Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

SECTEUR : BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

CARRELEUR(EUSE) (planchers)

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

Consulte aussi la section "liens recommandés" en bas de cette page (dont des vidéos de carreleurs qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

Si tu deviens carreleur ou carreleuse; tu auras pour tâches de préparer les surfaces, tailler et poser des surfaces de marbre, de granit, d’ardoise, des carreaux de céramique vitrifiée ou émaillée et autres matériaux semblables et  installer, finir et réparer des planchers de terrazo. Tu devras également installer des bandes, des lattes, des ancrages métalliques. Enfin, tu auras aussi polir à la main ou à la machine des surfaces de granit, de marbre ou autres matériaux connexes.

 

Tu travailleras principalement sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle, mais tu pourras également travailler sur les chantiers de construction résidentielle (notamment les condominiums et les résidences hauts de gamme).

 

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES : 

-         Bonne condition physique

-         Bonnes habiletés et dextérité manuelles

-         Minutie, précision et souci du détail car tu auras à effectuer des travaux de précision

-         Aptitudes à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres collègues ouvriers et techniciens sur le chantier

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Apprenti-carreleur(euse) (en début de carrière)

-         Poseur(euse) de marbre

-         Poseur(euse) de terrazo

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         Entreprises de construction

-         Entreprises en rénovation

-         Commerces de revêtements de sols

-         À ton propre compte

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

-         Détenir ta carte de compétence est obligatoire, en début de carrière tu travailleras en tant qu’apprenti et tu n’obtiendras ta carte de compagnon seulement après avoir effectué 3 périodes d'apprentissage totalisant un minimum de 6000 heures de travail comme apprenti (environ 3 ans).
Voir les détails auprès de la Commission de construction du Québec.

-         Etre prêt à travailler dans des endroits bruyants, chauds ou poussiéreux

-         Travail saisonnier sur les chantiers de construction, mais des emplois sont également offerts pendant toute l'année

EXIGENCE DES EMPLOYEURS :

-         Polyvalence

-         Travail parfois saisonnier sur les chantiers

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2017 :

 

Le placement est faible, seulement 47 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié dont  la presque totalité sont à temps complet.

 

Quelques autre répondants(es), soit 5 % ont complété leur formation en poursuivant dans un D.E.P. d'un autre métier connexe de la construction.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE à TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES

61 27 23 3

 

Note 1 : baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 49 % en 2015; 71 % en 2013 et 63 % en 2012).

 

Note 2 : prendre en considération que seulement 47 % des diplômés(es) ont répondu à cette enquête.

 

Sources : Ministère de l’Éducation et Commission de la construction du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2019 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-         22,12 $/hre (40 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmenter à 36,86 $/hre en tant que compagnon dans le secteur de la construction ou rénovation résidentielle légère

-        23,77 $/hre (40 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmenter à 39,61 $/hre en tant que compagnon dans le secteur de la construction ou rénovation résidentielle lourde

-        24,01 $/hre (40 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et ensuite augmenter à 40,01 $/hre en tant que compagnon dans la construction ou rénovation commerciale, industrielle et institutionnelle

Note : Cependant, le salaire annuel moyen pour un apprenti(e) au cours de la première année était de 38 200 $ (hausse de la moyenne salariale par rapport à 2015 qui était de 21 600 $, de 20 932 $ en 2013 et 18 426 $ en 2011).

Source : Commission de la Construction du Québec

 

PORTRAIT DU MÉTIER et

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Les perspectives d’avenir pour tous les métiers de la construction, varient beaucoup selon la santé économique de l’industrie de la construction. Certaines années peuvent être excellentes pour les emplois avec de nombreux projets, alors que pour d’autres années sont moins bonnes. 

 

En 2018, 2 487 carreleurs ont été actifs sur les chantiers. Parmi ces travailleurs, 134 étaient des femmes, ce qui place le métier de carreleur parmi les 10 métiers ou occupations qui comptent le plus de femmes actives dans la construction. De plus, près de 1 carreleur sur 2 était apprenti en 2018.

 

L'âge moyen d'un(e) apprenti(e) carreleur(euse) était de 33 ans, alors que celui d'un(e) compagnon était de 39 ans.

 

Il y a 941 entreprises qui ont embauché des carreleurs, en 2018. Les carreleurs travaillent majoritairement dans le secteur institutionnel et commercial, ainsi que dans le secteur résidentiel.

 

Puisque les carreleurs travaillent à l’intérieur, on remarque peu de variations saisonnières dans leur volume de travail. Il devrait y avoir un volume de travail élevé pour les secteurs où les carreleurs sont les plus actifs. On peut aussi s’attendre à ce que la demande en rénovations résidentielles demeure soutenue.

 

Il y a eu 220 nouveaux apprentis carreleurs dans l’industrie, en 2018. Ce nombre est au-dessus de la moyenne annuelle de 184 nouveaux apprentis admis entre 2014 et 2017.

 

Lorsqu'un compagnon travaille plus de 500 heures par année, il peut gagner en moyenne 54 500 $.

 

En 2018, plus de 65 % ont accumulé plus de 500 heures de travail (était de 61 % en 2015; 64 % en 2013 et 65 % en 2011).

 

Les perspectives d’emploi sont excellentes, pour les carreleurs. Il y a un roulement notable des travailleurs et une faible disponibilité ce qui engendrera des besoins de main-d’oeuvre.

Où retrouve-t-on le plus de carreleurs(euses) ?

Plus de 68 % d'entre-eux travaillent sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle (immeubles à logements, immeubles à bureaux, magasins, hôpitaux, écoles, résidences pour personnes âgées, etc.).

Les autres, soit 31 % travaillent sur les chantiers de construction résidentielle lourde (ensembles de condominiums, immeubles locatifs de moins de 6 logements et projets domiciliaires) et légère (maisons individuelles) et plus rarement, en construction industrielle (moins de 1 %).

Au cours de 2018, sur l'ensemble des 2 487 carreleurs(euses) (dont 134 femmes, soit 37 de plus qu'en 2015) dans la province dont la proportion par région était de :

23 % travailaient dans les régions de Laval, Lanaudière ou Laurentides,
20 % œuvraient en Montérégie,
19 % travaillaient dans les régions de Québec ou Chaudière-Appalaches,
18 % travaillent sur l'Île de Montréal,
5 % étaient en Mauricie et Centre-du-Québec,
5 % œuvraient en Estrie,
4 % travaillaient en Outaouais,
4 % travaillaient en Mauricie,
2 % travaillaient dans une autre région.

(source : Commission de la construction du Québec)

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de la construction

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

  

Le Diplôme d’études professionnelles en carrelage D.E.P. a une durée totale de 690 heures (6 mois) offert à temps complet seulement. Il comporte des cours d'initiation au métier et à l'industrie de la construction, santé et sécurité sur les chantiers de construction, prises de mesures et calculs, sélection des matériaux et des produits d'installation, interprétation des plans et devis, pose de surfaces de base, pose et réparation de revêtements de carreaux selon le procédé en couche mince, pose et réparation de revêtements de carreaux selon le procédé en couche humide, pose et réparation de revêtements de dalles et réparation de revêtements de granito (terrazzo).

 

Pour plus de détails sur ce programme, regarde les vidéos suivants :

Note : Puisque ce métier nécessite une période d'apprentissage sur des chantiers (apprenti), il ne comporte pas de stage.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 3e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

 

AUTRE EXIGENCE D'ADMISSION :

 

-         Subir un test de sélection en habiletés manuelles (CFP Pierre-Dupuy)

 

-    Se soumettre à un questionnaire écrit d'admission en ligne et une entrevue écrite en ligne (ÉMOICQ, disponible sur leur site)

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

-       Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy, Longueuil (C.S. Marie-Victorin, région de la Montérégie), admissions de jour à l'automne, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte

-    École des métiers de la construction de Montréal, Montréal (C.S. de Montréal), admissions de jour à l'automne et au printemps, D.E.P. en installation de revêtements souples et A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerts

-    École des métiers et occupations de l’industrie de la construction de Québec ÉMOICQ, Québec (C.S. de la Capitale), admissions de jour à l'automne, D.E.P. en installation de revêtements souples et A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerts

-    École des métiers spécialisés Asticou, Gatineau (C.S. des Portages-de-l'Outaouais), admissions de jour à l’automne, D.E.P. en installation de revêtements souples également offert et A.S.P. en lancement d'une entreprise offerte au CFP Compétences Outaouais

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux avoir l'avis de carreleurs(euses) sur leur métier ?, alors regarde les vidéos suivants :

autres liens :

-       Commission de construction du Québec : infos sur les carrières en construction, portrait de l'industrie, perspectives de carrières, certification et cartes de compétences, etc.

-    Conseil sectoriel canadien de la construction : portrait de l'industrie canadienne de la construction, infos sur les carrières et perspectives

-    omaison : site de l'APCHQ qui fournit des infos en matière de rénovation

-    Association de la construction du Québec ACQ : répertoire d'entreprises de la construction

-    Association des entrepreneurs en construction du Québec AECQ : répertoire d'entreprises de la construction

-       Construction 411 : annuaire très complet d’entreprises du secteur de la construction

-    Habitation.com : répertoire de plus de 37 000 entreprises du secteur de la construction résidentielle

-    Régie du bâtiment du Québec : infos générales sur le domaine de la construction et répertoire complet des entrepreneurs en construction au Québec

-    Société canadienne d'hypothèques et de logement SCHL : infos générales sur le domaine de l'habitation et de la rénovation

-    ASP Construction : infos pratiques en matière de santé et sécurité sur les chantiers

-    FTQ Construction

-    CSN Construction

-    CSD Construction

-    Syndicat québécois de la construction

-    Conseil provincial du Québec des métiers de la construction


Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page d’accueil