Retour à la page du secteur administration

Retour à la page d’accueil


 

 

 

SECTEUR : ADMINISTRATION, SECRÉTARIAT ET INFORMATIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

GESTIONNAIRE EN TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.A.A. ou B.com

 

Consulte également la page d’informations sur les
programmes pré-universitaires en sciences de l’administration

 

Consulte également les "liens recommandés" (dont des vidéos de spécialistes en technologies de l'information qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’analyste en technologies de l’information; tu auras pour responsabilités d’analyser, concevoir, d’élaborer, d’implanter et de développer des systèmes d’information au sein de l’organisation. Tu agiras en tant qu'agent(e) de liaison entre les spécialistes de l'informatique avec ceux de l'administration et jouer un rôle d'intégration entre ces 2 disciplines.

 

Plus précisément, tu seras responsable de la gestion des réseaux informatiques et infrastructures, des bases de données, de la conception de logiciels et progiciels spécialisés pour les besoins spécifiques de l’organisation, de la conception et gestion des sites web et services de commerce électronique, ainsi que la gestion de toutes technologies informatisées que tu trouveras au sein de l’organisation. Tu seras également responsable de gérer tous les services, opérations et ressources du département des technologies de l’information au sein de cette organisation.

 

Voici les principaux domaines d'expertise des technologies de l'information :

 

L'analyse d'affaires s'intéresse aux exigences d'affaires afin de développer ou d'améliorer des opérations, procédures, processus reliés aux SI;

 

L'analyse fonctionnelle développe et implante des outils informatiques d'affaires répondant aux besoins des autres unités administratives de l'organisation (finance, marketing, ressources humaines, approvisionnements et achats, gestion de la production, etc.);

 

L'assurance-qualité participe à l’établissement des plans de qualité en vue de la mise en production des nouveaux systèmes d'information au sein de l'organisation;

 

La gestion de la relation-client collabore avec les ventes et les services professionnels afin de gérer toute activité reliée à la clientèle, aux nouveaux produits ou aux implantations;

 

La gestion de projets conseille, planifie, organise, contrôle et dirige la réalisation des différentes activités nécessaires pour la réalisation d'un projet en technologies de l'information;

 

La sécurité informatique participe à l'élaboration de solutions afin de pallier aux problèmes de sécurité, prend part à l'élaboration des méthodologies d'enquête, contribuer aux enquêtes de sécurité technico-légales et collaborer aux audits de sécurité sur les différentes composantes de l'infrastructure;

 

Le support aux usagers évaluer le besoin du client et proposition des solutions visant la résolution de problèmes de gestion et installer et configurer des logiciels spécialisés conformément aux demandes des usagers.

 

QUALITÉS ET APTTITUDES NÉCESSAIRES :

-        Aptitudes pour les mathématiques; car tu auras besoin d’une formation assez poussée dans cette discipline

-        Aptitudes pour la gestion; car tu devras collaborer en étroite collaboration avec les départements de l'entreprise, ce qui demande certaines notions en gestion

-        Capacité d’analyse, raisonnement logique et bonne capacité à la résolution de problèmes pour bien analyser les besoins et résoudre les problèmes de gestion des différentes unités administratives par des outils en technologies de l'information

-        Aptitudes pour la recherche et créativité pour concevoir des logiciels originaux, pratiques et faciles à utiliser

-       Esprit d’initiative et Capacité à prendre des décisions rapidement car tu auras à prendre seul(e) certaines décisions notamment lors de pannes de systèmes

-       Sens des responsabilités, autonomie et débrouillardise car lorsque tu programmes, tu es seul(e) à pour pouvoir régler les problèmes

-       Facilité à communiquer et entregent, car tu devras effectuer des présentations lors de réunions ou autres rencontres de projets

-       Facilité à travailler en équipe car tu devras travailler constamment avec d’autres collègues en TI pour la réalisation des différents projets, mais aussi avec des collègues des autres unités administratives afin développement des applications selon leurs besoins

-        Sens de l’organisation; pour bien planifier et gérer toutes les étapes d'implantation ou de développement des systèmes d'information

 -      Dynamisme et leadership car tu auras plusieurs défis à relever

-        Adaptation aux changements technologiques pour être à l’affût des nouveaux développements en technologies de l'information

-         Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différentes personnes impliqués dans les projets en TI et avec les membres de la direction et pour rédiger des rapports de qualité

-         Bonne connaissance de l’anglais : afin de t'exprimer de façon claire et professionnelle au cours des réunions avec les différents représentants des autres unités administratives de l'étranger ou des représentants étrangers de fournisseurs en TI, ainsi que pour comprendre la documentation spécialisée en TI souvent en anglais

  

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-        Administrateur(trice) d’un site web transactionnel

-        Analyste d’affaires

-    Analyste de bases de données

-        Analyste de l’informatique et des procédés administratifs

-        Analyste de soutien technique

-        Analyste en architecture de données

-        Analyste en assurance-qualité

-        Analyste en commerce électronique

-    Analyste en cybersécurité

-        Analyste en développement informatique

-    Analyste en intelligence d'affaires

-        Analyste en technologies de l’information

-    Analyste fonctionnel

-        Chargé(e) de projets (après expérience)

-        Chargé(e) du développement des affaires

-    Chargé(e) de projet en technologies de l'information

-    Chef de projet en technologies de l'information

-        Concepteur(trice) de logiciels de gestion

-    Concepteur(trice) de solutions de commerce électronique

-        Conseiller(ère) en commerce électronique

-        Conseiller(ère) en implantation des technologies de l’information en entreprise

-        Conseiller(ère) en processus d'affaires

-        Conseiller(ère) en sécurité de l'information

-        Conseiller(ère) en stratégie des technologies et architecture

-        Consultant(e) en gestion

-        Consultant(e) en informatique

-        Consultant(e) en intelligence d'affaires

-        Consultant(e) en technologies de l'information

-        Coordonnateur(trice) des services informatiques

-    Développeur(euse) en intelligence d'affaires

-        Directeur(trice) adjoint(e) des technologies de l’information (avec de l’expérience)

-        Directeur(trice) des technologies de l’information (avec de l’expérience)

-        Directeur(trice) en intelligence d'affaires et analyses (avec de l’expérience)

-    Formateur(trice) en technologies de l'information

-        Gestionnaire de bases de données

-        Gestionnaire de réseaux d’entreprises

-    Gestionnaire en intelligence d'affaires

-    Intégrateur(trice) de systèmes

-    Officier des transmissions (Forces armées)

-        Responsable des opérations web

-        Représentant(e) en matériel informatique pour la gestion

-         Représentant(e)  commercial en commerce électronique

-    Représentant(e) en services conseils en technologies de l'information 

-    Spécialiste en certification CISSP

-    Spécialiste en continuité des affaires

-    Spécialiste en documentation et formation

-    Spécialiste en gestion de la cybersécurité

-    Spécialiste en gestion des communautés Web

-    Spécialiste en gestion des identités et des accès

-    Spécialiste en gestion des incidents informatiques

-    Spécialiste en sécurité des réseaux

-        Spécialiste en support technique

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-        À ton propre compte (consultant en technologies de l'information)

-         Toutes PME dans tous les secteurs d’activités (détaillants, distributeurs, importateurs, grossistes, manufacturiers, fournisseurs de services)

-         Toutes grandes entreprises  (industries, chaîne de magasins, compagnies d’assurance, institutions financières, etc)

-         Les entreprises de services informatiques

-         Firmes de consultants en technologies de l'information

-         Les entreprises  de conception de logiciels

-    Les sociétés de génie-conseil

-         Les collèges publics ou privés et les universités (en gestion des technologies de l'information ou en enseignement de l'informatique)

-         Les organisations publiques (commissions scolaires, universités, centres de santé et de services sociaux, etc.)

-         Les municipalités

 

-    Sociétés d'État : Autorité des marchés financiers, Investissements Québec, Hydro-Québec, Loto-Québec, Société immobilière du Québec, Société des alcools du Québec, Énergir, Postes Canada, Société immobilière du Canada, Société de transport de Montréal STM

 

-    Forces armées canadiennes (Armée de terre, Aviation royale, Marine royale, Réserve de l'Armée de terre, Réserve aérienne ou Réserve navale), voir aussi la Branche des communications et de l'électronique, le 34e Régiment des transmissions (Montréal), le 35e Régiment des transmissions (Québec)

 

-       Gouvernement du Canada :  Agence du revenu du Canada, Travaux publics et services gouvernementaux Canada, Environnement Canada, Défense Nationale Canada (carrières civiles), Ressources naturelles Canada, Anciens Combattants Canada, Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Transports Canada

 

-         Gouvernement du Québec : Centre des services partagés (technologies de l'information pour plusieurs ministères et organismes, télécommunications et inforoute gouvernementale), Revenu Québec (technologies de l'information), SAAQ, RAMQ, CSST 

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-        Bonne connaissance de la langue anglaise (le bilinguisme est un atout important au sein de plusieurs employeurs)

-        Les cours de perfectionnement en informatique sont très appréciés

-    Des connaissances en gestion sont souvent appréciées et parfois, exigées par les employeurs

-    Polyvalence

AFFILIATIONS À DES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES :

 

Il n'existe qu'une association professionnelle qui propose un titre professionnel dans le domaine des technologies de l'information, soit

Le Réseau Action TI qui décerne le titre "Expert agréé en technologies de l'information EATI".

 

Pour plus de détails, consulte la section "perspectives d'avenir".

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 mars 2017 :

 

Pour le Baccalauréat

(spécialisation en analyse d'affaires, technologies d'affaires, technologies de l'information ou systèmes d'information)

Le placement est très bon, 83 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 14 % ont choisi de poursuivre leurs études au niveau de la maîtrise. 

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

14

10

10

2

 

Note : hausse du taux de placement par rapport aux années précédeentes (était de 82 % en 2015; 69 % en 2013; 70 % en 2011 et 60 % en 2009).

 

Source : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2017 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

Dans le secteur privé :

 

-    23,31 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'administrateur(tric) de systèmes financiers au sein des PME ou OSBL

-         23,43 $/heure (40 hres/sem) en tant que consultant ou spécialiste en commerce électronique

 

-         24,25 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en TI au sein des grandes sociétés de conseils en gestion

 

-    24,69 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'administrateur(tric) de systèmes financiers au sein des grandes entreprises

-         25,23 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste d'affaires au sein des grandes sociétés de conseils en gestion

 

-         27,15 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'analyste en informatique ou consultant(e) en informatique au sein des PME (avec un baccalauréat)

 

-         29,40 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que consultant(e) en TI au sein des grandes sociétés de conseils en gestion

 

-    29,72 $/heure (35 à 40 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyse en informatique ou analyste en télécommunications au sein des grandes entreprises de télécommunications

 

-    31,51 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste ou  conseiller(ère) ou gestionnaire ou coordonnateur(trice) en technologies de l'information au sein des grandes compagnies d'assurances

 

-         32,17 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que consultant(e) en technologies de l'information au sein des grandes sociétés de conseils en TI

 

-    32,28 $/heure (10 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en informatique au sein des grandes entreprises manufacturières

-        33,08 $/heure (40 hres/sem) en tant que consultant(e) en technologies de l'information (avec une maîtrise)

-         34,47 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste ou consultant(e) en technologies de l'information au sein des grandes sociétés de conseils en gestion

-        36,30 $/heure (40 hres/sem) en tant que consultant(e) en technologies de l'information (avec une maîtrise)

-         37,24 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste d'affaires ou consultant(e) en technologies de l'information au sein des grandes sociétés de conseils en TI

 

Note : hausse de la moyenne salariale avec un baccalauréat par rapport années précédentes (était de 27,13 $ en 2015; 26,48 $ en 2013; 23,53 $ en 2011 et 24,15 $ en 2009).

 

Dans le secteur public et parapublic :

 

-         22,84 $/heure (35 hres/sem) en tant que conseiller(ère) pédagogique en enseignement de l'informatique dans un cégep maîtrise en informatique ou sciences de l'éducation exigée

 

-         23,16 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste en informatique dans le réseau de la santé et des services sociaux (hôpitaux universitaires, CISSS)

-         23,24 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste en informatique et des procédés administratifs dans la fonction publique québécoise

 

-         23,24 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste en informatique dans les commissions scolaires et les cégeps

 

-         23,45 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste en informatique à Revenu Québec

 

-         23,76 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste - technologies et bureau de la transformation à Investissement Québec

 

-         24,37 $/heure (35 hres/sem) en tant que professionnel(le) spécialisé(e) en technologies de l'information à Investissements Québecuébec SAQ

 

-         25,78 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en informatique ou analyste de systèmes et réseaux informatiques, ou  conseiller(ère) en systèmes d'information ou chargé(e) ou coordonnateur(trice) de projets en informatique au sein des universités

 

-         26,51 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste fonctionnel ou analyste en réseautique ou analyste en sécurité opérationnelle ou administrateur(trice) de bases de données  ou pliote de systèmes à l'Autorité des marchés financiers

 

-         26,86 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyse de l'informatique et des procédés administratifs à Loto-Québec ou à la Société des casinos du Québec

 

-         28,04 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en informatique ou analyste de systèmes et réseaux informatiques, ou  conseiller(ère) en systèmes d'information ou chargé(e) ou coordonnateur(trice) de projets en informatique au sein des universités

 

-       29,18 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que analyste-programmeur(euse) ou administrateur(trice) de réseaux ou administrateur(trice) de bases de données dans la fonction publique fédérale

 

-    29,16 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'architecte en systèmes d'information ou architecte en technologie et sécurité à l'Autorité des marchés financiers

 

-       30,55 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que analyste fonctionnel ou analyste au soutien de l'infrastructure ou analyste en technologies d'affaires à l'Agence du revenu du Canada

-         31,02 $/heure (33,5 hres/sem) en tant qu'analyste fonctionnel junior chez Hydro-Québec

 

-    31,13 $/heure (33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem) en moyenne en tant qu'analyste en informatique ou chargé(e) de projets en informatique ou  coordonnateur(trice) des ressources informationelles au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

 

-    31,72 $/heure (32,5 ou 33 ou 33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant que coordonnateur(trice) des ressources informationelles au sein des municipalités de taille moyenne (40 000 habitants et plus)

 

-       36,12 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que analyste fonctionnel ou analyste en réseautique ou analyse en technologies de gestion dans la fonction publique fédérale

 

-    36,38 $/heure (33 ou 33,75 ou 35 hres/sem selon les organisations) en moyenne en tant qu'analyste en informatique ou gestionnaire de réseaux ou gestionnaire de bases de données ou coordonnateur(trice) des ressources informationnelles au sein des grandes entreprises publiques de transport urbain

 

-    39,40 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que spécialiste technique en systèmes d'information ou spécialiste en technologies Web ou architecte de bases de données ou coordonnateur(trice) des systèmes passagers  à Aéroports de Montréal

 

-    39,63 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'analyste en information de gestion ou analyste d'applications ou analyste de bases de données ou analyste de solutions d'affaires à la Société de transport de Montréal STM

 

-      1 667 $/mois en 1re année et augmente à 1 772$/mois en 4e année (grade d'élève-officier pendant tes études universitaires au Collège militaire)

 

-         4 488 $/mois (au grade de lieutenant) et augmente à 6 596 $/mois (au grade de capitaine) après 5 ans en tant qu'officier des transmissions (bénéficiaires du Programme d'enrôlement direct des officiers PEDO) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

 

-         5 202 $/mois (au grade de lieutenant) et augmente à 6 596 $/mois (au grade de capitaine) après 5 ans en tant qu'officier des transmissions (bénéficiaires du Programme d'études universitaires subventionnées PFOR) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

 

-         147,62 $/jour (au grade de lieutenant) et augmente à 184,38 $/jour (au grade de capitaine) en tant qu'officier des transmissions au sein des Forces canadiennes (Réserve)

 

Note : dans le secteur public et parapublic et chez plusieurs grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Forces canadiennes, Syndicat des spécialistes et professionnel d'Hydro-Québec, Syndicat du personnel administratif, technique et professionnel de la SAQ, Syndicat des professionnels du Gouvernement du Québec (section locale Investissements Québec, section locale Loto-Québec, section locale Société immobilière du Québec, section locale Autorité des marchés financiers, section locale Revenu Québec), Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau (section locale Hydro-Québec), Syndicat des employés de techniques professionnelle et de bureau (section locale Banque Laurentienne), Syndicat des employés de techniques professionnelle et de bureau (sections locales Caisses populaires Desjardins), conventions collectives des employés municipaux de plusieurs grandes municipalités, conventions collectives des employés municipaux de plusieurs moyennes municipalités, conventions collectives des professionnels de la plupart des universités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises de télécommunications, conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies d'assurances et Guide salariale Robert Half en finance et comptabilité.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon le Diagnostic sectoriel de la main-d'œuvre en technologies de l'information 2018 réalisée par le Comité sectoriel de la main-d'œuvre en technologies de l'information du Québec, Techno-Compétences; il y avait près de 83 600 professionnelles et professionnels en technologies de l'information détenant une formation universitaire partout au Québec en 2017.

 

Professions composées en majorité d'hommes, soit 74 % des professionnels(les) en TI (76 % chez les gestionnaires), alors que les femmes représentaient 26 % des membres de ces professions (24 % chez les gestionnaires).

Par contre,

 

Plus de 96 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition des analystes, conseillers et consultants selon l'âge était :

 

La répartition des gestionnaires selon l'âge était :

 

La répartition des membres selon la fonction occupée était :

 

La répartition des membres selon le type d'employeur était :

  1. sociétés de conseils en TI et entreprises de conception et développement en TI : 38 %

  2. administrations publiques (fédérale, provinciale et municipales) + sociétés d'État + établissements de santé : 17 %

  3. entreprises de développement de jeux vidéo ou d'applications interactives : 9 %

  4. entreprises de télécommunications : 8 %

  5. institutions financières (sauf assurances) : 6 %

  6. sociétés d'assurances : 5 %

  7. sociétés de conseils en gestion et sociétés de génie conseil : 5 %

  8. commerces de détail (PME et grandes chaînes) 4 %

  9. établissements d'enseignement : 4 %

  10. commerces de gros (distributeurs, grossistes et importateurs) : 3 %

  11. entreprises manufacturières : 2 %

  12. astres milieux (associations et organismes sans but lucratif, organismes internationaux, etc.) : 1 %

 

De ce nombre, on comptait approximativement un peu plus de 11 000 professionnels(les) qui étaient travailleurs(euses) autonomes (82 % des analystes et consultants en TI, 12 % des programmeurs et développeurs en médias interactifs et 6 % dans les autres professions).

 

Selon le Réseau Action TI (anciennement la Fédération de l'informatique du Québec), le plus important regroupement de professionnels(les) des technologies de l'information au Québec; elle comptait 1 872 membres qui détenaient le titre "Professionnel en technologies de l'information" ou le titre "Expert agréé en technologies de l'information EATI" dans l'ensemble des régions du Québec au 1er juillet 2018.

 

Près de 80 % étaient des hommes, alors que les femmes ne représentaient que seulement 20 %.

 

Plus de 40 % des membres étaient âgés de 50 ans et plus, alors que seulement 6 % sont âgés de moins de 30 ans.

 

La plupart des membres de cette organisation, soit 58 % regroupait des "décideurs" (cadres supérieurs et gestionnaires) dans le domaine des technologies de l'information; alors que 20 % étaient des "influenceurs" (consultants, enseignants, analystes et autres professionnels) et 22 % "autres fonctions".

 

La répartition selon les principales fonctions occupées par leurs membres était :

 

Plus de 55 % des membres étaient dans la région de Montréal et Montérégie,

25 % dans la région de Québec et Chaudière-Appalaches,

10 % dans les régions de Laval-Laurentides et Lanaudière,

4 % en Mauricie et Centre-du-Québec,

2 % au Saguenay-Lac-St-Jean,

2 % en Outaouais,

ainsi que 2 % en Estrie.

 

Sources : Techno-Compétences, Réseau Action TI, Jobboom et Emploi-Québec.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Il y a de très bonnes possibilités d’emploi dans le domaine de l’informatique avec de bonnes conditions de travail. Les besoins s'intensifieront au cours des prochaines années.

 

Avec l’arrivée des nouvelles technologies numériques dont l’infonuagique, entre autres; les futurs informaticiens devront faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pour assurer le développement et la sécurité des nouveaux systèmes d’information.

 

Cela vaut dans tous les secteurs d’activité, puisque les informaticiens sont demandés dans le privé comme dans le public dans plusieurs notamment  en technologies Web, en sécurité informatique, dans le développement des technologies analytiques, les technologies mobiles, la gestion de grandes bases données et le big data. Les futurs informaticiens devront faire preuve d’une grande capacité d’adaptation pour assurer le développement et la sécurité des nouveaux systèmes d’information.

 

La pénurie d'informaticiens(nes)...

 

Selon une étude réalisée par le Conseil canadien des technologies de l'information; il y a une pénurie d'informaticiens(nes) un peu partout au Canada, principalement en BC, en Ontario et au Québec.

Plus de 50 % des employeurs considèrent qu’une rémunération compétitive permet d’attirer et de retenir les talents surtout dans les métiers de l’informatique et des TI. C’est ainsi que certains domaines tels que les technologies émergentes ou encore les développements pour mobile offrent des salaires très intéressants. Par exemple, un jeune développeur Android gagnera entre 70 000 $ et 90 000 $/an et son collègue doté d’une expérience professionnelle de 5 ans pourra percevoir jusqu’à 120 000 $/an. Quant aux professionnels qui maitrisent les modèles statistiques de langage, ils sont très prisés des institutions financières et pourront voir leur rémunération s’envoler aussi. Une récente étude menée par Hays souligne les différentes mesures auxquelles vont recourir les employeurs des TIC pour retenir leurs salariés : possibilité de travailler de la maison (56 %), élargissement des prestations de santé (54 %), flexibilité des horaires de travail (49 %), plus de 10 jours de vacances pour les nouvelles embauches (45 %), cotisations à des REER (39 %), bonus liés à la performance individuelle (32 %)…

 

Alors que les professions d'analyste et de consultant en technologies de l'information figuraient au 4e rang des professions universitaires et au 18e rang de tous les métiers confondus les plus en demande en 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

 

Selon le magazine Jobboom, les carrières universitaires en informatique figurent au top 25 des carrières gagnantes en 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

 

Plusieurs universités reçoivent plus de 4 à 6 fois plus d'offres d'emploi provenant d'employeurs qu'elles ont de diplômés(es) disponibles. Il faut ajouter les nombreuses entreprises qui courtisent les étudiants(es), mais dont aucune offre d'emploi n'a été affichée au service de placement des universités, ainsi que des lieux de stage dénichés par les étudiants eux-mêmes et qui deviennent leur premier employeur dans le domaine à la fin de leurs études.

Souvent, les finissants(es) obtiennent un promesse d'emploi avant de terminer leurs études, mais la plupart obtiennent un emploi au cours de leur stage.

 

Quels sont les secteurs offrant les meilleurs débouchés ?

 

En information de gestion (ou analyse d'affaires); les universités affirment ne pas suffir à la demande provenant des employeurs de tous les domaines, autant les grandes entreprises que les PME, dans les régions urbaines qu'à l'extérieur des grands centres.

 

Selon TechnoCompétences, les 6 professions clés en forte demande sont : sont :

 

  1. architecte de données

  2. analyste en sécurité informatique

  3. chargé(e) de projets en TI

  4. designer d'expérience utilisateur

  5. scientifique des données

  6. programmeur(euse)-développeur(euse) applicatif

  7. les réseaux sociaux

Quelles régions offrent les meileures perspectivess ?. 

Il y a de la demande un partout dans la province et non seulement dans la région de Montréal où sont pourtant concentrées la majorité des sociétés de conseils en technologies de l'information.

 

Donc, de nombreux emplois sont possibles dans les PME, dans les grandes entreprises, dans la fonction publique et au sein des sociétés de conseils en technologies de l'information.

 

Les régions offrant les meilleures perspectives d'emploi au cours des prochaines années selon Emploi-Avenir Québec sont :

 

Euh !, dans presque toutes les régions, exception de la Gaspésie, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec, il y a de nombreuses PME qui sont à la recherche de professionnels(les) en TI ou ayant de nombreux projets à offrir aux cabinets conseils en TI de leur région.

 

Saguenay-Lac-St-Jean : le domaine de l'information de gestion et de l'analyse d'affaires au sein des cabinets conseils en TI sont également des secteurs offrant de tres bonnes perspectives afin de réaliser les nombreux projets des PME de la région.

 

Bas-Saint-Laurent : avec une forte proportion de la population vieillissante, de nombreux départs à la retraite sont prévus au cours des prochainnes années et cette main-d'œuvre devra etre remplacée. On y recherche des programmeurs-analystes, des consultants, des analystes fonctionnels,des gestionnaires de réseaux, ainsi que des analyses et gestionnaires de données.

 

Mauricie : L'industrie des TI en Mauricie, c'est plus de 850 emplois au sein de 66 entreprises qui réalisent de nombreux projets dans les domaines de l’urgence, de la santé et sécurité, des applications mobiles et de la gestion manufacturière pour les PME de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

 

Plusieurs PME de la région cherchent à faire la différence sur le Web, elles font affaires avec les cabinets conseils en TI et les agences de marketing et communication de la région, ce qui permet aux spécialistes des réseaux sociaux, du commerce en ligne et aux technologies Web de se trouver facilement un emploi dans la région.

 

Laval : les gestionnaires de systèmes informatiques, ainsi que les développeurs(euses) d'applications en traitement électronique des données figurent parmi les 15 professions les plus en demande dans cette région , notamment dans les cabinets conseils, les entreprises en technologies Web et les institutions financières.

 

Laurentides : Des spécialistes en commerce en ligne, en technologeis Web, en réseautique et surtout en analyse d'affaires sont également en demande afin de supporter les nombreuses PME en croissance de la région.

 

Estrie : l'industrie des Technologies de l’information connait un essor remarquable à Sherbrooke. La recherche et l’industrie TI – de la startup à la multinationale – profitent ici d’une force de travail qualifiée, créative et bilingue et d’infrastructures de R-D à la fine pointe pour appuyer l’innovation. Elle compte une centaine d'entreprises qui emploient plus de 2 100 personnes, majoritairement des techniciens(nes) et professionnels(les) des TI.

 

L’industrie sherbrookoise des TI est en pleine effervescence, avec des expertises dans des secteurs diversifiés :

télécommunications et gestion de réseaux, commerce en ligne et technologies Web, infonuagique, génie logiciel, intelligence artififielle, sécurité informatique, ainsi que les jeux vidéo et développement des arts techno-créatifs sont parmi ses secteurs d'excellence.

 

Enfin, la région de Magog est reconnue pour sa concentration d'entreprises start-up en TI avec plus d'une soixantaine d'entreprises qui se sont installées et qui sont spécialisées dans les domaines de l'analyse d'affaires, des applications mobiles, l'infonuagique et les technologies Web, etc.

Montérégie : compte plus de 350 entreprises en technologies de l'information qui emploient plus de 4 500 personnes, majoritairement des PME employant moins de 25 personnes.

 

Reconnue pour ses nombreuses PME, plusieurs d'entre-elles sont en expansion et ont besoin d'expertises conseils dans les domaines de l'analyse d'affaires, des technologies Web et du commerce en ligne, de la réseautique et du développement d'applications corporatives en faisant appels aux cabinets de consultants en TI.

Québec : l'industrie des technologies de l'information dans la région de Québec c'est plus de 400 entreprises qui emploient près de 15 100 personnes et qui génère plus de 2 milliards en chiffre d'affaires. Sans oublier, les nombreuses entreprises et organisations en dehors du secteur des TI.

 

Capitale québécoise de l'industrie de l'assurance et seconde au Canada puisqu'elle figure au 2e rang au Canada (derrière Toronto) pour le plus grand nombre de sièges sociaux d'assureurs et le nombre d'emploi au sein de cette industrie. Ces entreprises sont d'importants employeurs de professionnels(les) des TI notamment dans les domaines de la fintech (technologies financières), de l'analyse d'affaires, de la réseautique, des technologies Web, de la science des données et bien sûr, de la sécurité informatique.

 

Si tu cherches des entreprises expertes dans les données massives, le développement logiciel ou web et les services informatiques, Québec en regorge. Croisez plusieurs firmes internationales venues s’installer à Québec ou plusieurs fondées ici.

 

Puisque plusiuers entreprises de la région, principalement des PME sont en expansion, elles ont davantage besoin d'experts en TI afin d'y implanter au sein de leur organisation, de nouvelles technologies en analyse en technologies d'affaires, en commerce en ligne), en réseautique, en bases de données et en sécurité informatique en faisant appel aux nombreux cabinets conseils en TI présentes dans la région (dont quelques grandes sociétés de services conseils en TI). 

 

La fonction publique québécoise, le plus grand employeur de professionnels(les) en technologies de l'information au Québec emploie de nombreux professionnels en analyse d'affaires, en développement d'applications corporatives, en technologies Web, en réseautique, en science des données et en sécurité informatique afin de gérer les données d'un grand nombre de citoyens de l'ensemble du Québec.

 

Revenu Québec (plus de 2 000 employés en TI, principalement des analystes), le Centre de services partagés du Québec (comptant plus de 1 800 employés fournissant des services technologiques aux différents ministères et organismes du Gouvernement du Québec), mais également, la SAAQ, la CNESST et Emploi Québec.

 

Montréal : capitale québécoise de l'industrie des technologies de l'information et 4e région en Amérique du Nord (derrière San Francisco, New York et Toronto), ayant la plus grande concentration d'entreprises en TI, mais aussi capitale canadienne de l'industrie du jeu vidéo, seconde plus concentration d'organations en recherche et innovation au Canada et parmi les 21 villes nord-américaines dit "intelligentes" en Amérique du Nord.

 

Elle compte à elle seule près de 5 200 entreprises qui emploient plus de 107 000 personnes, ce qui en fait le troisième secteur d'emploi le plus important (après les services publics et l'industrie de la finance).

 

On y retrouve notamment : près de 2 400 firmes de consultants en TI, près de 200 éditeurs de logiciels, 90 développeurs de jeux vidéo, une centaine de grossistes et distributeurs de logiciels, 50 fournisseurs d'équipements de télécommunications et plus d'un milier de fournisseurs de produits informatiques.

 

Il faut ajouter une dizaine de milliers d'autres spécialistes en TI qui travaillent au sein de l'une des grandes entreprises de d'autres secteurs ayant leur siège social dans la région

Dans le sous-secteur des services conseils en TI : on y retrouve des entreprises fournissant des services informatiques à grande capacité, des solutions de sécurité informatique, les fournisseurs de services en commerce électronique, les entreprises de recherche et de développement en technologies de l'information, les firmes de consultants en informatique et les sociétés de génie logiciel.

 

De nombreux experts en analyse d'affaires, en réseautique, en bases de données, en commerce en ligne et autres technologies Web, en développement d'applications mobiles, en automatisation industrielle et en sécurité informatique sont recherchés.

 

Dans le sous-secteur des technologies financières : principal employeur des professionnels(es) des TI en dehors des entreprises spécialisées en TI dans la région, les institutions financières (banques, sociétés de financement, sociétés de crédit, compagnies d'assurances) emploient plus de 20 000 spécialistes en TI (soit près de 20 % de la main-d'œuvre de l'industrie des services financiers à Montréal), notamment dans les domaines de la fintech, de l'analyse d'affaires, de la gestion de bases de données, de la réseautique, des technologies Web et bien sûr, en sécurité informatique.

 

Dans le sous-secteur des centres de données : Montréal est rapidement devenu un pôle incontournable des centres de données et des services infonuagiques en Amérique du Nord notamment grâce à son climat frais, sa situation géographique qui le protège des catastrophes naturelles, et ses sources d’énergie abondantes et abordables. Ce n’est pas surprenant de constater que plusieurs entreprises étrangères décident de s’implanter à Montréal. En effet, on y compte plus de 40 centres de données employant quelques centaines d'experts en gestion de bases de données et en services partagé

 

Dans le domaine de la cybersécurité : en pleine effervescence dans le Grand grâce à son environnement d’affaires particulièrement innovant, son vaste bassin de main-d’œuvre qualifiée et une relève universitaire de haut niveau, qui en font une destination idéale pour les entreprises qui développent des solutions de pointe dans ce domaine. On y compte plus de 300 experts en cybersécurité au sein d'une dizaine d'entreprises spécialisées dans ce domaine et au sein de plusieurs autres entreprises (institutions financières et entreprises de télécommunications notamment) et organisations publiques.

 

La rémunération annuelle moyenne d'un(e) professionnel(le) des technologies de l'information (ayant environ 10 ans d'expérience) en 2018 selon la fonction occupée était :

 

 

La rémunération annuelle moyenne d'un(e) professionnel(le) des technologies de l'information (ayant environ 10 ans d'expérience) en 2018 selon le type d'employeur était :

 

Sources : TechnoCompétences, Réseau Action TI Jobboom, Emploi-Avenir Québec, Montréal International, Québec International, Sherbrooke Innopole et Guide salarial Robert Half des carrières en technologie.

                  

BREF PORTRAIT DE L'INDUSTRIE DES TI :

 

L'industrie des technologies de l'information regroupe l'ensemble des secteurs qui fabriquent, fournissent des services et vendent des produits dans les domaines des communications, de services informatiques, du multimédia (secteur informatique) et des systèmes intelligents.

 

On peut donc diviser cette industrie en 6 principaux secteurs, soit :

En 2015, ses revenus étaient estimés à plus de 29,68 milliards de dollars, avec des hausses notamment dans 3 secteurs : édition logicielle (44 %), services informatiques (23 %) et télécommunications (12 %).

 

Le Québec figurait au 2e rang pour le nombre de brevets octroyés, ce qui représente 9 % de tous les brevets octroyés toutes catégories au pays.

 

La région de Montréal figurait au 4e rang pour la concentration d'emploi dans le secteur des TI.

 

En 2015, on retrouvait près de 6 700 entreprises qui employaient plus de 153 900 travailleuses et travailleurs dont 98 100 professionnelles et professionnels dans les différentes domaines des technologies de l'information dans les nombreuses carrières des TI.

 

Les entreprises du secteur des TIC sont très fortement concentrées dans l’industrie des services informatiques, soit 78 %.

 

Les services informatiques et l’édition logicielle sont les deux seules industries à voir leurs effectifs progresser de manière significative, avec une croissancemoyenne respective de 4 % et 4,7 % depuis 2000.

 

Parmi ces entreprises, on ne retrouvait que 25 grandes entreprises qui employaient plus de 500 travailleurs(euses), seulement 50 entreprises avaient entre 200 et 499 employés(es), près de 1 00 employaient entre 10 et 199 personnes, alors plus de 5 100 entreprises employaient moins de 10 personnes

 

Les entreprises en TIC au Québec se concentrent principalement dans les régions de Montréal (50 %), de la Montérégie (10 %) et de la Capitale-Nationale (8 %). La grande région de Montréal (Montréal, Laval, Laurentides, Montérégie et Lanaudière) regroupe 73 % des entreprises du secteur.

 

La répartition des emplois selon le secteur était :

  1. L’industrie des services informatiques est la locomotive du secteur; générait des revenus totalisant plus de 10,6 milliards $, regroupait près de 6 080 entreprises  qui employaient plus de 94 500 emplois, dont 73 100 professionnels en TIC;

  2. L’industrie des télécommunications est un géant aux bases solides; générait des revenus de plus de 11,98 milliards $, regroupait 535 entreprises qui employaient plus de 38 400 emplois, dont 19 600 professionnels en TIC;

  3. L’industrie de l'édition de logiciels est petite, mais vigoureuse; elle regroupait 230 entreprises qui généraient des revenus de 1,72 milliards $ et comptait 4 200 emplois, dont 2 400 professionnels des TIC;

  4. L’industrie manufacturière fait face à d’importants défis; elle générait des revenus de 2,4 milliards $, regroupait 230 entreprises et comptait 8 700 emplois dont 1 500 sont occupés par des professionnels des TIC;

  5. L’industrie du commerce de gros a subi les contrecoups de la dernière récession; regroupait 582 entreprises qui ont généré des revenus de plus de 4,7 milliards $ et comptait 8 100 emplois et moins de 1 500 professionnels des TIC.

Il faut ajouter près de 51 % professionnels des TIC œuvraient au sein d'entreprises de l'extérieur du secteur, soit 97 900 personnes :

Plus de 59 % des carrières des TI exigent de détenir une formation universitaire (baccalauréat ou maîtrise),

 

Plus de 25 % des professions des TI exigent de détenir une formation de niveau collégial (DEC ou AEC),

 

Seulement 6 % des métiers exigent une formation professionnelle (DEP en soutien informatique par exemple),

 

Moins de 2 % des emplois dans le domaine n'exigent aucune formation.

 

Source : Comité sectoriel de la main-d'œuvre en technologies de l'information et des communications - Techno-Compétences

 

D.E.C.-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de se faire reconnaître des acquis du D.E.C. en informatique ou du D.E.C. en techniques de comptabilité et de gestion dans le cadre d'un programme de baccalauréat en informatique ou du baccalauréat en administration. Tu peux donc compléter tes études universitaires en 5 ans au lieu de 6 ans.

 

Voici les ententes actuellement offertes par universités :

 

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en techniques de l'informatique - spécialisation en information de gestion 420.A0 + Baccalauréat en administration des affaires - concentration en systèmes d'information ou technologies de l'information) :

 

Aucune entente n'est actuellement offerte pour ce type de DEC-BAC.

 

DEC-BAC en informatique de gestion

(DEC en techniques de l'informatique 420.A0 + Baccalauréat en informatique de gestion) :

 

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en techniques de comptabilité et de gestion 410.B0 + Baccalauréat en administration des affaires) :

 

Université Laval

Ententes avec les collèges suivants :

 

Université Bishop

Ententes avec les collèges suivants :

 

Université du Québec à Chicoutimi UQAC

Ententes avec les collèges suivants : 

 

Université du Québec à Rimouski UQAR

Ententes avec les collèges suivants :

 

Université du Québec en Outaouais UQO

Entente avec le collège suivant : 

 

TELUQ :
Ententes avec le collège suivant :

 

Université de Moncton

Ententes avec le collège suivant :

 

DEC-BAC en administration des affaires

(DEC en gestion de commerces 410.D0 + Baccalauréat en administration des affaires) :

 

Université Laval

Ententes avec les collèges suivants :

 

Université du Québec à Chicoutimi UQAC

Ententes avec les collèges suivants :

 

Université du Québec à Rimouski UQAR

Ententes avec les collèges suivant :

 

Université du Québec en Outaouais UQO

Ententes avec le collège suivant : 

 

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue UQAT

Ententes avec le collège suivant :

 

Université de Monctoncampus de Shippigan (Nouveau-Brunswick)

Ententes avec le collège suivant :

 

Université d’Ottawa

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires du DEC en informatique de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans cadre de son programme de baccalauréat en informatique (ou dans une discipline connexe). Par contre, aucune garantie d'admission est faite lors de la demande et aucune préférence ou priorité n'est accordée à l'admission.

 

Note 1 : dans certaines universités, il y a des cours préalables exigés même une reconnaissance d'acquis est offerte

 

Note 2 : la reconnaissance des acquis n'est pas automatique et le nombre de crédits accordés peut varier selon la qualité de ton dossier scolaire.

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

Baccalauréat en informatique de gestion :

 

Baccalauréat en administration des affaires :

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Le Baccalauréat spécialisé en administration des affaires B.A.A. a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel dans certaines universités. Il débute par un tronc commun au cours des 3 premières sessions où tu devras suivre des cours de mathématiques (probabilités et statistiques) et des cours de base dans les principales disciplines de la gestion : management (introduction au management, comportement organisationnel), économie (économie de l’entreprise, économie internationale), finance (introduction à la gestion financière), comptabilité (comptabilité générale, comptabilité de management), marketing (introduction au marketing), gestion des ressources humaines (introduction à la gestion des ressources humaines), technologies de l'information (technologies de l’information en gestion), gestion des approvisionnements (gestion des opérations et de la production ou opérations et logistique),  etc.

 

À partir de la 4e session, tu suivras des cours propres  la spécialisation en technologies de l’information (aussi appelé "systèmes d’information" ou "gestion des technologies d'affaires" ou "gestion de l'information et des systèmes" ou ou "systèmes d'information" ou "technologies d'affaires"); tu auras des cours obligatoires tels que : analyse d'affaires et de conception de solutions en technologies de l'information, développement d'applications d'affaires, gestion de données et intelligence d'affaires, fonction conseil en technologies de l'information, introduction à la programmation, technologies pour les affaires électroniques, gestion de projets en technologies de l'information, stratégies et technologies de l'information, etc.

 

Tu devras également choisir quelques cours optionnels parmi des listes proposées (ex : gestion des processus d'affaires, infrastructures technologiques et architecture d'entreprise, stratégies d'affaires électroniques, sécurité, contrôle et gestion du risque, systèmes de gestion intégrés, assurance-qualité et normes ISO, droit de l'informatique, gestion du changement, implantation et configuration de progiciels de gestion intégrée, aspects marketing du commerce électronique, démarrage d'une entreprise en technologies de l'information, stage spécialisé en gestion des technologies de l'information, etc.).

 

Note : les cours peuvent varier d'une université à une autre, mais toutes offrent des cours de base dans les principales disciplines de la gestion.

 

OU

 

À partir de la 4e session, tu suivras des cours propres à la spécialisation en analyse de systèmes pour le secteur financier offert à Laval; tu auras des cours en technologies de l'information, en finance et en services financiers. Elle comporte les obligatoires suivants : conception de systèmes d'information organisationnels 1, technologies pour les affaires électroniques, gestion des risques et assurances, produits financiers : assurances et rentes, fonction conseil en systèmes d'information, analyse quantitative des projets d'investissement et programmation, investissement immobilier, gestion de projets en technologies de l'information, conception de systèmes d'information organisationnels 2, gestion financière d'un assureur et atelier en analyse d'affaires. Enfin, tu devras choisir l'un des 3 cours optionnels suivants : gestion des institutions de dépôts, sécurité, contrôle et gestion du risque ou stage en analyse de systèmes en milieu financier.

 

Le Baccalauréat spécialisé en informatique de gestion B.Sc. offert à Sherbrooke et UQAC a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet, mais est également offert à temps partiel (UQAC et Sherbrooke) ou en régime coopératif à temps complet comprenant 4 stages rémunérés en entreprise d'une durée de 3 à 4 mois chacun (Sherbrooke).

 

Il est entièrement consacré aux technologies de l’information. C’est-à-dire tout ce qui concerne l’informatisation d’une organisation : conception ou adaptation sur mesure de logiciels pour la gestion, gestion d’un réseau informatisé d’une entreprise et implantation de systèmes informatisés pour le travail de bureau.

 

Bien que la majorité des cours soient consacrés à l'informatique, on y retrouve également plusieurs cours dans les autres disciplines de la gestion (incluant les technologies de l'information) permettant de mieux comprendre une grande variété de problèmes liés autant à la gestion de l'information qu'à la gestion des personnes, des biens et des services et y trouver des solutions par le biais des technologies de l'information.

 

Il comporte des cours en mathématiques et statistiques (algèbre, calcul différentiel et intégral, mathématiques discrètes, statistiques);

 

Des cours en informatique (analyse et programmation, éléments des bases de données, programmation interne des ordinateurs, exploitation des bases de données, génie logiciel, structure de données, programmation fonctionnelle, principes des systèmes d’exploitation, laboratoire de génie logiciel, modélisation des bases de données, gestion des systèmes informatiques, etc.).

 

Il comporte également des cours en gestion : principes d’administration, introduction aux états financiers, éléments de gestion financière, marketing, gestion des opérations, environnement externe de l’entreprise, aspects humains des organisations, gestion du personnel, etc. Enfin, il comporte des cours optionnels choisis parmi des listes de cours en informatique et en administration.

 

Et enfin, des activités d'intégration en informatique de gestion, soit : stages-projets en informatique + projet de fin d'études ou projet de recherche en informatique de gestion (UQAC); alors que pour l'Université de Sherbrooke, il faut se référer à la concentration choisie.

 

De plus, l'UQAC offre un choix entre un profil régulier préparant directement au marché du travail ou un profil honor préparant aux études supérieures en informatique ou en administration.

 

Pour ce qui est de l'Université de Sherbrooke; tu auras le choix parmi 4 concentrations :

 

commerce électronique; tu devras également suivre les cours obligatoires suivants : recherche d'information et forage de données, applications Internet et mobilité, comportement du consommateur, aspects informatiques du commerce électronique, ainsi que projet de fin d'études en commerce électronique.

 

intelligence d'affaires; tu devras également suivre les cours obligatoires suivants : intelligence et géomatique d'affaires, recherche d'information et forage de données, modèles analytiques de gestion, intelligence artificielle, ainsi que projet de fin d'études en système d'intelligence d'affaires.

 

génie logiciel; tu devras également suivre les cours obligatoires suivants : introduction aux langages formels, méthodes formelles en génie logiciel, projet multidisciplinaire en informatique de gestion 1 - orienté vers le génie logiciel et projet multidisciplinaire en informatique de gestion 2 - orienté vers le génie logiciel.

 

sans concentration; tu devras également choisir des activités d'intégration en informatique de gestion, soit : projet d'intégration et de recherche en informatique de gestion, projet multidisciplinaire en informatique de gestion 1, projet multidisciplinaire en informatique de gestion 2, projet en informatique de gestion 1 ou projet en informatique de gestion 2.

Note : les cours peuvent varier d'une université à une autre, mais toutes offrent des cours de base en informatique et en gestion.

 

Le Baccalauréat intégré en informatique et gestion B.Sc.A. offert par l'Université Laval a une durée totale de 3 ans offert à temps complet selon la formule Sigma + comprenant un stage obligatoire rémunéré de 12 à 15 semaines et la possibilité d'ajouter 3 stages optionnels, également rémunérés. Couvrant les 2 disciplines, soit l'informatique et la gestion; il permet d'occuper des fonctions administratives reliées aux technologies de l'information.

 

Contrairement au programme précédent qui est surtout consacré à l'informatique, mais incluant des cours de gestion; ce programme comporte 50 % de cours en informatique et 50 % de cours en gestion (incluant les cours en gestion des technologies de l'information).

 

Il comporte des cours en mathématiques et statistiques (probabilités et statistique, mathématiques pour informaticiens); des cours en informatique et en génie logiciel (ordinateurs : structure et applications, introduction à la programmation, modèles et langages des bases de données, systèmes d'exploitation, interface personne-machine, architecture logicielle, téléinformatique, algorithmiques et structures de données, introduction au processus de génie logiciel, qualité et métriques du logiciel, analyse et conception de systèmes orientés objet, ainsi que 2 ou 3 cours optionnels parmi 9 cours proposés (ex : protocoles et technologies Internet, aspects pratiques de la sécurité informatique, sécurité dans les réseaux informatiques, bases de données orientées objet, conception et analyse d'algorithmes, etc.).

 

Alors que dans les cours en gestion des technologies de l'information; il y a : conception de systèmes d'information organisationnels 1 SIO, stratégies d'affaires électroniques, fonction conseil en SIO, technologies pour les affaires électroniques, conception de systèmes d'information organisationnels 2, gestion de projets : applications en SIO, sécurité, contrôle et gestion du risque, ainsi qu'un atelier d'analyse en affaires.

 

Enfin, il ne faut pas oublier que des connaissances base dans les autres disciplines de la gestion sont également nécessaires; donc tu auras également des cours en l'entreprise et sa gestion, comptabilité générale, introduction à la finance, introduction au marketing et opérations et logistique.

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Si tu le désires, tu pourras entreprendre des études supérieures au niveau de la maîtrise ou autres programmes de 2e cycle. Voici quelques exemples :

 

Pour plus de détails, consulte la page sur les études supérieures en sciences économiques et administratives.

 

Maîtrises

 

 

Autres programmes :

 

Note :

D.E.S.S. ou Diplôme 2e cycle = 30 crédits

Microprogramme ou Programme court 2e cycle = 15 crédits

 

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

Pour le Bacc en administration des affaires :

NOTE : les titulaires d'un D.E.C. technique dans une spécialité de la gestion peuvent se faire reconnaître un certain nombre de crédits au baccalauréat en administration des affaires ou en sciences comptables dans certaines universités dans le cadre d'une passerelle.

 

Pour le Bacc en informatique de gestion :

  • Soit détenir le Baccalauréat international en sciences de la nature
    (toutes les universités)
     

  • Soit détenir un D.E.C. en sciences-arts-lettres
    (toutes les universités)
     

  • Soit détenir un D.E.C. en sciences de la nature ou en sciences pures et appliquées (toutes les universités)
     

  • Soit détenir un D.E.C. général en sciences informatiques et mathématique
    (toutes les universités)
     

  • Soit détenir un D.E.C. en techniques de l'informatique et avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents :

    00UN, 00UQ et 00UP (maths 103, 105 et 203)
    (Laval et Sherbrooke)

    aucun cours préalable spécifique (UQAC et Bishop)
     

  • Soit détenir tout autre D.E.C. et avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents :

    00UN, 00UQ et 00UP (maths 103, 105 et 203)
    (Laval et Sherbrooke)

    aucun cours préalable spécifique (UQAC et Bishop)
     

  • Soit avoir réussi au moins 15 crédits universitaires et avoir avoir les objectifs suivants ou leurs équivalents :

    aucun cours préalable exigé (UQAC pour informatique de gestion)
     

  • Soit être âgé d'au moins 21 ans, posséder les connaissances appropriés et une expérience jugé pertinente en lien avec l'informatique et avoir avoir les objectifs suivants ou leurs équivalents :

    00UN, 00UQ et 00UP (maths 103, 105 et 203)
    (Laval et UQAC)

 

AUTRES EXIGENCES PARTICULIERES D’ADMISSION :

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

À l’automne 2015 :

 

Les programmes suivants sont contingentés :

 

COLLÈGES

DEMANDES

ADMIS

TAUX D’ADMISSION

EN %

COTE R

Dernier candidat

admis

COTE R

en 2014

COTE R

en 2013

AUTRES

DÉTAILS

 

 

UQÀM (B.A.A.)

3 685

300

8

25,700

25,500

24,500

Ouvert à l’hiver (90 places)  **

Sherbrooke
(régulier et bilingue)

999

270

27

23,500

23,100

24,000

A.T.E. *

* A.T.E. = également offert en alternance travail-études

N-D = donnée non disponible

** au trimestre d'hiver, les données sont les suivantes : 1 618 demandes, 150 places = taux d'admission de 9 % (cote R de 25,700)

 

Tous les autres programmes ne sont pas contingentés :

 

Les candidats(es) admissibles (qui répondent aux exigences d'admission) sont généralement admis

 

La cote R minimale requise en 2015 était de :

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d'automne et d'hiver pour tous les autres programmes dans toutes les universités

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Qu'est-ce que l’alternance travail-études (assi connu sous "régime coopératif") ?

 

Pour le Baccalauréat en informatique de gestion :

 

Pour le Baccalauréat en administration des affaires :

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l'avis de professionnels(les) en technologies de l'information ?, alors regarde les vidéos suivants :

 

Pour une liste d'entreprises en technologies de l'information (entreprises de logiciels, entreprises de services informatiques, firmes de consultants, etc), consulte le Portrait de l'industrie des technologies de l'information

 

Pour une liste d'entreprises du multimédia, consulte le Portrait de l'industrie du multimédia

 

Pour une liste d'entreprises du secteur financier (banques, caisses, compagnies d'assurances, de gros employeurs en informatique), consulte le Portrait de l'industrie des services financiers et assurances

 

Pour une liste de chaînes de magasins (dont les chaînes de magasins de produits électroniques et informatiques), consulte le Portrait de l'industrie du commerce au détail

 

Pour une liste d'entreprises dans d'autres secteurs, consulte Portraits de d'autres secteurs (ex : industrie pharmaceutique, industrie aérospatiale, industrie métallurgique, etc)

 

Pour une liste d'organismes en santé et éducation, consulte le Portrait du réseau de la santé (centres hospitaliers, etc et le Portrait du réseau de l'enseignement (commissions scolaires, universités, etc)

 

Retour à la page du secteur administration/a>

Retour à la page d’accueil