Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page du secteur électrotechnique
Retour à la page d’accueil

 

 

SECTEUR : BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

INSTALLATEUR(TRICE) DE SYSTÈMES DE SÉCURITÉ

ou

ÉLECTRICIEN(NE) SPÉCIALISÉ(E) EN SYSTÈMES DE SÉCURITÉ

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En devenant électricienne ou électricien spécialisé(e) en systèmes de sécurité; tu auras pour tâches d’installer, mettre en marche, modifier, entretenir, inspecter et de réparer des systèmes antivol, systèmes d’alarme-incendie, systèmes de contrôle d’accès, systèmes antifugue, systèmes de communication d’urgence, systèmes de communication vocale, gicleurs automatiques, systèmes de supervision de gicleurs et systèmes de surveillance vidéo sur des chantiers de construction commerciale (immeubles à bureaux, immeubles à revenus locatifs, hôtels, magasins, etc.); institutionnelle (écoles, hôpitaux, résidences pour personnes âgées, casernes d'incendie, centres culturels, centres sportifs, etc) et plus rarement, résidentiels (immeubles à condominiums) et industriels.

 

En tant qu'installatrice ou installateur de systèmes de sécurité; tu auras à effectuer les travaux d’installation, d'inspection et d’entretien des systèmes antivol, systèmes d’alarme-incendie, systèmes de contrôle d’accès, systèmes anti fugue, systèmes de communication d’urgence, systèmes de communication vocale, gicleurs automatiques, systèmes de supervision de gicleurs et systèmes de surveillance vidéo chez les clients (résidentiels, commerciaux ou industriels), alors que les réparations se feront en atelier.

Tu veux l'avis d'installateurs de systèmes d'alarme et de sécurité ?, alors regarde le vidéo suivant avec Kevin et Steve, techniciens en systèmes d'alarme et anti-intrusion et réalisé par le site belge Restez Branchés.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-    Aptitudes pour l'électronique et l'informatique

-    Bonne acuité visuelle (vision de près)

-       Bonnes habiletés manuelles et bonne dextérité manuelle car tu auras à effectuer des réparations

-       Minutie et précision, souci du détail car tu auras souvent à réparer les petites pièces ou des pièces délicates

-       Entregent et aimer travailler avec le public car tu auras à vous rendre chez les clients pour faire ton travail

-       Esprit d’analyse pour analyser et trouver rapidement une défectuosité ou tout autre problème

-       Connaissance de l’anglais oral et écrit : Lorsque tu auras à te rendre chez un client qui ne parle que l’anglais pour l’oral et alors que l’écrit est nécessaire pour comprendre les manuels d’entretien des appareils

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-        Conseiller(ère) en ventes de systèmes de sécurité

-       Réparateur(trice) de gicleurs

-       Réparateur(trice) de systèmes anti-vol

-       Réparateur(trice) de systèmes d’incendie

-    Réparateur(trice) de systèmes de communication d'urgence

-       Représentant(e) en ventes de systèmes de sécurité

-       Représentant(e) technique en systèmes de sécurité (pour les fabricants de systèmes)

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-       Entreprises en vente et installation de systèmes de sécurité

-       Gouvernements

-    Grossistes et distributeurs de systèmes de sécurité

-    Manufacturiers de systèmes de sécurité 

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

-    Être âgé d'au moins 18 ans

 

-    Ne pas avoir d'antécédents judiciaires

 

-         Détenir ta carte de compétence est obligatoire pour travailler sur les chantiers de construction (où se retrouvent la marché des emplois), en début de carrière, tu travailleras en tant qu’apprenti et tu n’obtiendras ta carte de compagnon seulement après avoir effectué 3 périodes d'apprentissage totalisant un minimum de 6 000 heures de travail comme apprenti (environ 3 ans).
Voir les détails auprès de la
Commission de construction du Québec.

-    Aucune certification nécessaire pour les autres milieux

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-        Connaissance de l’anglais (certains fabricants exigent le bilinguisme)

-        Polyvalence

-       Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

-       Permis de conduire souvent exigé

-    Mobilité

-    Travail souvent saisonnier sur les chantiers de construction (mais plusieurs emplois sont offerts pendant toute l'année)

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2015 :

 

Le placement est moyen, 55 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études, dont la presque totalité sont à temps complet.

Queleques autres répondants(es), soit 5 % ont poursuivi leurs études au collégial en technologie de l'électronique.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE à TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES

42 22 20 2

Note 1 : baisse du taux de placement aux années précédentes (était 76 % en 2013; 77 % en 2011 et 60 % en 2009).

Note 2 : prendre en considération que seulement 50 % des diplômés(es) de ce programme ont répondu à cette enquête.

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

      -    15,65 $/heure (40 hres/sem) dans le secteur privé hors construction

 

-         17,95 $/heure  (40 à 50 hres/sem)en tant qu’apprenti(e) et augmente à 29,91 $/hre en tant que compagnon dans la construction commerciale, industrielle et institutionnelle ou rénovation commerciale

Note 1 : baisse de la moyenne salariale dans le secteur privé hors construction par rapport aux années précédentes (était de 17,23 $ en 2013 et 16,53 $ en 2011).

Note 2 : Cependant, le salaire annuel moyen pour un apprenti dans la secteur de la construction était de 17 036 $ (baisse par rapport à 2013 qui était de 18 542 $, mais comparable à 2011 qui était de 18 831 $) dont 65 % ont travaillé 500 heures et plus (était de 65 % en 2013 et 63 % en 2011).

Source : Ministère de l'Éducation et Commission de la Construction du Québec

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Dans le secteur de la construction :

 

Les perspectives d’avenir pour tous les métiers de la construction, varient beaucoup selon la santé économique de l’industrie de la construction. Certaines années peuvent être excellentes pour les emplois avec de nombreux projets, alors que pour d’autres années sont moins bonnes.

 

La construction institutionnelle et commerciale procure la quasi-totalité des heures travaillées par les installateurs(trices) de systèmes de sécurité. Le volume de travail dans ce secteur devrait diminuer au cours des prochaines années;

 

En 2015, le salaire annuel moyen d’un(e) apprenti(e) était de 17 000 $ dès la première année et il s’élève à près de 32 500 $ pour un compagnon. Par contre, les deux tiers des compagnons, travaillaient au moins 500 heures, gagnent plus de 50 100 $ par année;

 

Les perspectives d’emploi sont plutôt bonnes pour les électriciens spécialisés en installation de systèmes de sécurité. Une partie des besoins seront toutefois comblés par les travailleurs actuellement disponibles. Les finissants se placent très bien.

 

(source : Commission de la construction du Québec)

 

Dans le secteur hors-construction (notamment les entreprises de systèmes de sécurité), les débouchés sont plus difficiles, mais acceptables.


Où retrouve-t-on le plus d’électriciens(nes) de systèmes de sécurité ?

 

La presque totalité d’entre-eux, soit 94 % travaillent sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle (immeubles à bureaux, immeubles à logement, hôtels, écoles, résidences pour personnes âgées, etc).

Au cours de 2015, sur l'ensemble des 1 238 électriciens(nes) de systèmes de sécurité (dont 18 femmes) dans la province, la proportion par région était de :

26 % travaillaient en Montérégie,
24 % travailaient dans les régions de Laval, Lanaudière ou Laurentides,
20 % travaillaient dans les régions de Québec ou Chaudière-Appalaches,
10 % travaillaient sur l'Île de Montréal,
6 % travaillaient en Mauricie,
14 % travaillaient dans une autre région.

Au Québec, on retrouve près de 400 entreprises spécialisées en installation et réparation de systèmes de sécurité (une vingtaine de plus qu'en 2010). Parmi ces employeurs, les 31 plus importants génèrent plus de 55 % des heures travaillées.

(source : Commission de la construction du Québec)

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de la construction

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

  

Le Diplôme d’études professionnelles en installation et entretien de systèmes de sécurité D.E.P. a une durée totale de 1 485 heures, c’est-à-dire 1½ an offert à temps complet. Il comporte d'initiation au métier et à l'industrie de la construction, santé et sécurité sur les chantiers de construction, utilisation de l'outillage, utilisation d'un ordinateur, circuits à courant continu, circuits à courant alternatif, câbles et canalisations, circuits à semi-conducteurs, circuits logiques, contexte juridique de la profession, lecture et interprétation de plans, devis et manuels techniques, circuits d'alimentation, installation et entretien d'appareillage de détection, installation et entretien d'un système antivol, raccordement à une centrale, installation d'un système d'alarme-incendie, mise en marche, entretien et inspection d'un système d'alarme-incendie, installation et entretien d'un système de communication d'urgence, installation et entretien d'un système de communication vocale, installation et entretien d'un système de supervision de gicleurs, installation et entretien d'un système antifugue et de contrôle d'accès, installation et entretien d'un système de surveillance vidéo, appel de service, ainsi qu'un stage d'intégration au milieu de travail d'une durée de 3 semaines.

 

Pour plus de détails sur ce programme, va regarder la vidéo promotionnelle du programme offert par l'École des métiers de la construction de Québec.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et avoir réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 4e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

 

AUTRE EXIGENCE À L'ADMISSION :

 

-         Subir un test de sélection + une entrevue écrite (ÉMOICQ, disponible sur leur site)

 

-    Ne pas avoir d'antécédents judiciaires

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats qui sont répondent aux exigences d'admission sont généralement admis.

ENDROITS DE FORMATION :

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

-         Centre de formation professionnelle Compétences Rive-Sud, La Prairie (C.S. des Grandes-Seigneuries)

-    Centre de formation professionnelle Léonard-de-Vinci, St-Laurent (C.S. Marguerite-Bourgeoys, région de Montréal)

-         École des métiers et occupations de l’industrie de la construction de Québec ÉMOICQ, Québec (C.S. de la Capitale) 

LIENS RECOMMANDÉS :

-       Commission de construction du Québec : infos sur les carrières en construction, portrait de l'industrie, perspectives de carrières, certification et cartes de compétences, etc.

-    Conseil sectoriel canadien de la construction : portrait de l'industrie canadienne de la construction, infos sur les carrières et perspectives

-    omaison : site de l'APCHQ qui fournit des infos en matière de rénovation

-    Association de la construction du Québec ACQ : répertoire d'entreprises de la construction

-    Association des entrepreneurs en construction du Québec AECQ : répertoire d'entreprises de la construction

-      Construction 411 : annuaire très complet d’entreprises du secteur de la construction

-      Habitation.com : répertoire de plus de 37 000 entreprises du secteur de la construction résidentielle

-    Régie du bâtiment du Québec : infos générales sur le domaine de la construction et répertoire complet des entrepreneurs en construction au Québec

-    Société canadienne d'hypothèques et de logement SCHL : infos générales sur le domaine de l'habitation et de la rénovation

-    ASP Construction : infos pratiques en matière de santé et sécurité sur les chantiers

-    FTQ Construction

-    CSN Construction

-    CSD Construction

-    Syndicat québécois de la construction

-    Conseil provincial du Québec des métiers de la construction

 

Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page du secteur électrotechnique
Retour à la page d’accueil