Retour à la page du secteur foresterie

Retour à la page du secteur agriculture et agroalimentaire

Retour à la page d’accueil

 

 

 

SECTEUR : AGRICULTURE, AGROALIMENTAIRE ET PÊCHERIES

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

ARBORICULTEUR(TRICE)

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’arboriculteur(trice)-élagueur(euse); tu seras responsable de prendre soin des arbres en milieu urbain.

 

Tu auras pour tâches de planter et de transplanter des arbres en milieu urbain afin d’améliorer le paysage de nos artères publiques. Tu devras  entretenir les jeunes plantations et les arbres ornementaux et fruitiers en effectuant la fertilisation, l'irrigation, la taille, l’application des pesticides, l’élagage et le traitement des plaies.

 

 Tu devras également effectuer l’abattage, l’essouchage, la taille des branches des arbres situés près des réseaux de lignes électriques; réaliser des travaux de haubanage; enlever les souches d’un terrain; etc.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-    Aimer le travail à l'extérieur et en nature en toutes saisons et toutes conditions climatiques

-    Aisance dans le travail en hauteur

-       Ne pas souffrir de vertiges

-       Bonne santé

-       Très bonne condition et endurance physique car tu auras à travailler longtemps debout et dans diverses positions (incluant en hauteur) et dans des conditions météorologiques difficiles (averses de pluie, verglas, tempêtes de neige, etc)

-       Bonnes habiletés et dextérité manuelles car tu auras différentes tâches manuelles à réaliser (taille des branches, l’essouchage, etc)

-       Minutie et précision afin d’effectuer correctement des travaux d’entretien ou d’étalage qui ne blesseront pas les arbres

-       Sens de l’observation pour être capable de déceler une anomalie ou une problème  de santé d’un arbre

-       Autonomie et débrouillardise car tu auras à travailler seul(e) lors de l’entretien des arbres

-       Aimer travailler en équipe car tu auras aussi à collaborer avec d’autres arboriculteurs(trices) dans certaines tâches 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-    Arboriculteur(trice)-élagueur(euse)

-       Élagueur(euse)

-    Élagueur-grimpeur ou élagueuse-grimpeuse

-    Émondeur(euse)

-       Essoucheur(euse)

-    Inspecteur(trice) en arboriculture

-    Jardinier(ère)-arboriculteur(trice)

-       Ouvrier(ère) à l’aménagement paysager

-       Ouvrier(ère) en exploitation forestière

-    Ouvrier(ère) en pépinière

-       Ouvrier(ère) sylvicole

-    Préposé(e) au contrôle des arbres

-    Producteur(trice) d'arbres de Noël

-    Producteur(trice) de gazon

-    Producteur(trice) de cultures en pépinière

-    Producteur(trice) de tourbe

-       Technicien(ne) en aménagement paysager

-       Technicien(ne) en horticulture 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-    à ton propre compte

-       Centres de jardin

-       Entreprises d'arboriculture et d’élagage

-       Entreprises en aménagement paysager

-       Entreprises privées en production et transport d’électricité

-    Gouvernement du Canada (Ministère des Ressources naturelles Canada, Parcs Canada)

-       Gouvernement du Québec (Ministère des Ressources naturelles et de la faune)

-    Hydro-Québec

-       Municipalités

-       Pépinières

-    Producteurs de cultures ornementales (arbres de Noël, arbustes, gazon, tourbe, etc)

-    Société des établissements de plein air du Québec SEPAQ (parcs et réserves)

EXIGENCES DES EMPLOYEURS : 

-    Détenir un permis de conduire valide classe 5 émis par la SAAQ (souvent exigé)

-    Détenir la certification l'arboriculteur de la Société internationale d'arboriculture (un atout)

-    Détenir la carte ASP construction - santé et sécurité sur les chantiers (exigé par les grandes municipalités, un atout pour les autres employeurs)

-    Détenir un permis de conduire valide classe 3 émis par la SAAQ (exigé par les grandes municipalités, un atout pour les autres employeurs)

-         Polyvalence

-    Bonne connaissance de l'anglais (exigé pour les postes d'inspecteur dans certaines municipalités)

-         Travail saisonnier

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2015 :

 

Le placement est moyen, 57 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la majorité, soit 83 % sont à temps complet en période estivale.

Quelques autres répondants(es), soit 14 % ont complété leur formation avec un autre DEP (notamment en horticulture et jardinerie).

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

59 29 24 8

Note  baisse du taux de placement par rapport à 2013 (était de 77 %), mais comparable aux années précédentes (était de 53 % en 2011; 67 % en 2012 et de 58 % en 2009).

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015  :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-         17,63 $/heure (40 hres/sem) dans le secteur privé

-        21,08 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'émondeur(euse), élagueur(euse) ou arboriculteur(trice) au sein de certaines petites municipalités (moins de 20 000 habitants)

-        25,53 $/heure (38,75 ou 40 hres/sem) en tant qu'émondeur(euse), élagueur(euse) ou arboriculteur(trice) au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-        25,76 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'émondeur(euse), élagueur(euse) ou arboriculteur(trice) au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 habitants et plus)

-         31,84 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'émondeur(euse) dans le secteur de la contruction de génie civil (lignes de distribution ou transport électrique)

-    522,00 $/semaine  en tant que producteur(trice) agricole (arbres et arbustes)

Note 1 : baisse de moyenne salariale dans le secteur privé par rapport à 2013 (était de 18,95 $), mais hausse en comparaison avec les aux années précédentes (était de 17,53 $ en 2012; 15,38 $ en 2011 et 15,98 $ en 2009).

 

Note 2 : les augmentations dans le secteur public et parapublic et dans le secteur de la construction sont établies par les conventions collectives. 

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la construction du Québec, conventions collectives des cols  bleus de la plupart des grandes municipalités et conventions collectives des cols bleus de plusieurs municipalités de taille moyenne et conventions collectives des employés municipaux de plusieurs petites municipalités.

PERSPECTIVES D'AVENIR :

De plus, les employeurs recherchent du personnel qualifié détenant de bonnes connaissances sur les arbres et détenant des compétences beaucoup plus que d'élaguer, émonder et abattre des arbres, mais aussi en effectuer le traitement afin de prévenir des plaies ou des maladies. Ces spécialistes deviennent davantage des arboriculteurs(trices) que des émondeurs(euses).

De plus, l'engouement pour l'horticulture et l'aménagement paysager est de plus en plus grande, notamment chez les nombreuses personnes retraitées. Donc, les gens cherchent davantage à entretenir et préserver leurs arbres et arbustes.

Enfin, cet engouement pour l'aménagement paysager a également fait accroître la demande d'arbres et d'arbustes, donc les besoins de producteurs(trices) d'arbres sont également nécessaires.

Par contre, le secteur public n'embauche presque plus de personnel horticole, sauf des étudiants(es) pendant la période estivale.

Au niveau de la production arboricole, la production d'arbres et d'arbustes en pépinière avait un chiffre d'affaires estimé à 82 millions $, alors que la production d'arbres de Noël était estimé à 31 millions $ au cours de 2015.

On y retrouvait une soixantaine de producteurs en pépinière situés dans différentes régions (Estrie, Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches, Bas-St-Laurent, Saguenay-Lac-St-Jean, Laurentides, Lanaudière, Outaouais, Québec (Portneuf) et Montérégie.

On y retrouvait 49 producteurs d'arbres de Noël situés dans les régions de l'Estrie (Haut-St-François, Memphrémagog et Val-St-François), du Centre-du-Québec (Érable et Arthabaska), de Chaudière-Appalaches (Etchemins et Appalaches), des Laurentides (Argenteuil), de Québec (Portneuf) et de la Montérégie (Pierre-de-Saurel).

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études professionnelles en arboriculture et élagage D.E.P. a une durée totale de 915 heures, c’est-à-dire 8 mois offert à temps complet. Il comporte des cours en santé et sécurité au travail, principes relatifs à la structure et au fonctionnement de l'arbre, essouchement et débrouillage d'un site, caractérisation des arbres en milieu urbain, entretien préventif de l'équipement et de l'outillage, application de fertilisants et amendements, techniques d'élagage, plantation et transplantation d'arbres, détection d'anomalies des arbres, entretien de jeunes plantations, traitement de plaies et haubanage, principes d'utilisation des pesticides, techniques de travail au communication en milieu de travail, abattage d'arbres conservation des arbres, dégagement des réseaux de lignes aériennes, ainsi qu'un stage en milieu de travail de 2 semaines, etc.

Pour plus de détails sur ce programme, regarde les vidéos suivants :

PERFECTIONNEMENT :

 

le Cégep de Victoriaville offre une A.E.C. agriculture urbaine destinée aux titulaires d'un D.E.P. en horticulture, arboriculture ou aménagement paysager d'une durée de 525 heures réparties sur 3 sessions en formation hybride (à distance et en présence), à temps partiel.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et avoir réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 3e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) répondant aux conditions d'admission sont généralement admis.

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Qu'est-ce que l'alternance travail-études ?

-      Centre de formation horticole de Laval, Laval (C.S. de Laval)

-      Centre de formation professionnelle des Moissons, Beauharnois (C.S. de la Vallée-des-Tisserands, Montérégie) 

-      Centre de formation professionnelle Fierbourg, Québec (C.S. des Premières-Seigneuries, Québec)

-      École forestière de La Tuque, La Tuque (C.S. de l'Énergie, Mauricie) 

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux avoir l'avis d'arboriculteurs(trices) sur leur métier ?, alors regarde les vidéos suivants :

Autres liens :

 

Retour à la page du secteur foresterie

Retour à la page du secteur agriculture et agroalimentaire

Retour à la page d’accueil

1