; on y retrouve 1 chercheur dont les intérêts portent sur l'histoire de la pensée islamique, en mettant l'accent sur les origines, le développement et l'influence de la philosophie d'Avicenne.

-    Laboratoire d'analyse cognitive de l'information de l'UQAM : rattaché à l'Institut des sciences cognitives de l'UQAM; s'intéresse au traitement de l'information et de la connaissance selon des perspectives psychologiques, philosophiques et informatiques. Les intérêts portent sur la compétence logique; la conception traditionnelle de la connaissance; la redéfinition du concept de désordre mental qu'implique le nouveau modèle de l'esprit proposé; ainsi que les multiples conceptions de l'information.

-    Laboratoire de philosophie continentale de l'Université Laval : se penche sur les différentes questions concernant la phénoménologie allemande et française, le courant herméneutique, les pensées de Husserl, Heidegger, Foucault, Deleuze, Levinas et Ricœur, la philosophie de la déconstruction derridienne, etc.

-    Laboratoire de recherche en esthétique de l'UQTR : s'intéresse aux différentes questions théoriques liées à l'esthétique et à l'étude des arts, notamment sur l'imagination, la création et la réception; ainsi que sur la métaréflexion sur les productions de l'imaginaire.

-    Laboratoire de recherche en relations interculturelles de l'Université de Montréal : s’intéresse aux dynamiques des relations sociales en contexte interculturel. Ses principaux axes sont : les dynamiques interculturelles dans l’espace urbain et villes interculturelles; l'épistémologie de l’interculturel et conceptions de l’interculturel à travers le globe; les compétences interculturelles individuelles et organisationnelles; les politiques publiques et cadres de référence pour l’action interculturelle; ainsi que les outils méthodologiques pour l’analyse et l’évaluation de l’interculturel.

Il regroupe 3 chercheurs en anthropologie et en philosophie de l'Université de Montréal et 7 chercheurs associés (anthropologie, histoire, linguistique, musicologie, science politique, sociologie) provenant de 4 universités (Montréal, UQAC, Mcgill, Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

-    Laboratoire de recherche et d'intervention en éthique de l'UQAC : s'intéresse aux différents aspects de l'éthique de l'amélioration humaine dans une perspective interdisciplinaire. Les intérêts abordés sont notamment : le risque et la question de l'acceptabilité de l'amélioration humaine; l'éthique en soins de fin de vie; les questions éthiques propres aux chimères interespèces; les enjeux éthiques du développement de la robotique; les enjeux sociaux et éthiques du développement des biotechnologies; etc.

-    Laboratoire multi et interdisciplinaire de recherche sur les enjeux éthiques et sociaux du développement des biotechnologies : ce laboratoire de recherche de l'UQAC s'intéresse aux enjeux éthiques, environnementaux, économiques, légaux et sociaux du développement des nanotechnologies par une meilleure compréhension des nanosciences et de la nanotechnologie l’analyse et l’acceptabilité interdisciplinaire des risques, et par la gouvernance responsable des nanotechnologies.

-    Laboratoire sur l'histoire et le pensée modernes de l'UQTR : se penche sur les problèmes et les enjeux ressortissant à l'édition des sources de la pensée moderne, dont l'étudeproposéese structure en fonction de trois grands axes de recherche, soit : la République des Lettres européenne et la naissance de la rationalité moderne; le livre au sein de l'espace-monde de la première modernité; ainsi que le rapport sensible à soi et aux autres.

En sociologie :

-    Centre d'analyse en mondialisation, citoyenneté et démocratie MCD de l'UQAM (et Chaire de recherche du Canada MCD) : regroupe 7 chercheurs (sociologie, philosophie et science politique) s'intéressent aux transformations des différentes sphères institutionnelles caractérisant les sociétés modernes et à l'émergence de nouvelles formes de la citoyenneté, de la communauté politique, de la démocratie et de la justice sociale.

-    Centre d'études des religions de l'Université de Montréal CERUM : Unique au Canada grâce à son approche multidisciplinaire; il regroupe 36 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sciences des religions, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, criminologie, science politique et musique) et une quarantaine de chercheurs associés de l'Université de Montréal qui s'intéressent aux phénomènes religieux, les rapports des religions entre les individus et les sociétés, la diversité culturelle et l'interculturalité, les nouveaux mouvements religieux, etc.

Dans le domaine des sciences sociales; on y retrouve 6 chercheurs dont les intérêts portent notamment sur l’articulation entre pluralisme et radicalisation (religieuse, des représentations); l'ethnicité et les appartenances religieuses; les usages sociaux du droit; les groupes catholiques intégristes, les mouvements mouvements religieux; les genres et religions; les aspects criminogènes des groupes religieux minoritaires et des nouveaux mouvements religieux; les phénomènes associés à la violence chez certains groupes ou mouvements religieux; les rapports entre le droit et la religion, etc.

-   Centre d'études et de recherche en intervention sociale CÉRIS : ce groupe de recherche de l'UQO regroupe 12 chercheurs qui s'intéressent au renouvellement des pratiques de développement social et sur les politiques publiques les plus innovatrices en les abordant sous trois axes, soit la prévention sociale, la relation d'aide, ainsi que le développement social et communautaire.

Dans le domaine des sciences sociales; les intérêts portent sur l'insertion socioprofessionnelle et la migration des jeunes; les rapports entre le logement, les mouvements sociaux et la pauvreté; le développement des communautés et le partenariat entre organismes communautaires et établissements publics; l'action publique dans le domaine de la protection sociale, plus particulièrement dans les secteurs de la santé et des politiques familiales; etc.

-    Centre d'études interaméricaines :  rattaché à l’Institut québécois des hautes études internationales, il étudie l'évolution de la coopération interaméricaine en matière de gouvernance régionale et de promotion de la démocratie.

Il regroupe 11 chercheurs de l'Université Laval de 6 disciplines (science politique, économique, droit, management, sociologie et géographie) dont les intérêts portent sur la coopération régionale dans les Amériques, les rapports Nord-Sud (avec un accent concernant les Amériques), la coopération internationale (principalement entre les pays des Amériques), etc.

-    Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation : de réputation internatinale, il s'intéresse aux processus de mondialisation sous différents plans : de l'économie, de la culture et de la société. Ses themes abordés se penchent sur l'intégration et régionalismes, la mondialisation et la nouvelle diplomatie commerciale, l'humanisation du commerce, la gouvernance de la société de l'information, mondialisation de la culture et de la société et l'économie politique.

Relevant de l'UQAM, mais regroupe 38 chercheurs réguliers de différentes disciplines (science politique, sociologie, communication sociale, économique, droit, géographie, administration publique, sciences de la gestion) provenant de 16 universités (UQAM, Sherbrooke, Montréal, UQO, Bishop, UQAC, ÉNAP, Ottawa, Carleton, York, Alberta, Tecnologico de Monterry au Mexique, Tampa aux USA, de Pau et des Pays de l'Adour en France, Libre de Bruxelles en Belgique et Federal de Sergipe au Brésil); ainsi qu'une vingtaine de chercheurs associés provenant de 15 universités (UQAM, UQTR, Montréal, Téluq, Ottawa, McMaster, Pierre Mendes-Grenoble, Paris-Dauphine, Lausanne, Liège, Colorado, Maryland, Autónoma Metropolitana Iztapalapa au Mexique, UNAM au Mexique et Fédéral du Ceará au Brésil).

Dans le domaine de la sociologie; on y retrouve 7 chercheurs réguliers dont les intérêts portent sur la sociologie de la mondialisation, la démocratie et les mouvements sociaux, les médias et les mouvements sociaux, les classes sociales, la citoyenneté et l'immigration au Québec, la sociologie politique de l'intégration continentale, l'intégration dans les Amériques et mouvements sociaux, les études transculturelles en Amérique du Nord, les politiques sociales liées au travail, la gouvernance globale du travail, l'organisation collective des travailleurs précaires, la communication internationale, les transformations des sociétés dans un contexte de mondialisation, les partenariats public-privé, les politiques sociales dans le contexte de la mondialisation, etc.

-         Centre de recherche en aménagement et développement CRAD : important centre de recherche interdiscplinaire et interuniversitaire qui se penche sur les principaux enjeux liés à l’aménagement et au développement durables des espaces urbains et ruraux : les transformations de la ville, la viabilité des régions, le développement durable et la protection de l’environnement et l’innovation et l’amélioration des pratiques.

Il regroupe 20 chercheurs réguliers de différentes disciplines (anthropologie, géographie, économique, science politique, sociologie, architecture, aménagement du territoire et génie civil); ainsi que 19 chercheurs associés provenant de 6 universités et organismes (Laval, UQTR, ENSAM en France, Haute École d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud en Suisse, INSPQ et CHUM).

En sociologie; on y retrouve 1 chercheur régulier et 1 chercheur associé dont les intérêts portent sur la sociologie du développement de la société québécoise; la sociologie de famille et développement de la ville; la démographie sociale et vieilissement démographique; la démographie des banlieues des grandes villes du Québec construites dans les années 1950 et 1960; les liens entre la culture, l'espace et l'identité dans la postmodernité centrés sur la culture et la ville; l'émergence de la modernité urbaine au Québec; les nouveaux banlieusards; etc.

-      Centre de recherche en développement territorial : centre interdisciplinaire et interuniversitaire de recherche qui se penche sur les réalités du développement territorial dans les régions non-métropolitaines afin de réduire les disparités entre les régions, entre les territoires ruraux et urbains et entre les groupes sociaux et, également, pour assurer le développement viable de toutes les régions du Québec et ailleurs dans le monde.

Il regroupe 34 chercheurs réguliers de plusieurs disciplines (économique, science politique, sciences de la gestion, géographie, sociologie) provenant de 5 universités (UQAR, UQAC, UQO, UQAT et ÉNAP) et 29 chercheurs collaborateurs provenant de 13 universités (UQAR, UQO, UQAC, Laval, ÉNAP, Ottawa, Moncton, Texas at Brownsville, Toulouse III Paul Sabatier, Tours, Grenoble - Alpes, Savoie Mont-Blanc, et d’État de l’Ouest du Paraná).

Dans le domaine de la sociologie; les intérêts portent sur les identités territoriales et professionnelles en région, la migration des jeunes, les mouvements sociaux régionaux, les interrelations économiques régionales, le développement des milieux insulaires, la société acadienne, le régionalisme, la décentralisation, les politiques régionales, structures productives régionales, les processus d’innovation et les impacts territoriaux des nouvelles technologies de l’information, l'indice de vitalité sociale des communautés rurales, le développement des villages ruraux québécois et canadiens, la participation des Autochtones à la gouvernance des projets de développement économiques, la place des Autochtones dans la gouvernance des aires protégées, la place que les Autochtones donnent au territoire dans la construction de leur société, les représentations sociales des néoruraux, la vie des familles dans la dynamique métropolitaine, sur les migrations, l’étalement et le vieillissement démographique des territoires urbanisés, etc.

-         Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal CRÉUM : regroupe 37 chercheurs réguliers de différentes disciplines (droit, philosophie, science politique, anthropologie, économique, sociologie, santé communautaire, génétique, sciences de la gestion, sciences des religions, etc.) provenant de 5 universités (Montréal, Mcgill, Sherbrooke, Concordia et UQAM). Il étudie les fondements de l’éthique et de ses principaux concepts, que celle des dimensions normatives de politiques publiques dans des domaines tels que la médecine, la gestion de l’environnement naturel et humain, la diversité sociale et culturelle.

Les intérêts en sociologie portent notamment sur les enjeux socio-économiques entourant la forêt, entre autres la gouvernance forestière; les enjeux autochtones et la participation du public; le rôle de l’arène juridique dans la régulation des conflits autour du port de signes religieux; etc.

-    Centre de recherche interuniversitaire en communication, information et société CRICIS : regroupant 24 chercheurs réguliers en communication sociale provenant de 7 universités (UQAM, UQTR, UQO, Sherbrooke, Laval, Montréal et Téluq) et 20 chercheurs associés provenant de 14 universités (UQAM, Laval, UQO, Ottawa, Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Paris 8 Vincennes-St-Denis, Paris 13, Toulouse 3, Glasgow, du Pays Basque, Federal do Espirito Santo, Fédérale de Bahia, Brasilia, Pontifica catolica do Rio La Grande); il étudie la place et le rôle de l’information, de la culture et de la communication dans la dynamique des sociétés contemporaines afin de mettre en évidence tant les inégalités sociales face aux processus et phénomènes communicationnels que les rapports de pouvoir et les potentialités en termes de changements sociaux.

Les intérêts en lien avec la sociologie portent sur la sociologie des médias; la communication interculturelle; la surveillance et sociétés de contrôle; les jeunes et les médias; les femmes et les médias; les genres et les médias; les médisa et l'immigration; les communautés ethnoculturelles et les médias; la démocratie, cultures et sociétés; le droit international humanitaire; la médiation culturelle; la dimension sociale des technologies de communication et des réseaux numériques (Web social); l'éducation aux médias; etc.

-    Centre de recherche Société, Droit et Religions de l'Université de Sherbrooke SoDRUS : étudie les confrontations de normes et de valeurs qui résultent du multiculturalisme et de chercher des voies de dialogue et de cohabitation. Il regroupe 10 chercheurs en sciences religieuses, philosophie, sociologie, science politique et droit dont les intérêts en sociologie portent sur les rapports entre le droit et les religions, sur la laïcité et sur le catholicisme au Québec.

-    Centre de recherche sur la communication et la santé : regroupant 16 chercheurs en communication sociale provenant de 6 universités (UQAM, Laval, UQTR, UQO, Montréal et Téluq); il cherche à élaborer et valider des concepts et modèles théoriques pour mieux saisir la complexité des enjeux communicationnels en santé et aider à la conception d'interventions de prévention/promotion de la santé efficaces.

Les intérêts de l'axe "communication interpersonnelle" portent sur les interactions professionnelles; la communication et intervention en milieux organisés; la communication médiatique et les usagers du système de santé; la relation médecin-patient; la diversité et l'immigration; la communication interculturelle et santé; les rapports sociaux d'inclusion et d'exclusion sociale; etc.

-         Centre de recherche sur les Cantons de l’Est : rattaché à l'Université Bishop; ce centre interdisciplinaire de recherche unique s’intéresse à l’histoire, la culture et la société de cette importante région que sont les Cantons de l’Est. Il regroupe des chercheurs en histoire, en anthropologie, en géographie, en économique, en sociologie, en politique, en études littéraires et en études religieuses.

Les intérêts portent sur les rivières des Cantons de l’Est et leur contribution dans l’histoire canadienne; les Québécois anglophones : une communauté de langue; le comportement des immigrants dans la région sherbrookoise; l’identité biculturelle des Cantons de l’Est; la mondialisation et villes d’industries simples dans les Cantons de l’Est; les communautés rurales dans une société de vieillissement; etc.

-    Centre de recherche sur les innovations sociales : ce centre interuniversitaire et pluridisciplinaire de recherche se penche sur les innovations sociales, c'est-à-dire, de nouveaux arrangements sociaux, organisationnels ou institutionnels ou encore nouveaux produits ou services ayant une finalité sociale explicite résultant, de manière volontaire ou non, d’une action initiée par un individu ou un groupe d’individus pour répondre à une aspiration, subvenir à un besoin, apporter une solution à un problème ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations sociales, de transformer un cadre d’action ou de proposer de nouvelles orientations culturelles.

Il regroupe 46 chercheurs réguliers de différentes disciplines (service social, sociologie, communication sociale, anthropologie, science politique, démographie, économique, géographie, histoire, management, gestion des ressources humaines et relations industrielles) provenant de 10 universités (UQAM, UQO, Laval, Sherbrooke, Concordia, Montréal, UQAC, HEC Montréal et ÉNAP); ainsi qu'une trentaine de chercheurs associés provenant de 11 universités (UQAR, Sherbrooke, Laval, UQO, UQAM, ÉNAP, HEC Montréal, Téluq, Laurentienne, Moncton et Ottawa).

Dans l'axe "les politiques et les pratiques sociales"; on y retrouve 11 chercheurs réguliers et 7 chercheurs associés dont les intérêts portent sur la dynamique des transformations sociales; l'insertion sociale; la cohésion sociale; la pauvreté les inégalités sociales; les idéologies et les mouvements sociaux; la dynamique d’emprunt et de rejet des pratiques populaires (entraide, prévoyance et participation civique) à l’intérieur de mouvements ou d’institutions plus larges, que ce soit l’économie sociale (la mutualité), la protection sociale (l’assurance-maladie) et le mouvement associatif en général; la question de l'innovation sociale au regard des nouveaux modes de gouvernance du développement territorial et des mutations dans la pensée sociale; les politiques publiques, plus particulièrement sur les politiques et les pratiques sociales en matière de protection sociale dans les domaines de la santé et des services sociaux et de la conciliation travail-famille; etc.

-    Centre de recherche sur les politiques et le développement social : se penche sur les enjeux du développement social et des mouvements sociaux, à l’analyse des dynamiques associées à la mondialisation et à la gouvernance. Il regroupe 14 chercheurs réguliers de différentes disciplines en sociologie et science politique de l'Université de Montréal et  13 chercheurs collaborateurs (service social, sociologie, science politique) provenant de 5 universités (Montréal, UQAM, Concordia, McMaster et Lausanne).

Ses principaux intérêts portent sur : la citoyenneté et la mondialisation; les identités et représentations collectives; les indicateurs sociaux; les modes de vie des jeunes; la précarité d’emploi; les processus de démocratisation et action collective; la démocratie locale, les femmes et le développement régional; les mouvements des femmes et mouvements sociaux; les théories féministes de l’État; la sociologie du changement social; les réseaux sociaux et insertion sociale et professionnelle des prestataires de l’aide sociale; la concertation intersectorielle en santé mentale, etc.

-    Centre for the Arts in Human Development (en anglais) : unique au Canada, ce centre interdisciplinaire de recherche regroupant 4 chercheurs utilise quatre types de thérapies par les arts (arts visuels ou écriture, théâtre, musique et danse / mouvement) afin de promouvoir l'autonomie, améliorer la confiance en soi et les compétences sociales, et d'améliorer la qualité de vie des enfants, des adolescents et des adultes ayant une déficience intellectuelle, des personnes âgées ou d'autres populations ayant des besoins spéciaux (trouble envahissant du développement TED, trouble du comportement ou agressivité, trouble de l'humeur, trouble de la personnalité dont les psychoses, délinquant, malade incurable, incapacité physique ou sensorielle, victime de négligence ou de violence, etc.).

On y retrouve 8 chercheurs en art thérapie dont les intérêts portent sur la relation entre les interactions matérielles, des produits d'art et les caractéristiques psychologiques; le rôle central des matériaux d'art en art-thérapie et le développement des interventions fondées sur l'art; la musicothérapie en soins palliatifs; la musicothérapie auprès des personnes âgées semi-autonomes ou en perte d'autonomie; la musicothérapie en soins palliatifs (adultes ou pédiatriques); la musicothérapie auprès des personnes âgées semi-autonomes ou en perte d'autonomie; la musicothérapie communautaire; les effets de la thérapie par la danse / mouvement sur le moteur et les processus cognitifs chez les personnes diagnostiquées avec la maladie de Parkinson; la thérapie par la danse / mouvement afin d'améliorer la qualité de vie et de prévention des chutes chez les personnes âgées; la thérapie par l'art auprès de personnes souffrant stress chronique ou du syndrome de stress post-traumatique; la thérapie par l'art auprès des déficients intellectuels; la thérapie par le jeu auprès des déficients intellectuels; la thérapie par le jeu auprès d'adolescents présentant des troubles de la personnalité borderline; la thérapie par le jeu auprès d'enfants ou d'adolescents dépressifs; la thérapie par le jeu auprès d'enfants ou d'adolescents victimes d'abus sexuels; etc.

-    Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) de l'UQAM : se penche sur les enjeux, les logiques et les stratégies d’intervention dans les politiques du développement international (jeux des acteurs, rôles des institutions) et leurs impacts (économiques, politiques, environnementaux, sociaux et sur les droits humains).

Il regroupe 14 chercheurs de différentes disciplines (sociologie, sciences juridiques, études urbaines, géographie et science politique) provenant de 3 universités (UQAM, Ottawa, Saint-Paul) et 20 chercheurs associés et collaborateurs provenant de 13 universités (UQAM, Montréal, Concordia, Ottawa, York, Fairfield aux USA, Massachussetts at Amherst aux USA, Institut des études internationales et de développement de Genève, Ritsumeikan au Japon, Bogazici en Turquie, Los Lagos au Chili, Ghana au Ghana, Canadian University in Dubai aux UEI) et d'autres organisations (US Institute of Peace aux USA, Dong Energy au Danemark, Ville de Toronto, Peace Research Institute Frankfurt en Allemagne).

Dans le domaine de la sociologie; les intérêts portent sur les enjeux sociaux de la santé environnementale et humaine, l'interdisciplinarité dans l'étude des problèmes environnementaux, les transformations sociales des sociétés postcoloniales africaines, les rôles des ONG confessionnelles dans la société civile en Afrique, l’évaluation de plusieurs projets de développement international concernant l’agriculture, etc

-    Centre interdisciplinaire de recherche sur la diversité et la démocratie :  s’intéresse de façon toute particulière à la gestion du plurinationalisme dans l’espace québécois et par extension dans l’espace canadien et international sous les axes de recherche suivants : la nation, le nationalisme et la diversité; le droit et les institutions politiques; appartenance, pluralisme et société; démocratisation, pratiques citoyennes et collectivités minoritaires.

Il regroupe 29 chercheurs de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, histoire, philosophie, sciences des religions, science politique, droit, provenant de 10 universités (UQAM, Laval, Montréal, UQAC, UQTR, UQAR, Concordia, Sherbrooke, ÉNAP et Ottawa); ainsi que 4 chercheurs associés (Mcgill, Concordia et Laval).

En sociologie; on y retrouve 5 chercheurs dont les intérêts portent sur la sociologie politique; les mouvements sociaux et la démocratie dans les pays en développement; le genre et le changement social; la stratification sociale (notamment la pauveté et les inégalités sociales); la démocratisation et la mobilisation sociale; la citoyenneté et l'intégration; les identités acadiennes et francophonies minoritaires; la francophonie et la politique; l'analyse comparée du changement social; l'analyse des politiques sociales comparées; etc.

-    Centre interuniversitaire d'études et de recherche autochtones : se penche sur les questions de la vie sociale, économique et politique des communautés autochtones du Québec et du Canada, mais aussi d'ailleurs dans le monde dans une perspective multidisciplinaire, interdisciplinaire et globalisante et ce, avec la collaboration de différentes communautés autochtones en Amérique du Nord.

Il regroupe 31 chercheurs réguliers de différentes disciplines (sociologie, travail social, criminologie, droit, anthropologie, histoire, science politique, sciences de l'éducation, sciences des religions, sciences de la gestion, histoire de l'art, architecture, santé communautaire et sciences forestières) provenant de 10 universités (Laval, UQAM, Montréal, UQAC, UQO, UQAT, Ottawa, Dalhousie, Moncton et Saint-Boniface); ainsi que 40 chercheurs collaborateurs provenant de 18 universités (Laval, UQAM, Sherbrooke, UQTR, UQAT, Saint-Boniface, St-Paul, Saint-Mary's, Northern BC, Maryland at Baltimore, Sao Paulo, Brasilia, Louvain, Leiden, Federale de Santa Catarina au Brésil, Catholique de Termucu au Chili, Antilles-Guyane, État de Yakousk en Russie).

Dans le domaine de la sociologie; on y retrouve 2 chercheurs (Université Laval et UQAM) qui s'intéressent aux inégalités et classes sociales; les conditions économiques et sociales des populations autochtones et des régions arctiques; les mouvements sociaux chez les Premières Nations; etc.

-         Centre interuniversitaire d’études québécoises : regroupant 38 chercheurs réguliers et 36 chercheurs associés de nombreuses disciplines (anthropologie, histoire, sociologie, géographie, démographie, science politique, sciences des religions, communication, sciences de l'éducation, etc.) provenant de 9 universités (Laval, Montréal, Sherbrooke, UQAM, UQTR, UQAC, UQO, Mcgill et Concordia); il étudie les changements de la société québécoise depuis les premiers peuplements jusqu'à aujourd'hui.

Les axes de recherche sont :

les populations et leurs milieux de vie : se consacre aux processus de formation du Québec contemporain : les populations et leurs habitats (ruraux et urbains), les formes historiques d’organisation des territoires (la seigneurie, la paroisse et le régime municipal, par exemple), les rapports historiques avec les environnements biogéophysiques (l’eau, la faune, la forêt et les ressources du sol) et notamment l’impact du développement humain sur ces milieux, les processus d’urbanisation et d’industrialisation, la montée des marchés et l’intégration du Québec dans les ensembles nord-américain et mondial.

les institutions et les mouvements sociaux : s’intéresse à la rencontre entre l’institution, les groupements organisés et la société québécoise. Il aborde l’État et ses différents dispositifs d’intervention et de régulation (le droit, la police, les appareils d’encadrement juridique, les divers niveaux de gouvernement, etc.). L’axe s’intéresse également aux institutions de la société civile telles que l’Église, l’école, l’hôpital, l’entreprise, l’association volontaire et les mouvements sociaux plus généralement.

la culture québécoise (diversité, échanges et transmission : se penche sur les points de contact, d’échange et de différenciation culturels dans la société québécoise et entre cette dernière et les autres cultures aux plans canadien et international. Il se décline autour des domaines suivants : les grands systèmes d’idées, de croyances et de représentations du monde; la famille, l’aire domestique, le voisinage et les réseaux informels de sociabilité, en tant que lieux de reproduction sociale et de transmission, lieux d’échange, de solidarité et de conflits ; les processus identitaires et les rapports d’altérité ; les relations interethniques, la colonisation et l’immigration ; les échanges culturels et la hiérarchisation des cultures ; les modes d’expression de la culture et les productions culturelles.

Dans le domaine de la sociologie; on y retrouve 4 chercheurs dont les intérêts portent sur les enjeux d'une population en développement; la démographie sociale; les inégalités sociales et pauvreté; la sociologie de la jeunesse et des générations; fécondité et famille; les mobilités et migrations; l'immigration et les communautés ethnoculturelles; le vieilissement de la population; les solidarités sociales; les politiques sociales québécoises; etc.

-         Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie : principal organisme interdisciplinaire de recherche au Canada consacré à l’études des dimensions historiques, sociales, politiques et économiques de l’activité scientifique et technologique.

Il regroupe 35 chercheurs provenant des 12 universités canadiennes dont 9 du Québec  (UQÀM, Mcgill, Montréal, Sherbrooke, I.N.R.S, Concordia, Laval,  U.Q.T.R., UQAC, É.T.S., Télé-Université, Ottawa, York et Toronto); ainsi que 38 chercheurs associés d'universités québécoises et étrangères (Leicester, catholique de Louvain et Harvard).

En sociologie; les principaux domaines de recherches sont :  sociologie de l’éducation (parcours des étudiants en sciences et technologie), sociologie des innovations biomédicales, analyse socio-historique du travail biomédical, sociologie de la médecine et de la santé, sociologie des ingénieurs, sociologie des sciences et techniques, culture matérielle de la représentation dans les sciences expérimentales, les rapports de force entre les disciplines biomédicales et celles des sciences sociales, dimensions culturelles des systèmes d’innovation, etc.

-         Centre interuniversitaire québécois des statistiques sociales : seul centre de recherche québécois consacré aux statistiques sociales, il regroupe des chercheurs provenant de 5 universités (Montréal, Concordia, Mcgill, Laval et I.N.R.S).

Des projets tels que les suivants sont en réalisation ou ont été réalisés : enquête sur la dynamique du travail et du revenu, enquête auprès des jeunes en transition, enquête longitudinale auprès des immigrants, enquête sur le milieu de travail et les employés, enquête sur la santé des collectivités canadiennes, enquête nationale sur la santé des populations, enquête auprès des peuples autochtones, enquête nationale des diplômés, etc.

-    Centre pour l'étude de la citoyenneté démocratique : se penche sur les questions interdisciplinaires touchant la citoyenneté démocratique, soit : la représentation politique, l'engagement civique et et la diversité ethnique et ce, dans une perspective internationale.

Il regroupe 30 chercheurs réguliers, principalement en science politique, mais également de quelques autres disciplines (économique, sociologie, communication, psychologie et géographie) provenant de 5 universités (UQAM, Laval, Montréal, Concordia et Mcgill); ainsi que 14 chercheurs associés provenant de 13 universités (Montréal, Mcgill, Toronto, Iowa, Darmouth College, Texas at Austin, Michigan at Ann Arbor, European University Institute en UK, École d'économie de Paris, Sciences Po Paris, Antwerp, London School of Economics & Political Science et Princeton).

Les intérêts en sociologie et en communication sociale portent sur  l'opinion publique, les comportements électoraux, les campagnes électorales et la méthodologie d'analyse (sondages, analyses de contenu, etc.), les méthodes de sondage, les effets des stratégies persuasives négatives en publicité sociale et électorale, le rôle d'Internet sur la participation civique et politique, le web politique et citoyenneté en ligne, les usages d'Internet et des médias sociaux par les élus et les partis politiques, la psychologie politique des citoyens,  les causes et les effets des conflits politiques et de la violence, l'inégalité dans la couverture médiatique des minorités ethniques et des femmes, les transformations récentes des pratiques journalistiques au Québec et au Canada, etc.

-    Chaire Claire-Bonenfant Femmes, savoirs et sociétés de l'Université Laval : s’intéresse à divers sujets sur la condition des femmes dans une perspective multidisciplinaire.

-    Chaire conjointe en études femmes - Université d'Ottawa et Carleton University : étudie les liens et les rapports entre le genre, la race, la classe, la capacité, l’âge, la nationalité et d’autres marqueurs de différence s’entrecroisent avec les hiérarchies sexuelles.

-         Chaire de coopération Guy-Bernier : cette chaire de l'UQAM étudie les problématiques de gestion rencontrées dans les caisses populaires et dans les caisses d’économie, mais également au sein des autres types d’entreprises coopératives. Les différents aspects de ces organisations sont analysées sous les dimensions organisationnelles, financières, de communication et de développement.

Elle regroupe 16 chercheurs de différentes disciplines (économique, sociologie, sciences comptables, management, gestion des ressources humaines) provenant de l'UQAM principalement, mais également de l'UQAR et de HEC Montréal).

En sociologie; les intérêts portent sur l'économie sociale, le développement local et régional, les innovations et transformations sociales, etc.

-    Chaire de recherche Droit, religions et laïcité de l'Université de Sherbrooke : s'intéresse aux enjeux de laïcité en jetant un regard neuf sur les rapports qu’entretiennent les États modernes avec les confessions religieuses.

-    Chaire de recherche du Canada sur la condition autochtone comparée de l'Université Laval : rattachée au Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones; elle se penche sur 2 enjeux majeurs du développement humain dans les sociétés autochtones de l’Arctique, soit les disparités régionales et les inégalités sociales et la pauvreté.

-    Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir : cette chaire de Téluq étudie le mode de partage des connaissances entre les individus dans divers contextes de travail (télétravail, travail autonome, communautés de pratique internes à une organisation), mais aussi entre les individus et leur environnement, et entre les organisations, ainsi que les facteurs favorisant la performance des organisations de l’économie du savoir.

-    Chaire de recherche du Canada sur les inégalités sociales et les parcours de vie : cette chaire de recherche de l'Université de Montréal s'intéresse à la façon dont on peut enrichir les analyses en termes d’inégalités sociales en prenant mieux en compte les effets de l’âge et de la génération.

-    Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie de l'UQAM : s'intéresse aux transformations des différentes sphères institutionnelles caractérisant les sociétés modernes et à l'émergence de nouvelles formes de la citoyenneté, de la communauté politique, de la démocratie et de la justice sociale.

-         Chaire de recherche en développement des collectivités de l’UQO : s'intéresse à la place qu'occupe l’économie locale sur les territoires , particulièrement sur le registre des pratiques innovantes de création de richesses (en économie coopérative et sociale et solidaire, en développement local et en développement régional) et sur les mouvements sociaux, tout particulièrement le mouvement écologique, le mouvement syndical, le mouvement communautaire et celui des agriculteurs.

-         Chaire Desjardins en développement des petites collectivités :  cette chaire de l'UQAT se penche sur les préoccupations la vitalité sociale, la viabilité économique et la validité politique des petites collectivités, plus particulièrement en ruralité.

-   Chaire Louis-Edmond Gamelin de recherche en sciences sociales de l'Université Laval : s'intéresse aux changements sociaux et aux conditions de vie des populations nordiques, en particulier celle des communautés autochtones.

-    Chaire Senghor sur la francophonie : cette chaire de l'UQO regroupe 7 chercheurs de différentes disciplines (sociologie, histoire, travail social, développement régional, communication, linguistique et littérature francophone) qui s'intéressent aux divers aspects du développement des collectivités francophones dans le monde dans une perspective interdisciplinaire et commune.

Dans le domaine de la sociologie; les intérêts portent sur la sociologie du développement international; la pensée sociologique francophone; le développement des communautés autochtones; les changements sociaux dans la francophonie; les mouvements sociaux francophones;  etc.

-    Collectif de recherche interdisciplinaire sur la contestation : contrairement aux groupes de recherche qui étudient les mouvements sociaux tels que représentés par les médias; ce centre s'intéresse à la contestation de façon globale comme phénomène sociopolitique et culturel à la fois visible et souterrain, ponctuel et quotidien. Il regroupe 7 chercheurs en science politique, sociologie et communication provenant de 3 universités (UQAM, Montréal et Concordia) et 2 cégeps (Ahuntsic et de Bois-de-Boulogne).

Les intérêts en sociologie portent sur la contestation en temps de crise; les regards croisées sur les contestations urbaines; la transformation des manifestations de rue au Québec; les interactions entre le mouvement syndical, le mouvement des femmes et le mouvement communautaire autonome; l’évolution du rapport des mouvements sociaux à l’action politique depuis les années 1950; etc.

-    Concordia University Research Chair on the Study of Quebec (en anglais) : s'intéresse notamment à l'histoire des sciences sociales canadiennes; la sociologie des peuples autochtones du Canada; les rapports sociaux de l'Église catholique romaine au Québec et les mouvements sociaux québécois.

-         Groupe de recherche en éthique ÉTHOS : regroupant 12 chercheurs provenant de différentes disciplines (sociologie, travail social, relations industrielles, sciences de l'éducation, sciences de la gestion, philosophie, études françaises) de l'UQAR qui s'intéressent aux divers problématiques et enjeux de l'éthique dans une perspective interdisciplinaire.

Les intérêts portent notamment sur les enjeux éthiques dans l'accompagnement de groupes d'hommes en difficultés; les enjeux éthiques dans les organisations hiéarchisées (publiques ou privées); l'éthique et la gestion des personnes en milieu de travail; les enjeux éthiques en soins palliatifs; la dimension éthique de la formation en intervention psychosociale; l'éthique et la diversité culturelle; la sensibilité éthique en éducation; l'éthique professionnelle; l’éducation à la sensibilité éthique; nouvelles configurations de la vulnérabilité en éthique; etc.

-    Groupe de recherche sur la diversité urbaine : rattaché au Centre d'études ethniques des universités montréalaises et regroupant 11 chercheurs de différentes disciplines (sociologie, anthropologie, démographie, histoire, sciences des religions et didactique) de l'Université de Montréal; il explore la diversité québécoise, principalemen montréalaise sur les flux migratoires et l'insertion des migrants, sur les pratiques sociales et culturelles, ainsi que sur le rôle de l'État, de la société civile et des représentations collectives dans la construction des relations interethniques.

En sociologie; les intérêts portent sur les relations ethniques; las citoyenneté et minorités; les rapports de genre; les théorisations féministes postcoloniale; l'anthropologie sociale; la religion et la modernité; les jeunes musulmans; etc.

-    Groupe de recherche sur la migration ville/campagne et les néoruraux de l'INRS : s’intéresse, dans le contexte actuel de la transformation de la ruralité, à l’installation récente de nouvelles populations rurales (dénommées néo-ruraux) et à leurs interactions avec la population locale, les élus municipaux et les autres acteurs-clés ruraux et régionaux. Il s’interroge particulièrement sur le processus d’insertion globale de ces néo-ruraux et sur les incidences de leur migration de la ville vers la campagne. Il examine la recomposition sociodémographique des territoires ruraux, cherchant à en dégager aussi bien les avantages que les difficultés.

-    Groupe de recherche sur la socialisation et la communication dans les jeux vidéo Homo Ludens : regroupant 7 chercheurs de différentes disciplines (communication sociale, sociologie, sexologie, management) provenant de 3 universités (UQAM, UQTR et UQAC) qui s’intéressent aux pratiques ludiques et à la communication en ligne, plus précisément concernant les aspects sociaux, philosophiques et sémiotiques du jeu en adoptant une perspective communicationnelle.

Les intérêts portent notamment sur la dimension sociale des technologies de communication et des réseaux socionumériques (« Web social »); les médias socionumériques; l'identité numérique; le rôle de la diversité dans l'industrie vidéoludique; la socialisation et la communication dans les jeux vidéo; la convergence des technologies de l’information et de communication (TIC) et des usages sociaux; etc.

-    Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques : regroupant 11 chercheurs de différentes disciplines (droit, science politique, relations industrielles, sociologie et travail social) provenant de 4 universités (UQAM, Montréal, UQO et Pontificia Universidad Católica del Perú au Pérou); il cherche à identifier et analyser les innovations politiques émergentes dans les Amériques et les mouvements qui les portent.

En sociologie; les intérêts portent sur  le genre, la citoyenneté, les mouvements sociaux (paysan, autochtone et afrodescendant), la violence, les droits humains en Amérique latine; les politiques sociales en Amérique latine; les rapports entre genre et territoire en Amérique latine; le genre et l'égalité en Haïti; etc.

-    Groupe de recherche sur les institutions et les mouvements sociaux : regroupant 5 chercheurs en sociologie des universités Laval, Montréal et Mcgill et 7 chercheurs associés (UQAM, Ottawa, Paris-Nanterre, Grenoble, Ramapo College of New Jersey et Yale); il s'intéresse à la gestion sociale de l'environnement; le genre et changement social; les mouvements autochtones et indigénéité; les mobilisations sociales autour des problèmes urbains, notamment celles qui défendent les principes de justice; la participation sociale; la redéfinition des solidarités nationales et/ou transnationales; etc.

-    Groupe interdisciplinaire de recherche sur les banlieues : affilié au Centre de recherche en aménagement et développement de l'Université Laval et regroupant 4 chercheurs (anthropologie, sociologie et architecture) qui s'intéressent au domaine de la sociologie de l'aménagement comme la formation, l'établissement et les aspirations des familles avec enfant d'âge préscolaire dans la dynamique métropolitaine du développement des villes; etc.

-    Institut d'éthique appliquée de l'Université Laval : regroupant 26 chercheurs réguliers et 18 chercheurs associés provenant de différentes disciplines (sociologie, droit, relations industrielles, sciences de la gestion, philosophie, sciences des religions) provenant de l'Université Laval et de l'Université de Sherbrooke qui s'intéressent aux divers problématiques et enjeux de l'éthique dans une perspective interdisciplinaire.

Les intérêts sont divisés en 3 axes et portent notamment sur :

éthique publique, organisationnelle et professionnelle : l'éthique et le professionnalisme au travail; le leadership éthique; la sociologie des organisaitons et l'éthique, la dimension éthique de la culture organisationnelle, les enjeux éthiques dans les organisations d'aide humanitaire internationale, etc.

éthique sociale et économique : les enjeux éthiques en justice sociale; l'éthique et la sociologie de la régulation sociale et de l'action publique, les rapports entre éthique et droit, la bioéthique dans un contexte multiculturel, etc.

éthique et santé : les enjeux et les pratiques éthiques en contexte de maladies chroniques ou de fin de vie, l'éthique et la santé publique, les interventions éthiques au sein des organisations de santé, etc.

-         Institut d’études et de recherches féministes de l’UQÀM : le plus important centre de recherches en études féministes au Canada, il regroupe plus d’une soixantaine de chercheurs de nombreuses disciplines (sociologie, science politique, communication, sexologie, travail social, psychologie, droit, histoire, sciences de l'éducation, philosophie, sciences des religions, études littéraires, histoire de l'art, géographie,  kinanthropologie, management, danse, théâtre, etc.) provenant tous de l'UQAM. Ils étudient dans une perspective interdisciplinaire les rapports sociaux des sexes, les enjeux sociaux contemporains du féminisme, les pratiques sociales, politiques, économiques et culturelles des femmes, les grands courants de la pensée féministe, etc.

Les intérêts en lien avec les sciences sociales portent sur l'identité professionnelle, personnelle et sociale des femmes; la psychologie des femmes; la grossesse et infertilité; la maternité/famille et travail; les relations familiales chez les mères monoparentales et homoparentales; les conflits relationnels; les relations interpersonnelles au travail; le développement professionnel des femmes; les femmes âgées et l’engagement social; les expériences du vieillissement au croisement du genre, de l'âge et de la migration, notamment chez les femmes; la violence conjugale vécue par les femmes; la psychanalyse du masculin et du féminin; la sociologie des mouvements sociaux; l'analyse différenciée selon le genre et le sexe; la cyberviolence et violence au nom de l'honneur; les droits des femmes; la santé mentale, violence et harcèlement psychologique au travail; la transmission intergénérationnelle chez les femmes; les inégalités et classes sociales; l'action communautaire des femmes; les mouvements sociaux et contestation féministes; l'antiféminisme; la diversité sexuelle; rapports sociaux du sexe et division sexuelle du travail; les rapports de sexe et culture; la diversité religieuse et solidarités féministes; l’intégration en emploi des travailleuses lesbiennes salariées; le bénévolat comme mode d’intégration sociale des femmes au 20e siècle; le féminisme et la mondialisation; les femmes et les politiques sociales l'histoire de la pensée sociale féministe; les vagues du féminisme; les théories et débats féministes; etc.

-         Institut d’études féministes et du genre de l’Université d’Ottawa : l'un des plus importants centres de recherche en études féministes au Canada et le plus important en Ontario regroupant 12 chercheurs réguliers et une dizaine de chercheurs associés de disciplines diverses (sociologie, éducation, science politique, droit et lettres françaises) provenant de 5 universités (Ottawa, Carleton, Toronto, Concordia et UQO). Ils étudient dans une perspective interdisciplinaire les rapports sociaux des sexes, les enjeux sociaux contemporains du féminisme, les pratiques sociales, politiques, économiques et culturelles des femmes, les grands courants de la pensée féministe, etc.

Les intérêts en lien avec les sciences sociales portent sur : les femmes, l'agriculture et mouvements sociaux; l'analyse comparative entre les sexes; dé/marquage des catégories de sexe; la santé sexuelle et reproductive; la santé des immigrantes et des réfugiées; le féminisme, lesbianisme et la notion d'exil; la sociologie des mouvements sociaux; les mouvements des femmes québécois; les droits des femmes; la transnationalisation des mouvements de femmes et féministes; genre, équité et développement international; les luttes et revendications des ouvrières du textile du Maghreb; les mouvements féministes d'Amérique latine et des Caraïbes; les théories féministes; etc.

-    Institut de santé et société de l’UQÀM : ce centre interdisciplinaire de recherche explore les déterminants de la santé dans une perspective de promotion et de prévention et étudie les processus d’adaptation sociale qui permettent aux membres d’une collectivité de vivre en meilleure santé physique et mentale.

Il regroupe une centaine de chercheurs de différentes disciplines (chimie, biologie, ergothérapie, kinésiologie, santé communautaire, sciences infirmières, psychologie, sexologie, sociologie, travail social, droit, communication, anthropologie, relations industrielles, histoire, science politique, sciences de l'éducation, gestion des ressources humaines, management, linguistique, musique, etc.) provenant principalement de l'UQAM, mais également des universités de Montréal, Sherbrooke, UQO, UQAC, UQAR et Ottawa.

Dans le domaine de la sociologie; on y retrouve 8 chercheurs dont les intérêts portent sur l'individualité et normativité contemporaines; les formes de régulation sociale; les nouveaux problèmes sociaux; le genre et le vieillissement; la transmission intergénérationnelle; l'engagement social et la politique; la sociologie de la santé au travail; les réseaux humains de communication; la sociologie de l'éthique; etc.

-    Institute for Gender, Sexuality, and Feminist Studies at Mcgill (en anglais) : regroupant 6 chercheurs réguliers et 9 chercheurs associés de diverses disciplines (droit, sociologie, science politique, histoire, philosophie, histoire de l'art, psychopédagogie, communication, psychologie) de l'Université Mcgill qui s'intéressent aux différents aspects des rapports des genres, de la sexualité, des femmes et du féminisme dans une perspective interdisciplinaire.

Dans le domaine des sciences sociales; les intérêts portent sur les femmes et la justice sociale; la psychologie féministe; l'égalité des sexes; la pensée sociale relative au féminisme; les médias sociaux et la place des femmes; les rapports hommes-femmes; les femmes et le développement international; le droit des femmes; les théories féministes; etc.

-    Laboratoire d'études de la population de l'INRS : regroupe 5 chercheurs qui s'intéressent à la population elle-même ou aux trois grands phénomènes démographiques, soit : la natalité (la famille contemporaine, l’entrée dans la vie adulte, la faible fécondité et les politiques familiales); la migration (la migration, l’immigration et l’établissement des immigrants); et la mortalité (la mortalité, la santé et le vieillissement de la population); à leurs causes ou à leurs conséquences.

En sociologie; les intérêts portent sur :

la famille : les intentions et les projets de fécondité; la reproduction et la contraception; les processus de nomination (nom et prénoms) des enfants; l'insertion des jeunes familles néo-rurales en région et relations intergénérationnelles; les relations entre le travail et la vie familiale; les trajectoires familiales; les réseaux familiaux; les temps sociaux; les politiques familiales municipales; l'approche quantitative et qualitative des phénomènes sociaux;

la ruralité : les caractéristiques sociodémographiques des populations territoriales, la transformation de la ruralité contemporaine; l'arrivée des néo-ruraux et cohabitation avec la population locale; nouvelle culture rurale; nouvelles modalités de travail en milieu rural (ex. : travail autonome…); développement rural; défis des entreprises culturelles d’économie sociale en milieu rural; la dynamique des populations urbaines et régionales; rôle des élus municipaux et décideurs locaux; l'analyse comparative Canada, États-Unis, Europe;

les jeunes : la migration nouvelle et/ou « de retour » dans région d’origine; l'insertion des jeunes familles néo-rurales en région et relations intergénérationnelles; l'engagement des jeunes néo-ruraux en milieu rural; le rapport à l’espace; l'insertion et participation globale des jeunes immigrés régionaux; la comparaison avec d’autres groupes de jeunes (natifs régionaux, immigrés montréalais…); l'identité; la relève agricole immigrante;

l'immigration en région : l'immigration en territoires ruraux; les spécificités rurales et comparaisons avec d’autres pays; les facteurs d’attraction et de rétention;les processus d’insertion globale (économique, sociale, culturelle, politique); l'insertion des immigrants sur le marché du travail; l'appariement emploi-formation (surqualification) des salariés issus de l'immigration; l'entrepreneuriat agricole immigrant; l'impact de l’immigration sur le développement régional; la politique de régionalisation de l’immigration;

la santé en région éloignée : les processus d’insertion des médecins (immigrants et natifs) en région éloignée; facteurs de rétention ou de départ; difficultés de la reconnaissance des diplômes et des expertises des médecins diplômés à l’étranger;

-    Laboratoire d'études et de recherches appliquées sur l'Afrique de l'UQAC : s'intéresse aux aspects historiques, sociaux, culturels et politiques de l'Afrique subsaharienne dans une perspective multidisciplinaire qui regroupe 4 professeurs-chercheurs en histoire, géographie, sociologie et science politique de l'UQAC et de l'UQAT.

En sociologie; les intérêts portent sur les enjeux et défis du développement durable en Afrique sous l’angle de l’équité et de la justice sociale; les inégalités sociales et les dynamiques urbaines; les relations entre la santé et le développement économique et social en Afrique; la parité comme préalable au développement équilibré des communautés africaines; etc.

-    Laboratoire de recherche pour le soutien des collectivités (LARESCO) de l'UQAT : regroupe 6 chercheurs qui étudient les pratiques de développement humain et social par la réalisation de recherches appliquée.

Les intérêts portent sur l’identité sociale; les phénomènes de groupe et les relations intergroupes; les mouvements sociaux de personnes aînées dans l’élaboration des politiques publiques relatives à la vieillesse au Québec; le développement des villages ruraux québécois et canadiens; la migration interne des jeunes Québécois (notamment ruraux et autochtones); les entreprises d’économie sociale et les coopératives comme modèles de développement des territoires; etc.

-         Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales de l’UQÀM : regroupant 10 chercheurs réguliers en service social et en sociologie provenant de 5 universités (UQAM, Montréal, UQO, UQAC et UQAT) et 14 chercheurs collaborateurs provenant de 6 universités (Laval, UQAM, UQO, Sherbrooke, New Brunswick et Ottawa), de l'INESSS et de l'Office des personnes handicapées du Québec; il étudie les alternatives démocratiques du développement social en articulant économie sociale et économie publique, dans une perspective d’économie plurielle.

Les intérêts portent notamment sur l'insertion sociale et professionnelle des personnes vulnérables sur le plan de la santé et du bien-être; les pratiques de logement social visant des clientèles vulnérables sur le plan socioéconomique ou sur le plan de la santé et du bien-être; les interactions des organisations publiques et d’économie sociale pour desservir les populations vulnérables en s’ajustant aux besoins locaux; etc.

-    Mcgill Centre on Population Dynamics (en anglais) : regroupant 21 chercheurs réguliers et 18 chercheurs associés de différentes disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie, et épidémiologie) provenant de 3 universités (Mcgill, Montréal et New Brunswick) qui s'intéressent aux sujets de la dynamique des populations liés à la santé, au travail, la famille, le vieillissement et la migration qui sont au cœur de la vie des individus et vital à la prospérité des sociétés.

Dans le domaine de la sociologie; les intérêts portent sur la relation entre le contexte social et l'individu, en particulier en ce qui concerne la famille; la sociologie de la famille et fertilité; l'évolution des unions de fait et son importance; les différences et les similitudes qui existent entre le mariage et les unions cohabitantes la dynamique familiale; l'impact de l'instabilité conjugale sur le réseau de soutien familial et à la vieillesse; le rôle de la diversité culturelle croissante dans la modification des structures familiales; sociologie de l'éducation; la sociologie de la population active; le vieillissement de la population; les relations ethniques et raciales; l'immigration et l'émigration; les disparités raciales; la sociologie de l'environnement; la sociologie urbaine; la démographie sociale; les effets des politiques publiques sur les inégalités sociales en matière de santé; les déterminants sociaux de la santé et de la santé mentale; les réseaux sociaux et la santé; la santé et la pauvreté; les inégalités sociales; la recherche du parcours de vie avec un accent particulier sur l'intersection entre le comportement matrimonial et la fécondité et le marché du travail des institutions; les différences démographiques dans les résultats du marché du travail; sources de désavantage sur le marché du travail; la relation entre l'économie et la sociologie; le développement des politiques sociales; l'attrition dans les enquêtes sociales longitudinales; etc.

-    Observatoire démographique et statistique de l'espace francophone : créé par l'Agence universitaire de la francophonie, l'Organisation internationale de la francophonie, le Gouvernement du Québec et par l'Université Laval; il a pour objectif est de contribuer à assurer la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine démographique des États de la Francophonie, un patrimoine qui est particulièrement menacé dans les États africains et qui nécessite ainsi des actions urgentes et bien ciblées.

Relevant de l'Université Laval, mais regroupant de nombreux chercheurs de plusieurs disciplines (anthropologie, démographie, sociologie, économique, science politique, statistique, etc.) provenant de plusieurs universités francophones de tous les coins du monde.

-         Observatoire en économie sociale : se penche sur les différents aspects de l’économie sociale tant sur le plan régional, national et international. On porte un intérêt tout particulier sur les problématiques, les enjeux et les impacts de l’économie sociale. Les principaux axes de recherches sont : économie sociale en Outaouais (l’économie sociale et le développement local, mouvement communautaire et logement social, le soutien des entreprises locales pour le développement de l’emploi, etc); économie sociale au Québec (les programmes de soutien aux entreprises pour le développement de l’emploi, les programmes gouvernementaux pour l’aide au logement social, les programmes gouvernementaux d’aide à l’emploi, les programmes gouvernementaux de soutien au développement local, etc); économie sociale dans le monde (économie sociale et coopération internationale, économie sociale et solidarité internationale, économie sociale et Afrique, économie sociale et Asie, économie sociale et Amérique latine, économie sociale et Europe, etc); économie sociale : conceptualisation, problématique et théorie (économie sociale et développement régional, économie sociale et organisation communautaire, économie sociale et mouvements sociaux, etc).

 

Retour à la page d’accueil

Retour au répertoire des organismes de recherches

Consulter le répertoire des maîtrises et doctorats en sciences de la gestion

Retour à la page de professeur d’université