Retour à la page du secteur aérospatial

Retour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d’accueil

SECTEUR : AÉROSPATIAL OU

DESSIN ET FABRICATION MÉCANIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT COLLÉGIAL

 

 

TECHNOLOGUE EN GÉNIE AÉROSPATIAL

DIPLÔME D’ÉTUDES COLLÉGIALES D.EC.

 

Consulte également la section "liens recommandés" (dont des vidéos de technologues en aéronautiques qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que technologue en génie aérospatial; tu seras responsable de la fabrication des modules et des composants mécaniques des aéronefs. Que ce soit les moteurs, les trains d’atterrissages, les turbines, les commandes hydrauliques,  les hélices et les pièces mécaniques de ces équipements et de la structure des avions ou des hélicoptères.

 

Tu pourras travailler au sein d'un manufacturier de pièces ou composantes aéronautiques ou d'une usine d'assemblage de composantes d'un grand manufacturier aérospatial comme Bombardier ou Bell Helicopters.

 

Tu auras pour tâches de :

·         Élaborer et interpréter des plans, des dessins et des devis techniques, préparés selon la méthode assistée par ordinateur (DAO);

·         Élaborer et préparer des modèles et des dessins d'ingénierie à partir de concepts préliminaires, d'esquisses, de calculs d'ingénierie, de devis descriptifs et autres données de pièces aéronautiques;

·         Faire fonctionner des postes de conception et de dessin assistés par ordinateur (CAO);

·         Préparer des estimations des coûts et des matériaux requis ainsi que des calendriers de charge des travaux des pièces ou composantes;

·         Mettre à l'essai et analyser les pièces et composantes afin d'en déterminer le rendement, la puissance, la résistance au stress et autres caractéristiques;

·         Concevoir et fabriquer des moules, des outils, des matrices, des gabarits et des accessoires pour la fabrication et l'assemblage des pièces aéronautiques;

·         Concevoir et fabriquer à l'aide d'un ordinateur muni d'applications spécialisées d'ingénierie (CAO-FAO) des pièces, des composantes ou des systèmes d'aéronefs qui répondent aux besoins et aux exigences de qualité, de dureté, de durabilité, de résistance aux températures, de résistance à la pression, de résistance à la corrosion et à la fatigue, mais facilement démontable et remplaçable pour la maintenance ;

·         Élaborer les procédures de réparation ou d'assemblage des aéronefs;

·         Rédiger la documentation technique et les plans d'assemblage des pièces ou composantes;

·         Planifier les étapes de fabrication et d’assemblage des pièces ou composantes aéronautiques;

·         Vérifier, inspecter et contrôler la qualité de fabrication et d'assemblage des pièces ou composantes aéronautiques par des essais à l'aide de l'équipement approprié;

·         Préparer des normes et des calendriers d'exécution des travaux;

·         Participer à l’expérimentation de nouveaux prototypes sur des bancs d’essai;

·         Rédiger des rapports techniques.

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-         -    Bonnes habiletés manuelles et très bonne dextérité manuelle

-         Bonne acuité visuelle

-         Minutie et précision, bons réflexes, facilité de concentration et souci du détail car tu auras souvent à assembler ou fabriquer des composantes de haute-précision qui donne pas droit aux erreurs   

-         Capacité d'analyse pour analyser et trouver rapidement une défectuosité ou tout autre problème

-         Sens des responsabilités car tu devras t’assurer que les composants et pièces sont  SANS ERREUR AUCUNE    

-         Facilité pour le travail en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres collègues pour effectuer votre travail (assembleurs-mécaniciens, mécaniciens d’aéronefs, d’autres techniciens, ingénieurs)

-         Bonne connaissance de l'anglais oral et écrit pour lire les manuels d’assemblage

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Agent(e) de méthodes (élabore les procédures de réparation ou d'assemblage des aéronefs) 

-         Agent(e) de qualité - fabrication

-         Ajusteur(euse) au banc

-         Ajusteur-monteur ou ajusteuse-monteuse d’aviation

-         Contrôleur(e)à l'assemblage de l'équipement hydraulique

-         Contrôleur(e)à l'assemblage final

-         Contrôleur(e)à l'assemblage mécaniquee

-         Dessinateur(trice) d’aéronefs

-         Dessinateur-concepteur ou dessinatrice-conceptrice de pièces ou de composants mécaniques ou de systèmes ou d'outillage

-         Mécanicien(e) d’appareillage hydraulique d’aviation

-         Planificateur(trice) de production

-         Technicien(ne) à l’installation et entretien en usine des systèmes mécaniques

-         Technicien(ne) en contrôle de la qualité

-         Technicien(ne) en fabrication mécanique

-         Technicien(ne) en génie aérospatial

-         Technicien(ne) en production aéronautique

-         Technicien(ne) en structures aéronautiques

-         Technicien(ne) en systèmes aéronautiques (Forces canadiennes) formation offerte par les Forces, mais le D.E.C. peut aussi être reconnu

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         Grandes industries aérospatiales (Bombardier, Bell Helicopter, Pratt & Whitney, Rolls-Royce, GE Aviation, etc)

-         Entreprises industrielles d’assemblage de composants aéronautiques tels que : moteurs, freins, trains d'atterrissage, etc

-         Petites et moyennes compagnies de fabrication de pièces en sous-traitance majoritairement

-         Transports Canada (voir aussi la section sur les carrières)

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL

-         Connaissance de l’anglais (est un atout)

-         Examen médical à l’embauche

-         Horaires sur quarts de travail (jour, soir, nuit, fins de semaine)

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

AFFILIATION À UNE ASSOCIATION PROFESSIONNELLE :

 

Aucun permis de pratique n'est nécessaire afin de pratiquer en tant que technicien(ne) ou technologue en génie aérospatial ou en construction aéronautique.

Par contre, il est fortement recommandé de devenir membre de l’Ordre des technologues professionnels du Québec.

L’obtention du titre professionnel T.P. te permettra d’accéder à certains postes-clés en entreprise et obtenir une reconnaissance dans la profession.

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2018 :

Plus du deux-tiers des répondants(es), soit 67 % ont choisi de poursuivre leurs études à l'université en génie aérospatial (en bénéficiant du DEC-BAC) ou en génie mécanique ou même en génie de la production automatisée (volet aéronautique).

Le placement est bon, 75 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À temps complet

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

49

12

12

33

Note 1 : baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 83 % en 2016; 68 % en 2014; 85 % en 2012; 81 % en 2011 et 100 % en 2010).

Note 2 : légère hausse du nombre de répondants(es) poursuivant des études universitaires en comparaison aux années précédentes (était de 60 % en 2016; 65 % en 2014; 58 % en 2012 et 61 % en 2011).

Note 3 : il ne faut pas oublier que dans ce secteur c'est cyclique ...

Sources : Ministère de l'Enseignement supérieur du Québec et École nationale d'aérotechnique

SALAIRE :

 

Selon les données de 2019 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

-         21,18 $/heure (40 hres/sem) en moyenne au sein des PME (majorité des employeurs)

-         24,80 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en production au sein des grands manufacturiers de produits aérospatiaux

-         24,88 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en contrôle de la qualité au sein des grands manufacturiers de produits aérospatiaux

-         27,01 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que technologue en conception au sein des grands manufacturiers de produits aérospatiaux

Note 1 : baisse de la moyenne salariale au sein des PME par rapport aux années précédentes (était de 21,18 $ en 2016; 22,08 $ en 2014; 26,68 $ en 2012 et 19,73 $ en 2010).

Note 2 : chez la plupart des grands employeurs privés, les salaires sont établies selon les conventions collectives.

Sources : Ministère de l'Enseignement supérieur du Québec, École nationale d'aérotechnique, TCA - Québec (section locale 62 Bombardier Dorval), et conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de l'aérospatial.

PERSPECTIVES D’AVENIR :

PAS DE PANIQUE !

L'industrie aérospatiale vit souvent des hauts et des bas.

Il faut savoir que dans ce domaine, la croissance économique est cyclique car il peut arriver qu'une entreprise obtienne un important contrat qui fournira du travail pendant plusieurs mois, sinon quelques années, mais par la suite les activités ralentissent pendant plusieurs mois.

De façon générale, les perspectives dépendent du nombre et de l’importance des contrats qu’obtiennent les grands manufacturiers de l'aérospatial surtout ceux présents au Québec (Bombardier, Bell Helicopter, Pratt & Whitney, Rolls Royce), puisque Les conséquences se répercutent alors aussi sur les nombreux sous-contractants d'ici Mais également les autres grands joueurs de industrie dans le monde (Boeing, Airbus, Lockhead Martin, General Dynamics, etc.) dont plusieurs entreprises québécoises y sont des sous-traitants.

Mais, ce n'est pas unique au Québec, puisque la plupart des grandes villes aéronautiques du monde (Seattle aux USA, Toulouse en France, Hambourg en Allemagne, Wichita aux USA ou Atlanta aux USA) connaissent ou ont déjà connu des périodes d'incertitude et dépendent des décisions du principal constructeur de la région. Pourtant, plusieurs dizaines de milliers de travailleurs(euses) y sont toujours actifs malgré ces changements importants.

À court et moyen terme, les perspectives semblent difficiles à prévoir. Avec les nombreux problèmes financiers subis au cours des dernières années par le géant canadien de l'aérospatial Bombardier. Malgré cela, il reste le plus important employeur canadien de cette industrie.

De plus, d'autres grands noms de l'industrie sont situés au Québec tels que : Pratt & Whitney, CAE, EMS Esterline, GE Aviation, Heroux Devtek, Messer Dowty ayant des contrats avec d'autres manufacturiers importants comme Airbus, Boeing, Dassault, Cessna, Bell Helicopters Textron et autres.

Enfin, plusieurs PME sont également présentes au Québec et figurent très bien dans le palmarès mondial des petits fournisseurs de l'industrie aérospatiale.

En 2019, le salaire annuel moyen d'un technologue en génie aérospatial au sein d'une PME détenant 10 années d'expérience était de 55 600 $.

et le salaire annuel moyen d'un technologue en génie aérospatial au sein d'une grande industrie aérospatiale détenant 10 années d'expérience était de 80 100 $.

Consulte aussi le Portrait de l’industrie aérospatiale où tu retrouveras des infos les carrières en aérospatial et les perspectives.

 

Ainsi que le Comité sectoriel de la main-d’œuvre en aérospatial qui a fait un portrait de l’industrie aérospatiale québécoise.

PORTRAIT DE L'INDUSTRIE :

L'industrie aérospatiale québécoise

Elle représente à elle-seule près de 56 % de toute l'industrie aérospatiale canadienne et figure en 6e position au niveau mondial (après l'État de Washington aux USA, la région des Midi-Pyrénées en France, le comté de Hampshire en UK, l'État d'Hessen en Allemagne et la région de Madrid en Espagne).

Ce sont principalement des industries de l'aéronautique pour l'aviation civile que l'on retrouve (systèmes, composantes, pièces et assemblage d'aéronefs), mais également quelques entreprises sont liées à l'industrie spatiale (satellites ou ses composantes ou pièces).

Quelques entreprises québécoises fabriquent des composantes et pièces pour aéronefs civils, mais également pour des aéronefs militaires, mais le marché de la Défense au Québec n'est pas très importante.

Au Québec; on y assemble des avions long courrier, des avions régionaux, des avions d'affaires, des hélicoptères civils, des aubes de moteurs d'aéronefs, des turbines à gaz pour moteurs d'aéronefs, des trains d'atterrisssages pour aéronefs, des simulateurs de vol professionnels pour avions régionaux et avions d'affaires, des ailes et certaines composantes de fuselage d'avions long courrier et régionaux, ainsi que des avions légers.

On y fabrique des composantes de structures pour aéronefs, des panneaux d'ailes en aluminium, des structures légères pour aéronefs, des actionneurs hydrauliques, des systèmes de contrôle du carburant, des systèmes de contrôle et de support pour trains d'atterrissage, des actionneurs électromécaniques pour ailerons, des contrôleurs d'entraînement, des contrôleurs de puissance de température pour moteurs d'aéronefs, des réducteurs et motoréducteurs pour moteurs d'aéronefs, des actuateurs pour la régulation du débit et pression des fluides, des systèmes de réduction d'énergie pour moteurs d'aéronefs, des équipements d'essai et de réparation d'aéronefs, des équipements d'entretien mobile d'aéronefs, des équipements de contrôle de la qualité de l'air dans les cabines, des composantes pour les turbines à gaz de moteurs d'aéronefs, des pièces mécaniques ou hydrauliques de structures d'aéronefs, des pièces pour moteurs d'aéronefs, des pièces pour trains d'atterrissage, pièces d'engrenages, courroies, poulies, chenilles et autres pièces pour aéronefs, des composantes en aluminium pour avions légers, etc.

En 2016, l'industrie aéronautique québécoise, c'était :

·         2e rang en Amérique du Nord pour la concentration des activités de l'industrie aérospatiale derrière Seattle

·         6e rang mondial sur le plan des emplois (derrière les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne)

·         205 entreprises de toutes tailles (dont 180 PME)

·         39 100 emplois (dont la plupart sont spécialisés ou ultra-spécialisés),  soit 63 % de tous les emplois dans l'industrie du matériel de transport

·         un chiffre d'affaires de 14,4 milliards $

·         55 % des ventes aérospatiales canadiennes

·         70 % des dépenses totales en recherche et développement canadienne

Sources : Ministère de l'Économie, Science et Innovation du Québec et Comité sectoriel de la main-d'œuvre aérospatiale du Québec

QUELQUES EXEMPLES D'EMPLOYEURS AU CANADA :

 

Le géant mondial de l'aérospatial, Airbus par la filiale canadienne; est sans aucun doute le plus important employeur au Canada pour les technologues en génie aérospatial.

 

Depuis l'acquisition de la CSéries de Bombardier aéronautique, elle assemble tous les avions de la série A220 destinés au marché mondial (sauf aux USA) à ses installations de Mirabel dans les Laurentides.

 

Sa division hélicoptères quant à elle, assemble des hélicoptères civils H120, H130 et H135 destinés au marché nord-américain dans ses installations de Fort Erie en Ontario.

 

Le géant japonais MHI Canada Aerospace; s'est porté acquéreur de la série CRJ de Bombardier qui sont assemblés dans ses installations de Mirabel dans les Laurentides et de l'arrondissement Saint-Laurent à Montréal.

 

Le géant canadien de l'aérospatial Bombardier aéronautique se consacre maintenant qu'aux avions d'affaires Challenger assemblés dans ses installations de Dorval dans la région de Montréal et ses avions d'affaires Global dans ses installations de Mississauga en Ontario.

 

Le leader mondial des hélicoptères Bell Helicopters Textron possède également des installations à Mirabel où l'on assemble des hélicoptères civils utilitaires notamment ses Bell 407 et Bell 505.

 

Le leader canadien des hydravions, Viking Air; assemble des hydravions Twin Otter série 400 dans ses installations de North Saanich près de Victoria en BC.

 

Elle compte également assembler une nouvelle version de l'avion bombardier d'eau dans ses installations de Calgary en Alberta depuis l'acquisition de la série CL de Bombardier Aerospace.

 

L'un des principaux fournisseurs mondiaux des moteurs d'aéronefs, Pratt & Whitney, une unité commerciale de la société américaine Raytheon Technologies possède d'importantes installations d'assemblage de turboréacteurs pour les avions régionaux (tels que : Airbus A220, Embraer 175 et 190 et Mitsubishi MRJ), des turboréacteurs pour jets d'affaires très légers (tels que le Cessna Citation, l'Eclipse 500 et l'Embraer Phenom), ainsi que des turbomoteurs pour hélicoptères légers (tels que : Bell 429, Eurocopter EC-135, Sikorsky S-760 et l'Agusta AW-109).

 

Le leader mondial en moteurs d'aéronefs GE Aviation (et la page suivante) qui fabrique à son usine de Bromont en Montérégie, des pièces pour moteurs, notamment des aubes soufflantes utilisés dans les avions régionaux (tels que le B-137 et Airbus A320) et des avions long courrier (tels que : le B787 et le B747-800).

 

L-3 Communication MAS situé à Mirabel, le chef de file canadien en fabrication de pièces pour l'industrie aéronautique mondiale à son usine de Mirabel dans les Laurentides.

 

L'importante société canadienne de technologies spatiales MDA assemble ses sous-systèmes de satellites de télécommunications Radarsat dans ses installations de Montréal et des systèmes robotiques à ses installations de Brampton en Ontario et enfin, un centre de recherche situé à Ottawa.

 

L'important manufacturier canadien de satellites commerciaux de communications Telesat possède une usine à Hanover (près de Toronto) et son centre de recherches à Toronto.

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études collégiales en technologie du génie aérospatial (anciennement "technologie de la construction aéronautique") D.E.C. a une durée totale de 3 ans à temps complet de jour.

 

Au cours de la première année; tu apprendras les notions fondamentales nécessaires à l'aéronautique, tu exploreras les différents matériaux utilisés en aéronautique, tu apprendras les techniques de base en usinage conventionnel de pièces et tu seras initié aux principes de base des propulseurs.

 

Tu auras des cours en mathématiques appliquées à l'aéronautique, mathématiques appliquées à la construction d'aéronefs, initiation à l'aéronautique, définition de composants d'aéronefs 1, traitement et transformation des matériaux d'aéronefs 1, fabrication de composants structuraux d'aéronefs, introduction aux propulseurs d'aéronefs, usinage de pièces sur machines conventionnelles, définition de composants d'aéronefs 2, modélisation et dessin assisté par ordinateur MAO/DAO 1, forces et contraintes appliquées aux aéronefs 1, ainsi qu'introduction à la thermodynamique des propulseurs 1.

 

Au cours de la deuxième année; tu analyseras la fonctionnalité des assemblages et les forces et contraintes des structures d'aéronefs, tu apprendras le fonctionnement des différents composantes et systèmes d'aéronefs,  tu apprendras les techniques de base en usinage de pièces à commande numérique et tu seras initié aux techniques de base de la conception et aux procédés d'assemblage de composantes d'aéronefs.

 

Tu auras des cours en définition de composants d'aéronefs 3, analyse fonctionnelle d'assemblages d'aéronefs 2, traitement et transformation des matériaux d'aéronefs 2, forces et contraintes appliquées aux aéronefs 2, planification et fabrication de structures d'aéronefs, introduction aux systèmes avioniques, dessins de cellules d'aéronefs, conception et analyse de mécanismes d'aéronefs, systèmes d'aéronefs, programmation assistée par commande numérique 1, contrôle de la qualité des composants d'aéronefs, ainsi que méthodes et procédés d'assemblages et d'installations des composants et systèmes,.

 

Au cours de la troisième année; tu apprendras à modéliser la conception de composants et systèmes d'aéronefs, à concevoir et fabriquer des pièces complexes, ainsi qu'à réaliser des projets de conception de pièces et certaines composantes de base d'un aéronef.

 

Tu auras des cours en modélisation et dessin assisté par ordinateur MAO/DAO 2, conception d'outillages pour pièces d'aéronefs, conception et planification de pièces en composites, planification et production en séries, gestion de la qualité et de la production d'aéronefs, conception d'outillages d'assemblages d'aéronefs, programmation CAO/FAO pour commande numérique, projets usinés d'appareillages et d'outillages, rédaction de gammes de fabrication, stage en conception de composants d'aéronefs d'une durée de 2 semaines et stage en structures d'aéronefs d'une durée de 3 semaines.

 

D.E.C.-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de se faire reconnaître des acquis du D.E.C. en construction aéronautique dans le cadre du baccalauréat en génie aérospatial équivalents à 2 sessions d'études. Tu peux donc compléter tes études universitaires en 3 ans au lieu de 4 ans.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

o        DEC-BAC en génie aérospatial : entente entre l'École nationale d'aérotechnique et l'École polytechnique de Montréal

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

·         l'UQAR pourra reconnaître quelques crédits obligatoires (selon étude du dossier) dans le cadre de son baccalauréat en génie électromécanique

·         l'UQAR pourra reconnaître quelques crédits obligatoires (selon étude du dossier) dans le cadre de son baccalauréat en génie mécanique

·         l'UQTR pourra reconnaître quelques crédits obligatoires (selon étude du dossier) de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en génie industriel

·         l'UQTR pourra reconnaître quelques crédits obligatoires (selon étude du dossier) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en génie mécanique

·         l'UQTR pourra reconnaître quelques crédits obligatoires (selon étude du dossier) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en génie mécatronique

·         l'Université de Sherbrooke pourra reconnaître quelques crédits (selon étude du dossier de  l'étudiant) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son nouveau baccalauréat en génie robotique

·         L'Université de Sherbrooke pourra reconnaître quelques crédits obligatoires (selon étude du dossier) aux titulaires de ce D.E.C. dans le cadre de son Baccalauréat en génie mécanique - concentration en aéronautique

·         l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 6 crédits obligatoires aux titulaires de ce D.E.C. (obtenu après 2018) dans le cadre de son Baccalauréat en génie mécanique - concentration en aéronautique

·         l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 6 crédits obligatoires aux titulaires de ce D.E.C. (obtenu après 2018) dans le cadre de son Baccalauréat en génie mécanique - concentration en aéronautique

·         l'Université Laval pourra reconnaître jusqu'à 12 crédits obligatoires aux titulaires de ce D.E.C. (obtenu avant 2018) dans le cadre de son Baccalauréat en génie mécanique - concentration en aéronautique

·         l'Université Concordia pourra reconnaître jusqu'à 17 crédits obligatoires aux titulaires de ce D.E.C. (obtenu avant 2018) dans le cadre de son Baccalauréat en génie aérospatial

·         l'Université Concordia pourra reconnaître jusqu'à 17 crédits obligatoires aux titulaires de ce D.E.C. (obtenu avant 2018) dans le cadre de son Baccalauréat en génie mécanique

·         l'ÉTS ne reconnaît aucun crédit aux titulaires de ce D.E.C., mais tu pourras être admis sans exigences de préalables spécifiques et tu suivras un cheminement correspondant à ton programme technique dans le cadre de son baccalauréat en génie mécanique - concentration conception aéronautique

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Bien que ce programme vise à t'intégrer au marché du travail, mais il te sera également possible de poursuivre tes études à l'université. Voici quelques exemples de programmes :

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Détenir le D.E.S. ou un D.E.P. et avoir réussi les cours suivants du secondaire :                                                              

      TS ou SN 5e (anciennement mathématiques 526 ou 536) ou son équivalent

      Physique 5e (anciennement physique 534) ou son équivalent

 

Note : pour connaître les équivalences de l'éducation aux adultes, consulte la page suivante

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Il n’y AUCUN contingentement à ce programme

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis.

 

ENDROIT DE FORMATION :

o        École nationale d’aérotechnique ÉNA (rattaché au Cégep Édouard-Montpetit);
offert en cheminement régulier (avec possibilité de stages hors-Québec en France, au Mexiaue ou au Maroc)
OU en alternance travail-études (comportant 2 stages rémunérés d’une durée de 12 à 16 semaines chacun au sein d'entreprises aéronautiques, avec possibilité de
stages rémunérés à l'international en France, au Mexique ou au Maroc), voir aussi la page suivante;
Formation également offerte en
anglais;

Consulte également le
D.E.C.-BAC en génie aérospatial offert conjointement avec l'École polytechnique de Montréal,
le
D.E.C.-BAC en génie aérospatial offert conjointement avec l'Université Concordia,
les
passerelles offert par l'UQAR permettant de reconnaître quelques crédits obligatoires (après étude du dossier) au Baccalauréat en génie mécanique ou au Baccalauréat en génie électromécanique;
les
passerelles offert par l'U.Q.T.R. permettant de reconnaître quelques crédits obligatoires (après étude du dossier) au Baccalauréat en génie mécanique ou au Baccalauréat en génie mécatronique,
la
passerelle offert par l'U.Q.T.R. permettant de reconnaître quelques crédits obligatoires (après étude du dossier) au Baccalauréat en génie mécanique ou au Baccalauréat en génie mécatronique au Baccalauréat en génie industriel,
la
passerelle offert par l'Université Laval permettant de reconnaître jusqu'à 6 crédits obligatoires au Baccalauréat en génie mécanique;
la
passerelle offert par l'Université de Sherbrooke permettant de reconnaître quelques crédits obligatoires (après étude du dossier) au Baccalauréat en génie mécanique,
et la
passerelle offert par l'École Polytechnique permettant de reconnaître jusqu'à 5 crédits obligatoires au Baccalauréat en génie mécanique,

Elle est la
plus grande école d'aéronautique en Amérique du Nord et la seule au Québec;
Plusieurs
activités parascolaires et profesionnelles (projet Avion cargo, projet BAJA Éna, Aéroclub, club d'aéromodélisme, club de drones multirotor, club de maintenance d'aéronefs, club Électro-Éna, club de plein air Équinox, le Programme Odyssée d'encouragement étudiant ou communautaire, bourses d'encouragement académique, des ateliers de perfectionnement, des conférences de professionnels du milieu aéronautique, etc); 
Possibilité d'effectuer des
visites d'entreprises aéronautiques ailleurs dans le monde (ex : France, Allemagne, Espagne, UK, Brésil, etc.), pour plus de détails consulte le projet Exploration-ÉNA;
Possibilité de réaliser des
projets réels en partenariat avec le Centre de technologie aérospatiale;
Plusieurs
installations sportives (gymnase, salle de musculation, terrain de soccer extérieur, parc d'entraînement extérieur, ainsi que les infrastructures sportives situées sur le campus du Cégep Édouard-Montpetit et celles de la Ville de Longueuil);

L'une rares écoles dans le monde disposant de
nombreuses installations et infrastructures en aérospatiale, soit :
27 aéronefs dont 11 hélicoptères,
des bancs d'essai réels et virtuels, des souffleries, un laboratoire de machines-outils conventionnelles, un laboratoire de machines-outils à commandes numériques, un laboratoire de composites, un laboratoire de métallurgie, un laboratoie de métrologie, un laboratoire d'instrumentation, un laboratoire de contrôle de la qualité et d'essais non destructifs, des bancs d'essai moteur, un laboratoire de conception et fabrication assistées par ordinateur CFAO et une bibliothèque spécialisée en aéronautique, 

Site du Centre de technologie aérospatiale (regarde aussi le vidéo suivantet le vidéo suivant); un centre collégial de transfert de technologie rattaché à l'ÉNA et au Cégep Édouard-Montpetit qui réalise des projets de recherche appliquée et développement et fournit des services conseils en soutien auprès des PME de l'aérospatiale dans les domaines d'expertise tels que : développement de nouvelles techniques d'inspection non destructive utilisant des technologies avancées comme les ultrasons phased-array,la thermographie infrarouge ou la shearographie; des services de métrologie pour la mesure de haute précision (tolérance de 1 à 3 microns) même pour des pièces à géométrie complexe ou hors normes avec des équipements à la fine pointe et des logiciels ultra-perfectionnés; le soutien en optimisation, automatisation ou robotisation des procédés Usinage d’alliages métalliques ou de détourage et perçage de matériaux composites; etc.
PROGRAMME UNIQUE AU QUÉBEC et UNIQUE EN FRANÇAIS EN AMÉRIQUE DU NORD.

LIENS RECOMMANDÉS :

Voir aussi le Portrait de l'industrie aérospatiale québécoise où tu auras de nombreux autres liens recommandés (sites des manufacturiers, listes d'entreprises aérospatiales, etc)

Tu désires avoir l’avis de technologues en aéronautique sur leur métier ?, alors va également consulter les vidéos suivants :

Sur l'industrie et les carrières :

·         Aéro Montréal : portrait de l'industrie aérospatiale dans la région de Montréal, ses secteurs d'expertise, perspectives d'emplois, liste des établissements de formation, section recherche d'emploi, etc.

·         Comité sectoriel de la main-d’œuvre en aérospatial : portrait de l’industrie aérospatiale québécoise, types d'emplois, perspectives, les formations, répertoire d'entreprises aérospatiales au Québec, section recherche d'emploi, etc.

·         Conseil canadien des ressources de l'aviation et de l'aérospatiale : portrait de l’industrie aérospatiale, types d'emplois, perspectives, section recherche d'emploi, etc.

·         Industrie Canada : site du Gouvernement du Canada qui a fait un profil de cette industrie

·         Association des industries aérospatiales du Canada : portrait de l'industrie aérospatiale canadienne, types d'emplois, perspectives, etc.

·         Ministère des Finances et de l'Économie du Québec : portrait de l'industrie aérospatiale québécoise

Projets d’étudiants en aérospatial :

1.      A.C.E. : équipe de l’ÉTS qui construire un petit avion-cargo pour des compétitions en aérospatial

2.      Avion-Cargo de l’École nationale d’aérotechnique : équipe qui construit un petit avion-cargo pouvant lever diveres charges pour participer à divers concours

3.      Avion-Cargo l’ÉTS : équipe de l’École de Technologie supérieure ÉTS qui construit un petit avion-cargo pouvant lever diveres charges pour participer à divers concours

4.      Projet Harfang : projet de conception d’un avion cargo radioguidé réalisé par des étudiants de l’Université de Sherbrooke

5.      Avion-cargo Poly : équipe de Polytechnique qui construit un petit avion-cargo pouvant lever diveres charges pour participer à divers concours

6.      Avion-cargo Laval : équipe de l’Université Laval qui construit un petit avion-cargo pouvant lever diveres charges pour participer à divers concours

7.      CASI-Laval : site de l’équipe de 2004-2005 ayant qui construit un planeur pour participer à des concours

8.      Dronolab : Équipe de l’ÉTS qui construire en aéronef intelligent et autonome pour participer à des compétitions en aérospatial

9.      Groupe Aérospatial : équipe de l’Université Laval qui construit des fusées afin de participer à divers concours internationaux

10.  Hélios HPH : projet de conception d’un hélicoptère à propulsion humaine par les étudiants de l’École de technologie supérieure

Musées d’aviation :

-    Musée de la Défense aérienne : site officiel de ce musée canadien

-     Musée l’aviation du Canada : site officiel de ce musée situé à Ottawa

-         National museum of naval aviation : site officiel de ce musée de la U.S. Navy (en anglais)

-         Royal Air Force Museum : site officiel de ce musée (en anglais)

-         U.S. Air Force museum : site de ce musée de la U.S. Air Force (en anglais)

-         U.S. army aviation museum : site officiel de ce musée de l’aviation militaire américaine (en anglais)

Aviation militaire :

-         Armée de l’Air : site officiel de la Force aérienne Française

-         Aviation militaire : site amateur sur les avions militaires d’hier à aujourd’hui

-          Force aérienne : site officiel de l’aviation militaire canadienne

-    Heritage Flight : : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates américains de la U.S. Air Force (en anglais)

-         Les BLUE ANGELS : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates américains de la U.S. Navy (en anglais)

-         Les SNOWBIRDS : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates canadiens

-     Les RED ARROWS : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates britanniques

-         Royal Air Force : site de l’Armée de l’air britannique (en anglais)

-       Russian Knights : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates russes

-      Thunderbirds  : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates américains de la U.S. Air Force (en anglais)

-         U.S. Air Force : site officiel de l’aviation militaire américaine (en anglais)

-         U.S. Navy : site officiel de la Marine américaine – section description des aéronefs (en anglais)

organismes de loisir scientifique :

o        Camp d’été Folie Technique : Camp scientifique et technologique organisé par l’École Polytechnique de Montréal

o        Camps d’été d’initiation à la physique : camps organisés par le Centre spécialisé de technologie physique du Cégep de La Pocatière pour jeunes du secondaire

o        Camp d’été d’initiation à la robotique du Collège Montmorency : Camp d’été axé sur les applications en robotique situé à Laval

o        Camp Art-techno de l’Outaouais : Camp de jour du Club des Débrouillards axé sur les sciences et organisé par le Conseil de loisir scientifique de l’Outaouais et l’UQO et situé à Hull

o        Camp d’été Génitrucs : Camp d’initiation aux sciences et aux technologies situé à Trois-Rivières et organisé par l’U.Q.T.R. pour jeunes du secondaire

o        Camp d’été Science Aventure Jeunesse : Camp d’initiation aux sciences et technologies dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean

o        Camp scientifique de l’UQÀM : Camp de jour d’initiation aux sciences et à l’informatique offert au Centre sportif de l’UQÀM

o        Centre d'expérimentation des véhicules électriques CEVEQ

o        Conseil du loisir scientifique de l'Abitibi-Témiscamingue

o        Conseil du loisir scientifique de l'Est du Québec (Bas-St-Laurent)

o        Conseil du loisir scientifique de l'Estrie

o        Conseil du loisir scientifique de l'Outaouais

o        Conseil du loisir scientifique de la région métropolitaine

o        Conseil du loisir scientifique de Québec

o        Conseil du loisir scientifique du Saguenay et Lac St-Jean

o        Conseil du loisir scientifique Nord-Côtier

Autres :

15.  Aviation-Québec : un passionné des avions a créé dans sa section « aviation commerciale-photos » un moteur de recherche sur des sites offrant des photos d’avions de tous les modèles et ce partout dans le monde.

16.  Canadian Aviation : site de la revue canadienne sur l’aviation (en anglais)

-         Carrières de l’aérospatial : site d’infos sur ce secteur

17.  Chakram Airlines : site en français de vulgarisation du monde aéronautique

18.  Helicopters Magazine : site de la revue américaine sur les hélicoptères (en anglais)

19.  PLEIN VOL : site de ce magazine québécois sur l’aviation

Retour à la page du secteur aérospatial

etour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d’accueil