Retour à la page du secteur agriculture et agroalimentaire

Retour à la page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d’accueil

 

   

SECTEUR : AGRICULTURE ET AGROALIMENTAIRE

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

OPÉRATEUR(TRICE) D'ÉQUIPEMENTS

EN TRANSFORMATION DES ALIMENTS

DIPLOME D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

Consulte également la section "liens recommandés" (dont des vidéos d'opérateurs en transformation des aliments qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILIT  ÉS :

 

En tant qu'opératrice ou opérateur d'équipements en transformation ou production alimentaire; tu seras responsable de conduire et d’opérer divers types de machines conventionnelles ou automatisées servant à la transformation des aliments selon les procédés de production établis.

 

Tu auras notamment les tâches suivantes :

Les types de machines et autres équipements industriels que tu seras appelé(e) à opérer sont :

 

En usine de transformation (viandes, volailles, fruits, légumes, etc.) :

 

balance automatique, démêleur de fruits et légumes, baratteuse, coupeuse, hachoir-broyeur, décanteur-centrifuge, découpeuse, aplatisseuse, mélangeur, mélangeur-broyeur, machine à dénerver, machine à désosser, machine à longes, machine à fondre les huiles, machine d'abattage, dégraisseuse, paneuse, ligne de dépeçage, injecteur de saumure, scieuse de viandes, sécheur de fruits et légumes, sertisseuse-canneuse, trancheuse, pompe de produits, congélateur-refroidisseur, etc.

 

En usine de fabrication (embouteillage de boissons, produits de boulangerie, de pâtisserie, boissons alcoolisées ou non alcoolisées, mets préparés, etc.) :

 

embouteilleuse, empileuse, affineuse, friteuse, malaxeur, double mélangeur, mélangeur, réfrigérateur-refroidisseur, démouleuse, diviseuse en boulangerie, enrobeuse, farineuse, façonneuse, grignoteuse, râpeuse, pétrisseur, remplisseuse, trancheuse, conditionneuse de portions, machine à glacer, ligne à pâtés, ligne de fût d'un brasseur, etc.).

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-         Bonne santé : ne pas avoir d'allergies, bonne résistance au bruit, à la chaleur et à la poussière

-         Avoir une bonne vision

-         Bonne perception des formes

-         Bonne condition et endurance physique : car tu devras de longues heures debout ou dans des positions inconfortables

-         Intérêts pour la mécanique

-         Bonnes habiletés manuelles et dextérité manuelles car tu auras à opérer les commandes de diverses machines

-         Minutie, précision et souci du détail car tu devras opérer avec précision pour réaliser des moules de qualité

-         Capacité d'analyse car tu devras résoudre seul(e) certains problèmes reliés aux machines

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable du bon état de fonctionnement des machines

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à travailler en collaboration avec des ouvriers, techniciens et ingénieurs

-         Connaissance de l’anglais car la documentation technique est généralement dans cette langue  

PROFESSIONS APPARENTÉES :

EMPLOYEURS POTENTIELS : 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

PLACEMENT :

 

Aucune donnée disponible

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-         14,96 $/heure (40 hres/sem) au sein des PME

 

-         19,87 $/heure (40 hres/sem) en tant que préposé(e) aux mélanges ou opérateur(trice) de mélangeur au sein des grandes industries de fabrication d'aliments ou boissons

-         20,11 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) au sein des grandes industries de fabrication d'aliments ou boissons

-         20,36 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) au sein des grandes industries de transformation alimentaire

 

-         22,07 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que préposé(e) aux mélanges ou opérateur(trice) de mélangeur au sein des grandes industries de transformation alimentaire

Note 1 : légère hausse de la moyenne salariale au sein des PME par rapport aux années précédentes (était de 14,15 $ en 2013).

Note 2 : au sein de plusieurs grandes industries alimentaires, les augmentations sont généralement établies par les conventions collectives.

Sources : Ministère de l'Éducation du Québec, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation alimentaire et conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de fabrication alimentaire.

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 8 600 opératrices et opérateurs de machines et équipements en transformation des aliments et boissons dans l'ensemble des régions du Québec en 2015, soit 13 % de la main-d'œuvre totale de l'industrie de la transformation alimentaire.

 

Plus de 71 % étaient des hommes.

La répartition des op selon l'age était :

Donc, plus de 45 % des opérateurs(trices) en transformation des aliments et boissons prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

 

Plus de 90 % des opérateurs occupent un poste à temps complet.

Bien qu'une formation est fortement recommandée, seulement 35 % des opérateurs(trices) en transformation des aliments détiennent une formation professionnelle (tel que le DEP en opération d'équipements de production) ou technique (tel que le AEC en transformation des aliments).

 

Bien qu'on retrouve plusieurs usines de grandes entreprises, ce sont les PME sont largement les principaux employeurs de ces opérateurs.

 

La répartition de ses membres par domaine de pratique ou le type d'employeur était :

Selon le Comité sectoriel de la main-d'œuvre en transformation alimentaire du Québec; plus de 57 % des emplois étaient concentrées dans les régions de la Montérégie (34 %) et de Montréal (23 %), mais en retrouve également dans plusieurs autres régions : Laurentides (7 %), Lanaudière (7 %), Québec (5 %), Chaudière-Appalaches (5 %) et Laval (4 %).

BREF PORTRAIT DE L'INDUSTRIE :

L'industrie québécoise de la transformation alimentaire est LE plus important employeur industriel au Québec, qui est présente dans presque tous les régions de la province et qui est un moteur économique de premier plan dans plusieurs régions et sous-régions (MRC) d'un bout à l'autre du territoire québécois.

 

L'industrie québécoise est divisée en 8 principaux sous-secteurs différents, soit :

En 2016, elle a généré des revenus de plus de 22,7 milliards $, soit 25 % de la production canadienne et 15 % du secteur manufacturier québécois.

 

Plus de 45 % des ventes des produits alimentaires québécois sont effectuées au Québec (porc, poulet, produits laitiers, légumes frais, fruits frais, boissons de fruits ou de légumes, produits de l'érable, boissons alcoolisées surtout bières); 32 % dans le reste du Canada (produits laitiers, porc, poulet, légumes de transformation, poissons et fruits de mer, sirop d'érable et produits de l'érable, fruits, jus, boissons alcoolisées); ainsi que 23 % à l'international dans plus de 100 pays.

 

On y retrouvait plus de 1 500 entreprises (dont 31 % qui fabriquaient des produits de boulangerie, 10 % de boissons alcoolisées ou non alcoolisées, 8 % des produits laitiers et 7 % d'aliments pour animaux) qui employaient plus de 64 000 travailleuses et travailleurs dans presque toutes les régions du Québec, mais principalement en Montérégie, Montréal, Chaudière-Appalaches, Laval, Québec, Centre-du-Québec, Lanaudière et Bas-St-Laurent.

 

Par contre, seulement 34 % de ces entreprises employaient 50 personnes ou plus qui sont généralement les employeurs potentiels pour les technologues en laboratoire.

 

Bien qu'on retrouve quelques grandes entreprises de transformation alimentaire, ce sont les petites et moyennes entreprises que l'on retrouve en plus proportion et ce, partout au Québec.

 

Bien qu'on retrouve ces entreprises un peu partout au Québec, elles sont principalement concentrées dans les régions de la Montérégie, de Montréal, de Lanaudière, de Chaudière-Appalaches et de Québec.

 

Selon les données d'Emploi-Québec, les opérateurs(trices) en transformation des aliments représentaient 13 % de l'ensemble des personnes qui travaillaient au sein de l'industrie d donc l'un des plus importants employeurs pour ces spécialistes.

 

Presque toutes les régions sont favorables à l'emploi dans ce domaine, mais tout particulièrement :

la Montérégie, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, Centre-du-Québec, Québec, Laurentides, Bas-St-Laurent et Laval.

 

Sources : Ministère de l'Agriculture et Agroalimentaire du Canada, Ministère de l'Agriculture, des pêcheries et de l'alimentation du Québec, Industrie Canada, Comité sectoriel de la main-d'oeuvre en transformation alimentaire, l'Association des manufacturiers de produits alimentaires du Québec et ICRIQ.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Il y a une demande importante dans plusieurs entreprises un peu partout dans la province tant que dans les grandes entreprises où les travailleurs sont vieillissants et prendront leur retraite que dans les PME où la difficulté de recrutement est omniprésente.

La plupart des grandes entreprises alimentaires offrent de nombreuses possibilités de promotion à des postes d'opération de machines ou d'équipements plus sophistiqués, complexes ou automatisés..

 

Bien que certaines grandes industries alimentaires ont effectué des coupures de postes ou même fermé leurs portes, on y retrouve plus de 600 PME partout au Québec qui emploient des opérateurs(trices) de machines en transformation des aliments.

 

Également, plus de 45 % des opérateurs(trices) en transformation des aliments et boissons prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

Bien que détenir un DEP en équipements de production soit fortement recommandée, plus de 60 % des employeurs interrogés exigeaient comme exigence minimale l'obtention du D.E.S. et lors d'une enquête réalisée par le Comité sectoriel de la main-d'œuvre en transformation alimentaire du Québec en 2015.

Plusieurs recrutent les futurs opérateurs parmi les personnes détenant de l'expérience comme manœuvre en transformation des aliments.

Plus de 40 % des entreprises interrogées lors de cette enquête affirment que c'est assez difficile de recruter de nouveaux opérateurs compte tenu de la forte demande et du nombre insuffisant de candidats disponibles.

Plus de 36 % des entreprises interrogées avaient affirmé l'intention d'embaucher plusieurs opérateurs au cours des prochaines années et 58 % avaient l'intention d'en embaucher quelques-uns.

Les régions les plus favorables à l'emploi pour ce métier (en ordre d'importance) sont : le Centre-du-Québec, Lanaudière, Laurentides, Laval, la Montérégie et Montréal.

 

Le salaire annuel moyen d'un(e) opérateur(trice) en transformation des aliments était de 40 015 $.

 

Consulte également le Portrait de l'industrie de la transformation alimentaire où tu auras plusieurs informations sur cette industrie et les perspectives, ainsi qu'une liste d'entreprises du secteur.

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Note : en fait, c'est ce D.E.P qui a été adapté aux besoins de l'industrie alimentaire.

 

Le Diplôme d’études professionnelles en opération d'équipements de production D.E.P. a une durée totale de 900 heures, c’est-à-dire 9 mois à temps plein. Il comporte des cours sur les liens entre le produit à fabriquer et le processus de production, santé, sécurité, hygiène et salubrité en industrie, notions d'informatique appliquées au domaine industriel, travaux d'atelier, manutention du matériel, nouvelles organisations du travail, conduite de machines conventionnelles (brasseuses, cuiseurs, emballeuses, embouteilleuses, mélangeurs, etc), conduite d'un système de production automatisé, contrôle de qualité, entretien régulier de la machinerie, ainsi qu'un stage en industrie alimentaire rémunéré ou non rémunéré d'une durée de 4 semaines. 

 

Pour plus de détails, consulte la page d'opérateur(trice) d'équipements de production.

 

L'Attestation d’études collégiales en transformation des aliments A.E.C.  a une durée totale de 1 065 heures, soit 12 mois offert à temps complet. Elle préparera à occuper des fonctions en opération de machines ou équipements en transformation des aliments ou en supervision d'une équipe de production au sein d'une entreprise de transformation ou de fabrication de produits alimentaires. Elle comporte des cours en mathématiques et statistiques appliquées au domaine alimentaire, introduction à l'informatique appliquée à l'industrie alimentaire, introduction à la microbiologie, introduction à la chimie alimentaire, hygiène, santé et sécurité en industrie,, salubrité de l'environnement de travail, conservation, emballage et atmosphère modifiée, systèmes d'assurance-qualité, contrôle des procédés : produits végétaux, contrôle des procédés : produits carnés, contrôle des procédés : produits laitiers, contrôle des procédés : produits céréaliers, technologie alimentaire, coordination d'une équipe de travail, ainsi qu'un stage en industrie alimentaire.

 

EXIGENCES D'ADMISSION :

  1. Soit détenir le D.E.S. ou l'équivalent

  2. Soit avoir 16 ans et avoir réussi les cours de français, d'anglais et de mathématiques de 3e secondaire ou leurs équivalents

  3. Soit avoir 18 ans et posséder les connaissances équivalentes de l'éducation aux adultes

AUTRE EXIGENCE D'ADMISSION :

STATISTIQUES D'ADMISSION :

Aucun contingentement à ce programme 

ENDROIT DE FORMATION :

Informations concernant l’alternance travail-études

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l'avis d'opréateurs de machines en transformation des aliments sur leur métier ?, alors regarde les vidéos suivants :

Pour une liste d'entreprises de transformation alimentaire, consulte le Portrait de l'industrie de la transformation alimentaire

-         Agri-Québec : répertoire agricole et agroalimentaire où tu trouveras toutes sortes de ressources

-         Carrefour bioalimentaire du Québec : site du MAPAQ où l’on retrouve un répertoire des entreprises oeuvrant dans le milieu agricole et agroalimentaire

-         Catelli : site de cet important fabricant de pâtes alimentaires ayant une usine à Montréal

-         Conseil des ressources humaines en biotechnologies : infos sur les carrières et les perspectives dans ce secteur

-         Ministère de l’Agriculture et agroalimentaire Canada

-         Ministère de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation du Québec MAPAQ

-         Randonnée agroalimentaire : site d’information sur l’industrie agroalimentaire et répertoire d’entreprises agroalimentaires du Québec

-         Semaine de l’agriculture, de l’alimentation et de la consommation

 

 

Retour à la page du secteur agriculture et agroalimentaire

Retour à la page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d’accueil