Retour à page du secteur bâtiment et construction
Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

SECTEUR : BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

MÉCANICIEN(NE) EN PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

Consulte également la section "liens recommandés" (dont des vidéos de mécaniciens en protection incendie qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

Si tu deviens mécanicienne ou mécanicien en protection contre les incendies; tu auras pour tâches d’installer, entretenir, refaire et de réparer différents types de systèmes et équipements de protection contre les incendies tels que : cabinets d’incendie, pompes à incendie, systèmes sous eau, systèmes sous air, systèmes préaction, systèmes à mousses, systèmes chimiques) et autres appareillages utilisées pour prévenir et combattre les incendies. Tu devras également assurer l’installation et l’entretien des réseaux d’extincteurs automatiques que l’on retrouve dans les immeubles et dans les industries.

 

Enfin, tu devras appliquer des procédés de préparation, d'assemblage, d'installation et de raccordement de la tuyauterie et des accessoires, ainsi que l'activation, de vérification et d'inspection des systèmes.

 

Tu travailleras majoritairement sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle, mais aussi sur les chantiers de construction industrielle et parfois sur les chantiers de construction résidentielle (condos et habitations de luxe).

 

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

 

-        Aptitudes pour les mathématiques notamment pour les calculs rapides et exacts

-       Excellente condition physique et ne pas souffrir de vertige

-       Aisance dans les hauteurs car tu devras grimper dans des échafaudages pour inspecter ou installer de la tuyauterie dans les plafonds

-       Bonne coordination visuel-manuel

-        Bonnes habiletés et bonne dextérité manuelles car tu devras manipuler divers pièces d’appareils et systèmes

-       Sens de l'observation pour détecter rapidement les défectuosités sur les systèmes et appareils

-       Minutie, précision, souci du détail car tu devras effectuer des travaux sur les pièces délicates

-       Bon raisonnement logique et capacité d'analyse pour être en mesure de résoudre des problèmes reliés au fonctionnement des systèmes de gicleurs

-       Facilité de travailler en équipe : car tu devras être capable de travailler en collaboration avec des collègues (autres mécaniciens en protection-incendie, tuyauteurs, électriciens, autres ouvriers, techniciens en mécanique du bâtiment, etc.) 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-       Apprenti mécanicien(ne) en protection-incendie (en début de carrière)

-    Conseiller(ère) en ventes en systèmes de protection contre les incendies

-       Monteur(euse) d’installations de protection-incendie

-       Monteur(euse) de réseaux de gicleurs

-       Monteur(euse) de réseaux d’extincteurs automatiques

-       Réparateur(trice) de systèmes de protection contre les incendies

-     Représentant(e) des ventes en systèmes de protection contre les incendies

-    Technicien(ne) en distribution électrique (Forces armées) formation offerte par les Forces 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-       Entreprises d’installation de gicleurs automatiques

-       Entreprises de construction

-       Entreprises en rénovation

-       Certaines compagnies immobilières

-       Fournisseurs d’équipements en protection-incendie

-    Manufacturiers de systèmes de protection contre les incendies

-       Municipalités

-       Forces armées Canadiennes (voir section professions apparentées)

Voici un site où tu trouveras un répertoire de plus de 37 000 entrepreneurs en construction au Québec : Habitation.com

 

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

-         Détenir ta carte de compétence est obligatoire, en début de carrière tu travailleras en tant qu’apprenti et tu n’obtiendras ta carte de compagnon seulement après avoir effectué 4 périodes d'apprentissage totalisant un minimum de 8 000 heures de travail comme apprenti (environ 4 à 5 ans).
Voir les détails auprès de la Commission de construction du Québec
.

-         Travail saisonnier sur les chantiers de construction, bien que plusieurs emplois sont offerts pendant toute l'année

 

EXIGENCE DES EMPLOYEURS :

 

-      Polyvalence

-    Mobilité géographique (partout dans la province)

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2015 :

 

Le placement est EXCELLENT, 92 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI à TEMPS COMPLET

25 23 23

Note 1 : hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 94 % en 2013; 74 % en 2012 et 71 % en 2011).

Note 2 :prendre en considération que seulement 38 % des diplômés(es) de ce programme ont répondu à cette enquête.

Source : Ministère de l'Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

-         18,57 $/hre (40 à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti et ensuite augmente à  37,14 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction commerciale, institutionnelle et industrielle

 

-         22,49 $/hre (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) mécanicien(ne) d'équipements de protection ou lutte contre les incendies et ensuite augmente à 30,79 $/heure comme compagnon au sein des grandes municipalités (Laval, Québec et Montréal)

 

-    28,57 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que préposé(e) aux équipements de protection incendie dans les grandes industries chimiques et pétrochimiques

-    - 29,14 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) préposé(e) aux équipements de protection incendie et augmente à 36,43 $/heure en tant que compagnon au sein des grandes industries pétrolières

 

Note : Cependant, le salaire annuel moyen comme apprenti dans l'industrie de la construction était de 26 422 $ (était de 32 132 $ en 2013 et 32 419 $ en 2011) dont 84 % ont travaillé 500 heures et plus (était de 86 % en 2013 et 86 % en 2011).

Sources : Commission de la Construction du Québec, Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec, Syndicat des cols bleus de la Ville de Laval, syndicats des employés de plusieurs grandes industries chimiques et pétrochimiques et syndicats des employés de plusieurs grandes industries pétrolières.

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Les perspectives d’avenir pour tous les métiers de la construction, varient beaucoup selon la santé économique de l’industrie de la construction. Certaines années peuvent être excellentes pour les emplois avec de nombreux projets, alors que pour d’autres années sont moins bonnes.

Le travail s’effectue principalement dans le secteur institutionnel et commercial. Le volume de travail dans ce secteur devrait faiblir au cours des prochaines années. L’entretien préventif régulier, destiné à réduire les risques et les coûts associés aux pannes causées par les systèmes, augmente les débouchés pour ce métier. La moyenne annuelle d’heures travaillées est une des plus élevées des métiers;

Lorsqu’ils accèdent au statut de compagnon, le salaire annuel moyen atteint 67 700 $, parmi les compagnons effectuant au moins 500 heures de travail.

Bien qu’une légère baisse de la demande soit envisagée, les perspectives d’emploi demeurent plutôt bonnes en raison du roulement notable de la main-d'œuvre, ce qui créera des besoins de relève;

Par contre, la moyenne d’âge des mécaniciens en protection-incendie est parmi les plus basses de l’industrie. Par conséquent, les besoins de remplacement de la main-d'œuvre âgée sont encore limités.

(source : Commission de la construction du Québec)

Où retrouve-t-on le plus de mécaniciens(nes) en protection-incendie ?

 

La presque totalité d’entre-eux, soit 93 % travaillent sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle (immeubles à bureaux, résidences pour personnes âgées, hôtels, écoles, immeubles à logement, etc), alors que les 7 % restant travaillent sur les chantiers de construction industrielle.

Au cours de 2015, sur l'ensemble des 1 160 mécaniciens(nes) en protection-incendie (dont seulement 5 femmes) dans la province, la proportion par région était de :

37 % travailaient dans les régions de Laval, Lanaudière ou Laurentides,
20 % travaillaient en Montérégie,
16 % travaillaient dans les régions de Québec ou Chaudière-Appalaches,
8 % travaillaient sur l'Île de Montréal,
4 % travaillaient au Saguenay-Lac-St-Jean,
3 % travaillaient en Mauricie,
12 % travaillaient dans une autre région.

On retrouve 126 entreprises spécialisées en protection-incendie dont les 10 plus importants réalisent plus de la moitié des travaux.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de la construction et du bâtiment

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études professionnelles en mécanique de protection contre les incendies D.E.P. a une durée totale de 900 heures  (10 mois) offert à temps complet. Il comporte des cours d'initiation au métier et à l'industrie de la construction, santé et sécurité sur les chantiers de construction, préparation de tuyauterie, raccord et vérification des composants d'un système d'activation, préparation des composants de systèmes de protection contre les incendies, travaux de préparation et d'installation d'une canalisation souterraine, vérification d'un système de pompage, installation et raccord des composants d'un système sous eau, installation et raccord des composants d'un système sous air, installation et raccord des composants d'un système préaction, installation et raccord des composants d'un système chimique, vérification et entretien d'un système à mousse, installation d'un réseau de tuyauterie aérienne et entretien et inspection d'un système de protection contre les incendies.

 

Note : Puisque ce métier nécessite une période d'apprentissage sur des chantiers (apprenti), il ne comporte pas de stage.

 

Pour plus de détails sur ce programme, va regarder la vidéo promotionnelle réalisée par l'École polymécanique de Laval.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 3e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

 

CAPACITÉ D’ACCUEIL :

 

Aucun contingentement à ce programme

Les candidats(es) qui répondent aux conditions d'admission sont généralement admis.

 

ENDROIT DE FORMATION :

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

 

-         École polymécanique de Laval, Laval (C.S. de Laval) programme unique au Québec

 

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu désires avoir l’avis de mécaniciens en protection contre les incendies sur leur métier ? alors va également consulter les vidéos suivants :

autres liens :

-         Commission de construction du Québec : infos sur les carrières en construction, portrait de l'industrie, perspectives de carrières, certification et cartes de compétences, etc.

-    Conseil sectoriel canadien de la construction : portrait de l'industrie canadienne de la construction, infos sur les carrières et perspectives

-     Gomaison : site de l'APCHQ qui fournit des infos en matière de rénovation

-    Association de la construction du Québec ACQ : répertoire d'entreprises de la construction

-    Association des entrepreneurs en construction du Québec AECQ : répertoire d'entreprises de la construction

-         Construction 411 : annuaire très complet d’entreprises du secteur de la construction

-         Habitation.com : répertoire de plus de 37 000 entreprises du secteur de la construction résidentielle

-    Régie du bâtiment du Québec : infos générales sur le domaine de la construction et répertoire complet des entrepreneurs en construction au Québec

-    Société canadienne d'hypothèques et de logement SCHL : infos générales sur le domaine de l'habitation et de la rénovation

-    ASP Construction : infos pratiques en matière de santé et sécurité sur les chantiers

-    FTQ Construction

-    CSN Construction

-    CSD Construction

-    Syndicat québécois de la construction

-    Conseil provincial du Québec des métiers de la construction

 

Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page d’accueil